vendredi 22 mai - par Séraphin Lampion

Et si le virus, c’était l’hygiénisme ?

Dès qu’un concept se trouve décliné avec le suffixe « isme », il passe du statut de neutralité factuelle à celui d’idéologie militante. L’islamisme dessert l’islam comme l’écologisme dessert l’écologie. Il en va de même pour l’hygiénisme qui, faisant de l’hygiène un dieu, transforme la prophylaxie en religion et les gens soignés en adeptes pratiquants de rituels sectaires. « Dominus vobis cum – et cum spiritu tuo » a cédé la place à « Lavez-vous les mains – respectez les gestes barrières ».

Le fantasme de la santé absolue et la publicité qui en est faite par « big pharma » font de la pureté l’idéal d’un ascèse et instrumentalisent la propreté qui permet d’atteindre cet idéal, comme les prières et l’enfermement permettaient aux reclus de gagner le paradis pour eux-mêmes et leurs familles par leur abnégation. Pour les nouveaux réprouvés, les bannis et les infréquentables, la censure, la dénonciation et le traçage sont les outils de leur exclusion.

Cette nouvelle divinité nous enjoint d’être propres et sains pour être forts et nous différencier radicalement de l’animal, parangon de l’impureté bestiale, porteur de cornes et de sabots, à la langue de feu et aux griffes acérées, autant d’attributs méphistophéliques. C’est le triomphe de l’asepsie contre le grouillant, du lisse contre le velu et de la savonnette au parfum d’aloès contre les remugles musqués du mâle en rut et le sortilège provoqué par les miasmes de l’œstrus menstruel de la femelle lascive.

En inventant le « sain » l'hygiène a aussi inventé le malsain ; un mythe chasse l’autre, la sainte trinité républicaine obsolète « Liberté, Egalité, Fraternité » vient de se faire évincer par les valeurs de monde nouveau : « Propreté, Santé, Pureté ». Du coup, il est urgent de mettre en œuvre une ségrégation fondée sur l’« épuration » des malpropres, impurs, dont le sang devait jadis abreuver nos sillons. La santé est devenue la valeur suprême. L’ennemi ? Ce n’est plus la finance qui a été vaincue définitivement en un discours électoral en forme d’anaphore. L’ennemi ? C’est le malsain, l'insalubre, le pathologique. Si je veux être pur, je dois combattre l’impur qui est en moi et surtout dans les autres, pratiquer le prosélytisme pour convertir ceux qui sont dans l’erreur, partir en croisade contre les infidèles, les incroyants et les païens. L'impropre, c’est-à-dire l’étranger et le différent sont à éviter, à circonvenir, à éliminer.

Au-delà de la simple hygiène qui consiste tout simplement à « prendre soin de soi », l’hygiénisme a ses armes : les antibiotiques, l'inoculation universelle et le contrôle sanitaire, le confinement, la quarantaine et le fichage numérique connecté, pour éliminer microbes, spores, poussières, champignons, germes, bactéries, déchets et suspects indésirables.

Fi de l’adaptation des virus et germes eux-mêmes, fi du mécanisme de l'évolution et de l'apparition des espèces (dont la-nôtre) par hasard et non par finalité divine, fi de notre ADN issu de mutations génétiques !

Soyons tous « créationnistes » et combattons le « Mal » envoyé sur terre par le diable pour punir les hommes des péchés de stupre et d’opprobre comme dans le « Concile d’Amour » d’Oskar Panizza..

En fait, ce culte du corps sain dissimule (mal) l’angoisse de l'individu concentré aujourd'hui sur sa propre personne. Etre major de l’ESC de Reims ou d'ailleurs, puis Young Leader, gérer sa carrière pour « réussir » dans la vie, rentabiliser son existence, le plus vite et le "mieux" possible repose sur l’utilisation d’un corps en parfait état de marche, pur, sain, fort, aussi performant qu’un Smartphone et aussi puissant qu’une Bugatti Chiron. Même les émotions de cet homme nouveau sont contrôlées par une bonne posologie de la technologie pharmaceutique. Plus de dépression ni de mélancolie : les antidépresseurs sont les autoroutes à péage qui mènent à un nirvana accessible à toute heure et en tout lieu, à condition d’en avoir les moyens.

L'obsession hygiéniste de la pureté vient d’emporter dans sa folie des nations entières, non plus sous la forme de l’ »épuration ethnique », mais sous celle du « confinement », à la fois atomisation d’une société et éclatement de ses repères logistiques : petits commerces, bars et restaurants, pour épurer l’humanité grâce à la nouvelle « révolution culturelle » qui connait même ses structures de rééducation louées au groupe Accor et ses gardes rouges vérificateurs d’ »attestations dérogatoires de déplacements ».

Fin en soi ou arme de guerre au service d’une stratégie géopolitique occulte, peu importe quel est son statut, l’ « hygiénisme nouveau » qui nous submerge vient de produire un avatar désespérant, celui d’un pays dans lequel des gens masqués se croisent désormais en prenant leurs distances et en lançant des regards méfiants débarrassés de ce fléau humain générateur de contacts douteux : l’empathie.



134 réactions


  • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 22 mai 09:18

    Salut,

    Tout ceci près de l’origine du désastre humain part du refus de la mort...un pseudo combat entre moi et...........moi..combat qui n’existe pas dans le monde réel, combat perdu dès le début..

    Bien sur il y a autre chose derrière ce refus de la fin, comme au hasard balthazar, le désir de la continuité, mais il y a aussi autre chose derrière, le désir lui même...et il y a autre chose derrière , le programme de la pensée, et il y a autre chose, ce programme c’est quoi ? « qui » ,x inconnu, l’a programmé ?

    La pensée est inapte à vivre la vie pour ce qu’elle est, normal c’est juste un outil il est vital bien sur mais limité par sa « programmation ».

    Il ne peut analyser que le passé et pas n’importe lequel, son passé..fait de faits, de mensonges, d’illusions, de peurs , etc etc Ce passé inclus le futur désiré...moi je Maurice premier centre du monde et même plus..moi je suis l’alpha et l’oméga..etc tu parles Charles...le combat contre la vie elle même est entamé en fait...le vaincu est déjà connu..


    • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 22 mai 09:20

      @Géronimo howakhan

      Bref l’humain se prends une raclée , elle est auto infligée, elle est méritée et elle n’est pas finie...il y a un seul chemin et nous n’en voulons pas...notre légitimité est maintenant posée..


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 23 mai 05:11

      @Géronimo howakhan

      Je présune que je ne suis pas le seul a avoir remarqué la troublante correlation positive entre les deces dus au Covid et les efforts déployés par les systemes mediicaux. . Les pays où l’on s’en tire le plus mal sont ceux ou une medecine a la pointe du preogres est intervenue le plus activeement.... Il va falloir se poser des quesions... 

      PJCA


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 23 mai 08:10

      @Pierre JC Allard

      bonjour JC Allard

      il va falloir se poser des questions de quatre ordres :

      1. est-ce que tous les décès attribués au Covid 19 lui sont bien imputables et sinon, quel est le but de la manip ?
      2. « améliorer l’espérance de vie » en utilisant l’acharnement thérapeutique ne se traduirait-il pas par une « sur-mortalité » des patients qui, dans les pays moins riches et moins équipés, seraient déjà morts ?
      3. les mesures liberticides qui ont été déployées avaient-elles pour but d’assurer une protection sanitaire ou d’imposer un dispositif de contrêle ddocial du type « crédit social » chinois ?
      4. le coup d’arrêt brutal du fonctionnement des PME et des administrations n’avait-il pas pour but d’anéantir une forte proportion des acteurs économiques (PME, restauration, transports, tourisme) pour imposer un plan Marshall présenté comme providentiel sans faire de guerre ? Les « aides » à la reprise ne sont pas des cadeaux, mais des prêts privés garantis par les états, ce qui va permettre à la bulle financière qui s’est dégonflée sans exploser de se refaire une santé. 

    • Eric F Eric F 23 mai 11:11

      @Séraphin Lampion
      Le point 2) me semble particulièrement intéressant : comme la mortalité due au covid (il en va de même du reste pour d’autres infections) porte à 85% sur des personnes très âgées, ces personnes ont dépassé leur espérance de vie « naturelle » c’est à dire hors traitements médicaux qui assurent leur survie, sachant que les comorbidités sont quasi systématiquement mentionnées. En outre, ces traitements peuvent affaiblir par ailleurs leurs défenses « naturelles ».
      Dans les pays faiblement médicalisés, ces personnes n’auraient pas atteint cet âge (il existe par ailleurs des personnes très âgées naturellement en bonne santé, dans ces pays comme ici).
      Chez nous, on peut noter que les décès en EHPAD attribués au covid (à tort ou à raison -voir votre point 1- ) représentent près de 40% du total des décès, ce qui va dans le sens de cette thèse.

      On peut en déduire que le « confinement ciblé » des personnes le plus à risque aurait été plus efficient pour maitriser la mortalité que le confinement général décrété dans la panique, par effet de mimétisme au niveau mondial (suite au précédent Chinois acclimaté à l’italienne).


    • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 23 mai 11:12

      @Pierre JC Allard

      Salut Pierre JC, long time no see...non tu n’es pas le seul. Des questions pertinentes vont se poser quasiment d’elle mêmes,se posent déjà pour certains, enfin avec un peu d’aide. La médecine business ne produit que ce qu’elle doit en priorité : de l’argent mais aussi des expérimentations à « l’insu du plein gré des gens », du pouvoir etc. Cette pseudo médecine du symptôme qu’il faut cacher ne marche pas dans nombre de cas, et bien pire que cela. Elle nie que c’est le corps qui se guérit lui même avec ou sans aide, autan affirmer que le soleil est bleu et carré, ce serait moins d’ignorance affichée.
      Ah le progrès....
       smiley


    • Eric F Eric F 23 mai 11:30

      @Séraphin Lampion
      Le point 3) est démenti par les faits, il n’y a finalement pas de mise en place de traçage électronique dans nos pays dans le cadre de l’épidémie.
      Cependant, ce que vous évoquez me parait être une tendance lourde « tirée par la technologie », ce qui est techniquement possible finit généralement par être mis en place. On le voit avec les « radars intelligents » qui peuvent repérer si le conducteur téléphone ou a bouclé sa ceinture, et la vidéosurveillance de l’espace public qui intègre ou intégrera la reconnaissance faciale pour raisons de sécurité (aérodromes par exemple). Le « crédit social » en Chine est un système de bonus/malus, chez nous il n’y a pour l’instant que le malus : amendes ou arrestation....

      L’hypothèse 4) me parait extravagante, les gouvernants n’auraient pas eu le masochisme de saboter intentionnellement leur tissu économique et notamment de PME dans le cadre de la compétition mondiale. Les sommes pharaoniques destinées à les aider (incluant le remboursement du chômage technique des salariés, les indemnités forfaitaires, les remises fiscales...) montrent que les états (je ne parle pas seulement de la France mais de tous les pays du monde) cherchent à sauvegarder leurs entreprises locales, avec des taux tellement bas qu’ils ne constituent en aucun cas une aubaine pour les banques, qu’il s’agisse des emprunts des états ou des prêts aux entreprises.
      Du reste « la bonne nouvelle » dans cette affaire me semble être un retour à un certain souverainisme économique et au volontarisme d’état.

      La « bulle financière » est regonflée par une autre filière : celle des Banques Centrales par le rachat notamment de dette publique.


    • vaietsev1 24 mai 16:34

      @Pierre JC Allard

      lol,et vous êtes surpris ?
      Le chef d’état du monde ,Donald Trump ,lui ne s’y est pas trompé ,en renvoyant dans les cordes l’organisation mondiale de la santé.
      Avant de devenir Président ,il a eu lui aussi ,une vie et à coup sûr ,compris quels étaient les tenants et aboutissements de cette organisation mondiale de la santé .
      Rien de surprenant désormais alors.

      Vassily 


    • vaietsev1 24 mai 16:46

      @Géronimo howakhan
      Le progrès ,j’étais pas dans sa globalité ,pour ,c’est juste le fictif qui nous tire vers le bas ,car c’est ce qu’il veut ,le progrès ,sans quoi ON le nazi ,ne se serait pas essayer à me faire la peau à plusieurs reprises ,à un point que aujourd’hui ,ils s’en prenne aux enfants ,leur demandant ,comment celui là à pu faire ,pour s’en sortir et revenir ,quand nous faisions ce qu’il fallait pour qu’il y reste .
       Elle nie que c’est le corps qui se guérit lui même avec ou sans aide, autan affirmer que le soleil est bleu et carré, ce serait moins d’ignorance affichée.
      Aide toi ,le ciel t’aidera , alors le corps se guéris lui même si nous en faisons là aussi notre part,sans quoi ...

      Vassily 


    • vaietsev1 24 mai 16:52

      @Eric F
       les gouvernants n’auraient pas eu le masochisme de saboter intentionnellement leur tissu économique et notamment de PME dans le cadre de la compétition mondiale. 

      Des militants agoravoxiens ,ont commencé à prendre au sérieux ,que ce N.O.M ,était de plus en plu une réalité.
      Ce N.O.M m’a été institué ,y’ des années ,ce que je contestai,mais désormais en plus de nous tirer vers le bas ,quand on se prend à monter pour faire ses gammes ,on y retrouve à nouveau ce N.O.M,mais qu’importe rions ,çe ne fera qu’aller de mal en pis .
      C’est la raison et la réponse de tout ce qui est arrivé,sans quoi nos entreprises auraient prospérés j’imagine ;) ils le disent d’ailleurs assez souvent : il lis ,il imagine, dès l’instant ou j’énonce une vérité ,qui ne serait que délire .
      Vassily 


  • Raymond75 22 mai 09:45

    Vous confondez peut être ’hygiène’ et ’hygiénisme’.

    L’hygiène est une démarche de bon sens : se laver les mais avant de manger, après avoir travaillé, après avoir été aux toilettes, etc ... cela devrait relever du bon sens, mais ne l’est pas : il faut éduquer les enfants.

    L’hygiénisme relève d’une angoisse que la nature est mauvaise, et qu’il faut s’en préserver en aseptisant tout ... ce qui diminue nos défenses !

    Le port du masque lorsque l’on a un simple problème respiratoire est une démarche normale en Asie, par respect de l’autre : on ne veut pas prendre le risque de lui transmettre notre problème, à plus forte raison en cas d’épidémie. En France cette culture n’existe pas : on voit les joggers cracher leurs poumons au milieu de la foule sans que cela ne leur pose de problème, y compris en cas d’épidémie.

    En France, le respect de l’autre est considéré comme une atteinte aux libertés.

    Dans les années 50, à Paris, il y avait la tuberculose et la polio qui frappait des enfants pour toute leur vie, les intoxications alimentaires étaient tellement courantes que l’on en parlait pas, les enfants ne se lavaient pas les dents ; mais nous étions au lendemain de la guerre, et toute l’Europe avait été recouverte de DDT : pas de poux !!!

    En toute chose c’est l’abus qui est condamnable, mais les Français sont devenus trop individualistes pour avoir le respect de l’autre, tout en attendant la meilleure protection de l’état en cas de coup dur.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 22 mai 09:47

      @Raymond75

      «  Vous confondez peut être ’hygiène’ et ’hygiénisme’.  »

      Si je commettais cette confusion, je n’aurais pas écrit cet article.


    • Fergus Fergus 22 mai 11:28

      Bonjour, Séraphin Lampion

      L’émergence de l« hygiénisme » a été un réel progrès au 19e siècle. Les théories qui ont été développées par les hygiénistes ont de facto été à l’origine de profondes modifications des modes de vie et de l’urbanisme, notamment en matière d’assainissement et de traitement des eaux usées. 

      On ne peut, à mon avis, opposer hygiène et hygiénisme.

      L’hygiène « devrait relever du bon sens, mais ne l’est pas : il faut éduquer les enfants », souligne avec bon sens raymond75, mais pas seulement eux : nombre d’adultes ont un rapport défectueux avec l’hygiène. 

      D’où la tentation parfois  et c’est le cas avec cette pandémie  d’en faire trop. 


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 22 mai 11:46

      @Fergus

      Les mots ne sont pas univoques, surtout ceux qui se terminent en « isme », un suffixe souvent marqueur d’idéologie et donc générateur de polémiques.
      Je n’oppose pas « hygiène » et « hygiénisme » plus que je n’oppose « social » et « socialisme », « terreur » et terrorisme« . Pour les premiers de ces paires, il s’agit d’éléments factuels, pour les seconds il s’agit de ce qu’on veut en faire, et là, c’est une autre paire de manches. La dérive d’une technique à un système est fréquente, il suffit de prendre comme exemple celui de l’utilisation des statistiques, science des chiffres s’il en est, donc »objective" mais qui permet de justifier tout et son contraire. L’outil est neutre, pas la volonté de celui qui l’utilise, que ce soit un couteau ou un stylo. Les deux peuvent sauver ou tuer.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 22 mai 11:55

      @Fergus

      La dérive de l’hygiénisme, c’est la mysophobie.

      J’aurais dû intituler l’article : « Et si le virus, c’était la mysophobie ».

      Il y aurait eu moins de malentendus.


    • Fergus Fergus 22 mai 11:59

      @ Séraphin Lampion

      Je pense en effet que « mysophobie » eût été plus approprié.


    • JL JL 22 mai 17:58

      @Séraphin Lampion
       
       précision indispensable, qu’il faudra encore et encore ici et ailleurs : le suffixe isme tue impitoyablement à petit feu les mots auxquels ils s’accroche.


    • Un des P'tite Goutte Un des P’tite Goutte 23 mai 00:05

      @Fergus
      Non, je m’insurge : médicalement nous avons un besoin crasse de crasse : génération, années après années, du système immunitaire, nécessité micro biotique interne vitale, dans quasiment tout le corps et, l’a-t-on découvert récemment de manière systémique dans la flore intestinale, etc. 
      L’hygiène basique est nécessaire, mais je sais que par déformation professionnelle, dans le paramédical par exemple, ou certains commerces alimentaires, on en fait souvent trop.
      Bien souvent nous sommes allés trop loin : dans les années 50 ou 60 sauf erreur, le bébé à peine né était éloigné de sa mère pour ne pas recevoir les microbes ce cette dernière. Grave erreur, le premier contact, contre elle, était vital, ainsi qu’une bonne proximité.
      Résultat : x et x morts sur l’autel de l’hygiènisme (qui ne s’apparente pas à une maladie comme la mysophobie).
      [Inversement, un docteur obstétricien hongrois, Ignace Philippe Semmelweis, proposa le lavage des mains aux médecins étudiant des cadavres pour trouver la cause de forte mortalité des mamans accouchant là où lui œuvrait, vers 1850, et fit diviser par 10 cette même mortalité. (des femmes surtout, mais aussi des bébés bien évidemment).]
      J’aime cette histoire car elle implique un combat : peu de médecins ont reconnu la réalité basique ; la difficulté de se savoir responsable, vecteur ; Il a fallu convaincre, articles après articles, soutien après soutien... 


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 23 mai 07:41

      @Un des P’tite Goutte

      merci beaucoup pour votre commentaire éclairé qui m’apparaît comme une sorte de validation de mes intuitions 

      si j’avais eu vos connaissances, l’article aurait été plus percutant


    • Fergus Fergus 23 mai 09:43

      Bonjour, Un des P’tite Goutte

      Vous avez raison, à vous lire, je vous concède bien volontiers que ce sont bien les dérives de l’« hygiénisme », plus que la « mysophobie », qui ont conduit aux plus aberrantes recommandations.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 23 mai 11:01

      @Fergus

      Comme disait l’autre :
      « Je ne suis ni pour ni contre, bien au contraire ! »


    • mmbbb 23 mai 11:04

      @Séraphin Lampion quoique l on fasse, les bacteries les virus sont nécessaire a la vie. c est un truc qui nous vient des USA , J avais vu une émission scientifique qui presentait une fille atteinte de la phobie des microbres ( j en connais ) dont la seule préoccupation etait l hygiene absolue , Elle tomba gravement malade J ai un collegue de travail ayant eu un probleme de ce type a l intestin avec une bacterie envahissante , il ne pouvait a peine marcher .
      C est d autant plus etonnant que des etudes importantes ont ete faites sur la flore intestinale. Equilibre qui nous maintient en bonne ou mauvaise sante. il a été démontre qu une alimentaion trop hygiéniste notamment qu avec des aliments industriels pertubait cette flore .Un ecosysteme complexe qui ne reduit pas le tube digestif a un simple tube Nous n avons jamais eu autant d allergies alimentaires de maladies auto immune dans notre monde depuis qu il s est converti a ces produits d hygiène. Par ailleurs ces produits sont bourres de composants pas tres recommandable . Souvent cela confine a la cretinerie, comme des desodorants ( la sudation est un phenomene naturelle) contenant de l aluminium ( c st interdit désormais ) .
      Les bacteries les virus les acariens sont nos hôtes invisibles , ils sont la et vivent pour la plupart en saprophyte ,Vouloir avoir une peau sans bacterie est une aberration comme l est cette mouvance que vous denoncez 
      Nos meilleurs fromages sont formes d acariens de champignons


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 23 mai 11:11

      @mmbbb

      C’est sûr que sans la flore intestinale, la digestion marcherait beaucoup moins bien.
      Mais qu’est-ce que vous voulez, plein de gens refusent d’admettre qu’homo sapiens est un grand singe.
      J’avais un beau-frère qui prétendait ne jamais péter, lui.


    • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 23 mai 11:23

      @Séraphin Lampion

      Salut, or comme disait Lao-tzu : qui ne rote ni ne pète risque l’explosion !


    • Fergus Fergus 23 mai 11:35

      Bonjour, Séraphin Lampion

      « Je ne suis ni pour ni contre, bien au contraire !  »

      Ne tombez pas dans la caricature, vous valez mieux que cela !

      En l’occurrence, le propos de Un des P’tite Goutte m’a conduit à réfléchir et à infléchir mon propre commentaire. Ne croyez-vous pas qu’il n’y a rien de pire que les intervenants incapables de prendre du recul et de nuancer leurs propres opinions ?


    • Fergus Fergus 23 mai 11:39

      Bonjour, mmbbb

      « Nos meilleurs fromages sont formes d acariens de champignons »

      Ô combien vrai ! Personnellement, je ne mange que des fromages très affinés et forts en goût, et j’ai un faible pour ceux d’Auvergne  ma région d’origine qui sont couverts de ces « artisous ». 


    • mmbbb 23 mai 11:54

      @Séraphin Lampion la digestion est une fonction importante , c est une évidence biblique Elle fort complexe et ce n est que tres récemment que le tube digestif a ete «  réhabilité » . 
      Quoique en medecine ancienne l analyse des humeurs etaient importantes , Rabelais le décrit . L expresion ’ comment allez vous " sous entendait comment e^tes vous allez a la selle , En d autres termes votre sante en dependait
      on retrouve ceci dans le film de Bertolucci le dernier empereur , Les selles de l empereur enfant sont analysees , les eunuques devaient donner un diagnostic.
       Quant a la l homme, il descend du singe, l essentiel est qu il n y remonte pas comme le disait Einstein
      Nous sommes en train de commettre un genocide de nos cousins lointains dans l indifférence totale . 


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 24 mai 08:45

      @Séraphin Lampion

      La dérive de l’hygiénisme, c’est la mysophobie.


      Saisissez madame Avia ! La mysophobie en ligne doit cesser. Internet ne doit plus être un repère ou le mysophobe peut déverser sa haine et son gel hydro-alcoolique en toute impunité !


    • vaietsev1 24 mai 16:58

      @Raymond75
      Les scientifiques du milieu médical nous apprenne ,que notre corps,est fait de milliards ou de millions ,de bactéries .
      Alors ,jonglons avec la vie ,plus que de prendre position,sans quoi la nature ,sans le vouloir ,se devra se passer de Nous.
      PS : on acceptera d’écouter l’hypocrisie plu que la vérité , ne vous plaignez pas ,vous risquez de gagner et en beauté ,car on dis que la plus puissante des armes contre la vérité ,c’est l’hypocrisie ,celle des hommes en fait ,qui la possède.

      Vassily


    • foufouille foufouille 24 mai 17:02

      @vaietsev1

      encore un barjot qui devrait vivre au mali juste 58 ans.


    • JC_Lavau JC_Lavau 24 mai 17:03

      @vaietsev1. Tout faux ! Nous sommes des eucaryotes.
      Cellules avec noyau.


    • vaietsev1 24 mai 17:09

      @Géronimo howakhan

      Oui ,et comme référence Groland,toute les réponses sont dans le vent.
      Sauf ,faites gaffe , à trop vous éffondrer ,on en finis dans le brouillard ,ce qui n’est pas mieux,nous terriens ,on en sait les conséquences avec eux ,alors avec vous ?
      https://youtu.be/aqOgFUGLZQ0


    • vaietsev1 24 mai 17:11

      @foufouille
      Vous ne faites qu’approuver ce que je dis .
      Merci .


    • vaietsev1 24 mai 17:13

      @JC_Lavau
      ça Monsieur ,c’est le discours d’un scientifique ,qui s’il était au pouvoir ,ne s’adresserai qu’a votre hypocrisie..
      Votre force ,l’hypocrisie ,caché derrière un tissu de références compliquées qui ne s’adresse qu’a une caste .

      Vassily


  • Raymond75 22 mai 09:50

    Faut il rappeler que en 1900 l’espérance de vie était de l’ordre de 50 ans en comptabilisant les morts infantiles, et de 60 ans pour ceux qui atteignaient l’âge adulte.

    Aujourd’hui,dans nos pays, on atteint environ 80 ans en bonne santé. En Afrique on en est toujours à 50 ans ...


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 22 mai 10:52

      @Raymond75

      Cous confondez peut-être hygiène hygiénisme, politique sanitaires, équipements sanitaires et les budgets qui y sont consacrés.
      Le propos de cet article n’est pas de nier les évidences mais de discerner en quoi une idéologie peut instrumentaliser une technologie (ou une techniqque) neutre en soi.
      La connectique est neutre, le flicage qui l’utilise ne l’est pas.


    • Nowhere Man 22 mai 11:55

      @Raymond75
      Espérance de vie en bonne santé environ 65 ans pour les femmes et 64 pour les hommes. 80 ans en BS c’est sans doute valable pour les éditocrates du paf. 


    • JC_Lavau JC_Lavau 22 mai 12:33

      @Raymond75. James Clerk Maxwell est mort à 48 ans. La même année 1879, William Kingdom Clifford est mort à 34 ans, laissant une oeuvre tragiquement inachevée. Johannes Kepler est mort à 59 ans, et sa veuve à 46 ans.
      J’ai dépassé de quatre ans le dernier âge de mon père. Sans la chirurgie, je n’aurai jamais atteint l’âge de huit ans : appendicite rapide, à un jour de la péritonite.
      Côté musiciens, ce fut l’hécatombe aussi : Donizetti est mort à cinquante ans.
      Il suffirait de chercher plus pour énumérer les vies fauchées tôt.
      N’oublions pas Emilie du Châtelet, morte en couches à 42 ans, après s’être trouvée un amant plus vigoureux.
      Ni la première épouse de Giuseppe Verdi : Margherita Barezzi, morte à 26 ans, d’encéphalite fulgurante. Ils avaient déjà perdu leurs deux enfants.


    • mmbbb 23 mai 11:30

      @Raymond75 il ne s agit pas de renier les avancees scientifques ! En 1900 ; les antibiotiques n existaient pas , Les groupes sanguins n etaient pas encore decouverts . Le microscoque electronique non plus puisqu il fallut attendre 1943 , instrument qui permit de percevoir et de decouvrir le metabolisme . Krebs n etait pas encore né ect , Une simple opération de l appendicite etait une grosse operation , Les operations du coeur etait impensables Ipso facto , le moindre accident vous rendait vulnerable notamment les infections mirobiennes .
      J ai toujours ete admiratif de l extraordinaire progression de la science et de la recherche fondamentale notamment le LASER dont les applications en medecine allege les interventions , l oeil par exemple 
      Ce qui l est moins est souvent le comportement absurde de l homme que denonce Lampion 


    • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 23 mai 11:32

      @JC_Lavau

      Salut , cette liste intégralement surjective,genre Bossuet 1627-1704 je peux en faire une différente très longue et aussi subjective, est une vue de calculatrice, c’est à dire n’émanant pas de quelque chose de vivant. Baser une vie sur la durée c’est être sur d’avoir perdu dès la première seconde , ceci cache le refus de la mort par la pensée ,notre seule capacité encore en marche qui empêche nos autres capacités de se mettre en marche le moment venu..d’où la déroute et la raclée méritée des humains, sauf exceptions rares ...point barre, or cet absolu de la mort est avec nous à chaque seconde potentiellement..car nous ne savons plus vivre...or vivre est le miracle..respect et robustesse


    • JC_Lavau JC_Lavau 23 mai 12:30

      @Géronimo howakhan. Un autoursier écrivait, sur la patience nécessaire pour apprendre cet art : « Vous devrez apprendre d’un maître. Un maître autoursier, c’est quelqu’un qui pense ne savoir que peu de son art, mais dont les oiseaux vivent vieux, sont manifestement en bonne santé, et rapportent des proies ».

      La transposition à l’élevage des enfants, les siens ou ceux des autres, est évidente.
      Si le fondateur du WWF rêve de se réincarner en virus mortel, afin de tuer le plus de gens possible, ce duc d’Edimburgh est une ordure. Si ta fille devient asthmatique à quinze ans, après que tu l’ais chargée d’une mission parricide, tu n’es certainement plus une bonne mère. Etc.
      C’est après être devenu un agronome actif, développant l’agriculture et la maraiche d’un pays, que Faust laisse échapper « Verweile doch ! Du bist so schön ! ».
      Karl Marx n’a jamais eu le temps d’achever le Kapital, et ses héritiers ont publié des tas de brouillons en vrac. Antonio Gramsci non plus n’a jamais pu faire le travail éditorial indispensable à ses lettres de prison : il est mort avant. Il a fallu les travaux de Borchardt et de Piotte respectivement pour faire cette transmission éditoriale de façon efficace.
      Il faut avoir le temps de transmettre ce qu’on avait appris, et justement des assassins, comme ceux de James Forrestal, sont soucieux d’intercepter toute transmission aux humains suivants.
      Avoir le temps de transmettre oeuvre utile, cela peut être un gros souci.


    • JC_Lavau JC_Lavau 24 mai 03:25

      @Géronimo howakhan. C’est aussi pour qu’elle ne transmette surtout pas ce qu’elle savait, qu’ils ont assassiné Marilyn Monroe.


    • vaietsev1 24 mai 17:21

      @Géronimo howakhan

       Baser une vie sur la durée c’est être sur d’avoir perdu dès la première seconde , ceci cache le refus de la mort par la pensée ,notre seule capacité encore en marche qui empêche nos autres capacités de se mettre en marche le moment venu.
      C’est fou dites donc ,j’avais fais pour apprendre sur la durée ,et bizaremment ,ON s’est essayé à me liquider à plusieurs reprises .
      Dites clairement que vous êtes de ses suffisants qui n’acceptez pas un seul instant l’émancipation des petits qui ne sont pas chargées comme vous de références ou d’inventions sur le moyen-age !
      Baser sa vie sur la durée ,c’est le refus de l’Autre alors de Vous ,parce que vous savez votre suffisance !

      Vassily


  • babelouest babelouest 22 mai 09:52

    Bon, pour combattre le pur industriel, amenons le purin ! Le purin, né des excrétions animales, bien laissé mariner des semaines entières, ou le purin d’orties par exemple ! Dans les deux cas, ce sont des engrais naturels puissants, sans danger, et féconds pour les futures récoltes. De même que les phéromones animales, ce sont des fragrances qui peuvent apparaître désagréables pour qui n’est pas concerné.

    .

    Les tenanciers de boîtes de nuit s’en sont bien rendu compte, le jour où fumer dans ces lieux fut interdit, soudain ce sont d’autres émanations qui ont surnagé même si ceux qui venaient là étaient ce qu’on appelle « propres ». Émoustillés toute une soirée, ils envoyaient forcément des signaux non équivoques, qui malheureusement, en se mélangeant, pouvaient surtout à froid apparaître comme désagréables.

    .

    Se couvrir d’antitranspirants, de patchouli et autres « parfums » n’est certainement pas la panacée, même si l’on vient de prendre un long bain, suivi d’une douche haute pression. Le corps fera toujours son travail, au bout d’un moment. Seulement un peu moins vite. A moins de n’être qu’un froid mannequin, un robot aux relents d’huile minérale.... beurk....

    .

    Vive la spontanéité ! C’est la Vie, tout simplement.


  • Piere CHALORY Piere CHALORY 22 mai 09:53

    Salut séraphin,

    Article très juste, l’hygiénisme tel que vous le définissez semble être du pain béni pour l’engeance mal faisante qui ne cherche qu’à diviser & cloisonner la populace en factions multiples censées se haïr cordialement.

    Empêchant ; non seulement l’empathie déjà pré-défunte avant le corona truc, mais surtout oblitérant toute entente éventuelle entre gens pouvant conduire à une saine émulation contrant le rouleau compresseur de la propagande abrutissant la masse, certes déjà bien atteinte.

    Voici une anecdote authentique qui m’est arrivée hier ; les beaux jours et la chaleur arrivant, je me suis enfin décidé à me faire couper les cheveux courts, après plusieurs années de laisser pousser une tignasse qui devenait trop pénible à entretenir et me donnait, même en attachant les cheveux un air baba-cool/béni-oui-ouiste dont je suis très, très éloigné.

    Bref, le plus simple que j’ai trouvé fut un salon de coiffure intégré dans la galerie marchande d’une grande surface. Problème, il faut un masque pour pouvoir accéder à ce service hygiénique de racourciture capillaire. Hélas, plus aucun masque disponible dans la grande surface.

    Le salon de coiffure en fournissait un moyennant 1 euro, ouf. Mais avant de rentrer dans l’antre la coiffeuse m’a indiqué impérieusement un pouss-mouss à gel hydroéthylique tout me tendant un rectangle de tissu que j’ai pris pour une lingette avec laquelle je me suis essuyé les mains, en fait il s’agissait du masque avec deux encoches à oreilles que du coup j’ai désinfecté involontairement.

    Je vous passe toutes les précautions et gestes barrières plus ou moins délirants, le fait de détacher le masque par ex et le tenir tandis que la coiffeuse opérait aux endroits cachés par celui-ci.

    Une fois l’opération rafraîchissement tignassique terminée, au moment de payer à la caisse située à l’entrée du magasin, j’ai retiré le masque qui m’empêchait de respirer. 

    Soudain, une femme hystérique s’est jetée sur moi en hurlant ;

    ’’éloignez vous monsieur, je ne peux pas payer !!’’...

    interloqué par la violence de la réaction, j’ai levé la main sans répondre de peur que mes mot ne trahissent crûment ma pensée et me suis éloigné tandis que la mégère masquée payait.

    Ensuite, il a encore fallu que j’attende que la caissière désinfecte le comptoir et la machine à carte bleue, ’’je dois désinfecter la caisse après chaque client’’ me dit-elle sur un ton agressif.

    Enfin voilà, heureusement que la prestation coiffique a été satisfaisante et professionnelle, j’ai changé de tête et rajeuni, enfin j’espère.


     smiley

    • babelouest babelouest 22 mai 10:20

      @Piere CHALORY
      Y’a d’hystérie dans l’air
      Maint’nant de quoi j’ai l’hair
      Quand la dame est en colère
      On s’ramasse et on s’y perd
      La vie est plus belle qu’hier Pépère
      Le passé c’était galère
      Mais demain sera super !
      https://www.youtube.com/watch?v=ZgDpyppaa74


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 22 mai 10:54

      @Piere CHALORY

      merci pour votre commentaire très illustratif.


    • Fergus Fergus 22 mai 11:39

      Bonjour, Piere CHALORY

      J’ai eu la chance d’avoir affaire à un coiffeuse beaucoup moins coincée. Etant donné qu’elle était derrière moi ou, au pire, sur les côtés de ma personne, j’étais dans l’impossibilité de lui postillonner au visage. Moyennant quoi, elle qui était masquée, m’a demandé d’ôter mon masque  un FFP1 — pour pouvoir agir sur ma calebasse sans la moindre entrave.

      A noter, cerise sur le gâteau, que malgré la perte de recettes durant le confinement, et en dépit de l’achat d’une protection plexiglas pour sa caisse, de gel hydro-alcoolique et de peignoirs jetables, elle n’a pas augmenté ses prix du moindre euro. En conséquence de quoi, je lui ai laissé un pourboire et adressé mon sourire de fête pour saluer sa gentillesse et marquer le retour à une physionomie normale.


    • Piere CHALORY Piere CHALORY 22 mai 12:17

      Bonjour @Fergus

      Vous avez donc eu plus de chance que moi, si on peut dire, mais la coiffeuse très qualifiée à qui j’ai eu affaire qui était je crois la cheffe du salon mixte comptant au moins sept ou huit employés était sympathique mais résignée à vivre avec la pandémie qui je le rappelle ici, n’a touché aucun employé des grandes surfaces à qui j’ai posé la question. De plus, aucune précaution particulière n’est prise dans ces grandes surfaces à part un plexi et le masque et encore certaines caissières n’en portent pas.

      Le plus inquiétant est que certaines personnes, comme je l’ai indiqué dans mes derniers articles, surtout passé un certain âge ou un âge certain, sont littéralement terrorisés, sidérés par la propagande médiatique. Je crois que certains ne s’en remettront pas, persuadés qu’ils sont d’avoir échappé à la mort par miracle et bien décidés à suivre les conseils contradictoires d’un jour à l’autre de l’équipe de demeurés nocifs ; politiques, journalistiques ou autres zélites, peoples & co à qui, malgré leur évidente incohérence langagière et incapacité tous azimuts, ils accordent encore leur confiance...

       smiley


    • Fergus Fergus 22 mai 12:50

      @ Piere CHALORY

      « Le plus inquiétant est que certaines personnes, comme je l’ai indiqué dans mes derniers articles, surtout passé un certain âge ou un âge certain, sont littéralement terrorisés »

      Vous n’êtes pas le seul à écrire cela, et j’en suis surpris car ce n’est pas du tout ce que l’on constate dans ma région où les gens  y compris les personnes âgées  restent relativement zen. Il y a d’ailleurs moins d’une personne sur deux qui porte un masque dans les villes. Sans doute y a-t-il de grandes disparités régionales ; il est vrai que la Bretagne a, jusqu’ici, été très peu touchée par la pandémie. smiley


    • sylvain sylvain 22 mai 17:18

      @Fergus
      il est vrai que la Bretagne a, jusqu’ici, été très peu touchée par la pandémie. 

      vous pensez que ça a réellement un rapport avec le fait que les gens soient terrorisés ou non ?? Il y a toujours plus de xénophobie là ou il y a le moins d’étrangers


    • Fergus Fergus 22 mai 17:25

      Bonjour, sylvain

      Je ne comprends pas votre intervention. En Bretagne, il y a peu d’étrangers, mais également peu de xénophobie !


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 22 mai 10:28

    « ..ce fléau humain générateur de contacts douteux : l’empathie. »

    Pourtant, Jacques a dit : « Quand la pandémie s’éloignera, et avec elle une immense crise économique, naîtra une nouvelle légitimité de l’autorité ; non plus fondée sur la foi, la force, la raison ou l’argent mais sur l’empathie. Plus vite on le fera, plus vite la pandémie s’éteindra »

    ^^


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 22 mai 11:02

      @bouffon(s) du roi

      Jacques semble parfois souffrir de troubles dyslexiques. 
      Au lieu de : « non plus fondée sur la foi, la force, la raison ou l’argent mais sur l’empathie  »
      il faut lire : « non plus fondée sur la foi, la force, la raison ou l’argent mais sur l’apathie  ».

      Apathie : absence d’énergie, incapacité à réagir, mollesse. La personne atteinte d’apathie se montre généralement indifférente à l’émotion, la passion, la motivation et accepte sans rechigner le confinement.

      Exemple : « à croire que son apathie est contagieuse, toute la famille est en perte de motivation ».

      Synonymes : langueur, léthargie, engourdissement, indifférence, indolence, inertie, nonchalance, mollesse, soumission, obéisssance.


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 22 mai 14:47

      @Séraphin Lampion

      Jacques semble parfois souffrir de troubles dyslexiques. 


      C’est la difficulté qu’il a de réprimer son accent nord-africain.

    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 22 mai 16:07

      @Séraphin Lampion
      Je ne vous dis pas un grand merci, mais plutôt vous demande un grand pardon, de ne pas trouver de réponse à la hauteur.


  • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 22 mai 10:37

    Ça fait des années, des décennies que la publicité tente de manipuler les mères de famille pour les inciter à tout désinfecter autour de leur cher bambins. Les privant ainsi du développement de leurs défenses immunitaires, qui se fait par contact avec les saletés de leur environnement... J’avais relevé que le principal vecteur de la manipulation était la culpabilisation.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 22 mai 11:05

      @Opposition contrôlée

      J’en connais une qui fait pareil avec son mari. Le mâle est impur par nature ! Il faut tout désinfecter et réprimer. C’est comme pour les serpillières et ça donne le même résultat.


    • Fergus Fergus 22 mai 11:44

      Bonjour, Opposition contrôlée

      En l’occurrence, la publicité ne convainc pas lesdites mères. Ou plutôt, celles qui ont pu être sensibles à ce discours abandonnent très vite ce combat perdu d’avance en voyant leurs bambins toucher et lécher à peu près n’importe quoi, y compris dans ce bouillon de culture que sont le métro et les bus.


    • popov 22 mai 12:21

      @Fergus

      Bonjour

       la publicité ne convainc pas lesdites mères

      La publicité cherche à persuader, jamais à convaincre.

    • sylvain sylvain 22 mai 17:34

      @Fergus
      Des fanatiques de l’hygiène qui ont des gamins pleins d’allergies et qui les font chier sans cesse, je peux vous en présenter quelques unes si vous voulez


    • Fergus Fergus 22 mai 19:52

      @ sylvain

      Ce serait avec intérêt : bien que je sache que ces femmes existent  il y a également des hommes —, je n’en connais aucune !


  • ETTORE ETTORE 22 mai 11:11

    La plus grande saloperie en contamination, est bien celle qui se propage librement à travers les cerveaux malades de ces porteurs, visiblement malsains, que sont nos politiciens.

    Le reste n’est qu’acceptation volontaire ou non, de notre part, à briser la chaine lénifiante, qui à force de prendre la forme d’un ADN indispensable à la survie de l’homme, en dégrade sa constitution naturelle, pour le rendre aussi malléable qu’un objet protéiforme.

    Malléable, modelable et « consumable » comme la cire.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 22 mai 11:20

      @ETTORE

      Tout comme pour le voile, le port du masque est le signe extérieur de cette soumission que les croyants ont la naïveté d’exhiber. 


  • Loatse Loatse 22 mai 12:02

    J’ai commencé par tout désinfecter.. la bouffe, les clefs, les poignées de portes, et j’en passe...

    Case savon de marseille en sortant, savon de marseille une fois rentrée.

    Puis est venu le réparateur de volet roulant avec son masque autour du cou... comme il en bavait pour enrouler manuellement le lourd volet, je suis venue à son secours, on a fait équipe, lui enroulant en haut, moi poussant en bas...

    l’observant téléphoner à la société mère dans ma cuisine, appuyé sur le rebord de fenêtre ouverte, je note : désinfecter l’appui..

    Il est sympa, je lui cause de mes déboires de machine à laver... Ni une ni deux il file dans son camion (je note ; désinfecter les poignées de porte du dedans et de la porte du hall), revient avec des clefs et se jette sous mon evier...(je note : désinfecter la tuyauterie, les portes du meuble, le tuyau....)

    Fin de l’opération. reconnaissance (c’est rare quelqu’un qui refuse vos sous), celui ci me dit « je vais me laver les mains », je suggère la salle de bain ou tout était prêt pour cela.. (gel, savon, serviette)

    Pensez vous dit il en se ruant sur l’évier de la cuisine, empoignant mon liquide vaisselle (je note...), éclaboussant avec toute l’ energie requise pour laver les minottes en temps de guerre, mes assiettes sur l’égouttoir (je note...)

    Puis une fois le gentil garcon parti, je m’écroule sur le canapé, vaincue, observant mon sol auparavant javellisé, disparu sous les milliers de trace de semelle de chaussure de chantier, pleines de ciments et de, je suppose, trace de déjections canines, de crachats de facheux et autres échantillons de résidus de trottoirs..

    Vaincue, je saisis mon charlie hebdo mis à désinfecter au jardin sur la chaise longue au soleil, empoigne la tablette de chocolat qui n’a pas passé ses huit heures en isolement et me jette sur mon canapé pour me désinfecter une fois pour toute la tête...

    .....les mains « sales » ( soit 1 heure 10 sans les laver ; le temps qui leur était imparti était largement dépassé)


  • dimitrius 22 mai 12:23

    Article d’un vieux dégueulasse qui refuse l’hygiène corporelle . A la douche le Séraphin , car il est malpropre tirelire , car il est malpropre tirela.


  • xana 22 mai 14:15

    Bravo. Article excellent, et même de très bons commentaires.

    Sauf Dimitrius, lui c’est directement la poubelle.

    Continuez, ca fait plaisir de voir qu’il y a encore des gens parmi les robots...


  • Emohtaryp Emohtaryp 22 mai 14:25

    Une vérole hygiéniste ou eugéniste ?

    Par ailleurs, pas que les mains à laver, le cerveau fait aussi partie des « gestes barrières »...., je serais Alain, je porterais plainte outre-tombe pour usurpation d’identité !


  • tobor tobor 22 mai 14:38

    Le gel hydroalcoolique pose de plus en plus question : de quoi s’agit-il au juste ?
    Certains contiennent des substances reconnues comme perturbateurs endocriniens (triclosan-triclocarban) et en général, aucune information sur le contenu n’accompagne l’obligation de s’en couvrir les mains.
    Vous allez faire un achat en magasin bio ? Vous cherchez un produit naturel, sans pesticide ? On vous couvre les mains de chimie, c’est obligatoire ! Pourtant, on observe 25% de mauvaise tolérance cutanée à l’éthanol...
    Les plus lobos sortent de chez eux avec gants en latex et ôtes leurs gants pour se gélifier les mains en entrant dans un magasin. Je comprendrais éventuellement l’usage pour désinfecter les gants en latex mais ...les mains ??!

    Pour avoir été « vacciné à la merde », il est évident que je suis plus résistant que bon nombre de mes semblables, je n’ai ni besoin de gants, ni de gel, ni de masque et un rhume ou une grippe ne me fait pas peur ! L’hygiénisme va rapidement transformer la population en brebis vulnérables à tout ce qui passe et permettra d’atteindre le niveau de fragilité auquel on prétend être aujourd’hui.


  • AlLusion AlLusion 22 mai 17:49

    Il ne faut pas devenir trop propre

    Lorsque l’inquiétude autour de l’hygiène corporelle domine et que les réflexes de propreté se multiplient, il peut s’agir d’un trouble obsessionnel compulsif (TOC). 

    L’idéal de pureté et de perfection frise la maladie.

    L’aséseptisation de tout ce qu’on touche, inquiète à plus long terme.en entrainant une pathologie et pourrait même expliquer la vulnérabilité occidentale au coronavirus. On se protège de tout

    Il faut que nos anticorps apprennent à connaitre les microbes et les virus.

    Les antibiotiques risquent, un jour, de ne pouvoir venir en aide. 


  • alinea alinea 22 mai 21:59

    J’ai l’impression que l’hygiénisme n’est même pas là pour remplacer l’instinct de se garder en bonne santé mais bien pour propager la phobie du vivant, moyennant fiances pour big chimie et pharma !

    L’hygiène, c’est juste une évidence, sauf pathologie grave ou absence de soins maternels, mais elle n’est pas toujours synonyme de propreté aux yeux des citadins savonnés : j’ai une amie qui dit à qui veut l’entendre, qu’avoir les ongles noirs ( ce qu’on a toutes quand on a les mains dans la terre ou dans le poil de nos bêtes toute la journée) est moins malsain que les avoir couverts de vernis ! Et c’est bien la vérité !! smiley


    • Aimable 23 mai 09:05

      @alinea
      Sans hygiène et surtout sans médecine vraiment efficace, les pandémies ont fait de grands ravages , avec une hygiène normale et beaucoup de médecine les nouvelles pandémies font toujours des ravages et a mon avis il en sera toujours ainsi .


    • Fergus Fergus 23 mai 09:50

      Bonjour, alinea

      « L’hygiène, c’est juste une évidence »

      Pas si évident que cela : les hommes ont longtemps cru qu’il était malsain de se laver trop souvent !

      « pour propager la phobie du vivant, moyennant fiances pour big chimie et pharma »

      Il y a du vrai. Mais c’est un raccourci trop rapide car avant que l’industrie ne prenne un peu trop le pas sur les conduites prophylactiques nécessaires et suffisantes, l’« hygiénisme » a incontestablement fait progresser les pratiques d’hygiène dans la société, à la fois dans les comportements des individus et dans l’organisation des villes. 


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 23 mai 11:52

      @alinea

      propager la phobie du vivant

      Si ce n’est déjà fait, lisez La France contre les robots.

      https://fr.wikisource.org/wiki/La_France_contre_les_robots

    • mmbbb 23 mai 12:29

      @Aimable en France nius avions eu le choléra par manque d hygiene « Le hussard sur le toit » Nous avons eu les hygiénistes tel Jules Courmont


    • alinea alinea 23 mai 12:41

      @Fergus
      Oui, je ne remontais pas le temps ; dans notre société, aujourd’hui, notre hygiène, transmise aux enfants, a éradiqué pas mal de maladies que les anciens attrapaient couramment.
      Certes on ne vit pas à dix comme on vit à mille, cent mille ou dix millions... l’hygiénisme est une dictature qui paraît bien aller aux agglomérats d’humains de plus de quelques millions. Et quand on l’impose aux villageois, ça coince, ça dénote, ça fait drôle !!
      Dans une étable de trois vaches, jadis, l’hygiène était telle qu’on avait souvent la brucellose et autre fièvre aphteuse ; aujourd’hui dans les camps concentrationnaires, l’hygiénisme fait qu’on ne les attrape plus mais qu’on s’intoxique à la chimie ingurgitée par les vaches !
      Je pense que l’homme, globalement, ne peut rien faire de bien, il faut toujours qu’il aille trop loin. Le toujours plus de de Closets !


  • touriste 22 mai 22:23

    Pourtant j’aime bien le masque.

    Enfant je rêvais déjà de jouer à Zorro, masqué et vengeur !

    Adulte j’aime les yeux des femmes, sublimes, derrière le masque !

    En manif le triomphe du cortège de tête : tous masqués camarades !

    Et dans la rue redevenir un piéton anonyme !

    L’anonymat le luxe suprême dans cette société à la Big Brother !

    J’aime le masque ... mais plutôt en hiver quand même :)


  • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 23 mai 01:20

    l’hygiénisme est une des nouvelles religions qui occupent les hommes, du moins une partie. Il y a une volonté de contrôle et de redéfinition de lois naturelles pour extirper l’homme du règne animal et de l’écosystème terrestre. Le but ultime serait ce rêve de Bill Gates de télécharger son esprit dans un ordinateur et poursuivre ses pensées dans une prolifération de 0 et de 1 beaux et purs et parfaits, sans odeur, sans transpiration. Et pourtant, même là, dans les tréfonds des disques durs, des virus guettent...


  • Kapimo Kapimo 23 mai 03:46

    Très bien vu.

    Mais il s’agit d’un phénomène à double tranchant.

    Je constate clairement un surcroît d’empathie dans les échanges entre non porteurs de masques, dans cet univers étrange ou des zombies croisent des êtres humains.


  • Kapimo Kapimo 23 mai 04:53

    Sinon, au-delà de l’hygiénisme obligatoire, ou aperçoit la bonne santé obligatoire poindre le bout de son nez, notamment au travers de la diffusion des données médicales de la population.

    Et la bonne santé obligatoire, c’est en fait l’eugénisme.


  • Frédéric BOYER Frédéric BOYER 23 mai 06:53

    Le totalitarisme hygiéniste qui a submergé la société française n’est pas le fruit d’un complot mais d’un genre d’auto-intoxication du corps social. Entre ce qu’elle croit être sa sécurité et la liberté, la population choisit massivement la sécurité, au prix de son asservissement. Ce que je vois autour de moi rappelle furieusement tout ce que m’a raconté la génération précédente des années noires. On est passé de 40 millions de pétainistes à 60 millions d’hygiénistes.

    Merci à l’auteur de ce billet pour le courant d’air frais...

     


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 23 mai 07:39

      @Frédéric BOYER

      merci pour ce commentaire .
      la similitude est frappante en effet, sauf que dansles deux cas, l’alternative est un piège tendu dans lequel on n’est pas obligé de tomber :
       entre la collaboration active (50% ?) et le refus de se soumettre qui peut être considéré comme une collaboration passive (40% ?), il y avait la résistance (10%) qui combattait.
       opposer « sécurité » sanitaire et « liberté » est une manipulation intellectuelle aussi grossière que « pas de bras, pas de chocolat », mais le choix de renoncer à la liberté est provoqué par une menace liée à la peur de la mort. Il s’agit d’un chantage de la même nature que « la bourse ou la vie », mais le pistolet brandi par les nouveaux bandits de grands chemins est factice.


    • Eric F Eric F 23 mai 18:30

      @Séraphin Lampion
      C’est quoi ici, concrètement, la résistance ?
      Prendre le métro ostensiblement sans masque ?
      Faire cinq cents kilomètres pour aller embrasser ses vieux parents en EHPAD ?
      Ou est-ce une posture déclarative derrière un clavier ?


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 23 mai 18:53

      @Eric F

      justement, c’est là que se situe la limite de la similitude
      en ce moment, il n’y a pas de résistance, mais une adaptation, soumise ou rebelle...


  • Laulau Laulau 23 mai 08:44

    Merci pour cet article. Vous avez écrit, en mieux, ce que je pense.


  • Eric F Eric F 23 mai 11:57

    Dans ce domaine comme dans bien d’autres, le tout est de savoir ce qui est vraiment nécessaire et à partir de quand on va trop loin.

    Ainsi, porter un masque efficace dans le métro ou dans un supermarché bondé me parait justifié, et il est probable que si, à l’instar des Sud Coréens, on avait pu le faire dès le mois de Mars, on aurait pu limiter la propagation de la maladie.
    Par contre, le port du masque pour aller se promener sur un chemin forestier désert est abusif.

    De même se laver les mains avec du gel à l’entrée et la sortie d’un grand magasin est une chose, le faire tout les quart d’heure chez soi en est une autre.

    Idéalement chacun devrait spontanément trouver l’équilibre, mais on a vu que les « précautions de bon sens » n’ont pas été universellement respectées (euph.), d’où une communication publique visant à instaurer la peur comme incitatrice à la prudence (comme pour les campagnes de sécurité routière). Alors, ce genre de « pédagogie » conduit inévitablement à des excès.

    Le sujet spécifique de la « distanciation » peut entrainer des questions philosophiques évoquées dans l’article, concernant l’empathie ou l’affection. Mais voir une « intention » machiavélique de combattre ces sentiments me parait là aussi une extrapolation abusive ...alors on pourrait parler d’« intentionnalisme »


  • Névrose (ou psychose) obsessionnelle... Au début de la PAN démie, Saturne et et Pluton étaient conjoint dans le signe du capricorne (gouverné par saturne, le SURMOI). Richard Tarmas a fait une excellente analyse du rapport de ces deux planètes. Saturne comme Surmoi et Pluton le ça. Le Surmoi étant le jugement moral. Quand ces deux instance sont conjointe, il y a comme une rencontre entre deux forces antagonistes et mortifères. La rencontre avec l’autre éveille les pulsions sexuelles ou d’agression (la différence est faible). Le Surmoi est informé et poussé par le ça. La conséquence peut-être une pulsion sadique et surtout obsessionnelle, ou contre soi ou contre la autres vus comme ennemis (hygiéniste, tocs,..). Au moment de la conversion de saint Augustin (386), il y eut un carré(conflit) entre saturne et Pluton. Ce qui conduisit à un leg à la chrétienté d’une tension inexorable entre la quête spirituelle et la sexualité. Pan n’est-il pas aussi un faune en quête de belles nymphes, ????? A vos réflexion. Chronos-saturne n’a-t-il pas joué son rôle castrateur après des affaires sexuelles scandaleuses (balance ton porc....)


  • corrigé (le surmoi,.. smiley.). Névrose (ou psychose) obsessionnelle... Au début de la PAN démie, Saturne et Pluton étaient conjoints dans le signe du capricorne (gouverné par Saturne, le SURMOI). Richard Tarmas a fait une excellente analyse du rapport de ces deux planètes. Saturne comme Surmoi et Pluton le ça. Le Surmoi étant le jugement moral. Quand ces deux instance sont conjointes, il y a comme une rencontre entre deux forces antagonistes et mortifères. La rencontre avec l’autre éveille les pulsions sexuelles ou d’agression (la différence est faible). Le Surmoi est informé et poussé par le ça. La conséquence peut-être une pulsion sadique et surtout obsessionnelle, ou contre soi ou contre la autres vus comme ennemis (hygiénisme, tocs,..). Au moment de la conversion de Saint Augustin (386), il y eut un carré (conflit) entre saturne et Pluton. Ce qui conduisit à un leg à la chrétienté d’une tension inexorable entre la quête spirituelle et la sexualité. Pan n’est-il pas aussi un faune en quête de belles nymphes, ????? Chronos-saturne n’a-t-il pas joué son rôle castrateur après des affaires sexuelles scandaleuses (balance ton porc....). A vos réflexions


    • vaietsev1 24 mai 17:46

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      La gauche des Autres assume son crime alors ,faire croire à l’émancipation ,mais pas aux casseroles ,au crime ,à la zonzon ,et au tribunal.
      L’enfer au soleil ,c’est les Autres ,et ils sont suffisants,mais savent ils de quoi ils parle ,quand ils raconte toute ses choses téléchargées dans un disque dur tel une machine !!

      Vassily 


  • Je reviens avec ma comparaison : La film CABARET. Au début du film, nous voyons un catalogue de toutes les perversions sexuelles et au fur et à mesure (non, il ne s’agit d’une chanson de Liane Foly,...), la montée du nazisme se montre en images succinctes comme pour nous faire comprendre qu’un grand coup de karcher sera bien nécessaire pour balancer toute cette porcherie,... Mais là, on cesse de rire...


  • Et d’ailleurs à propos de balance ton porc. La solution ne se trouve-t-elle pas dans le signe de la balance : gouverné pas saturne et vénus. Sexe d’accord, mais modérato cantabile...


  • Sur les synchronicités. Hélas pas en français :https://www.youtube.com/watch?v=PYEsBXmt2kQ


  • BA 23 mai 13:15

    France : entre le 1er mars 2020 et le 4 mai 2020, il y a eu 133 678 morts, quelle que soit la cause de la mort. C’est la courbe jaune ci-dessous.


    C’est une hausse de + 16 660 morts par rapport à la même période en 2018 : il y avait eu 117 018 morts.


    C’est une hausse de + 24 413 morts par rapport à la même période en 2019 : il y avait eu 109 265 morts.


    Bilan depuis le 1er janvier 2020 :


    Au total, le nombre de décès survenus entre le 1er janvier 2020 et le 4 mai 2020 s’élève à 242 160 morts ; il est supérieur à celui enregistré sur la même période en 2019 (225 514 morts) ou en 2018 (229 001 morts).


    La première vague a atteint son pic le 1er avril 2020 : ce jour-là, 2780 Français sont morts. Après le 1er avril, le nombre de morts commence enfin à redescendre.


    Le 27 avril 2020, la première vague est terminée : le nombre de morts est enfin redevenu normal.


    https://www.insee.fr/fr/statistiques/4487861?sommaire=4487854


    • Eric F Eric F 23 mai 18:24

      @BA
      Les chiffres de surmortalité sont donc de même ordre de grandeur que les chiffres officiels de décès du covid, donc plus limités qu’étaient les craintes formulées au début de l’épidémie.
      Reste à savoir dans quelle mesure les deux mois de confinement ont réduit le bilan, notamment en stoppant la propagation vers l’ouest qui était présentée il y a trois mois comme inéluctable.
      Désormais, il y a deux phénomènes qui vont dans sens d’une moindre virulence : d’une part la baisse « naturelle » de l’épidémie, comme toute maladie respiratoire au bout de quelques mois et avec l’effet saisonnier. Et d’autre part la disponibilité de moyens de protection et de dépistage ainsi que la « conscientisation » publique permettent de limiter les situations à risque, un peu à la sud-coréenne. « Une certaine dose » d’hygiénisme peut s’avérer bénéfique, sans tomber dans l’excès de parano -qui conduirait par exemple à porter durablement le masque en tout lieu et tout temps-


Réagir