mercredi 8 juin - par Marcel MONIN

G. Darmanin et le stade de France : ou l’art d’être ministre en 2022

G. Darmanin et le stade de France : ou l’art d’être ministre en 2022.

 

Le contenu de la politique décidant de leur quotidien échappe totalement aux citoyens. Puisqu’elle est déterminée dans des traités, et que les institutions que les citoyens élisent (président de la République, députés) sont obligées de mettre en oeuvre ce programme économico-financier (1).

Et ce, dans un contexte dans lequel la France et les autres parties auxdits traités se trouvent dans une sorte de protectorat américain. (Comme le dit avec pertinence Zbigniew Brzezinski : « l’Europe de l’ouest reste dans une large mesure un protectorat américain et ses Etats rappellent ce qu’étaient jadis les vassaux et les tributaires des anciens empires « .(« Le Grand Échiquier » p. 88)

Les dirigeants français se présentent aux élections pour prêter la main à tout cela et entretenir la soumission. Ils savent d’ailleurs, que s’ils avaient d’autres idées ou d’autres desseins, ils n’auraient ni l’appui médiatique, ni les concours financiers pour pouvoir être élus (v. les études concordantes sur la « fabrication » de celui qui est devenu président de la République en 2017). Ce qui les priverait (sans parler de leurs entourages), d’une belle situation. Et ils risqueraient probablement gros, compte tenu des enjeux pour les bénéficiaires du système et pour le suzerain américain (dont les agents veillent et sont efficaces).

Les dirigeants en question sont donc officiellement désignés par voie d’élection et « tiennent », une fois en poste, grâce à l’activité des médias qui mettent dans la tête des gens (on n’ose plus parler de citoyens) ce que ces derniers sont autorisés à savoir, et ce qu’ils doivent croire et penser.

Médias et politiques sont à cet égard très efficaces : selon les sondages, E. Macron était mal aimé ou même détesté par une majorité de Français, mais il a été réélu. Il y a quelques temps, beaucoup de Français ont été persuadés que la possession d’un simple document ( le « passe sanitaire ») avait des effets d’ordre biologique sur la vie des virus ( sic !).

Dès lors que les dirigeants, et les médias qui sont à leur service, mettent en œuvre la plupart des techniques de manipulation connues, il n’y a qu’un moyen adapté de s’adresser aux habitants (ex-citoyens) dont on vient de « bourrer le crâne » : leur parler comme à des enfants (ignorants et incapables). Ou, comme diraient ceux qui aiment les formules plus abruptes : les « prendre pour des imbéciles ».

C’est la raison pour laquelle la campagne de dénigrement contre le ministre de l’intérieur est, sous un certain rapport, « décalée ». En désignant aux Français les Anglais, les faux billets, la restriction du trafic sur une ligne de RER, comme responsables de la situation (surréaliste) observée au stade de France, le ministre français de l’intérieur a en réalité (dans la logique de ce qui vient d’être dit) « très bien » assumé son rôle. La seule imprudence que l’on pourrait lui reprocher, c’est d’avoir inclus les Anglais dans son argumentaire. Car ces derniers ressentant qu’un dirigeant - étranger qui plus est - les prenait pour des imbéciles, en furent choqués.

Mais pour les Anglais comme pour tout le monde, « quand c’est trop, c’est trop ». Et comme c’est quand même devenu « un peu beaucoup » pour les Français, il faut s’attendre à ce que ces derniers l’expriment. Dans combien de temps ?

 

Marcel-M. MONIN

m. de conf. hon. des universités

constitutionnaliste

 

(1) sur ces questions, v. notre ouvrage : « textes et documents constitutionnels depuis 1958 ; analyses et commentaires ». Dalloz – Armand Colin.



7 réactions


  • Clocel Clocel 8 juin 12:55

    Il y a eu un coup d’état, va falloir acter...


  • Arnould Accya Arnould Accya 8 juin 21:29

    Plus on est faux, menteur, corrompu et sans scrupules, mieux on réussit avec le Poudré.

    Darmanin ira loin KKKK

    Olivia Grégoire et sa vaccination ultra-médiatisée contre le covid à son 5ème mois de grossesse, superbe horreur également, à primer sans conteste ...


  • Albert123 9 juin 11:29

    il est venu le temps de la secession entre les français de coeur et la république des traitres et de leurs larbins.

    c’est une question de survie et de dignité humaine.



  • ETTORE ETTORE 9 juin 11:39

    DHarma-NAIN a voulu anticiper, le fameux

    « tirez les premiers, messieurs les anglais »

    Phrase faisant preuve d’une certaine courtoisie, qui n’as plus lieu d’être, avec les 

    CAS no-niais, de la Macronie.

    Maintenant on tire d’abord, et on invite ensuite.

    Une façon comme une autre de se re-prendre le boulet dans la tronche, surtout si c’est le même qui a été tiré..... comme salve d’injures.


  • zygzornifle zygzornifle 9 juin 11:52

    La vérité se cache face au mensonge ....


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 9 juin 13:23

      @zygzornifle
       
       ’’ La vérité se cache face au mensonge .... ’’

       

       « La tolérance atteindra un tel niveau qu’on interdira aux personnes intelligentes de penser pour ne pas offenser les imbéciles. » (Dostoïevski)
       

       Jean-Claude Paye et Tülay Umay comparent notre situation à celle qui est décrite dans Les frères Karamazov
       « Dostoïevski, en situant l’action dans la période historique de l’inquisition, fait ressortir une problématique qui rappelle étrangement ce que nous vivons présentement. L’organisation de l’inquisition repose sur le personnage du grand Inquisiteur qui considère l’humanité comme un troupeau. Il conçoit que l’homme ne peut trouver son salut qu’en renonçant à sa subjectivité et en se dépersonnalisant. Si l’humanité doit être réduite à l’état de troupeau docile, l’individu, en déléguant sa liberté au grand inquisiteur, redevient un « infans », coupable (sommé ?) de renoncer à sa liberté. Il devient alors complètement dépendant d’un pouvoir qui lui dicte sa conduite. Si bien que le grand Inquisiteur peut affirmer : ’’ Oh, nous arriverons à les convaincre qu’ils ne deviendront libres qu’au moment où ils renonceront pour nous à leur liberté et ils se soumettront ’’. Dans cette pandémie fabriquée, il est signifié aux individus qu’ils ne redeviendront ’libres’ qu’au moment où ils auront acceptés le vaccin et qu’ils auront abandonné toute volonté volonté d’avoir une maîtrise de leur existence. »


  • Belpère 10 juin 06:09

    @ MarcelMonin

    Comme tout celà est exprimé avec tact et mesure ! Rare actuellement ....


Réagir