samedi 16 novembre 2013 - par Dan

Eric Naulleau dans les mailles de la dissidence ?

Mais qu'avait donc à gagner Eric Naulleau... dans la production d'un recueil de 230 pages sur un débat d'idées avec Alain Soral ? Avant de tenter d'en commenter le sens, convenons d'abord qu'il s'agit d'un bouquin singulièrement intéressant par l'attrait des sujets abordés

-politique franco-française,

-sociétale, sociale et économique,

-identité et nation,

-ethno-religieux (surtout juifs, musulmans, chrétiens)

-géo-politique et influences, -etc...

Le titre "Dialogues désaccordés" est bien trouvé, considérant l'opposition frontale des acteurs. Remarquons que Naulleau -qui est surtout un critique littéraire- n'est pas connu pour avoir fait des essais politiques, économiques, sociologiques ou philosophiques pour couvrir ce champ. On peut considérer que son tandem avec Eric Zémmour (qui lui est un spécialiste) lui a ouvert la voie et lui a aiguisé la curiosité sur toutes ces questions fondamentales. Alors, est-ce à force de polémiquer semaine après semaine, sur un plateau TV, avec des acteurs de la pensée politique que Naulleau est devenu accroc ? Lui seul le sait.

Mais lorsqu'on voit -ce qui était prévisible- la volée de bois vert à son encontre et ce qu'il en retourne s'agissant d'une ribambelle de "chiens de garde" chroniqueurs radio/TV et de presse écrite, on ne peut que se demander pourquoi a-t-il été croiser le fer avec un dissident comme Soral, banni et haï par toute la presse mainstream politiquement correcte. Même Zemmour, qui n'a pas froid aux yeux, ne s'y est pas risqué, peut-être parce qu'il entretient depuis toujours une certaine proximité d'esprit avec Soral et que le dialogue n'aurait pas été autant désaccordé..

Regardant un peu ce qu'il en sort en commentaires de ce bouquin -encore une fois riche et pertinent- je me demande quel est le but de Naulleau ? Si c'est pour faire le buzz c'est gagné ! Mais le prix à payer, pour lui, risque d'être élevé. Dans cette opposition tranchée on aurait tort de chercher s'il y a un vainqueur et un vaincu. Ces considérations sont inopportunes, sachant que les afficionados, comme en football, réagissent toujours par rattachement idéologique ou esprit tribal.

On remarque quand même que Naulleau demeure continuellement bien élevé, courtois, sans pour autant courber l'échine ou en rabattre. Du côté de Soral, cela n'étonnera pas, il y a une posture de mépris en légitimité intellectuelle, qu'il rappelle toujours à Naulleau qui se fait toiser. Parfois cela donne carrément dans le manque de respect par des termes dont-il l'affuble. C'est Soral, toujours vindicatif et mégalo, qui ne supporte pas vraiment la controverse.

Par ailleurs il y a un exemple choquant ou, sur le cas Clément Méric il dit de lui que s'il est mort c'est de sa faute, que c'était "une rixe", que c'était un petit con, un idiot utile et qu'il faut plutôt plaindre l'assassin Estéban car il est fils d'ouvrier espagnol. Quel rapport.. ? En tous cas pas de compassion chez Soral. Cela claque comme un coup de trique. Chacun en jugera. C'est de l'esprit clanique, la référence froide à un groupe identitaire qui prime plus que l'abstraction d'une personne perdant la vie sous un poing américain. L'autre est d'abord un ennemi, c'est un anti-fasciste, il est donc jugé du mauvais côté. Et ce ne sont pas les qualités d'analyse de Soral -mêmes pertinentes- sur le système oligarchique qui vont le dédouaner dans son appartenance mortifère . Dommage pour lui mais c'est sa totalité. Et aussi ses limites.

Naulleau se définit "à gauche" ce qui est vague aujourd'hui, si l'on considère que Moscovici, BHL, DSK, Pierre Bergé, Mathieu Pigasse et la famille Bedos eux aussi se prétendent à gauche. Et que si "eux" sont de gauche, alors il vaut mieux ne plus l'être, lorsque l'on est idéaliste, nostalgique de Jaurès, Lénine ou de Ché Guévarra. En tous cas, comme tous les chroniqueurs du sérail, on ne sait pas pour qui Naulleau vote à gauche. Etre "à gauche" en 2013 revient à être dans une auberge espagnole tellement l'étendue du symbole est devenu opaque, voir illisible. Mais dans les médias cela reste un "bon passeport".

Les ouvriers/employés/artisans déçus (ou sur le carreau) allant au FN ou dans l'abstention, eux sont des... égarés. Paix à leur âmes les pauvres. Dieu ou Jaurès les reconnaîtra. Il faudrait donc les éclairer pour... les rééduquer. Médiapart va s'en charger, en affichant de façon décomplexée dans un colloque : "Quel anti-dote pour lutter contre le FN". En toute simplicité. Titre osé ? non, non ! pas de souci. Pensez : Le Pen ! Cela ne se discute pas. Pouf ! au rejet.

Soral on le sait voterait, Marine Lepen car il reste attaché surtout à Jean Marie Lepen. Mais il ne faut pas omettre de rappeler qu'il se réclame à la fois (tenez vous bien) :

- du marxisme en tant que grille de lecture des rapports sociaux,

-de la tradition hélléno-chrétienne française, rejetant les Lumières (trop bourgeois donc suspects),

- d'une nostalgie pour l'ancien régime (noblesse de cape) et la religion chrétienne traditionnelle, 

- de De Gaulle en maestro de la souveraineté nationale (avec un peu de Charles Maurras immuno-incompatible pourtant).

Agitez le tout !.. Sans oublier son copinage endémique avec les néo-fascistes et des groupuscules skinhead. Il est certain qu'il ratisse large, cherchant des alliances d'opportunités avec les musulmans des quartiers défavorisés, configurés par le tropisme du conflit israëlo/palestinien... et par le pont immanent des religions, chrétiens/musulmans de France. Ceci vraisemblablement résultant de sa marginalisation des écrans médiatiques (due aux groupes de pression).

Il s'en suit que le personnage Soral "électron libre" se trouve plutôt en lévitation sans direction dans la galaxie politique. Sait-il où il va ? il n'a pas de véritables alliés politique, Dupont-Aignan et Assellineau sont rejetés par lui. Ses alliances sont invisibles. Mais il a l'intérêt -pour le public lassé du conformisme- d'apporter des dossiers et des points de vue qui sont singuliers. Sauf lorsqu'il est aveuglé par ses certitudes, comme précité. 

Pour Dieudonné, humoriste il est vrai de grand talent, celui-ci aura connu le même sort de zombie médiatique pour son impertinence envers la même communauté, alors que ses sketchs recouvraient l'ensemble des religions. Mais, certaines sont susceptibles et ne pardonneront pas ce "crime" en lèse majesté, surtout après sa liste anti-sioniste des élections européennes. Du coup ils l'ont désigné antisémite alors que Dieudo est un fils d'immigré camerounais par son père et qu'il est militant anti-raciste. Cherchez à comprendre... Et que tous ses copains de show bizz le plébiscitent en douce.. Je ne parle pas des producteurs /animateurs ex-copains qui lui ont tournés le dos, pour l'isoler dans sa tosca sur le net.

Le fait de croiser le fer avec un électron libre sulfureux comme Soral ne manque pas d'intérêt et de panache de la part de Naulleau. Car croquant de bon coeur dans cette friandise, il s'exposait à la presse agréée soutenue par des banques ou des fournisseurs d'armements, sinon par des lobbies communautaristes. Comme si les lobbies d'une façon générale pourraient êtres légitimes et transparents lorsqu'il s'agit d'un grand pays démocratique comme l'Amérique, mais que cela ne serait plus possible à énoncer s'agissant de la France. Pourquoi ? on n'en dit rien, personne n'oserait la ramener. Mais ce tropisme est choquant au pays de Voltaire.

Il est significatif qu'il existe un consensus de la pensée autorisée, agrégée et instrumentalisée autour du traumatisme de la shoah et/ou du passé colonial de la France. De ce fait "un code subliminal" agirait comme un "surmoi freudien", véritable frein à main, pour l'ensemble des professionnels de la presse. C'est un fait et ce n'est pas Robert Ménard, ex-responsable de "Reporters sans frontières" chassé de la chaîne i>télé, qui dirait le contraire, rapport à un bouquin avec un titre provocateur autour du FN.

Sur ce plan (puisque c'est l'objet du livre) s'agissant du "Front National" réunissant environ 25 % des sensibilités selon les sondages, il en est de même de sa mise au rebut par le système médiatique. Si l'on fait venir sur les plateaux TV ses représentants c'est surtout pour les provoquer et les humilier encore et toujours. Pas question de reconnaître à ce parti "souverainiste populaire" une quelconque légitimité à prétendre à la politique. 

Pendant ce temps on continuera la politique ultra-libérale/libertaire érigée par Barroso dont le cadre est lui même soumis aux marchés financiers via les agences de notation. Que le FN soit devenu le plus important parti dans les classes populaires cela ne pose du tout interrogation pour les médias mainstream mais une contrariété. Il faut donc rassembler les "égarés" pour retour en zone fréquentable.

Que ce parti ait fait le ménage des groupuscules néo-fascistes du canal historique des années 70 ne donnera jamais un blanc seing pour le sérail. Par ailleurs son positionnement contre l'Euro est forcément rejeté par l'ensemble de la droite de madame Kosciusko Moriset de l'UMP et par madame Parisot du MEDEF qui grâce à l'OMC ont explosé les frontières et désindustrialisé la France (n'est-ce pas les bonnets "rouges")...

Il faudrait savoir : si le FN est jugé dangereux pour la démocratie il faut le démontrer et le dénoncer et non pas l'insinuer. Mais c'est un débat autour de l'offre politique et il revient aux citoyens d'en juger, sans stigmatisation par avance. Car c'est ce climat en légitimité qui active la haine entre partis. La France n'est pas du tout une société apaisée mais une société clivée. 

En France, pourtant pays des droits de l'homme et du citoyen, il faut donc constater que la liberté d'expression et des idées se trouve encadrée, formatée, voire régentée par des interdits et des lois en un cercle vicieux et perfide aboutissant à la domestication des esprits ; comme si le peuple n'était pas "adulte" et qu'il faille qu'on lui balise le "corridor de la pensée".

Car lorsque l'on se rend compte que des chroniqueurs au "Nouvel obs" ou des "Inrockuptibles" dont les capitaux et la gouvernance relèvent des magmas des banques comme Rothschild et Lazard -amis et soutiens de DSK- et que ces plumes montent au créneau pour flinguer ce pauvre Naulleau jugé "hérétique" cela devient risible pour ne pas dire pitoyable. Il faut rappeler que Mathieu Pigasse de la banque Lazard est actionnaire au Monde (avec Pierre Bergé et Xavier Niel) et propriétaire des Inrocks. Et aussi préciser que "Libération" est sous la coupe du Baron de Rothschild...c'est quand même chimiquement embêtant, non ?  

Ainsi, lorsque l'on voit un journal comme les Inrockuptibles faire la promotion d'un Bertrand Cantat en lui donnant audience (alors que c'est un assassin) idem à un Roman Polansky (violeur de petite fille) il y a de quoi être sidéré par la fameuse "déontologie"...

On se rappelera que Bouygues et TF1 ont accueilli DSK -jugé pour viol- au journal de 20h. De même, BFM TV a sorti le tapis rouge pour un délinquant notoire en la personne de Jérome Cahuzac qui a bafoué la république et les français. 

Car Naulleau et Soral, ne sont pas-eux- des criminels de droit commun... Sauf à être plus ample informé !

Alors, deux poids deux mesures, par les voies impénétrables de la consanguinité des élites ?

Il faudra bien un jour prochain donner -redonner- la parole et de l'exposition aux voix de la dissidence -et pas seulement grâce au net- concernant Soral, Zemmour, Ménard, Chouard, Jovanovic, Chauprade, Collon et d'autres. Discuter, débattre, échanger, comme le comprend Naulleau. Redonner une respiration à la démocratie. Les gens sont adultes, ils sont citoyens surtout. Ils se détermineront. Pourquoi la bourgeoisie a-t-elle si peur ? pour ses privilèges ? Mauvaise pêche ; triste pour elle.

Sinon demain on risquera de se réveiller avec de sacrés migraines dûes à la télécommande... Les gens ne veulent plus acheter des piles qui nous abrutissent !

PNG



32 réactions


  • FRIDA FRIDA 16 novembre 2013 09:55

    « l’assassin Estéban »

    on ne va pas refaire l’affaire, mais il est maintenant incontestable qu’il n’y ait pas eu de préméditation, je trouve que l’utilisation du terme assassin à elle seule est une preuve de la partialité de l’auteur.
    Il se veut objectif et critique, mais ne fait que participer à la chasse à courre qui est lancée maintenant contre Nulleau. Le bannissement ne sera tarder, les choses se font de façon à ce que le cerveau disponible ne se pose pas la question pourquoi Nulleau a subitement disparu des écrans.

    et il écrit "Même Zemmour, qui n’a pas froid aux yeux, ne s’y est pas risqué, peut-être parce qu’il entretient depuis toujours une certaine proximité d’esprit avec Soral et que le dialogue n’aurait pas été autant désaccordé.",
    une façon de noyer le poisson, ainsi Zemmour pense comme Soral, mais l’antisémitsime en moins, ce qu’il faut au système médiatique.


    • izarn izarn 16 novembre 2013 18:51

      Je dirais plutot que c’est Soral qui pense comme Zemmour. Et qu’en fait comme par hasard, ils pensent la meme chose sur pas mal de sujets. Ne faisont pas de conspirationisme. Les infos qu’ils ont, nous les avons aussi sur le net. Et finalement on en vient à penser la meme chose.
      Ont oublie trop souvent que Soral lit Annie Lacroix-Riz, qu’il critique, mais pas sur l’essentiel. On peut parler aussi d’Aymeric Chauprade. Quel rapport avec Soral ? Tant qu’on y est aussi J.P.Petit, allez sur son blog scientifique, c’est pas mal non plus...Dans le genre aussi « pensée unique pour les scientifiques » contre les réchauffistes climatiques.
      Bref, pas si extremiste en fait que ça Soral...Il voudrait bien etre l’Unique...Hélas pour lui.

      J’oubliais des personnalités « bon ton » : Jacques Sapir, Lordon, Jorion, quoique restant trés prudents, pour encore avoir droit aux plateaux télés et radios main stream.

      Il faut se dire que Maurice Allais, prix Nobel d’économie français, a été litteralement censuré dans les médias, quand il a commencé à s’attaquer à l’OMC de Pascal Lamy, au FMI de DSK, à la Federal Reserve de Greenspan à Bernanke, et surtout à la BCE de Trichet.
      Alors Soral !!!! Courage ! Tu as encore du boulot !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 novembre 2013 18:59

      izarn,

      Ce n’est pas peut-être pas ce que lit Soral qui pose problème, c’est la tambouille confuse qu’il en fait...


  • Edmon Edmon 16 novembre 2013 12:26


    Le scoop de l’article étant que Dieudonné n’est pas antisémite car fils d’immigré camerounais et ancien militant anti-raciste.

    Dans le même genre d’idée , le couscous étant parmi le plat préparé le plus consommée en France , on ne peut pas dire que les français soient racistes.Intellectuellement parlant s’entend.


    • Edmon Edmon 16 novembre 2013 19:22

       - 8 , le kiffe smiley A - 12 c’est la consécration Agoravox , le label zéro antisémitisme.
      A vot’ bon coeur m’sieurs dames !


    • lionel 17 novembre 2013 12:07

      A moins que vous ne soyez un « troll » identifié (sourire), il est en effet évident que l’argument de l’auteur de l’article n’a pas une grande valeur. 


      Dieudonné n’est pas antisémite.

  • simplesanstete 16 novembre 2013 12:26

    Jeu vient de finir le livre, résultat : un mondain versus le monde tel qu’il est et un hauteur qui y fait face en l’autopsiant. Le 1er ne répondant JAMAIS au 2eme, que par du style et encore du style. On a presque pitié pour Neaullau doux jésus, enfin grâce à Soral, il touchera, quand maime, un petit billet sur les droits d’auteurs et aussi le droit de se faire défoncer/exhiber sur les merdias pour ce « dialogue »,il y a définitivement un côté sado maso chez ce type, une machine à se perdre qui rappelle l’autre, le Parti Serpillère, QG des trafiquants d’espoir. depuis 140 ans


    • simplesanstete 16 novembre 2013 12:36

      A l’auteur, j’ai un fils de 25 ans c’est bien encore un petit con genre Méric et j’en connais des comme çà, ces copains en fait. Un master de philo à Edimbourg, mon fils, c’est effrayant le résultat pratique mais pas étonnant. Il doit venir en Décembre, jeu pense sincèrement à...... le foutre dehors, il faut savoir dire non, n’est ce pas ?


    • Anaxandre Anaxandre 17 novembre 2013 00:44

       J’ai beau vous suivre sur le fond, je ne résiste pas à l’envie de vous conseillez de prendre quelques leçons de français auprès de votre fils (avant de le foutre dehors, s’entend).
       Cordialement,
       A.


  • France Républicaine et Souverainiste Fabien Roger Bonaparte 16 novembre 2013 12:44

    Il a parlé à Alain Soral : inadmissible ?


  • Vipère Vipère 16 novembre 2013 13:08

    Pourquoi enfermer les penseurs dans des ghettos intellectuels ?


    Se confronter à  A. SORAL fait la preuve de son courage, il aurait pu débuter avec un débatteur moins chevronné ?

  • claude-michel claude-michel 16 novembre 2013 13:29

    Alain Soral est un bateleur..un provocateur..un amuseur de cirque de campagne...

    Polémiqueur..il aime titiller l’autre pour le toiser de haut..lui montrer que lui sait... !

    Bof...un pitre des salons Parisiens..

     


  • Docteur No Docteur No 16 novembre 2013 14:03

    Pour ma part, bien j’aime beaucoup Eric Naulleau, je le crois droit et honnête intellectuellement, assez honnête, bien que je crois aussi qu’il s’impose une auto censure à certains égards, en plus de cela, il est d’une grande érudition, son agrégation de lettres modernes en témoigne. Quant à entamer un dialogue avec Soral, c’est effectivement courageux. Dans la mesure où tenir un débat avec Soral est tout bonnement presque impossible, il ne souffre aucune contestation et diffame ou devient violent, méprisant verbalement avec ceux qui oseraient s’y opposer, ce qui témoigne d’une esprit faible et montre que ses convictions sont bancales et ne peuvent permettre à d’autres idées de s’intégrer dans son système de pensée. Un ami a réfléchi sur ce problème concernant Soral, et sa conclusion est fort pertinente, si il ne va pas sur les plateaux télés, ce n’est parce qu’il en est écarté, mais parce qu’en face d’un interlocuteur il perd ses moyens, et devient grossier et coupe la parole, parle fort, Soral a conscience de cela et préfère donc faire ses « entretiens mensuels » seul sur son canapé et en toile de fond un tableau que je trouve d’une grande laideur, car seul, il n’a pas à subir l’avis des autres qui bien souvent est mieux argumenté et mieux construit. Voilà pourquoi Naulleau a eu bien du courage pour se lancer dans des débats avec Soral à tel point qu’ils en ont co-écrit un livre !


    • Sergueï Dabur Sergueï Dabur 18 novembre 2013 15:42

      « Soral préfère faire ses entretiens mensuels seul sur son canapé ».

      Alors là, on touche le fond ! Un plateau télé vous apporte une visibilité assez différente d’une vidéo youtube ! Et si vous écoutiez ses vidéos, vous sauriez qu’il souhaite plus que tout pouvoir débattre avec ses contradicteurs, peut importe le média : TV, radio, presse...

      Il n’y a simplement pas (plus) accès.


    • Parisstudent 23 novembre 2013 21:46

      Je suis tout à fait d’accord avec toi.

      Une question : ou as-tu vu que E.Naulleau est agrégé de lettres modernes ? D’après mes recherches il est titulaire d’un DEA de lettres modernes mais non d’une agrégation. Bien que j’aurais trouvé cela cohérent quant à son parcours.

  • pas perdus pas perdus 16 novembre 2013 14:14

    A lire l’article du Monde Diplo du mois d’octobre 2013 sur Sorel.


  • pas perdus pas perdus 16 novembre 2013 14:15

    sur Soral... Lapsus révélateur puisque Sorel a beaucoup influencé Mussolini parti de la gauche jusqu’à l’extrême droite.


  • Vipère Vipère 16 novembre 2013 14:20

    Docteur No


    Les mêmes constatations que vous sur Eric NAULLEAU auquel j’attribue également une honnêteté intellectuelle, au-delà de son cursus de Lettres. 

    Soral est effectivement un polémiste qui ne souffre aucune contradiction, c’est son talon d’Achille, trouver un contradicteur assez courageux en face à face, tient du quasi miracle.
    Monsieur NOLLEAU, bravo !

    Bien à vous V.

    • izarn izarn 16 novembre 2013 18:28

      F.O.G a déclaré en lisant Soral : C’est dégueulasse...
      Je trouve dégueulasse qu’un enfoiré de la taille de F.O.G. produise des émissions « culturelles ».
      C’est effarant !
      De nullité !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 novembre 2013 19:16

      Musima,

      Quand vous vous servez de 20 analyses différentes, que vous les mélangez comme le fait Soral, c’est bien diable si dans le tas, il n’y a pas quelques idées qui sont aussi les vôtres...

      Ce dont les Français ont besoin aujourd’hui, c’est d’explications qui permettent de comprendre ce qui se passe, pas d’ajouter à la confusion.

      La confusion fait partie de « la stratégie du choc », si bien décrite par Naomi Klein.
      Les médias l’entretiennent savamment, en donnant les faits, mais en cachant les explications de fond.

      Les mauvais coups tombent de tous les côtés, il ne se passe pas de jour sans mauvaises nouvelles, le but est que les gens en restent hébétés, sans savoir comment se défendre.

      Je ne dis pas que Soral le fait consciemment, mais sa confusion ajoute à la confusion.

      Un exemple, si je vous donne les informations sur le Sommet de Wroclaw, vous comprenez tout de suite qui donne les ordres aux Ministres de l’ Economie européens, même si l’ Allemagne se débat comme un beau diable pour ne pas payer pour les autres.

      Le destin de la Taxe Tobin a été scellé ce jour là : « You can’t ! »
      Vous avez eu ces informations ? Non.


    • lionel 17 novembre 2013 12:11

      Bonjour Fifibrindacier... Bonne journée.


    • izarn izarn 16 novembre 2013 18:31

      Les mémoires de Sarkosy seront probablement plus interessantes ? Hahahahhaa ! Vous pouvez toujours lire Cécilia en attendant. Cela un bon parfum non ?


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 novembre 2013 19:27

    En principe, dans un monde normal, le rôle des intellectuels est de parler à l’intelligence des gens pour leur faire part de leurs découvertes, ou de leurs analyses.

    Le public doit en ressortir plus intelligent et plus savant qu’avant..., sinon, cela signifie qu’il est tombé dans un enfumage, grande spécialité du monde des médias, des politiques, et des « relations publiques » qui les servent.

    Pour ceux qui ne l’ont pas encore regardée , la vidéo de PSYWAR, la guerre psychologique, de Scott Noble, vous explique comment on fait pour empapaouter les masses.

    Ou regardez cette conférence, il y a de fortes chances pour que vous compreniez enfin quelque chose aux problèmes monétaires...« La Tragédie de l’euro ».


  • robin 16 novembre 2013 20:03

    Quand Naulleau v se faire virer du PAF une preuve de plus sera administrée que le dit PAF est une dictature.


  • volpa volpa 16 novembre 2013 20:24

    Je n’ai même pas lu l’article.

    Maintenant il faut un blanc seing pour parler avec quelqu’un quand les cons ont décrétés que c’était un intouchable.

    L’auteur glisse sur son caca.


  • non667 16 novembre 2013 23:05

    soral :hautain, méprisant ,colérique ,provocateur  !
     explication que je tire de mon expérience un peu comme la sienne gauche ----> f.n. :

    père encarté au pc , moi ouvrier soudeur 68tard cgt ,éveillé à la politique par le canard enchainé
     , donc formaté entièrement « par la propagande gauchiste » (je l’appelle comme ça maintenant avec 30 ans de recul ) que je résume : degaulle = dictateur (donc fasciste ) 5° république = coup d’état permanent !
    puis vint 1981 ,immense espoir  !
    puis vint 1983 , politique de rigueur , ---> déception ---> questionnement  ?
    puis vint 1984 le gouvernement fabius et le départ des communistes du gouvernement = réponse = le ps n’est plus du coté des travailleurs , à gauche !
     1986 législatives : accord pc - ps ?
    ci joint un lien qui résume /explique les évènements et la cause de ce que nous ressentions confusément  !
     www.lutte-ouvriere.org/documents/archives/cercle-leon-trotsky/article/avec-mitterrand-et-apres-la-ga...

     déboussolé , n’imaginant pas la résorption du chômage (pb n° 1 pour les ouvriers )autrement que par le partage du travail dans le cadre national (hors immigration ) j ’ ai voté par dépit ,sans conviction , pour la 1° fois F.N. ( en lisant encore le canard ! )

    cocufié par la gauche , détaché d’elle ,  je suis devenu un électron libre  ! comme soral
    par la suite observateur indépendant de tout parti j’ai suivi la politique à la télé (plus de canard ) d’un œil critique et suspicieux  et là découverte  ! de gaulle n’était pas un dictateur ?! tous s’en réclamaient (accent gaullien !) la 5° tous s’en accommodaient ? etc ....etc ..... j’avais été manipulé par une infâme propagande .
    plus personnellement après l’échec des 35 heures , a défaut de créer des vrais emplois question partage du travail et conservation/protection de l’existant le fn me semble le plus proche de solution .

    d’où ma colère quand je vois mes semblables (ouvriers de moins en moins nombreux ) qui ayant mon vécu n’en arrivent pas aux mêmes conclusions
    d’ou mon mépris pour ces gogos /mazos/ cocus qui en redemandent 
    d’où mes commentaires acerbes et provocateurs sur A.V. (souvent sensurés ! )

    pour les anti-fa (soleil ,taktak,jaja ....etc ) qui vont me sortir que le fn ne défend pas les ouvriers ...etc.. qu’ils ne se fatiguent pas, je les connais , je leur pisse à la r.... ! smiley smiley smiley smiley


  • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 17 novembre 2013 19:11

    L’auteur semble tellement habitué à la pratique du lynchage médiatique qu’à aucun moment elle ne l’interpelle pour tenter d’en faire sens.
    Il l’évoque comme si ça faisait tout naturellement partie du paysage.
    Dès lors, il aboie avec loups comme si c’était tout à fait anodin, sans aucun risque pour l’objectivité de son propos.

    C’est assez effrayant quand on y songe !
    Plus effrayant encore que la nuée d’attaques ad hominem qui visent le pauvre Soral.
    Car nous savons tous que ceux qui visent l’homme le font faute de pouvoir attaquer son argumentation.
    Le traitement de la position de Soral sur l’affaire Méric par l’auteur peut ici illustrer mon propos.


  • Rounga Roungalashinga 18 novembre 2013 09:13

    Etre « à gauche » en 2013 revient à être dans une auberge espagnole tellement l’étendue du symbole est devenu opaque, voir illisible. Mais dans les médias cela reste un « bon passeport ».

    Je crois au contraire que c’est très simple : se dire « de gauche » aujourd’hui, c’est déplorer que le PS ne le soit plus, mais quand même voter pour lui contre la « droite » au 2ème tour.

    Dupont-Aignan et Assellineau sont rejetés par lui.

    C’est faux. Soral trouve que Dupont-Aignan est sur la bonne ligne, plus sans doute que Marine Le Pen, mais il a selon lui pour rôle (non voulu) de servir de soupape de sécurité au vote FN, et ainsi abaisser son score. Soral prend parti pour le FN car il pense que ce parti sera demain un acteur important, et il espère en infléchir la ligne dans le bon sens (pour Philppot contre Aliot).
    Quant à Asselineau, Soral relaie ses conférences, qu’il qualifie « d’excellentes », mais c’est Asselineau qui a rejeté Soral, lorsque son association lui a proposé de lui fournir des salles pour ses conférences.


    • smilodon smilodon 18 novembre 2013 20:53

      C’est quoi « la gauche » en 2013 ???!!.. Qui vote encore pour ce parti ??.. Les ouvriers, s’il en reste 2 ou 3, les agriculteurs, s’il en reste 3 ou 4, les « employés », s’il en reste 5 ou 6 ??...... Mais qui donc vote encore pour la gauche ??? Qui ???!.... Qui a voté contre « sarko », je le sais, je viens de les citer !... Mais pour « Hollande », qui, sinon pour virer Sarko ??... Qui croit encore au « Socialisme » ???!!.. QUI ??.... Des noms !.... Adishatz....... (Pour info, y’a plus personne en qui les citoyens aient confiance !.... C’est mort çà !... En 2017, dans le mur on va y aller à 300 km/h !!.. La vitesse, ça vous dit ??..... Vous allez voir !.... Plus que 4 ans !........Adishatz !...


  • smilodon smilodon 18 novembre 2013 20:42

    @ l’auteur : J’ai pas tout compris... Sauf une chose !... Je vais acheter ce bouquin !...... Le lire, et me faire MON idée !.... La MIENNE !.... C’est bien qu’il reste encore des gens comme çà !.....En « 40 » on les fusillait, direct !... Tant qu’on peut les lire encore, lisons-les !.....Adishatz.


Réagir