mardi 10 avril 2018 - par Jean Dugenêt

François Asselineau versus Jean-Luc Mélenchon

François Asselineau est pour le Frexit et Jean-Luc Mélenchon est contre. L’essentiel est ainsi dit. Voilà ce qui différencie les deux hommes et les organisations qu’ils dirigent : l’UPR et la « France Insoumise ». Les réformes proposées par la France Insoumise dans son programme sont inapplicables sans sortir de l’Union Européenne. Voici notamment celles du fameux plan B : « Stopper la contribution de la France au budget de l’Union européenne ». « Réquisition de la Banque de France pour reprendre le contrôle de la politique de crédit et de la régulation bancaire, et pour envisager un système monétaire alternatif ». Qui va croire que cela serait possible sans sortir de l’UE alors qu’une simple réformette comme une modification de la directive des travailleurs détachés est impossible. Souvenons-nous pourtant des interventions à ce sujet lors de l’unique confrontation des candidats à l’élection présidentielle et de leurs belles promesses. Emmanuel Macron s’est ridiculisé dans les pays de l’Europe de l’Est en essayant de la changer et Jean-Luc Mélenchon ne pourrait pas faire mieux. Seul, François Asselineau nous avait prévenu que c’était impossible.

Une conséquence immédiate de ce refus de sortir de l’UE est l’enfumage permanent des discours de Jean-Luc Mélenchon qui promet tout ce qu’il veut alors qu’en fait nous ne pouvons attendre de sa politique que ce que les grecs ont eu avec Tsipras. Eux-aussi, ont entendu la belle musique des discours et des promesses mais ils ont vu depuis où cela les a menés. Seul François Asselineau dit clairement ce qu’il veut faire et il est le seul à donner les moyens qui permettront de progresser. Rien n’est valablement possible sans commencer par la sortie de l’UE, de l’euro et de l’OTAN. En refusant la sortie de l’UE, Jean-Luc Mélenchon canalise vers une impasse le mécontentement des militants de gauche en laissant penser qu’ils vont pouvoir faire autant de réformes démocratiques et sociales qu’ils le veulent. Il est exactement l’opposant de gauche dont l’UE a besoin.

Il y a certes des militants de la France Insoumise qui ont un regard critique sur Jean-Luc Mélenchon mais la plupart le défendent et les autres n’ont nullement engagé d’actions pour que le Frexit soit inscrit dans leur programme. Les défenseurs acharnés de Jean-Luc Mélenchon ne sont guère capables d’expliquer pourquoi ils se heurtent à ce refus de sortir de l’UE alors, plutôt que de tenter l’impossible, ils appliquent l’adage qui dit que « la meilleure défense, c’est l’attaque ». Ils essaient de discréditer le seul qui prône clairement le Frexit. Ils s’en prennent à François Asselineau en expliquant qu’il est de droite voire même d’extrême droite puisqu’il a fréquenté Jean Tibéri et Charles Pasqua. Comme si l’orientation politique des uns ou des autres se propageait par contact comme une maladie contagieuse. Les fréquentations que François Asselineau a pu avoir ne permettent en rien de conclure quoi que ce soit sur son orientation actuelle. Les choix politiques peuvent évoluer. Et, à ceux qui voudraient jouer à ce jeu-là, il faut rappeler que Jean-Luc Mélenchon reste un admirateur non repenti de François Mitterrand et qu’il fut un de ses collaborateurs à une époque où celui-ci fréquentait encore René Bousquet et où il allait tous les ans fleurir la tombe du Maréchal Pétain. La différence entre les deux c'est que l’un avoue s'être trompé alors que l’autre ne renie rien et continue à encenser son idole. François Asselineau dit notamment « Je me suis fâché avec M. Pasqua (…) j’avais été cocu, berné » tandis que Jean-Luc Mélenchon continue à clamer son admiration pour François Mitterrand (Voir nos deux vidéos « François Asselineau s’explique sur ces relations avec Charles Pasqua » et « Un exemple de ce que dit Jean-Luc Mélenchon à propos de son maître à penser »).

Ceux qui veulent s’attaquer à François Asselineau ne s’arrêtent pas là. Il paraît que les moins délicats ont fouillé dans ses poubelles. Les plus délicats ont épluché la déclaration sur l’honneur de patrimoine qu’il a faite en tant que candidat à l’élection présidentielle. Bien évidemment, ils ne disent pas un mot de celle de Jean-Luc Mélenchon. Toutes les déclarations peuvent encore être consultées sur le site de FranceTvInfo. C’est sûr, François Asselineau n’est pas plus miséreux que Jean-Luc Mélenchon mais il ne l’est guère moins. Ils appartiennent tous les deux à une classe de privilégiés sans pour autant appartenir à celle des exploiteurs. La fortune déclarée de Jean-Luc Mélenchon s’élève à 965 488,4€ et celle de François Asselineau à 1 137 398,39€. Fournir le détail des propriétés de l’un ou de l’autre n’apporte rien de plus si ce n’est qu’une énumération par une impression d’accumulation donne un effet de majoration. Nous avons ainsi, pour ceux que ce jeu amuse, une vidéo qui détaille l’actif de Jean-Luc Mélenchon (vidéo intitulée « La fortune de JL Mélenchon exhibée. Procédé condamnable mais leçon nécessaire »). Ils ont en commun d’avoir pu économiser un capital puisqu’ils ont de gros salaires. Il y a cependant une différence fondamentale entre les deux. François Asselineau a un gros salaire de fonctionnaire et Jean-Luc Mélenchon un gros salaire de politicien professionnel. Or, parmi les réformes démocratiques voulues par l’UPR, il y a le désir d’en finir avec un système qui permet le carriérisme chez les politiciens. Ils ont d’ailleurs sur d’autres points des options très différentes en ce qui concerne les rapports entre le l’argent et la politique. François Asselineau est, par exemple, partisan d’interdire les emprunts bancaires pour financer des campagnes électorales et Jean-Luc Mélenchon a emprunté 8 millions d’euros pour financer sa campagne présidentielle. Il n’y a absolument rien à reprocher à François Asselineau. C’est un énarque de haut niveau qui, contrairement à beaucoup d’autres, met tout son talent au service d’une juste cause qui n’est aucunement rémunérée. Il a cependant, et indépendamment de la cause qu’il défend, un des plus hauts salaires qu’un fonctionnaire puisse avoir. C’est logique puisqu’il a un des plus hauts grades de la fonction publique. En tant qu’inspecteur général des finances, il a d’ailleurs droit à un salaire bien plus élevé que celui qu’aurait Emmanuel Macron s’il se contentait d’exercer sa fonction de simple inspecteur des finances en début de carrière. Si le fric était la principale préoccupation de François Asselineau, il gagnerait assurément beaucoup plus et le fait qu’il ait accumulé un certain capital prouve qu’en voulant sortir de l’Euro il ne pense aucunement que cela ruinera les petits épargnants. Il reste qu’en comparant les sources de revenu et le patrimoine de l’un et de l’autre le perdant est le politicien carriériste.

Que reste-t-il aux détracteurs de François Asselineau ? Bien peu de choses. Certains se plaisent à rappeler qu’il avait été brocardé à la suite de la confrontation entre les 11 candidats à la présidentielle pour avoir cité les références avec leur numéro des articles de traités ou de constitutions. Ce genre de critique venait davantage de comiques troupiers que de brillants analystes de la politique et quelques temps plus tard, des personnes un peu plus sérieuses, comme le philosophe Michel Onfray et la journaliste Natacha Polony, ont exprimé que cela était très intéressant (voir notamment sur YouTube les deux vidéos : « Michel Onfray et Natacha Polony balancent tout sur François Asselineau » et « Le phénomène François Asselineau vu par Michel Onfray #2 »). François Asselineau a en effet donné une grande leçon d’instruction civique qui a été profitable à beaucoup. Il est utile de savoir qu’il y a un article qui prévoit la sortie en deux ans de l’UE ne serait-ce que pour comprendre comment s’effectue actuellement le Brexit,. Il est bien utile aussi de savoir que les traités de l’UE sont bouclés de telle sorte qu’il ne soit pas possible de les modifier et qu’il y a des articles pour cela. Utile aussi de savoir qu’un article de la constitution de la Vème république stipule que le Président de la République est le garant de l’application des traités. Les candidats qui disent qu’ils ne vont pas respecter les traités doivent préciser leur position à cet égard. Intéressant aussi de savoir que la France est liée au reste du monde par des milliers de traités et non pas seulement par ceux qui sont concernés par le Frexit. Bref ! Nous devons tous beaucoup à François Asselineau et il ne fallait pas compter sur Jean-Luc Mélenchon pour nous éclairer sur ces sujets. François Asselineau s’adresse à l’intelligence des français tandis que Jean-Luc Mélenchon fait de l’enfumage. Ce sont deux activités incompatibles.

François Asselineau est un homme parfaitement intègre et, vu le pouvoir qu’ont ses adversaires, il est certain que s’il y avait le moindre petit reproche à lui faire la presse aux ordres n’aurait pas manqué d’y faire écho. C’est encore un point sur lequel la comparaison avec Jean-Luc Mélenchon est, sans appel possible, en sa faveur. Nous renvoyons les lecteurs à notre autre article : « Un dossier à charge contre François Asselineau ». Nous sommes conscients que les admirateurs de Jean-Luc Mélenchon confrontés aux faits exposés dans ce dossier sont souvent bloqués par le phénomène de la dissonance cognitive. Celle-ci survient quand des personnes sont confrontées à une information qui n'est pas cohérente avec leurs croyances. Leur besoin de rétablir une cohérence les amène à rejeter ou à réfuter l’information plutôt qu’à remettre en question leurs croyances et elles recherchent alors le soutien d’autres personnes qui partagent les mêmes croyances. Les croyances partagées par tous les membres d’un groupe deviennent, pour le groupe, des vérités. Il est bon alors de se réconforter entre incrédules. Nous sommes ici dans le cas prototypique signalé notamment sur le site web « La Toupie » : « Les partisans d'un homme politique dont on dénonce des pratiques malhonnêtes ne les croient pas et remettent en cause la bonne foi et l'honnêteté de ceux qui les révèlent. Parfois, ils se censurent mentalement et font comme si les révélations n'avaient jamais existé ». On se souvient d’ailleurs qu’au début de l’affaire DSK ses fans du PS avaient expliqué qu’il ne pouvait s’agir que d’un complot ourdi par les forces réactionnaires pour se débarrasser de leur candidat aux présidentielles. Nous sommes confrontés ici au même phénomène. Si les fans de Jean-Luc Mélenchon ont déjà du mal à admettre que la personnalité de leur leader ne correspond guère à l’image qu’il veut donner avec ses discours et son accoutrement vestimentaire alors il leur sera impossible de comprendre qu’ils se font enfumer par lui. Cela est dramatique car le choix entre François Asselineau et Jean-Luc Mélenchon c’est aussi le choix entre la possibilité pour le peuple français de prendre en main son destin ou celui de sombrer dans la même catastrophe que les grecs avec Jean-Luc Mélenchon à la place d’Alexis Tsipras.

 



331 réactions


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 12 avril 2018 08:33

      @Nominix

      Si j’ai bien compris vous ne voyez d’évolution possible que par une victoire électorale aux présidentielles puisqu’avec la Ve république c’est la seule élection qui compte. Vous avez raison de penser que FA n’a aucune chance d’être élu en 2022 et, dans cette perspective, vous ne voyez pas d’autre solution que de faire élire JP Mélenchon (ou un remplaçant).
      Une petite remarque d’intérêt secondaire concernant JL Mélenchon. Avec comme modèle F. Mitterrand il sera loin de se considérer comme usé à 70ans et ne cédera pas sa place à un remplaçant.
      Revenons à l’essentiel. C’est votre hypothèse de départ qui est fausse. C’est celle qu’on retrouve partout. C’est l’existence qui génère la conscience et non l’inverse. En 1788 tout le monde pensait qu’il y aurait éternellement un roi pour diriger la France. Le siècle précédent n’avait connu que Louis XIV et Louis XV. Un an plus tard éclatait la révolution. Quel rapport ?
      Depuis 1958 nous vivons sous la Ve république. Cela fait 60ans que tout le monde ne voit de changement possible qu’avec la prochaine élection présidentielle. C’est l’idée commune générée par l’institution elle-même, reprise par tous les journalistes et les politiciens. Cette idée est entièrement fausse. C’est celle à laquelle tiennent ceux qui veulent que le système se perpétue. Ceux qui veulent une VIe république devraient être les premiers à l’abandonner. Déplacez vous dans le temps et dans l’espace. Regardez tous les changements qui s’opèrent dans les pays de la planète. Il y en a à foison. Voyez vous un véritable changement advenir à la suite d’une élection ? Non. Et pourtant c’est un changement de grande ampleur que vous voulez pour arriver à votre VIe république.
      Deuxième remarque : l’expression « Il faut prendre le pouvoir » doit être précisée. Qui doit prendre le pouvoir ? La FI ? JLM ? Non. L’expression qui convient est « le peuple doit prendre le pouvoir » ou « il faut retrouver la démocratie » ou encore « le peuple doit reprendre son destin en main »... Et la première chose à faire pour cela c’est de se débarrasser de la tutelle de l’UE. C’est le Frexit. J’ai bien compris que pour vous le but est davantage la VIe république que le Frexit mais il est impossible d’y arriver sans mettre en avant en premier le mot d’ordre du Frexit qui est rassembleur. Que se passera-t-il après le Frexit ? Personne n’est en mesure de le dire. L’UPR propose le programme du CNR qui me convient. Le programme de la FI me conviendrait s’il était applicable. Le programme d’Union de la Gauche (trahi par Mitterrand, Mélenchon et consort) n’était pas mal.


    • GrandGuignol GrandGuignol 12 avril 2018 11:49

      @logan

      "A cause de cela, si nous ne nous entendons pas avec les autres pays, nous subirons les conséquences de leurs politiques dans ces domaines sans rien pouvoir y faire.« 

      C’est ce qui arrivera si on brave les traités européens, croyez vous que tous vont s’entendre sur un programme national de gauche radicale ? croyez vous que de braver les traités va favoriser nos relations ? je pense que ce sera le contraire qui se produira.

      je suis d’accord que des domaines commun existent, mais rien ne s’opposera à recréer des relations avec les autres pays de l’UE.
      La majorité au sein de l’UE ne veut rien changer, faisons le avec ceux qui le veulent mais en gardant notre indépendance souveraine puisque il s’avère presque impossible de changer l’UE (art 48, unanimité des états membres).

       »Asselineau vous fait croire que d’un coup de baguette magique une fois sorti de l’UE hop il va réussir à convaincre tous les pays du monde de s’aligner sur les choix français mais il ne fait qu’évacuer la question et repousser aux calendes grecques"

      Mais pas du tout, désolé, mais FA dit simplement que la France pourra une fois la sortie de l’UE effectuée, lier des relations, échanges, coopérations avec tous les pays du monde, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui puisque l’Ue sous l’emprise de l’OTAN sanctionne la Russie ainsi que d’autres pays avec qui nous n’avons personnellement aucun grief.

      L’Angleterre subit elle un blocus des pays de l’UE après avoir utilisé le seul moyen légal de sortir de l’UE ?

      Nous conservons au delà des accords avec l’UE, des milliers contrat, traités et autres échanges dans le monde, on ne sera donc pas isolé, les affaires sont les affaires et elles se fichent pour la plupart que la France sorte de l’UE ou pas.


    • logan 12 avril 2018 13:45

      @GrandGuignol
      Le but n’est pas de faire adhérer les autres pays à un programme, mais de défendre des propositions qui vont dans l’intérêt de tous les pays et tous les peuples et qui sont parfaitement acceptables à partir du moment où on accepte de remettre en cause le dogme libéral. Pour info ce qu’on défend en matière de relations alternatives a déjà historiquement été accepté par tous les pays membres de l’ONU de l’époque sauf les états-unis (cf charte de la havane). La possibilité d’emprunter directement à la banque centrale nous sommes prêts à faire des compromis en l’encadrant de manière à rassurer les plus frileux en matière de coopération monétaire entre les états et tout ce qui concerne les institutions et de démocratie nous sommes confiants sur le fait que les peuples pousseront avec nous dans ce sens, le but étant de les rendre plus démocratiques et respectueuses des souverainetés nationales.
      Quand aux relations on verra bien cela fait partie de la guerre d’opinion, il n’ y a rien de permanent c’est réversible, c’est le temps de prendre des décisions donc non rien avoir comme situation. Quitter l’UE unilatéralement ça c’est irréversible et notamment sur les relations.

      "Mais pas du tout, désolé, mais FA dit simplement que la France pourra une fois la sortie de l’UE effectuée, lier des relations, échanges, coopérations avec tous les pays du monde,"

      C’est ce que je disais évacuation d’une main et on verra aux calendes grecques. Comment va-t-il faire pour convaincre les autres pays de cesser de faire des politiques déloyales ou néfastes ? Surtout après avoir quitté l’UE comme un sauvage ?
      Justement nous on propose de changer les rapports de force en se battant dans l’UE d’abord.

      L’Angleterre ne subit rien du tout car c’est un BREXIT de droite et d’extreme droite ils ne menacent en rien les intérêts des oligarchies des autres pays.
      Par contre tout gouvernement menaçant leurs intérêts doivent s’attendre à subir le pire de leur part.
      Imaginez le ministre des finances d’un gouvernement FI il va se retrouver devant une institution nationale ( ministères ) avec leurs fonctionnaires totalement hostiles qui voudront lui faire la peau et le contraindre à faire ce que eux veulent. Les accords que nous conservons ne nous conviennent pas.


    • GrandGuignol GrandGuignol 12 avril 2018 16:13

      @logan
      "La possibilité d’emprunter directement à la banque centrale nous sommes prêts à faire des compromis en l’encadrant de manière à rassurer les plus frileux en matière de coopération monétaire entre les état...« 

      Alors là si la Fi arrive au pouvoir et arrive à renégocier la possibilité d’emprunter à la banque centrale je mange mon chapeau...Vous pensez qu’ils vont accepter que les états nations n’empruntent plus aux banques privées ? Que la dette cesse ? mais cette UE( lisez bien les articles des traités européens) a été conçue pour cela, pour endetter les nations et les tenir en laisse puis progressivement installer une dictature molle qui favorise les oligarques.
      Vous pensez réellement qu’il lâcheront le morceau.
      La FI sera alors Ultra Diabolisé dans tous les médias, Lepen passera à coté pour un ange.

      C’est bien gentil de parler des peuples mais ceux ci ont des gouvernements qui les enclavent et ne leur donnent pas la parole.
      En France une majorité de personnes est elle prête à suivre la FI ? non, même pas.
      Et que dire des autres états membres...
      Alors de là à révolutionner tous les peuple européens il y de la marge.

      je ne dis pas qu’une union des nations souveraines en Europe n’est pas souhaitable, je dis que cette UE est tellement corrompue des fondations au grenier, corruption qui se trouve à tous les niveaux et qui permet d’engraisser les gros poissons, que vous vous trouverez devant une opposition si forte qui vous forcera à renoncer.
      .
       »C’est ce que je disais évacuation d’une main et on verra aux calendes grecques... "

      Évacuation de quoi ? Vous croyez transformer tous les états membres qui sont plus que majoritaire en faveur de cette politique ultra libérale en Humanistes vertueux ?
      j’ai comme un sérieux doute.

      Comment va-t-il faire pour convaincre les autres pays de cesser de faire des politiques déloyales ou néfastes ?

      Si on sort de l’UE, les autres suivront bientôt , d’une part parce qu’il devront contribuer davantage aux frais de fonctionnement de l’UE qui se chiffre en milliards d’euros, d’autre part car lorsqu’il verront la France retrouver sa liberté et appliquer un programme social, ils ne voudront plus de cette UE. Si L’UE explose alors une nouvelle union non supranationale pourrait réunir des états européens afin que ceux ci repartent sur des bases solides et non corrompues.

      Surtout après avoir quitté l’UE comme un sauvage ?"

      Ben, dites moi, quand la Grèce à voulu renégocier et appliquer un programme de gauche, quels sont les peuples qui se sont soulevés ? A t’on vu des manifestations à l’échelle européenne ? Mélenchon hurlait à l’époque déjà à cette union des ^peuples et puis rien, rien que l’austérité pour la Grèce.
      Où est donc cette fraternité des peuples ? Moi je ne vois, en majorité, que de l’individualisme à tous les étages, tant au niveau des citoyens qu au niveau des états.


    • logan 12 avril 2018 17:11

      Actuellement il y a ce qu’on appelle dans les traités le pacte de stabilité. Le but de ce pacte est d’encadrer la monnaie unique afin de protéger les pays membres de l’UE contre des éventuels abus de la part d’un pays et les conséquences que cela aurait sur l’ensemble des pays qui utilisent la monnaie. Nous n’avons rien à la FI contre ce principe, nous ne sommes juste pas d’accord avec les critères sur lesquels ils le basent ( le déficit budgétaire et le taux d’endettement ). nous sommes tout à fait d’accord pour encadrer le recours aux emprunts directs auprès de la banque centrale européenne en le limitant par le taux d’inflation et à des montants qui sont raisonnables et qui dépendent évidemment du PIB du pays. Taux et montants étant négociables.
      Ce que l’on propose est un compromis, il n’est pas question de faire en sorte que les états n’empruntent plus aux banques privées mais de libérer la possibilité d’emprunter à la banque centrale. Ceux qui ont peur des effets de ces emprunts sur l’inflation nous diront quels taux d’inflation sont acceptables à leurs yeux et les montants auxquels ils veulent les limiter par rapport au PIB. Et ensuite on pourra négocier. On verra bien ce qui en ressort. Mais on ne peut pas quitter l’UE sans avoir fait les choses comme il faut avant, ce n’est pas comme cela que ça se passe dans la réalité. C’est pour cela qu’Asselineau passe pour un extrémiste et un marginal.
      Il y aura des opposants de partout, mais c’est déjà le cas, et cela fait partie de la politique, le but c’est de changer les rapports de force pour faire progresser les idées, pour qu’au final la balance penche en notre faveur, il n’y a que comme cela que l’on change les choses.
      Quand Asselineau vous fait croire que les choses changeront magiquement une fois sortie de l’UE c’est un menteur ou un idiot. Les choses ne changeront pas si on ne provoque pas les changements.
      Et la solution n’est pas d’espérer des arrangements avec des pays lointains, ce sont avec l’allemagne, le royaume uni, l’espagne, l’italie, la suisse, la belgique, bref nos voisins directs que nous commerçons, échangeons, nous sommes obligés de nous entendre avec eux, et nous ne pouvons échapper à des confrontations avec leurs gouvernements dans tous les cas.
      Je parle des peuples car les populations de chaque pays ne sont pas homogènes, même si Merkel s’accroche au pouvoir depuis des années, l’Allemagne est tout autant divisée que la France politiquement, et il y a des tas d’allemands qui en ont marre de Merkel. En menant le débat sur l’UE en restant dans l’UE nous pouvons nous appuyer sur ces gens pour relayer ce débat et ce dans toute l’UE en même temps. C’est la meilleure façon de procéder pour changer les rapports de force.
      Grâce à ces débats nous aurons déjà une bonne connaissance des alliés sur qui on pourra compter pour refaire qqchose ensemble si on devait quitter l’UE.
      Je vous rappelle que la FI est partie de zero, et que nous avons fait peur à tout l’ordre établit en arrivant à réunir 20% des suffrages aux dernières élections présidentielles sur la candidature de Mélenchon, alors nous savons très bien qu’en se battant on peut faire changer les esprits, si vous n’y croyez pas alors vous êtes dans l’incohérence totale en soutenant Asselineau qui a fait 0,7%.
      Ce qui vaut à cette échelle vaut à toutes les échelles même si au niveau européen c’est plus difficile effectivement car nous avons peu d’interactions politiques à notre niveau.


    • GrandGuignol GrandGuignol 12 avril 2018 18:24

      @logan
      "le but c’est de changer les rapports de force pour faire progresser les idées, pour qu’au final la balance penche en notre faveur, il n’y a que comme cela que l’on change les choses."

      c’est un discours déjà entendu depuis 30 ans, on change l’UE, une autre Europe, on renégocie.
      vous avez vu la quantité d’articles à renégocier, vous n’abordez là qu’une partie du volet économique.
      Qu’en est il des mouvements de capitaux et de la lutte contre les délocalisation et l’évasion fiscale :

      art 63 du TFUE :
      1. Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites.
      2. Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux paiements entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites.

      Comment allez vous renégocier cet article, et quand est il des dizaines d’autres articles à modifier ??
      Ne vous fâchez pas mais avant que vous ayez tout renégocié en accord avec les autres états membres de l’UE et que la balance penche en votre faveur, on sera en l’an 3000 après Sarkozy.

      "Quand Asselineau vous fait croire que les choses changeront magiquement une fois sortie de l’UE c’est un menteur ou un idiot. Les choses ne changeront pas si on ne provoque pas les changements.« 

      Asselineau ne dit pas que les choses changeront par magie, mais en se dégageant des articles des traités européens ;de l’euro, et de l’OTAN, on retrouve une marge de manœuvre plus large qui permettra rapidement de pallier aux urgences du moment qui ne feront que s’aggraver durant les décennies de pourparler qu’il faudra pour voir une »autre Europe".

      Le fait de sortir de l’UE, euro, OTAN est déjà un changement majeur : fin de la politique d’austérité, fin de guerres illégales, retour vers plus de démocratie, fin du bradage de la France, des ses services publics et de sa culture, fin des OGM et pesticides néfastes à l’environnement, fin du contrôle total des médias par les oligarques, etc , etc , etc, voir le programme de l’UPR. et cela en moins de 2 ans.

      Une étude de l’économiste Jacques Sapir démontre que la sortie de l’euro provoquerait un retour à l’emploi de plus de 1,5 millions de personnes en France.
      N’étant pas économiste sans pour autant n’y rien comprendre, je ne ferais donc pas le détail de son étude et la tient pour valable d’autant que Vincent Brousseau économiste de l UPR (15 ans à la BCE quand même) arrive à peu prêt à la même conclusion.


      "Et la solution n’est pas d’espérer des arrangements avec des pays lointains, ce sont avec l’allemagne, le royaume uni, l’espagne, l’italie, la suisse, la belgique, bref nos voisins directs que nous commerçons, échangeons, nous sommes obligés de nous entendre avec eux, et nous ne pouvons échapper à des confrontations avec leurs gouvernements dans tous les cas.« 

      En dehors des traités européens relatifs à l’union européenne, la France a encore des centaines d’autres traités avec les pays européens, mais aussi dans le monde. la France à aussi des milliers d’accords avec tous ces pays. Les relations entre les états se poursuivront quand même au delà de la sortie de l’UE.

       »Je vous rappelle que la FI est partie de zero,"

      Quand même pas, l y avait le FdG allié aux communistes qui ont rejoint la FI.
      Et comment donc expliquez vous puisque,parti de zéro, que Mélenchon s’est retrouvé, comme par Magie, au devant de la scène et dans tous les médias, ?...mais ça c’est une autre histoire que le sieur Macron connait très bien.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 12 avril 2018 19:43


       »Je vous rappelle que la FI est partie de zero,« 

      Bonne réponse de @GrandGuignol.
      Il faut peut-être rappeler pourquoi la FI a du succès maintenant. Pourquoi les mécontents de la politique de l’UE mise en œuvre pas Macron se tourne vers JLM. C’est parce qu’il apparaît comme le seul opposant crédible après la déconfiture du PS et du PCF. Pourquoi ne se tournent-ils pas vers FA ? Parce que FA est inconnu. Alors pourquoi Mélenchon est connu ? Parce qu’il manie déjà très bien l’art de la trahison qu’il a appris chez son maître Mitterrrand. Il est connu grâce au PCF. Il s’est trouvé à un moment où le PCF venait de comprendre qu’il ne fallait plus qu’ils appellent à voter pour un candidat de leur boutique. Le PCF avait besoin pour faire un score un peu moins que minable aux élections de faire un semblant de politique d’alliance avec d’autres. C’est le moment qu’a choisi JLM pour faire son FdG et s’allier avec le PCF en étant le candidat unique. Grâce au PCF, il a été deux fois candidat aux présidentielles et le succès attendu par le PCF était au rendez-vous. Il a ainsi pu se faire voir en tant que plus »social" que le PS. Il a ainsi atteint la notoriété. Et, dès qu’il s’est senti assez fort, il a laissé tomber le PCF. Le moment opportun étant justement le moment où le PS s’est trouvé complètement déconsidéré. A-t-il seulement dit merci à ses ex-amis du PCF. Je ne le pense pas. Il leur a plutôt dit je vous e... C’est beau la politique politicienne. JLM est un champion. Il ira loin. Il veut être un Mitterrand-bis. Il en a toutes les qualités. Non la FI n’est pas partie de zéro. Elle est partie sur la base de la trahison de JLM envers ses ex-alliés du PCF.


  • Sparker Sparker 12 avril 2018 14:44

    Ass s’est pris un bourre-pif par gourdin à la télé, connaissait même pas les articles de la constitution.

    Les adeptes ici sont du même tonneau.

    https://www.youtube.com/watch?v=ZoArKJPTEq8


    • GrandGuignol GrandGuignol 12 avril 2018 15:28

      @Sparker

      Mais bon sang mais c’est bien sur !!!

      Purée Sparker ! Heureusement que vous êtes là j’ai failli rempiler pour la FI !

      Et Mélenchon connait il les articles des traités européens ?

      Si oui alors pas de doute, il vous enfume, sinon alors c’est quand même grave de donner son adhésion à un député européens qui ne connait pas les articles des traités européens et le fonctionnement de ’UE .


    • Sparker Sparker 12 avril 2018 15:41

      @GrandGuignol

      Vous êtes trop inconstant pour venir à la FI, vos perpétuelles hésitations vous trahissent.
      Affirmez ou réaffirmez vous et finissez par trancher.


    • GrandGuignol GrandGuignol 12 avril 2018 16:41

      @Sparker

      vous le prenez au 1er degré ? lol

      j’hésite ou ça ? au contraire c’est direct : sortie de l’UE, euro, OTAN = fin de l’austérité, des guerres illégales, retour à la démocratie et à la souveraineté de la France, application d’un programme social qui favorisera l’émancipation des autres états de l’UE

      C’est clair ?


    • GrandGuignol GrandGuignol 12 avril 2018 16:43

      @GrandGuignol
      rectif :

      «  ::application d’un programme social qui favorisera aussi l’émancipation des autres états de l’UE »


    • Sparker Sparker 12 avril 2018 17:51

      @Sparker

      Non non rassurez vous pas de premier degré, mais titillement quand même, je ne vous ferez pas la blague du cul entre deux chaises...


    • GrandGuignol GrandGuignol 12 avril 2018 19:01

      @Sparker

      « je ne vous ferez pas la blague du cul entre deux chaises... »  smiley

      les chaises......c’est le plan A et le plan B, c’est ça ? smiley smiley


  • Allexandre 12 avril 2018 15:42

    L’idéal serait Melenchon avec les idées et la rigueur de F. Asselineau !


    • Sparker Sparker 12 avril 2018 17:57

      @Allexandre

      Vous blasphémez mon ami...


    • Allexandre 12 avril 2018 18:08

      @Sparker
      Quelle idée !!! Mais cela ne me déplairait pas !


    • GrandGuignol GrandGuignol 12 avril 2018 19:05

      @Allexandre

      l’idéal serrait que Mélenchon transforme son plan B en sortie de l’UE et de l’euro.
      Qu’il garde le plan A si cela lui fait plaisir de renégocier l’impossible, mais au bout de 6 mois d’échec : plan B, on sort de l’UE par l’art 50.


    • GrandGuignol GrandGuignol 12 avril 2018 19:09

      @Sparker
      « Vous blasphémez mon ami... »

      MDR ! smiley


    • LeDinoBleu LeDinoBleu 12 avril 2018 19:25

      @GrandGuignol
      « l’idéal serrait que Mélenchon transforme son plan B en sortie de l’UE et de l’euro.
      Qu’il garde le plan A si cela lui fait plaisir de renégocier l’impossible, mais au bout de 6 mois d’échec : plan B, on sort de l’UE par l’art 50.
       »

      Je crois que c’est l’idée générale, sauf qu’entre les deux il y a un référendum histoire de dire : « c’est la décision du peuple. »

      Ou quelque chose comme ça...


    • LeDinoBleu LeDinoBleu 12 avril 2018 19:30

      @Allexandre
      « L’idéal serait Melenchon avec les idées et la rigueur de F. Asselineau ! »

      Surtout pas : c’est sa rigueur qui plombe Asselineau et son humanité qui rend Mélenchon attachant (j’attends des lecteurs de cette phrase qu’ils comprennent bien que « rigueur » et « humanité » ne sont ici que des jugements de façade, pas de fond : je n’en connais aucun des deux personnellement et je ne serais pas du tout étonné que les deux soient dans l’intimité l’inverse de ce qu’ils paraissent).


    • GrandGuignol GrandGuignol 12 avril 2018 19:45

      @LeDinoBleu

      Pourquoi un referendum du moment que les négociations n’aboutissent pas on sort de l’UE.

      Et ce sera la décision du peuple puisque celui ci à donner son consentement lors du vote qui permet l’investiture du chef de l’état.

      Ou alors un referendum pour accepter les conditions de l’UE qu’aurait négocier Mélenchon, mais là est le piège des négociations : Accepter une misère alors que l’on a la possibilité de reprendre pleinement notre pays en main et arrêter le jeu de massacre.

      Mais je disais cela un peu en l’air, puisque Mélenchon ne changera pas son plan B et que le personnage Mélenchon (pas la FI et son programme) m’est un peu devenu quelque peu insupportable pour des raisons que je ne vais pas étaler plus avant.


  • Nominix 12 avril 2018 20:48
    Vous avez maintenant compris mon état d’esprit
    Je vais essayer de repondre point par point a votre argumentaire , m)eme si l’ecriture n est pas vraiment ma tasse de thé .
    Melenchon aura donc 70 ans a la prochaine présidentielle , il faut une grande forme physique pour ce genre de périple , il jugera lui même de cela et s’il ne veut plus y aller , la FI en trouvera un autre , la roue tourne , c’est comme cela pour nous tous .
    En ce qui concerne , d être le décideur de la politique de la France que je qualifie peut être maladroitement par ’prendre le pouvoir ’mais j ai tendance a appeler un chat un chat , vous me dites que mes hypothèses sont fausses .
    Je ne vois pourtant que 2 facons d’y arriver 
    -Soit par l’élection présidentielle dans le respect de la constitution et de la république 
    -Soit par un coup d etat et en imposant une dictature 
    je suis pour la premiere solution , comme la FI et Melenchon 
    Puisque cela vous semble impossible car faussé , vous feriez donc un coup d’état ? c est une solution , extrêmement dangereuse ,mais si vous en avez les moyens , pourquoi pas .Sinon expliquez moi comment vous ferez un Frexit sans etre au manettes ?Macron le fera pour vous ? Lol
    -Il y a bien une troisième mais elle est tellement risible , c est que macron , dans un grand élan républicain , reconnaisse que 20 % des votants , ne lui donne pas le droit d’appliquer sa politique destructrice et s’autovire de la fonction .
    Je ne crois pas que ca se fasse

    Donc une fois que la FI et ses éventuels alliés seront décideurs de l avenir de la France , constituante ,6eme république , et nous mettrons en place la politique de la FI en concertation avec les Français .
    La révocation des élus , l- Europe , le fait d attaquer et de faire la guerre ,sans l accord des députes , a des pays tiers 
    Et tellement d’autres choses , qui nous concernent , nous Français , et dont on ne nous demande jamais notre avis .
    Plus, beaucoup plus, de référendum , j’ai 54 ans , la seule fois ou ces pourris m’ont demandé mon avis , ils se sont assis dessus comme des chiens. 
    La constituante est faite pour ça , rassembler les idées et être une force de proposition
    De fait , ce n est pas moi qui fait fausse route , mais vous , en croyant que les français sont favorable au Frexit sinon Asselineau ne serait pas a 1% , c est le juge de paix entre nous ce résultat que vous le vouliez ou non .
    Ne croyez pas que je m"en réjouisse , les ennemis de mes ennemis sont mes amis pour le moment et tout ce qui affaibli les traîtres en place me réjoui , si l’UPR avait pris , ne serait ce que 5% a Macron , tout serait différent aujourd’hui 

    Je veux répondre aussi a Fifi , qui me semble aussi très extrême dans son analyse , en me traitant d Euro atlantiste de magouilleurs ou menteur,la seule chose que j aime dans la société américaine , c’est le rock and roll . 
    Pas de magouilles ni de mensonge , Le cas Europe est un dossier sérieux , les français doivent avoir les cartes en mains pour choisir , en sachant les tenants et les aboutissants des options ’rester ou partir et a quelle condition et pour quoi faire 
    Un projet sera présenté et soumis aux Français , par référendum , le programme de la FI est très clair la dessus

  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 12 avril 2018 22:14

    « Je ne vois pourtant que 2 facons d’y arriver 
    -Soit par l’élection présidentielle dans le respect de la constitution et de la république 
    -Soit par un coup d etat et en imposant une dictature »

    Tout faux. Les coups d’état n’imposent pas tous des dictatures. Celui de 1958 a imposé un régime de type bonapartiste que nous subissons encore aujourd’hui avec une variante de taille : les manettes sont passées dans les mains de Bruxelles. En général, on peut cependant dire que les coups d’état aboutissent à une régression de la démocratie et des libertés.

    Ne confondons pas tout. Les coups d’état ne sont jamais le fait d’un mouvement populaire. Ce sont des actes anti-démocratiques. Le coup d’état de 1958 a commencé par piétiner la constitution de la IVe république pour la mettre à la poubelle.

    Il n’y a pas que deux façons. Il y en a des quantités. Il faut surtout compter sur une mobilisation populaire qui peut aller jusqu’à une révolution. A l’inverse des coups d’état les révolutions sont des actes de démocratie qui ont pour résultat de rejeter un pouvoir devenu impopulaire et donc ultra-minoritaire.

    A mon avis les scénarios possibles sont tellement nombreux qu’il n’est guère possible de les anticiper tous. Il suffit de savoir pour quel but intermédiaire on doit se battre. Le Frexit est le but premier à atteindre et il faut rassembler le plus possible dans cet objectif sans rien faire qui soit source de confusion et qui ne puisse mener qu’à des désillusions (élection de JLM = Grand Danger = direction Tsipras)


    • Nominix 12 avril 2018 22:44

      @Jean Dugenêt

      Pas d accord , un coup d’état donne toujours le début de la dictature , et la plupart du temps une dictature militaire car eux seuls ont les armes pour faire peur et s"imposer .
      Trop rarement , le pouvoir a été rendu au peuple par la suite .
      Cette option est un trou noir , une inconnue que peu de gens souhaitent en France et ils ont raison car quand ca part en vrille , personne ne sait ou sa s’arrête .
      Sans de Gaule , il y aurait eu une dictature militaire en France en 58 , il est venu et sa notoriété a calmé l’armée , n’était t’il pas leur général victorieux de 45 ?
      Aujourd’hui , il n est plus la et personne ne pourra jouer le rôle qu’il a fait a l’époque .
      Personne n a la stature pour cela et certainement pas Asselineau , ni Melenchon d’ailleurs 
      Quant au grand soir , les cimetières sont pleins de personnes mortent de vieillesse qui l attendent encore 

    • Nominix 12 avril 2018 23:00

      @Nominix
      Donc je répète ma question , comment ferez vous un Frexit Avant d"avoir la présidence de la république ?ou le plein pouvoir par un coup d’état ?


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 avril 2018 09:10

      @Nominix

      Je me suis peut-être mal exprimé mais je tiens alors à vous rassurer. Je n’ai jamais dit et jamais pensé qu’un coup d’état pouvait être souhaitable. J’ai seulement voulu rappeler que celui de 1958 en France a aboutit à mettre en place un régime bonapartiste qui marquait effectivement une régression du point de vue de la démocratie mais qui n’était pas à proprement parler une dictature.
      Non seulement ce n’est pas souhaitable mais en plus ce n’est possible que lorsque l’état se fractionne à sa tête et que c’est une nouvelle fraction qui s’impose. Cela est le fait de tout ou partie des forces armées (l’état c’est la force). Il est évident que ni Asselineau ni Mélenchon ne peuvent fomenter un coup d’état et ce n’est pas une question de stature. Ils n’ont aucun point d’appui dans l’armée.
      Si vous refuser d’œuvrer pour le Frexit, en postulant dès le départ que c’est impossible à réaliser, alors vous pouvez aussi vous asseoir sur toutes vos espérances et laisser la dictature de l’UE continuer à briser tous les acquis sociaux car il n’y a pas d’autre moyen pour arrêter cette dictature et elle n’aura pas de limite.
      Vous pouvez justifier cette capitulation avec des formules plus ou moins littéraires comme celle-ci
      « Quant au grand soir , les cimetières sont pleins de personnes mortes de vieillesse qui l attendent encore ». Pour ma part, je n’ai pas parlé de Grand Soir mais j’ai évoqué Mai 1968 qui a permis de grandes avancées et je pourrais citer des dizaines d’autres cas dans d’autres pays. Ce dont je suis persuadé c’est qu’il n’y a qu’en regroupant une force la plus importante possible en faveur du Frexit que nous pourrons progresser.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 avril 2018 09:22

      @Nominix

      « Donc je répète ma question , comment ferez vous un Frexit Avant d »avoir la présidence de la république ?ou le plein pouvoir par un coup d’état ?"
      J’ai supprimé l’éventualité d’un coup d’état pour faire le Frexit.
      Vous demandez donc comment aboutir au Frexit avant d’avoir la présidence de la république. Ma réponse : en œuvrant pour que le peuple l’impose et je ne précise pas par quel procédé car je ne suis pas un voyant. Cela peut être par une grève générale, une révolte, une révolution, un référendum, une élection... Personne ne sait quelle sera la situation demain. Même à très court terme personne ne peut prévoir. Le mouvement actuel, parti des cheminots, peut embraser tout le pays. Que se passerait-il alors ? Tout est possible. Il est déjà important que les français sachent qu’il existe une force politique (l’UPR) qui prône clairement le Frexit en expliquant qu’il n’y a pas d’autre solution pour mettre un terme à la régression sociale.


  • jorie 13 avril 2018 12:46

    Etrange règlement de compte contre JLuc Mélenchon. Je n’ai jamais entendu Mélenchon dire quoique ce soit sur Asselineau. Par contre, les partisans d’Asselineau se font une fixette permanente sur Mélenchon, en l’accusant de propager les rumeurs qu’Asselineau lui même et sa bande infligent aux Insoumis ! C’est drôle cette inversion des choses. Ok, la FI veut désapprouve la sortie immédiate par le frexit. Elle propose un autre chemin. Et alors ? ce désaccord politique que ses adversaires ont le droit d’exprimer, justifie t il une telle haine entre 2 conceptions de la souveraineté et les moyens d’y parvenir ? Vous avez autant de temps à perdre ? Ce n’est tout de même pas de la faute aux Insoumis si votre score a été battu en brèche lors de la présidentielle. Ce n’est pas à cause des Insoumis que les media vous blacklistent.
    Vous n’avez pas le droit d’insulter ainsi les gens qui vous font concurrence et les traiter « d’enfumeurs ». Menez votre combat et lâchez lui la grappe à ce Mélenchon qui ne vous a rien fait.Les batailles se gagnent par conviction, pas par détestation. C’est une question de hauteur de vue. Voyez, vous rejoignez le FN quand vous tapez sur le patrimoine de JLM, jamais ce bonhomme n’a attaqué le vôtre et je suis toutes ses interventions. Je suis sidérée par le niveau agressif de vos commentaires. .


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 avril 2018 15:28

      @jorie
      « Vous n’avez pas le droit d’insulter ainsi les gens qui vous font concurrence » Ca c’est exact
      « et (vous n’avez pas le droit de) les traiter « d’enfumeurs » ». Ca c’est faux. Si le terme enfumeur dérange, je veux bien en changer si vous proposez un autre terme avec le même sens. Nous exprimons qu’il y a tromperie dans les discours de JLM et non pas erreur. Nous exprimons qu’il sait pertinemment bien que ce qu’il dit est faux. Il sait très bien que son plan B est inapplicable sans sortir de l’UE. Il sait très bien quand il parle de « sortir des traités européens » qu’il veut satisfaire en les trompant ceux qui souhaitent sortir de l’UE. Il leur parle de « sortir ». Mais, en même temps, il donne des garanties à l’oligarchie. Le sens de l’expression c’est aussi : comptez sur moi, je ne suis pas de ceux qui proposent le Frexit (je ne propose de « sortir » de rien du tout) d’ailleurs je ne propose même plus que le peuple se prononce par référendum pour ou contre le Frexit. Je suis comme Tsipras. Je leur tiens des beaux discours pour qu’ils puissent espérer une amélioration avec moi mais, en cas de besoin, je serai le dernier rempart pour protéger votre système.
      « Etrange règlement de compte » Ce n’est pas un règlement de compte. J’ai par ailleurs, effectivement, une quantité de raisons de détester JLM mais ce n’est pas de cela qu’il est question ici. Il est question de ce que nous vivons tous les jours et des moyens d’en sortir. Je le répète d’un côté entrevoir une possibilité si et seulement si le Frexit se réalise où, de l’autre côté, suivre le chemin que les grecs viennent de parcourir. Croyez vous que l’oligarchie va cesser ses plans de misère d’elle-même ? Et croyez-vous que ça la dérange qu’une personne fasse le croque-mitaine s’il dit qu’il ne veut pas le Frexit ?
      « Je n’ai jamais entendu Mélenchon dire quoique ce soit sur Asselineau » Il lui a seulement dit « Oui, M. Asselineau, j’en conviens, nous avons sur ce point une divergence ». F. Asselineau souhaite discuter avec lui publiquement de cette divergence et il refuse ce débat. Que craint-il ? François Asselineau n’a jamais agressé personne et il reste toujours courtois même en face de journalistes particulièrement agressifs à son égard.
      "Par contre, les partisans d’Asselineau se font une fixette permanente sur Mélenchon, en l’accusant de propager les rumeurs qu’Asselineau lui même et sa bande infligent aux Insoumis !« Je n’ai jamais accusé Mélenchon de propager des rumeurs. Donnez moi SVP la citation sur laquelle vous vous appuyez pour affirmer cela. Par avance : merci. De plus nous ne propageons pas de rumeur. Ce que j’ai à dire est écrit noir sur blanc dans trois articles. Il n’y a là aucune rumeur.
       »C’est drôle cette inversion des choses.« Je rirai avec vous sur l’inversion des choses dès que j’aurai la citation.
       »Ok, la FI veut désapprouve la sortie immédiate par le frexit. Elle propose un autre chemin« Là on est d’accord. Ajoutons que la FI ne dit jamais pourquoi elle désapprouve le Frexit. Des militants de la FI disent qu’ils y sont favorables mais ils ne font rien pour faire valoir leur point de vue au sein de la FI.
       »ce désaccord politique que ses adversaires ont le droit d’exprimer, justifie t il une telle haine entre 2 conceptions de la souveraineté et les moyens d’y parvenir ?« Il s’agit d’un désaccord mais pas de haine et ce ne sont pas deux conceptions de la souveraineté. La France ne retrouvera jamais sa souveraineté en restant liée à l’UE et à l’OTAN.
       »Vous avez autant de temps à perdre ?« Nous pensons que c’est une question essentielle et que ce n’est donc pas du temps perdu.
       »Ce n’est tout de même pas de la faute aux Insoumis si votre score a été battu en brèche lors de la présidentielle. Ce n’est pas à cause des Insoumis que les media vous blacklistent.« Nous n’avons jamais dit cela et nous ne pensons pas que notre »score a été battu en brèche« .
       »Les batailles se gagnent par conviction, pas par détestation. C’est une question de hauteur de vue.« Je valide.
       »Voyez, vous rejoignez le FN quand vous tapez sur le patrimoine de JLM, jamais ce bonhomme n’a attaqué le vôtre et je suis toutes ses interventions« Là il ne s’agit même plus de divergence et j’ai été très clair dans ce que j’ai écrit à ce sujet. Je dis d’ailleurs à propos de la vidéo que j’ai reprise sur Youtube : »procédé condamnable mais leçon utile« . C’est pour répondre à des attaques, non pas de Mélenchon, mais de militants de la FI que j’ai voulu leur donner une leçon avec un procédé de mon point de vue »condamnable« mais qu’ils ont pris l’initiative d’utiliser lors d’un échange sur Facebook. Par ailleurs je ne »tape pas sur le patrimoine de Mélenchon« . Je donne une information objective sur ce que FA et JLM ont déclaré en tant que candidats aux présidentielles. Dans les échanges des commentaires présents ici vous pouvez vous même constater qu’il y a des calomnies et diffamations (FA accusé d’avoir occupé un emploi fictif) mais qu’elles ne viennent pas de nous. Je pense aussi que dans les manifestations jamais les militants de l’UPR n’ont agressé qui que ce soit. Alors le »vous rejoignez le FN« n’est pas une divergence. C’est une insulte intolérable.
       »Je suis sidérée par le niveau agressif de vos commentaires." Je suis sidéré.


Réagir