lundi 23 août - par Djam

Et l’on nous videra aussi de notre âme

"« Jamais depuis le temps biblique ne s'était abattu sur nous fléau plus sournois, plus obscène, plus dégradant à tout prendre, que la gluante emprise bourgeoise. Classe plus sournoisement tyrannique, cupide, rapace, tartufière à bloc ! Moralisante et sauteuse ! Impassible et pleurnicharde ! De glace au malheur. Plus inassouvible ? plus morpione en privilèges ? Ça ne se peut pas ! Plus mesquine ? plus anémiante ? plus férue de richesses plus vides ? Enfin pourriture parfaite. »

Ainsi parlait… (écrivait !) le dérangeant Céline-Destouches. On ne s’en lasse pas. Du moins pour ceux qui ont encore des bolas ou des ovaires – comme on voudra – et osent encore essayer de penser par eux-mêmes. Se sortir de la puanteur doxatique qu’on nous balance à jet continu n’est pas donné à tout le monde. C’est qu’on s’y est habitué à la zizique radiophonique ou télévisuelle matinale ! Ça vous tient compagnie comme un clébard haletant qu’on va d’ailleurs consciencieusement enchaîner pour qu’il aille trimbaler son proprio dans le quartier où il ira décoqueter son étron du jour. Le clébard ou le maître, comme on voudra…

Même l’entité bourgeoise sus mentionnée par Ferdinand est toujours là. Si les aristos résiduels se sont transformé en passe-muraille – ou en organisateurs de jeux médiévaux façon Puy du Fou – l'esprit bourgeois sévit toujours et notre époque est aussi engageante qu’un ciel ante trombe. Les muselés continuent à vous mater d’un regard mauvais et suspicieux. S’rait pas un peu vous, le gueux qui refuse la génuflexion devant le dieu Covid, des fois  ? La trouillasse a de beaux jours devant elle. On la sent partout… je ne vous parle même pas de la petite paranoïa rampante qui s’est emparée de la plupart des loquedus qui arpentent les hypermarchés, heureux de présenter un aussweiss pour bourrer leur caddy de merdes sous blister et truffées de conservateurs ! Faut dire qu’il a de la gueule le nouveau laissé-passer… beau comme un dessin labyrinthique qui pourrait finir dans la collection privée de B. Arnaud... Et les contrôleurs occasionnels – les sans boulots et sans dent qui ne trouvent plus de taf - s’en viennent jouer les petits kapos du Grand Commerce Global – "Vot' pass s'iou'plé ? aboie le contrôleur en CDD... le temps du pass qui ne passe pas... Après lui, ne vous inquiétez pas, le "crédit social" prendra le relais et ils seront encore nombreux ceux qui trouveront ça très bien parce que, vous comprenez, quoi merde, ils vont les plier les genoux ces rebelles du sabbah, non mais !!!

Ça manifeste dans toutes les villes, grandes et moyennes, du « territoire », comme disent les déterritorialisés pour ne pas avoir à sortir le joli mot de Pays de leur clapoir à statistiques remaniées et tordues. On ne s’emmerde plus dans ce beau monde qui rêve d’aseptisation totale. Pasteur doit avoir une série de turgescences inattendues dans sa tombe ! Mazette, qui eut pu imaginer qu’on en arriverait à faire dans le kärcher de poche sous forme de gel poisseux dont les gueux se tartinent sans limite !? Z’avez-pas le pass  ? demande le médicastre emblousé de blanc du bout des lèvres qu’il/elle a de fort pincées… Heuuu… non…, répond le pas aligné qui tente de passer entre les mailles de la matrice en cours de tricotage planétaire. Et on le leur répète tout net ! Circulez ou présenter Pass… TINA ! There Is No Alternative avait lâché la dame dite de fer qui a pourtant fini comme n’importe quel tout-puissant-milliardaire-qui-rêve-d’immortalité, sous forme de cendre ou de compost pour jardin de bobo écolo. Comme quoi faut pas trop se la péter… le Réel vous revient dans la cafetière plus vite qu’un boomerang. 

C’est qu’ils voudraient qu’on se fasse trouer la paillasse à répétition les hygiénistocrates ! Plus besoin de lancer des ordres de mobilisation pour expédier les jeunes débulbés à la riflette. Z’ont juste besoin de petites mains un peu partout… on embauche du vieux qui s’emmerde à la maison et du jeune futur chômeur longue durée pour assurer la revue des soumis. Le Revenu Universel est dans les cartons, là, sous la main manucurée des technocrates qui ont pris celle sur ce qu’on appelait hier encore des Etats Souverains.

Ahhh les chiens galeux ! C’est qu’ils s’entêtent avec leur Nouvel Ordre Mondial, leur transhumanisme qui n’a d’humaniste que la transe dans laquelle plonge les surpiqués du 21ème siècle et leur avatar à données encodées… la vie n’est plus en rose ni même en gris, mais en QR code ! Faut c’qui faut mes amis. On est dans la modernitude ou pas. Le progrès ça se nourrit du joyau niché quelque part au cœur du corps... on l'appelle l’Âme. Un peuple déspiritualisé n’est plus qu’une masse inerte prête à crever pour sauver sa peau pleine de vide. Elle se trimbale sous forme d'une enveloppe qu’elle confie aux Dr Mabuse de la technoscience et de la fusion corps/technonumérique. L’écho dans le grand vide de son corps n’en finit plus de se répéter à l’infini et se perd dans les cieux qu’elle craint de voir lui tomber sur le rab si elle n'optempère pas aux diktats du biopouvoir foucaldien.

On se prépare aux prochains cauchemars concoctés dans les cuisines puantes de l’arrière-boutique de la société planétaire. Au menu, la suite des « variants » covidiens dont les petits noms feront le bonheur artificiel des derniers poètes de la liquidation définitive. Le plat du jour aura un goût de climat réchauffé et les réchauffistes reviendront au proscenium du grand cirque global. La serveuse sera la môme Greta qui a cessé d’étudier pour se lancer dans la comm’ de la terreur « storytellée ». Pas exclu non plus que le dessert ait un fumet afghans. Z’êtes priés d’accueillir les nouveaux « réfugiés » des montagnes afghanes au risque d’être traités de méchants blancs responsables de tous les malheurs du monde. On est dans de beaux draps, pour sûr… 

Il y a belles lurettes que des esprits qui savaient réfléchir et penser avaient vu venir de loin la bête immonde. Pas celle qui inonde le froc des Cassandre professionnels de la covidisation de tous, non, celle qui nous veut « du bien », celle qui s’approprie notre corps après avoir liquidé l’esprit et l’âme. Dernier territoire de la conquête du profit maximal, le corps humain est réifié jusqu’à la dernier cellule « spikisée ». Votre système immunitaire est une machinerie imparfaite. Le « grand penseur » Laurent Alexandre, qui attend impatiemment qu’on lui livre un conteneur plein d’azote liquide pour s’y plonger en attendant un futur radieux, vous le répète… vous êtes inutiles. Le grassouillet Hollande, le VRP de la Vespa nocturne, nous affirmait qu'on était déjà des sans ratiches, le Macron est passé maître dans l’art de diviser. La division a cela de génial c’est qu’elle permet de couper n’importe quelle miette en quatre pour jouer les généreux répartiteur ensuite. Le tyranillon élyséen y va ses ses allocutions préparées par ses communicants venus d'en-deça de l'intelligence. L’agence amer loque Mackinsey lui murmure à l’oreille tout ce qu’il doit dire et faire. « Je ne pourrai sans doute pas me représenter en 2022 parce que je vais devoir prendre des décisions impopulaires  » disait le petit Narcisse à un journaleux qui espérait un scoop et une petite promotion par la même occasion. Ben oui... on a vu et surtout entendu... et le freluquet ira jusqu'au bout... y s'en fout, son trip, son kif, son crédo, son obsession, son ambition prochaine c'est d'être le Calife de la Nouvelle Europe ! En 2022, on nous servira une cooptée par les professionnels de la démocratie de pochette surprise. Elle piaffe déjà dans les écuries du NOM... le grand cirque va se poursuivre... installez-vous devant vos écrans en tout genre, ça va être du Hollywood puissance dix ! Vous ne regretterez ni d'être né ni d'avoir de la progéniture pleine d'espoir d'une vie meilleure. 

On nous vole notre âme les amis ! Au s’cours, à l’aide au viol !! Non content de nous ramoner le tarin, d’exiger un CulR code pour vivre sous contrôle permanent, on nous siphonne par l’intérieur jusqu’aux tréfonds pour nous aspirer ce qui nous restait d'humanité. Ceux qui rêvaient de se débarrasser de toutes les entraves vont avoir une petite jouissance… la digitalisation intégrale est en passe (pass !) d’évacuer l’humanité tout entière du grouillement humains. Une enveloppe pleine de programmes algorithmés, pour sûr ça fait kiffer ! Les chacals ont l’avenir qui s’ouvre devant leur yeux ophidiens… À la rentrée, comme disent les animateurs du cauchemar sur écran, ça va barder… v’lan ! quelques LBD dans le poire des gilets jaunes mêlés aux gueux anti pass… quelques bonnes grosses bouffées de GIEC histoire de resserrer les sphincters trop relâchés… quelques actes terroristes bien torchés et ciblés et la machine à tuer les défenses immunitaires de l’esprit fera sa grande rentrée triomphale. 

Mes amis, je vous laisse méditer à nos lendemains réchauffés, explosifs, hurlants, bouillonnants… la rebellitude estivale pourrait bien glisser dans le chaos (constructif ! assurent-ils) que certains appellent de tous leurs vœux depuis un bon moment… Ahhhh petit Zemmour, quand tu nous la contes ta guerre civile qui vient, on s'en lasse pas... !

En attendant, je m’en vais prendre soin de mon âme, je la sais éternelle, elle...

https://reseauinternational.net/culte-des-vaccins-et-declin-de-la-spiritualite-le-point-par-rudolf-steiner-en-1917/



53 réactions


  • samy Levrai samy Levrai 23 août 17:56

    qu’ainsi il ne soit pas.


  • Clocel Clocel 23 août 18:03

    Faut relire Kafka aussi en ce moment, c’est pas mal non plus...

    la Métamorphose et La colonie pénitentiaire, entre autres...

    Mais bon, Le voyage et Mort à crédit...

    Au-dessus, c’est le soleil.


  • Jeekes Jeekes 23 août 18:05

    ’’En attendant, je m’en vais prendre soin de mon âme’’

     

    Même pas la peine, suffit pour ça te faire confiance à votre femme !

     

    Cf : J Brel (Adieu l’Emile)

     


  • Yann Esteveny 23 août 21:20

    Message à avatar Djam,

    Merci du partage de ce beau texte avec votre style particulier.

    Satan ramasse les âmes que les peuples bradent si facilement. Il y a une dimension spirituelle inaccessible à celui qui ne sait pas élever son âme.

    Voici typiquement un article incompréhensible pour celui qui n’a pas le bagage culturel religieux et dont la vidéo Youtube a été censurée :

    https://strategika.fr/2021/08/12/vers-un-holocauste-vaccinal-dr-vladimir-zelenko/

    Voici un article d’un milieu catholique de la tradition sur les évènements :

    https://cristiadatradicinalista.blogspot.com/2021/08/reinitialisation-generale.html

    Respectueusement


    • Djam Djam 23 août 21:30

      @Yann Esteveny
      Bonsoir Yann et merci pour votre commentaire smiley
      Merci également pour les deux liens. Le 1er je l’avais déjà écouté avec, je l’avoue, un effarement certain parce qu’il est en effet probable que l’injection des « cocktails à la spike » fasse des dégâts sur le long terme.
      Le 2sd lien m’a permis de découvrir le très beau texte de ce serviteur du Christ. 
      Gardons la foi, c’est absolument essentiel !


  • alinea alinea 23 août 22:53

    C’est pêchu.. la bourgeoisie a été couillonnée, enfin la petite des classes moyennes, mais la grande a toujours gardé une réaction aux progrès des valeurs.. les trublions ont fait table rase du passé bourgeois, ils briguent l’immensité, les cimes, l’espace des planètes !!

    J’aimerais être dans leur tête cinq minutes... c’est le genre de progrès que j’aurais aimé que l’homme fasse ! Je pense qu’on comprendrais mieux et qu’on saurait vite les ligoter !

    Tu jettes un œil en arrière et tu t’aperçois que tout y était, pour un peu tu te souviendrais de toutes les étapes, les petits changements dans la culture, dans l’instruction, dans le « social », dans la médecine..

    je me souviens, je me souviens des apnées que provoquaient parfois les rendus compte de mes amis restés à la cité, ça les choquait, ils critiquaient mais la vie allait continuer d’aller

    les luttes se multipliaient sur des détails concernant un clan, une clique et personne ne tissait rien avec ces fils cardés avec enthousiasme...

    Mais l’avenir est à nous, à nous d’y redéposer le passé joli, les acquis solides, la fraternité déjà sortie de ses oripeaux grâce aux Gilets Jaunes ; elle ne repartira pas de sitôt ; on s’escagasse là parce que on en a encore le loisir mais viendra le moment où le réel sera dans la nécessité, d’entraide.

    Je pense qu’il y aura des beaux moments à vivre, même dans ces glacis tenus par les trans, parce qu’ils ne peuvent pas encore tout chosifier.


    • Djam Djam 23 août 23:01

      @alinea
      Merci pour votre participation à ce sujet de fond on ne peut plus fondamental... je veux parler de cette nécessité que l’on sent à fleur d’événements et qui consiste à retisser des liens pour de vrai à tous les étages. 
      J’aime assez l’idée que le coup d’état sanitairo-digitalisé mondial dégivre un peu partout les zones figées de beaucoup de cerveaux...
       smiley


  • alinea alinea 23 août 23:19

    Oui le dégivrage fait des flaques, aussi faudrait-il savoir quoi en faire, et puis réchauffer d’affection les pauvres sillons gelés si longtemps !!

    on a du taf !!


    • Djam Djam 23 août 23:24

      @alinea

      On va faire au mieux de notre énergie, de notre détermination et pis si ça nous pompe de la vitalité, on pourra en tout cas se regarder dans un miroir et se dire « j’ai combattu, j’y étais ! ».


  • Furax Furax 24 août 00:16

    @Djam

    Merci mille fois.

    Notre colère, notre désespoir, notre dégoût, grâce à votre plume s’allègent et, qui sait, permettent entrevoir le vrai et ultime reset, l’Apocalypse promise, totale, définitive, sans retour.

    Ce sera peut-être une chance immense de vivre les tempêtes qui grondent !


    • Djam Djam 24 août 11:42

      @Furax
      Merci Furax de votre commentaire smiley)
      Je crois aussi que l’époque et le chaos qui advient sont aussi une opportunité de « saut quantique » de conscience, comme disent les pontifes de la chose... 
      Surtout, ne cédons jamais à la déprime, au renoncement !


  • Jean Keim Jean Keim 24 août 08:43

    Salut la terre, la colère est salutaire quand elle n’a pas une cible, sinon la guerre prend le relais et je défie quiconque d’en citer une seule qui ait été menée à son terme, sans que des intérêts particuliers ne fussent assouvis et des profits engrangés, la colère n’est pas toujours une mauvaise conseillère mais la guerre toujours mortifère et cause de souffrances pour les mères.

    Dans une guerre il n’y a pas les bons et les méchants, il n’y a que de la barbarie.


    • Djam Djam 24 août 11:38

      @Jean Keim

      A l’évidence cher Jean !
      Mais nous ne sommes pas tout à fait dans une guerre traditionnelle. Nous sommes attaqués par des forces d’une perversion rare mais il se produit en même temps ce qu’on appelle un « changement de paradigme ». Il y a une élévation du niveau de conscience collectif... même s’il en reste encore pas mal à la remorque smiley


    • Jean Keim Jean Keim 24 août 13:21

      @Djam

      Oui la conscience change, elle change sans cesse, elle est avant tout ce que la pensée du moment occupe comme espace dans la boite mentale.

      La pensée puise dans un savoir, donc dans le passé, ce qu’elle veut mettre en place comme changement, seulement il n’y a pas à changer le monde, vouloir le changer c’est ce qui se fait depuis que les hommes ont une histoire, c’est inévitablement vouloir le façonner suivant une idée, et toujours la force entre en jeu, mais effectivement nous, nous nous devons de changer et le monde changera ; le monde est un concept comme une idée d’ailleurs, la mise en place du changement, son organisation, sa réussite, sa pérennité, deviennent la chose la plus importante au monde et le changement ne se fait pas car il passe au second plan.


    • Djam Djam 24 août 17:04

      @Jean Keim
      Plutôt très d’accord avec vous...
      Si l’on part du principe (beau d’ailleurs) que la matérialité ne se manifeste qu’à partir d’idées, grandes ou médiocres, on ne peut que vouloir d’abord changer notre état d’esprit et par conséquent notre propre vision du monde avant de s’agiter à changer l’extérieur...


    • chantecler chantecler 24 août 19:09

      @Jean Keim
      Ca se discute .


  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 24 août 09:48

    Gardons espoir, nous les saints du Seigneur.

    https://www.agoravox.fr/commentaire6128872


  • Thorgal 24 août 12:54

    Cette impression de fin de civilisation, car c’est bien de cela qu’il s’agit, n’est que la manifestation de la fin d’un âge que les hindous appellent Kaliyuga (ou âge sombre) qui d’après certains devrait se produire vers 2025. Toujours d’après eux, il va s’en suivre une période de transition chaotique de 300 ans environ avant l’avènement du prochain âge bien plus éclairé (Dwapara yuga). Tout cela s’inscrit dans un cycle de plusieurs milliers d’années qui se répète (il y a 4 âges dans un cycle, les Grecs anciens les appelaient âge d’or, argent, bronze et fer d’ailleurs) .

    Alors attendez-vous à des turbulences lors des prochaines décennies... 


    • Djam Djam 24 août 17:02

      @Thorgal
      Oui, j’ai lu ça concernant le kali yuga... ce qui est agaçant c’est qu’on est en plein dans le cycle terminal et on sait qu’on va avoir quelques décennies plutôt inconfortables ! 
      Bon, vous me direz, on a eu quand même les fameuses 30 glorieuses, période assez courte en réalité mais que les économistes considèrent comme des périodes inhabituelles, fastes et furtives. Pour eux, la norme c’est souffrance, pénibilité, exploitation... il faut dire que ces gens-là (pour paraphraser le grand Brel) ont pris la sale habitude d’être au-dessus du lot et des gueux...
      Et si tout ça changeait après le kali yuga ?? 
      Gageons que oui !


    • Thorgal 24 août 17:22

      @Djam
      Le Kaliyuga se caratérise principalement par 2 dynamiques très distinctes :
       la dynamique « spirituelle » qui ne va que dans un sens, celle de la décadence
       la dynamique matérielle qui elle va dans le sens « inverse », à savoir que le confort matériel s’améliore. Ces 2 dynamiques vont de paire et s’influence mutuellement.

      Mais la fin d’un âge est toujours caractérisée par l’effondrement de l’environnement (dynamique du chaos) et de l’esprit. C’est en gros table-rase avant le début du prochain âge. Dans tout ça, il faut savoir rester zen et se dire qu’il vaut mieux agir et penser bien que le contraire, ce qui est évidemment d’autant plus difficile que l’environnement spirituel devient noir. 
       


    • Djam Djam 24 août 23:03

      @Thorgal

      Les anciens connaissaient vraisemblablement des rythmes, des cycles et des mouvements profonds du Vivant, visible et invisible. Notre époque, de modernité trainante a balayé l’invisible au profit d’un matérialisme qui, curieusement, va en se délitant jusqu’à l’abstraction numérique censée représenter le « nouveau réel ». Une virtualité dissolvante car vidée de sa dimension sacrée. Ainsi vont les fins de grand cycle...


  • chantecler chantecler 24 août 17:46

    La guerre 14 a tout détruit .

    Cela dit en ce qui concerne Steiner , les médecins cathos ça ne manque pas .

    La main gauche ignore la main droite ....


  • HELIOS HELIOS 24 août 18:15

    ... sans autres considérations, j’aime bien vos interventions ; peu importe si elles ne sont pas dans ma ligne de pensée.

    Merci pour cet article, comme pour les autres, encore une fois.


  • INsoMnia666CoMplotiste INsoMnia666CoMplotiste 24 août 18:38

    @Djam,

    J’aime cette phrase :

    « Du moins pour ceux qui ont encore des bolas ou des ovaires – comme on voudra – et osent encore essayer de penser par eux-mêmes ». merci.

    Ils nous prennent pour des biens, l’âme n’existe pas pour eux, même les animaux ont plus de considération à l’heure actuelle.


    • Djam Djam 24 août 23:10

      @INsoMnia666CoMplotiste

      Lorsque le pouvoir s’approprie en totalité le corps organique, il est temps de s’éveiller au risque de finir par croire que nous n’en avons plus... d’âme.


  • Bertrand Loubard 24 août 20:58

    Merci pour votre texte. Merci aussi à Clocel, qui cite Kafka et sa « Colonie pénitentiaire », si mystérieuse, en une espèce de miroir à l’univers de Ferdinand.
    Merci aussi pour vos réponses à Alinea et à Furax et tant d’autres .... Juste un rappel : n’y aurait-il pas intérêt à signaler : Zamiatine et son « NOUS AUTRES » en PDF gratuit sur ; file :///C :/Users/Bernard/AppData/Local/Temp/Zamiatine-Nous_Autres.pdf. Mais il ne s’agit-il pas du « point Godwin » de citer Hannah Arendt et les « Origines du totalitarisme » dans « Le système totalitaire » (1951 ?) car Lavoisier disait déjà en 1789 « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». Et de l’Hitlérisme ou Covidisme il n’y aurait qu’un pas. Bien à vous.


    • Djam Djam 24 août 23:14

      @Bertrand Loubard

      Merci pour la source pour trouver « NOUS AUTRES » ! Je m’en vais le télécharger.
      Ils sont tout de même nombreux tous ceux et celles qui avaient déjà pressenti l’effondrement de notre époque... ça pousse à l’humilité smiley


  • Bertrand Loubard 25 août 15:29

    Tant mieux que cela vous fasse plaisir de lire ce livre étonnant (écrit en 1920) dont on parle tellement moins que du « 1984 » d’Orwell (écrit en 1948) et du « Meilleur des Mondes » d’Huxley (écrit en 1930 réédité en 1946 et « re-réédité » encore en 1958 ( ?)). Or c’est dans ce livre publié aussi chez « Actes Sud » dans la traduction d’Hélène Henry (que je préfère jusqu’à présent à celle, en PDF, de B. Couvet-Duhamel) qu’on trouve l’origine de la sortie du Dr Knock (Jules Romains 1923) ; Note n°21) : «  Le véritable médecin est celui qui soigne des gens en bonne santé, ceux qui ne seront malades que demain ou après-demain, dans une semaine. Cela s’appelle la prophylaxie  ».
    De même, (Note n°3) : « Quand l’homme a perdu sa queue, il a dû mettre un certain temps à apprendre à chasser les mouches sans son aide ». (Cfr. Georges Orwell : « La ferme des animaux » : « ..... Dieu lui avait bien donné une queue pour chasser les mouches, mais qu’il aurait beaucoup préféré n’avoir ni queue ni mouches  » )
    Note n°6 : « Ce qui, dans la langue idiote des anciens, s’appelait « être banal » - signifie pour nous : ne faire que son devoir ». (Cfr. Hannah Arendt : « Eichmann à Jérusalem » et la banalité du mal). Et pour finir l’incroyable »prévision" :
    Note n° 21 : « ..... la pire des tortures c’est d’insinuer en quelqu’un le doute sur sa réalité – sa réalité à trois dimensions  » (notre QR code et notre smartphone en 2d ... ?)
    Bien à vous.


    • Djam Djam 25 août 15:57

      @Bertrand Loubard

      Oui, je n’aime rien tant que de pouvoir remonter le fil d’une idée, d’une découverte, d’une réflexion ou d’une analyse ! 
      A y bien regarder  et bien lire  on se rend très vite compte que des esprits anciens, parfois même très anciens, avaient déjà observé et analysé les maux qui nous affligent depuis l’avènement de la modernité... un état d’esprit somme toute bien particulier qui, certes, a mis du confort dans la vie des humains mais au prix à l’évidence d’un siphonnage efficace de la pensée propre et... de la profondeur d’âme.
      Merci à vous...


  • Adèle Coupechoux 25 août 20:18

    Merci Djam pour cet orage, cette tempête ; que dis-je ce hurlement de vivre !

    Vivre dignement, tout simplement. Avec la mort au bout même si elle n’est pas attirante. Laissez surtout ceux qui arrivent après nous vivre comme nous avons vécu sans peur et sans reproche…


  • Djam Djam 25 août 20:24

    Merci à vous Adèle pour votre commentaire...

    Ceux qui arrivent après nous sauront trouver les trous dans le filet et comme souvent, une partie d’entre eux auront une conscience élevée et d’autres moins. C’est aussi la Loi du Vivant... n’est-on pas ici un peu aussi pour ça ? smiley


  • I.A. 25 août 20:46

    Votre texte est assez violent pour faire fuir les trolls, et les réactions assez profondes pour les maintenir éloignés...

    Un véritable concentré de lucidité méprisante, avec cette pointe de tristesse, qui n’est autre que l’impression d’aller vers un recommencement, de piétiner pour le énième fois en direction du même espoir, jamais inassouvi.

    Merci.


  • I.A. 25 août 20:47

    ...à jamais inassouvi.


  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 25 août 20:58

    Philippe Murray manque.


Réagir