mardi 10 avril 2018 - par Jean Dugenêt

François Asselineau versus Jean-Luc Mélenchon

François Asselineau est pour le Frexit et Jean-Luc Mélenchon est contre. L’essentiel est ainsi dit. Voilà ce qui différencie les deux hommes et les organisations qu’ils dirigent : l’UPR et la « France Insoumise ». Les réformes proposées par la France Insoumise dans son programme sont inapplicables sans sortir de l’Union Européenne. Voici notamment celles du fameux plan B : « Stopper la contribution de la France au budget de l’Union européenne ». « Réquisition de la Banque de France pour reprendre le contrôle de la politique de crédit et de la régulation bancaire, et pour envisager un système monétaire alternatif ». Qui va croire que cela serait possible sans sortir de l’UE alors qu’une simple réformette comme une modification de la directive des travailleurs détachés est impossible. Souvenons-nous pourtant des interventions à ce sujet lors de l’unique confrontation des candidats à l’élection présidentielle et de leurs belles promesses. Emmanuel Macron s’est ridiculisé dans les pays de l’Europe de l’Est en essayant de la changer et Jean-Luc Mélenchon ne pourrait pas faire mieux. Seul, François Asselineau nous avait prévenu que c’était impossible.

Une conséquence immédiate de ce refus de sortir de l’UE est l’enfumage permanent des discours de Jean-Luc Mélenchon qui promet tout ce qu’il veut alors qu’en fait nous ne pouvons attendre de sa politique que ce que les grecs ont eu avec Tsipras. Eux-aussi, ont entendu la belle musique des discours et des promesses mais ils ont vu depuis où cela les a menés. Seul François Asselineau dit clairement ce qu’il veut faire et il est le seul à donner les moyens qui permettront de progresser. Rien n’est valablement possible sans commencer par la sortie de l’UE, de l’euro et de l’OTAN. En refusant la sortie de l’UE, Jean-Luc Mélenchon canalise vers une impasse le mécontentement des militants de gauche en laissant penser qu’ils vont pouvoir faire autant de réformes démocratiques et sociales qu’ils le veulent. Il est exactement l’opposant de gauche dont l’UE a besoin.

Il y a certes des militants de la France Insoumise qui ont un regard critique sur Jean-Luc Mélenchon mais la plupart le défendent et les autres n’ont nullement engagé d’actions pour que le Frexit soit inscrit dans leur programme. Les défenseurs acharnés de Jean-Luc Mélenchon ne sont guère capables d’expliquer pourquoi ils se heurtent à ce refus de sortir de l’UE alors, plutôt que de tenter l’impossible, ils appliquent l’adage qui dit que « la meilleure défense, c’est l’attaque ». Ils essaient de discréditer le seul qui prône clairement le Frexit. Ils s’en prennent à François Asselineau en expliquant qu’il est de droite voire même d’extrême droite puisqu’il a fréquenté Jean Tibéri et Charles Pasqua. Comme si l’orientation politique des uns ou des autres se propageait par contact comme une maladie contagieuse. Les fréquentations que François Asselineau a pu avoir ne permettent en rien de conclure quoi que ce soit sur son orientation actuelle. Les choix politiques peuvent évoluer. Et, à ceux qui voudraient jouer à ce jeu-là, il faut rappeler que Jean-Luc Mélenchon reste un admirateur non repenti de François Mitterrand et qu’il fut un de ses collaborateurs à une époque où celui-ci fréquentait encore René Bousquet et où il allait tous les ans fleurir la tombe du Maréchal Pétain. La différence entre les deux c'est que l’un avoue s'être trompé alors que l’autre ne renie rien et continue à encenser son idole. François Asselineau dit notamment « Je me suis fâché avec M. Pasqua (…) j’avais été cocu, berné » tandis que Jean-Luc Mélenchon continue à clamer son admiration pour François Mitterrand (Voir nos deux vidéos « François Asselineau s’explique sur ces relations avec Charles Pasqua » et « Un exemple de ce que dit Jean-Luc Mélenchon à propos de son maître à penser »).

Ceux qui veulent s’attaquer à François Asselineau ne s’arrêtent pas là. Il paraît que les moins délicats ont fouillé dans ses poubelles. Les plus délicats ont épluché la déclaration sur l’honneur de patrimoine qu’il a faite en tant que candidat à l’élection présidentielle. Bien évidemment, ils ne disent pas un mot de celle de Jean-Luc Mélenchon. Toutes les déclarations peuvent encore être consultées sur le site de FranceTvInfo. C’est sûr, François Asselineau n’est pas plus miséreux que Jean-Luc Mélenchon mais il ne l’est guère moins. Ils appartiennent tous les deux à une classe de privilégiés sans pour autant appartenir à celle des exploiteurs. La fortune déclarée de Jean-Luc Mélenchon s’élève à 965 488,4€ et celle de François Asselineau à 1 137 398,39€. Fournir le détail des propriétés de l’un ou de l’autre n’apporte rien de plus si ce n’est qu’une énumération par une impression d’accumulation donne un effet de majoration. Nous avons ainsi, pour ceux que ce jeu amuse, une vidéo qui détaille l’actif de Jean-Luc Mélenchon (vidéo intitulée « La fortune de JL Mélenchon exhibée. Procédé condamnable mais leçon nécessaire »). Ils ont en commun d’avoir pu économiser un capital puisqu’ils ont de gros salaires. Il y a cependant une différence fondamentale entre les deux. François Asselineau a un gros salaire de fonctionnaire et Jean-Luc Mélenchon un gros salaire de politicien professionnel. Or, parmi les réformes démocratiques voulues par l’UPR, il y a le désir d’en finir avec un système qui permet le carriérisme chez les politiciens. Ils ont d’ailleurs sur d’autres points des options très différentes en ce qui concerne les rapports entre le l’argent et la politique. François Asselineau est, par exemple, partisan d’interdire les emprunts bancaires pour financer des campagnes électorales et Jean-Luc Mélenchon a emprunté 8 millions d’euros pour financer sa campagne présidentielle. Il n’y a absolument rien à reprocher à François Asselineau. C’est un énarque de haut niveau qui, contrairement à beaucoup d’autres, met tout son talent au service d’une juste cause qui n’est aucunement rémunérée. Il a cependant, et indépendamment de la cause qu’il défend, un des plus hauts salaires qu’un fonctionnaire puisse avoir. C’est logique puisqu’il a un des plus hauts grades de la fonction publique. En tant qu’inspecteur général des finances, il a d’ailleurs droit à un salaire bien plus élevé que celui qu’aurait Emmanuel Macron s’il se contentait d’exercer sa fonction de simple inspecteur des finances en début de carrière. Si le fric était la principale préoccupation de François Asselineau, il gagnerait assurément beaucoup plus et le fait qu’il ait accumulé un certain capital prouve qu’en voulant sortir de l’Euro il ne pense aucunement que cela ruinera les petits épargnants. Il reste qu’en comparant les sources de revenu et le patrimoine de l’un et de l’autre le perdant est le politicien carriériste.

Que reste-t-il aux détracteurs de François Asselineau ? Bien peu de choses. Certains se plaisent à rappeler qu’il avait été brocardé à la suite de la confrontation entre les 11 candidats à la présidentielle pour avoir cité les références avec leur numéro des articles de traités ou de constitutions. Ce genre de critique venait davantage de comiques troupiers que de brillants analystes de la politique et quelques temps plus tard, des personnes un peu plus sérieuses, comme le philosophe Michel Onfray et la journaliste Natacha Polony, ont exprimé que cela était très intéressant (voir notamment sur YouTube les deux vidéos : « Michel Onfray et Natacha Polony balancent tout sur François Asselineau » et « Le phénomène François Asselineau vu par Michel Onfray #2 »). François Asselineau a en effet donné une grande leçon d’instruction civique qui a été profitable à beaucoup. Il est utile de savoir qu’il y a un article qui prévoit la sortie en deux ans de l’UE ne serait-ce que pour comprendre comment s’effectue actuellement le Brexit,. Il est bien utile aussi de savoir que les traités de l’UE sont bouclés de telle sorte qu’il ne soit pas possible de les modifier et qu’il y a des articles pour cela. Utile aussi de savoir qu’un article de la constitution de la Vème république stipule que le Président de la République est le garant de l’application des traités. Les candidats qui disent qu’ils ne vont pas respecter les traités doivent préciser leur position à cet égard. Intéressant aussi de savoir que la France est liée au reste du monde par des milliers de traités et non pas seulement par ceux qui sont concernés par le Frexit. Bref ! Nous devons tous beaucoup à François Asselineau et il ne fallait pas compter sur Jean-Luc Mélenchon pour nous éclairer sur ces sujets. François Asselineau s’adresse à l’intelligence des français tandis que Jean-Luc Mélenchon fait de l’enfumage. Ce sont deux activités incompatibles.

François Asselineau est un homme parfaitement intègre et, vu le pouvoir qu’ont ses adversaires, il est certain que s’il y avait le moindre petit reproche à lui faire la presse aux ordres n’aurait pas manqué d’y faire écho. C’est encore un point sur lequel la comparaison avec Jean-Luc Mélenchon est, sans appel possible, en sa faveur. Nous renvoyons les lecteurs à notre autre article : « Un dossier à charge contre François Asselineau ». Nous sommes conscients que les admirateurs de Jean-Luc Mélenchon confrontés aux faits exposés dans ce dossier sont souvent bloqués par le phénomène de la dissonance cognitive. Celle-ci survient quand des personnes sont confrontées à une information qui n'est pas cohérente avec leurs croyances. Leur besoin de rétablir une cohérence les amène à rejeter ou à réfuter l’information plutôt qu’à remettre en question leurs croyances et elles recherchent alors le soutien d’autres personnes qui partagent les mêmes croyances. Les croyances partagées par tous les membres d’un groupe deviennent, pour le groupe, des vérités. Il est bon alors de se réconforter entre incrédules. Nous sommes ici dans le cas prototypique signalé notamment sur le site web « La Toupie » : « Les partisans d'un homme politique dont on dénonce des pratiques malhonnêtes ne les croient pas et remettent en cause la bonne foi et l'honnêteté de ceux qui les révèlent. Parfois, ils se censurent mentalement et font comme si les révélations n'avaient jamais existé ». On se souvient d’ailleurs qu’au début de l’affaire DSK ses fans du PS avaient expliqué qu’il ne pouvait s’agir que d’un complot ourdi par les forces réactionnaires pour se débarrasser de leur candidat aux présidentielles. Nous sommes confrontés ici au même phénomène. Si les fans de Jean-Luc Mélenchon ont déjà du mal à admettre que la personnalité de leur leader ne correspond guère à l’image qu’il veut donner avec ses discours et son accoutrement vestimentaire alors il leur sera impossible de comprendre qu’ils se font enfumer par lui. Cela est dramatique car le choix entre François Asselineau et Jean-Luc Mélenchon c’est aussi le choix entre la possibilité pour le peuple français de prendre en main son destin ou celui de sombrer dans la même catastrophe que les grecs avec Jean-Luc Mélenchon à la place d’Alexis Tsipras.

 



331 réactions


  • Lugsama Lugsama 10 avril 2018 23:56

    Comparer un homme politique majeur et un leader à l’electorat insignifiant politiquement c’est un peu vache pour Melenchon. Demain les idées de la FI contre Cheminade ?


    • GrandGuignol GrandGuignol 11 avril 2018 00:26

      @Lugsama
      « un homme politique majeur »

      Oui vous avez raison, majeur et bien tendu ! smiley

      Oui majeur car il est le coté gauche de l’UE sans laquelle il ne serait rien.
      Internationaliste de toujours on se demande comment son programme pourrait s’imposer aux 27 états membre ? de la science fiction ? On pourrait le croire, mais l’homme nous dit que non et même si celui ci n’est même pas au second tour des élections présidentielle de son propre pays.
      trop à gauche pour rassembler une majorité de français, il est essentiel pour canaliser les mécontents et comme feu le FN, servira le moment voulu d’épouvantail à moineaux afin de réélire du Macaron.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 avril 2018 07:53

      @Lugsama
      Et en quoi Mélenchon est-il majeur ? Le résultat des élections est proportionnel aux temps de passage dans les médias, la télé en particuliers.
      Ce sont les médias qui font le résultat des élections.


      Les médias qui ont décidé de partager les Partis politiques en 2 groupes, Les GRANDS PARTIS qui ont droit aux médias, et les petits qui n’ont droit à rien...

      Mélenchon a participé à tous les débats pipés, sans protester contre ce déni de démocratie, en violation de l’article 4 de la Constitution. Sans doute que ce Grand Homme ne connait pas plus la Constitution française que les Traités européens ...

      « Les partis et groupements politiques concourent à l’expression du suffrage. Ils se forment et exercent leur activité librement. Ils doivent respecter les principes de la souveraineté nationale et de la démocratie.

      Ils contribuent à la mise en œuvre du principe énoncé au second alinéa de l’article 1er dans les conditions déterminées par la loi.

      La loi garantit les expressions pluralistes des opinions et la participation équitable des partis et groupements politiques à la vie démocratique de la Nation. »


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 11 avril 2018 08:32

      @Lugsama

      JL Mélenchon avant de renier ses idées, je veux dire quand il était membre de l’OCI, aurait pu vous répondre pertinemment. Les scores électoraux sont l’image d’un système qui se regarde dans le miroir déformant qu’il a lui-même construit. JL Mélenchon a connu dans sa jeunesse le mois de mai 1968 qui a vu le pouvoir réellement ébranlé alors qu’il n’a jamais été bien égratigné par des élections. Au lieu de se fier aux scores électoraux les politologues qui écrivaient « la France s’ennuie » aurait dû prendre la mesure de la révolte qui grondait. Par bien des aspects, il y a une analogie à faire avec la situation actuelle et pour ceux qui veulent prendre la mesure de ce qui menace le système français dominé par Bruxelles, ce serait une grave erreur de ne s’en tenir qu’aux seuls scores électoraux.


    • Lugpapa 11 avril 2018 12:32

      @Fifi Brind_acier

      Le temps de passage dans les médias est proportionnel au poid électoral et l’intérêt des français, pas l’inverse. Les chaines vivent de l’audimat, pas de la pluralité. Par ailleur la France impose le même temps de parole pendant la période électoral et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’a pas convaincu, chercher des excuses débiles n’arrangera rien.

      Il n’a même pas fait 1%, de quel droit on devrait se coltiner ses discours absurde toute la journée, les chaines d’informations ne vont pas se couler pour faire plaisir à 0.70% des français.

    • capobianco 11 avril 2018 13:45

      @Fifi Brind_acier
      «  Et en quoi Mélenchon est-il majeur  ? »

      C’est vrai çà, il représente quoi, même pas 20% contre 23 macron, 20 lepen et, roulement de tambour ..... 0,9 % de Ass, l’homme politique majeur, haut fonctionnaire au service de ses idoles de l’ump . 
      Merci fifi de nous démontrer votre clairvoyance.
      «  Le résultat des élections est proportionnel aux temps de passage dans les médias, la télé en particuliers. »
      Arrêtez de « pleurnicher », LO ou d’autres que l’on ne voit qu’aux présidentielles on fait mieux que votre génie, votre excuse est au niveau de vos résultats.

    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 11 avril 2018 14:42

      @capobianco

      Tout le monde connait «  LO ou d’autres » depuis de nombreuses années. Certains comme Besancenot sont des petits chéris des milliardaires qui tiennent les verrous des médias. Celui-là on le voit très régulièrement de même que Filippot... Personne n’avait entendu parler de l’UPR et de F Asseilineau. Dans ces conditions, faites toutes les comparaisons que vous voulez (toutes choses égales par ailleurs) son score est exceptionnellement bon (Exemple : le double que Daniel Gluckstein). De plus, je répète que les scores aux élections sont le reflet du système lui-même qu’il s’agit de renverser avec le Frexit. Les élections sont la propriété du système qui en fait ce qu’il veut pour assurer sa domination. Je connais une quantité de grosses crapules réactionnaires et pro-UE qui scandaient en 1968 : « Election = piège à cons ». Ils ont un peu changé... mais à votre avis quand disaient-ils la vérité ?


    • PiXels PiXels 11 avril 2018 15:09

      @Fifi Brind_acier


      «  Le résultat des élections est proportionnel aux temps de passage dans les médias, la télé en particuliers.  »

      Ca fait 200 fois que vous répétez ça.

      Vous êtes maso ou quoi ?

      Parce que 20 fois (moi je ne suis pas maso) je vous ai répondu qu’il fallait poursuivre la logique découlant de cette affirmation qui débouche sur le fait que ne serait-ce qu’à cause de ça votre idole ne sera JAMAIS au pouvoir.

      Mais j’attends toujours une réponse cohérente.

      Et que du coup, il est normal que les FI (dont je ne fais pas partie *) se posent quelques petites questions sur le pourquoi du comment de la raison des motifs qui poussent les UPRistes à passser leur temps à leur dégueuler dessus et à consacrer beaucoup plus d’énergie à critiquer Mélenchon que Macron.

      * si je fais cette précision c’est pour essayer de vous éviter de m’en faire le reproche après m’avoir accusé d’être tour à tour pro FN, PS, LR, LREM ...

    • imago imago 11 avril 2018 18:00

      @Lugpapa
      vous, on voit tout de suite pour qui vous bossez...
      quel mépris. en tout cas vous êtes raccord avec la macronsphère.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 avril 2018 20:17

      @PiXels
      Et oui, vous croyez que votre belle Europe des banksters va durer 1000 ans et que le mécontentement ne monte pas partout en Europe...
      Je vous laisse à vos illusions.


      Les conférences d’Asselineau, c’est plus de 17 millions de vues, et le site de l’ UPR est le site politique le plus fréquenté de France.... Les brefs passages d’Asselineau à la télé et dans les radios locales font leur chemin, rassurez-vous !
      Même les pseudo journalistes disent ouvertement aujourd’hui que les réformes sont d’origine européenne, ce qu’ils ne disaient pas avant 2017.
       

    • PiXels PiXels 11 avril 2018 20:42

      « @Fifi Brind_acier

       »Et oui, vous croyez que votre belle Europe des banksters va durer 1000 ans..."


      C’est tout ce que vous avez trouvé ?
      Après m’avoir traité de lepeniste, d’hollandiste, de filloniste, de mélenchoniste, de macroniste, me voici repeint en EUROPEISTE 

      Vous êtes trop drôle.
      Allez, vous savez quoi ?
      Trouvez-moi UN commentaire, UN SEUL dans lequel je fais l’éloge de l’UE !!

      Pour le reste (Ass, 17 millions de vues blablabla..) un conseil :
      changez de petite culotte, la vôtre est trempée !



    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 avril 2018 21:14

      @PiXels
      Vous je ne sais pas, mais la FI est là « pour sauver l’ Europe » !


      Critiquer l’ UE, tous les Partis politiques critiquent l’ UE, ils veulent tous « une Autre Europe », vous n’avez rien d’original, ça fait plus de 30 ans que l’ Europe est critiquée...
       

    • PiXels PiXels 11 avril 2018 21:44

      @Fifi Brind_acier

      « Vous je ne sais pas,.. »


      Alors vous savez quoi ?

      Ce que disait Coluche à propos de ceux qu’arrêtent pas d’ouvrir leur gueule ...sans savoir.

      Eh ben fermez-là !

      Ou répondez à mes interrogations.. pas à coté.

      Mais votre problème c’est que les gens qui comme moi pensent par eux-mêmes de façon indépendante, votre gourou il a pas prévu de fiche pour eux.

      Du coup, vous êtes incapable de répondre.

    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 11 avril 2018 22:42

      @Lugpapa
      « Le temps de passage dans les médias est proportionnel au poids électoral et l’intérêt des français, pas l’inverse. » Si justement c’est l’inverse à part que je ne vois pas ce que viens faire l’expression « et l’intérêt des français » qu’on ne sait guère comment ça se mesure. J’ai écrit tout un article pour expliquer pourquoi les français ont voté pour Macron. Je ne vais pas le reprendre ici mais c’est le même phénomène qui fait que Macron a eu plus de voix que JLM qu’on retrouve quand JLM a eu plus de voix que FA.
      Iriez vous expliquer que JLM n’est pas représentatif puisqu’il a eu moins de voix que Macron.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 12 avril 2018 06:52

      @PiXels
      Vos ordres, vous pouvez vous les mettre où je pense.
      Agoravox n’est pas un blog de la FI où sévit la censure.

      Avant de connaître l’ UPR, j’ai passé 4 ans à chercher des informations sur les origines de la construction européenne, sur les Traités, sur les Institutions européennes ! J’ai compilé des centaines d’articles et lu des livres. Faites-en autant et vous n’aurez aucune surprise en découvrant les analyses d’Asselineau...


      Mais on peut être rassurés, à la FI, vous ne risquez pas le surmenage intellectuel ! Vous êtes incompétents en tout, en histoire comme en économie, et vous ne vérifiez jamais rien.

      Un historien économiste italien essaye désespérément, comme Jacques Sapir, de fournir aux militants de Gauche quelques rudiments économiques, comme savoir lire un graphique avec 2 courbes... Un défit surhumain !
      Voici ce qu’il pense des militants de Gauche : « L’eau mouille et le chômage tue »


    • capobianco 12 avril 2018 10:11

      @Jean Dugenêt
      «  Tout le monde connait «  LO ou d’autres » depuis de nombreuses années »

       Ah, vous voyez régulièrement F Arthaud (LO) à la télé ? Votre idole a fait la campagne électorale comme elle ou comme Lassale ou Poutou et il est incompréhensible qu’avec son programme, ses solutions et son charisme il n’ait pas réussi à atteindre les 1%.

      Ps : c’est qui « daniel Gluckstein ? Il etait à la présidentiel ? Je peux vous dire que ass à fait 0,9% de plus que moi....
       » renverser avec le Frexit " Quels révolutionnaires ces upr !!!!


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 12 avril 2018 20:46

      @capobianco

      « vous voyez régulièrement F Arthaud (LO) à la télé ? » Non mais elle avait déjà fait au moins une capagne pour les présidentielles. Tout le monde l’assimile à Arlette Laguiller. Elle était ultra connue avant qu’elle apparaissen sur le petit écran pour la dernière présidentielle contrairement à Asselineau. Je répète il faut comparer toutes choses égales par ailleurs.
      De plu ce n’est seulement parce qu’il a approché les 1% que je considère que c’est une grande victoire. C’est surtout parce que maintenant tous les français savent qu’il y a une force politique qui prône clairement et résolument le Frexit. Cela change la situation politique de la France car chacun sait qu’il est possible de sortir de cette prison ou, du moins, que quelqu’un le propose ouvertement et sans ambiguïtés.


  • imago imago 11 avril 2018 00:30

    au fait, vous avez vu Jean ? les islamophobes belges avaient raison.
    état des lieux par un député bruxellois :
    http://www.levif.be/actualite/belgique/l-arbre-du-parti-islam-qui-cache-la-foret-de-l-islam/article-opinion-824657.html
    frexit UE, otan, euro, islam...


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 11 avril 2018 14:28

      @imago

      Hors propos. Si vous voulez revenir sur cette question que j’avais évoquée dans un autre article vous pouvez proposer un nouvel article à AgoraVox.


    • imago imago 11 avril 2018 18:06

      @Jean Dugenêt
      vous avez raison, je ne souhaite pas vraiment polémiquer sur ce sujet dans ce fil de commentaires, en tout cas merci pour cet excellent article.


  • Byblos 11 avril 2018 04:18

     « ...Ils s’en prennent à François Asselineau en expliquant qu’il est de droite... ».

    Avec une gauche comme celle de Valls ou de Hollande, vive une droite à la manière d’Asselineau.
    Ou quand les notions de gauche ou de droite perdent leur sens dans la confusion générale qui est la marque de cette époque en Occident.

    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 avril 2018 07:45

      @Byblos
      Provisoirement, la distinction Gauche / Droite ne tient plus, mais faut pas le répéter, car ils sont tous pro européens ! La ligne de partage est « Une Autre Europe à la St Glinglin », pour toute la classe politique, afin de diviser, ( chaque Parti à sa version ) et faire patienter les mécontents.


      Même à Gauche, l’unité est aux abonnés absents ! Ce qu’ils savent faire le mieux, c’est de se diviser comme les amibes en une myriade de Partis. Ils sont incapables de se mettre d’accord sur 1 seule version « d’Une Autre Europe » ! Divisons, divisons, l’ Europe s’en portera mieux !

      Ou la sortie de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN, pour le PRCF et l’UPR.

    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 12 avril 2018 21:21

      @Byblos

      « quand les notions de gauche ou de droite perdent leur sens dans la confusion générale »
      Merci de cette remarque très pertinente. Il faudrait qu’ion arrête de nous bassiner avec untel est de « gauche » et untel est de « droite » avec tous les sophismes du style : il est de « gauche » puisqu’il a fréquenté machin qui est de « gauche » ou il est de « droite » puisqu’il dérange bidule qui est de « gauche »...


  • 59jeannot 11 avril 2018 07:59

    vous jacassez, croyant que si la France désobéissait aux traités européens, ( et je ne vous parle pas de la manière d’obtention de Lisbonne, les français ont été trahis par leurs représentants) se retrouverait seule ; de nombreux pays suivraient, si leurs peuples avaient la liberté de choisir.


  • zygzornifle zygzornifle 11 avril 2018 08:34

    Qui va être le premier de cordée et ruisseler sur l’autre .....


  • zygzornifle zygzornifle 11 avril 2018 08:35

    Asselineau serait de droite ? et Macron alors ? Ha il est du veau d’or ....


  • zygzornifle zygzornifle 11 avril 2018 08:36

    Asselineau VS Mélanchon , c’est Macron fournit la capote .....


  • Jean Keim Jean Keim 11 avril 2018 08:57

    Article à charge et à décharge qui montre clairement le côté glauque de la politique.

    Tant que les électeurs voteront pour un homme et tant que les candidats seront des hommes qui attendent des élections qu’on leur délègue LE POUVOIR, alors la politique et les résultats des élections seront toujours des variations de ce qu’ils sont actuellement.

    • petit gibus 11 avril 2018 10:19
      @Jean Keim

      Merci 
      Vraiment raz la casquette de ce ridicule et perpétuel
      combat de coq sur A/V
      Seul compte pour moi le désir de nous sortir de ce système
      production destruction consommation
      avec pour conséquences 
      compétitivité flexibilité imbécilité............

      Avez vous regardé hier soir l’émission de Lopez « Terre inconnue » ?

      Je ne retrouve ce profond et indispensable changement 
      pour continuer à Vivre
      que parmi une certaine catégorie d’Insoumis
      Toutes vos parlottes à celui qui a la plus grosse
      pour nous permettre de mieux vivre 
      ne m’interesse plus du tout 

      Bonne journée et bon divertissement sur A/V smiley

    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 avril 2018 10:48

      @Jean Keim
      Il ne s’agit pas de personnes, mais de stratégies politiques.

      Changer les Traités est une stratégie.

      Désobéir aux Traités est une stratégie.

      Sortir légalement de l’ UE, de l’euro & de l’ OTAN est une stratégie.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 avril 2018 10:54

      @petit gibus

      Seul compte pour moi le désir de nous sortir de ce système production destruction consommation

      Rassurez-vous, avec 11 millions de sans emploi, et 8 ou 9 millions d’habitants en dessous du seuil de pauvreté, la consommation n’est plus ce qu’elle était ...

    • petit gibus 11 avril 2018 11:37
      @Fifi Brind_acier

      A consommer nuit et jour de l’assolineau 
      t’en a pas encore une indigestion ? smiley

    • Jean Keim Jean Keim 11 avril 2018 18:01

      @petit gibus
      Je ne regarde pas trop la télé, bonne journée itou.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 avril 2018 20:26

      @petit gibus
      Voici la Charte de l’ UPR, qui fait un état des lieux.

      Pouvez-vous nous dire quels sont vos points de désaccord ? Merci d’avance.


  • papakill papakill 11 avril 2018 10:20

    Bonjour à tous,

    je me suis toujours demandé si JLM n’avait pas essayé de trouver un discours « efficace » pour avoir le plus de chance d’être élu.

    Par discours efficace, j’entends un discours qui réuni toutes les propositions qu’il veut réellement essayer de faire, sans se retrouver ’out’ des médias.

    Il me semble que si un politique tient un discours en faveur d’une sortie de l’UE, il devient ’dangereux’ et sera peu mis en valeurs au travers des médias. De plus, les médias entretiennent la peur par rapport à la sortie de l’UE (effondrement du pays toussa, toussa) donc avoir ce discours tend a réduire le nombre potentiel d’électeur, qui pourtant souhaitent réellement avoir un changement.

    Alors je vois le discours de JLM comme de vraies propositions de changement, qui fédèrent un nombre conséquent de citoyens voulant le changement, mais avec un gros mensonge au milieu, la sortie de l’UE.

    Pour ne pas mentir totalement, le discours s’oriente sur une modification des traités, ça fait moins peur, aux citoyens mais également aux médias. toute la sphère politique et industrialo-commerciale sait que si le personnage veut faire plein de choses dangereuses pour eux mais qu’il reste dans l’UE, aucun risque finalement.

    Mais est-ce que comme tous les politiciens qui mentent ouvertement, il n’utiliserait pas cette technique pour essayer de mener son combat à la victoire non de front, mais par le flanc.

    ’Ne pas sortir de l’UE’ permettrait peut être à terme de gagner l’élection présidentielle ainsi que les législatives pour ensuite asséner, lorsqu’il est certain d’avoir une majorité et de ne plus pouvoir être bloqué, « On sort de l’UE ».

    Bien sûr ce sont des hypothèses mais j’aime à y penser.

    Je suis pour la sortie de l’UE mais je ne vois pas un François Asselineau gagner des élections avant plusieurs centaines d’années. Alors j’entretiens l’espoir d’une victoire de la FI avant coup de massue finale d’une sortie de l’euro façon : « vous l’avez pas vu venir celle là :) »

    Avec la politique, tout est possible ^^


    • Sparker Sparker 11 avril 2018 11:22

      @papakill

      Ha enfin un peu de maturité dans ce déferlement d’infantilisme UPR de ce site.
      Il est sur que la FI au pouvoir dirait « non » à pas mal de chose venant de l’UE provoquant conflit sur conflit aboutissant à des négociations sur la réorientation de la démarche d’union européenne. Nous vous y trompez pas la FI ne tient pas à revenir à une dimension nationale mais ne laissera pas perdre la souveraineté sans que ça soit pour un plus qui concernerait les harmonisations fiscales sociales environnementales et monaitaires.
      La FI soutient un projet européen, point. car nous sommes fait pour nous unir (bon c’est philo cetes mais c’est crédible) et de plus vu la guerre économique mondiale qui va faire de plus en plus rage (passer de l’hégémonie américaine à celle de la chine) il faut être fort et résistant et l’union fait la force.
      Les UPR ici ne veulent pas l’entendre car ils sont nationalistes pour la plupart, comme Asselineau biberonné à la cinquième république du grand homme et à la grandeur de la france. France qui sortie de l’UE par l’art 50 se retrouverait au ban et son CNR il nous le mettrait ou je pense comme l’a fait tsipras pour qu’on ne se retrouve pas en slip.
      Il me font rire quand on voit le monde fake news ou tout le monde ment du plus qu’il peut pour s’octroyer une plus grosse part du gateau. Le chevalier blanc, seul dans son coin, finira zébré comme tous voir tout noir arrivé à un moment. L’UE actuelle bras armée du capitalisme financier sauvage et sans pitié respecterait la souveraineté isolée de la france qui dirait non, faite moi rire encore...

      Toujours est-il que si vous croyez Mélenchon aussi tordu que vos suppositions je crois que faites fausse route, d’ailleurs Mélenchon est le représentant mais il y a du monde derrière qui ne tient pas à être exposé et aussi des jeunes comme Quatennens qui le remplace dans les médias.

      Là ou je vous rejoint un peu c’est que la désobéissance aux traités doit être bien préparée, il y a des juristes en masse ainsi que des hauts fonctionnaires à la FI qui restent dans l’ombre. La stratégie n’est pas dévoilée pour conserver l’effet de surprise. Mais soyez en sur faire tout ce barouf pour s’agenouiller au final il n’y a que les UPR pour le fantasmer.
      Du conflit il y en aura et vous pouvez compter sur la FI pour le générer, seul moyen d’avancer.
      On ne remet pas le dentifrice dans le tube que ça plaise ou non, maintenant que le mal à été fait il faut avancer et redéfinir les liens dans l’union.
      Les UPR de ce site (je sais pas s’il y en a d’autres, je suis quelques autres forums ou quelques’uns s’expriment un peu mais ils sont encore moins nombreux qu’ici, si ce n’est pas les mêmes) se rengorge du plan A plan B faisant mine de ne pas comprendre. Le plan B ne sert à rien sauf à faire pression et il faut que ce soit crédible, c’est comme avec vos enfants, tu ne fais pas tes devoirs tu n’as pas de glace... Le but est de semer le trouble et de générer une situation conflictuelle qui remet le carnet sur la table et de permettre à d’autres pays de s’exprimer sans qu’ils soient sous la pression de se taire comme l’a été la grèce. Le but est de faire des traités d’harmonisation et de mutualisation afin de constituer une entité européenne solide qui parle d’une seule voie approuvée par tous ou au moins par une majorité au taux à définir.
      De toutes façons dans l’état actuel des choses et ce qui se prépare c’est ça ou crêve, là aussi pas d’illusions a se faire, la france est un conféti et est embringué dans une histoire dont on se détache difficilement sans en payer le prix lourd. Le mieux étant de changer les choses positivement et pas de revenir en arrière ce qui à toujours été une illusion de littéraire ou c’était mieux avant, la nostalgie camarade...


    • Lamalice Lamalice 11 avril 2018 13:21

      @papakill
      Bonjour Papakill,

      Et oui JLM c’est Zorro, il avance masqué. C’est la nouvelle communication à la mode chez la FI, le flan... Je l’écoute de plus en plus souvent. Un peu comme celle du FN un moment, ou de Dupont Aignan.

      J’en doute vraiment. C’est pourquoi le premier mai je serai à Paris. Dans la vie on fait face de Front normalement. En revoir Front de gauche, bonjour la FI  smiley


    • papakill papakill 11 avril 2018 13:56

      @Sparker
      Merci pour la réponse.

      plutôt d’accord. Autant je suis certain que l’UE actuelle est antisociale et a une forme qui ne me plaît pas du tout, autant je pense qu’être seul doit être extrêmement difficile.

      Bien sûr que faire évoluer l’UE serait la bonne solution, et si c’est possible de le faire malgré les lois en vigueur je prends !

      Mais plusieurs scénarios sont sans doute possible, et sortir de l’UE pourrait montrer l’exemple, d’autres pays peuvent suivre, et ainsi l’UE pourrait être créée de nouveau.

      Et comme vous, je ne suis pas pour la révolution (le retour à une situation passée) mais pour une évolution.


    • papakill papakill 11 avril 2018 14:02

      @Lamalice

      Ah c’était une supposition, on ne sait jamais en politique ! Mais je suis d’accord avec vous, avancer de front reste la manière la plus propre. Ceux qui suivent ne seront jamais déçu car tout est clair depuis le début.

      Moi j’agis lors des votes mais je n’ai jamais eu le courage de sortir dans la rue (sauf quand j’étais étudiant) même si je suis tout à fait d’accord avec les mouvements de résistance actuels.

      Je n’ai pas honte de dire que j’ai un peu peur physiquement. Je n’ai pas les c... pour y aller, c’est comme ça.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 avril 2018 20:37

      @papakill
      Posez donc aux Insoumis la question qui fâche, demandez leur de vous expliquer l’article 48 du TFUE qui permet de changer les Traités pour « faire évoluer » l’ Union européenne ... .

      Le problème n’est pas d’avoir des idées sociales géniales, mais de savoir comment on va pouvoir les réaliser dans les conditions prévues dans les traités ?


      ** Changer les Traités dépend du bon vouloir des 26 autres pays + leurs 26 Parlements, qui doivent être à 100% d’accord, sur chaque proposition, sur chaque article, sur chaque virgule.

      ** Sortir de l’ UE ne dépend que de l’avis majoritaire des électeurs français.
       

    • capobianco 12 avril 2018 10:15

      @Fifi Brind_acier
      «  Le problème n’est pas d’avoir des idées sociales géniales, mais de savoir comment on va pouvoir les réaliser dans les conditions prévues dans les traités ?  »

      Il n’y a que vous qui voulez respecter ces conditions et surtout pas vous opposer. C’est « impossiiiiible » (j’aime bien cette façon de traduire votre hargne ). 

    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 12 avril 2018 21:30

      @papakill

      Il est inutile d’essayer de prévoir ce que ferait JLM s’il était élu. Il ne faut surtout pas faire des suppositions en tenant compte de ses promesses et du programme qu’il affiche et qu’il n’a peut-être même pas lu. Il faut surtout se rappeler que c’est un grand admirateur de François Mitterrand et qu’il a déjà montré sa capacité à trahir. Voyez le coup qu’il a fait au PCF.
      « Avec la politique, tout est possible » Ca c’est exact et avec la politique politicienne de JLM il faut s’attendre à tout.


    • papakill papakill 13 avril 2018 12:40

      @Jean Dugenêt
      Non c’est trop facile, il y a des actions que j’ai faite dans le passé que je ne referai plus de par l’acquisition par la suite de savoir, expérience, etc... que je n’avais pas alors.

      Les gens peuvent changer, ce qui ne veut pas dire qu’ils changeront, mais c’est possible.

      On peut être raciste jusqu’à un certain puis changer parce qu’on vit de nouvelles expériences, ça peut être l’inverse, on peut être de droite puis de gauche puis autre chose, on peut être mangeur de viande puis végétarien puis vegan puis re mangeur de viande etc...

      L’expérience de la vie, le savoir qui s’accumule, etc.. change notre vision du monde.
      Même si plus l’âge avance et moins cette affirmation est vraie, elle reste vraie tout le temps (enfin je pense)

      Donc le « il a fait ça avant », ça peut mettre en garde et on peut prendre des précautions, mais ça s’arrête là.

      Et puis on peut s’attendre à tout de tout le monde finalement, alors on ne prévoit rien, et on peut arrêter de débattre sur les futurs possibles dans ce cas.

      Donc je ne suis pas d’accord, je pense légitime de se poser des questions sur les éventualités dans tel ou tel cas.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 avril 2018 17:18

      @papakill
      Je ne comprends pas ce que vous voulez exprimer là.
      Je suis d’accord sur le fait qu’on peut changer certes mais on doit assumer ce qu’on a fait et être capable d’expliquer son évolution et pourquoi on pense avoir été un moment dans l’erreur.
      Je ne sais pas si cela vient en réponse à quelque chose que j’ai dit auparavant


    • papakill papakill 13 avril 2018 18:41

      @Jean Dugenêt
      C’est parce que vous disiez qu’on ne pouvait pas faire de supposition sur ce que fera JLM si il était élu du fait de son passé. Enfin c’est ce que j’avais compris.
      Mais effectivement je suis d’accord, il faut pouvoir expliquer le cheminement qui fait que l’on a changé.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 avril 2018 20:05

      @papakill

      Oui, je pense qu’il y a fort peu de chances pour que JLM soit élu et s’il l’était je ne sais pas du tout ce qu’il ferait parce que d’une part il n’est pas clair (Ses plans A et B sont inapplicables) et par ailleurs je ne lui fais pas confiance.
      Cela ferait beaucoup de choses à expliquer.
      Pourquoi il a peu de chances d’être élu ? Parce que les élections sont sous contrôle d’une oligarchie qui en maîtrise le mécanisme. Mon point de vue à ce sujet serait long à expliquer. J’ai un article qui a pour l’instant était refusé et qui donne une bonne partie des explications (article intitulé « Qui dirige vraiment le France ? ») et j’ai un autre article qui est en cours de « modération ». J’espère qu’il passera. (article intitulé "D’où vient Emmanuel Macron et où va-t-il ?). Il ne s’agit que de mon point de vue et je n’oblige évidemment personne à être d’accord mais il me serait difficile de développer ce point de vue dans un simple commentaire.
      Le fait que je ne lui fasse pas confiance peut aussi s’expliquer (j’ai des arguments) mais là chacun pourrait m’accuser de faire des attaques (ad hominen) qui touchent à la personne. Pour autant mes arguments ne seraient pas dénués d’intérêt.
      Je m’en tiens là et je vous remercie de chercher vraiment à échanger des points de vue. Il est parfois difficile de discuter ici.


    • papakill papakill 14 avril 2018 12:43

      @Jean Dugenêt
      Le but d’un forum est d’échanger à la base :)
      Je ne sais pas si c’est vraiment impossible qu’une personne vraiment anti-système se fasse élire.

      Je vous rejoint sur le fait que l’oligarchie en place fera tout son possible pour le bloquer, et vu sa puissance (on a bien vu qu’ils sont quand même arrivé à faire élire une personne sorti du chapeau avec Emmanuel Macron) ce sera difficile. Impossible ? Peut-être, peut-être pas je n’en sais rien.

      Mais on peut se battre et continuer d’espérer également.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 14 avril 2018 14:07

      @papakill

      Je suis d’accord avec les nécessaires nuances que vous venez d’ajouter.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 14 avril 2018 17:09

      @papakill
      « Je ne sais pas si c’est vraiment impossible qu’une personne vraiment anti-système se fasse élire. » Je reviens sur cette question car vous avez raison : le but du forum c’est d’échanger.
      Il est certain qu’il faut mener un combat pour ne pas dire une guerre contre le « système ». Il faut savoir ce que nous appelons ainsi d’où une nécessaire réflexion sur : « qui dirige vraiment la France ? ». Je vous résume la thèse que je défends. Ce sont quelques dizaines de milliardaires qui ont en main notamment les médias et les instituts de sondage qui nous dirigent. Ils tiennent à rester dans l’ombre. On peut très concrètement donner une liste de noms. Entre ces véritables dirigeants et les « politiques » (Président de la république, ministres, députés... Commissions de contrôle diverses... ) on trouve une couche intermédiaire que j’appelle « les grands kapos » : conseillers occultes, grand journalistes, directeurs de presse, de chaîne de télé... On peut encore donner une liste de noms : Attali, BHL, Elkabach, Patrick Cohen... Ils sont notamment chargés de sélectionner, recruter, former et faire élire les « politiques » comme Emmanuel Macron en disposant pour cela des moyens quasi illimités de leur chefs et de l’appareil d’Etat qui est maintenant complétement dévoyé de sa mission originelle (Je développe cela dans l’article « D’où vient Emmanuel Macron et où va-t-il ?). Ces milliardaires qui dirigent le pays se retrouvent avec d’autres pour gérer leur »Union Européenne« (elle leur appartient) qui est un outil essentiel de leur pouvoir.

      Je le répète tout ce que nous faisons y compris et surtout en luttant pour le Frexit est un combat contre ce pouvoir que j’appelle pour simplifier »l’oligarchie« mais il faut bien comprendre qu’il ne s’agit pas d’un concept mais d’une réalité bien concrète. Je tiens donc à l’exercice qui consiste à essayer de mettre des noms.

      Nous ne savons pas exactement comment va se mener ce combat. Je m’oppose à tous ceux qui explique par exemple qu’il faut refuser de lutter pour le Frexit parce que c’est un combat perdu d’avance et qui propose, comme capitulation, d’élire un candidat qui est contre le Frexit en pensant que tout s’arrangera après. De la même façon on ne peut pas complètement exclure la possibilité d’élire un candidat anti-système. Nous continuerons à faire campagne pour élire FA.

      En conclusion il faut continuer à se battre pour regrouper la force la plus consciente : ce sont ceux qui ont compris l’absolue nécessité du Frexit. Dans ce combat contre l’oligarchie nous remportons point par point des petites victoires. Le fait que FA ait pu être candidat à la présidentielle est manifestement une victoire qui se mesure à l’ampleur de la haine déversée par »les grands kapos".

      Le fait qu’il leur sera maintenant de plus en plus difficile de nous calomnier (extrême-droite, complotistes, anti-américanistes...) montre aussi que nous marquons des points. Avoir plus de fric pour engager des procès pour diffamation afin d’en refroidir quelques uns sera aussi un point d’appui supplémentaire . D’où la nécessité d’avoir plus d’adhérents, de franchir le cap des plus de 50 à 1%, peut-être d’avoir un ou deux députés là où il y a (aura) de la proportionnelle. Il faut aussi que la tâche des journaleux qui veulent nous ignorer devienne de plus en plus difficile. Une participation en masse à la manif du 1er mai sera un point d’appui supplémentaire. Il faut bien sûr à des fins de propagande avoir un programme à présenter. Celui émanant du CNR me parait très bien mais, pour ma part, je ne sais pas comment il se mettra en œuvre. Comment le peuple pourra-t-il reprendre la main ? Je sais aussi qu’il faut que nous soyons présents sur tous les fronts : élections, manifestations, grèves, réseaux sociaux... Mais quelles seront les prochaines grandes étapes ? Je ne le sais pas. Est-ce que ça passera par un grand mouvement social comme en mai 1968 avec une Grève Générale ? Est-ce qu’on pourra imposer un référendum sur le Frexit ? Est-ce qu’une grande victoire électorale est envisageable ? Faudra-t-il une assemblée constituante ? Convoquée par qui et comment ? Tout cela nous ne pouvons pas y répondre mais par contre ce qui est certain c’est que quelles que soient les circonstances qui se présenteront l’existence d’une force consciente capable d’indiquer la bonne voie à suivre pour le peuple sera un atout essentiel vers une victoire populaire.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 14 avril 2018 19:13

      @papakill
      Je me suis renseigné sur les faits de 1981 à 1984 ce qui m’oblige à revoir ce que j’ai écrit précédemment. Voilà ma version revue et corrigée.

      Je suis d’accord pour 1983 ou 1984. Je considère comme date charnière la démission d’Alain Savary le 12 juillet 1984. Elle sera suivie de la démission du premier ministre Pierre Mauroy le 17 juillet 1984 ce qui marque assurément un changement d’orientation. On considère généralement que le tournant a été amorcé dès 1983. Il s’agit essentiellement de l’abandon des promesses et des revendications pour une véritable réforme laïque de l’enseignement.

      Mitterrand, dès qu’il a été élu a œuvré pour sauver les avantages de la hiérarchie catholique menacée par une forte aspiration et une promesse pour une profonde réforme laïque de l’enseignement. Il a nommé Alain Savary Ministre de l’Education Nationale lequel lui a fait l’affront de mettre au point dès 1982 un projet de « grand service public laïque et unifié » de l’éducation. Alain Savary sera désormais l’homme politique que François Mitterrand détestera le plus quoiqu’il se trouvera bientôt concurrencer à ce grade par Michel Roccard. Mais de 1981 à 1983, François Mitterrand ne pouvait pas encore s’affranchir de toutes les promesses et des accords internes au PS sur lesquels il était engagé ce qui l’obligeait à devoir supporter Alain Savary. Mais il était hors de question pour Mitterrand de faire passer la loi Savary. Ce n’est que le 18 avril 1984 que le projet est adopté par le Conseil des ministres et la loi est votée par l’assemblée nationale le 22 mai 1984. Pourtant cette loi Savary était loin de reprendre les revendications du Programme Commun de la Gauche. C’était un compromis que même l’UNAPEL et l’archevêque de Paris jugeaient à peu près acceptable.

      Mitterrand reçoit les archiprêtres, ou autres représentants du pape, et élabore avec eux une stratégie pour que cette loi soit enterrée. Il met l’appareil d’Etat à leur service, en particulier la télé, pour qu’ils organisent une manifestation à Versailles le 4 mars 1984. Les journalistes de la télé ne trouveront jamais de termes assez forts pour majorer la réalité : grande, très grande, énorme, marée humaine, déferlement, rassemblement le plus important depuis 1944… Cela est évidemment faux. La manifestation du 13 mai 1968 était beaucoup plus importante que celle des versaillais et si les organisations ouvrières avaient appelé à une contre-manifestation on aurait assisté à un raz de marée. C’est, bien évidemment ce que ne voulait pas François Mitterrand. C’est pourquoi, dans le même temps, il s’emploie à engluer la mobilisation populaire. Il étudie la question avec le CNAL (Comité National d’Action Laïque). Le peuple veut sa réforme. On va l’appeler à manifester dans 7 manifestations dispersées pour faire pâle figure en comparaison avec la manifestation unique des versaillais. Mitterrand peut enfin sortir son arme comme il l’avait promis aux représentants du pape. Désormais de la tête du PS jusqu’au plus petit militant de base, ceux qui continueront à réclamer leur réforme laïque se feront fermer le clapet avec le fameux « Mais alors ! Vous voulez la guerre civile ». Et à ceux qui parleront à Mitterrand de ses engagements avec le programme commun, il affichera son mépris de la démocratie en répondant « Bof ! Ce programme, je ne l’ai jamais lu ! ». François Mitterrand peut alors décider le 12 juillet 1984 de retirer le projet de loi. La trahison est consumée.

      Il faudra voir quel a été le rôle des « lambertistes » de tout poil. Ils avaient appelé à voter pour Mitterrand dès le premier tour en mettant leur drapeau dans leur poche. Ils lui ont fourni un service d’ordre... Dans cette période Lambert à liquider la vieille garde des trotskystes purs et durs en commençant par Stéphane Just. Il a en même temps embauché Daniel Gluckstein qu’il a nommé comme dauphin (Quel sens aigu de la démocratie !). Il a fourni toute une flopée de cadres au PS qui, quant à soutenir le PS, ont jugé que le mieux était d’y adhérer. Rentre ainsi au PS toute la direction de L’UNEFet de la MNEF, où ils ont appris à pomper le fric des contribuables ; Jospin, Cambadélis, Mélenchon... Pour eux commence la période du carriérisme et l’apprentissage, sous la houlette de Mitterrand, de la fourberie, de la manipulation, des demi-vérités, des vrais mensonges, du double langage...


  • petit gibus 11 avril 2018 10:21

    Le sujet étant bien sur Asselineau contre Mélenchon smiley


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 avril 2018 21:18

      @petit gibus
      Non, ce sont les propositions de Mélenchon comparées à celles de l’ UPR...
      C’est ce qui intéresse les lecteurs d’Agoravox, dont vous vous fichez éperdument.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 14 avril 2018 14:15

      @Fifi Brind_acier

      Je me permets de venir approuver. Il ne s’agit pas d’engager un duel mais de discuter entre militants du mouvement ouvrier pour comparer les propositions des uns et des autres en espérant que le débat soit bénéfique pour tout le monde.
      Je tiens à remercier tous ceux qui, malgré quelques difficultés, ont permis que, dans l’ensemble, la discussion ait été de bonne tenue.


  • GerFran 11 avril 2018 15:34
    Viviane Reding, commissaire européen : « Il n’y a plus de politiques intérieures nationales »



  • LeDinoBleu LeDinoBleu 11 avril 2018 17:13

    Je souhaiterais, si possible, des réactions de connaisseurs en matières juridiques (et par connaisseurs j’entends bien sûr de véritables connaisseurs, pas des gens qui se contentent de lire des articles de loi sans une formation préalable de juriste) sur cette question-là : puisque Sarkozy a signé le traité de Lisbonne, en fait le même que celui de 2005 pourtant démocratiquement rejeté par référendum, et compte tenu du fait que ce président a actuellement les déboires qu’on sait à propos du financement de sa campagne 2007, que deviendrait son acceptation de ce traité (celui de Lisbonne, donc) au nom de la France si son élection se trouvait soudain invalidée ?

    Formulé autrement, l’adhésion du membre France au traité de Lisbonne serait-elle toujours valable si la personne qui a signé ledit traité s’avère en fait dépourvue du droit de le signer car son statut de président est finalement illégitime ?

    Puisque l’appartenance de la France à l’UE et son devoir d’en respecter les traités tient lieu de principal obstacle à l’application du programme de la FI, qu’en est-il si le traité de Lisbonne devient caduque ?

    Merci à tous ceux d’entre vous qui pourront m’éclairer sur ces questionnements peut-être naïfs (je ne comprends rien aux choses juridiques) mais auxquels je reviens souvent dernièrement...


    • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 11 avril 2018 19:14

      @LeDinoBleu

      Bonsoir,

      Je ne suis pas un connaisseur, mais je vous accorde que vous posez d’excellentes questions.
      J’ai un avis sur la(les) réponse(s), mais je préfère laisser la place aux juristes.

      Cordialement.

      Thierry Saladin


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 avril 2018 21:44

      @LeDinoBleu
      Je ne suis pas juriste, aussi demandez d’autres avis !

      Ce n’est pas Sarkozy qui a entériné le Traité de Lisbonne, ce sont les Députés et les Sénateurs, de Gauche et de Droite. En clair, le Parlement réuni à Versailles.
      C’est prévu dans la Constitution pour ratifier un Traité. Je ne vois pas très bien comment on peut aussi invalider les élections législatives et sénatoriales ?


      En tout, il y a des milliers d’accords et des centaines de Traités européens. Asselineau a fait le compte : 504 Traités européens et 6686 accords avec d’autres pays du monde.


    • LeDinoBleu LeDinoBleu 12 avril 2018 16:50

      D’autres interventions ?


    • GrandGuignol GrandGuignol 12 avril 2018 16:59

      @LeDinoBleu

      Vous devriez poser cette question à Ar Zen qui est très pointu en matière de droit.


    • LeDinoBleu LeDinoBleu 12 avril 2018 19:02

      @GrandGuignol
      Merci pour le conseil.

      Vous savez comment je peux le contacter ?


    • GrandGuignol GrandGuignol 12 avril 2018 21:27

      @LeDinoBleu

      Ben, à part lorsqu’il intervient en commentaires sur un article, sinon je ne le connais pas personnellement.

      Vous pouvez essayer de laisser un commentaire sur un de ses articles sur ce site, peut être sera t’il alerté.


    • LeDinoBleu LeDinoBleu 13 avril 2018 22:20

      @GrandGuignol
      OK, j’essayerais ça si je n’obtiens pas de réponses ailleurs.


    • Legestr glaz Ar zen 13 avril 2018 23:28

      @LeDinoBleu

      Je veux bien tenter de répondre à votre question. Je ne suis pas juriste, mais j’ai approché cette formation. 

      Concernant le traité de Lisbonne, il faut raisonner en deux temps. En France, c’est le Président de la République qui négocie et ratifie les traités. C’est l’article 52 de la Constitution. Sarkosy a donc négocié et ratifié le traité de Lisbonne. Premier acte.

      J’ouvre une parenthèse concernant le référendum de 2005. Il s’agissait, pour le peuple de France, d’accepter ou de rejeter le T.C.E - Traité sur la Constitution Européenne. Mais pourquoi le peuple votait-il pour ou contre ce « traité », TCE ? Parce que celui -ci entrainait, ipso-facto ,des modifications profondes de la Constitution française. Or, selon la Constitution de la 5ème République, selon son article 89, la révision constitutionnelle doit être approuvée soit par « référendum » soit « par la procédure dite du »Congrès« . Les français ont été interrogés de la manière suivante : »Les électeurs auront à répondre par « oui » ou par « non » à la question suivante : « Approuvez-vous le projet de loi qui autorise la ratification du traité établissant une Constitution pour l’Europe ? »(article 2 du décret no 2005-218 du 9 mars 2005 décidant de soumettre un projet de loi au référendum). Il s’agissait, en réalité, non pas d’accepter le TCE mais bien de voter pour les modifications constitutionnelles contenues dans la loi constitutionnelle rédigée pour satisfaire aux dispositions du traité. Le peuple votait « pour » ou « contre » un projet de loi constitutionnelle, c’est à dire pour un projet de loi qui modifiait considérablement leur Constitution.

      Le TCE ayant été rejeté par les Français, (en réalité, c’est bien la loi constitutionnelle qui avait été préparée, qui a été rejetée), il a été subrepticement remplacé par le traité de Lisbonne, son frère jumeau, et le Congrès s’est empressé de donner son accord pour les modifications constitutionnelles rendues obligatoires par la ratification de ce traité. 

      Deuxième acte, les modifications constitutionnelles. Quelles modifications constitutionnelles ? Elles sont inscrites dans la loi constitutionnelle n°2008-103 du 4 février 2008, précisément celle qui a été adoptée par la procédure du Congrès. Je poste en lien la liste des renégats ayant déjugé le peuple français. 


      Ce qu’il est important de comprendre, ce sont les changements constitutionnels qui ont été imposés à la France à la suite de la ratification du traité de Lisbonne. Le premier acte, la ratification, c’est bien Sarkozy qui l’a signée, en revanche, deuxième acte, toutes les modifications constitutionnelles ont été adoptées par le Congrès. Ainsi donc, même si l’on rejetait aujourd’hui le traité de Lisbonne, les changements constitutionnels resteraient inscrits dans la Constitution. Il faudrait une nouvelle loi constitutionnelle, approuvée par référendum ou par une autre procédure du Congrès, pour défaire ce qui a été modifié le 4 février 2008. 

      Conclusion. Notre appartenance et nos liens du subordination à l’UE sont inscrits dans notre Constitution. C’est bien pour cette raison que toute « désobéissance » est impossible parce que les traités ont une force supérieure aux lois nationales et que toute désobéissance serait « anticonstitutionnelle ». Ce que d’aucuns refusent de voir. C’est pourtant limpide et incontournable. Le peuple ne ratifie pas un traité, il donne éventuellement son accord pour les modifications constitutionnelles induites par le contenu du traité. Les articles incontournables dans cette situation : 52 et 89. 

      J’espère que mes explications sont assez claires. 

    • LeDinoBleu LeDinoBleu 14 avril 2018 20:26

      @Ar zen
      Je crois, oui : merci pour votre temps.  smiley

      Donc, si je comprends bien, un moyen de sortir des traités ou bien de leur désobéir, ce qui revient à peu près au même, serait de modifier la Constitution. Quels seraient les moyens pour ça, en dehors d’un référendum ?


    • foufouille foufouille 14 avril 2018 21:00

      @LeDinoBleu
      la convention de vienne permet de suspendre ou de renégocier un traité international.


    • Legestr glaz Ar zen 14 avril 2018 22:32

      @foufouille
      La France n’a pas ratifié la Convention de Vienne. La Convention de Vienne fixe un cadre général aux traités internationaux. Elle précise ce que doit comporter un traité et les obligations des uns envers les autres à la suite de la signature d’un traité, toujours au plan général.


      Mais la Convention de Vienne ne permet pas de suspendre ou de renégocier un traité international. C’est le traité lui même qui comporte ces règles. 

    • Legestr glaz Ar zen 14 avril 2018 22:46

      @LeDinoBleu

      Pour sortir des « traités », il faut sortir de l’Union européenne par la voie prévue à cet effet à savoir l’application de l’article 50 du TUE (traité sur l’Union européenne). La Constitution française n’accepte aucune autre possibilité. 

      Actuellement, le moyen de modifier La Constitution est inscrit dans son article 89. C’est soit la réponse du peuple interrogé par référendum sur une question, soit la voie de la procédure du Congrès. Il n’existe que ces deux possibilités pour modifier la Constitution. Et si la Constitution française venait à être modifiée par l’une de ces deux voies, la France devrait mettre en oeuvre, nécessairement, l’article 50 du TUE et sortir de l’Union européenne. Pourquoi ? Parce que l’Union européenne est un système supranational et la France appartenant à se système supranational a transféré une grande part de sa souveraineté vers l’U.E. Ceci veut dire que sur de très nombreux sujets, et non des moindres, elle ne décide plus de rien. Le pouvoir de décision a été transféré à l’UE.
      Modifier la Constitution, en reprenant ne serait-ce qu’une partie de la souveraineté perdue, ne pourrait pas correspondre au périmètre de la supranationalité qu’impose les traités européens. 

      Pour sortir des traités, c’est à dire renoncer à les appliquer, il n’y a qu’une solution : l’article 50 du TUE. Tout le reste n’est que discours puisque contraire à la Constitution française. 

    • LeDinoBleu LeDinoBleu 15 avril 2018 18:24

      @Ar zen
      Donc en fait j’avais rien compris...  smiley)

      C’est pour accepter le traité de Lisbonne que le Congrès a fait modifier la Constitution, j’ai bon ?

      Si oui, qu’adviendrait-il de la ratification de ce traité si le président qui l’a négocié et ratifié (le premier acte dont vous parliez) s’avère illégitime, en raison des points que j’évoque dans le premier message de ce fil ?

      Je comprends le rôle du Parlement dans cette ratification, mais puisque le rôle du président passe avant, sa propre ratification n’a-t’elle pas précédence sur celle du Parlement ? Je veux dire par là que si le président s’avère illégitime alors il me semble qu’il ne pouvait pas négocier et encore moins ratifier ce traité pour commencer. Du coup, quelle est la valeur de la ratification du traité par le Parlement si celui-ci passe après un président illégitime ? Ce président pouvait-il présenter le traité au Parlement, en gros ?


    • Xenozoid 15 avril 2018 18:33

      @LeDinoBleu

      shaw shaw c’est dimanche


    • Legestr glaz Ar zen 16 avril 2018 07:21

      @LeDinoBleu

      La ratification d’un traité c’est de la compétence du Président de la République. Il se trouve que le traité de Lisbonne, impliquait par son contenu, des changements de la Constitution française. 

      Ainsi le 13 décembre 2007 Nicolas Sarkosy a signé avec 26 autres chefs d’Etat et de gouvernement, le traité de Lisbonne. Comme de bien entendu, et puisque c’est l’un de ses rôles, le Conseil constitutionnel, a déterminé que nombreuses disposions de ce traité étaient « anticonstitutionnelles ». ll a rendu son avis le 20 décembre 2007. Il fallait donc modifier la Constitution française pour appliquer ce traité qui devait entrer en vigueur le 01 janvier 2009. Un projet de loi constitutionnelle a donc été préparé (il suffisait de reprendre en gros celui rejeté par référendum par les Français en 2005) et a été présenté à la procédure du Congrès. Ce projet de réforme de la Constitution est passé comme une lettre à la poste cette fois-ci. 560 parlementaires ont voté « pour », 181 « contre » et « 152 » se sont abstenus le 4 février 2008. Un loi autorisant la ratification du traité a été approuvé par l’Assemblée nationale le 7 février 2008 et par le Sénat le 8 février 2008.
      Lorsque l’on examine toutes les dates, on se rend compte de la supercherie. Tout ceci n’a été qu’un très grand arrangement entre « amis ». Le Peuple a été déjugé et ses représentants ont abdiqué tout honneur. 

      Il faut bien comprendre que la ratification du traité de Lisbonne a été une chose, et la loi constitutionnelle (donc changements importants dans la Constitution de la 5ème République) qui a suivi, et qui a été validée par la procédure du Congrès, sont deux choses distinctes. C’est aussi l’assemblée nationale et le Sénat qui ont « autorisé » la ratification du traité de Lisbonne en adoptant la loi d’autorisation de l’application du traité de Lisbonne.

      Pour répondre directement à votre question, s’il s’avérait que le Président ayant ratifié le traité de Lisbonne devenait « illégitime », rétroactivement, il n’en demeurerait pas moins que les changements constitutionnels ne seraient pas affectés. Ces changements sont l’oeuvre de la procédure du Congrès, et du vote d’une loi par l’Assemblée et le Sénat, et sont dissociés du traité de Lisbonne. Ils étaient un passage obligé pour faire fonctionner le traité de Lisbonne mais ce dernier ne contenait pas, dans ses articles, une demande explicite de modification de la Constitution française. 

      Ainsi, bien que le traité de Lisbonne soit à l’origine de la loi Constitutionnelle de 2008, approuvée par la procédure du Congrès, ces deux actes sont indépendants l’un de l’autre. Il n’y a pas de « préséance entre les attributions du Président élu et celles du parlement. C’est d’ailleurs ce que prévoit la Constitution.Chacun son rôle. C’est le principe de la séparation des pouvoirs. Le Président ne passe donc pas »avant« . C’est un erreur de le penser. En France, c’est le Conseil Constitutionnel qui est le garant de la constitutionnalité des lois et de certains règlements. Je me tue à l’expliquer à de nombreux intervenants qui pensent, qu’en France, le Président ou le Gouvernement sont tout puissants. Et pourtant, c’est bien la Constitution qui est la plus puissante et qui s’impose à tous. 

      La Constitution est le texte suprême d’une Nation. En France, c’est le peuple, par référendum, ou le parlement, rassemblé en Congrès, qui actent les changements dans la Constitution, pas le Président élu. La Constitution a valablement été modifiée en 2008 puisque ces règles ont été respectées. 

      Le parlement n’a pas »ratifié« le traité de Lisbonne, il a autorisé sa ratification par le Président de la République. Il a donné son accord pour les changements constitutionnels induits par le traité de Lisbonne. C’est la loi Constitutionnelle 2008-13 du 4 février 2008.


      Un petit tutoriel sur le sujet du traité de Lisbonne.


      Ce que vous mettez en avant ne sera jamais rendu possible. Pourquoi ? Imaginez le nombre de lois et de règlement pris en France à la suite du traité de Lisbonne, pour satisfaire les incessantes demandes de Bruxelles. Si l’on devait tenir compte de votre raisonnement, avec l’illégitimité » de Sarkosy, il y aurait des milliers de lois et de règlements à annuler parce que ceux-ci ont été déterminés pour répondre à des injonctions de l’U.E s’appuyant sur le traité de Lisbonne. 



    • LeDinoBleu LeDinoBleu 16 avril 2018 19:24

      @Ar zen
      Donc on peut revenir sur les modifications constitutionnelles pour peu que le traité de Lisbonne soit rendu caduque auparavant, et vu que Sarko n’est pas loin de voir son élection invalidée, quelque chose me dit qu’il y a un truc à tenter...

      Je comprends ce que vous me dites à propos de la quantité de lois et de règlements à annuler, mais c’est précisément le but. Je parle pour ceux d’entre nous qui ne souhaitent pas quitter l’UE.


    • Legestr glaz Ar zen 17 avril 2018 00:07

      @LeDinoBleu

      L’élection de Sarkozy ne peut plus être invalidée. Il a fait son mandat. Ce n’est plus possible. Il a été Président durant 5 années, c’est un fait et rien ne pourra changer cette situation. 

      Maintenant l’Union européenne est un système supranational dans lequel les Etats membres ont délégué leur pouvoir à d’autres instances, selon des règles imposées par les traités. 

      Ainsi, par exemple, est-ce que quelqu’un a à l’esprit que les réformes ferroviaires annoncées, et qui font l’objet de manifestations, sont d’essence supranationale ? Qui en parle ? Il s’agit de mettre en oeuvre la directive européenne n° 2016/2370 du 14 décembre 2016 (modifiant la directive UE 2012/34) qui doit être, sous peine de lourdes sanctions, retranscrite dans le droit français avec des dates précises : Article 2

      1. Nonobstant l’article 3, paragraphe 2, les États membres adoptent et publient les dispositions législatives, réglementaires et administratives nécessaires pour se conformer à la présente directive au plus tard le 25 décembre 2018. Ils communiquent immédiatement à la Commission le texte de ces dispositions.

      Lorsque les États membres adoptent ces dispositions, celles-ci contiennent une référence à la présente directive ou sont accompagnées d’une telle référence lors de leur publication officielle. Les modalités de cette référence sont arrêtées par les États membres.

      2. Les États membres communiquent à la Commission le texte des dispositions essentielles de droit interne qu’ils adoptent dans le domaine régi par la présente directive.



      Rester dans l’UE c’est assumer une économie ordo-libérale puisque celle-ci est inscrite dans les traités. C’est assumer la fin du modèle social français. C’est simplement un choix de société sur lequel les Etats membres de l’UE ne peuvent plus revenir du fait de leur appartenance à un système supranational. Dans un système où les décisions se prennent, en général, soit à la majorité qualifiée, soit à l’unanimité, la France ne peut plus imposer ses vues et se sont les programmations économiques, inscrites ad vitam aeternam dans les traités , qui s’imposent. Je comprends que d’aucuns souhaitent rester dans l’UE si ce système leur procure des satisfactions. C’est simplement logique. Quant à moi, je suis plutôt partisan d’une juste répartition de la richesse produite et de services publics puissants. 

  • malitourne malitourne 11 avril 2018 17:20

    Speciale dédicace à toutes les pleureuses et les chouineuses européistes de FI. Bon Frexit à tous.


  • Nominix 11 avril 2018 19:12

    Vous n avez pas encore compris a l’UPR , tout parti politique annonçant la sortie de l’Europe est condamné ,les chiens de garde sont attentifs et ne laissent rien passé la dessus , activant tous les réseaux et tout les moyens seront utilisés pour contrer le Frexit .
    Trop d intérêt et d’argent en jeu .
    Le seul moyen d’y arriver , c est de l’intérieur , pas le choix , c est de la stratégie basique pourtant.
    Surtout quand on ne pèse rien , nada , peanuts .
    En montant au front comme cela , en se mettant a dos la doxa , ainsi que la majorité des français ,car malheureusement , pour l’instant , les français sont encore pro européen, certainement par peur , car 39 45 est encore dans les mémoires , vous irez toujours au casse pipe , et ferez 1%
    Si Asselineau ne l’ a pas compris , c est de la stupidité , s’il l’a compris et continu , alors c est que ca l arrange et la vous pouvez y coller tout les ignominie qui me passe par la tête et je plaint ses supporter .
    Prenons le pouvoir , virons les tordus et les malfaisants et avec une assise électorale , le consentement des francais ,et l’accès au dossier nous verrons bien ce que nous ferons de l Europe .
    Mais cracher sur Melenchon ne fera pas votre élection .


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 avril 2018 22:02

      @Nominix
      tout parti politique annonçant la sortie de l’Europe est condamné

      Il me semble que récemment, les Britanniques ont voté pour le Brexit, non ?
      Vous deviez être distrait.... Le Brexit invalide toutes vos salades euro atlantistes, c’est le début de la fin que vous refusez de voir. 

       


    • Nominix 11 avril 2018 22:56

      @Fifi Brind_acier

      Lol Brexit ? quel Brexit ?
      Le temps que ça se termine la discussion , ils auront fait revenir le bon peuple dans le droit chemin ,une bonne guerre, ça calme tout le monde 

    • Nominix 11 avril 2018 23:13

      @Nominix

      ou le risque d’une bonne guerre , ce qui revient au même d ’ailleurs , ce qui compte c’est le sentiment de peur que cela procure .
      Je les entend bientôt , < allons revenez , vous avez mal agi , mais on vous pardonne , l"Europe c est la paix , c est la sécurité >
      C est dans les tuyaux , soi disant les anglais regrettent leurs choix déjà .
      Et de plus , le sujet est sur le Frexit , les anglais n ’ on jamais été vraiment européen 
      Je suis comme vous Fifi , je veux sortir de ce bordel , mais votre méthode est juste , disons , comment dire sans vous froisser , contre-productive .

    • malitourne malitourne 11 avril 2018 23:24

      @Nominix
      Et vous proposez quoi ?


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 11 avril 2018 23:34

      @Nominix

      "Vous n avez pas encore compris a l’UPR , tout parti politique annonçant la sortie de l’Europe est condamné ,les chiens de garde sont attentifs et ne laissent rien passé la dessus , activant tous les réseaux et tout les moyens seront utilisés pour contrer le Frexit « Si on a compris depuis longtemps que ceux qui ont le pouvoir... ont le pouvoir (tautologie) et qu’il ne veulent pas entendre parler de la sortie de l’UE. Ils mettent tout ce qui est en leur pouvoir en jeu pour cela. Fort bien ! Brillante analyse ! On est tous d’accord là dessus. Est-ce une raison pour capituler ? Est-ce une raison pour dire à ceux qui ont le pourvoir : garder-le, ce serait trop pénible pour nous d’essayer de vous en priver ? Certainement pas.

      Mais la conclusion à laquelle vous vouliez arriver est un peu plus vicieuse :
       »Le seul moyen d’y arriver , c est de l’intérieur , pas le choix , c est de la stratégie basique pourtant« 

      Le »c’est de l’intérieur« signifie qu’il ne faut pas sortir de l’UE pour combattre l’UE. Comme ça on est sûr d’être d’accord avec eux. Et on apprécie le »pas le choix« . On n’aurait pas le choix. Il faudrait capituler : arrêter de se battre pour le Frexit. Finalement on avait bien compris que c’est la »stratégie basique« de la FI. Eh bien voyez vous à l’UPR on a une autre »stratégie basique« on va se battre pour le Frexit. Mais ceux qui prônent la capitulation feraient bien de le dire haut et fort à la mode Mélenchon pour que tout le monde le sache ça nous arrangerait bien.

       »car malheureusement , pour l’instant , les français sont encore pro-européens" Alors pourquoi ont-ils voté non au référendum de 2005. Même Macron a dit que les français voteraient probablement pour le Frexit si on leur posait la question. Ca lui a échappé et il a essayé de se reprendre. C’est pourquoi il est dorénavant quasiment interdit de faire des référendums dans l’Union Européenne. Ils n’ont pas encore pondu un article de traité pour ça mais nul doute que ça viendra !
      Bref ! votre affirmation, sortie dont ne sait d’où, a du plomb dans l’aile.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 11 avril 2018 23:43

      @Nominix
      « Le temps que ça se termine la discussion , ils auront fait revenir le bon peuple dans le droit chemin » Vous êtes en retard. Tous vos amis anti-Brexit, anti-Frexit ont abandonné ce genre d’argument. Ils savent que si les anglais recommençaient aujourd’hui leur référendum il y aurait encore plus de voix pour le Brexit. Ce Brexit est déjà opérationnel à 50%.
      Evidemment, il vous reste à essayer de faire peur « une bonne guerre, ça calme tout le monde » mais le risque de guerre il vient de l’existence de l’UE. C’est connu « L’Europe c’est la paie » pour les fonctionnaires de Bruxelles et les députés européens mais c’est la menace de guerre pour les peuples d’Europe.


    • Nominix 12 avril 2018 00:13

      @Jean Dugenêt

      Décidément , vous avez la comprenette difficile a l UPR , , désolé de vous le dire , ou vous le faites exprès ?
      Arrêtez de vous en prendre a la fI , vous voulez tout changé a contre courant des faits .
      Je répète , l ennemi pour moi et les gens de la FI , ce n’est pas l’UPR, ce sont tout ces corrompus et traites a leurs pays , qui l ont vendu petit a petit a la finance .
      Les choses changent lentement , les mentalités aussi , il faut savoir laisser murir un projet , les français ne sont pas encore prêt a sortir de l Euro ,mais cela va changer , car ils en prennent de plus en plus dans la gueule ;
      J ai écouté un peu Asselineau , franchement , son discours et son programme se rapproche vraiment de celui de la FI .
      Mais pour changer les choses , il faut gagner les élections , c est une lapalissade , peut être , mais c est une réalité ..
      Le combat de l’intérieur , c est gagné les élections , même si l’on doit rester flou sur certains sujet , notamment le sujet de l Europe et une fois au pouvoir , on met les cartes sur la table , en montrant les faits et les preuves de la duplicité des anciens dirigeants et on consulte le peuple .
      Il faut jouer finaud , le but c est de prendre le pouvoir , pas d être éternellement dans l’opposition . .


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 12 avril 2018 07:07

      @Nominix
      Vous prenez vos désirs pour des réalités.
      Ce n’est pas le cas des dirigeants européens qui marchent sur des oeufs...
      L’Europe part en barigoule ! Il n’y a que les europhiles pour ne pas le voir.


      En 2016, l’UE a perdu 3 référendums. Plus le Brexit.

      Les élections en Autriche, en Italie récemment, font faire des cauchemars à Bruxelles. Orban vient d’être réélu massivement.

      Et ce n’est qu’un début, 2018 et 2019, il y a plein d’élections en Europe...


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 12 avril 2018 07:15

      @Nominix
      Mais pour changer les choses , il faut gagner les élections

      L’UPR a toujours été d’accord pour faire des alliances avec d’autres Partis !
      Mais ils sont tous opposés à la sortie légale de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN, qui est la base du programme de l’ UPR.

      Jouer finaud, c’est mentir, c’est prendre les Français pour des imbéciles.

      Les Partis, comme le FN et la FI qui ont fait croire qu’ils sortiraient de l’ UE ou de l’euro, ont été obligés de clarifier leurs propositions et perdent en crédibilité.

      Nous vous laissons à vos magouilles, tromper les électeurs finit toujours par se payer, voyez Hollande « l’ennemi de la finance » ... !


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 12 avril 2018 21:51

      @Nominix

      « Mais pour changer les choses , il faut gagner les élections , c est une lapalissade , peut être , mais c est une réalité .. » Ce n’est ni une Lapalissade ni une réalité. Je me répète une fois de plus. Déplacez vous dans le temps et dans l’espace. Observez les changements importants qui arrivent dans divers pays. Il y en a à foison. En voyez vous beaucoup qui sont le résultat d’une élection. Pratiquement jamais. Avec cependant, je l’admets une petite nuance : il arrive qu’une élection ait un rôle déclencheur ou un rôle secondaire dans un changement important. Cependant, pour l’essentiel, ce ne sont pas des élections qui font évoluer les situations. Regarder si vous le voulez l’histoire de la France depuis la Libération. Qui y a-t-il eu comme changement important ? Un coup d’Etat en 1958 certes suivi d’élections mais c’est le coup d’Etat qui a provoqué le changement. Gréve générale de mai 1968 : le pouvoir vacille mais finit par reprendre la main en laissant d’énormes avantages aux masses laborieuses. Ca c’était un vrai changement ! La présidentielle de 1981 (c’est une élection) suscite d’énormes espoirs mais ne change rien. Le peuple s’en remet à un traitre pour faire les changements espérer : échec évident. Le traitre et son gouvernement les entubent tous. Dans son gouvernement il avait un ministre de l’enseignement professionnel. Vous voyez de qui je veux parler.
      « Il faut jouer finaud , le but c’est de prendre le pouvoir » Je me répète encore : le but c’est que « le peuple prenne le pouvoir » ou que « la démocratie soit rétablie » ou que « le peuple prenne son destin en main ».


    • Legestr glaz Ar zen 13 avril 2018 23:33

      @Nominix


      Vous écrivez : « nous verrons bien ce que nous ferons de l Europe ». 

      Et bien, vous appliquerez la Constitution en cours, celle de la 5ème, et vous obéirez aux traités signés par la France qui ont une force supérieure aux lois nationales. Vous n’aurez pas le choix de désobéir, parce que désobéir aux traités est contraire à la Constitution. Et si vous voulez changer de Constitution, il faudra que plus de 50% du corps électoral l’accepte. Et si le corps électoral l’accepte, la nouvelle Constitution entrera en conflit frontal avec l’UE et la France n’aura pas d’autre choix que de sortir de l’UE ! 

      Comprenne qui veut ou qui peut. 

  • logan 11 avril 2018 20:41

    Est toujours vu comme impossible pour un imbécile ce qui dépasse son entendement ...

    Asselineau vous met des croyances simplistes dans la tête, c’est lui qui vous enfume totalement.
    Posez-vous la question de ce qui se passera après la sortie de l’UE, que deviendront les accords avec les autres pays signés dans le cadre de l’UE ? Et ceux aussi qui ont été passés en dehors de l’UE ? C’est l’angle mort d’Asselineau parce qu’il veut vous faire oublier qu’il est tout aussi libéral que les autres et que les autres pays ne cesseront pas d’être néo libéraux une fois qu’Asselineau aura sorti la France de l’UE.

    La FI défend une autre organisation de l’UE et des échanges internationaux, ce qu’Asselineau n’a pas ... La stratégie européenne de la FI a un sens, là où vous voyez une contradiction il y a des raisons objectives et intelligentes. Asselineau apporte uniquement de la confusion avec ses obsessions et ses simplifications abusives de ce que défendent les autres camps politiques.


    • GrandGuignol GrandGuignol 11 avril 2018 22:57

      @logan

      pour info : Le jour d’après


    • Nominix 11 avril 2018 23:47

      @GrandGuignol

      désolé 3h40 , un mélange d’histoire de France et d’information actuelle , c’est trop pour moi et je pense ,pour la plupart des français .
      Cet homme se disperse trop , rentre trop dans le détail pour rien . 
      Je ne dis pas que son travail est inutile , mais il faut qu’il factualise plus s’il veut se faire entendre .
      Je comprend d’autant mieux son score a la présidentielle ,.
      Un meneur se doit aussi de faire rêver s’il veut se faire élire , c’est un peu lamentable mais c est comme ça .
      Et je le répète , arrêtez de vous en prendre a la FI , je ne comprend pas votre stratégie , vous vous trompez d’adversaire, ou alors peut être , est ce votre seule façon d’exister ?

    • GrandGuignol GrandGuignol 12 avril 2018 00:26

      @Nominix
      Oui FA se disperse un peu trop, la remarque lui a été faite et dorénavant il synthétise un peu plus, mais bon cela reste un de ses défauts.

      Ce n’est pas s’en prendre à la FI que de dire que son programme est inapplicable dans l’UE, d’autant que je pourrais peut être voter FI si Mélenchon proposait la sortie de l’UE (on peut toujours rêver), euro par l’art 50 en toute légalité et non en jouant les Don Quichotte à vouloir réformer l’UE ou à vouloir braver les traités mais rester quand même dans l’UE.
      Si les peuples européens membres de l’UE désiraient vraiment une politique sociale, les partis comme la FI seraient majoritaires dans ces pays et vous conviendrez avec moi que pas un pays(L’Italie peut être) de cette UE n’est gouverné par un parti politique de gauche ( style Mélenchon), alors dites moi comment fédérer les peuples de l’UE ?
      Pour moi cela reste un mystère.
      Le piège de braver les traités est de se perdre durant des années en confrontations non seulement avec l’UE elle même, mais aussi avec tous les états membres qui ne voudront pas adopter les plans de restructuration de l’Ue que proposera Mélenchon. Des sanctions et pénalités pleuvront, des rivalités et jalousie s’ensuivront obligatoirement.
      A la fin si personne ne suit le mouvement de la FI en bravant les traités, Mélenchon n’aura plus d’autre choix que de capituler ou sortir de l’UE.....que de complications inutiles, la GB elle n’a pas pus renégocier, elle n’a pas bravé les traités et a utilisé la clef de sortie légale et qui ne peut que convenir à tous puisque ratifié dans les traités européens, à savoir l’art 50.


    • GrandGuignol GrandGuignol 12 avril 2018 00:47

      @Nominix
      la stratégie d’avancer masqué me parait un peu légère.
      Mélenchon, député européen depuis des années, sait très bien comment fonctionne l’Ue et les conséquences désastreuses des articles des traités européens pour la France.
      n’aurait il jamais lu ces articles ?
      En 2012 je suivait le FdG et mélenchon et de ce temps l’UE n’était absolument pas une question de fond de ce parti, tout était orienté sur le programme et rien de rien sur l’UE !
      C’est en découvrant les analyses de l’UPR que j’ai compris la supercherie.
      aujourd’hui, Melenchon est devenu eurosceptique, la faute à qui croyez vous ?


    • GrandGuignol GrandGuignol 12 avril 2018 00:53

      @Nominix
      rectif :
      eurosceptique n’est pas le mot approprié puisque faisant référence à l’euro je dirais, plutôt « critique de l’UE » et je maintiens , la faute à qui ?
      qui parle de Frexit ?


    • Nominix 12 avril 2018 01:22

      @GrandGuignol

      Mais franchement ,on s en fout de tout ca , car en attendant , ils continuent de nous saigner ,et je vais pas attendre que tout mon sang soit dans le baquet .
      Il faut prendre le pouvoir , sans lui , rien ne changera , je suis un pragmatique , il faut que cela change et pas dans 100 ans .
      Je vais dans le groupe le plus proche de mes idées et qui a une chance de gagner car tant que l on n’a pas le pouvoir , rien ne changera .
      Rien ne peut être pire que ce que l on subit maintenant .
      Il faut gagner les élections , créer une nouvelle république avec des représentants qui représente vraiment le peuple .
      La question de l Euro sera fixé par le peuple par consultation par la suite 
      Tout le reste c est de la littérature 
      Melenchon a 66 ans , il en aura 70 dans 4 ans , pour moi , il n est déjà plus l avenir de la FI , mais tant qu’il peut servir et que cela l’amuse , je prend .


    • GrandGuignol GrandGuignol 12 avril 2018 02:31

      @Nominix
      oui oui la révolution ! oui ! Allez go on y va de suite !
      Vous voulez que ça change rapidement, moi aussi, et le plus court est une sortie nette et franche comme la GB.

      Ok pas de souci, si vous ne voyez pas les paradoxes du plan A et du plan B et que vous foutez des incohérences surtout, faites ce que bon vous semble.

      j’en ferais de même.

      bonne nuit.


    • GrandGuignol GrandGuignol 12 avril 2018 02:33

      @GrandGuignol

      rectif :

      et que vous vous foutez des incohérences surtout,...


    • GrandGuignol GrandGuignol 12 avril 2018 02:35

      @GrandGuignol

      rectif :

      vous vous foutez des incohérences surtout


    • GrandGuignol GrandGuignol 12 avril 2018 02:37

      @GrandGuignol
      désolé pour le doublon


    • logan 12 avril 2018 06:18

      « Pour moi cela reste un mystère ».
      Ben je peux vous répondre.
      Il existe des tas de domaines politiques qui dépassent le seul cadre national et qui sont parmi les domaines les plus importants. ( partage des ressources naturelles, agriculture, économie, finance, militaire, migrations, écologie, travail, droit international, justice etc .. )
      A cause de cela, si nous ne nous entendons pas avec les autres pays, nous subirons les conséquences de leurs politiques dans ces domaines sans rien pouvoir y faire.
      En quoi seront nous souverains si nous devons subir des contraintes extérieures qui vont à l’encontre des politiques que nous défendons ?
      Asselineau vous fait croire que d’un coup de baguette magique une fois sorti de l’UE hop il va réussir à convaincre tous les pays du monde de s’aligner sur les choix français mais il ne fait qu’évacuer la question et repousser aux calendes grecques les inévitables confrontations avec les autres pays de l’UE, car ce sont nos voisins et donc les pays avec lesquels nous avons le plus d’interdépendances, de la même manière que Mélenchon aura à y faire face.


    • logan 12 avril 2018 06:35

      Un combat politique qui doit être mené dans tous les cas.
      Stratégiquement, nous avons intérêt à l’intérieur de l’UE plutôt qu’en dehors, car si nous n’arrivons pas à faire évoluer les choses, nous aurons la preuve qu’on ne peut pas faire autrement que de sortir de l’UE et cela facilitera nos tentatives de reconstruire qqchose d’autre avec d’autres pays européens derrière.
      Et aussi parce que la monnaie unique nous protège contre les attaques spéculatives sur la monnaie.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 12 avril 2018 07:25

      @Nominix
      Les conférences d’Asselineau sont longues, il faut les regarder par morceaux, en prenant des notes, tellement ce qu’il explique est différent de ce qu’on entend habituellement. Si vous préférez les formats courts, pas plus de 10 minutes, vous avez « L’UPR en Bref », sur des tas de sujets.


Réagir