jeudi 8 janvier 2009 - par Philippe

Fin de l’automobile + fin de l’hypermarché = fin de la société de consommation

Au 1er janvier 2009, les délais de paiement sont réduits. Pour l’hypermarché, c’est une catastrophe.

Le gouvernement tente de sauver l’industrie automobile : c’est une mise sou perfusion d’une industrie du passé comme le furent l’industrie textile, la sidérurgie lorraine.

Alors ? Fin de l’industrie automobile + fin de l’hypermarché = fin de la société de consommation ? Ma réponse est oui.

Le raccourci est brutal, mais par où que l’on prenne cette équation, on retombe sur la même conclusion.

1. Il y a plus de 40 ans …

Il y a plus de 40 ans, en 1963, Carrefour ouvrait son premier hypermarché à Sainte-Geneviève-des-Bois. 2500m² de surface de vente avec parking. Parking ! Oui ! Et c’était bien là l’une des innovations les plus fortes : prendre sa voiture pour faire ses achats, prendre un chariot à roulettes pour circuler dans le magasin et ainsi acheter plus et remplir le coffre de sa voiture et ne pas rentrer chez soi avec ses courses à bout de bras … L’automobile a été un accélérateur de l’hypermarché et le développement de l’hypermarché a consacré la voiture comme signal de la consommation.

Distribution de masse pour une consommation de masse pour une circulation de masse. Ce schéma vaut jusqu’à ce jour.

2. Il y a plus de 40 jours …

Ce délai est bien sûr arbitraire, mais que vient-il de se passer ces dernières semaines ?

Pour l’automobile, c’est l’aveu d’une fin d’époque. Les ventes s’effondrent par inadaptation des produits en vente par rapport aux besoins des utilisateurs. Ne parlons pas du Japon où l’automobile est passée de mode, de la Suisse où ne plus avoir de voiture devient une règle de vie pour plus de 20% des habitants. Aux Etats-Unis, le Sénat a refusé – avant d’avoir été contredit par l’Administration - de sauver les Big Three – General Motors, Ford, Chrysler – d’insuffler des milliards de dollars dans une industrie qui fabrique des produits dont les consommateurs ne veulent plus. En France, le bonus-malus et la prime à la casse sauvent la fabrication de petites voitures de Peugeot, Renault et Citroën en Europe de l’Est et en Turquie (ces états devraient nous remercier !) mais pas les ventes – et donc la fabrication - de voitures moyennes fabriquées en France, alors l’Etat met l’industrie automobile sous perfusion. La baisse momentanée du pétrole et ces perfusions ne font que retarder ce qui est la fin de l’automobile fonctionnant à énergie fossile.

Pour l’hypermarché, c’est aussi la fin d’une époque. Plus le temps passe, et plus les hyper français augmentent leur chiffre d’affaires en diminuant leur résultat d’exploitation. La distribution de masse ne satisfait pas une consommation individualisée, le foyer de 3.3 personnes consomme moins qu’un foyer de 2.3 personne, la concurrence s’est spécialisée dans chaque métier pour répondre à un consommateur de plus en plus exigeant. La LME, en réduisant les délais de paiement, va porter le coup de grâce à des acteurs économiques qui vivent de placement d’argent et non pas de leur métier de vendeur. Les rotations des hypermarchés sont deux à quatre fois plus lentes que celles de Tesco en Angleterre. L’hyper est une machine lourde sans souplesse qui devrait accepter de baisser son chiffre d’affaires en diminuant ses références pour relancer la machine au risque d’aller dans le mur … D’ailleurs, Carrefour a osé parler le premier de diminuer certains hypermarchés de 6000 m² au moins ! Auchan et Cora le préparent-ils en toute discrétion ? Les hypermarchés ne peuvent pas demander d’aides de l’Etat : ils n’auront pas de perfusion ! A eux d’être leur propre chirurgien … et vite.

3. Donc curieusement …

Donc curieusement, la fin de l’automobile correspond à la fin de l’hypermarché. La fin de la voiture de masse correspond à la fin de la consommation de masse. En raccourci brutal, c’est la fin de la société de consommation. La prospective donnait encore 10 ou 15 ans de réflexions. Eh bien non ! Il faut faire vite.

Car ce raccourci n’est pas si brutal qu’il en a l’air : la consommation de pétrole baisse, le pouvoir d’achat baisse et le consommateur doit vivre aussi bien avec moins de revenus, l’automobile et l’hypermarché ne sont plus au centre des passions des consommateurs mais au centre des contraintes, les déchets ménagers baissent montrant un intérêt des consommateur pour « le développement durable », le moins consommer, etc.

Nous entrons dans la troisième révolution énergétique :

La première révolution énergétique fut la traction animale. Le harnais est apparu au XIème siècle et a solutionné nos principales crises alimentaires européennes.

La seconde révolution énergétique fut la machine à vapeur au XVIIIème siècle, à énergie fossile, dont nous savons aujourd’hui qu’elle touche à sa fin par manque d’énergie fossile et par pollution par cette même énergie fossile.

La troisième révolution énergétique est en marche : seule l’énergie durable – éolien, solaire, mouvement des eaux – peut sauver le Monde (en fait la présence de l’Homme sur Terre ...). Et comme cette production sera moindre que celle d’énergie fossile, il faudra économise l’énergie.

4. Alors qu’attendre de la crise actuelle …

Alors qu’attendre de la crise actuelle ? Une crise est une formidable période de créativité. De la dernière, 1991-1993, est née la plus formidable machine à cash d’aujourd’hui, Google, qui en 10 ans à peine est devenue l’une des société les plus créative du monde qui a distancé tous ses prédécesseurs des NTIC, des nouvelles technologies de l’information.

En ce moment, le Google de demain est en cours de gestation dans de multiples domaines. C’est peut-être celui qui remplacera l’automobile, ou celui qui remplacera l’hypermarché. Et comme Google, il ne viendra ni de l’automobile, ni de l’hypermarché, ou plutôt, il se développera dans une culture différente de l’automobile ou de l’hypermarché.

Car dans le fond, quel est le métier de Google ? : faciliter la vie sur la toile. Je laisse aux fabricants de voitures, aux « fabricants » d’hypermarchés, le soin de se mettre en position de se définir et non pas en position de survivre.

Il est loin le temps où la prospective laissait 15 à 30 années devant soit pour l’industrie automobile et la distribution alimentaire. C’était dans les années 90. La distribution a été protégée par les lois Galland et Raffarin, l’automobile par un pétrole peu cher. Le réveil est aujourd’hui brutal. Et Louis Schweitzer peut se réjoui d’avoir imposé la Logan, et les hyper peuvent regretter de ne pas avoir compris les hard-discounters Aldi et Lidl …

Car nous en sommes bien là : le temps de survivre est passé, nous en sommes au temps de se définir … ou disparaître comme ont disparu le maréchal-ferrant et les épiciers en blouse grise …



57 réactions


  • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 8 janvier 2009 11:11

    "La troisième révolution énergétique est en marche : seule l’énergie durable – éolien, solaire, mouvement des eaux – peut sauver le Monde (en fait la présence de l’Homme sur Terre ...). Et comme cette production sera moindre que celle d’énergie fossile, il faudra économise l’énergie."

    Faux , en ajoutant la geothermie l’on obtiens des quantités d’energie titanesques.Encore un beau reste de la propagande petroliere.
    Ce n’est pas consommer moins mais consommer mieux qui importe et par ce fait produire mieux , ce n’est pasl’automobile qui en faute mais le refus de rendre c’est automobile fiable et peu consommatrice par pur desir de profit.




  • fhefhe fhefhe 8 janvier 2009 11:12

    Les "Hyper-Marchés" ont mangé leur pain Blanc....un peu comme les 3 grands de la VPC dont est "mort"(la CAMIF)
    Quant à l’Automobile...c’est moins sûr...car plus "Indispensable" que d’aller faire ses courses dans un hyper.
    Les Hypers sont attaqués par les

    — Hard discounters

    — Les magasins bio

    — Le E-commerce (même l’alimentaire)

    — Les ventes directes par les Coopératives Agricoles voire des Agriculteurs indépendants
    En outre , les abonnements Téléphoniques ainsi que le Net sont venus diminués le Pouvoir d’achat qui n’augmente pas et c’est en moyenne 60€ (mini) qui ne sont plus dans les cadies !!!!
    Les Grosses Fortunes "Régionales" (regardez le Top 5 des plus riches dans les villes moyennes) issues de la grande distribution vont connaître les affres de nos amis de la Finance...
    Rien n’est plus constant que le changement....
    Vive la Chasse , la Pêche et la ceuillette....


  • Francis, agnotologue JL 8 janvier 2009 11:22

    Je lis : ""Pour l’hypermarché, .... La LME, en réduisant les délais de paiement, va porter le coup de grâce à des acteurs économiques qui vivent de placement d’argent et non pas de leur métier de vendeur.""

    Les Hypermachés vivent de placements d’argent ?! C’est quoi ce délire ? Un délire de lobbyiste de toute évidence !

    Je conseille aux lecteurs de lire cet autre article écrit le 2 janvier dernier, et qui remet les pendules à l’heure : la grande distribution française au détriment de notre pouvoir d’achat est l’une des plus puissantes du monde. 


    • geko 8 janvier 2009 14:49

      "Les Hypermachés vivent de placements d’argent ?"

      Oui JL, les industriels de la grande distribution se sont enrichis comme ça, ont financé leur croissance ainsi !

      Ce type d’entreprise a structurellement un Excédent en Besoin de Fonds de roulement !!


    • jef88 jef88 8 janvier 2009 17:17

      J’ai été fournisseur d’hypermarchés, il y a 30 ans et ne sais pas comment cela à évolué, mais à l’époque nous étions payés à 120 jours le 10 alors que les payements courants se faisaient à 60 jours pour les autres commerces. Comme les hypers vendent comptant ils plaçaient mon fric pendant 100 jours en moyenne !


  • Philippe Philippe 8 janvier 2009 11:32

    Sur ces premiers commentaires, je ne ressens qu’un accord global.
    J’aimerais bien avoir des opinions à l’inverse de la mienne.

    Voici ce que j’avais écrit il y a 2 ans : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=6595 puisque l’hyper existe, il faut sauver le soldat hyper ...
    Ce qui signifiait à sa manière "quand on est dans le trou, la première chose est d’arrêter de creuser".
    J’ai la triste impression que tous les acteurs de la "grande distribution" creusent avec enthousiasme ... et on peut en dire autant de l’automobile.


    • Francis, agnotologue JL 8 janvier 2009 13:28

      @ Philippe, vous n’avez pas lu mon post, juste 10 mn avant le votre ? Allons donc, vous plaisantez !

      Allez, pour le plaisir, et je vous ai même traité de lobbyiste :

       

      la grande distribution française au détriment de notre pouvoir d’achat est l’une des plus puissantes du monde.


    • Francis, agnotologue JL 8 janvier 2009 13:29

      Et vous confirmez : les lobbyistes ne répondent pas aux questions qui les dérangent.


    • Philippe Philippe 8 janvier 2009 14:30

      Effectivement, je n’avais pas lu votre "post" avant mon commentaire.
      Et j’ai lu votre article. Complètement.
      Je crois que si vous lisez le mien ... complètement, nous sommes sur la même longueur d’ondes. je pense même être plus sévère que vous.
      Un détail cependant, mon texte porte sur la fin de la société de consommation, pas uniquement sur le fin de l’hyper, sujet surlequel j’ai publié - mais pas sur Agoravox - depuis 5 ans.


    • Francis, agnotologue JL 8 janvier 2009 18:07

      @ Philippe, ce n’est pas mon article, mais merci de l’’avoir lu. J’ai du mal à admettre qu’on puisse penser que les hypers vont dépérir si on réduit leurs délais de paiement. Je pense qu’ils font tellement de bénéfices sur les marges, qu’ils achètent à si bas prix, que cette trésorerie ne représente qu’un bonus pour eux. Mais je peux me tromper. On devient parano, avec tous ces lobbyistes qui viennent poster ici pour leurs chapelles. J’ai peut être pris votre article trop au premier degré.  smiley


  • Cogno2 8 janvier 2009 12:37

    Ca me parait un peu prématuré tout ça.

    Ce genre de modification, ça ne se fait d’un coup, se passer de la bagnole, ça ne se fera pas en quelques années, ou alors on sombre dans l’anarchie pour cause d’effondrement de la société.

    Par contre, les bagnoles seront bien fabriquées ailleurs.
    Tout comme l’ont été de leur temps des téléviseurs, textiles ou électroménager, la production ira dans des pays ou il est plus facile de faire du pognon sur le dos des grouillots.
    Resteront en Europe quelques centres d’ingénérie, et même ceux la , à terme, seront délocalisés.

    Quant à la fin des "grandes surfaces commerciales", je n’y crois tout simplement pas.


    • FR-ank FR-ank 8 janvier 2009 23:52

      Oui c’est paradoxal la fin des voitures...
      C’est clair que tout est fait ( du moins dans les centre-villes ) pour ne plus l’utiliser :

      - Taxe pour rentrer dans le centre de Londres

      - Tramway partout, qui reduisent souvent a une voie de circulation ( au lieu de deux auparavant )

      - Velib dans beaucoup de ville de France

      - Embouteillage monstre dans les grandes villes
      donc c’est voulue, mais d’un autre cote, on met sous perfusion l’industrie automobile !!!
      va comprendre !!!
      il est effectivement temps de passer a autres choses que bruler l’energie fossile ( la + polluante qu’il soit )
      vent ( eolienne ), solaire mais aussi geothermie, force des marees et force magnetique...tout est a faire.




  • HELIOS HELIOS 8 janvier 2009 13:29

    Mr l’auteur...

    Je me pose une question sur votre délire... qui etes vous, vous, pour connaitre la volonté des citoyens, des consommateurs et des personnes ?

    Qui vous dit que l’automobile est en voie de disparition ?
    Qui vous dit que les gens ne veulent plus de supermarchés ?

     ce qu’il se produit actuellement et qui va fort probablement se reequilibrer, c’est le partage de la richesse entre le capital et le travail. le pouvoir d’achat se casse la figure parce qu’une part importante de la valeur ajoutée revient aux actionnaires plutôt qu’aux salariés. A cela il faut rajouter (consequence du point précédent) la volonté de délocalisation vers le moins disant reglementaire et social pour gagner non pas de la marge pour les salaire, mais pour augmenter les dividendes.

    Actuellement notre societe ne va pas bien a cause de ces phenomenes. Le reequilibrage va arriver. Point de problème reel d’energie car même si le petrole diminue il en reste encore beaucoup et d’autres solutions qui arriveront a point nommés et remplaceront ce qui ne marche plus.

    Quand aux supermarchés, ils sont simplement en train de muter eux aussi mais vont se renforcer car il est de plus en plus difficile de nourrir de façon artisannale la population grandissante de notre planete. Et votre phantasme sur les rémunerations financières des groupes de distribution serait hilarante si vous n’etiez pas sur un media de grande diffusion comme Agoravox. Oui, les grands distributeurs payent leur fournisseurs APRES avoir vendu la marchandise... mais c’est valable pour les produits a rotation rapide et souvent perissables.
    Il faut faire des moyennes valorisées en quantité et en valeur pour affirmer que ce que vous dites est faux.

    Qu’il faille reorganiser la distribution, c’est possible, en particulier ne pas laisser les rentes de situation créees par les diverses lois limitant les implantations....

    Qu’il faille reorganiser l’usage des energies en France c’est aussi possible... et le monde du transport devra subir les contraintes qui leurs seront posées. Mais je peux vous affirmer que le besoin de deplacement existe, existera toujours et actuellement, a part la téléportation genre Star trek, il n’y a que l’automobile pour satisfaire ce besoin. Le passage au bio ethanol ou bio diesel, l’hydrogène, le gaz, l’air comprimé etc vont etre des alternatives (sans oublier l’electricité, bien sur) qui vont fleurir ces prochaines années et a terme la (ou les) solutions(s) gagnante(s) continueront a faire vivre l’industrie automobile.

    Les ecolos et autres integristes en auront été pour leurs frais... ils feraient mieux de proposer des solutions réalistes que des applications de dogmes. ils sont dans ce domaine bien pire que les ayatollahs.

    Bonne journée a tous.


    • Francis, agnotologue JL 8 janvier 2009 13:40

      Hélios : ""Oui, les grands distributeurs payent leur fournisseurs APRES avoir vendu la marchandise... mais c’est valable pour les produits a rotation rapide et souvent perissables. ""

      Vous pourriez expliciter votre "c’est valable" ambigü, svp ?


    • HELIOS HELIOS 8 janvier 2009 14:06

      valable=vrai... abus de langage !

      Les yaourts sont commandés, livrés, mis en rayons, et vendus bien avant d’etre payés aux fournisseurs.

      Tout ce qui n’est pas "frais", les boissons, les textiles, le bazar etc... la rotation est plus lente el les factures sont reglées selon les contrats passés avec les centrales d’achats, les producteurs, importateurs etc.

      Il ne faut pas non plus confondre le "magasin" et la centrale d’achat. il y a plusieurs circuit d’approvisionnement des magasins, celui direct (mineur) et celui normal (a travers la centrale d’achat) même lorsque les livraisons sont directes par les fournisseurs.

      Mais dans tous les cas, la source de marge de la distribution n’est pas assise sur le differentiel financier entre paiement des ventes et reglement des fournisseurs, bien que des gains puissent exister.
      Il faut analyser cela comme un flux. Les approvisionnements et les paiements sont reguliers. on ne peux pas dire que l’encours de marchandise est superieur a l’encours des paiements. s’il y a eu marge, elle s’est faite lors du premier approvisionnement... et il y aura "non-marge" lors du dernier approvisionnement s’il y a cessation de vente. 


    • foufouille foufouille 8 janvier 2009 14:12

      les hyper payent quand ils veulent, un, deux ou trois mois apres
      voire plus si le fournisseur veut pas faire de ristourne


    • Francis, agnotologue JL 8 janvier 2009 18:08

      Merci Hélios pour ces explications.


    • Deneb Deneb 9 janvier 2009 08:08

      Helios : ...les ecolos et autres integristes...

      Vous me decevez, Helios. Pour vous c’est de l’intégrisme que de se soucier quelle planète laissera-t-on à nos enfants. J’imagine que vous n’en avez pas, d’où votre indifférence. Quand à votre vision de l’avenir, la continuité des rapports sociaux du 19ème siècle, je pense que vous vous gourrez sur toute la ligne. Vous prévoyez l’essor des biocarburants, alors que tout le monde sait que pour produire 1l du biodiesel, on consomme 2l du diesel fossile. Les gagnants dans l’histoire, ce sont des banques, car elles ponctionnent tout mouvement de fonds.

      Le transport individuel style voiture n’a pas d’avenir. La jeune genération, dont une partie a déjà fait une croix dessus, est en train d’inventer un nouveau monde, privilégiant la communication eléctronique comme remplacement d’une partie de déplacements physiques. Vous ne pouvez ignorer l’essor d’outils de communication comme MSN, Skype et autres réseaux sociaux, utilisés surtout par les jeunes, ou par les vieux comme moi, qui un jour, après avoir passé 2 heures dans un embouteillage où je serais déjà largement arrivé si j’étais parti à pied, a decidé de larguer la bagnole et etudier les systèmes de deplacement virtuel. La téléportation, si la vraie n’est pas pour demain, bientôt on aura des moyens de se déplacer virtuellement de façon si réaliste que personne ne sera capable de dire la différence.


  • jakback jakback 8 janvier 2009 13:35

    Concernant les hypers, si mes connaissances sont exactes, les plus sensibles au delai de 30j sont les indépendants Leclerc ,lesquels avaient pour habitudes de payer a 90 voir 120j, réputés dans la profession comme mauvais payeurs. Lorsque l’on sait qu’un hyper passe cde (épicerie) 1 fois semaine, payée a 120j, comme vous le dites cela laisse la place d’argent, d’ailleurs ils suffit de vérifier le patrimoine de chaque adhérent Leclerc pour se rendre compte de la mistification de leur communication, défenseur du pauvre et de l’orphelin. Les années de séminaire d’édouard ont portées leurs fruits, fait ce que je dis , ne fait pas ce que je fait.


    • Philippe Philippe 8 janvier 2009 14:38

      Très juste : comparons les ISF d’une année sur l’autres des adhérents Leclerc, Intermarché et Sustème U !


    • Emmanuel Aguéra LeManu 9 janvier 2009 00:03

      Pardi !
      Il faut enrayer le développement des chemins de fer, bien trop dangereux : l’homme, c’est prouvé, ne supportera pas des vitesses vertigineuse de plus de 60km/h. Ne riez pas, ce discours, voit-on, circule toujours, à quelques variantes près...

      Et la poule-au-pot tous les dimanches ? Combien ça fait de poulets par semaine, pour 12.000.000.000 d’individus ?

      Que celui qui n’a jamais mangé d’OGM me contredise.

      Archibald ! Si vous continuez, j’appelle Imogène.


    • artam 9 janvier 2009 10:34

       Bonjour capt’ain, d’accord avec vous, le plus difficile c’est de changer les mentalités. Pour sûr, c’est une question d’éducation et ceux qui s’engraissent sur notre dos en nous faisant consommer, agissent de sorte que cela perdure. Nous font-ils pas croire qu’il n’y a d’alternative que la fuite en avant ? Qu’est-ce d’autre, dans LEUR esprit, le concept de "développement durable" sinon que de pouvoir continuer à vivre comme des chancres en exploitant notre planète ?

       Ils nous feront passer pour des rétrogrades, des ayatollahs et intégristes écolos, des baba cool, vous savez, ceux qu’ils ont tourné en ridicule en leur disant à l’époque : "C’est la bougie, ou le nucléaire".

       Pour l’heur, ils nous tiennent par les burnes, ne serais-ce qu’avec le pétrole et les bagnoles, la majorité d’entre nous qui travaillent sont obligés de se déplacer quelquefois très loin pour leur job...
       Cela changera, ce sera peut-être long, mais çà fera très mal, tous y laisseront des plumes...


  • Marc Viot idoine 8 janvier 2009 14:28

    Alors ? Fin de l’industrie automobile

    C’est l’industrie pétrolière qui se meurt, pPas l’automobile.

    Donnons au citoyen les moyens de se déplacer de manière autonome à portée de ses bourses et ... l’industrie automobile reprendra force et vigueur.

    A cela, un seule réponse, des automobiles très légère et à très très faibles coût de revient (donc fonctionnant sans pétrole : air comprimé, électricité, énergies renouvelables ).

    Ce genre de véhicule commence à apparaitre dans les pays autrefois émergents que sont la Chine ou l’Inde. Gageons que nous allons les voir se diffuser rapidement.


    • Philippe Philippe 8 janvier 2009 14:40

      Seule impasse : la saturation des routes ...
      Et pour vous c’est un détail ?


    • Marc Viot idoine 8 janvier 2009 21:03

      La saturation des routes demandent une autre politique de stationnement de véhicules individuels en périphéries des grandes agglomération au sein desquelles ils ne sont plus nécessaires. Pas la disparition de ’automobile.


  • Marc Viot idoine 8 janvier 2009 14:36

    Quand à la grande distribution, elle a déjà commencé sa mutation de proximité via les hard discounteur.

    Le petit commerce ne reviendra pas : trop couteux (pour qui connait la chaine de valeur).

    Par contre on peut prévoir l’accroissement de modes de distribution plus direct (producteur > consommateur).


    • Gilles Gilles 9 janvier 2009 10:35

      "Le petit commerce ne reviendra pas : trop couteux (pour qui connait la chaine de valeur)."

      Pourtant quand je compare les prix du boucher du coin ou des maraichers avec ceux de la grande surface, cette dernière est souvent plus chère ou à peine moins chère et la qualité est loin d’y être (notamment sur la viande)
      Même le poissone st parfois moins cher dans le petit commerce de centre ville qu’à l’hyper

      Bref.....l’hyper moins cher pour tout est un MENSONGE. Il l’est surement pour pas mal de produits, non périssables souvent, mais pas vraiment pour d’autres


  • Philippe Philippe 8 janvier 2009 14:36

    Intéressant vos remarques ...

    Vous prolongez le présent : c’est votre choix.

    Pour ma part, j’affirme qu’il y a rupture. Oh, bien sûr, ce n’est pas l’affaire de quelques mois, mais il y a accélération du temps et c’est l’affaire de quelques années.

    Mes propos vont donc vers ceux qui veulent créer, inventer, innover ... pour les autres, on peut toujours se bercer d’un passé glorifier.

    On lit souvent ces temps-ci que l’électricité n’a pas été inventée par les fabricants de bougies ....


    • Philippe Philippe 8 janvier 2009 15:11

      Mon cher Kaddok, euh ... Paddock, ... euh ....
      bon, vous écrivez : "Dans quelques années les entreprepreneurs les vrais auront disparus . Restera le marketing , le profit et les fonctionnaires . "

      PAS DU TOUT D’ACCORD avec vous !
      La création est le nerf de la vie pour de nombreuses personnes.
      Voire, créer des franchises ...

      Nous entrons dans un monde où la créativité, l’innovation, l’initiative auront encore plus de probabilités de réussir.
      Le monde qui s’ouvre est une chance pour les entrepreneurs.
      Chaque changement d’époque est une opportunité formidable pour l’initiative.

      Pour revenir à mon sujet : en quoi la fin de la société de consommation est-elle source de création ?

       smiley


    • geko 8 janvier 2009 19:13

      Je pense qu’il veut te dire que l’acte de créativité est aussi dans un nouveau de distribution à inventer !
      Le franchisé n’a rien inventé mais le concept de "franchise" a un jour été créé quoiqu’on puisse en penser !


    • oncle archibald 8 janvier 2009 19:54

       @ Capitaine ad hoc : une seule solution la révolution, et yo-oh-oh, et une bouteille de rhum !


      - c’était seulement pour vous montrer, Tintin,

      - mais j’avais parfaitement compris, Capitaine.


  • Frabri 8 janvier 2009 17:07

    La crise actuelle que les prospectivistes n’avaient pas prévu n’a pas grand chose a voir avec celle de 92-93.
    Sarkosy lui même dit que de cette crise il va naître un monde nouveau.

    Entre le vieux monde et le nouveau monde il va nécessairement y avoir des ruptures. Mais les ruptures les plus importantes seront sans doute là ou les prospectivistes ne les attendent pas.


  • Storm 8 janvier 2009 17:26

    Equation à revoir 

    Vos raccourcis semblent être un peu erronés, en effet, lorsque vous parlez d’automobile comme accélérateur de l’hypermarché (et vice versa) vous oubliez quelques faits : 

    - Dans certains pays, comme la Turquie par exemple, ce sont les chaînes de supermarché (Carrefour) qui viennent chercher les consommateurs, par bus notamment.

    - Henry Ford à vendu 15 Millions de Ford T sans l’aide de supermarchés

    La véritable évolution de la voiture s’est faite indépendamment des chaînes de supermarchés, et à eu lieu après la seconde GM (coccinelle, 2cv...)

    - Vous parlez d’éffrondrement de ventes, mais en Europe ceci est vrai pour les 4X4 et les voitures de grosses cylindrée, or le marché n’est pas composé uniquement de ce type de voitures (cf les motoristes Américains qui ne vendent plus leur voitures qui consomment 20L/100) ;

    - Les ventes sont conditionnées par la situation économique actuelle, ce n’est pas lié au bonus/malus, mais bien à la crise des subprimes.

    - Ensuite vous parlez de Google, et vous parlez d’un nouveau type de produit en gestation qui sera le nouveau “Google de demain”, soyez plus précis, de quel produit parlez-vous ?


    • Emmanuel Aguéra LeManu 8 janvier 2009 23:43

      Le tout est de savoir si la voiture sera devenue trop chère avant que les rayons ne soient vides...

      Comme ça Carrefour nous organisera des navettes pour faire la queue à 4:00 du mat ?
      Remarque ça ferait un bon film, ça : les consommateurs qui se braquent entre eux à fond la caisse (volée) sur la rocade qui mène à Carrefour, pour arriver à temps pour le dernier quignon de pain rassi...

      Pas d’inquiétudes les gars, vive le net ! On commandera en ligne ! le paradis ! Plus besoin ni de bagnole ni de rayons ! Je vois d’ici le message : " votre navigateur d’achat a épuisé ses cookies de rationnement ; vous serez évidemment le bienvenu sur notre serveur dès le mois prochain. merci de votre fidélité".

      Youkaydi, youkayda !

      Z’avez rien à bouffer les gars ?
      .


  • oncle archibald 8 janvier 2009 18:27

    @ l’auteur : les marchés avec grands parkings bien commodes vont continuer à exister, et les bagnoles aussi parce que c’est bien commode et que les gens veulent habiter dans des pavillons, donc loin des centres-villes. Les voitures électriques sont prêtes depuis longtemps et ce ne sont que les lobbies pétroliers qui les ont empêché d’émerger jusqu’à ce jour, cela va changer très très vite. En revanche il est utopique de penser qu’on va remplir les batteries de ces voitures avec du soleil et du vent.. Ce sont de grosses centrales nucléaires qui vont fournir le courant nécessaire... Restera le problème des déchets radioactifs, qui n’est pas une mince affaire et que l’on occulte avec soin mais qu’il faudra bien traiter un jour sauf à vouloir faire de nos descendants des petits hommes verts.... 

    Et pour le reste je suis d’accord avec le Capitaine ad hoc : il faudrait un peu recentrer l’activité sur la proximité. Pourquoi nos arbres partent-ils en chine pour revenir sous forme de meubles ?? etc etc... il faudrait penser un peu aux hommes et comprendre que si certaines très grosses activités industrielles comme la construction aéronautique par exemple ne peuvent pas être pratiquées dans de petites échoppes au coin de la rue, la fabrication de nos meubles, de nos jouets, de nos appareils de photo, de nos chemises, nos chaussettes et nos ordinateurs ne nécessite l’intervention des petits chinois que pour remplir les poches des actionnaires de quelques grosses sociétés multinationales ou pas.

    Revenir à la raison, être fiers des acquis sociaux de toutes sortes qui sont l’apanage de notre petit hexagone ne restera possible qu’avec une activité revenue au pays pour qu’en plus des bénéficiaires il y ait aussi quelques cotisants. Ce sont ceux qui profitent de nous qui veulent nous faire croire que la "mondialisation" s’impose comme une évidence. En revanche il ne faudra pas gueuler si la paire de chaussettes vaut quelques euros de plus !


    • Philippe Philippe 8 janvier 2009 20:31

      je comprends votre réaction. Mais soyons simple : ce papier est sur la concommittence de deux crises.
      Si vous voulez plus de détail sur le problème de l’hypermarché, j’ai écrit une étude de 350 pages, plus de 400 000 signes.

      un point où je vous rejoins, nous allons vers la densification urbaine et donc allons renforcer la proximité, donc rendre "inutile" les voitures et faire des hypermarchés des centres de renouvelement urbains.


  • Artius 8 janvier 2009 18:50

    Curieusement, il y a quand même des choses que je ne parviens à m’expliquer, notamment le fait qu’au départ, les supermarchés ont été crées, notamment, pour faire baisser les prix : en achetant en gros, on achetait moins cher et on vendait moins cher.

    Le consommateur s’y retrouvait, et la grande distribution encore plus, même si au passage cela mit sur le carreau de nombreux petits commerces.

    Aujourd’hui, curieusement comme je le disais, le petit boucher à côté de chez moi vend sa viande (de meilleure qualité) moins cher, ou au pire au même prix, que n’importe quelle grande surface.

    De la même façon, en faisant mon marché, je parviens à trouver des légumes frais à des prix défiants toute (vraie) concurrence.

    Suis-je suis un vilain conspirationniste-gauchiste-pessimiste si je pense que la cupidité et l’hyper -enfilage des masses sont responsables de cet état de faits ??


    • oncle archibald 8 janvier 2009 19:51

       pour moi la bonne réponse est clairement : " la cupidité des hyper vendeurs et l’hyper enfilage des masses", mais quelles bonnes femmes vont encore faire le marché, sans pouvoir se garer, en faisant une heure de queue chez le boucher puis une autre chez le primeur... En fait ils ont joué sur du velours en misant la facilité et s’il est vrai qu’ils ont été un temps moins chers, y compris pour la boucherie, de façon à bien tuer le petit commerce. Maintenant qu’ils détiennent un quasi-monopole ils s’entendent entre eux et remontent les prix. En outre comme le fait justement remarquer l’auteur, c’est sur le flux financier qu’ils font l’essentiel de leur bénéfice, en achetant et vendant à flux tendu alors qu’ils imposent à leurs fournisseurs des délais de paiement de 90 voire 120 jours. Loi ou pas je serais très surpris que les fournisseurs seront mieux traités qu’avant.


    • Emmanuel Aguéra LeManu 8 janvier 2009 23:52

      "...au départ, les supermarchés ont été crées notamment pour faire baisser les prix..."
      Celle-là il fallait l’oser.



  • Marco Marco 8 janvier 2009 19:11

    La distribution de masse ne satisfait pas une consommation individualisée

    Qu’importe...

    Les français ne veulent plus consommer et vouent un culte à l’écologie et à l’altermondialisme ?

    Pas de problème, nos capitalistes ont trouvé la parade en faisant venir massivmeent des immigrés du tiers monde avides de consommation et de matérialisme, ce qui peut se comprendre quand on en a toujours été privé, et ce réservoir d’immigrés étant inépuisable, la société de consommation en est sauvée.


    • Philippe Philippe 8 janvier 2009 23:39

      Bonne question !
      En fait, je jalouse le boulanger par la richesse de son travail, la créativité des produits, la qualité et la richesse de ses produits.
      Mais je crains que son métier soit répétitif est contraignant et à ce titre je préfère le mien car je ne suis aps un manuel et j’ai besoin d’une gymnastique d’esprit permanente ....

      Un dernier mot : on dit que les boulangers font leur "beurre" essenteilleemnt une fois pas an avec la galette des rois. J’adore la galette et j’ai des centaines de fèves. mais ne vivre que d’un produit m’attriste profondément à moins que le reste de l’année soit consacré à la création ...


    • oncle archibald 9 janvier 2009 10:47

       Les boulangers font croire qu’ils ne gagnent presque rien sur le pain ce qui est une foutaise de premiere grandeur... demandez leur donc combien coutent l’eau et la farine et quelles part représentent les matières dans le prix d’une baguette, ils vont taper en touche à coup sur !


  • FR-ank FR-ank 8 janvier 2009 23:58

    Sans compter tous les services a leur rendre :
    Payer pour etre dans leur catalogue, faire des animations produits pour eux.
    pour entendre dire apres " vous etes trop chere, on a trouve mieux BYE "



  • loco 9 janvier 2009 00:07

     L’automobile se vend moins bien. Mais est-ce le signe d’un moindre désir des acheteurs, victimes de l’idiotie du fossé entre l’auto moderne et ses règles d’utilisation (permis à points, radars, contrôles anti-ceci et anti-cela) ou de l’engorgement du réseau ? Ou plus simplement la rançon de l’aplatissement des porte-monnaie ?
     Les hypermarchés souffrent d’essoufflement. Mais quand on doit "faire attention", on ne peut plus mettre les pieds dans ces temples de la manipulation du chaland dont les caddies immenses sortent hors de prix grâce à l’habileté des forces de vente.
     La source du problème n’est morale ou philosophique que pour quelques uns. Pour d’autres, c’est une simple conséquence de la bourse plate. Le revenu du salaire a baissé (d’où la pantalonnade de la participation sensée mettre tout le monde du même coté) aussi régulièrement que de nouveaux "besoins" se sont fait jour. Et tout cela s’est maintenu grâce au système que l’on appelait "cavalerie" autrefois : j’emprunte pour fonctionner malgré un endettement trop lourd, et ceci jusqu’au piège ultime du crédit revolving (qui augmente ma dépense de 16 %), je remplace ma voiture, ouf, une rentrée, par une neuve en crédit total ... jusqu’au moment où, salaire écroulé, chomage partiel, banque regardante.... il faut payer !!!!


    • Philippe Philippe 9 janvier 2009 08:33

      Oui, l’automobile donne de moins en moins envie
      Ouis, l’hypermarché ne correspond plus aux besoins de foyers ayant bien moins de nombres de personnes.
      Oui, c’est aussi une question de morale, mais c’est l’argent qui fait agir ou comme vous le dites, la peur du gendarme. Car oui, le pouvoir d’achat baisse car oui, il y a de nouvelle envies, et oui rouler moins vite c’est moins polluer mais c’est surtout moins dépenser d’essence ...


  • Marc Bruxman 9 janvier 2009 01:57

    Je suis d’accord avec vous sur un point, le monde change ! Et sur un autre point : la crise est en général un catalyseur pour les changements qui s’imposent alors que les gens le veuillent ou non. 

    Maintenant oui effectivement les surfaces de ventes physiques et pas seulement les hypermarchés vont souffrir, parce que pour plein de choses, le commerce en ligne leur rogne leurs marges sur tout ce qui n’est pas alimentaires. Or, depuis les années 90, le gros de l’augmentation des surfaces de ventes en hypermarché se fait justement sur tout ce qui n’est pas la bouffe. Les hypers se sont mis à vendre vétements, télé, hifi, disques, dvd, voyages, ... Et finalement ils vont devoir se reconcentrer sur la bouffe !

    Et la, patatra, les gens commencent à comprendre que la marque sur un produit alimentaire simple coute très cher. Entre la marque distributeur et la marque de faux luxe, on a souvent un facteur 2 voir plus. Et comme le client l’a compris, il fait une partie de ses courses au hard-discount et l’autre partie en hyper. Pire, plus les gens sont friqués plus ils adoptent ce genre de comportement car ils ne cherchent plus à prouver à leurs pairs qu’ils sont riches en achetant de la marque. 

    Pour la bagnole, même phénoméne, la plupart des études conduites par les services marketing des constructeurs semblent montrer depuis 1998 un changement de tendence. Parmis les classes moyennes supérieures, la voiture a perdu son role de discriminant social. C’est à dire que l’on peut être "riche" et rouler dans une bagnole "standard" sans passer pour un bouffon. C’est justement pour ca que Renault, intelligemment a construit la Logan. Et qui achéte des Logan ? Bizarrement des gens qui pourraient très bien acheter des bagnoles plus luxueuses. Et c’est con, justement parce que ceux qui achetaient à crédit des bagnoles luxueuses pour mimer un semblant de richesse ne peuvent plus le faire... Et donc l’industrie automobile va devoir produire low-cost. Et qu’elle le fera de grès ou de force. 

    Ce qui est fini ce n’est pas la société de consommation, mais ce sont les achats "pour paraitre". Ou plus exactement le "faux luxe". Le vrai luxe ne sera pas vraiment touché. Mais le faux luxe c’est par exemple le polo similaire au polo Tex du Carrouf’ mais qui est vendu cher parce qu’il y a un logo à la con brodé dessus. 

    Or, si le comportement d’achat devient plus rationnel c’est un gros changement économique qui va faire une grosse pression sur les entreprises pour qu’elles optimisent leur production et diminuent les coûts. Cela ne changera en rien à l’envie des gens de consommer, c’est juste qu’ils consommeront plus malin. 




    • Philippe Philippe 9 janvier 2009 08:38

      Oui.
      Voir ma réponse juste au-dessus.

      On va vers un consommateur plus malin, mais pas celui des années 90 qui cherchait à acheter moins cher, celui des années 2009/2012 va chercher à vivre autrement.

      Effectivement, c’est un gigantesque virage dans lequel nous sommes engagés. Et lorsque la taxte carbone nous donnera des "droits à polluer" ou à l’inverse des limites individuelles de pollution, alors nous comprendrons encore mieux ce que consommer mieux veut dire ... grâce au baton !


    • Marc Bruxman 10 janvier 2009 03:27


      On va vers un consommateur plus malin, mais pas celui des années 90 qui cherchait à acheter moins cher, celui des années 2009/2012 va chercher à vivre autrement.

      Effectivement, c’est un gigantesque virage dans lequel nous sommes engagés. Et lorsque la taxte carbone nous donnera des "droits à polluer" ou à l’inverse des limites individuelles de pollution, alors nous comprendrons encore mieux ce que consommer mieux veut dire ... grâce au baton !


      Je crois que vous révez. Les délires écolos-bobos vont surement être les premiéres victimes de la crise. Parce que lorsque le revenu diminue, les délires type commerce équitable c’est un peu le premier truc qui se réduit. Que ce soit aux US ou en Europe, le marché du "prix crevard" ne s’est jamais aussi bien porté. 

      Quand à la taxe carbonne, cela va être suffisamment impopulaire pour que l’état hésite fortement à en mettre une. 

      En temps de crise justement, on cherche à acheter moins cher, c’est la régle. Maintenant prenez quelqu’un et donnez lui le choix entre se priver de vacances à l’étranger (bouh avion, écolo intégriste po content !) et passer par un shop bien crevard pour acheter un produit identique mais moins cher, il va faire quoi croyez vous ? 

      Le problème c’est que si vous prenez n’importe quel budget (particulier ou entreprise) et que vous faites de la réduction des couts dessus, vous trouvez dans tous les cas comment faire pour améliorer grandement vos finances. Et une ligne de téléphone en dégroupage total par si, et une option crevard sur le téléphone mobile, et un abonnement électrique passé chez Poweo, et une banque virée et remplacée par une banque en ligne sans frais genre boursorama... Vous avez vite fait d’économiser 20 ou 30 € par mois sans vous priver de rien, mais en privant bien sur d’autres secteurs économiques de quelque chose. Multipliez cette somme par 12 et bien sur cela fait entre 200 et 350 € d’économisé par an voir plus si vous avez amélioré d’autres choses. 

      Mais au final :

      • L’augmentation de l’épargne induite par ce comportement fait un filet de sécurité. (On ne sait jamais ce qui peut arriver même si on est blindé de thune en ce moment). 
      • Après la crise, cette épargne sera réinvestie dans des biens utiles. 
      • Pendant la crise, tout ce qui n’est plus utile se liquide pour faire des économies. Ca ne réapparait pas après. 





  • Marc Blanchard Marc Blanchard 9 janvier 2009 04:47

    Ne vous inquiétez pas pour les grandes surfaces, ils ont acquérit un trésor de guerre fabuleux.

    Carrefour et Casino se sont implanté dans le monde entier.
    Auchan s’est diversifié vers des enseignes spécialisées, Kiabi, Leroy Merlin, Pizza Hut, Décathlon, Jardiland, ...
    Leclerc, Système U, intermarché dont les magasins appartiennent à des patrons indépendants et comme vous le dite sont presque tous soumis à l’impot sur les Grandes Fortunes .
    Cora est le plus petit mais si vous connaissez le groupe Bourbon vous verrez qu’il y a du matos.

    Presque toute les enseignes de magasins de proximité leur appartiennent également.

    Si le petit commerce se redéveloppait, ils ont largement les moyens de casser les prix pour aussitôt détruire le petit épicier indépendant qui essaierait de s’implanter.

    Si les ouailles quittaient leurs surfaces, il leur suffirait de faire de grosses campagnes marketing avec des prix cassés (comme au bon vieux temps) pour les faire revenir. Si l’un de ces géants venait à montrer faiblesse un des autres le racheterait.
    Il faut savoir aussi que bon nombre d’enseignes de hard discount leur appartiennent également (sauf Lidl et Aldi)
    Si un système de vente par internet se montrait dangereux, ils le rachéterait dans l’oeuf pour le dévlopper eux même.
    Regardez ce qu’ils ont fait avec le commerce équitable ! C’est un mouvement qui a commencé à se développer, ils se le sont approprié (sûrement pour le détruire tout en se faisant passer pour des gens charitables) alors qu’ils saignent les maraichers, pêcheurs, éleveurs, ... français.

    Je vous invite à lire l’article que j’ai écrit sur ce sujet.
    http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=49465

    A mon avis, à moins que les producteurs se mettent à vendre directement leurs produits, ce qui a dèjà été essayer et n’a pas marché, ils ont encore de beaux jours. Si ils ne réagissent pas maintenant, c’est que ce n’est pas utile.
    Les mode de consommation vont peut être changer, mais sûrement pas les acteurs.


    • geko 9 janvier 2009 08:21

      C’est exactement la réflexion que je me suis fait en écoutant les préconisations de Mr Attali concernant la "libéralisation de la croissance". Derrière les bonnes volontés de supprimer les marges arrières et la suppressions des règles en vigueur, on donne littéralement la zone de chalandise "France" à l’oligopole de la Grande Distribution qui avec sa puissance financière aura champ libre.

      Par ailleurs le fait que les hypers disparaissent pour une réimplantation de petites surfaces ne change rien à la centralisation des négociations entre grande distribution et producteurs.

      Par contre : " A mon avis, à moins que les producteurs se mettent à vendre directement leurs produits, ce qui a dèjà été essayer et n’a pas marché"
      Les AMAP sont un bel contre exemple ! on en compte une 20taine sur Toulouse.


    • Philippe Philippe 9 janvier 2009 08:46

      Vous avez un peu confondu les enseignes ... Pizza Hut n’est pas Pizza Paï, la famille Mulliez ne possède pas de jardinerie à ma connaissance, chaque enseigne a une forte indépendance, etc.

      Ne croyez pas en la toute puissance des 6 "grands distributeurs". Si cela avait était le cas, ils n’auraient pas laissé se développer Aldi et Lidl. Or ils n’en sont tout simplement pas capables malgré tous les essais réalisés que ce soit par Leclerc, Système U, Auchan, Carrefour, Intermarché. Cora n’a rien essayé, Casino a Leader price.

      Par ailleurs, comparez les résultats dont nous avons connaissance de Carrefour (Auchan pour ce que nous en savons, Casino remonte, Les 3 groupements d’indépendants ne communiques pas car non contraints par la loi) avec Wal-mart, Tesco et Metro ... et vos rêves de puissance de nos champions français s’effondreront.


  • Marc Blanchard Marc Blanchard 9 janvier 2009 04:59

    Ah oui j’oubliais aussi concernant les délais de paiement.

    Il y a au moins 9 ans que certains produits sont soumis à des réglements à 30 jours tels que produits frais, alcools par exemple.


  • Gilles Gilles 9 janvier 2009 10:40

    Tient c’est bizarre, j’avais cru comprendre que notre OmniGuide misait sur l’extension des grandes surfaces (1 loi récente), ouverte 7j/7 et bientôt 20h/24 (ça bientôt), le hard discount comme mode de vie (il l’a claironné pour avoir plus de pouvoir d’achat)

    Les projets autoroutiers sont en plein boum et leurs opposants se font fermer leur gueule ou couper tout moyen financier

    Bref, on en prend pas la bonne direction...................


  • Yannick Yannick 9 janvier 2009 11:47

    Tres bon article.
    Je pense que c’est un element important de la crise actuelle.
    Apres les banques qui on manque de professionasilme et d’ethique, il y a une crise ecologique.
    Je partage cette idee que la voiture et la societe de consomation dans les hyper ne font plus rever.
    Le business va continuer dans tout ce qui est ecolo, informatique, tout ce qui ne consome pas d’energie fossile, ainsi que la sante et le developpement durable.
    Personnellement, je suis deja parti dans cette direction. J’ai eu la chance de pouvoir me rapprocher de mon travail, j’utilise le velo, je cherche a me debarasser de ma voiture.
    Le velo, 2 fois 1/2 heure par jour est si bon pour la sante !
    On est alle trop loin dans la consomation, l’inactivite, l’oisivete. Il est bon aussi de posseder juste un peu moins que necessaire. On l’a oublie.



Réagir