mardi 14 octobre 2014 - par Henri Diacono

Gaza, tartuffes et compagnie

 Reprise par nombre de médias internationaux, et français notamment, une dépêche de l’Agence France Presse datée du Caire le 12 janvier relate la réunion dans la capitale égyptienne « d’une communauté internationale » au sujet de Gaza. Pas pour l’aider à se défendre d’Israël mais pour lui permettre de se reconstruire…Une fois de plus. Un bal de nations tartuffes, identique à celui qui s’était tenu au Caire toujours en 2009, et dont les peuples n’ont pas conscience de leurs turpides.

 Ils sont cinquante, associations comprises dont l’ONU avec à sa tête son secrétaire général, à siéger au Caire pour cette cause (? !). Le gratin de la planète, surtout côté occidental et monarchies moyen-orientales. Un panel de « sages » (mon œil) destiné à récolter près de 6 milliards de dollars dont la moitié serait consacrée à la reconstruction dans cette bande palestinienne où s’entassent plus d’un million cinq cents mille sujets, de tous les bâtiments, surtout des immeubles d’habitation, détruits lors de la énième opposition armée avec Israël, en juillet et août derniers. Celle-ci, alors que Gaza vit sous blocus israélien depuis huit ans, s’était soldée par la mort de 2.200 palestiniens et 73 israéliens.

 Le silence a été observé sur la destination future de l’autre moitié du « don ».

 Et voilà que sous la houlette de John Kerry, secrétaire d’Etat des USA, grand voyageur et beau parleur, question générosité, souvent imposée en contre partie d’une alliance ou d’un silence, tous ces messieurs promettent de débloquer des tas de dollars en faveur des pauvres palestiniens trimbalés dans des guerres depuis prés de 70 ans. Qui offre un milliard d dollars, (Qatar) 212 millions de dollars (US) avance sur une somme de 400 millions étalés sur un an et enfin 450 millions de la part de l’Union Européenne (mais elle est riche cette Union).

 Bien d’autres auraient annoncé leur contribution, sans toutefois en préciser le montant. Mais qu'ils ne le feront qu’à la condition, avancée également par le Qatar, les Etats Unis et l’Union Européenne, que les deux belligérants (Israël et Palestine) reprennent leurs pourparlers de paix et non plus de cessez le feu. La perspective d'une relance des négociations a été mal accueillie par le ministre des Affaires étrangères d'Israël, qui n'avait pas été invité au Caire."Il faut voir dans quel cadre et sur quels points porteraient ces négociations. Si elles ne portent que sur les exigences palestiniennes alors c'est peine perdue", a tranché Avigdor Lieberman, dont le pays maintient toutes ses demandes, notamment le désarmement des combattants des islamistes du Hamas qui dirigent de facto Gaza.

 Il eut été préférable peut-être, en dehors de tout ce tralala, que ces Etats généreux fassent, en leur temps, l’économie de cette fortune prélevée dans les poches de leurs contribuables et que par leur puissance redoutée, sitôt le conflit éclaté, obligent les ennemis à s’entendre. Quitte a brandir d’importantes sanctions économiques à leur égard ; sembalbles çà celles prononcées envers la Russie, et dont vraisemblablement Israël aurait eu à le plus souffrir.

 Et si comme toujours cette corne d’abondance retournait - comme ce fut souvent le cas ailleurs de par le monde - dans les pays donateurs par l’entremise de leurs sociétés du bâtiment, leur savoir faire et leurs engins et même leurs architectes et techniciens ? Et qu’on ne me dise pas que le ciment et le béton seront livrés par …Netanyahou !



18 réactions


  • Massada Massada 14 octobre 2014 17:58

    Le Hamas et le Fatah se disputent déjà les « fonds de reconstruction de la bande de Gaza »


    Le Hamas et le Fatah savent que tôt ou tard des centaines de millions de dollars seront alloués par les bailleurs de fonds arabes et occidentaux pour la reconstruction de la bande de Gaza. Les deux parties sont déterminées à mettre la main sur les fonds, sachant que celui qui contrôle l’argent contrôle le peuple.

    C’est exactement ce que le Hamas a fait la semaine dernière. Des sources dans la bande de Gaza, ont déclaré que les agents de sécurité du Hamas ont attaqué la Banque de Palestine dans le quartier de Rimal de Gaza-ville et « saisi » 750 000$ en espèces.

    Ce « vol à main armée » est survenue peu après que le Fatah ait accusé le Hamas du « gaspillage » des 700 millions$ d’aide financière destinée aux palestiniens victimes de la guerre. Il n’est pas clair où cette somme importante a atterri.

    La France fait partie de la cinquantaine de pays donateurs. Par la voix de son ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, qui coprésidait la conférence, elle a décidé de mobiliser cette année 40 millions d’euros (50,5 millions de dollars).

    Indépendamment de ses soucis intérieurs ...ou va t elle trouver cet argent alors que le pays est en faillite e
    t son économie exsangue 

    Moi, ça me fait bien rigoler car je sais que dans 2 ans cet argent repartira en fumée !

    • Rensk Rensk 14 octobre 2014 19:45

      Anti démocratique au plus haut point...

      Tous disent que les fond sont pour Gaza... et Gaza n’a pas la majorité avec le Fatah... (chose reconnue par la Suisse, le Hamas n’est pas sur la liste des terroristes US ne vous en déplaise cher suiveurs « toutou »)

      Venez encore nous parler de vos rêves made in USA & Israël... vous ne convaiquerez jamais des Suisse ayant le droit de voter des lois et ayant le « privilège » d’élire des vendus...


    • Henri Diacono 14 octobre 2014 21:14

      Je crois savoir Massada qu’ Israël n’affiche pas une économie bien florissante et que dans ce pays comme dans les autres de la planète, les gangsters existent aussi.
      Rn outre vous devez savoir que les palestiniens de la bande de gaza comme ceux de Cisjordanie sont soumis à l’ognoble contrôle de leurs propres ressources financières par Israël qui donne lieu bien souvent à de sinistres chzntages. .


    • Henri Diacono 14 octobre 2014 21:29

      Comparez, le lucre, l’amour inconsidéré du fric entre les deux nations et il n’y aura pas photo,Massada !
      Et puis, nom d’un chien pourquoi donc les palestiniens n’auraient pas droit à une terre comme l’a eu Israël en 1948.
      Enfin dans mon article il s’agit surtout de tartufferie des occidentaux et moyen orientaux plus qu’ une haine en tre Israël et Palestine. Pourquoi alors Massada et Omar, dévier ?


  • Rensk Rensk 14 octobre 2014 19:32

    L’aider a se reconstruire... SOUS CONDITIONS, ne l’oubliez pas...


    • Rensk Rensk 14 octobre 2014 19:53

      Moi j’ai plutôt appris : remettez-vous a la table ronde sinon il n’y aura pas de fric...

      Ce n’est pas parce que l’AFP et consorts nous sort(ent) sa(leurs) propagande qu’il ne faut pas aller chercher plus loin que son bout du nez...

      Renseignez-vous hors de vos frontières... juste de temps en temps...

      Je vous propose d’ailleurs ce site pour que vous puissiez traduire les journaux des pays qui ne parlent pas votre langue (ils peuvent faire mieux mais... ont comprend assez bien leurs traduction)


    • Henri Diacono 14 octobre 2014 21:31

      Et oui Rensk ius conditions d’entamer des discussions de PAIX. Et puis pas un mot sur la seconde moitié des dons. Bizarre non ?


    • Henri Diacono 15 octobre 2014 03:50

      Omar,je comprends très bien votre colère et je la partage. L’attitude actuelle du gouvernement israélien et de ses protecteurs US et France en tête, est condamnable. Ce qui me chagrine pourtant c’est de constater que dans les deux camps le peuple n’a pas droit à la parole. Je serai surpris d’apprendre qu’en ISRAËL,il n’y a pas une forte minorité qui s’oppose à l’actuelle politique de ses dirigeants et que les palestiniens de leur côté ne peuvent se débarrasser du Hamas. ?


  • Christian Labrune Christian Labrune 14 octobre 2014 21:28

    S’il y a une hypocrisie en la circonstance, c’est surtout celle qui consiste à financer une organisation terroriste (le Hamas), laquelle ne le cède en rien, du point de vue de l’abjection, aux nazis du siècle dernier et à leur actuel avatar : le « Califat » irakien.

    Je ne sache pas qu’on ait mis un préalable à cette pluie d’or. Le crétin Ban Ki-Moon aura tout juste évité de serrer la pince aux représentants du Hamas, mais ils étaient bien là, ces salauds, et ils escortaient même sa bagnole quand il a voulu voir les ruines de Gaza. Le président de l’ONU escorté par des terroristes. Du jamais vu !!! Et le fric du Qatar ira directement dans leurs poches. C’est-à-dire qu’on peut être à peu près certain que dans un an ou deux, il pleuvra encore des missiles sur Israël.

    Les tartuffes sont les Européens en guerre a minima contre le Califat et qui s’émeuvent de je ne sais quelle mauvaise volonté d’un Likoud qui rechignerait à reprendre les négociations avec la vieille ganache de l’Autorité palestinienne, comme s’il y avait une proportion entre le danger que représente désormais un peu partout l’islamisme sunnite et la politique prudente - et de plus en plus justifiée - de Netanyahou. Les imbéciles qui gouvernent en Europe et en Amérique n’ont toujours pas compris que les Palestiniens sont les premiers à refuser une solution à deux états. Ils auront tout fait pour faire avorter les différents processus de paix. Leur objectif, c’est la destruction d’un petit état dont ils auront toujours refusé de reconnaître l’existence. C’est l’objectif du Hamas (article 7 de sa charte) mais c’est tout aussi bien celui de l’Autorité palestinienne qui s’est constamment efforcée, au plan international, de délégitimer Israël, comptant pour cela sur un antisémitisme diffus que renforce désormais la présence de musulmans en nombre de plus considérable dans les pays occidentaux.

    Les Palestiniens de Gaza ne m’inspirent plus désormais la moindre compassion : un peuple qui subit depuis sept ans le joug d’une tyrannie islamique tout à fait comparable à celle de Daech, qui consent à être pris en otage et à voir ses femmes et ses enfants massacrés par les lâches crapuleux du Hamas, n’a vraiment rien d’estimable. Il suscite le mépris et je ne suis pas loin de considérer qu’il mérite tout à fait ce qui lui arrive. Les bombardements, pas le fric.

    Il serait souhaitable que les tartuffes qui s’émeuvent par réflexe conditionné sur le sort des « pauvres et bons Palestiniens » (désormais bourrés de fric et qui fêtaient dans leurs rues, il y a quelques mois, le meurtre ignoble de trois adolescents à Hébron), se penchent un peu plus attentivement sur ce qui est en train d’arriver aux Kurdes du côté des frontières de la Turquie. Les Kurdes sous la botte de l’islamo-nazi Erdogan et menacés désormais d’extermination par les jihadistes ne plieront pourtant jamais. S’il y a un peuple qui incarne l’amour de la liberté et le courage inflexible dans la lutte, c’est bien celui-là.


  • Henri Diacono 14 octobre 2014 21:58

    Allons Christian,vous ne jetez qu’un seul œil sur ce drame, tartuferie ou pas. Regardez enfin des deux et vous verrez que vous modèrerez vos propos qui sont quelquefois, excusez moi, excessifs sinon erronés.
    Vous semblez oublier qu’en 1948 et bien avant il y a avait des terroristes sur cette terre et qu’il s’agissait de clandestins armés israélites coupables de bien des massacres.
    Bien à vous.à qui ondu r.


    • Christian Labrune Christian Labrune 15 octobre 2014 11:24

       @Henri Diacono

      Je connais par coeur l’argumentaire imbécile de l’antisémitisme, pour lequel l’histoire de la Palestine mandataire se limite aux attentats du groupe Stern. Comme si dans un monde barbare et violent où sévissait l’idéologie infecte de Mohammed Amin al-Husseini, on pouvait reprocher aux sionistes de ne s’être pas toujours comportés comme des anges. On voulait leur peau. On la veut encore. Votre propos revient à dire que parmi les nations, celle d’Israël serait la seule à n’avoir pas le droit de se défendre. C’est encore ce qu’on a pu voir récemment avec la guerre de Gaza : il aurait sans doute fallu que les Israéliens tolèrent de recevoir, les bras croisés et jusqu’à la fin des temps, une centaine de missiles par jour. S’il y a en la circonstance un propos qui n’est pas modéré, c’est bien le vôtre. Vous prenez le parti de ceux qui rêvent d’un achèvement de la « solution finale » et vous osez appeler ça de la « modération » ? Votre propos me rappelle certaines déclarations particulièrement infectes de Hessel.


  • Massada Massada 15 octobre 2014 07:42

    Aujourd’hui, le secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-Moon, s’est rendu dans un tunnel terroriste du Hamas dans le sud d’Israël. Au cours de la journée, des officiers de Tsahal lui ont exposé la stratégie de l’organisation terroriste qui utilise les infrastructures civiles de Gaza afin de mener des attaques contre les civils d’Israël.


    C’est ainsi que l’on changera les mentalités à l’ONU, en révélant la vraie nature du Hamas qui est pareil à celle d’EIIL

  • Massada Massada 15 octobre 2014 07:52

    Quelque soit la responsabilité britannique (ou suédoise d’annoncer la prochaine reconnaissance la Palestine ou française d’accueillir le Hamas à Paris comme un interlocuteur valable alors qu’on devrait les accueillir à coups de 5.56 mm de fusil d’assaut !), la véritable responsabilité revient immanquablement à ceux qui passent leur temps à dire que ce n’est pas leur faute ! 


    Chacun peut constater que la volonté arabe de passer en force sans négocier, qui est leur attitude depuis 1947, n’a pas varié en 65 ans. Cette attitude n’a apporté que mort, déplacements forcés et souffrance aux arabes palestiniens depuis 65 ans, sans même parler des crimes qu’ils commettent à tour de bras sur les citoyens d’Israël mais vraisemblablement, personne chez eux ne songe à changer de méthode. 

    Pourquoi ? Parce que c’est très exactement ça le but de la Palestine moderne telle qu’elle existe depuis son invention par Nasser et inspirée par le Grand Nazi de Jérusalem, Hadj Amin Al Husseini : mort, souffrance, violence, déportation et larmes. 

    PS :Ah l’Angleterre..., quel merveilleux pays c’est devenu ! On prêche à la haine dans les parcs, on défile avec des drapeaux islamistes en criant « Daesh », on a sa police de la sharia dans certains quartiers,... Tiens, mêmes les chiites peuvent se flageller en public smiley


  • Massada Massada 15 octobre 2014 07:59
    Il y a un temps pour la manipulation et la calomnie d’Israël, et comme chaque chose ayant son heure, il y a aussi un temps pour l’émergence de la vérité, même si le retour aux faits réels prend du temps et survient tardivement alors que l’attention du public est déjà ailleurs et que le mal est fait et produit ses effets.

    Nous observons ainsi comment l’adage goebbelsien « calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose » fonctionne presqu’à la perfection du fait des ennemis d’Israël.

    Un nouvel épisode « pallywoodien », ou comment la mort de quatre jeunes arabes-palestiniens assassinés par la Hamas est imputée à Israël



    • mr green cyrus 15 octobre 2014 14:25

      @massada , goebels disait aussi « plus c’ est gros plus ca passe » , mais c’ etait une autre epoque il n’ y avais ni le net ni weakyleaks , le monde paraissait plus simple car plus compartimenté . Actuelement l’ opinion est plus mouvante


  • Henri Diacono 15 octobre 2014 08:37

    Vous voilà déchainé Massada. Et puisque pour l’une des deux parties qui s’affrontent sous les yeux bienveillants de tous vous utilisez des propos quelque peu outranciers, je vous conseille vivement d’utiliser également pour l’autre partie du mot nazi qu’elle mérite bien plus souvent que son adversaire


  • ung do 16 octobre 2014 11:37

    La cause palestinienne avance à petits pas . La Suède et bientôt la GB , peut-être aussi la France vont rejoindre les plus de 130 pays sur 200 à reconnaitre la Palestine « de jure » dans ses frontières de 1967 ; ce qui veut dire que toutes les colonies installées en Cisjordanie ne seront pas légalisées .
    Derrière les reconnaissances diplomatiques , que faut-il comprendre ? que les soutiens extérieurs d’ Israel commencent à se fatiguer de financer la colonisation .
    C’est important parce qu’ Israel est un pays artificiel , tenu à bout de bras par les soutiens euro - américains , une vitrine high tech créée grâce à des investissements forcenés , faramineux
    La résistance des palestiniens augmente terriblement les coûts de l’occupation ; au point de vue militaire , l’avancée technologique au niveau des missiles des Palestiniens et du Hezbollah associée au manque de profondeur territoriale du pays rend israel extrêmement vulnérable .
    Ca n’en vaut plus la peine , ça coute trop cher aux sponsors étrangers .
    C’est ainsi que les Algériens ont gagné après 130 ans , user les occupants colonialistes , taper sur leurs finances , leurs bourses .Les Palestiniens luttent depuis plus de 60 ans , par rapport aux Algériens , ils ont encore du temps


Réagir