vendredi 26 octobre 2018 - par Eric F

Gazole : racket en bande organisée

Les chiffres : en un an (le 25/10), le prix à la pompe du SP95 E5 a augmenté de 19,1 c/l (+14,1%) alors que le Gazole B7 a augmenté de 28,5c/l (+22,8%), voir réf 1, donc un écart de 9,4 c/l, (dont 3,7c/l d’écart de taxe sur les produits pétroliers). Il est parfois question de « double peine », mais en réalité c’est une triple peine, car l’augmentation dépasse la hausse du pétrole et les taxes, il y a un « haro » sur le diésel dont chacun profite pour piquer dans la poche des usagers (voir réf2).

 

L’état

Après avoir piégé les automobilistes en préconisant le diésel qui consomme et rejette 30 % de moins (bonus-malus du Grenelle de l’environnement en 2007), il y a eu un brusque revirement en 2015, en accusant le diésel de tous les mots, avec notamment le fake des 40 000 morts par an « dus au diésel » alors que c’est une extrapolation de la surmortalité lors de pics de pollution toutes pollutions confondues basée sur des chiffres antérieurs à l’introduction du filtre à particules (voir réf 3). Décision a alors été prise de surtaxer progressivement le gazole et rattraper en 4 ans le prix de l’essence , en augmentant les prélèvements fiscaux de 15 centimes par litres l’essence et de 30 centimes par litres le gazole sur cette période (mais dès la première année le prix gazole a bondi bien au-delà de la surtaxe, pour dépasser parfois celui du E10)

Noter au passage que le gazole (B7) comporte 7 % de diester qui devrait être détaxé (tout comme les 10 % d’agro-éthanol du E10)

 

Les pays producteurs

Dans la mesure où les pays émergents augmentent drastiquement leur consommation -ce qui était bien évidemment prévisible du fait du rattrapage du parc automobile (1 million de voitures par an en Chine) malgré les objectifs ubuesques de réduction de la COP21-, la tension de la « demande » par rapport à l’ « offre » amène inéluctablement une forte hausse du prix du pétrole par les pays producteurs, et c’est une tendance générale qui ne pourra que s’accentuer -à moins de recourir davantage aux agrocarburants- . Ceci entraîne mécaniquement une hausse de la TVA perçue par l’état.

 

Les compagnies pétrolières, raffineurs et distributeurs

Publicité

Alors que l’écart sur les taxes est de 3,7 c/l et que le prix du pétrole a augmenté autant pour les deux carburants, la différence de hausse hors taxes en un an (5,7c/l) est empochée par les compagnies pétrolières (voir réf 4). Or ceci est constaté toutes marques confondues, il y a donc entrave à la concurrence. Certes il a pu y avoir un coût pour améliorer la qualité du produit (taux de soufre) mais pas à cette hauteur, il y a certainement une entente implicite voire des consignes pour « brimer » le gazole à titre dissuasif (en rognant peut-être les marges sur le SP95 qui a augmenté moins que le SP98 et même le E10)

 

Les complices

Constructeurs automobiles

Après avoir vendu des véhicules diésel plus coûteux que des véhicules essence en profitant de la vogue provoquée par le bonus écologique (cela avait même commencé avant), les constructeurs poussent désormais au remplacement de ceux ci par des hybrides-essence ou des voitures électriques favorisés par les diverses primes et subventions publiques, en poussant à « mettre à la casse » des véhicule encore en parfait état de marche : gaspillage « écologiquement correct » !! Noter au passage que ces hybrides-essence « vertueux » consomment quand même en usage réel davantage que des petits diésel.

L’approche raisonnable aurait été de favoriser la vente les véhicules moins polluants grâce à des critères adéquats de bonus-malus (curieusement inchangés pour l’instant) et primes à la reprise (sans besoin de surprimes pharaoniques), de sorte que le renouvellement progressif naturel du parc aurait conduit en une quinzaine d’année au même résultat, ceci sans gaspillage éhonté. De toutes façons la France ne représente que 1 % de la pollution atmosphérique mondiale, notre empreinte est négligeable pour le climat par rapport au total.

 

Média suivistes

Les média ont consciencieusement relayé les campagnes anti-diésel (en propageant notamment le fake des 40 000 victimes), et même la presse automobile qui ne tarissait pas d’éloges sur les moteurs turbodiésel à injection directe et filtres à particules a subitement viré de bord pour suivre le vent dominant et ne jure qu’électrique (voire essence, qui désormais reprend les technos d’injection directe et turbo ...et rejette autant de particules fines).

 

CONCLUSION

Publicité

La hausse cumulée du prix du pétrole (donc tva), de la taxe sur les produits pétroliers, et de la marge des distributeurs conduit à une inflation insensée du gazole (et du fuel domestique), qui brime les usagers et brime l’économie nationale

Il faut donc -comme l’opposition comme la presse commencent à évoquer-, un moratoire sur la taxation des carburants pour ne pas pénaliser davantage le pays. Le gouvernement refuse jusqu’ici, car l’ « écologie punitive » est une manne pour les caisses de l’état, avec le cynisme de prétendre le faire pour la bonne cause. Les affirmations de baisse de la fiscalité et de hausse de pouvoir d’achat sont des mensonges éhontés, et le chômage est reparti en hausse du fait de la baisse de consommation.

Par contre, conformément à une récente recommandation de l’ONU, il faut réduire le gaspillage lié aux transports intercontinentaux -non taxés et utilisant un carburant contenant 1000 fois plus de soufre !- et inciter à produire et consommer local. Or une énergie plus chère en local pousse aux délocalisations, donc il faut mettre enfin en place (unilatéralement si l’UE ne suit pas), une taxe carbone aux frontières

 

ref 1 : https://carbu.com/france/index.php/prixmoyens

 

ref2 : http://www.europe1.fr/societe/hausse-des-prix-du-carburant-cest-du-racket-3786488

réf 3 : https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/fiscalite-sur-les-carburants-le-197871

et https://alerte-environnement.fr/2013/03/04/le-diesel-fait-il-vraiment-40-000-morts-par-an/

ref 4 : https://www.capital.fr/economie-politique/prix-carburant-2018-hausse-essence-gazole-diesel-distributeur-distributeurs-marges-marge-etat-1287112

 



140 réactions


    • Eric F Eric F 27 octobre 2018 11:23

      En fait, non seulement la hausse du prix du baril, mais aussi de la marge des compagnies pétrolières que a augmenté sur le gazole davantage que sur les autres carburants.


    • njama njama 27 octobre 2018 21:17

      @Eric F


      C’est en résumé ce que je voulais exprimer, cette hausse du gasoil est « inflationniste »... à tous les niveaux, mais les professionnels trinqueront plus au début, avant qu’ils ne répercutent (sans tarder) inévitablement sur le prix de leurs services ensuite.
      Et ça peut représenter des milliers d’€uros / mois pour des entreprises qui ont un petite « flotte » de véhicules.
      Le « diesel » a bon dos ... cette hausse est sans rapport avec l’écologie, microparticules et réchauffement climatique.

  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 27 octobre 2018 11:48
    Quand l’Allemagne vend le litre de diesel à 1.32E, l’Espagne à 1.20E le litre ....

    Qui peut prétendre que la hausse des carburants n’a aucun impact sur le budget des français mis à part les manipulateurs ......

     smiley

    • Eric F Eric F 27 octobre 2018 11:53

      @SPQR Sono Pazzi Questi Romani
      Vous avez raison de mentionner la différence de prix avec les pays voisins, il faut toujours qu’en France les gouvernants rajoutent des couches de taxes et prélèvements en tous genres, ce qui bride l’activité et le pouvoir d’achat, alors que les autres pays baissent les prélèvements pour booster la compétitivité et la consommation intérieure.


  • Olivier 27 octobre 2018 12:51

    Sur le pollution émise par les voitures au diesel, prétexte grotesque pour augmenter les taxes, il faut savoir que les 40 plus gros navires-cargos du monde polluent autant que l’ensemble des 760 millions d’automobiles de la planète, sans compter les innombrables autres navires, et sans oublier le domaine agricole (101 litres de fuel par hectare cultivé).


    Avec la TVA sur l’achat du véhicule, les taxes sur le carburant et les amendes, l’automobile est devenue la variable d’ajustement de l’incompétence financière des gouvernements successifs depuis 40 ans. 

    • Eric F Eric F 27 octobre 2018 13:56

      @Olivier

      Peut être s’agit-il spécifiquement du rejet en soufre, puisque les normes sur le gazole automobile sont mille fois plus restrictives que sur le fuel utilisé par les cargos en haute mer.
      Quoiqu’il en soit, les rejets du transport intercontinental sont deux fois supérieurs aux rejets total de la France, industrie, particuliers et transports réunis, et pas comptabilisé dans la réduction imposée aux états, là est l’arnaque.

      La COP21 a prévu une division par deux des émissions de CO2, mais s’est bien gardé de pousser à « consommer local » du fait du crédo de la mondialisation économique, tabou absolument inviolable.

    • biquet biquet 27 octobre 2018 14:49

      @Cadoudal
      Il s’agit des émissions d’oxydes de souffre (SO3) et non de C02. L’oxyde de souffre (qui se dégage du pétrole lourd) est beaucoup plus dangereux que le Co2, il serait responsable de la mort de plus de 100 000 personnes dans le monde.


    • Croa Croa 27 octobre 2018 18:35
      À Eric F,
      Pas seulement du souffre. Le lourd est un si mauvais carburant qu’il faut le préchauffer pour pouvoir l’utiliser. Il génère donc aussi nettement plus de particules de suies que le gazole.

  • zygzornifle zygzornifle 27 octobre 2018 15:38

    Vous avez élu un trader de chez Rothschild a la tete du pays , vous espériez quoi ? Du social ? De l’humanitaire ? ....

    Désolé les mougeons mais les tigres ne sont pas végétariens .....

  • zygzornifle zygzornifle 27 octobre 2018 15:40

    Vous avez voulu du changement , soyez heureux , toute les semaines les prix changent a la pompe .....


  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 27 octobre 2018 15:59
    Les élus européens non français se targuent du réalisme économique des portugais qui se sont sortis de la crise.
    Baisse des taxes, baisse des prix, avantages fiscaux pour tout achat mobilier ..etc..etc..

    L’autre abruti qui soi disant veut modernisé la France en obligeant la mise en place d’un Octroi...

    Comme si le retour de la féodalité serait une nouvelle ère de liberté partagée.....
     smiley

    Avec la féodalité, grave sera la position des féministes par ces temps là le droit de cuissage était de rigueur ...

     smiley


  • Jason Jason 27 octobre 2018 16:58

    Que voulez-vous, la France est endettée jusqu’au cou ! Personne n’en parle plus, tant on est habitués. Il faut bien que le ruissellement continue sur sa lancée. Mais là, c’est le ruissellement du bas vers le haut. L’économie a réussi ce miracle qui veut que la gravitation s’exerce dans l’autre sens. Un ruissellement qui remonte vers le haut ! La vraie pompe à Phynances, quoi !


    Il faut bien faire face aux 457 niches fiscales, alimenter les paradis fiscaux légaux, et surtout alimenter à hauteur de dizaines de milliards le fameux CICE, aubaine du capital. Je dois dire que c’est pas mal, le contribuable (60% de la TVA alimente les caisses du Trésor) doit payer pour donner du travail aux gens. C’est la stratégie de l’offre de l’économie classique enseignée dans les écoles, alors que la demande n’en demandait pas tant, cette même demande qui reste atone.

    La fiscalité atteint des sommets. « Il faut plumer l’oie blanche sans la faire crier », disait déjà Colbert qui s’y entendait.

    Jusqu’à quand va-t-on se contenter de pousser des soupirs et de cacher une vérité trop souvent dissimulée ?

  • Citoyen de base 27 octobre 2018 19:30
    La vraie raison du rééquilibrage des taxes, c’est de forcer les gens à renouveler leur voiture, et cela sous couvert d’écologie. Cette société de consommation est tellement abjecte qu’elle arrive à dévoyer les motifs les plus nobles pour arriver à faire l’inverse de ce qu’il faudrait, mais avec un gros paquet de pognon au passage.
    Et bien révoltez-vous ! Vous en avez le pouvoir. Déconsommez et passez au vélo.  :->

    • Eric F Eric F 27 octobre 2018 19:43

      @Citoyen de base

      C’est l’un des aspects mentionnés dans l’article : pousser les gens à changer de voiture alors qu’on venait à peine de les inciter à acheter une voiture diésel, il y a volte face total.
      La « récupération » des motifs les plus nobles (ici, la survie de la planète) relève effectivement du cynisme le plus absolu.
      De toutes façons, la hausse « naturelle » du prix du pétrole poussera inévitablement à réduire les déplacements en automobile, par contre il n’y a pas de politique réellement incitative pour le vélo, les pistes cyclables sont insuffisantes, et la prime pour acheter un vélo électrique a été supprimée.

  • Citoyen de base 27 octobre 2018 20:36

    Le futur (pas si lointain) de la mobilité, selon Y. Cochet : Moins loin, moins vite, moins souvent.


  • markos 27 octobre 2018 23:01
    il faudrait se servir de l’argument écologique pour relocaliser les activités qui peuvent se faire chez nous, dans nos régions.
    quand j’ai acheté mon terrain pour bâtir, en 1984, il passait 3 camions par jour, maintenant ça doit être 3 camions par minute et je suis certain qu’à l’intérieur le 3/4 des choses transportées sont tout à fait fabricables en France.
    c’est dommage que l’argument écologique ne serve qu’à taxer toujours un peu plus ceux qui n’ont que la voiture pour accéder aux services et aux commerces.


    • Eric F Eric F 28 octobre 2018 09:22

      @markos

      Je suis totalement d’accord sur ce point, mais la COP21 ne s’est surtout pas attaqué à la mondialisation et à la réduction des transports intercontinentaux par une taxe carbone en fonction de la distance parcourue, mais seulement à brider la consommation locale, au bon vouloir de chaque état -et on voit que certains, tel que Trump, n’en ont rien à battre-
      Il a été question dans certains discours de politiciens de « taxe carbone aux frontières », mais absolument rien n’est entrepris, alors que ça devrait être l’un des thèmes majeurs de l’élection européenne, puisque cela dépend de l’UE du fait du « marché unique » .
      La réindustrialisation nécessiterait un plan volontariste comme on a connu dans les années 60/70 (téléphone, autoroutes, énergie, etc.), mais l’interventionnisme d’état est interdit de vol en Europe alors qu’il fait le succès de la Chine...

    • markos 28 octobre 2018 14:51

      @Eric F

      j’entends bien.
      mais alors qu’on ne nous présente plus d’autre taxe nouvelle au prétexte de l’écologie alors qu’il serait si simple de réduire considérablement la pollution causée par le transport de marchandise.
      et par ailleurs relocaliserait l’emploi.


    • Eric F Eric F 28 octobre 2018 16:46

      @markos
      eh oui, ceci est totalement incohérent, et montre bien que l’écologie est utilisée comme prétexte, en culpabilisant au passage les usagers qui se déplacent ou se chauffent. Du reste vous pouvez lire que certains en redemandent et voudraient voire les prix des combustibles encore plus cher, c’est une sorte de « syndrome de Stockholm »


  • Eric F Eric F 27 octobre 2018 23:37

    La presse ne peut faire autrement que mentionner les réactions de raz le bol sur cet emballement fiscal, et a mentionné qu’il y a des pétitions. Il y en a une à cette adresse : https://www.change.org/p/ministre-de-la-transition-%C3%A9cologique-et-solidaire-pour-une-baisse-des-prix-%C3%A0-la-pompe-essence-diesel


    • Eric F Eric F 28 octobre 2018 14:15

      j’ai signé cette pétition, même si le texte est un peu touffu, et s’étend trop sur les causes et pas assez sur les conséquences.


  • zygzornifle zygzornifle 28 octobre 2018 07:54

    La bande a Rothschild étant au pouvoir , attendez vous a bien pire , allez les mougeons faut bosser pour nourrir les parasites ....


    • Eric F Eric F 28 octobre 2018 09:36

      @zygzornifle
      Macron s’était habilement présenté comme une rupture avec le « système des partis », alors qu’il représentait le plus pur représentant du « système » de la mondialisation financière. Les socio-libéraux et les libéro-conservateurs l’ont rejoint, on retrouve de ce fait les inconvénients cumulés de la gauche cosmopolite et de la droite individualiste, assemblage du fameux courant TINA (there is no alternative), large « centre » face à des oppositions opposées entre elles, une sorte de grande coalition à la française. Mais c’est « un fusil à un coup », en cas d’échec, ce sera une alternative « à l’italienne » ou encore « à la brésilienne », et ils pleureront sur la montée des populismes.


  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 28 octobre 2018 10:02
    A classer dans les F.News ou pas, il semblerait que l’escadrille « des cons » qui nous gouvernent. Souhaite classer « confidentiel défense » les données et analyses en rapport avec l’écologie venant de son ministère...
    Avant, on faisait des secrets sur le nucléaire, la défense....Aujourd’hui le Roi Ubu (avec son petit zizi et son gros q..) sombre dans la paranoïa totale, soutenu par le chef d’escadrille...

    Un pas de plus vers la dictature verte, avec en prime la haine des autres.....
    ...................................................................... ...................

    Ben-balla revient ils sont devenus fou sans toi !

     smiley

  • William 28 octobre 2018 10:38

    Il y a quelques années, le gouvernement avait appliqué une notion de « TIPP flottante » pour atténuer les fluctuations du prix du brut, il faudrait envisager d’y revenir, car effectivement l’énergie ne doit pas être « bradée » pour éviter le gaspillage, mais une hausse de 25% en un an est complètement rédhibitoire, il y a un juste milieu.


    • Eric F Eric F 28 octobre 2018 14:13

      @William
      effectivement les décisions de principe prises il y a deux ans d’augmenter la taxe sur les produits pétroliers avait été prise alors dans un contexte de pétrole à relativement faible coût, elles doivent être reconsidérées avec un baril deux fois plus cher au moins.


  • Eric F Eric F 28 octobre 2018 16:59
    Conclusion provisoire à ce stade :

    La décision d’augmenter les taxes sur les carburants a été prise l’an dernier, lorsque le pétrole était relativement bon marché et que l’écart entre l’essence et le diésel était de 15 centimes : augmenter en 4 ans la taxe sur l’essence de 15 centimes et le gazole de 30 centimes pour aligner le prix des deux carburants
    Dès la première année le prix du pétrole a bondi, et alors que la taxe a augmenté de 4 centimes de plus sur le gazole, son prix a dores et déjà dépassé celui du E10, le prix des deux carburants est donc dores et déjà aligné -> cessez le feu !

    L’augmentation du gazole toutes causes confondues dépasse les 20% ce qui grève le pouvoir d’achat et bride l’économie -> cessez le feu !

    Les recommandations du Grenelle de l’environnement ont incité à acheter des voitures diésel, mais depuis 4 ans ceux qui ont suivi ces consignes sont stigmatisés et brimés, ils ont le sentiment d’avoir été piégés et trahis -> cessez le feu !


  • jjwaDal jjwaDal 28 octobre 2018 19:47

    En mettant le prix d’un litre de carburant à 1,5€ (vu récemment), il faut quand même se souvenir qu’on a pour ce prix une baguette et demi ou 3l d’eau minérale. Quand on compare les services rendus par ces trois produits on comprend que le prix de l’énergie est dérisoire et que la faiblesse de ce prix a permis le développement de modes de transports insoutenables dans le long terme. En valeur réelle (quantité qu’on peut acheter pour un $ par ex), le carburant était 25% moins cher en 2008 (quand le brut flirtait les 120$ le baril)
    qu’en 1979 (deux chocs pétroliers de suite), alors en 2018, taxes ou pas, il est donné.
    Quand on choisit de sauver le système financier, de se faire rançonner par les banques, de ne pas courir après l’évasion fiscale, de diminuer les impôts des plus riches, de laisser nos emplois partir en Chine et j’en passe, on s’appauvrit.
    Si l’Etat a plus de 2000 milliards d’euros de dettes c’est qu’il n’a pas levé l’impôt en temps et heure pour couvrir ses dépenses.
    Lever l’impôt de cette façon est injuste dans une large mesure, mais à force de donner des chèques en blanc à des gens qui ne vise nullement le bien collectif mais leur bien propre, ces choses arrivent.
    Concernant le diesel, pas la première fois qu’un gouvernement ne se sens pas lié par la promesse d’un autre et change les règles du jeu.


    • Eric F Eric F 28 octobre 2018 21:47

      @jjwaDal

      avec 1 litre de carburant on parcours 15 kilomètres, avec 3 litres d’eau on s’abreuve pour une journée, je ne suis pas sur que le prix des quinze kilomètres soit comparativement si dérisoire (surtout qu’il s’additionne aux frais fixes du véhicule). Mais la question se pose différemment, c’est le fait d’une augmentation de 25% en un an, qui « tire » l’inflation générale alors que les revenus sont à la traine (quasi bloqués depuis les années précédente de faible inflation),

      A part ça, effectivement l’état reporte sur les usagers les prélèvements qu’il a supprimé sur les plus fortunés, c’est Robin des bois inversé.
      La dette de l’état dans le pays le plus taxé du monde vient davantage de trop dépenser plutôt que de ne pas assez prélever, mais ceci est une autre histoire. un autre aspect est que s’il y avait prospérité et plein emploi, l’argent rentrerait tout seul et les dépenses sociales seraient moindre.

    • Croa Croa 28 octobre 2018 22:42
      À Eric F,
      Il faut en dire plus : Avec ce litre de carburant « on » c’est 1,3t de ferraille et jusqu’à 5 personnes à bord qui font tes 15 bornes. J’ai juste ? smiley
       - En fait avec une vieille AX avec 1 litre de gazole tu déplaces tes 5 personnes sur 25 km. Comme je le dit plus haut si t’as une petite voiture c’est plus abordable.

    • Eric F Eric F 28 octobre 2018 23:10

      @Croa

      Bon, alors on peut voir ça comme un plaidoyer pour les petites voitures diésel anciennes, il faut donc demander à la maire de Paris de lever l’interdiction de circuler qui leur est faite smiley
      Par contre, elle n’a pas hésité à envoyer à la casse des centaines de « bluecar » électriques d’Autolib en bon état de marche, mais qui consommaient de l’électricité à l’arrêt pour maintenir les batteries en température (la société a fait faillite, et seule la moitié du parc a trouvé repreneur).
      https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/autolib-les-bollore-bluecar-en-route-pour-la-casse-7794193767 Ils auraient pu utiliser des AX à meilleur prix smiley

  • Cyril22 4 novembre 2018 19:09

    Le transport international utilise un carburant détaxé et avec des normes de pollution très laxistes, alors que nous autres automobilistes français, dont la consommation représente deux pour mille des rejets globaux d’effluents dans l’atmosphère, payons 70% de taxes et un carburant couteux en sortie de raffinerie vues les normes strictes.

    Donc si l’écologie était vraiment l’objectif, cela nécessiterait de taxer au même niveau le transport intercontinental, et d’appliquer les mêmes normes de pollution que celle des automobiles. On peut rêver, jamais la COP21 n’a envisagé cela, le « système » mondialisé vise à entraver la production locale mais promouvoir les délocalisation à bas coût.


    • Eric F Eric F 6 novembre 2018 19:18

      @Cyril22
      l’écologie est un prétexte, et on peut s’attendre que dans cinq ou dix ans elle sera invoquée pour mettre à la casse les véhicules électriques auxquels on reprochera de booster la construction de centrales nucléaires, ou encore le fait que les batteries ne sont pas recyclables.


  • Eric F Eric F 6 novembre 2018 19:11

    Un certain nombre d’autres articles ont été publiés postérieurement à celui-ci, ce qui permet d’enrichir le débat.

    J’ai retenu quelques points :

    -les véhicules diésel français représentent moins de deux pour mille (0,002) de la pollution mondiale, l’effet sur la planète est négligeable (les problèmes locaux peuvent justifier des restrictions de circulation des véhicules non dépollués)

    -la mise à la casse prématurée d’un véhicule à combustion et son remplacement rejette considérablement plus de CO2 et de polluants que n’en ferait le véhicule restant en circulation

    -le lot de consolation proposé par le gouvernement d’étendre le chèque carburant à l’ensemble des régions pour ceux dont le domicile est éloigné de plus de 30km du lieu de travail (sous réserve de revenu inférieur à 2 smics) ne répond absolument pas au problème de l’ensemble des citoyens. A chaque taxe créée on crée une allocation compensatoire pour certains qui doit être financée par l’impôt, cela devient surréaliste.


  • Eric F Eric F 15 novembre 2018 10:09

    Le gouvernement crée quelques primes (c’est le loto national) croyant acheter l’acceptation, mais sur 40 millions d’automobilistes, 2 millions auront des aides, cela fera alors 38 millions encore plus mécontents


  • Eric F Eric F 6 décembre 2018 21:32

    Bon, bah ce que les demandes raisonnables n’avaient pas obtenu, l’embrassement y est parvenu, le gouvernement renonce donc aux hausses de taxes pour 2019, il faut rester vigilent pour faire annuler la suite du plan qui prévoyait un total de 30 centimes de hausse (celle de 2018 est déjà en oeuvre).

    Il reste aussi -dans le cadre du sujet de cet article- à retrouver où sont passés les 10 centimes (voire davantage) de hausse supplémentaire du gazole par rapport au SP indépendamment des taxes. De cela personne ne parle jamais, alors que cela devrait surprendre que le gazole soit déjà plus cher que l’essence. Les compagnies pétrolières/raffineurs sont forcément en cause sur cette hausse supplémentaire, ils arrondissent leurs bénéfices en profitant de la diésélophobie.


    • Eric F Eric F 6 décembre 2018 21:41

      ce site en parle : https://france-inflation.com/prix-carburants.php

      extrait : "Actuellement les prix constatés [pour le gazole] sont nettement au dessus du prix attendu ! Le prix du Gazole a déjà rejoint le prix du Super alors que cela devait plutôt arriver en 2020...
      Cela veut dire que dans la chaîne de distribution certains acteurs profitent de la confusion induite par l’augmentation des taxes pour augmenter leur marge et faire de conséquents bénéfices, vue l’ampleur des sommes en question.

      "


    • Eric F Eric F 3 janvier 2019 11:25

      Le hiatus de prix au détriment du gazole se réduit lentement, montrant qu’il s’agissait bien d’une situation artificielle, probablement en connivence entre l’état et les compagnies de raffinage pour cacher en partie la hausse initialement prévue en janvier 2019. Désormais, au 3/1/2019, le gazole est au même prix que le E10, alors que celui-ci était 4 centimes moins cher le mois précédent. Mais le gap n’est pas encore comblé puisqu’en 1 an, le E10 baisse de 5,6 c et le gazole augmente de 0,1c, l’écart de marge de raffinage étant la seule raison.

      Par ailleurs, méfiance, il a été question d’annuler la hausse de taxes pour 2019, mais quid de la suite ? Dans le cadre de la grande concertation prévue suite aux Gilets Jaunes, la transition énergétique est au menu, et il n’est pas exclu ...de réintroduire des hausses de taxes sur les carburants pour les années suivantes.


  • Eric F Eric F 1er avril 2019 10:16

    [addendum] fin mars 2019 s’est produit un brusque correctif, ramenant le gazole (1,474 €/l ) à un prix inférieur au E10 (1,515 €/l). Entre février et mars, le SP a augmenté de 7 centimes, le gazole de seulement 1,3 centime. Même si, sur un an le gazole a augmenté de 2 ou 3 centimes de plus que le SP, l’essentiel du gap est résorbé, cela aura quand même duré plus de 6 mois pendant lesquels les raffineurs ont empoché un bonus. Vu la rapidité du phénomène on peut penser que les organismes de régulation se sont (enfin) manifestés. à suivre


Réagir