mardi 8 décembre 2015 - par JM

France : Pays démocratique ?

Il est dit que la France est un régime démocratique. Démocratie » tient son origine du grec ancien « demos », le peuple, et « kratos », le pouvoir. En somme, le pouvoir du peuple. Abraham Lincoln alla même plus lien en affirmant que la démocratie est « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple », expression même reprise lors de l’introduction de notre Constitution de la Vème République. C’est dire le consensus mondial que cette phrase implique. Pour faire simple, nous citoyens français, vivrions dans une démocratie.

Il est dit que la France est un régime démocratique. Démocratie » tient son origine du grec ancien « demos », le peuple, et « kratos », le pouvoir. En somme, le pouvoir du peuple. Abraham Lincoln alla même plus lien en affirmant que la démocratie est « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple », expression même reprise lors de l’introduction de notre Constitution de la Vème République. C’est dire le consensus mondial que cette phrase implique. Pour faire simple, nous citoyens français, vivrions dans une démocratie. A mes yeux, il n’en est rien, et je tiens à exposer ce qui motive mon opinion.

Prenons par exemple la dernière élection qui a eu lieu dimanche dernier, celle pour les régionales 2015 permettant d’élire des conseillers régionaux. Nous sommes dans une démocratie, ainsi le déroulement devrait être simple et compréhensible. Hélas, il n’en est rien.
Cette élection se fait par le suffrage universel avec un scrutin proportionnel à deux tours avec prime majoritaire. J’affirme, qu’il ne doit pas y avoir grand monde dans notre capable de m’expliquer ce qu’est un scrutin proportionnel à deux tours avec prime majoritaire. Moi-même, j’avoue ne pas pouvoir y répondre, et j’ai donc cherché à comprendre. Hélas je n’ai pas du tout aimé ce que j’ai appris.


En somme, les citoyens sont invités à s’exprimer lors d’un premier tour de scrutin, et les candidats ayant obtenu au moins 10% des suffrages pourront accéder au deuxième tour. C’est tout simplement, le premier déni démocratique de cette élection. (Je parle de la dernière élection, mais il en va de même avec d'autres, comme les élections législatives par exemple)

Pourquoi, est-ce que les candidats n’ayant pas rassemblé 10% des suffrages ne seraient-ils pas représentés au Conseil Régional ? A titre d’exemple, l’Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine devra donc se passer de la représentation de Europe Ecologie Les Verts avec 6,7% des suffrages exprimés, Debout La France avec 4,78%, la liste régionaliste de Trouillet avec 4,74%, LFG avec 3,07%, Lutte Ouvrière avec 1,48% et enfin, l’UPR avec 1,23%. Ainsi, pas moins de 6 représentations politiques sont balayées au premier tour. Sur un ensemble de 9 représentations, voilà déjà les ⅔ qui sont éliminés. Bel exemple de démocratie.

La cerise sur la gateau, viendra à l’issue du 2nd tour (Mais au fait, pourquoi un second tour est-il utile, les citoyens s'étant déjà exprimés ?). Grâce à un tour de passe-passe nommé « proportionnelle avec prime majoritaire » (je n’ai toujours pas compris le détail des calculs), mais pour faire simple, sachez que la tête de liste peut disposer d'une majorité au conseil régional à partir d'environ 33 % des suffrages exprimés ! Vous imaginez ? Rassembler à peine ⅓ des suffrages, mais pouvoir agir en seul maître aux pleins pouvoirs. Mais où est la démocratie la-dedans ? Si je vivais dans un autre pays, disons quelque part sous l'équateur, cela pourrait paraitre pour une forme de manipulation des urnes....

J’en viens également aux votes blancs. Dans cette élection-ci, en particulier dans ma région, les votes blancs ne représentaient que 2,48%. Il s’agit donc de citoyens qui se sont rendus aux urnes, mais qui ne trouvaient pas de représentations satisfaisantes parmi les 9 candidats présents, et qui se sont donc manifestées par le vote blanc. Mais notre système électoral est tel, que cette expression d’opinion ne sera pas reconnue. Ainsi, parmi les plus de 51% d’abstentionnistes, je suis convaincu, qu’un grand nombre serait des potentiels votes blancs (dont moi-même).

Au lieu de faire fi des votes blancs, une bonne démocratie devrait les intégrer et en tenir compte, car c’est le seul moyen d’exprimer son mécontentement vis à vis des candidats. Les ignorer, à mon sens, c’est bafouer la démocratie. Et non, moi-même, je refuse de choisir entre la peste et le choléra, mais bien au contraire, me tiendrai à distance.

Enfin, cette dernière élection illustre bien à quel point, même les hommes politiques se contrefichent de la démocratie, pour ne se soucier que de leur seule carrière politique. Je ne tiens même pas à m’attarder sur les résultats. Ils sont ce qu’ils sont, et je ne supporte plus que l’on se permette de juger. Personne n’a le droit dans une démocratie, à juger, sinon à, mépriser les votes. Dans l’état actuel du système électoral déjà bien trop amputé de démocratie, juger, mépriser et culpabiliser les citoyens, est en-dessous de tout. Je ne suis qu’un pauv’con de sans-dent, qui tente tant bien que mal de s’en sortir dans le marasme actuel de la situation de l’emploi. Mes opinions et mes intentions de vote ou non, ne sont pas matière à discussion et ne requiet l'approbation de personne, que ma seule conscience. Le résultat est ce qu’il est. Que chaque homme politique concerné fasse son propre examen de conscience, et en tire SES conséquences.

Les citoyens s’abstiennent ? Votent pour un tel ou lieu d’un tel ? Les résultats des élections ne vous conviennent pas ? Et alors ? Vous-mêmes, les élus et anciens élus, avez accouché de ce monstre électoral, vous-même y avez rajouté des inepties, des dispositions politiquement discriminatoires, qui un certain temps, vous convenaient parfaitement. Et maintenant, vous n’êtes même pas capables d’en assumer les conséquences.
Mais quel idiot je peux bien faire. Il y a bien longtemps, trop longtemps, que les hommes politiques n’assument plus leur parole, ni même leurs actes. Ce que vous considérez comme une débâcle électorale, n’est que le pâle reflet de votre propre personne. Ce reflet n’est pas beau à voir, je vous le concède.



8 réactions


  • Séraphin Lampion M de Sourcessure 8 décembre 2015 17:01

    Les glissements sémantiques ne sont pas de la poésie, mais de la manipulation. 


    Quand les politiques (élus, presse et managers) prononcent le mot « démocratie », il faut comprendre que ce qui nous menace, c’est le contraire : la dictature. Le glissement a consisté à charger le signifiant « démocratie » du signifié « liberté ».

    Le sens caché des discours est le suivant : « si vous voulez rester libres, votez pour nous ».

    Le pari est que, grâce à ce discours, vous avez l’illusion d’être libre, et même l’illusion de choir votre tyran alors que ce sont des clones.

    Plus la manipulation est profonde, plus les mots perdent leur sens.

    Saviez-vous que « communauté internationale » signifie « amis des Etats-Unis et d’Israël » ?

    Les cerveaux profonds de gens comprennent, mais leurs automatismes et leur empathie les amènent socialement à répéter ce qu’ils ont entendu, comme on disait la messe, et à commettre des actes rituels tels que le vote, comme on communiait à la messes.

    la notion de péché n’a pas disparu, même chez les républicains laïcs, gratuits et obligatoires.


  • tashrin 8 décembre 2015 17:39

    entierement d’accord sur le fond

    Sans meme chercher l’explication dans le detail d’un mode de scrutin, le referendum de 2005 a levé le voile sur le grisbi. Elections ou pas elections, les decisions sont deja prises ailleurs par d’autres, et si le vote ne vas pas dans le bon sens, on fait sans. et pis c’est tout
    Depuis lors, tout discours politique, toute election organisée, l’ensemble de nos institutions est discrédité dans les grandes largeurs. seuls les plus fous continuent d’y croire et d’aller voter, répétant jusqu’à la nausée le discours normatif à l’attention des abstentionnistes... et s’en vont tranquillement deposer leur bulletin dans l’urne sans se rendre compte qu’ils participent ainsi activement à faire disparaitre le peu qui subsistait, et tout en etant convaincu d’être les bons citoyens defenseurs de la republique contre la barbarie... Voila voila voila

    sinon, les modes de scrutin existants sont faits pour être compliqués, et la représentation proportionnelle a disparu quasi completement depuis la 5e republique, puisque la precedente avait justement ete paralysée par un systeme de représentation proportionnelle qui induisait blocages institutionnels sur blocages institutionnels, s’appuyant sur les petits arrangement d’arriere cuisine entre amis pour obtenir un consensus. Ce faisant, on a éliminé un probleme en en créant un plus gros, pour le plus grand bonheur des partis de gouvernement qui se rendant compte de l’aubaine n’ont eu de cesse de poursuivre dans ce verouillage afin d’être peinards...

    Tant va la cruche à l’eau...


  • Philippe Whaat Philippe Whaat 8 décembre 2015 21:07

    Excellente analyse de la démocratie représentative. Elle est représentative, mais elle est tout de même suffisamment dirigée pour qu’une extrêmement faible partie de la population soit représentée... Du coup, les votants sont faciles à conquérir, il suffit d’être celui qui fait le plus polémique, celui qui apparaît le plus dans les médias, et le tour est joué, il suffit au final de convaincre une ou deux personnes sur dix ! Et plus on apparaît dans les médias, plus on apparaîtra, parce qu’on fera de l’audience. Voilà pourquoi nos dirigeants ne craignent pas la démocratie : les gens voteront comme on leur dira. C’est bête comme choux !

    A quand une réforme permettant d’instaurer une vraie démocratie ? Directe, ou représentative, qu’importe, mais que l’un ou l’autre soit bien faite. Ce qui est sûr, c’est qu’une telle réforme ne verra pas le jour grâce au vote sous la forme actuelle..

    Je comprends votre propos quand vous parlez de ne pas juger les votants, car moi ou vous ou lui peut toujours clamer haut et fort son émancipation, il sera toujours la victime de quelqu’un dans ce système. Chacun est libre de voter pour qui bon lui semble. Il faut cependant toujours penser avant de mettre son bulletin dans l’urne, ou ne pas le mettre d’ailleurs, la portée de notre geste. S’il n’appartient pas aux individus de juger le vote en fonction de leur situation subjective, l’acte de voter (ou de s’abstenir) doit toujours être fait au regard d’une chose : l’intérêt général, seul juge de nos actes dans une société démocratique (c’est le fameux contrat social de Rousseau).

    En ce sens, oui un vote peut être critiqué, car si personne ne critique, ou est la démocratie ? Le fait qu’on ne soit pas d’accord avec une personne qui a voté pour tel ou tel parti enclenche la discussion, un échange d’idée. C’est ça le pluralisme ! Une remise en question perpétuelle grâce à des opinions contraires, qui s’affrontent, qui affinent notre vision de l’intérêt général. Le débat est bon, au contraire ! Et si vous venez poster ici, j’imagine que vous en êtes très bien conscient.

    Merci pour cet article en tous les cas.


  • ukulele ukulele 9 décembre 2015 00:28

    @ L’Auteur

    En effet un système proportionnel total serait plus démocratique. Mais déjà avec le système de vote actuel, les conseils régionaux donne lieu à des débats et des tractations sans fins avant que la moindre décision soit prise. Ce qui pèse sur l’élaboration des projets à mener. Plus les obédiences sont nombreuses, plus les délais sont longs. C’est normal. La démocratie prend plus de temps que l’autoritarisme.
    Je ne serais pas contre la proportionnelle mais je ne suis pas sur que le plus gros de la population accepterais plus de lenteur dans les prises de décision.

    Comme vous le soulignait dans votre article, la démocratie française est imparfaite.

    Une autre démocratie existante aujourd’hui dans le monde vous semble t’elle plus cohérente dans son fonctionnement électoral ?


  • cathy cathy 9 décembre 2015 11:27

    On a fusionné le Languedoc Roussillon avec Midi Pyrénées, sans cette pirouette, le front national passait dans le languedoc au 1er tour. 


    • izarn izarn 9 décembre 2015 12:37

      @cathy
      Trés juste...Mais le FN ne semble pas revenir sur la décision. Faut dire qu’il n’en a pas les moyens. Mais détruire ces pseudos régions seraient une bonne chose.
      La région a pour but de détruire la territorialité séculaire et la démocratie française.
      Voulue par l’UE et le Capital international. Désormais TAFTA et autres...


  • izarn izarn 9 décembre 2015 12:06

    Suite à votre analyse ; quels sont les pouvoirs réels de nos régions ?
    Aucun pouvoir législatif. Cela n’a rien à voir avec des régions autonomes, ni aux landers.
    Aucun pouvoir de police.
    En clair : C’est que dalle, se foutre du monde.
    L’utilité ? Prendre le pouvoir sur les mairies, pour que les marchés soient distribués à des grands groupes du BTP, de la distribution, électrification, énergie et autres fabriquant de lampadaires, toits en toles et autres merveilles de nos communes. Ensuite les régions doivent organiser la promotion de l’Europe en récupérant des fonds de celles-ci, payés en totalité par la France....Voila à quoi servent les régions organisées dés le début pour et par l’UE. Pas de Mitterrand l’euro-atlantiste lui meme. Mais par obéissance au Système.
    C’est une observation que j’ai faite chez moi.
    Et pourquoi choisir de grands groupes ? Eh bien parce que commissions et rétro commissions, financement de campagne élèctorale, enrichissement personnel, retraites et début de carrières pour politocrates, etc....
    Pourquoi ce système ? Parceque les multinationales, et la finance(50% des actifs de ces groupes ne sont pas matériels mais financiers) sont ainsi au controle des régions et des territoires. Ce sont ces conseils d’administrations privés qui vous dirigent. Les élus sont des marioles, des pantins qui profitent de la situtation. L’élu qui proteste sera qualifié de bete immonde, de complotiste, d’impresario de M’bala M’bala....
    Reste à savoir, si certains partis anti-systèmes, n’utiliseront pas cette organisation mafieuse, pour se financer....Et donc etre controlés par le Système....


    • izarn izarn 9 décembre 2015 12:30

      @izarn
      J’ajoute que vous pauvres naifs de petits patrons ou artisans, vous n’aurez pas une miette des marchés avec les régions. Au du moins vous resterez sous-traitant et médiocres. Je ne fais que voir autour de chez moi de grosses boites ( Eifage par exemple) utilisées pour faire quelques menus travaux, disons à quelques centaines de milliers d’euros.
      Normalement ce genre de marchés devraient etre obtenus par des PME.
      Ce n’est plus possible grace aux nouvelles lois qui datent de Chirac-Sarkosy. Désormais tout est privatisé, avec avantage majeur aux grand-groupes financiarisés. Les PME sont des sous-traitantes qui sont destinées à etre des larbins sans aucune possibilité de se développer. Le larbin ne fait que des choses simples dignes du tiers-monde : Des trous et couper des arbres. Je l’ai vu de mes propres yeux. Ils obéissaient à un département de Suez-environnement (sic). Laquelle entreprise avait été choisie par le Conseil Général.
      Il faut savoir que ces grands groupes, sont limites en faillite, et virent du personnel. (Voir Jovanovic)
      Mais que Eifage ou Suez environnement(sic) vire 10 000 employés, ça fait médiatiquement plus d’effet que 100 PME qui en virent 100, voyez ?


Réagir