lundi 27 mai - par Jean Dugenêt

Géorgie : mobilisations massives contre la « loi sur les agents étrangers »

Le 14 mai, le Parlement a adopté la "loi sur les agents étrangers", promue par le gouvernement réactionnaire du « Rêve géorgien », dans le but de limiter la liberté d’expression au prétexte de ne s’attaquer qu’aux actions des ONG et des médias étrangers. D'importantes mobilisations populaires ont eu lieu ces dernières semaines pour rejeter cette loi jugée antidémocratique. Trente-deux ans après l'indépendance de la Géorgie, ces mobilisations aggravent la crise politique dans un pays sorti de l’URSS mais qui reste sous l’emprise de la Russie.

Après l’échec d’une première tentatvie en 2023, la « loi sur les agents étrangers » a été approuvée par le parlement géorgien avec 84 voix pour et 30 contre. Avec cette mesure, le gouvernement obligera les ONG et les médias qui reçoivent plus de 20 % de leur financement de l'étranger à s'inscrire dans un registre spécial et à soumettre des déclarations financières annuelles. Son contenu répressif est identique à la loi en vigueur en Russie, avec laquelle Poutine persécute impitoyablement ses opposants, violant le droit d'expression et la liberté de la presse, et réprimant toute tentative d'organisation politique contre son gouvernement.

Les mobilisations sont énormes. La révolte populaire s'explique par le fait que le peuple géorgien et sa jeunesse savent que cette loi est un pas de plus vers la réduction des libertés démocratiques. Des dizaines de milliers de personnes se mobilisent et occupent les rues, dans la capitale Tbilissi et dans d'autres villes. Des veilles et des tours de garde ont été organisés aux portes du Parlement. La répression s'intensifie, des centaines de personnes sont arrêtées et nombre d'entre elles sont jugées. Après l'approbation de la loi, les mobilisations se sont poursuivies et se sont étendues aux universités, où le mouvement étudiant et les professeurs ont mené des actions de boycott académique (grève des enseignants et des étudiants) pour rejeter la loi, comme cela s'est produit dans la ville de Batumi.

 
JPEG

Les petits miroirs colorés de l'Union européenne

Les personnes qui se sont mobilisées en masse ne le font pas seulement contre les attaques antidémocratiques du gouvernement et la répression policière. Ils exigent également le renversement de la « loi russe », pierre d'achoppement qui pourrait compromettre l'adhésion souhaitée – bien que malavisée – de la Géorgie à l'Union européenne (UE). En décembre 2023, le statut de "candidat" a été accordé à la Géorgie par l’UE. Il s’agit d’une duperie car l’UE promet des libertés et de meilleures conditions de vie qui n'ont jamais été garanties aux masses populaires dans aucun des pays actuellement adhérent. En fait, les institutions de l’UE, entièrement soumises aux intérêts des plus grands capitalistes veulent garantir de meilleurs quotas d'exploitation et de meilleurs profits pour leurs multinationales.

Cette aspiration populaire d’une adhésion à l'UE traduit un désir de liberté et une volonté de changement, face à la crise sociale que connaissent les géorgiens. Mais il est illusoire de croire que les puissances capitalistes veulent améliorer le sort des populations de Géorgie, de Biélorussie, de Tchétchénie, du Kazackhstan, d’Ukraine... Les puissances capitalistes ne veulent qu’une chose : toujours faire davantage de profit. Cette illusion trouve son origine dans le processus politique et économique de restauration capitaliste de l'ex-Union soviétique et des pays d'Europe de l'Est.

Les origines du conflit et la restauration capitaliste

La crise du Caucase a des racines politiques profondes (1). La Géorgie, pays de 3,7 millions d'habitants situé dans la région du Caucase, a été colonisée par les tsars russes avec une oppression violente pendant le 19ᵉ siècle pour imposer la russification, la langue russe et l'Église chrétienne orthodoxe russe.

La victoire de la Révolution russe de 1917, menée par Lénine et Trotsky, a vaincu les tsars oppresseurs et a offert au peuple géorgien de s'intégrer à l'Union soviétique naissante, dans le respect de son autodétermination, de sa langue et de ses traditions. Grâce à la libération apportée par la réforme agraire, la distribution des terres des grands propriétaires et la socialisation de la production, la Géorgie a rejoint l'URSS, tandis que la Finlande a gagné son indépendance, mais a choisi de ne pas adhérer et de rester un pays capitaliste.

Plus tard, la contre-révolution stalinienne a mis fin à ces acquis démocratiques et socialistes et a imposé à la Géorgie un asservissement militaire. Avec le gouvernement de Gorbatchev, le stalinisme, en phase de putréfaction, a appliqué toute une politique qui a fini par éliminer les acquis de la révolution. En Géorgie, le gouvernement d'Edouard Chevardnadze, ancien ministre des Affaires étrangères de Gorbatchev, a été l'agent local de cette politique restauratrice et répressive. Sous la présidence de Poutine, la situation s’est encore aggravée avec l’annexion par la force de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie.

En 1991, d'immenses mobilisations de masse ont renversé le régime stalinien. La Géorgie a déclaré son indépendance. Ce fut une grande victoire du peuple géorgien. Mais, en l'absence d'une direction révolutionnaire, la bureaucratie restaurationniste, devenue dirigeante capitaliste, a poursuivi ses objectifs. Le peuple géorgien, débarrassé du stalinisme a alors été exploité par les oligarques et les multinationales.

De la « révolution des roses » à l'échec des politiques de privatisation de Mikheil Saakashvili (MNU)

En 2003, des élections législatives sont organisées. L’ex-stalinien Chevardnadze l'emporte de nouveau avec 21,3 %. Les élections sont dénoncées comme frauduleuses(2). Le tollé ne s'est pas fait attendre et une mobilisation massive a eu lieu pour chasser le président du pouvoir, contraint de s'échapper par la porte arrière du Parlement. Ce processus, connu sous le nom de « révolution des roses », exprimait le mécontentement croissant face à l'impact de la crise économique russe de 1998 et à la détérioration des conditions de vie, à la corruption et à la répression qui étouffaient les travailleurs de Géorgie.

JPEG

Quelques jours après sa chute, afin d'éviter le développement des mobilisations et une vacance du pouvoir, Chevardnadze lui-même a convoqué une réunion avec d'autres dirigeants politiques du pays dans le but de mettre en œuvre une sortie négociée. À l'issue de ces négociations, Mikheil Saakashvili, du Mouvement national uni (MNU), a été désigné par le Parlement comme nouveau président de la Géorgie. Il a pris ses fonctions une fleur de rose à la main, porté par la vague de mobilisation populaire. Le MNU a été présenté comme un remplaçant démocratique. Mais, le loup se déguise toujours en agneau.

Pendant son mandat, les services publics ont été privatisés. La santé publique a été démantelée et les hôpitaux et cliniques publics ont disparu. L'économie et les transactions financières ont été libéralisées. La population russe a été persécutée. Les forces armées ont commencé à s'entraîner aux États-Unis et des troupes ont été envoyées en Irak et en Afghanistan. Les libertés démocratiques ont été sévèrement attaquées.

En 2008, Mikheil Saakashvili ordonne l'invasion de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie dans le but de regagner des territoires et un prestige nationaliste. Cela a déclenché une guerre avec la Russie, qui est intervenue et a repris le territoire en quelques jours, a vaincu l'armée géorgienne et a ensuite reconnu l'autonomie supposée des deux républiques. Mais, avant de se retirer, Poutine et Mandelev ont laissé derrière eux quatre bases militaires avec environ 13 000 soldats opérationnels. Cet échec militaire et politique de la MUN laisse la coalition au pouvoir mortellement blessée.

Le « Rêve géorgien », le magnat totalitaire Bidzina Ivanishvili et la « loi russe »

Le “Rêve géorgien” a été fondé en avril 2012, comme nouvelle coalition politique capitaliste, dans le but principal de tirer profit de la crise de la MUN initiée par la défaite dans la guerre. C'est ce qu'elle a fait en remportant les élections législatives du 2 octobre 2012, convertissant Bidzina Ivanishvili en Premier ministre.

La coalition est dirigée par l'homme d'affaires Bidzina Ivanichvili, qui amasse une fortune de 6,4 milliards de dollars selon le magazine Forbes, et est l'oligarque le plus riche de Géorgie. Il compte parmi ses idéologues et associés d'anciens collaborateurs d’Edouard Chevardnadze. M. Ivanishvili a été premier ministre d'octobre 2012 à novembre 2013 avant de se retirer de la vie politique pour continuer à faire des affaires, principalement en Russie. Il est revenu en Géorgie en décembre 2023 pour être « un nouveau centre de pouvoir, et le principal conseiller » du gouvernement.

Sa rhétorique « anti » américaine et ses relations économiques évidentes avec l'oligarchie russe suscitent des inquiétudes parmi ses alliés de l'UE. Le refus de soutenir la résistance ukrainienne et « d'ouvrir un second front » présente la Russie comme un allié d'Ivanichvili avec lequel il souhaite maintenir ses relations d'affaires directes ou indirectes. Ivanishvili et son parti ont inscrit l'adhésion de la Géorgie à l'UE et à l'OTAN dans leur programme politique, comme tous les partis du régime capitaliste.

L'oligarque Ivanichvili ne veut perdre ni ses affaires avec les oligarques russes ni ses affaires avec les multinationales européennes et cherche à «  mettre ses œufs dans les deux paniers  ».

D'abord, ses intentions totalitaires et pro-russes visent à négocier de meilleures conditions pour les investissements russes dans le pétrole et le gaz. C'est le cas des entreprises Lukoil ou Petrocas Fuel Services Georgia qui ont eu des liens avec la Russie dans le passé (3). Elle souhaite également obtenir une partie des activités de communication par l'intermédiaire de Cellfie (anciennement Beeline) et des activités minières et hydrauliques d'IDS Borjomi et de RMG.

D'autre part, elle recherche des alliances avec l'UE afin de ne pas perdre ses affaires avec la multinationale française TotalEnergies, propriétaire de l'oléoduc BTC, le deuxième plus long au monde, qui traverse toute la Géorgie pour relier la mer Caspienne à la mer Noire en passant de l'Azerbaïdjan à la Turquie. Elle cherche par ailleurs à s'approprier le butin de l'exploitation du magnésium aux mains de la Georgian Manganese Holding de la société britannique Stemcor.

Dans un pays qui accumule depuis 10 ans un fort déficit commercial – en 2023, il était de 9,3 % (4) — les oligarques et les capitalistes font tout pour conserver une partie des investissements directs étrangers afin d'alimenter leurs affaires, surtout lorsque la plupart d'entre eux proviennent d'investissements financiers et d'entreprises quasiment incontrôlées.

32 ans après l'indépendance et la restauration du capitalisme. L'adhésion à l'UE est-elle une issue ?

32 ans se sont écoulés depuis l'indépendance de la Géorgie et des décennies de restauration capitaliste. Les conditions de vie et les droits démocratiques ont-ils été résolus ? Non, ils ne sont toujours pas réglés. Mais, les grands hommes d'affaires continuent d'engranger de juteux bénéfices.

Au XXIe siècle, le salaire minimum en Géorgie est uniquement de 7,5 USD (20 GEL) et n'a pas été actualisé depuis 1999. Le salaire moyen est de 400 USD, alors que le salaire nécessaire pour vivre dignement est estimé à 650 USD. Ce salaire est bien inférieur au salaire moyen de 2 000 euros en Allemagne. De plus, les travailleurs doivent supporter le fait que 15,6 % d'entre eux vivent dans la pauvreté et que le gouvernement n'offre aux 650 000 personnes socialement vulnérables que la misérable allocation de subsistance de 18 USD par mois(5).

L'adhésion à l'UE permettrait-elle d'améliorer cette situation ? Les pays qui ont rejoint l'UE comme la Pologne, la Hongrie, la Bulgarie ou la Roumanie sont exploités par les multinationales allemandes ou françaises. Leurs travailleurs ont les salaires les plus bas de l'UE. En rejoignant l'UE, les puissances capitalistes centrales fonctionnent comme un aspirateur de salaires impayés vers les sièges de leurs multinationales et ne déversent rien. Les conditions de vie se dégradent à mesure que la crise capitaliste s'aggrave. Tous les pays de l'UE ont mis en œuvre des plans d'austérité sévères, provoquant de fortes grèves et mobilisations, y compris dans les pays les plus puissants.

Le combat reste ouvert. À bas la loi russe !

La « loi russe » antidémocratique doit être abolie, faute de quoi elle sera utilisée contre tous ceux qui se mobilisent et se battent pour leurs revendications. Elle sera utilisée contre les syndicats qui luttent pour les salaires, comme les plus de 3 500 travailleurs des mines du complexe de Chiatura. Elle sera utilisée contre ceux qui s'opposent au pillage et à la destruction de l'environnement, contre les femmes et les dissidents sexuels qui luttent pour leurs droits syndicaux, sociaux et démocratiques et contre les violences sexuelles qui sont déjà particulièrement détestés et persécutés par Ivanichvili et le « Rêve d'or ».

L'Unité internationale des travailleuses et travailleurs – Quatrième internationale (UIT-QI), salue la mobilisation et rejette la répression du gouvernement totalitaire.

La jeunesse, les travailleurs en lutte cherchent à se frayer un chemin au milieu des pressions de l'UE et de la confusion régnante résultant de l'absence d'une direction socialiste, de décennies de stalinisme et de la restauration capitaliste.

Le retrait de la loi et la fin de la répression russes seraient le premier pas vers la défaite du gouvernement du « rêve géorgien », qui pour beaucoup est devenu un cauchemar.

Dans le feu de la mobilisation, de nouvelles organisations ouvrières et populaires peuvent émerger qui nous permettront d'avancer dans la lutte pour une Géorgie, une Europe et un monde sans exploités et exploiteurs, sans oppresseurs et opprimés pour être vraiment libres.

 

18 mai 2024

Ezequiel Peressini

Membre de la direction de Izquierda Socialista, section argentine de l'UIT-QI. Il a été législateur du Frente de Izquierda y los Trabajadores-Unidad (FIT-U) dans la province de Córdoba de 2015 à 2019.

Notes :

1 Correspondencia Internacional Nº 26 “El Conflicto de Cáucaso” en www.uit-ci.org

https://elpais.com/diario/2003/11/21/internacional/1069369216_850215.html

https://civil.ge/archives/562161

https://forbes.ge/saqarthvelom-2023-tslis-sagareo-vatchroba-rekorduli-dephitsitith-daasrula/

https://shroma.ge/living-wage/

 



141 réactions


  • Gégène Gégène 27 mai 18:55

    L’auteur connaît-il cette loi russe ?

    Pardon, je voulais dire américaine smiley


    • sylvain sylvain 27 mai 21:19

      @Gégène
      l’une ne justifiant pas l’autre me semble t il.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 27 mai 22:36

      @Gégène

      « L’auteur connaît-il cette loi russe ? Pardon, je voulais dire américaine »

      Vous êtes toujours dans un raisonnement binaire qui me parait surtout primaire : « Si on est contre Poutine c’est qu’on défend le dirigeants des USA ». Je me demande si vous avez lu l’article. Vous vous êtes sans doute précipité sur votre clavier après avoir vu le titre et l’image.

      Ces lois ne sont pas meilleures quand elles sont imposées dans un pays que dans un autre.

      Actuellement, c’est en Gèorgie que le peuple se mobilise contre une loi inique.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 27 mai 22:38

      @sylvain
      Bonjour Sylvain.
      Apparemment ton avis n’est pas partagé... Dur, dur !!!


    • SilentArrow 28 mai 01:59

      @Jean Dugenêt

      Cette loi a simplement pour but de imiter les activités subversives des USA en Géorgie. Quoi de plus naturel dans le contexte géopolitique ?

      Le comble de l’hypocrisie, c’est le fait d’appeler cette loi « la loi russe » alors que c’est une invention américaine. Ce procédé classe immédiatement votre texte dans la catégorie propagande : vous ne vous adressez pas au cerveau des lecteurs, mais à leurs tripes. C’est à cela qu’on reconnaît les suppôts de régimes totalitaires.

      L’article aurait pu être intéressant s’il avait analysé le rôle de l’Open Society de Soros dans ces manifestations et ce que cette organisaton malfaisante a à perdre grâce à cette loi.


    • SilentArrow 28 mai 02:42

      @SilentArrow

      lire « limiter », pas « imiter »


    • Berthe 28 mai 06:43

      @Jean Dugenêt

      vous mentez, et ce qui est terrible c’est que vosu pensez maitriser le sujet à distance ou par propagande interposée via des merdias. Et de faire croire que c’est une première en Géorgie que d’être l’objet d’une pseudo rélvolution colorée, c’est honteux de votre part quand on pens à ces méthodes de viles mercenaires qui sèment le chaos depuis les anénes 90...Nous savons tous ce qui se passe en Gérogie depuis 2010... Le cas ukrainiens doit les conforter dans l’idée qu’ils sont les prochains sur la liste quelque part !! Vous n’êtes pas Géorgien et ce que vous faites ressemble fort à de l’ingérence !! Funny ! Balayez donc devant votre porte, ll me semble que vous avez d’innombrables sujets sur lesquels écrire.. .


    • Zolko Zolko 28 mai 11:52

      @Jean Dugenêt

      Vous vous êtes sans doute précipité sur votre clavier après avoir vu le titre et l’image


      exact, et j’ai aussi vérifié l’auteur de l’article pour être certain que je ne loupe rien à ne pas le lire : vous êtes du fan-club de l’OTAN. Et le titre que VOUS avez choisi est du click-bait caractérisé alors je ne vois pas bien pourquoi vous vous en plaignez.

    • Zolko Zolko 28 mai 12:05

      @sylvain

      l’une ne justifiant pas l’autre

       
      si justement, c’est le principe de l’état de droit. C’est aussi un principe Chrétien (« ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas qu’on te fasse »)

    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 mai 12:48

      @Zolko
      "exact, et j’ai aussi vérifié l’auteur de l’article pour être certain que je ne loupe rien à ne pas le lire : vous êtes du fan-club de l’OTAN. "

      Vous n’aviez pas lu et maintenant vous avez mal lu. Vous n’avez encore pss vu que je ne suis pas l’auteur de l’article.

      Contrairement à Poutine, je n’ai jamais défendu l’OTAN. Voir ci-dessous le discours de Poutine qui défend l’OTAN en 2002

      ======================================

      Je voudrais tout d’abord remercier sincèrement nos amis italiens et, plus personnellement, M. Silvio Berlusconi, Chef du gouvernement italien, pour leur hospitalité et l’excellente organisation du sommet. Je me rends bien compte de la difficulté d’organiser tout cela en si peu de temps.

      On pourrait difficilement surestimer l’importance du sommet. Tout récemment encore, ce genre de réunion entre les dirigeants de la Russie et des pays membres de l’OTAN, dans le format et avec la qualité de la réunion d’aujourd’hui, aurait tout simplement été inconcevable. C’est pourtant devenu une réalité, rendue possible grâce à des travaux conjoints intensifs et à la volonté d’entamer un dialogue animé et ouvert.

      Vingt Etats exerçant une influence à l’échelle mondiale ont réalisé qu’ils partageaient les mêmes intérêts essentiels de sécurité dans un contexte international en rapide évolution. Ils se sont suffisamment rendu compte de la nécessité d’arriver à une meilleure compréhension mutuelle et du danger universel des nouvelles menaces. Et avant tout, de la menace liée au terrorisme international.

      Le 11 septembre de l’année dernière, le terrorisme a fait des milliers de victimes à New York. Et tout récemment, le 9 mai, jour de célébration de la Grande victoire sur le fascisme, les terroristes n’ont épargné ni les femmes, ni les vieillards, ni les enfants dans la ville russe de Kaspiisk. Ils ont violé la mémoire de ceux qui ont apporté au monde la liberté et l’espoir.

      Nous ne devons pas oublier qu’il y a plus d’un demi-siècle, l’humanité a payé de dizaines de millions de vies le manque de clairvoyance criminel et l’hésitation des hommes politiques à unir leurs forces contre l’ennemi commun. Nous sommes maintenant confrontés à une tâche d’une ampleur comparable, si l’on se réfère à l’histoire. Oui, la menace actuelle se présente sous une autre forme et son origine est différente, mais elle n’en est pas moins dangereuse pour le sort de l’humanité.

      C’est pourquoi toutes les institutions et formes de coopération internationales doivent maintenant prouver qu’elles sont pertinentes et capables de relever les nouveaux défis. Nous savons que ce ne sera pas facile. Il nous faudra du temps, et le Secrétaire général m’a récemment écrit à ce propos. Je suis tout à fait d’accord. Il nous faudra de la patience et une ferme volonté politique. Mais c’est la seule façon pour nous d’élaborer une architecture vraiment efficace qui pourra non seulement protéger sûrement nos intérêts communs mais aussi assurer une paix et une sécurité indivisibles.

      Nous sommes réalistes et nous n’oublions pas que l’histoire des relations entre la Russie et l’Alliance de l’Atlantique Nord n’a pas été facile. Nous avons parcouru un long chemin - de l’opposition au dia- logue, de la confrontation à la coopération. Et nous sommes pleinement conscients que la signature de la Déclaration de Rome n’est que le début de l’établissement de relations fondamentalement différentes. En effet, je peux confirmer ce que notre hôte distingué, le Premier ministre italien a dit, le Président Bush et moi-même en avons discuté longuement à Moscou.

      Mais je dois vous dire que la décision de conférer une qualité nouvelle aux relations OTAN-Russie a été positivement perçue par des millions de Russes. Et je pense que les populations des pays d’Europe occidentale, des Etats-Unis et du Canada voient également dans cette mesure la preuve de notre volonté commune d’assumer la responsabilité du maintien de la paix et de la stabilité sur la 18 planète. Notre point de départ, c’est la certitude que ni les missiles nucléaires, ni les engagements du temps de la Guerre froide ne sont plus et ne peuvent plus être le remède universel aux menaces modernes.

      Nous signons une Déclaration qui définit clairement les principes de coopération, établit le mécanisme sous la forme du nouveau Conseil OTAN-Russie, et énonce déjà les domaines initiaux dans les- quels s’appliqueront nos efforts conjoints. C’est pourquoi nous croyons fermement que le document de Rome n’est pas une simple déclaration d’intentions, mais le solide fondement de travaux constructifs menés conjointement.

      La Russie s’y intéresse principalement en tant qu’instrument de travail. Il est essentiel que notre coopération « à 20 » soit établie sur la base solide du droit international - la Charte des Nations Unies, l’Acte final d’Helsinki et la Charte de sécurité européenne de l’OSCE. Ainsi, nous intégrerons le nouveau Conseil dans le réseau des actions complémentaires d’organisations mondiales et régionales œuvrant dans le domaine de la sécurité.

      Pour la Russie, étant donné sa position géopolitique, le renforcement de la coopération avec l’OTAN, en tant que partenaires égaux, est l’un des aspects concrets de l’approche multiple, qui est la seule solution que nous puissions adopter, et que nous avons l’intention de mettre en œuvre résolument. Nous ne nous considérons pas comme étant en dehors de l’Europe mais, selon nous, il est également inconcevable que l’on sous-estime le rôle des mécanismes approuvés de coopération en Asie et dans la Communauté d’États indépendants.

      Ce n’est qu’en combinant harmonieusement nos actions dans tous ces domaines que nous créerons de vastes possibilités qui permettront de bâtir une seule grande région où régnera la sécurité - de Vancouver à Vladivostok. Je pense que tous ceux qui participent à la réunion aujourd’hui partagent cet avis.

      Aujourd’hui, nous tenons notre toute première réunion « à 20 ». Nous espérons que nos relations avec l’OTAN continueront de se développer et que la qualité de ces relations s’améliorera. Et notre tâche difficile, qui est importante pour nous tous, sera fondée non seulement sur le respect mutuel, mais aussi sur la volonté de chercher de nouveaux terrains d’entente. Ce n’est qu’ainsi que la logique des intérêts communs pourra se transformer en logique d’action conjointe. J’estime que c’est l’une des tâches essentielles du Conseil OTAN-Russie.

      Pour conclure, je voudrais dire encore une fois que la nouvelle réalité de nos relations est le reflet direct du nouveau niveau de compréhension mutuelle. Les efforts conjoints que nous avons déployés au service de la paix doivent se poursuivre. Nous n’avons pas d’autre choix.

      Je tiens à exprimer ma profonde reconnaissance à tous ceux qui sont réunis ici, ce jour, autour de cette table ronde caractérisée par l’harmonie et la compréhension mutuelle. Nous savons que sans la bonne volonté et la réalisation de tous de l’importance de ces événements, la rencontre n’aurait pas eu lieu et n’aurait pas obtenu les résultats qu’elle a atteint aujourd’hui. Je peux vous assurer que la Russie mesure toute l’étendue de sa responsabilité.

       


    • JPCiron JPCiron 28 mai 13:36

      @SilentArrow

      Cette loi a simplement pour but de imiter les activités subversives des USA en Géorgie. Quoi de plus naturel dans le contexte géopolitique ?

      Le comble de l’hypocrisie, c’est le fait d’appeler cette loi « la loi russe » alors que c’est une invention américaine. Ce procédé classe immédiatement votre texte dans la catégorie propagande : vous ne vous adressez pas au cerveau des lecteurs, mais à leurs tripes. C’est à cela qu’on reconnaît les suppôts de régimes totalitaires.

      L’article aurait pu être intéressant s’il avait analysé le rôle de l’Open Society de Soros dans ces manifestations et ce que cette organisaton malfaisante a à perdre grâce à cette loi. >


      Très juste !


    • sylvain sylvain 30 mai 09:04

      @Jean Dugenêt
      t’en fais pas, je survivrais.


    • sylvain sylvain 30 mai 09:08

      @Zolko
      Le principe de l’etat de droit, ce n’est pas oeil pour oeil, dent pour dent. L’etat de droit c’est une loi clair et precise qui soit superieur aux autres types de rapport de force.
      L’etat de droit reste donc un principe, ou une utopie meme si ce n’est pas mienne, dans toutes les civilisations industrielles.


  • Krokodilo Krokodilo 27 mai 19:01

    Une telle loi serait la bienvenue en France. Il serait intéressant de connaître le financement des nombreux « think tanks » et autres instituts, organismes, dont nous voyons souvent des représentants à la télé ; la transparence de leurs financements me semble une valeur démocratique. Nous l’avons bien imposé dans le domaine politique, ainsi qu’une limitation du montant des campagnes électorales, pourquoi pas en matière d’ONG diverses ?


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 27 mai 22:40

      @Krokodilo
      Pour l’heure je crois qu’il faut examiner dans quel contexte cette loi est passée en Géorgie. Evidemment, partout dans le monde, les forces réactionnaires trouvent des moyens pour imposer leur domination.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 mai 20:04

      @Krokodilo
      "Il serait intéressant de connaître le financement des nombreux « think tanks » et autres instituts, organismes, dont nous voyons souvent des représentants à la télé"

      Je suis moins exigeant que vous. Je pense qu’il y aurait un gros progrès si on savait qui finance AgoraVox.


    • V_Parlier V_Parlier 29 mai 17:52

      @Krokodilo
      Le comble de l’hyprocrisie, c’est que les politiques/influents qui réclament des lois de ce genre en France sont les traitres agents américains comme Tenzer. J’imagine comment ils vont la ficeler, cette loi ! Il faut s’attendre aux pires pirouettes !


  • Seth 27 mai 20:30

    Les ceusses qui pensent qu’il est curieux que de telles choses se passent en un tel moment en un tel endroit sont rien que des complossisses. smiley


  • sylvain sylvain 27 mai 21:18

    bonjour jean

    il est assez clair que la « revolution des roses » a ete soutenue par les EU a qui elle profitait bien. Mais il semble aussi evident qu’elle etait aussi une revolution populaire et qu’elle traduisait les aspirations d’une partie de la population georgienne. C’est un peu comme en ukraine.

    Tu parles clairement de l’ingerence des pays capitalistes dans ce processus et de ses motivations reelles, ce que la plupart des commentateurs semblent, ou font semblant de ne pas voir.

    Il serait interessant que tu ecrives un jour la dessus, parcequ’il me semble que ces ingerences de l’empire sont particulierement pernicieuses : elles permettent aux pouvoirs autoritaires de ce monde d’assimiler des mouvements populaires a de l’imperialisme d’une maniere credible et meme justifiee.

    Si je trouve le temps, j’ecrirais un article la dessus


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 27 mai 22:54

      @sylvain
      Tu as parfaitement raison. D’une manière générale tous les évènements du bloc de l’Est amenant le retour au capitalisme puis la stabilisation de cet état de fait doit être analysée en tenant compte de la complexité du processus. Il faut voir en quoi les mobilisations populaires ont été un facteur décisif et en même temps tout cela faisait la part belle des capitalistes (en particulier des américains) qui rêvaient de ce retour au capitalisme et l’ont encouragé. Les « oligarques » (nouveaux riches et donc truands profitant de la dilapidation des biens de l’Etat) ont joué et jouent encore un rôle spécifique dans le processus.

      Mais les nombreux défenseurs inconditionnels de Poutine qui sévissent sur AgoraVox ne verront jamais que les capitalistes américains tiennent au maintien de l’ordre dans cette région du monde où le risque d’une explosion sociale est permanente. En ce sens, ils défendent Poutine car ils n’ont pas, pour l’instant, de solution de rechange. Poutine reste le meilleur garant du maintien de l’ordre dans cette région du monde où les sociétés capitalistes américaines investissent.


    • JPCiron JPCiron 28 mai 13:47

      @Jean Dugenêt

      Mais les nombreux défenseurs inconditionnels de Poutine qui sévissent sur AgoraVox ne verront jamais que les capitalistes américains tiennent au maintien de l’ordre dans cette région du monde où le risque d’une explosion sociale est permanente. En ce sens, ils défendent Poutine car ils n’ont pas, pour l’instant, de solution de rechange. Poutine reste le meilleur garant du maintien de l’ordre dans cette région du monde où les sociétés capitalistes américaines investissent. >

      Mio, je n’ai pas cette capacité de lire dans les pensées des gens. Cela me chagrine. Mais je fais avec mes moyens en me concentrant sur ce qu’ils font. Et je vois un autre monde.


  • saint louis 27 mai 22:17

    C’est quand même étrange, c’est « manifestations populaires » contre une loi qui justement défend l’intégrité du pays.

    Nous pouvons juste constater que les mouvements contestataires sont souvent initiés par des intérêts étranger, bien souvent anglo saxons.

    Ce qui se passe actuellement en nouvelle Calédonie doit faire partie du lot.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 27 mai 22:57

      @saint louis

      « C’est quand même étrange, c’est « manifestations populaires » contre une loi qui justement défend l’intégrité du pays ».

      Ce sont assurément des agents de la CIA qui sont derrière cela. D’ailleurs des observateurs particulièrement attentifs ont remarqué que lors d’une manifestation une dame d’origine américaine avec un blouson bleu a distribué une dizaine de petits pains. Alors c’est bien la preuve que...

      Vous êtes indécrotables !

    • SilentArrow 28 mai 02:14

      @Maître Yoda

      Excellente remarque, d’autant plus que notre ami Dugenêt connaît très bien l’histoire de l’Amérique latine.

      Alors, que va-t-il répondre ? Va-t-il se dérober ? Allons-nous avoir droit à une démonstration du pouvoir de la « dialectique » quand il s’agit de noyer le poisson ?


    • SilentArrow 28 mai 06:16

      @Jean Dugenêt
       

      D’ailleurs des observateurs particulièrement attentifs ont remarqué que lors d’une manifestation une dame d’origine américaine avec un blouson bleu a distribué une dizaine de petits pains.

      En regardant bien, j’ai aussi cru apercevoir derrière la dame, un agitateur étranger déguisé en Huguenot, sans doute pour passer inaperçu.

      Mais j’ai dû mal voir. Un trotskiste français n’irait pas risquer des coups de matraque en Géorgie pour une cause qui ne le regarde en rien.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 mai 11:02

      @Maître Yoda

      "Vous dîtes naïvement que c’est l’extrême droite qui croit en l’influence de la CIA en Europe et dans le monde et qui pense que Poutine défend son pays.« 

      Je n’ai jamais dit rien de tel et je n’ai attendu ni Poutine ni Asselineau pour me prononcer pour le retrait de l’OTAN et de l’UE. Avec ou sans CIA j’ai maintes fois expliqué que les USA domine le monde sur le plan économique et militaire. J’ai expliqué comment cela s’est fait. J’ai expliqué le rôle de l’ONU...

      Je répète d’ailleurs que Poutine a ouvertement défendu l’OTAN quand nous étions nombreux à la combattre. Je sais très bien qui étaient les »pères de l’UE« et lesquels étaient payés par la CIA. J’ai d’ailleurs montré avec davantage de pertinence qu’Asselineau ce que fut Walter Hallstein. Asselineau qui a fondamentalement le même point de vue que moi s’est ridiculisé sur ce sujet en expliquant qu’Hallstein avait été choisi par Hitler lui-même. Quand on aborde de tels sujets il faut être rigoureux et précis.

      Je suis entièrement d’accord avec ce que vous dites sur le rôle des USA en Amérique Latine. L’auteur de l’article que je propose ici est un militant trotskyste d’Argentine qui combat à ce titre un dictateur qui a le soutien des USA...

      Je vais donc essayer d’être clair en ce qui concerne la différence énorme entre ma position et celle de l’extrême-droite. Je vous invite d’ailleurs à lire mon article  »Etes-vous d’extrême-droite  ?« 

      Il est tout de même un peu fort que cette masse d’extrême-droite comprend très bien que nous sommes sous domination américaine. Elle refuse légitimement cette domination. Mais les mêmes ne veulent pas comprendre que les populations des pays »satellites" de la Russie de veulent plus de la domination de la Russie. Elles veulent elle aussi être indépendante et elles n’ont nullement besoin de la CIA pour avoir ce désir d’indépendance.

      C’est d’autant plus vrai que la domination russe sur la Biélorussie, la Géorgie, le Kazakhstan, la Tchétchénie, l’Ukraine... est beaucoup plus visible que la domination américaine sur la France. Nous n’avons pas vu les chars d’assauts américains venir rétablir l’ordre chez nous.

      Quel serait votre point de vue si vous habitiez dans l’un de ces pays ?

      Je trouve qu’il faut être bien borné pour ne pas comprendre ce qui me parait évident. Je trouve d’ailleurs très comiques les prétendues preuves que nous serine cette extrême-droite avec notamment cette histoire, mille fois répétée, de la dame au blouson bleu qui distribue ses petits-pains.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 mai 11:04

      @SilentArrow
      Il n’est pas difficile de le servir. L’auteur de l’article connait encore mieux que moi l’Amérique Latine puisqu’il habite en Argentine.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 mai 15:28

      @Maître Yoda

      "J’ai lu votre article sur Hallstein et je l’ai trouvé sympa. Une fois n’est pas coutume. Mais Asselineau a été le premier a en parler à ma connaissance et il n’avait pas ChatGPT. Il a donc deux fois plus de mérite que vous.

      "

      Asselineau n’a fait que reprendre ce qui avait été expliqué avant lui par divers auteurs. Il y a ajouté au moins une ineptie qui a fait le plaisir des contradicteurs. Je ne suis pas à la course au mérite ni sur ce point ni sur un autre.

      Je répète la question : quel serait votre point de vue si vous étiez à la place des géorgien ?

      Vous refusez évidemment de répondre en posant une autre question qui est fondée sur une affirmation sans preuve. Les habitants du Donbass auraient reçu des bombes envoyées par le gouvernement ukrainien sans doute depuis la salle de réunion des ministres. Je reviendrais sur la question de la véracité d’une telle affirmation. La question de savoir quelle serait l’attitude à adopter à la place des habitants du Donbass est justifiée. S’ils étaient partisans de quitter l’Ukraine pour rejoindre la Russie, il n’y aurait aucune raison de s’y opposer. Ont-ils exprimé ce désir ? Quelle réponse y aurait été apportée. Je ne le sais pas. Je sais que mes amis trotskystes ukrainiens sont d’accord avec ce que je viens de dire. Il n’y a aucune raison de s’opposer au départ de ceux qui le veulent. Il serait bien que Poutine raisonne ainsi.

      Venons maintenant à la question de la véracité de vos affirmations.

      Je ne sais pas qui envoyait des bombes et sur qui elles étaient envoyées. Nous savons tous maintenant que le groupe Wagner est arrivé très tôt dans le Donbass et ces actions guerrières ont été à tort attribuées à la population locale. Je remarque que vous affirmez comme des vérités absolues des discours que ne sont attribués qu’aux défenseurs de Poutine. Je n’ai aucune information fiable sur des bombes envoyées par le gouvernement Ukrainien sur le Donbass.

      Je sais par contre qui étaient en France les représentants des prétendus pro-russes du Donbass.

      Le « Collectif France-Russie » et le « Comité France-Donbass représentant français de Novorossia » était composé de Svetlana Kissileva (Kysilyova), André Chanclu et Alain Benajam respectivement présidente, secrétaire et adjoint de Novopole. Ils étaient, rien de moins que les représentants officiels des « Etats indépendants de la Novorossia en France ». C’était les ambassadeurs d’un état non reconnu par la France. On les voit tous les trois dans la vidéo intitulée « Débats avec le comité France-Donbass  ». Le Chanclu en question est l’individu le plus gratiné de l’extrême-droite française. Ce sont ces gens-là qui étaient à l’initiative de vos discours en France. Ils ont ensuite étaient relayés par une nommée Néant si compromise auprès de Poutine que même AgoraVox a dû s’en débarrasser. Mais les fidèles de fidèles d’AgoraVox continuent à répéter les mêmes discours alors que rien de ce qu’ils disent n’est prouvé.

      Il est évident aussi que le prétexte d’envahir l’Ukraine pour protéger ces populations est une énorme supercherie. S’il ne s’agissait que de protéger les populations du Donbass, il n’y avait aucune raison de dépasser les frontières du Donbass.

      D’un côté vous êtes d’accord avec le souverainisme mais finalement vous êtes d’extrême gauche.

      Je ne suis nullement d’accord avec le souverainisme. Je suis opposé à l’OTAN et à l’UE. J’analyse les faits car il faut être conscient de la réalité du monde ce qui m’amène évidemment à constater que les USA domine sur le plan militaire et économique. Je ne dis pas que la réalité me convient.

      Sans doute que vous êtes à court d’arguments sérieux puisque vous terminez avec une insulte :

      « Vous êtes le bon pigeon pour la psychanalyse (rire). »

      Votre commentaire va donc disparaître dans quelque temps.


    • Maître Yoda Maître Yoda 28 mai 16:28

      « S’ils étaient partisans de quitter l’Ukraine pour rejoindre la Russie, il n’y aurait aucune raison de s’y opposer. »

      C’est ce qui s’est passé, puisque presque 3 millions de réfugiés ukrainiens sont parties en Russie. Vous allez me dire qu’ils ont été forcé, c’est cela ? Cela me paraît aussi ridicule que votre histoire de la dame qui transporte des petits pains. Les Russes ne sont pas anti-ukrainiens et n’ont aucune raison de faire du mal à la population.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 mai 17:37

      @Maître Yoda

      « j’aimerais qu’on foute mon pays en paix, ni OTAN, ni Russie »
      Voilà au moins un point sur lequel nous sommes d’accord ! Vous êtes donc contre l’invasion de l’Ukraine. Il est temps de leur « foutre la paix » aux ukrainiens.

      « Pas du tout, ce sont des informations officielles (ONU, wikipédia, la courageuse et sympathique Anne Laure Bonnel...) »

      Vous faites fort en mettant comme informations officielles les racontars d’Anne Laure Bonnel. Je l’avais oubliée celle-là. C’est celle qui a pris le relai après Chanclu et Néant. Voyez vous la moindre preuve dans ce qu’elle raconte. C’est vrai que c’est celle que cite Asseilineau qui n’a pas davantage de preuve que vous au sujet de ces prétendues bombes du gouvernement qui aspergeaient le Donbass. Ah ! Vous admirez la beauté de cette intelligence !

      Quant aux autres sources (ONU et wikipédia) j’attends les citations.

      « les bourrins pro-CIA comme vous »

      Décidément ! Vous êtes incapable de discuter ! Encore une insulte ! Ce commentaire va disparaître et vous êtes très prêt de ne plus jamais avoir à commenter mes articles.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 mai 17:40

      @Maître Yoda
      "C’est ce qui s’est passé, puisque presque 3 millions de réfugiés ukrainiens sont parties en Russie. Vous allez me dire qu’ils ont été forcé, c’est cela ?« 
      Vous faites la question et la réponse.

       »Les Russes ne sont pas anti-ukrainiens et n’ont aucune raison de faire du mal à la population."

      Vous devriez aller expliquer cela en Ukraine. Les ukrainiens apprécient tous les jours la bonté de Poutine à leur égard.


    • Maître Yoda Maître Yoda 28 mai 17:46

      @Jean Dugenêt

      « Vous faites fort en mettant comme informations officielles les racontars d’Anne Laure Bonnel. Je l’avais oubliée celle-là. C’est celle qui a pris le relai après Chanclu et Néant. »

      Je l’attendais celle-là, vous êtes incorrigible. C’est la première fois que je vous moinse.
      Anne Laure Bonnel est une vraie reporter, qui a reçu des prix. En plus, quel racontars vous parlez, elle est allée sur place ! Soyez un peu respectueux de l’altérité humaine SVP.

    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 mai 17:52

      @Maître Yoda

      « Le Russe a été interdit par le gouvernement etc. »

      Vous répétez les calomnies habituelles. Vous êtes complètement intoxiqué par la propagande poutinienne.

      C’est évidemment entièrement faux ! Les ukrainiens ne cherchent pas du tout à marginaliser la langue Russe. Ce sont bien deux langues distinctes et la caractérisation de l’ukrainien comme étant un patois ou une sous-langue issue du russe est simplement une insulte raciste postulant la supériorité des « grands-russes » et de leur langue. Les deux langues ont une origine commune. Elles proviennent du « slave oriental » mais elles sont nettement différentes au même titre que l’Espagnol et l’Italien, qui ont aussi une origine commune. Cette comparaison est mise en avant par le linguiste suisse Patrick Sériot. Les 17 autres minorités nationales dont les droits sont respectés en Ukraine sont : les Biélorusses, les Bulgares, les Arméniens, les Gagaouzes, les Grecs, les Juifs, les Karaïtes, les Tatars de Crimée, les Criméens, les Moldaves, les Allemands, les Polonais, les Roms, les Roumains, les Serbes, les Slovaques et les Hongrois.

      Ce qui est nouveau en Ukraine c’est que l’ukrainien est maintenant la langue officielle. Mais, aucune mesure d’interdiction n’a été prononcée contre les autres langues. La soi-disant interdiction de la langue russe est une énorme calomnie datant de février-mars 2014. D’ailleurs, la plupart des slogans des manifestations, notamment sur la place Maïdan, étaient en Russe.

      Il est vrai que juste après la fuite de Ianoukovitch, la rada a envisagé d’abolir le statut du russe comme seconde langue officielle au niveau de plusieurs oblasts mais elle n’a pas été suivie d’effets. Néanmoins, cette réaction a été présentée comme une immense agression terroriste contre « le russe ». Les ukrainiens n’ont aucune raison de restreindre l’utilisation de la langue Russe pourvu que l’Ukrainien reste la langue officielle. C’est donc notamment la langue des actes administratifs.

      Au lieu de répéter de grossières calomnies à ce sujet, les poutinolâtres peuvent citer les textes de loi adoptés récemment en Ukraine. Ils sont tous disponibles sur internet y compris d’ailleurs les textes qui n’ont pas été adoptés après avoir été discutés. Voir notamment la politique linguistique relative aux minorités. Ils n’ont évidemment aucune citation de ce genre à faire.

      Les droits des minorités sont respectés et bien des pays, en commençant par la Russie, ferait bien de prendre modèle à ce sujet sur ce qui se pratique en Ukraine. Il est inutile de sortir les fantasmes des « Grands-Russes » vexés que leur langue ne soit plus la langue officielle dans un pays où ils ont voulu éradiquer la langue ukrainienne. Ce qui est malheureux c’est que d’autres pays comme la Géorgie subissent encore les mesures privilégiant la langue russe qui est imposée comme langue administrative. Fort heureusement, malgré que, pour notre part, nous soyons dominés par les américains, nous ne sommes pas encore obligés de rédiger les actes de naissances ou les contrats de mariage en anglais. Nous subissons déjà la culture américaine avec les films, les chansons... diffusés sur les chaines de TV. Soyons conscients que les ukrainiens ont longtemps subi cela de la part de la Russie et qu’il est heureux qu’il y ait été mis un terme.

      Vous continuez avec des insultes ! « On ne vous apprend rien à l’école, ou vous le faites exprès ? »

      Vous êtes proche de l’exclusion définitive.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 mai 17:54

      @Maître Yoda
      « Anne Laure Bonnel est une vraie reporter, qui a reçu des prix. »

      Aucune preuve, aucune citation ! Vous comptez continuer comme ça !


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 mai 21:07

      @Maître Yoda

      « Anne Laure Bonnel est une vraie reporter, qui a reçu des prix. »

      Puisque vous avez eu l’aplomb d’affirmer qu’on pourrait trouver sur Wikipédia des preuves de ce que vous avancez, je pense qu’il est bon aussi de voir ce que dit Wikipédia de votre « vraie reporter ». Voir ci-dessous :

      ======================================

      "Anne-Laure Bonnel est connue pour propager la propagande du Kremlin à propos de l’invasion de l’Ukraine par la Russie2,8,5. Est notamment considérée comme désinformation son affirmation — qualifiée de fallacieuse — selon laquelle « l’armée ukrainienne bombarde délibérément les civils du Donbass » ; elle laisse également entendre que les 13 000 personnes mortes dans cette région entre 2014 et 2020 du fait du conflit sont des civils, alors que la majorité d’entre eux sont en réalité des combattants des deux camps3,9,10.

      Il lui est aussi reproché de réaliser des reportages partisans sur la guerre du Donbass sans que ne soient explicitées ses prises de position11. Ces reportages ont été tournés alors qu’elle était encadrée par des responsables pro-russes, qui la guidaient afin de montrer les fausses affirmations de la télévision russe, indique le journaliste du Monde Benoît Vitkine, qui précise que ce sont ces responsables que l’on entend poser les questions dans le reportage, et non pas la journaliste."


    • Maître Yoda Maître Yoda 28 mai 22:22

      @Jean Dugenêt

      Oui, je sais que wikipédia est extrêmement biaisé sur certains de ses articles, ils sont à fond dans la propagande pro-CIA. C’est pareil pour Emmanuel Todd et d’autres.

      Je ne sais pas si on peut faire confiance en quelqu’un comme vous (vous avez peut-être un bon fond), mais dans l’hypothèse où on le pourrait, je vous dirais qu’on est en plein dans ce qu’avait dit Malcolm X :

      ’Les média est la plus puissante entité sur Terre. Ils ont le pouvoir de rendre l’innocent coupable et le coupable innocent et cela est le pouvoir. Parce qu’ils controlent l’esprit des masses."


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 29 mai 08:08

      @Maître Yoda
      « votre histoire de la dame qui transporte des petits pains »

      Je ne crois pas que ce soit mon histoire. Ce n’est pas moi qui l’est inventée.

      "presque 3 millions de réfugiés ukrainiens sont parties en Russie. Vous allez me dire qu’ils ont été forcé, c’est cela ? Cela me paraît aussi ridicule que..."

      Évidemment ces 3 millions d’Ukrainiens étaient sur des territoires occupés par l’armée russe. On se demande pourquoi l’idée leur est soudainement venue d’aller se « réfugier » en Russie. Je ne pense pas qu’ils avaient davantage envie de se faire russifier.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 29 mai 08:35

      @Maître Yoda
      « Oui, je sais que wikipédia est extrêmement biaisé sur certains de ses articles »

      Il est temps de réagir mais vous changez d’avis comme de chemise. Vous venez d’affirmer que la preuve à propos des prétendus bombardements du gouvernement ukrainiens arrosant le Donbass était dans des documents officiels : ONU, Wikipédia et Bonnel.

      Évidemment vous ne nous avez toujours pas donné la moindre citation. C’est ce qui m’oblige à citer moi-même la Wikipédia. Je vais donc continuer car la Wikipédia est décidément très biaisée. Voici ce qu’elle dit à propos de la nationalité des prétendus séparatistes du Donbass...
      ========================

      "Un nombre important de militaires russes ont participé au conflit63. En août 2014, au moins 1 000 militaires russes sont repérés par l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) sur le territoire ukrainien grâce à des images satellite63. Environ 20 000 soldats russes sont massés à la frontière ukrainienne. Le chef du centre de crise de l’OTAN, déclare : « De grandes quantités d’armes de pointe, notamment des systèmes de défense anti-aérienne, de l’artillerie, des tanks et des blindés (sont) transférées vers les forces séparatistes »64. Les autorités russes admettent que des troupes de l’armée russe sont entrées, selon elles, « par accident »65.

      En novembre, l’OTAN confirme à nouveau l’entrée de convois militaires russes, y compris d’armement lourd66.

      Les premiers mercenaires de la milice privée russe Wagner, à l’idéologie néo-nazie, sont présents pendant ce conflit aux côtés des séparatistes pro-russes67. Selon son propre récit, l’homme d’affaires russe Evgueni Prigojine crée la société militaire privée connue plus tard sous le nom de groupe Wagner le 1er mai 201468.

      En décembre 2021 la presse occidentale fait état d’un jugement rendu par un tribunal de Rostov-sur-le-Don dans une affaire de corruption qui décrit en détail comment tous les quinze jours sont organisés des convois de vivres destinés aux forces armées de la fédération de Russie stationnées sur le territoire de la RPD et de la RPL. Le fait que les convois en question soient composés de soixante-dix camions permet de se faire une idée de l’importance des forces russes stationnées dans cette région. La page faisant état de ce jugement disparaît rapidement d’Internet mais reste accessible dans les archives. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov nie toute présence russe en Ukraine et explique qu’il y a eu « une erreur de la part de ceux qui ont rédigé le texte »69,70.

      Soutiens aux séparatistes

      En avril 2014, dès le début des affrontements entre séparatistes et gouvernement ukrainien, les ex-agents du FSB Igor Guirkine (dit Strelkov), présenté comme un « volontaire », et Alexandre Borodaï jouent un rôle important dans l’organisation de l’insurrection71.

      À plusieurs reprises, des représentants ukrainiens dénoncent l’implication de troupes russes dans le conflit ; leurs estimations varient, atteignant 8 000 soldats russes72.

      Certains volontaires russes seraient issus de mouvements nationalistes russes, comme en face des forces de volontaires ukrainiennes le seraient par des Ukrainiens de l’Ouest. Ces combattants semblent recrutés des deux côtés sur le Web et par des réseaux sociaux informatiques. Ils déclarent vouloir défendre les populations russophones menacées selon elles par le gouvernement ukrainien qualifié de « junte »73 : « Je suis nationaliste et pour moi la priorité c’est de défendre mon peuple, les Russes… ». En l’absence de soutien russe, ces milices nationalistes russes devraient se débrouiller seules pour se fournir en armes et en vivres73. Des armes utilisées par ces volontaires sont issues de pillages de bâtiments militaires ou de police dans les zones ukrainiennes prises par les séparatistes73.

      En juillet, selon l’agence Reuters, les milices séparatistes promettraient une solde de 5 000 à 8 000 hryvnia équivalent à entre 317 et 508 euros par mois payable en monnaie ukrainienne et en roubles aux volontaires les rejoignant74. Des centaines de citoyens russes se joignent à eux, participent aux combats. Plusieurs dizaines de volontaires périssent fin mai 201475."


    • Maître Yoda Maître Yoda 29 mai 09:33

      @Jean Dugenêt

      Bon, Wikipédia ou pas, on s’en fout, non ? Et mes sources ne changent rien à la réalité. Je ne pense pas des choses extraordinaires. C’est vous qui semble radicalisé.

      La vérité c’est que oui, Wikipédia se transforme. Je suppose que vous le savez. Emmanuel Todd et Anne Laure Bonnel en ont fait les frais. Moi, j’ai compris ce qu’il se passait, pourquoi pas vous ?


    • Maître Yoda Maître Yoda 29 mai 10:14

      Une des mes sources, c’est le times, qui explique que la CIA s’est installée à la frontière de l’Ukraine, menaçant directement la Russie.

      The Spy War : How the C.I.A. Secretly Helps Ukraine Fight Putin - The New York Times (nytimes.com)

      La guerre que mène Poutine n’est pas contre l’Ukraine et les ukrainiens, mais contre l’influence de la CIA en Ukraine. Ce que veut Poutine, c’est la neutralité de l’Ukraine et le respect des accords de Minsk. Il n’y a rien de sorcier à penser cela, c’est le seul narratif factuel que je connaisse de la situation.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 29 mai 11:42

      @Maître Yoda
      « Moi, j’ai compris ce qu’il se passait, pourquoi pas vous ? »

      Vous avez toujours autant de modestie mais vous ne faites jamais de démonstration. C’est vous qui vous énervez tout seul avec la Wikipédia car c’est vous qui avez voulu me faire croire qu’on y trouverait une preuve de l’existence de vos salades sur le Donbass. Je n’ai fait que de vous mettre le nez dedans... C’est parait-il une méthode éducative.

      Vous avez aussi eu le culot d’annoncer qu’on trouverait une preuve à l’ONU. C’est encore plus grossier. Je n’attends même pas que vous fassiez une citation c’est évidemment impossible. Après avoir passé en revue Bonnel, la wikipédia et l’ONU il ne reste rien de vos affirmations mais vous avez le culot de pérorer : « Moi, j’ai compris ».

      Il faut encore que vous fassiez des progrès aussi sur la réflexion concernant les conditions dans lesquelles les discussions sont possibles sur les forums...
      J’aurai peut-être l’occasion d’y revenir.


    • Maître Yoda Maître Yoda 29 mai 11:58

      @Jean Dugenêt

      « C’est vous qui vous énervez tout seul avec la Wikipédia car c’est vous qui avez voulu me faire croire qu’on y trouverait une preuve de l’existence de vos salades sur le Donbass. Je n’ai fait que de vous mettre le nez dedans... »

      Je ne vois en quoi ce sont des salades. Quels sont vos sources, et quel est votre naratif exactement ? Que Poutine est fou, malade, tyrannique ? Que les occidentaux sont gentils mais supprime quand même la liberté d’expression, de la même façon que vous supprimez mes commentaires au bonheur la chance.

      En effet, c’est très instructif. Je dois pas mal vous déranger. 


    • Maître Yoda Maître Yoda 29 mai 12:01

      Enfin, je vous signale que je ne suis pas à votre service. A quelqu’un qui, comme vous, ne veux pas comprendre, il n’y a rien à expliquer, aucune seconde à perdre.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 29 mai 12:11

      @Maître Yoda
      Merci. Après Bonnel, l’ONU et la Wikipédia voilà le TImes. Est-ce une source plus fiable que les autres. A l’extrême-droite, on dit souvent à propos des lecteurs de ce genre de presse : « vous êtes abreuvé par la propagande occidentale ». Pour ma part, je pense plutôt que vous êtes abreuvé par la propagande de Poutine et d’ailleurs, ça ne rate pas. Tous ce que vous ajoutez va dans ce sens.

      « La guerre que mène Poutine n’est pas contre l’Ukraine et les ukrainiens, mais contre l’influence de la CIA en Ukraine ».

      Poutine tient des discours de ce genre à une nuance près. Poutine ne fait en effet aucune critique de la CIA avec laquelle il est probablement toujours en contact. Mais il a évolué dans ce sens. Rappelons que lors de l’invasion, il expliquait qu’il voulait dénazifier l’Ukraine. Il a maintenant compris que ce genre de discours lui fait plus de mal que bien. Quoique, quelques poutiniens attardés, qui sévissent sur AgoraVox, en sont encore-là, mais il est vrai que ce n’est plus le discours de Poutine.

      "Ce que veut Poutine, c’est la neutralité de l’Ukraine et le respect des accords de Minsk. Il n’y a rien de sorcier à penser cela« 

      Poutine ne s’intéresse pas plus aux accords de Minsk que les autres. Ces accords sont complètement dépassés. En matière de neutralité de l’Ukraine, il voulait simplement faire comme avec la Biélorussie, le Kazakhstan... Il voulait mettre un croupion à ses bottes à la tête du pays. Que veut-il maintenant ? Je ne le sais pas précisément (contrairement à vous qui avez sur ce sujet comme sur d’autres beaucoup de certitudes). Il veut assurément être le nouveau tsar de la grande Russie mais il est obligé de faire avec la politique de ses moyens faute d’avoir les moyens de sa politique.

      Vous voyez : »il n’y a rien de sorcier"... mais je n’arrive pas aux mêmes conclusions que vous. Je vous remercie tout de même pour toutes vos leçons.


    • Maître Yoda Maître Yoda 29 mai 12:20

      @Jean Dugenêt

      En tout cas, et je vais m’arréter là, dire que Anne Laure Bonnel qui a eu le mérite d’aller dans le Donbass interviewer des civils fait des « racontars », c’est une preuve absolu de votre partialité. La façon dont elle est traitée aujourd’hui par les médias mainstream sur laquelle vous-même vous y mettez votre grain sel, est une honte absolue


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 29 mai 14:23

      @Maître Yoda

      « mais supprime quand même la liberté d’expression, de la même façon que vous supprimez mes commentaires au bonheur la chance. En effet, c’est très instructif. Je dois pas mal vous déranger. »

      Si, à un moment, vous me dérangez, ce sera facilement réglé et vous ne me dérangerez plus. Je vais donc vous donner des précisions sur la suppression de certains de vos commentaires ce qui m’amène au sujet que j’avais prévu d’évoquer avec vous. Quelles sont les règles à respecter pour qu’une discussion soit possible ?

      Il ne faut pas croire que la discussion soit toujours possible entre les individus quelles que soient les circonstances. Je rappelle pour l’illustrer quelques exemples connus. Les combattants qui s’entretuent sur divers fronts en Ukraine, en Palestine ou ailleurs ne discutent pas ensemble. Les habitants d’Hiroshima et de Nagasaki n’ont pas eu l’occasion, en 1945, de discuter avec ceux qui leur ont envoyé une bombe atomique. Dans les camps de concentration, personne n’a vu les SS, les kapos et les prisonniers tenir des débats philosophiques ou politiques. Les africains réduits à l’état d’esclaves pour aller travailler en Amérique, dans les champs de coton, n’ont pas discuté de leur sort avec les esclavagistes. En URSS, pendant les 500 jours de la grande terreur (1937-1938) les victimes de Staline et de ses sbires, n’ont pas davantage eu l’occasion de débattre de leur sort…

      Or, les forums sur internet sont conçus pour favoriser la discussion mais, dans certains cas, la cohabitation d’individus qui se détestent ne reste possible sur une plateforme que s’ils restent chacun dans leur coin sans communiquer.

      Je veux concevoir un site de journalisme libre afin de prendre la relève de ce que fut AgoraVox avant que ce site glisse inexorablement vers sa disparition. Deux solutions sont à envisager :

      • Ceux qui se détestent au point de ne pas pouvoir discuter sereinement ensemble doivent s’exclure mutuellement des discussions sur leurs articles. Ils doivent cependant pouvoir participer à des discussions concernant les articles d’autres auteurs mais ils doivent alors éviter les agressions mutuelles. Les interpellations intempestives seront considérées comme de l’acharnement et seront sanctionnées.
      • L’autre solution, toujours préférable, est que chacun discute en respectant des règles de bonne conduite. Celles que j’ai élaborées et qui sont toujours proposées à la discussion sont le résultat de multiples expériences et de cas concrets rencontrés sur des forums.

      Je vous invite donc à lire ces règles. En voici quelques-unes qui sont essentielles :

      1. Toute insulte est proscrite. Les jugements de valeur doivent être argumentés. Les jugements de valeur négatifs non-argumentés sont des insultes. Les auteurs ne sont pas tenus de supporter des remarques comme « cet article est médiocre » ou « l’auteur ne maîtrise pas son sujet » lesquelles viennent le plus souvent d’individus incapables d’écrire un article correctement. Les auteurs ne sont pas davantage tenus de supporter, en guise d’appréciation, des interjections comme « hilarant » , « ahurissant » qui montrent surtout que l’interlocuteur n’a pas d’arguments à développer.
      2. Les injures sont proscrites. Toute expression outrageante, épithète offensante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l’imputation d’aucun fait est une injure.

      Voyons très concrètement quelques expressions que les auteurs d’un article ne sont pas tenus de supporter. Dans la liste ci-dessous vous reconnaîtrez quelques expressions qui sont de vous. Pensez vous qu’il était injustifié que vos commentaires aient été supprimés. Supporteriez-vous de tels commentaires pour les articles que vous écrivez ?

      • Hilarant !
      • Ahurissant !
      • Cet article est médiocre. L’auteur ne maitrise pas son sujet.
      • Est-ce que vous vous rendez compte à quel point vous êtes déphasé
      • Et complètement bouché
      • Vous n’êtes pas conscient du manque d’esprit d’à propos de vos interventions
      • Les bourrins pro… comme vous
      • On ne vous apprend rien à l’école ou vous le faites exprès
      • Vous êtes le bon pigeon pour la psychanalyse (rire)
      • Vos caricatures en touchent une sans faire bouger l’autre

      Dans un autre commentaire vous ajoutez : « Enfin, je vous signale que je ne suis pas à votre service. »

      Vous avez raison sur ce point. J’ai d’ailleurs prévu une règle de bonne conduite qui précise :

      1. Personne ne doit donner d’ordre à un intervenant. Il faut proscrire l’usage de l’impératif pour vous adresser à un interlocuteur. Chacun reste libre de répondre ou non à des commentaires selon son désir et sa disponibilité. Chacun est libre de lire et de regarder ce qu’il veut. Vous pouvez, au plus, suggérer des lectures ou proposer de visionner des vidéos mais vous n’avez pas à vouloir en imposer la consultation. Par ailleurs, l’auteur n’est pas tenu de répondre aux questions qui lui sont posées.

      Cependant, j’ai prévu d’autres règles qui disent :

      1. Vous devez vous assurer de la véracité des faits dont vous faites état. Chaque auteur ou commentateur demeure responsable des affirmations qui sont publiées mais l’éditeur est pénalement responsable de ce qui est édité. En conséquence les falsifications seront sanctionnées et pourront rapidement aboutir à la suppression du compte du fautif.
      2. Vous devez sourcer le plus possible les faits dont vous faites état. Les fieffés menteurs tentent parfois d’inverser les rôles en invitant le lecteur à se renseigner lui-même pour trouver les preuves. C’est bien évidemment à celui qui affirme de prouver ses affirmations.
      3. Il est bon de mettre des liens hypertextes quand on peut trouver vos sources sur le web. Précisons qu’un lien ne remplace pas la citation intégrale de la source. Il indique seulement au lecteur l’endroit où il pourra lui-aussi trouver la citation. Vous prouvez l’exactitude de votre citation en donnant au lecteur les moyens de vérifier mais vous ne lui demandez nullement de chercher lui-même la preuve.

      Il est donc légitime de demander à un interlocuteur d’où il sort les faits qu’il mentionne. Quelles sont ses références ? Il faut éviter que la demande prenne la forme d’un ordre mais il est certain que toute discussion est impossible si chacun se permet d’affirmer l’existence de n’importe quel fait en fonction des jugements qu’il veut apporter.

      J’ai, par exemple, beaucoup de reproches à faire à Poutine mais je n’ai aucune raison d’affirmer que c’est un pédocriminel qui a tué plein d’enfants bien qu’il soit certainement responsable de la mort de quelques enfants ukrainiens.


    • Maître Yoda Maître Yoda 29 mai 14:44

      @Jean Dugenêt

      C’est comme cela que la conversation entre vous et moi a été construite. Est-ce une bonne chose de supprimer un commentaire entier juste parce que un petit propos fleuri vous déplaît ? Pour les lecteurs ça casse l’effet de cohérence, sans compter que je ne suis pas le seul puisque votre article fait l’unanimité contre ce qu’il dégage et enfin, ce n’était pas des insultes.

      A force de discuter, il y avait peut-être espoir de bien nous comprendre à partir d’un argument déterminant, qui n’est jamais arrivé. Vous préférez continuer dans un esprit clanique pro-poutine et anti-poutine qui ne m’intéresse pas le moins du monde. Même le Times qui est un journal réputé ne vous convient pas.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 29 mai 15:08

      @Maître Yoda
      « Est-ce une bonne chose de supprimer un commentaire entier juste parce que un petit propos fleuri vous déplaît ? »

      Vos soi-disant « petit propos fleuris » sont des insultes que vous trouvez banal de proférez contre d’autres et que vous ne supporteriez pas c’est pourquoi je m’évertue à essayer de vous faire comprendre ce qui est élémentaire. Si j’essayais en réponse de faire de la surenchère sur vos diverses grossièretés en procédant comme vous, il y a déjà longtemps que la discussion entre nous serait impossible. En êtes vous conscient ?


    • Maître Yoda Maître Yoda 29 mai 15:15

      @Jean Dugenêt

      Désolé si vous l’avez pris pour des insultes. Honnêtement, cette histoire de psychanalyse par exemple aurez pu vous faire rigoler si vous ne vous preniez pas autant au sérieux.

      Sinon, le premier message n’avait que « naïvement » et « vos carricatures touchent l’une sans bouger l’autre » ne faisait pas de l’attaque ad-personam, mais était censé reprendre des éléments dont vous auriez dû avoir connaissance. Par ailleurs, vous étiez d’accord avec le fond.


    • Maître Yoda Maître Yoda 29 mai 15:30

      @Jean Dugenêt

      Et vous, vous n’avez aucun sens humain.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 29 mai 16:19

      @Maître Yoda

      Il semblerait que vous ayez fait disparaître un de mes commentaires. Je suis désolé si vous l’avez pris pour des insultes. Je peux vous assurer que de mon point de vue ce n’était qu’un petit propos fleuri sans aucune insulte. D’ailleurs j’ai, pour l’essentiel, simplement repris vos formulations. Cela aurait pu vous faire rigoler. Vous vous prenez trop au sérieux pour ne pas supporter les petites plaisanteries des autres lesquelles sont si amusantes. Il n’y a aucune attaque ad-personam dans ce que j’ai dit. Vous manquez d’humour.


    • Maître Yoda Maître Yoda 29 mai 16:30

      @Jean Dugenêt

      Ne surjouez pas votre hypocrisie. « Abruti » veut dire « abruti », il n’y a aucune autre interprétation possible.


    • Maître Yoda Maître Yoda 29 mai 16:55

      En tous cas, vous m’avez bien faire rire avec Asselineau en Napoléon III et Anne Laure Bonnel en conteuse pro-Poutine. Vous devriez faire votre cirque plus souvent.

      Bonne continuation et garder bien le sourire hein. smiley


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 29 mai 17:15

      @Maître Yoda

      « Ne surjouez pas votre hypocrisie. « Abruti » veut dire « abruti », il n’y a aucune autre interprétation possible. »

      Mais, fallait-il supprimer tout un commentaire pour un petit propos fleuri que je n’avais pas dit méchamment ? Vous êtes bien susceptible quand ces propos vous sont adressés au regard de ce que vous vous permettez quand vous vous adressez aux autres.

      Est-ce que vous commencez à comprendre dans quelles conditions la discussion est possible ?


    • Maître Yoda Maître Yoda 29 mai 17:38

      @Jean Dugenêt

      « Est-ce que vous commencez à comprendre dans quelles conditions la discussion est possible ? »

      Non, je crois qu’on n’est pas fait pour nous comprendre, tout simplement. Il y a des gens qui regardent haut et loin et, dans ce cas, la conversation se passe tout-à-fait bien. On ne passe de temps à s’insulter, ou à se regarder le nombril.

    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 30 mai 11:55

      @Maître Yoda
      « Il y a des gens qui regardent haut et loin... »
      Et qui finissent pas se croire tellement supérieur qu’il leur semble normale d’insulter leurs contradicteurs sans avoir à supporter des remarques désobligeantes. Je vais donc vous dire ce que je pense de l’UPR et d’Asselineau dont vous admirez la beauté de l’intelligence.

      Les masques sont tombés en ce qui concerne cette organisation. L’UPR n’affiche plus la politique qui lui avait permis de présenter Asselineau comme candidat aux élections présidentielles de 2017. Les vieux slogans sont abandonnés. Ils ne servaient qu’à bluffer pour ratisser large. Il n’est plus question de rassembler sans clivage gauche-droite. Le soutien aux pires dictateurs, El Assad et Poutine, en est une preuve flagrante. Il n’est plus question non plus de ne pas se prononcer sur les questions clivantes. A propos de l’épidémie du COVID, Asselineau a émis des avis catégoriques et tranchés sur pratiquement toutes les formes de prévention et de traitement. Il s’est campé comme le plus éminent spécialiste de la question. Il ne reste rien non plus des discours sur le CNR (Comité National de la Résistance). Aujourd’hui, si un CNR devait se reconstituer ce serait non seulement malgré Asselineau mais ce serait même contre Asselineau. Il est en effet d’ores et déjà acquis que toutes les organisations syndicales sont contre lui puisqu’elles se sont prononcées pour le soutien à la résistance ukrainienne contre l’invasion de la Russie. De plus, la politique interne de l’UPR a été contestée par tous les cadres. Ils étaient traités par Asselineau comme Poutine traite les autres oligarques. Les principaux dirigeants ont déserté bientôt suivi par les trois quarts des militants.

      Asselineau montre maintenant son vrai visage. La cohérence est totale avec ses anciennes amitiés comme Longuet et Pasqua. Asselineau ne cache pas sa proximité avec Florian Philippot qui était l’un de ses invités lors de la soirée festive qu’il a organisé à l’occasion du Brexit. La différence entre Philippot est Asselineau c’est essentiellement que Philippot ne dissimule nullement qu’il est d’extrême-droite. Asselineau, veut en effet nier son appartenance à l’extrême-droite en exhibant que l’UPR a été classée par le ministère de l’intérieur dans les « divers ». Comme si le choix du ministère de l’intérieur avait un quelconque intérêt pour nous. Il affirme par contre volontiers que le gouvernement de Macron est d’extrême-droite sans que celui-ci ait été classé comme tel par le ministère de l’intérieur ! Il voudrait interdire aux autres de faire comme lui. Cependant, certaines de ses déclarations ne trompent personne. Il dit : « Moi, quand je suis en France j’ai envie d’être en France, quand je suis en Espagne, j’ai envie d’être en Espagne ». Et, avec ça, il n’admet pas qu’on dise que son hyper-nationalisme frise la xénophobie. Il est vrai que cela nous rappelle une déclaration de Charles De Gaulle à propos de « Colombey les deux mosquées » mais cela nous conforte à propos de son orientation.

      Un détail particulièrement significatif doit être rappelé. François Asselineau a tenu une conférence le 8 avril 2010, dans un bar parisien nommé le « Local 92 » au 95 rue de Javel. Ce bar est tenu par un certain Serge Ayoub, alias « Batskin » qui est un dur de dur de l’extrême extrémisme de droite. Asselineau affirme  : « Je ne savais pas du tout où je mettais les pieds et je ne connaissais pas Monsieur Ayoub […] J’ai donné ma conférence devant une cinquantaine de personnes, mais nous n’avons strictement aucun lien avec ces groupes. » La pilule passe mal car ce bar est réputé pour être le QG des nazillons qui suivent Ayoub. Cela est précisé (0mn 50s) sur une vidéo intitulée « Serge Ayoub et ses copains d’extrême-droite ». Suite à la polémique que cela a déclenché, Ayoub a twitté  : « Si j’avais su qu’Asselineau serait diabolisé à ce point par Caron (un journaliste de la télévision), je n’aurais pas pris le risque qu’il vienne au « Local ». » Cela laisse bien pensé qu’Ayoud maitrise ce qui se passe dans son bar et qu’il savait qui était Asselineau quand celui-ci est venu y tenir sa conférence. Asselineau cache bien mal qu’il a de nombreuses amitiés dans l’extrême-droite : Longuet, Pasqua, Philippot, Ayoub…

      La négation de la lutte des classes est l’une des principales caractéristiques de l’extrême-droite. Comment Asselineau explique-t-il la grève générale de Mai 1968 ? Comment explique-t-il le Maïdan en Ukraine ? Comment explique-t-il la révolution et la guerre en Syrie ? (…) Il n’est jamais pour lui question de révolte, de révolution ou de lutte de classes. Il s’agit dans tous les cas de manipulations des USA via la CIA. La preuve pour mai 68 : c’est une déclaration de Cohn Bendit (voir la vidéo « Asselineau (UPR) Mai 68 »). Comme si ce guignol de Cohn Bendit était pour quelque chose dans le fait que des millions de travailleurs ce sont mis en grève. La preuve pour le Maïdan c’est que la dame au blouson bleu a distribué des petits pains. Admirons cela sur une vidéo intitulée « Victoria Nuland gives food for demonstration people in Ukraine ». On remarque surtout la bande de gorilles qui entoure cette dame insignifiante. Qui nous fera croire que cette distribution de petits pains a eu un quelconque impact sur ce mouvement ? Les 300 000 morts en Syrie seraient dû à des terroristes islamiques manipulés par la CIA. N’y aurait-il pas une autre explication pour justifier tant de morts ? Non ! Là comme ailleurs, pour Asselineau, il n’y avait ni lutte de classes, ni révolte, ni révolution. Ces mots-là sont bannis à l’UPR. C’est cela l’anticommunisme, la négation du combat des exploités contre les exploiteurs. Disons-le nettement : l’UPR est assurément une organisation d’extrême-droite.


    • Christophe 2 juin 12:59

      @Jean Dugenêt

      « presque 3 millions de réfugiés ukrainiens sont parties en Russie. Vous allez me dire qu’ils ont été forcé, c’est cela ? Cela me paraît aussi ridicule que... »

      Évidemment ces 3 millions d’Ukrainiens étaient sur des territoires occupés par l’armée russe. On se demande pourquoi l’idée leur est soudainement venue d’aller se « réfugier » en Russie. Je ne pense pas qu’ils avaient davantage envie de se faire russifier.

      Vous racontez des inepties. Ma belle sœur qui était à Marioupol a dû attendre la libération de cette ville par les russes pour pouvoir la quitter car l’armée ukrainienne les menaçaient (elle et d’autres) qui voulaient aller se réfugier en Russie pendant que la ville était encore sous contrôle ukrainien. Non seulement ils les ont menacé de leurs armes mais les ont utilisés comme boucliers humains. Elle a mis plus de 3 mois pour revenir en France.

      Quand à la loi contre les russes, ce n’est pas une loi mais le retrait d’une loi qui a été votée à la Douma ukrainienne qui a mis le feu aux poudres. Le parlement ukrainien vote l’abrogation d’une loi sur les langues, vieille de deux ans (relative à la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires), qui octroyait un statut de langue régionale aux langues minoritaires dont le russe.


  • leypanou 27 mai 23:42

    Son contenu répressif est identique à la loi en vigueur en Russie, avec laquelle Poutine persécute impitoyablement ses opposants, violant le droit d’expression et la liberté de la presse, et réprimant toute tentative d’organisation politique contre son gouvernement  : il y a des tas d’autres pays qui ont une loi analogue.

    Parler seulement de la Russie et de Poutine permet de situer le penchant de l’auteur.

    Gégène a posté un commentaire pertinent, cet article donne aussi une autre vision des choses.

    Cela étant, de la part d’un Trotskiste, ce n’est guère étonnant (cf l’affaire syrienne par exemple).


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 mai 11:08

      @leypanou

      « Parler seulement de la Russie et de Poutine permet de situer le penchant de l’auteur. »

      L’auteur qui habite en Argentine a remarqué qu’il y avait actuellement un mouvement de protestation en Géorgie et comme il cherche à construire une organisation internationale avec un parti dans chaque pays du monde il fait une analyse de ce qui s’y passe car il a le désir que sa politique et ses discours soient les mêmes dans tous les pays du monde. Sa position sur la Russie, l’OTAN, la CIA, Poutine, l’UE est la même dans toutes les circonstances.


  • SilentArrow 28 mai 03:13

    @Jean Dugenêt

    Les mêmes manifestations vues de l’autre côté.

    Au fait, on ne vous a guère entendu à propos de l’attentat à la vie de Fico.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 mai 11:10

      @SilentArrow
      « Au fait, on ne vous a guère entendu à propos de l’attentat à la vie de Fico. »

      Vous ne m’avez pas entendu non plus à propos de l’éclosion des fleurs au printemps et de mille autres sujets. Je vous laisse en faire la liste.


  • Dudule 28 mai 05:25

    C’est absolument n’importe quoi...

    Il ne s’agit pas d’une loi répressive. Il s’agit juste d’informer le public, ce qui est quand même la moindre des choses. La répression n’est utilisée que si des organisations négligent de signaler qu’elles reçoivent des fonds de l’étranger. Étranger qui peut être russe comme occidental, ou autres. Et encore, le seuil est fixé à 20% de leur budget, en dessous, les organisations ne sont pas obligées de déclarer quoi que ce soit.

    Après la « révolution des roses » et la catastrophe qui a suivi avec le désastre Saakashvili, on comprend que les géorgiens jugent nécessaire une telle législation.

    Comme signalé par d’autres, il s’agit d’une loi qui est la copie d’une loi yankee, en moins répressif. La « loi russe » s’étant elle même inspirée de cette loi.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Foreign_Agents_Registration_Act

    La rhétorique néocone dans toute sa splendeur : impossible d’être neutre, qui n’est pas avec nous est contre nous :

    "L’oligarque Ivanichvili ne veut perdre ni ses affaires avec les oligarques russes ni ses affaires avec les multinationales européennes et cherche à «  mettre ses œufs dans les deux paniers  »."

    Notez que la Biélorussie il y a quelques années a tout naturellement essayé cette neutralité, cherchant à avoir de bonnes relations avec la Russie et l’UE. Ça ne posait pas de problème à la Russie, c’est l’UE qui l’a rappelé à l’ordre, sommant Loukachenko de choisir son camp. Le poussant évidemment vers la Russie. Même chose pour l’Ukraine du temps de Ianoukovitch. Étonnez vous que les Russes se sentent menacer...

    Mais pourquoi le nom du premier ministre Kobakhidze n’apparait pas dans vitre texte ? C’est lui le premier ministre, pas Ivanichivili !

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Irakli_Kobakhidze

    Oh, que c’est pas bien, la Géorgie continue à acheter du gaz russe pas cher ! Il devrait faire comme nous et faire exploser les factures de ses concitoyens...

    Oh, que c’est mal ! La Géorgie ne veut pas être un second front de la guerre ukraino-russe. Saletés de géorgiens qui refusent de se faire massacrer en servant de proxy dans une guerre qui ne les concerne pas !

    Ce texte est du grand délire...

    Comme bien des troskars, Dugenoux est un néoconservateur enragé.

    Un fait intéressant : En fait, Kobakhidze était aux USA où il il était employé par diverses organisations, et il a été membre d’« open society » pour la Géorgie. Le parcours classique du traitre. Ivanichivili a d’ailleurs un parcours très similaire. Mais en fait, il semble que Kobakhidze et Ivanichivili ont bien été approchés pour subvertir la Géorgie, et qu’ils n’étaient pas d’accord avec le projet. Il est donc tout à fait possible, et même très probable, que cette loi ait été rédigée en toute connaissance de cause.


    • leypanou 28 mai 10:04

      @Dudule
      Un fait intéressant : En fait, Kobakhidze était aux USA où il il était employé par diverses organisations, et il a été membre d’« open society » pour la Géorgie. Le parcours classique du traitre  : la personne qui a été à l’origine des bannissements des sportifs russes a été lui aussi un certain temps au Canada et dès son retour en Russie, comme responsable des sports, il a tout mis en oeuvre pour discréditer les athlètes russes (il doit s’appeler Rodchenko ou un truc comme ça).
      Il est réfugié aux États-Unis maintenant.
      PS l’ex-président géorgien Mikhail Shakasvili a été lui aussi formé aux États-Unis.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 mai 11:12

      @Dudule
      « on comprend que les géorgiens jugent nécessaire une telle législation ».

      Ils semblent montrer le contraire dans leurs manifestations


    • Zolko Zolko 28 mai 11:57

      @Dudule

      Il s’agit juste d’informer le public


      c’est justement ce que ne veut pas l’OTAN ! Ils veulent des imbéciles ignares qui CROIENT tous ce que les médias officiels leur disent. Regardez les vaccins pour le covid ou le réchauffement climatique ou le guerre en Israel ou l’étiquetage des OGM : le public ne doit SURTOUT PAS être informé.

    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 mai 12:53

      @Dudule
      « Il ne s’agit pas d’une loi répressive. Il s’agit juste d’informer le public, ce qui est quand même la moindre des choses. »

      Si je comprends bien votre point de vue, tous ces manifestants sont des imbéciles qui protestent contre une loi qui est faite pour leur bien. Et quand les français manifestent par exemple contre une réforme des retraites est-ce qu’il s’agit aussi d’imbéciles...


    • Dudule 28 mai 14:09

      @Jean Dugenêt

      Il y a des manifestants, et alors ? Ils ne représentent pas la majorité, loin de là. Les manifestants contre la réforme des retraites représentaient une très large majorité, et Macron avait été volontairement ambigu sur cette question pendant la campagne électorale. Il a en plus été mal élu avec un taux d’abstention record et il n’a même pas la majorité à l’assemblée.

      Les « ONG » savent très bien organiser des manifestations, et les rendre violentes pour discréditer un gouvernement.

      La loi avait été proposée une première fois, puis retirée à la fin de la législature précédente :

      https://www.lemonde.fr/international/article/2023/03/11/les-chancelleries-occidentales-saluent-le-retrait-de-la-loi-russe-en-georgie_6165028_3210.html

      Cette loi faisait CLAIREMENT partie du programme du nouveau gouvernement majoritaire, et les Géorgiens ont voté en sa faveur en toute connaissance de cause.

      Cette loi est la conséquence directe de l’ingérence permanente de cet occident arrogant qui se mêle de tout et entend « micromanager » ce qui se passe partout dans le monde. Et le monde en à ras la casquette. Pourquoi croyez vous que tant de pays souhaitent rejoindre les BRICS ? Que l’influence française décline si rapidement en Afrique ? La Géorgie a souffert de cette ingérence, qui l’a lancée dans une guerre complètement inutile en 2008, guerre commencée par un gouvernement arrivé au pouvoir grâce au soutiens de toutes ces « ONG »... Ceci expliquant cela.

      Cet « occident » néocolonial qui se proclame lui même « communauté international » est complètement discrédité, et l’est encore plus avec ce qu’il se passe à Gaza et en Ukraine, et ses dirigeants ne semblent absolument pas en avoir conscience.


    • Seth 28 mai 14:24

      @Jean Dugenêt

      Si je comprends bien votre point de vue, tous ces manifestants sont des imbéciles qui protestent contre une loi qui est faite pour leur bien.

      Car, tout naturellement, il ne faut pas envisager d’intervention extérieure et de plus il est bien connu que la CIA a été recyclée en organisation humaniste attachée au respect de la démocratie et est totalement coupée des intérêts particuliers étasuniens.

      On n’est plus à l’époque d’Allende, n’est-ce pas, tout a changé depuis que les yankis ont battu leur coulpe, et cui cui cui et cui cui cui... smiley


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 mai 14:29

      @Dudule
      "Il y a des manifestants, et alors ? Ils ne représentent pas la majorité, loin de là. Les manifestants contre la réforme des retraites représentaient une très large majorité"

      Là vous inversez la constatation des faits. La proportion de manifestants par rapport à la population totale était bien plus importante en Géorgie qu’en France.


    • Dudule 28 mai 14:36

      @Jean Dugenêt

      Et alors ? ces manifestants représentent-ils une majorité ?

      Encore une fois, les « ONG » ciblées par cette loi ont les moyens d’organiser des manifestations importantes, et c’est tout le problème.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 mai 14:44

      @Seth
      « Car, tout naturellement, il ne faut pas envisager d’intervention extérieure »

      Est-ce parce qu vous êtes manipulé que vous êtes partisan de Frexit. A moins que ce soit parce que vous êtes un imbécile. Je suppose que vous n’acceptez aucune de ces deux explications. Cependant vous voulez absolument que si les géorgiens refusent la domination de la Russie ce serait parce qu’ils seraient manipulés et sans doute aussi un peu idiots.

      Eh bien vous vous trompez. Les géorgiens ont encore beaucoup plus de raisons pour refuser la domination de la Russie que nous n’en avons pour refuser la domination des USA.

      Fort heureusement nous n’avons jamais vu les chars d’assaut américains débarquer chez nous. Les géorgiens ont vu cela. Au Kazakhstan aussi la population a vu les forces de répression de Poutine entrer dans leur pays. En Biélorussie, ils sont même tenus de voir l’armée russe s’installer dans leur pays pour attaquer l’Ukraine.

      Comment faites vous pour ne pas comprendre que cela est insupportable pour les populations qui vivent dans ces pays. Vous êtes prisonniers de vos propres présupposés idéologiques. Vous remportez assurément le pompon à l’issue du test que je propose ci-dessous.

      ======================

      Je propose à chacun un petit test. Regardez chaque item de la liste suivante et comptez ceux que vous approuvez :

      • Pour vous, l’ennemi est l’Empire. Vous ne précisez pas de quel Empire il s’agit car vous considérez qu’il n’y en a qu’un. Cette notion est pour vous une évidence.
      • Vous pensez que l’Empire est dominé par les grosses fortunes juives. Il est parfois qualifié d’Empire anglo-sioniste ou d’Empire américano-sioniste. Il est essentiellement américain avec la complicité de pays européens comme la France, le Royaume Uni...
      • La CIA et les milliardaires juifs sont, de votre point de vue, responsables de tous les malheurs : les guerres, les conflits…Ce sont eux qui élaborent les stratégies politiques de l’Empire.
      • Vous considérez que les stratégies de l’Empire visent essentiellement à s’accaparer les ressources en hydrocarbures de toute la planète afin de dominer le monde.
      • Vous considérez que l’Empire est à la base du projet sioniste.
      • Vous assimilez la défense du peuple palestinien à la lutte contre les juifs.
      • Vous défendez tous les chefs d’état qui donnent l’impression d’être opposés aux USA surtout si ce sont des dictateurs, des envahisseurs et des gros capitalistes.
      • Vous défendez Poutine et El Assad. Vous n’émettez jamais la moindre critique contre eux.
      • Vous êtes contre le communisme qui, de votre point de vue, ne peut amener que des dictatures, de la répression et des massacres.
      • Un régime capitaliste, comme celui de la Russie, vous conviendrait très bien pour la France pourvu que celle-ci soit dirigée par un homme qui ait les qualités de Poutine.
      • Vous vous opposez aux 8 organisations syndicales françaises (CFE-CGC, UNSA, CFDT, CGT, FO, Solidaires, FSU, CFTC) puisqu’elles se sont déclarées solidaires du peuple ukrainien attaqué par « l’opération militaire spéciale » lancée par Poutine.
      • Vous justifiez votre opposition aux organisations syndicales en expliquant que les syndicats sont soudoyés par l’UE qui les finance avec la CES (Confédération Européenne des Syndicats).
      • Vous expliquez les grands conflits par des oppositions entre pays ou « blocs » de pays liés par des traités. C’est ce que vous appelez de la géopolitique et vous estimez avoir une claire analyse à ce sujet.
      • Pour vous la lutte des classes n’a qu’une influence très secondaire dans l’analyse de la situation mondiale et des grands conflits. Pour vous, la lutte des classes ne peut en aucun cas expliquer ces conflits.
      • Pour chaque conflit, il convient, de votre point de vue, de défendre le pays ou le « bloc » de pays qui défend la cause que vous estimez juste et il faut donc aussi défendre leur(s) dirigeant(s).
      • Vous ne vous demandez pas s’il convient de défendre les exploités contre les exploiteurs à l’intérieur d’un pays car pour vous l’essentiel est de savoir si ce pays dans sa globalité est ou non dans le camp que vous défendez contre d’autres pays.
      • Vous défendez les valeurs traditionnelles : travail, famille, patrie.
      • Vous êtes pour la défense de la famille et par conséquent de l’hétérosexualité. Vous êtes contre les « changements de genre » et autres « déviances » caractéristiques de la décadence des civilisations occidentales.
      • Vous voulez une Europe dominée par des peuples de race(s) blanche(s), de culture chrétienne et de politique anticommuniste comme le prévoyait le projet de « Neue Europa » d’Hitler.
      • Vous défendez la Nation et l’Europe contre l’invasion migratoire principal danger de notre civilisation.
      • Vous êtes opposé aux musulmans potentiellement islamistes et djihadistes. Ce sont, de votre point de vue, les forces les plus sombres de l’humanité.
      • Vous pensez qu’il n’y a pas de révolutions populaires mais seulement des révoltes fomentées par la CIA et les grandes fortunes juives à l’instar des « révolutions de couleur ».
      • Vous considérez qu’avec de l’argent, il est possible de déclencher n’importe quelle révolution. Le complot « judéo-bolchévique » se répète à l’infini. Vous pensez que toutes ces fausses révolutions font intervenir des agents étrangers financés par la CIA. Vous pensez d’ailleurs que les principaux conflits sont en fait des complots ourdis par des officines étrangères pour attaquer de glorieux dirigeants politiques qui font obstacle aux visées impérialistes de l’Empire.
      • Vous pensez que l’extrême droite est la seule force capable de faire connaître la vérité. Elle essaie donc de contrer la propagande occidentale dont sont abreuvés les peuples soumis. Vous estimez que ceux qui ne comprennent pas que les discours de l’extrême-droite sont l’exacte transcription de la vérité sont de pitoyables imbéciles.
      • Pour être informé intelligemment vous consultez certains sites web de cette liste : Réseau International, Egalité et Réconciliation, Réseau Voltaire, Les Crises, Le Saker Francophone, Investig’Action. Vous regardez aussi des vidéos de TVlibertés.

      Je rappelle que les marxistes sont opposés à toute idéologie. Ils analysent le monde en ne prenant en compte que les faits matériels (matérialisme) avec notamment l’exploitation de l’homme par l’homme qui est le fondement du capitalisme. Ils s’opposent en cela à toutes les idéologies. Ils ne partent pas d’idées préconçues, telles que celles de l’extrême-droite, qui viendraient se plaquer sur les faits. Ils partent des faits qu’ils analysent comme des données brutes. De plus les marxistes manient la dialectique. Ils ne mettent jamais un signe « égal » quand il s’agit d’analyser des réalités mouvantes, qui sont donc chargées de contradictions. C’est notamment le cas lorsqu’ils analysent ce que sont les syndicats, les partis du mouvement ouvrier... Bref ! Les marxistes ne valident aucun de ces items.

      Comptez le nombre d’items avec lesquels vous êtes d’accord. S’il y en a plus de dix, vous pouvez considérer que vous adhérez à une idéologie d’extrême-droite. Nous admettons que des idéologues peuvent valider quelques items sans être nécessairement d’extrême-droite. Il n’est d’ailleurs pas possible d’exiger l’adhésion à tous les items. Dieudonné doute qu’il faille que les européens soient de race blanche et, ni Thierry Meyssan, ni Florian Philippot ne tiennent à ce que l’homosexualité soit réprimée. Par ailleurs certains concentrent leur racisme exclusivement contre les juifs alors que d’autres le concentrent sur les arabo-musulmans. Les militants de l’UPR se défendent d’être racistes mais ils ont un nationalisme tellement exacerbé que cela confine nettement, dans bien des cas, à de la xénophobie. De plus, on trouve, en fait, plusieurs idéologies d’extrême-droite qui coexistent avec des nuances notamment entre JNR, GUD et Soral. J’ai essayé, avec ce test, de faire ressortir les traits qui reviennent le plus souvent dans toutes ces idéologies.

      Ceux qui découvriront, avec ce test qu’ils sont d’extrême-droite ne seront pas satisfaits. Il est inutile qu’ils m’expliquent que mon test n’est pas valable. J’ai compris.


    • mac 28 mai 19:24

      @Jean Dugenêt
      Ils semblent montrer le contraire dans leurs manifestations.
      Tout comme les gilets jaunes en 2018-2019...ont-ils autant d’éborgnés qu’on en a eu chez nous ?


    • Seth 28 mai 20:58

      @Jean Dugenêt

       smiley


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 29 mai 11:31

      @Dudule
      « les « ONG » ciblées par cette loi ont les moyens d’organiser des manifestations importantes, et c’est tout le problème. »

      Et la révolution russe est un complot judéo-blochévique car ils ont les moyens...
      Et la grève générale en France a été voulue par la CIA car elle a les moyens...
      Et avec de l’argent il est possible de déclencher n’importe quelle révolution...
      Et, vous aussi, vous décrochez le pompon avec mon test (ci-dessous)
      =================================

      Je propose à chacun un petit test. Regardez chaque item de la liste suivante et comptez ceux que vous approuvez :

      • Pour vous, l’ennemi est l’Empire. Vous ne précisez pas de quel Empire il s’agit car vous considérez qu’il n’y en a qu’un. Cette notion est pour vous une évidence.
      • Vous pensez que l’Empire est dominé par les grosses fortunes juives. Il est parfois qualifié d’Empire anglo-sioniste ou d’Empire américano-sioniste. Il est essentiellement américain avec la complicité de pays européens comme la France, le Royaume Uni...
      • La CIA et les milliardaires juifs sont, de votre point de vue, responsables de tous les malheurs : les guerres, les conflits…Ce sont eux qui élaborent les stratégies politiques de l’Empire.
      • Vous considérez que les stratégies de l’Empire visent essentiellement à s’accaparer les ressources en hydrocarbures de toute la planète afin de dominer le monde.
      • Vous considérez que l’Empire est à la base du projet sioniste.
      • Vous assimilez la défense du peuple palestinien à la lutte contre les juifs.
      • Vous défendez tous les chefs d’état qui donnent l’impression d’être opposés aux USA surtout si ce sont des dictateurs, des envahisseurs et des gros capitalistes.
      • Vous défendez Poutine et El Assad. Vous n’émettez jamais la moindre critique contre eux.
      • Vous êtes contre le communisme qui, de votre point de vue, ne peut amener que des dictatures, de la répression et des massacres.
      • Un régime capitaliste, comme celui de la Russie, vous conviendrait très bien pour la France pourvu que celle-ci soit dirigée par un homme qui ait les qualités de Poutine.
      • Vous vous opposez aux 8 organisations syndicales françaises (CFE-CGC, UNSA, CFDT, CGT, FO, Solidaires, FSU, CFTC) puisqu’elles se sont déclarées solidaires du peuple ukrainien attaqué par « l’opération militaire spéciale » lancée par Poutine.
      • Vous justifiez votre opposition aux organisations syndicales en expliquant que les syndicats sont soudoyés par l’UE qui les finance avec la CES (Confédération Européenne des Syndicats).
      • Vous expliquez les grands conflits par des oppositions entre pays ou « blocs » de pays liés par des traités. C’est ce que vous appelez de la géopolitique et vous estimez avoir une claire analyse à ce sujet.
      • Pour vous la lutte des classes n’a qu’une influence très secondaire dans l’analyse de la situation mondiale et des grands conflits. Pour vous, la lutte des classes ne peut en aucun cas expliquer ces conflits.
      • Pour chaque conflit, il convient, de votre point de vue, de défendre le pays ou le « bloc » de pays qui défend la cause que vous estimez juste et il faut donc aussi défendre leur(s) dirigeant(s).
      • Vous ne vous demandez pas s’il convient de défendre les exploités contre les exploiteurs à l’intérieur d’un pays car pour vous l’essentiel est de savoir si ce pays dans sa globalité est ou non dans le camp que vous défendez contre d’autres pays.
      • Vous défendez les valeurs traditionnelles : travail, famille, patrie.
      • Vous êtes pour la défense de la famille et par conséquent de l’hétérosexualité. Vous êtes contre les « changements de genre » et autres « déviances » caractéristiques de la décadence des civilisations occidentales.
      • Vous voulez une Europe dominée par des peuples de race(s) blanche(s), de culture chrétienne et de politique anticommuniste comme le prévoyait le projet de « Neue Europa » d’Hitler.
      • Vous défendez la Nation et l’Europe contre l’invasion migratoire principal danger de notre civilisation.
      • Vous êtes opposé aux musulmans potentiellement islamistes et djihadistes. Ce sont, de votre point de vue, les forces les plus sombres de l’humanité.
      • Vous pensez qu’il n’y a pas de révolutions populaires mais seulement des révoltes fomentées par la CIA et les grandes fortunes juives à l’instar des « révolutions de couleur ».
      • Vous considérez qu’avec de l’argent, il est possible de déclencher n’importe quelle révolution. Le complot « judéo-bolchévique » se répète à l’infini. Vous pensez que toutes ces fausses révolutions font intervenir des agents étrangers financés par la CIA. Vous pensez d’ailleurs que les principaux conflits sont en fait des complots ourdis par des officines étrangères pour attaquer de glorieux dirigeants politiques qui font obstacle aux visées impérialistes de l’Empire.
      • Vous pensez que l’extrême droite est la seule force capable de faire connaître la vérité. Elle essaie donc de contrer la propagande occidentale dont sont abreuvés les peuples soumis. Vous estimez que ceux qui ne comprennent pas que les discours de l’extrême-droite sont l’exacte transcription de la vérité sont de pitoyables imbéciles.
      • Pour être informé intelligemment vous consultez certains sites web de cette liste : Réseau International, Egalité et Réconciliation, Réseau Voltaire, Les Crises, Le Saker Francophone, Investig’Action. Vous regardez aussi des vidéos de TVlibertés.

      Je rappelle que les marxistes sont opposés à toute idéologie. Ils analysent le monde en ne prenant en compte que les faits matériels (matérialisme) avec notamment l’exploitation de l’homme par l’homme qui est le fondement du capitalisme. Ils s’opposent en cela à toutes les idéologies. Ils ne partent pas d’idées préconçues, telles que celles de l’extrême-droite, qui viendraient se plaquer sur les faits. Ils partent des faits qu’ils analysent comme des données brutes. De plus les marxistes manient la dialectique. Ils ne mettent jamais un signe « égal » quand il s’agit d’analyser des réalités mouvantes, qui sont donc chargées de contradictions. C’est notamment le cas lorsqu’ils analysent ce que sont les syndicats, les partis du mouvement ouvrier... Bref ! Les marxistes ne valident aucun de ces items.

      Comptez le nombre d’items avec lesquels vous êtes d’accord. S’il y en a plus de dix, vous pouvez considérer que vous adhérez à une idéologie d’extrême-droite. Nous admettons que des idéologues peuvent valider quelques items sans être nécessairement d’extrême-droite. Il n’est d’ailleurs pas possible d’exiger l’adhésion à tous les items. Dieudonné doute qu’il faille que les européens soient de race blanche et, ni Thierry Meyssan, ni Florian Philippot, ni François Asselineau ne tiennent à ce que l’homosexualité soit réprimée. Par ailleurs certains concentrent leur racisme exclusivement contre les juifs alors que d’autres le concentrent sur les arabo-musulmans. Les militants de l’UPR se défendent d’être racistes mais ils ont un nationalisme tellement exacerbé que cela confine nettement, dans bien des cas, à de la xénophobie. De plus, on trouve, en fait, plusieurs idéologies d’extrême-droite qui coexistent avec des nuances notamment entre JNR, GUD et Soral. J’ai essayé, avec ce test, de faire ressortir les traits qui reviennent le plus souvent dans toutes ces idéologies.

      Ceux qui découvriront, avec ce test qu’ils sont d’extrême-droite ne seront pas satisfaits. Il est inutile qu’ils m’expliquent que mon test n’est pas valable. J’ai compris.


    • Dudule 29 mai 14:41

      @Jean Dugenêt

      Quel pensum ! Insultant en plus. Pour vous, contester les subversions organisées par les néocons fait de moi un antisémite et un militant d’extrême droite.

      La révolution bolchévique a eu lieu en raison du ras le bol de la guerre et des défauts d’approvisionnement (très mauvaise organisation de l’administration tsariste). Les juifs y sont représentés en nombre en raison des persécutions imbéciles et des pogroms organisés par Alexandre III, et à une moindre échelle par Nicolas II. Par contre ; les services allemands y mettent bien la main. Difficile de nier qu’il ne s’agit pas d’un complot germano-bolchévique... le terme « complot » n’étant pas péjoratif, il s’agit bien d’un complot, les bolchéviques ne l’ont jamais nié.

      En vrac :

      Bien sûr qu’il n’y a qu’un empire ! Enfin, il le proclame lui même ! Défendre l’hégémonie américaine par tous les moyens, c’est le cœur du « project for the new american century » des nécons !

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Project_for_the_New_American_Century

      Je vous laisse rechercher qui sont Kristol et Kagan, et qui est la femme de Kagan.

      L’empire est dominé par les WASP, White Anglo Saxon Protestant. Israël n’est qu’un des outils de cette domination. Les plus grandes fortunes du monde ne sont pas juives (pas plus que les plus grandes fortunes françaises).

      Le projet sioniste sert l’empire américain, et pas l’inverse.

      Je défend les chefs d’état qui s’opposent à la domination américaine, et qui, bien souvent, sont pour cette raison la cible de campagnes de propagande et de sanctions. Bien souvent, ils s’opposent à l’empire parce qu’ils n’ont pas le choix, les néocons demandant leur soumission est l’accès à leur marché et leurs ressources. Vous devez avoir lu Marx et donc connaitre la nécessité pour le capitalisme d’accéder sans cesse à de nouveaux marchés. Et bien souvent, quand ces gouvernements sont effectivement dictatoriaux, les sanctions et les tentatives de subversions ne font que les les renforcer, les légitimant aux yeux de leur population.

      Je n’assimile pas juifs et sionistes, les deux ne sont pas corrélés. Il y a des juifs antisionistes et des non-juifs sionistes.

      Je défends sans cesse les exploités contre les exploiteurs. Je méprise profondément notre gouvernement de crétins néolibéraux qui transfèrent massivement la richesse des pauvres vers les riches, qui bien sûr ont bien du mérite à leurs yeux, les pauvres gens...

      Pour moi, la lutte des classes est aux cœur des conflits contemporains. Les néolibéraux et les néoconservateurs sont fondamentalement les mêmes personnes, le néoconservatisme étant le bras armé du néolibéralisme.

      Je pense que bien des organisations politiques est syndicales, que je soutiens sur quasiment toutes les autres questions, se trompent en ce qui concerne l’Ukraine. Mais sous le flot de propagandes, peut-être n’ont ils pas d’autres choix que de s’aligner en attendant des jours meilleurs.

      Je me fous des « valeurs traditionnelles », et je méprise profondément les pétainistes, néo ou archéo. Les valeurs de chacun sont ses affaires.

      Les musulmans français font bien ce qu’ils veulent, même chose que précédemment, chacun est libre de sa religion. Notre république n’est absolument pas menacée par un Islam radical très minoritaire, et l’islamisme n’est qu’une réaction à son déclin inexorable, comme ont décliné avant lui toutes les religions.

      L’Union Européenne est une saloperie néolibérale dominée par les lobbies des multinationales (qui n’ont rien à voir avec les juifs comme je l’ai déjà écrit). Et oui, je pense effectivement qu’un certain nombre de nostalgiques du IIIème Reich inavoués gravitent autour de ses institutions pourries...

      Dés qu’une révolution populaire éclate, l’Empire essaye de la récupérer ou de la combattre en fonction de ses intérêts. Voir le cas du Venezuela par exemple, ou de l’Amérique latine en général, véritable cas d’école des saloperies organisées par les Yankees. Et avec de l’argent on peut beaucoup... On ne peut pas déclencher une révolution si il n’existe pas déjà un fort mécontentement populaire, c’est certain.

      L’extrême droite est une saloperie. L’extrême droite détourne une partie de la colère populaire des vraies questions du partage des richesses et de la domination néolibérale. Actuellement en France, l’extrême droite est activement soutenue par les néolibéraux qui contrôlent le débat démocratique.

      Des sites internets que vous mentionnez, je ne considère que « Les Crises » comme un site vraiment sérieux (car il l’est), et c’est le seul que je consulte régulièrement.

      Etc, etc, je pense que vous m’avez compris. Si vous me demandiez quel intellectuel contemporain je considère comme une référence, je vous répondrai que j’ai beaucoup d’admiration pour le militant d’extrême droite bien connu Emmanuel Todd. Que vous devriez lire.

      Et vous n’êtes bien sûr pas au courant du noyautage pendant la guerre froide d’une partie du mouvement trotskyste par la CIA ? Ni du fait que tous les théoriciens du néoconservatisme sont issus du mouvement trotskiste yankee ?


  • zygzornifle zygzornifle 28 mai 08:28

    On a bien des agents pathogènes dans notre corps ....


  • zygzornifle zygzornifle 28 mai 08:29

    Parait que Macron serait un agent de la mondialisation et en plus il serait payé par ceux qu’il déstabilise ....


    • berry 28 mai 09:35

      @zygzornifle
      Une loi contre les agents étrangers en France serait d’utilité publique. Elle aurait dû être votée depuis longtemps si nous n’étions pas gouvernés par des traitres.

      On aurait des surprises, par exemple sur les intervenants de LCI, le hot spot de la propagande contre la Russie. En l’absence de cette loi, on peut déjà se faire une idée avec Google et internet, sur les origines et les motivations des fous de guerre qui poussent la France à intervenir dans le conflit. J’invite chacun à faire ses propres recherches.


    • V_Parlier V_Parlier 29 mai 21:26

      @berry
      S’ils font une loi comme ça en France, il y aura une exception pour les agents du « monde libre ». Seuls les autres seront concernés.


  • berry 28 mai 10:16

    Les intentions de vote pour le parti socialiste augmentent au fur et à mesure que celles pour le parti macroniste se dégonflent. C’est les vases communicants.

    Les deux cumulent à 30 %, comme à la présidentielle de 2022 :

    Macron 28 %, Hidalgo 2 %

    et à la présidentielle de 2017 :

    Macron 24 %, Hamon 6 %

    C’est la même politique, avec les mêmes électeurs.


    • V_Parlier V_Parlier 29 mai 21:28

      @berry
      Faut dire que maintenant, même avec Bardella c’est la même aussi. Donc on ne sait plus trop où mettre ses voix... de toutes façons ils couleront la boutique.


  • Zolko Zolko 28 mai 12:12

    C’est dommage que l’auteur ait oublié de préciser que Saakashvili est recherché par la justice de son pays natal, qu’il a fui pour échapper aux poursuites, et qu’il s’est même fait bombarder ... gouverneur d’une province en Ukraine, et qu’il a été arrêté et emprisonné en 2021 pour les massacres de 2007.

     

    En 2023, il apparaît amaigri lors de son procès et l’Ukraine expulse l’ambassadeur géorgien en réponse à la dégradation de son état de santé

     

    Et c’est ça que vous voulez vendre comme héros de la Georgie ? Vous doutez vraiment de rien


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 mai 12:55

      @Zolko
      « Et c’est ça que vous voulez vendre comme héros de la Georgie ? Vous doutez vraiment de rien »

      Je n’ai pas vu que l’auteur de l’article est écrit quoi que ce soit dans ce sens. Pourriez vous citer le passage que vous contestez ?


    • Seth 28 mai 14:31

      @Zolko

      Zaakashvili qui fut « conseillé » par notre gluglu national qui comme chacun le sait est un anti-atlantiste fervent. smiley

      Le même gluglu passant beaucoup de temps (pour ne pas dire tout son temps) à Berlin mais aussi... à New York, raison pour laquelle sans doute il a été choisi par les péèssistes comme tête de liste aux zeuropéaines, la dite zeurope étant une colonie us comme chacun le sait, ça tombe bien.

      Tout est dans tout et réciproquement, c’est bien connu. smiley


    • Zolko Zolko 29 mai 09:23

      @Jean Dugenêt : vous n’avez pas remarqué que la seule photo qui accompagne votre article est de Saakachvili ?


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 29 mai 11:23

      @Zolko
      « vous n’avez pas remarqué que la seule photo qui accompagne votre article est de Saakachvili ? »

      C’est moi qui ait choisi les deux photos qui accompagnent l’article.


  • Tolzan Tolzan 28 mai 12:27

    Merci pour votre article.

    Cependant, il me semble qu’il vous échappe que la Géorgie est ce que l’on appelle un état « croupion ». En clair, la Géorgie n’a pas les moyens de revendiquer quelque indépendance que ce soit (économiquement, politiquement, etc…) et ne peut qu’être rattachée soit à la sphère d’influence russe soit occidentale, cette dernière étant contrôlée par le capitalisme financier international, spécialement Wall Street, qui en sous-main définit la politique étrangère américaine. 

    Ce qui se passe en Géorgie n’est donc qu’un épisode de l’affrontement entre ces deux mondes…. Le peuple géorgien et ses velléités de liberté ne comptent pas tout comme le peuple ukrainien, comme avant le peuple irakien… ou le peuple serbe, etc. Ils ne sont tous que de la chair à canon potentielle.

    Concernant notre pays, au fil des ans et de notre déclin, il a rejoint le groupe des états croupion. La France n’a plus de politique étrangère autonome, subit les ukases de la Commission européenne, et s’aligne sur la politique de Washington.

    Cordialement,


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 mai 13:02

      @Tolzan
      "Cependant, il me semble qu’il vous échappe que la Géorgie est ce que l’on appelle un état « croupion ». En clair, la Géorgie n’a pas les moyens de revendiquer quelque indépendance que ce soit (économiquement, politiquement, etc…) « 

      Voilà le dernier argument des défenseurs de Poutine. Certes, il faut bien constater que Poutine a tendance à imposer par la force sa politique dans des régions à la périphérie de la Russie mais ceux qui habitent ces »régions« n’ont pas lieu de réclamer leur indépendance puisqu’il ne s’agit pas réellement de nations ou de pays. Ces »régions« feraient naturellement partie de la Russie.

      A ce compte là, les allemands auraient le droit d’annexer l’Alsace et la Lorraine tandis que les italiens pourraient reprendre le comté de Nice...

      Ce sont malheureusement ceux qui habitent ces »régions" qui ne sont pas d’accord. Pourvu que Biden ne dise pas que le territoire français fait partie des USA !


    • Tolzan Tolzan 28 mai 13:49

      @Jean Dugenêt

      Soyez sympa et cessez de nous parler de volonté populaire.

      Vous savez très bien que quand un pays comme la Géorgie ne compte que 3,7 millions d’habitants (avec un pib/habitant de 500 /mois environ), il est facile à un grand pays (que ce soit les USA ou la Russie) de manipuler la population, en particulier avec des ONG humanitaires… C’est ce qui s’est passé en Ukraine avec le coup d’État du Maïdan.

      La politique intérieure géorgienne actuelle résulte de l’affrontement direct entre Moscou et Washington.

      En plus, vous me semblez passablement amnésique en matière de politique de force et d’agression, quand vous écrivez "Poutine a tendance à imposer par la force sa politique dans des régions à la périphérie de la Russie¨. Qui a détruit l’Irak sous les bombes au prétexte mensonger que Saddam Hussein possédait des armes de destruction massive ? Qui a aussi détruit sous les bombes la Serbie, la Libye ? Qui a bombardé Hanoï avec des vagues de B52 ? Et le meilleur pour la fin : quel est le seul pays à avoir envoyé des bombes atomiques sur des villes, sur des populations civiles ? Vous allez me répondre : "le camp du bien qui a tous les droits !!!!!!"


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 mai 14:25

      @Tolzan
      "Vous savez très bien que quand un pays comme la Géorgie ne compte que 3,7 millions d’habitants (avec un pib/habitant de 500 /mois environ), il est facile à un grand pays (que ce soit les USA ou la Russie) de manipuler la population, en particulier avec des ONG humanitaires« 

      Non je ne sais pas comment on peut manipuler une telle proportion de manifestants dans un aussi petit pays.

      Ce que je sais, en tant que partisan du Frexit, c’est que je suis pour que la France regagne sont indépendance à l’égard des USA et si j’étais géorgien j’aurais encore bien plus de raisons pour vouloir que mon pays soit indépendant à l’égard de la Russie.

      Je ne suis pas allé personnellement en Géorgie mais je connais quelques français qui y ont fait plusieurs séjours. C’est en effet un pays où les françaises qui ont des difficultés pour avoir des enfants trouvent des mères porteuses parmi cette population où il ne manque pas de femmes prêtes à recourir à cette aubaine pour se tirer de leur misère. Leurs témoignages sont nets. La population dans sa grande masse déteste Poutine et sans doute au delà au point regrettable d’être russophones. Par exemple de nombreux jeunes hommes russes se sont réfugiés en Géorgie pour ne pas aller faire la guerre en Ukraine. Ils sont accueilles en Géorgie mais ils y sont mal vus. Les géorgiens leur attribuent une part de responsabilité dans la politique de Poutine. Ils voudraient qu’ils aient le courage de rester en Russie et de s’opposer par tous les moyens à la guerre menée par Poutine en Ukraine.

      Les géorgiens ont eux-mêmes subis ces agressions militaires de la Russie.

      Vous voudriez nous faire croire que pour refuser la domination russe il faudrait qu’ils soient manipulés. Non ! Je n’en crois pas un mot. Il est évident que ceux qui vivent en Géorgie ne veulent plus de cette domination d’une puissance étrangère. J’aimerais vous voir aller leur expliquer le contraire.

      Mais la question d’avoir un même discours à tenir dans tous les pays du monde n’est pas la votre. C’est celle des internationalistes qui défendent les exploités du monde entier tandis que l’extrême-droite glisse si facilement du nationalisme chauvin à la haine des autres puis à la guerre.

      Ceci étant vu, il est aussi évident que maintenant des gros capitalistes américains investissent dans ces pays et y défendent leurs intérêts en particulier dans des sociétés pétrolières implantées au Kazakhstan. Cela les amène avant tout à vouloir que l’ordre capitaliste règne et ils peuvent à l’occasion se satisfaire que Poutine viennent imposer la »paix sociale". C’était particulièrement clair au Kazakhstan. Il est possible aussi que certains aimeraient mieux que ce soient les américains qui s’en chargent.

      Cette question est indépendante du fait que les habitants de tous ces pays veulent leur indépendance à l’égard de la Russie et qu’ils n’ont pour cela nullement besoin d’être manipulés par la CIA. Mais, certains esprits obtus refusent de considérer que des peuples puissent se mobiliser sans être manipulés. Asselineau va jusqu’à expliquer que la Grève générale de mai 1968 en France a été voulue par la CIA.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 mai 16:19

      @Tolzan
      "En plus, vous me semblez passablement amnésique en matière de politique de force et d’agression, quand vous écrivez "Poutine a tendance à imposer par la force sa politique dans des régions à la périphérie de la Russie¨. Qui a détruit l’Irak sous les bombes au prétexte mensonger que Saddam Hussein possédait des armes de destruction massive ?"

      Je ne pensais pas à inclure l’Irak parmi les régions situées à la périphérie de la Russie. Je ne pense pas que ce soit un problème d’amnésie. Pour ce qui est de la périphérie de la Russie, je pensais plutôt à la Biélorussie, l’Ukraine, la Géorgie, la Tchétchénie, le Kazakhstan... Il serait sans doute plus juste de penser que vous avez un petit problème avec la géographie ou la topologie.


    • mac 28 mai 19:30

      @Jean Dugenêt
      Il serait sans doute plus juste de penser que vous avez un petit problème avec la géographie ou la topologie.


      Justement, certains pays n’ont même pas besoin que d’autres pays soient à leur périphérie pour se croire obligés d’y imposer le régime qu’ils veulent et d’y financer ONG et opposition pour y mettre des pouvoirs à leur botte, suivez mon regard...


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 28 mai 21:20

      @mac

      "Justement, certains pays n’ont même pas besoin que d’autres pays soient à leur périphérie pour se croire obligés d’y imposer le régime qu’ils veulent"

      Est-ce qu quelqu’un vous a dit le contraire. Ce n’est certainement pas l’auteur de l’article qui est un argentin qui vous contredira. Je signale dans un autre article actuellement en modération que les trotskystes d’argentine ont notamment combattu les armes à la main dans la brigade Simon Bolivar des forces réactionnaires appuyées par les USA. Les argentins ont aussi subi la dictature de Veleda et ils sont actuellement sous un régime ultra-réactionnaire.

      Je profite de l’occasion pour signaler que l’extrême-droite poutiniste est bien virulente contre les ukrainiens et beaucoup plus tolérante quand il est question des pays d’Amérique Latine qui subissent actuellement des dictatures appuyées par les USA. J’ai parfois l’impression que la solidarité entre toutes les extrêmes-droites l’emporte sur la solidarité contre les USA.


  • Fantômas Fantômas 28 mai 12:58

    Une loi sur la transparence des ONG qui font de la politique, mais quelle horreur !

    Avec des officiels de pays de l’OTAN qui vont participer aux manifestation !

    Que n’aurait-on pas entendu si Lavrov ou Wang Wenbin étaient venu soutenir une manifestation en France ou dans un autre pays de l’UE !


  • Christophe 28 mai 17:11

    En fait vous faites état de la lutte permanente d’influence entre les USA, l’Europe et ses alliés contre le reste du monde.

    La révolution des roses était encore et toujours, comme le furent les révolutions des fleurs et les révolutions de couleur des mouvements fomentés par les occidentaux pour retourner les gouvernements légitimes du moment mais pas dans notre ligne de conduite. En fait ce contre quoi la loi sur les financements d’associations et d’ONG lutte avec ses moyens.

    Ce qui hérisse le poil des occidentaux, en effet, c’est de voir des lois qui leur coupe leurs moyens de retourner des gouvernements par leur « soft power ». Ce pour lequel les américains se sont protégés en émettant la même loi (sauf que eux il n’y a même pas les 20% en seuil, tout financement extérieur est suspect).

    Mais vous avez raison dans le fond, in fine, rien n’est fait pour les peuples mais qu’est-ce qu’il est facile de les manipuler.


    • Christophe 28 mai 17:12

      @Christophe

      Et j’oubliais, la présidente actuelle est une ancienne diplomate française qui a été naturalisée géorgienne ... l’influence européenne est présente aussi.


    • GoldoBlack 28 mai 20:24

      @Christophe
      Ce qui te choque, c’est l’influence européenne, pas l’influence russe.
      Et la volonté du peuple géorgien, c’est comme la volonté du peuple ukrainien, on s’en fout, hein ?!


    • Christophe 28 mai 21:40

      @GoldoBlack

      Tu es plus qu’idiot. Non rien ne me choque. Mais qui donne des leçons sur l’influence étrangère dans ce petit pays si ce n’est ceux qui en font déjà ?

      L’Europe comme les USA sont des donneurs de leçons, ils critiquent les pays qui font la même chose qu’eux, la belle affaire.

      Personne n’est légitime à influencer, à manipuler des foules. Les deux me choqueraient mais en fait aucune ne me choque, sauf que l’honnêteté et la transparence ne sont pas du tout occidentales dans ce cas et je suis occidental ; ces connards sont censés me représenter tout autant que des crétins comme vous.

      Quant à la volonté du peuple ukrainien vous parlez de qui ? Les habitants du Donbass ne veulent plus vivre avec ceux de l’ouest, il est donc légitime qu’ils s’en séparent et il est légitime qu’ils fassent leurs choix.


    • GoldoBlack 29 mai 08:05

      @Christophe
      « Mais qui donne des leçons sur l’influence étrangère dans ce petit pays si ce n’est ceux qui en font déjà ? »
      Les RuSSes ?
      "uant à la volonté du peuple ukrainien vous parlez de qui ?

      Les habitants du Donbass"
      Qui sont donc bien ukrainiens... Je croyais qu’ils étaient russes... oO
      Cqfd alors.
      Tu es un idiot.
      Il est donc également légitime que les Corses, les Bretons, les Alsaciens, les Basques, les Kanaks, les Guadeloupéens, les Martiniquais se séparent de la France. \o/


Réagir