samedi 29 septembre - par VICTOR Ayoli

« Flinguer la Sécu » ! Le banquier Macron à la manœuvre

Pendant les enfumages Benalla – faut bien distraire celui qu’on enfile – ce gouvernement à la solde des banques et du patronat flingue la Sécu. Les diverses « droites » ne cachent plus leur volonté de « casser la barraque ». Les réformes à la tronçonneuse qu’ils proposent avec la morgue et l’arrogance qui les caractérisent se résument dans cette phrase de Denis Kessler (ancien numéro deux du patronat, ancien président de la Fédération française des sociétés d’assurance et actuel président de la SCOR, un géant de la réassurance) : « La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance ! »

 

 

La Sécurité sociale, réalisation majeure du Conseil National de la Résistance, est depuis longtemps dans le collimateur des ultralibéraux. Pensé et élaboré par le député communiste du Front populaire Ambroise Croizat, la Sécu avait pour mission première de « mettre fin à l’obsession de la misère ». Son organisation est paritaire entre les organisations syndicales et le patronat. Son financement est pour l’essentiel (61,7 %) assuré par les cotisations salariales et patronales ainsi que par l’impôt (35,1 %). Le but du patronat, depuis la création de la Sécu, c’est de refiler le bébé à l’État, c’est-à-dire faire financer la Sécurité sociale par l’impôt et non plus par les cotisations. C’est la sempiternelle rengaine patronale de la « baisse des charges ». Les cotisations sociales ne sont pas des « charges » – le vocable est d’inspiration patronale – mais des « salaires différés » qui viennent protéger les salariés, en matière de santé, d’accident du travail ou pour la retraite. Les réduire, voire les supprimer, c’est enterrer le principe de solidarité avant de brader de système au privé. Les requins de l’assurance privés sont à l’affut depuis longtemps. Sarko frères en ont rêvé, le Rothschild-boy Macron va le faire !

La Sécu, longtemps endettée est arrivée à l’équilibre et devrait, dans les années qui suivent, dégager un confortable bénéfice. De quoi financer la misère des hôpitaux et des EHPAD qui manquent scandaleusement de personnel, de quoi financer le « cinquième risque », celui de la dépendance ! Tè, fume… Pas bon ça Coco. La Sécu, faut qu’elle soit en déficit, pour la déconsidérer dans l’esprit du public, pour transférer toujours plus vers les assurances privées avant la curée finale. Donc ce pognon, résultat de la saine gestion de l’institution, va être - et légalement ! - siphonné par l’État !

Comment ? En transférant vers l’État les futurs excédents de la Sécurité sociale mais aussi de l’assurance chômage et des retraites complémentaires. La loi de programmation des finances publiques (LPFP) votée fin 2017 prévoit une « contribution des administrations de Sécurité sociale à la réduction du déficit de l’État ». La Cour des comptes estime que la Sécu au sens large dégagera un surplus "conséquent" chaque année, qui pourrait "atteindre approximativement" 24 milliards d’euros en 2022. Y a bon la machine à sou qu’il a pensé Micmacron ! Pour cela, Monsieur l’État dispose de la part d’impôts qui financent en partie la Sécu (35,1 %). Quand une cotisation est réduite ou supprimée, l’État compense généralement sa perte pour la Sécu avec une part de TVA ou de CSG. Il lui suffira de ne pas les rembourser. Et le tour est joué.

Ainsi, la "transformation" du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) en baisse de cotisations sociales, privera la Sécu d’environ 26 milliards d’euros selon la Cour des comptes !

Ainsi la suppression des cotisations salariales sur l’assurance maladie et l’assurance chômage qui va coûter un bras.

Ainsi la suppression totale des cotisations sociales au niveau du Smic, un coût de 4,5 milliards d’euros pris à la Sécu. Etc.

En passant, le fait de supprimer l’intégralité des cotisations sociales au niveau du Smic crée une gigantesque trappe à bas salaires, invitant les employeurs à n’embaucher qu’aux niveaux de rémunération les plus faibles possible. Et vive les travailleurs pauvres ! C’est la justification même de la Sécurité sociale - « mettre fin à l’obsession de la misère » - qui est ébranlée. Ambroise Croizat doit faite le ventilateur dans sa tombe…

« Avec le banquier Macron – relais direct du grand patronat – aux commandes, nous assistons désormais à une attaque frontale. Les assurés sont victimes d’une amputation directe du salaire dont la cotisation fait partie. La cotisation est la seule création de richesse qui va directement du cotisant au travailleur dans sa vie sans passer par les dividendes des actionnaires. » lien

Au nom de la baisse du coût du travail, l’État va donc rogner sur la force de frappe de la Sécurité sociale. Ce qui veut dire que, en cas de nouvelle crise économique, le système assurantiel aura moins de recettes pour couvrir ses dépenses. Ce siphonnage, ce vol, donnera aux complices de Micmacron de quoi justifier à ce moment-là une réduction de la voilure des régimes d’assurances (retraites, chômage, notamment). Dès lors, les requins de l’assurance privée pourront démanteler ce formidable acquis social, héritage glorieux du Conseil National de la Résistance. C’est en quelque sorte la revanche des collabos (il n’y avait pas beaucoup de patrons autour de De Gaulle à Londres) sur les Résistants.

Porco dio. Va fanculo !

 

Photo X - Drois réservés



52 réactions


  • devphil30 devphil30 29 septembre 08:34

    Merci Victor pour ce rappel de qualité sur le représentant des banques domicilié à l’Élysée grâce au monde de la finance 


    • placide21 29 septembre 10:22

      @devphil30
      J’ai envoyé ma feuille de remboursement à la sécu (pas de tiers payant) laquelle m’a répondu par mèl :Délai de traitement 8 semaines.


    • devphil30 devphil30 29 septembre 11:29
      @placide21

      Je ne peux pas vous aider car je ne travaille pas à la sécurité sociale ...

      Je ne comprends pas le sens de votre commentaire

  • Zaza Zaza 29 septembre 09:42

    La sécu n’a aucun avenir dans une société « multiculturelle ». Lire Guilluy.


    • samy Levrai samy Levrai 29 septembre 23:21

      @Zaza
      Pas de frontière= pas de secu, pas d’assurance chomage, pas de retraite sauf par capitalisation, pas de democratie puisque pas de peuple, pas de solidarité, etc...


    • Le421 Le421 30 septembre 09:05

      @samy Levrai

      DE quoi ??
      DE... Solidarité ?
      Vous n’y pensez pas mon brave.
      La solidarité a été remplacée par le mot « assistanat ».
      Demandez à Wauquiez ou à Macron (même musique de ce côté des problèmes) si ce n’est pas vrai.
      Choisir entre « un pognon de dingue » et « le cancer de la société », suivant l’auteur.

    • samy Levrai samy Levrai 30 septembre 10:13

      @Le421
      Les frontières sont des zones dans lesquelles la solidarité nationale devraient s’appliquer, elles ont été remplacées par des exercices de novlang aussi bien l’une que l’autre...


    • Eric F Eric F 30 septembre 21:53

      @Le421

      Il y a une réelle différence entre solidarité et assistanat, car la solidarité est réciproque, chacun cotise et bénéficie tour à tour, alors que l’assistanat, c’est de bénéficier sans cotiser.
      Les acquis du CNR, ce sont des assurances sociales, cotisant-bénéficiaire, qu’il s’agisse de sécu, de retraite, de chômage. Comme dit l’article, les financiers veulent transférer vers l’impôt [mais une protection limitée] et supprimer le caractère « assurantiel » et par le même coup la gestion paritaire : assistanat vers les uns et privatisation pour les autres.

    • Ouam Ouam 1er octobre 22:54

      @Le421

      ouais enfin quoiqu’il en soit, je t’invites qd meme à réfléhir auxs propos de s levrai auquel j’adheres totalement.
      C’est vrai que cela ne t’arrange pas, mais ce n’est pas parce que cela ne t’arrange pas que ses propos sonts eronnés, et inutile de sortir du sujet crutial par un autre biais.

      ps et si j’y pense justement c’est ce qui me faisait aimer ce pays, un zeste d’equité et d’homogéneité, le jour ou elle n’y sera plus , quel interet représentera ce pays ?


      a+

  • ASTERIX 29 septembre 09:50
    BIEN TROUVE  LE FACHISME BANCAIRE DE JUPITER

    avec 90 % DE BRANQUIGNOLS dans son LREM et des ministre déphasés et parano-lobbyistes

    -BUZIN qui n ’arrive pas a expliquer les magouilles de LA THYROIDE son lobbyiste de mari mr LEVY inserm

    -PENICAULT lobbiyste hystérique et « moche »

    -PARLY lobbyiste des armes

    -BORNE LOBBYISTE du transport moteurs de recherche foireux DE LA SNCF GO OUI et genre

    et L EDITRICEqui agrandit sa maison d ’édition sans autorisation


    heureusement que JULIE GAYET PRODUIT DES FILMS A BOLLYWOOD !!!!! avec des capitaux de ventes d’armes des navets mais des films

  • oncle archibald 29 septembre 10:10

    Putain quel mic mac ! Un « nartic » bourré de contradictions avec à la fin, cerise sur le gateau, les résistants contre les collabos !

    D’un coté il hurle que le vilain Macron va s’en foutre plein les poches parce que les comptes de la sécu seront à l’équilibre en 2022 et de l’autre il hurle qu« on prive la sécu de recettes en supprimant les cotisations sur les bas salaires, ce qui laisse supposer des comptes en déséquilibre mais bon ... Va comprendre Charles comme disait Ambroise Croizat à de Gaulle !

    La sécu c’est fait pour que tout le monde ait accès aux soins, pas pour éradiquer la misère. Qui peut prétendre qu’il y ait une régression dans ce domaine depuis 1945 ? Vous n’allez jamais dans la salle d’attente d’un généraliste ? Dommage, vous y verriez papoter gentiment en se tapant sur les cuisses quelques vieilles dames qui vont »se faire prendre la tension« tous les Vendredi après midi, on ne sait jamais !

    La sécu, ou plus généralement l’assurance maladie, a été détournée de son rôle qui était justement d’éviter à ceux qui ne pouvaient pas payer les soins de « mettre fin à l’obsession de la misère » parce en 1945 quand on était malade et qu’on ne pouvait plus travailler on perdait tout et on tombait dans la misère, mais aujourd’hui elle sert à payer des médicaments que l’on ne prendra jamais, des examens de laboratoire qui ne serviront à rien, juste parce que la médecine est devenu un »bien de consommation« comme un autre et que les généralistes ne savent plus faire un examen clinique digne de ce nom. Les médecins et les patients abusent de la sécu et les laboratoires en profitent !

    Quand aux dépassements d’honoraires qui ont contraint chacun de nous à souscrire une complémentaire parfaitement inutile autrefois puisque les maladies graves étaient prises en compte à 100/100 par la sécu, ils devraient tout simplement être interdits, ou plus exactement non remboursables ! La première question du docteur qui ne vous connait pas encore n’est pas de quoi souffrez vous mais quelle est votre mutuelle ! En fonction de quoi il va prescrire à tour de bras puisque »c’est gratuit« . Insupportable !

    Et partout »on« se débrouille pour que vous ne sachiez jamais combien ils se gavent sur le dos de la sécu : à la pharmacie, au labo, chez le kiné, on fait le »tiers payant« et donc vous tendez votre carte verte plus l’attestation de mutuelle et c’est bon. C’est GRATUIT vous-dis-je ! Regardez au fond de vos tiroirs combien vous allez trouver de médicaments périmés jamais utilisés et vous comprendrez les mystères du » trou de la sécu". Vous ne pourrez même pas savoir combien a été gaspillé, puisque le prix ne figure plus sur les boites ! Ça s’appelle du vol en bande organisée ou je ne m’y connais pas.


    • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 29 septembre 10:44

      @oncle archibald
      Il semble que vous m’ayez mal compris, tonton. Je parle de l’embrouille de Micmacron qui veut pomper le fric de la Sécu, pas de ce que recouvre maintenant la Sécu. Et je suis bien d’accord avec vous concernant les toubibs.
      Voilà d’ailleurs un article que j’ai publié je ne sais plus quand ni où les concernant :

      "Toubibs or not toubibs.

      Pour quelques examens médicaux très classiques pour ma compagne, nous sommes obligés d’aller à Rodez, soit 280 km aller-retour, plus une nuit à l’hôtel. Nous n’habitons pourtant ni au pôle nord ni en Afghanistan mais, pour la moitié estivale de l’année, en Lozère. Nous touchons du doigt le problème des « déserts médicaux ». Au village le plus proche, la mairie met gracieusement à disposition du médecin volontaire un local clair, vaste, bien situé. Il est venu deux « toubibes » roumaines. Un petit tour et puis s’en vont.. Actuellement, après un an sans praticien, nous avons « touché » un toubib espagnol. Pour combien de temps ?

      La médecine est organisée de façon paradoxale : fonctionnement totalement libéral mais avec un financement public. Résultats : ces dernières années le Conseil National de l’Ordre des Médecins (CNOM) estime que l’offre de soins s’est dégradée en quantité. 2 médecins généralistes s’installent quand 25 partent en retraite selon Patrick Romestaing, président de la section Santé Publique du CNOM. Certaines régions ont vu la moitié de leurs cabinets fermer. A l’horizon 2025 il y aura moins de 23 000 généralistes en cabinet contre 56 000 aujourd’hui. Les jeunes étudiants délaissent la spécialité « généraliste » pour d’autres plus glorieuses, plus rémunératrices. Sont-ils réellement à plaindre, ces enfants gâtés de notre société ? La collectivité – donc nos sous - paie leurs longues études. Ne serait-il pas normal qu’en retour les toubibs acceptent au moins pour quelques années de s’installer là où leur présence serait la plus nécessaire ? Mais il est plus « sexy », plus confortable, plus rémunérateur de s’installer à Paris, Nice, Aix ou Avignon plutôt que dans le Nord, la Creuse ou la Lozère... Pourtant, lorsqu’on aura le temps, on les plaindra : ils réclament 25 euros par consultation. A raison de 12 minutes en moyenne, cela fait 125 euros de l’heure, soit de 500 à 1000 euros par jour. A rapprocher des environ 1000 euros par mois du smicard et des 1500 euros par mois d’un enseignant débutant. Eh ! Oh ! Faut bien changer le 4X4 chaque année ! Et vive le trou de la Sécu : 20 milliards environ, soit le prix d’un tunnel sous la Manche chaque année.

      Le Sénat a adopté ce mercredi en première lecture une proposition de loi qui toilette la loi Bachelot de réforme du système de santé (HPST), en supprimant plusieurs mesures qui avaient provoqué la colère des médecins libéraux, un électorat que la droite tente de reconquérir. Les sénateurs ont cependant infligé un camouflet au gouvernement en refusant de supprimer l’une des mesures qui avaient irrité les médecins, à savoir l’obligation pour les généralistes de déclarer leurs congés à l’avance. Les sénateurs ont en revanche voté la suppression des pénalités financières (jusqu’à 3.000 euros par an) pour les généralistes des zones sur-dotées refusant de prêter main forte ponctuellement à leurs collègues des déserts médicaux. Par ailleurs les chirurgiens-dentistes ne seront plus obligés de faire figurer le prix d’achat de chaque élément de la prothèse sur le devis mais seulement le prix de vente. Y a bon la thune ! Les arracheurs de dents multiplient par cinq le prix de prothèses souvent douteuses made in China, mettant les prothésistes français sur la paille. Et kékondi aux sénateurs ? Merci m’sieur dames !

      Ils obtiennent tout ce qu’ils veulent les toubibs parce qu’ils sont en position de force. Parce qu’ils sont nombreux sur les bancs du Sénat et de la Chambre des députés ; parce que le numerus clausus imbécile organise la pénurie.

      Bon. Le mieux pour nous, cambrousards, c’est encore de manger bon, boire dru, brosser madame, respirer un air pur et encore gratuit en écoutant les petits oiseaux..."


    • Eric F Eric F 30 septembre 21:59

      @VICTOR Ayoli

      "La médecine est organisée de façon paradoxale : fonctionnement totalement libéral mais avec un financement public« 
      je crois que tout en effet vient de là, et ajoutons que les études sont financées par l’état. Il devrait y avoir une forme »d’obligation de service public« et notamment la première affectation, exactement comme pour les profs, effectuée en fonction des besoins de postes -densité médicale-. Un gouvernement l’avait »envisagé", il y a eu quelques froncements de sourcils, le projet a été illico retiré ! Encore un lobby bien en cour.

    • stef 2 octobre 07:55

      @Eric F
      Très bien vu c’est exactement l’une des principales causes des nombreux dysfonctionnements de l médecine en France

      C’est comme la suppression du numérus clausus qui ne servira à rien si on ne supprime pas la liberté d’installation géographique des médecins et qui ne résoudra pas le problème des déserts médicaux ( la densité médicale est correcte en France c’est la répartition géographique des médecins qui est mauvaise 

    • Eric F Eric F 2 octobre 11:19

      @stef
      et certaines municipalités « offrent » les locaux pour attirer les médecins [privés] dans leur commune, voire prospectent à l’étranger pour faire venir des médecins.


  • Le Panda Le Panda 29 septembre 11:17

    @VICTOR Ayoli

    Salut, pourquoi dire non lorsque l’on peut dire oui.

    Ton article est plus qu’explicite dans peu il n’y aura plus de généralistes en médecine. Qui de plus la suppression du « Numérus clausus » de la poudre aux yeux le résultat sera le même à la fin de la 1ere année. Il suffit d’écouter sur place les internes, les infirmières, la masse du personnel soignant et de la même façon que Macron ne cesse d’avantager la richesse, nous ne pourrons à moins d’une rebellion de taille….Faire en sorte que l’hémorragie dans sa globalité ne cesse. Meilleure santé à ta compagne.


    • zygzornifle zygzornifle 29 septembre 11:46

      @Le Panda


      Salut Panda,

      je pense que l’IA va sur-planter dans peu de temps la médecine traditionnelle et plein d’autres métiers comme banquier , avocat etc....

    • Le Panda Le Panda 29 septembre 13:28

      @zygzornifle
      Salut

      Je ne vois qu’une réponse à te faire ne penses-tu pas que nous ne sommes pas déjà des robots ? Quant aux banquiers et avocats ils ont encore de beaux jours devant eux, tu habites une région qui parle pour toi aux autres. Je plains sincèrement les séniors ou pas qui ne savent pas utiler « Internet » et c’est sincére…..


  • zygzornifle zygzornifle 29 septembre 11:43

    Que la Sécu ?????


    Meuuuh non , il y a les retraites a flinguer , les chômeurs , le SMIC , les aides sociales , pourquoi croyez vous que les Drahi et autres l’ont fait élire ? 
    Il est la pour dégraisser le bouillon et il fait bien le job .....

    • chantecler chantecler 29 septembre 12:20

      @zygzornifle

      Tout est à « flinguer » pour ce gouvernement .
      Trop de social disent les médias allemands à notre encontre .
      Natürlich dixit Macron élu pour ça .
      Mais qui peut croire ses contorsions ?
      La politique c’est le mensonge , la manipulation .
      Et quand ça ne passe plus on tend le relai à d’autres .
      Parce qu’entre la REM et LR vous voyez beaucoup de contradictions ?
      F.Fillon se présentant aux électeurs et en préambule : « mon programme c’est 500 000 fonctionnaires en moins ».
      Outre son aspect de croquemort , c’était pas vraiment sexy ...
      Et avec Wauquiez ?
      Ben , il est peut être plus malin , diplomate , mais ce sera kif kif voire pire .
      Mais la relève et assurée .
      Ah certes il y a d’autres partis .... !

    • Le Panda Le Panda 29 septembre 13:32

      @zygzornifle
      Tu plaisantes c’est de l’humour noir, car c’est bien ce que nous sommes en train de vivre de plus en plus, alors pour ce qui est à venir la décence des propos empêchent de l’écrire, mais le bouillon tu le boit à petites doses toi comme les autres et évidement moi aussi…. 


    • Le Panda Le Panda 29 septembre 13:37

      @chantecler
      Bonjour

      Mais il y a bien du temps que je l’ai écrit sur divers articles, il faut supprimer les partis de tous bords la totalité de votre commentaire est réelle, mais essayons de trouver la solution, vous ne croyez pas ? Car qui finance l’ensemble du pouvoir sinon que les partis….. 


    • Dom66 Dom66 30 septembre 16:43


       Salut @zygzornifle

      Une petite vidéo sur Marcon le menteur


  • Roberto 10 29 septembre 12:09

    Pour la privatisation de la sécu, ça se précise ..............



  • hocagi@1shivom.com 29 septembre 15:13
    problème mes amis et que la france est devenu un pays pauvre, pas ds son patrimoine mais son revenu, qui vienne uniquement du tourisme, tourisme et tourisme,
    donc il ne nous reste plus qu a porter des jolis tabliers sans culottes pour nous faire enculer par les amerloques ou riches qui viennent visiter aussi notre trou du cul, que cela est joliment dit...
    Je suis barbu et plus de 50 ans donc je suis mal barre pour vendre mon cul ah ah ah

    Donc en résumé si vous voulez maintenir vos allocs et aides sociales a distribuer a 1 milliard d’Africains bientôt beaucoup plus, avec tjrs nos amis Africains pauvres qui travaille pour une misère, comme des esclaves en france, il faudra me raconter le beau comte de fe, qui paye en gros ?

    d ailleurs vous retraite sles seuls pas encore pauvres , pas encore j ai dit, vous allez pas tarder a n être plus rétribués de vos pensions, pour très bientôt ehe it is fun ...
    so what is next, a bit a scenari a l’image de ceux que l on peut voir avec Netflix et les 100s ah ah ah

  • Sergio Sergio 29 septembre 15:19

    Il y a eu récemment un article sur le vin (Nabum) et donc j’ajouterai que « quand le vin est tiré ... ». Admettons alors que Mr Macron et consorts aillent jusqu’au bout de leur mission dont le but n’échappe à personne, et qu’à l’échéance de son mandat, il ne soit pas réélu, ne soyons absolument pas crédules, il n’y aura hélas, aucune formation politique qui remettra en question sa politique de décroissance sociale, bien au contraire. Oui, la privatisation de la sécu va se préciser, et sera mise en place par d’autres, on aura alors l’illusion d’être dans une économie libérale et on continuera à payer des impôts directs et indirects, non pas pour éponger une dette sociale qui n’existe pas (souvenons nous de ce que disait Charles Fiterman au sujet des impayés des grandes entreprises), mais pour des desseins hors de portée de notre imagination terre à terre, puisque nous sommes immatures, parce que nous sommes enfermés dans la répétition de nos histoires personnelles, et on recommence ...


    • Le421 Le421 30 septembre 09:14

      @Sergio
      Et ce qui est fou, c’est qu’il y a encore des gens pour acquiescer...


    • Eric F Eric F 30 septembre 22:06

      @Le421
      les média étant au mains des financiers, ils abondent dans le sens qu« il n’y a pas d’alternative » à la mondialisation, la libéralisation financière, la précarisation de la masse, l"enrichissement des 0,1% plus nantis. Ils pointent quelques abus sur la sécu, les allocs ou autre pour semer le doute sur l’ensemble des bénéficiaires. Et ça marche : les retraités fustigent les chômeurs, les RMIstes fustigent les malades, etc. ça détourne l’attention sur l’aspiration de la richesse par le sommet de la pyramide.


  • jesuisdesordonne jesuisdesordonne 29 septembre 16:22

    LU dans le programme de l’UPR

    La Sécurité sociale, instituée par les ordonnances des 4 et 19 octobre 1945, reste pour le peuple français l’une des très grandes conquêtes de la Libération. Elle est l’objet d’un immense consensus dans la société française. Et pourtant cet immense consensus ne cesse d’être remis en cause par les directives européennes en tout genre.

    Il est temps d’arrêter cette dérive qui nous conduit tout droit vers une intolérable société à l’américaine (aux États-Unis, 50 millions de personnes, soit plus de 15 % de la population totale, n’ont aucune couverture sociale). Pour refuser ce type de société inégalitaire, insupportable à une écrasante majorité de Français, nous devons confirmer solennellement le rôle central de la Sécurité sociale, préserver son avenir et mettre un terme aux campagnes constantes de dénigrement dont elle fait l’objet (réexamen de tous les projets de fermeture d’hôpitaux et de maternités sur le territoire national).

    Le constat est le suivant, l’Union européenne détruit la Sécurité sociale française  :

    - en organisant une mise en concurrence des médecins dans ce cadre  ;

    - en organisant le déficit chronique pour promouvoir les mutuelles privées  ;

    - en reconnaissant des diplômes équivalents, mais pas les formations  ;

    - en nivelant par le bas les salaires de la profession  ;

    - en imposant progressivement un médecin traitant  ;

    - en promouvant la délocalisation des fabricants de médicaments  ;

    - en faisant passer en force le TAFTA, dont les Français ne veulent pas  ;

    - en étant infestée par les lobbies, ce qui occasionne des conflits d’intérêts.

    Nous ne pourrons appliquer toutes les mesures fortes qui suivent qu’à une seule condition  : sortir de l’Union européenne par l’article 50 du TUE.

    84

    Réaffirmer solennellement le rôle central de la Sécurité sociale pour assurer une justice sociale entre les citoyens français, aux dépens des assurances privées. Garantir la Sécurité sociale publique pour tous.

    Inscrire la Sécurité sociale dans la Constitution.

    Mettre un terme à la marchandisation de la santé et refuser de la soumettre aux règles de la concurrence.

    En revenir au principe selon lequel «  chacun doit pouvoir contribuer selon ses moyens et chacun recevoir selon ses besoins  ».

    85
    Arrêter les déremboursements de médicaments imposés par l’Union européenne
    86
    Assurer un meilleur remboursement des frais de santé pour tous les Français, notamment en ce qui concerne les soins oculaires et dentaires
    87

    Évaluation et tarification des médicaments. Suspendre les autorisations de commercialisation pour les centaines de médicaments inefficaces, voire dangereux (après une étude indépendante).

    Revenir sur la liberté des prix pratiqués par les laboratoires pharmaceutiques.

    88

    Commercialisation et influence des laboratoires sur les organismes de santé publique. Réglementer les relations entre les laboratoires, les médecins et les organismes de santé publique.

    89

    Poids de l’industrie pharmaceutique au sein de l’UE. Assurer la protection effective des lanceurs d’alerte.

    Développer et ouvrir la recherche médicale publique.

    90

    Vaccins. Obligation légale pour l’industrie pharmaceutique de fournir la forme trivalente (diphtérie, tétanos, poliomyélite).

    91
    Réévaluer les salaires du personnel des hôpitaux de l’Assistance publique
    92

    Sanctuariser une médecine accessible sur l’ensemble du territoire. Stopper les regroupements d’établissements et redonner l’indépendance à la médecine de ville comme à la médecine hospitalière (en particulier à la recherche au sein des CHU) en regroupant le nombre d’organismes de contrôle.

    Réexamen de tous les projets de fermeture d’hôpitaux et de maternités sur le territoire national.

    Redonner à la recherche hospitalière son indépendance vis-à-vis des agences régionales de santé et des cartels pharmaceutiques.

    93
    Engager des poursuites judiciaires contre les officines et les sociétés orchestrant de grandes peurs collectives à des fins d’extorsion de fonds publics
    94
    Lancer une grande politique publique de médecines douces et alternatives, encadrée par des expertises médicales incontestables, afin d’offrir une médecine moins dépendante des grands laboratoires pharmaceutiques
    95

    Libérer la santé de la mainmise des acteurs privés. Relancer par une politique publique la production des médicaments en France.

    Favoriser la recherche indépendante et publique.

    96

    Assurer une formation de qualité et des débouchés effectifs aux étudiants. Adapter le numerus clausus aux besoins de la France.

    Dimensionner en conséquence les capacités de formation.

    97

    Réaffirmer le code de déontologie des professions de santé. Préserver l’indépendance nécessaire à l’accomplissement de leur mission.

    Réaffirmer le libre choix du médecin par le malade, la liberté des prescriptions du médecin, l’entente directe entre malade et médecin en matière d’honoraires et le paiement direct des honoraires par le malade au médecin.

    98

    Garantir la confidentialité de la relation patient-médecin, le secret médical et la protection des données. Garantir l’échange de données médicales par un réseau chiffré et inviolable.


    • Le421 Le421 30 septembre 09:17

      @jesuisdesordonne

      Et on a vu le résultat.
      Il n’y a pas que l’UPR pour défendre les acquis sociaux.
      Pire, en tant que composante de l’extrême droite française, la méfiance est de rigueur entre les paroles et le but final réel... Et ne me dites pas que l’UPR est un repère de gauchistes. Ça se saurait. Vous n’auriez pas passé votre temps à cracher sur LFI pendant des mois.

    • Legestr glaz Ar zen 30 septembre 10:22

      @Le421


      Ca se saurait ? En êtes vous si certain ? 

      Figurez vous que la sauvegarde des « conquêtes sociales » ne peut que passer par la sortie de l’Union européenne. Parce que l’Union européenne développe une politique économique « ordo libérale », il n’y a strictement aucun possibilité de maintenir les conquêtes sociales françaises.

      Si vous appelez « cracher sur la LFI » le fait de souligner que la France appartient à un système supranational qui l’enferme, constitutionnellement parlant, dans une économie ordo-libérale, alors oui je crache sur la LFI qui cache cette vérité aux Français. 

      Sans sortie de l’UE point de salut. Les idées de « renégociation » ou de « désobéissance » sont des chimères parce que contraires au bloc constitutionnel français. Ce serait donc « cracher » sur la LFI que d’asséner ce genre de vérités ? Et oui, LFI ment à de pauvres gens en leur faisant prendre les vessies de la renégociation et de la désobéissance pour des lanternes.

    • samy Levrai samy Levrai 30 septembre 10:37

      @Le421
      La Fi est juste euro atlantiste, elle n’est que le faire valoir de « gauche » ( gauche sur papier seulement... car toujours dans l’euro, l’UE et l’OTAN) des traités ultra liberaux del’UE dont elle ne veut pas sortir.

      Nous n’avons rien a voir avec les sociaux traitres de la FI, notre programme est le PNR, nous n’oublions pas le peuple à l’UPR pour servir la finance... nous voulons retablir son pouvoir.

    • jesuisdesordonne jesuisdesordonne 30 septembre 11:49

      @Ar zen
      Oui Ar zen. Je plussoie. Et la FI n’a pas l’exclusivité de la manipulation des « chimères ».
      Voir ici
      https://www.facebook.com/Clopek/videos/1208309842640905/
      On a dit que la lecture de la deuxième guerre mondiale à travers la seule victimisation des peuples par les nazis a permis aux autrichiens ou aux alsaciens de revenir, dès les années 1980, à un amour des partis autoritaires. Il semble que la fascination des français pour le Saint Empire Germanique, élargi et coercitif, ou ses avatars, n’a pas été psychanalysé non plus.
      Sur cette base affective, les dites « chimères » sont des contes hypnotiques.


  • jymb 29 septembre 16:44

    Elle va trés bien la sécu


    On va d’ailleurs l’utiliser pour rembourser cette grave maladie qu’est la PMA /GPA 
    Bref les caprices d’une ultra minorité et strictement pas une maladie inopinée qui vous tombe dessus

    Tout est dit ;..


  • Le Panda Le Panda 29 septembre 18:08

    Je reviens sur ce qui s’est passé sur l’emploi, incroyable mais vrai notre président doit réellement être plus que malade. Pour faire tomber la SECU il s’attaque de nouveau à l’emploi la preuve :

    Lors de son passage à Goyave, le chef de l’Etat a été interpellé par un homme qui l’interrogeait sur le chômage. Dans une vidéo filmée par une journaliste de « Paris-Match », on l’entend dire : « Je suis toujours au côté de ceux pour qui ce n’est pas facile, sinon je ne serais pas là et je ne me battrais pas chaque jour. Mais je ne veux pas, parce que ce n’est pas facile, que certains tombent dans la facilité en disant que c’est l’État qui doit trouver un job et un avenir. » Et de poursuivre : « J’attends aussi de chaque jeune qu’il prenne ses responsabilités, chaque jeune ou moins jeune même. Et donc quand il y a des offres d’emploi qui existent, même si ce n’est pas exactement ce que l’on veut, peut-être au début accepter pendant quelques mois pour se mettre le pied à l’étrier. C’est important, parce que sinon on est dans une société qui demande toujours la solution à l’autre. »Lien avec vidéo« Dire qu’il est le chef de l’Etat » Pourquoi ne met-il pas lui-même à son étrier en se faisant tirer à vif


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 29 septembre 18:56

    Vous allez voir ce que vous allez voir ! 


    Missié Macron est nommé « Champion de la Terre » par la Carcasse onusienne ! Il a reçu le feu vert pour faire ce qu’il veut de la masse française polluée ! 

    • Le Panda Le Panda 29 septembre 19:57

      @Mohammed MADJOUR
      Bonsoir

      Missié Macron est nommé « Champion de la Terre » par la Carcasse onusienne ! Il a reçu le feu vert pour faire ce qu’il veut de la masse française polluée ! 

      Vous êtes loin d’avoir tort, mais ne perdons pas de vue, qu’il n’y a pas que la masse française qui est polluée, vous ne croyez pas ? Vous sentez vous concerné par les décisions de Jupiter ? Merci pourtant ce n’est pas la 1ere fois que nous échangeons avec courtoisie bonne soirée...


    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 30 septembre 11:31

      @Le Panda

      Comme vous avez raison ! Mais en parlant de « pollution de la masse française », je voulais dire la « pollution des esprits... » par l’intox, la désinformation et la propagande. Je me sens concerné par les décisions de missié Zigoto parce que les journalistes et les médias français qui trompent la planète Terre disposent d’un budget diabolique et utilisent tous les moyens pour noyer l’opinion mondiale ! Qui sait pourquoi France24TOZ a été créée et couvre aujourd’hui tous les Continents ? 

      Mais retenez bien ceci : La propagande réussit toujours à ses débuts, mais le Boomerang n’est jamais loin...

  • Reiki Reiki 29 septembre 19:59

    Je pense aussi qu il faudra compter a terme avec encore plus de technologie dans nos entreprises. Si cela es prevu aucun souci , le danger es que rien a été imaginé. Je pense qu il y aura un choc et que renegocier nos droits au detriments des entreprises et d ’ une bétise foudroyante. C est le contaire qu il faudrai imagine tous en imposant la monté de la technologie..... 


  • Dom66 Dom66 30 septembre 16:46
    No comment

    "Quand Macron promettait de « préserver le niveau de vie des retraités »

    Moi perso j’ai pas veauté pour ce con...désolé smiley


  • INsoMnia insomnia 30 septembre 18:10

    @VICTOR Ayoli


    Merci pour votre article, je me permets de vous citer :

    « Au nom de la baisse du coût du travail, l’État va donc rogner sur la force de frappe de la Sécurité sociale. Ce qui veut dire que, en cas de nouvelle crise économique, le système assurantiel aura moins de recettes pour couvrir ses dépenses. Ce siphonnage, ce vol, donnera aux complices de Micmacron de quoi justifier à ce moment-là une réduction de la voilure des régimes d’assurances (retraites, chômage, notamment). Dès lors, les requins de l’assurance privée pourront démanteler ce formidable acquis social, héritage glorieux du Conseil National de la Résistance. C’est en quelque sorte la revanche des collabos (il n’y avait pas beaucoup de patrons autour de De Gaulle à Londres) sur les Résistants ».

    Rien à redire, rien qu’à voir « Malakoff Médéric » un certain Guillaume Sarkozy, nous sommes dans la mouise... etc... etc... 

    • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 30 septembre 20:47

      @insomnia

      Bonsoir
      Je fais allusion à la fin du premier paragraphe aux frères Sarko : "Les requins de l’assurance privés sont à l’affut depuis longtemps. Sarko frères en ont rêvé, le Rothschild-boy Macron va le faire !"
      Amitiés républicaines

    • INsoMnia insomnia 30 septembre 21:03

      @VICTOR Ayoli
      Amitiés républicaines.


  • Jean Keim Jean Keim 30 septembre 19:24
    Ouvrez au hasard n’importe quel journal et constatez...

    Toujours le problème n° 1 en cause, l’argent-fric auquel chacun s’accroche comme les totos dans les tifs, l’argent-fric qu’il soit public ou privé gangrène le monde de plus en plus, tous nos problèmes sont d’une façon ou d’une autre (re)liés à lui, dans le monde, quoi que vous fassiez, quoi que vous envisagiez, sans lui vous ne pouvez pas aller bien loin ; tiens ! soit dit en passant, c’est lui qui menait la danse dans la révolution française* comme dans toutes les autres révolutions d’ailleurs.

    Est-il possible d’envisager une civilisation sans lui, tout au moins dans sa nature actuelle ?

    (*) Les quelques années qui ont précédé 1789 ressemblent étrangement à notre époque : une dette monstrueuse, un chef d’état – jadis on l’appelait roi – despotique ; des élites stupides, friquées, corrompues, avides, qui peuvent échapper à l’impôt ; une pauvreté grandissante ; les prix des denrées essentielles qui augmentent ; une insécurité grandissante ; des conseillers venant du monde de la finance, la guerre...

    • Eric F Eric F 30 septembre 22:16

      @Jean Keim
      bonne remarque que ce parallèle avec l’« avant 1789 », mais la différence est que le problème n’est plus circonscrit aux frontières d’un pays, mais concerne l’ensemble du monde, et la relative autarcie qui existait naguère a totalement disparue. Donc mêmes causes, mais le système a désamorcé les possibilités nationales de solutions (voir l’expérience vénézuélienne), on en arrive à ce paradoxe que c’est ...le FMI qui incite à faire davantage contribuer les plus fortunés !


    • Jean Keim Jean Keim 1er octobre 09:33

      @Eric F
      Alors une question : qui décident de ce que le FMI décrète ? Ce n’est peut-être que de l’hypocrisie.


      C’est comparable avec les dames et les messieurs qui viennent sur un plateau TV avec leurs beaux atours pour, une main sur le cœur et l’autre sur la CB, enjoindre les gens à se serrer la ceinture, et qui se retrouvent au restaurant pour déjeuner à 500 € chacun, et qui ensuite regagneront en taxi leur résidence dans les beaux cartiers, sans oublier de mettre la note de repas et de taxi en défraiement.

    • Eric F Eric F 2 octobre 11:15

      @Jean Keim
      ce n’est en effet pas par pure philanthropie de la part du FMI, mais par souci d’efficacité pour financer les états ...et aussi peut être pour éviter l’émeute sociale qui renverserait le système


  • UnLorrain 1er octobre 10:00

    La vanité de ne pas paraître vain. Flaubert.

    Je n’ai pas lu toute la Feuille et ai lu en diagonale les commentaires tout en en relevant plusieurs judicieux.

    Corriger la SS aurait dû être engagé il y a longtemps,quand il y avait le « plein emploi »

    Commenter,surtout sur des sujets graves,délicats,sensibles, m’apparait de plus en plus une vanité.


  • Claude Simon Claude Simon 1er octobre 16:18
    Il est désormais obligatoire de souscrire à une mutuelle privée lors de l’établissement d’un contrat de travail, ce qui est un acte flagrant de vente forcée, le lobby des mutuelles a réussi à rendre le travail illégal.

    L’actionnariat de Big Pharma a réussi à transformer la sécurité sociale en ciguë-rité sociale, du moins sa branche maladie, force d’empoisonnement afin d’enterrer ceux qui bouffent mal au profit des bétonneurs de services d’urgences vides.





  • lloreen 2 octobre 09:23
    « Sarko frères en ont rêvé ».

    Ils ont fait plus que cela.Ils ont déjà préparé le terrain.


Réagir