mardi 23 avril - par Fergus

Gilets jaunes : stop ou encore ?

Samedi 20 avril s’est déroulée – avec son habituel lot de graves incidents – la 23e journée de revendication des Gilets jaunes. Mais assurément pas la dernière du genre. Nul ne voit en effet se profiler la fin de ce mouvement sans précédent et, à bien des égards, révélateur de l’état d’une société française contemporaine malade de ses fractures. Un conflit social en l’occurrence aussi remarquable par son exceptionnelle longévité que par sa capacité à pourrir l’action des pouvoirs publics...

On l’a dit et écrit sur tous les tons, tant dans les médias – tous supports confondus – que sur les réseaux sociaux : le mouvement des Gilets jaunes est une nébuleuse constituée de personnes, actives et retraitées, venues d’horizons très divers et, de ce fait, porteuses de revendications hétéroclites, voire contradictoires pour certaines d’entre elles, ici portées par des employés et ouvriers modestes, là par des petits patrons ou des artisans. Or, malgré son caractère hétérogène avéré, le mouvement fait sens car il met en évidence la déconnexion des élites, tant politiques qu’industrielles, financières et médiatiques, avec les classes populaires et moyennes confrontées à la précarité ou menacées de régression sociale.

Le problème qui est désormais clairement posé à la société française réside dans la convergence d’intérêts qui, samedi après samedi, se cristallise entre les Gilets jaunes radicalisés, les casseurs opportunistes infiltrés dans les cortèges, et les black blocs venus en découdre avec les représentants en uniforme d’un « système » honni. Une convergence qui s’opère malgré des objectifs pour le moins disparates entre ceux qui, de bonne foi, entendent lutter pour améliorer le sort de leurs compatriotes, ceux qui se fondent dans la masse pour se livrer à des exactions gratuites ou à des pillages, et les militants anarcho-mondialistes venus frapper les symboles du capitalisme. 

Le problème pour l’exécutif vient précisément de cette convergence. C’est elle qui, malgré une participation limitée chaque samedi à quelques dizaines de milliers de personnes, donne sa force au mouvement des Gilets jaunes. Grâce aux violences perpétrées – d’où qu’elles viennent –, cette convergence leur assure une visibilité médiatique et un moyen de pression sur les pouvoirs publics incomparablement plus puissants que les grandes manifestations traditionnelles. Les Français ne sont évidemment pas dupes de ce déséquilibre, mais ils n’en continuent pas moins de soutenir très largement le mouvement en dépit des débordements commis comme s’il était, à leurs yeux, définitivement « impossible de réussir l’omelette sans casser des œufs ».

En décembre, Macron a cru pouvoir éteindre cet incendie – que ni lui ni les préfets n’ont vu venir – en mettant sur la table 10 milliards d’euros non budgétisés destinés à financer quelques mesures sociales et fiscales décidées sans réelle concertation avec les membres concernés du gouvernement. Résultat : un coup d’épée dans l’eau ! Non seulement le mouvement ne s’est pas arrêté, mais les Gilets jaunes ont vu dans ce geste, dicté par la fébrilité du monarque, l’illustration de leur capacité à obtenir encore plus en maintenant le bras de fer avec l’exécutif. Et ce ne sont pas les revendications ayant émergé des différentes formes du Grand débat national qui ont pu mettre du baume sur les plaies présidentielles. Aux fortes attentes exprimées, les réponses qu’apportera Macron jeudi seront évidemment déterminantes pour la suite du mouvement.

Le peuple français dans le rôle de l’arbitre

Mais d’ores et déjà une chose est sûre : tant au plan socioéconomique qu’au plan institutionnel, les annonces de Macron seront jugées insuffisantes par les Gilets jaunes radicalisés, voire totalement hors-sujet, à l’image de la possible suppression de l’ENA (École nationale d’administration) dont les médias mainstream nous rebattent les oreilles alors que l’essentiel n’est évidemment pas là. Le mouvement est donc appelé à se perpétuer dans les semaines à venir, et cela sous une forme de plus en plus polluée par les discours de sédition haineuse proférés par une poignée d’agitateurs et d’illuminés. Une forme exacerbée dont on peut craindre qu’elle soit propice à de graves dérives dans les rangs des manifestants et à de nouvelles bavures de la part de policiers et de gendarmes exténués et appelés par d’irresponsables abrutis à se « suicider ».

Les Gilets jaunes parviendront-ils, avec l’aide intéressée des casseurs et des black blocs, à imposer ce perpetuum mobile auquel aspirent les plus radicalisés d’entre eux jusqu’à la destruction du « système »  ? Nul ne le sait. Mais il est évident que Macron jouera d’autant plus gros jeudi que le Grand débat qu’il a mis en place pour gagner du temps et sortir du guêpier à moindres frais a généré de fortes attentes chez les Français. Sans annonces significatives de sa part, le mouvement des Gilets jaunes se perpétuera et pourrait même bénéficier de renforts venus des rangs de nos compatriotes les plus frustrés au lendemain de la prestation présidentielle. A contrario, si le « premier de cordée » Macron parvient à hisser ses annonces à la hauteur des enjeux en prenant des mesures sociales et fiscales de nature à améliorer réellement les conditions de vie des classes populaires et moyennes, ce sont les Français qui pourraient siffler la fin de la partie en retirant leur soutien aux Gilets jaunes jusqu’au-boutistes.

Macron peut-il entendre ce genre d’avertissement ? Rien n’est moins certain : entre son attachement foncier aux « vertus » du néolibéralisme et sa servilité manifeste à l’égard des oligarques de l’industrie et de la finance, il est à craindre que les annonces de jeudi ne prennent la forme d’une litanie de mesurettes et, via la constitution de commissions dédiées, de renvoi des vrais problèmes aux calendes grecques. Ce serait une faute politique possiblement génératrice d’un blocage durable de la gouvernance du pays. Certes, le pire n’est jamais sûr. Mais serait-ce vraiment le pire ? Un tel blocage entraînerait en effet tôt ou tard une dissolution de l’Assemblée nationale. Avec à la clé des élections législatives anticipées dont rien ne dit qu’elles ne modifieraient pas profondément le paysage politique. Mais dont rien ne dit non plus qu’elles n’auraient pas pour effet de redonner le pouvoir à une majorité néolibérale de facto relégitimée pour continuer le détricotage des acquis sociaux entrepris sous Chirac et poursuivi avec zèle par ses successeurs…

Comme le dit de manière quelque peu triviale une vieille image populaire qui illustre bien la situation politique actuelle, « on n’a pas le cul sorti des ronces » ! Cela vaut évidemment pour Macron au premier chef. Mais cela vaut également – ne nous faisons pas d’illusions – pour l’ensemble du peuple français, meurtri par ses propres contradictions dont le mouvement des Gilets jaunes, enferré dans ses propres divergences, est le plus flagrant symptôme.



204 réactions


  • Attilax Attilax 23 avril 09:03

    « appelés par d’irresponsables abrutis à se « suicider »

    Ah, on y est, le rabâchage des « débiles profonds » et autres « vermines », comme c’est original. Si vous aviez été présent dans ce cortège, vous auriez entendu toute la matinée « ne vous suicidez pas, rejoignez-nous » ainsi que « Castaner déteste sa police », mais après 5h de tabassage, gazage, arrestations musclées souvent totalement injustifiées, une partie des manifestants ont crié ça, oui, et c’est humain devant les exactions des FDO qui nous ont volontairement nassé et chassé sur la place de la république toute l’après midi, ALORS QUE LA MANIF ÉTAIT DÉCLARÉE AUTORISÉÉ !!! Journalistes arrêtés, LBD à gogo, Grenades en veux-tu-en-voilà, aucun problème pour Fergus, c’est bien normal face aux « séditieux » (langage du gvt que vous utilisez encore ici). Ce ne sont pas des « séditieux », ni des anti-sémites, ni des homophobes, ni des « rouges-bruns », ni une « foule haineuse » mais des gens qui réclament justice et que les institutions fonctionnent normalement.

    Une fois de plus, sous couvert d’une parole faussement nuancée, vous répétez à l’envi la propagande des médias à la botte du pouvoir, vous défendez l’immonde plutôt que le peuple, comme à chaque fois.

    C’est plus simple et rassurant d’être un « rebelle » toujours du bon côté du manche, pas vrai Fergus ? La démocratie, mais sans le peuple qui est con, la révolution mais sans « violences » inacceptables, les services publics mais sans quitter l’UE, un changement de société mais où surtout vous ne serez pas dérangé... ben voyons ! Vous me rappelez ce que dit Bégaudeau dans « Histoire de ta bêtise » : le bourgeois de gauche oublie qu’il est de gauche quand ses privilèges sont mis en danger« . Sauf que vous n’êtes même pas un bourgeois, ce qui rend votre discours ridicule ; vous défendez une caste qui vous méprise totalement et vous en redemandez. Vous critiquez Macron et sa clique politiquement, certes, mais tout en condamnant moralement la nature même des gilets jaunes, c’est un procédé sémantique détestable. Vous êtes »insoumis", je crois ? Voici l’avis de Lordon sur la question, c’est l’opposé du votre :

    https://lundi.am/A-propos-des-vermines-et-en-soutien-a-Gaspard-Glanz


    • Fergus Fergus 23 avril 09:21

      Bonjour, Attilax

      « Ce ne sont pas des « séditieux », ni des anti-sémites, ni des homophobes, ni des « rouges-bruns », ni une « foule haineuse » mais des gens qui réclament justice et que les institutions fonctionnent normalement »

      C’est vrai pour la majorité des Gilets jaunes, mais certainement pas pour la minorité d’abrutis qui emboîtent le pas de gens comme Nicolle, Drouet, Chalençon ou Rodrigues.
      Levavassseur avait un langage digne et posé : elle a été insultée et virée de manière scandaleuse par des éléments radicaux manipulés par le langage de haine !

      Je ne suis pas du « bon côté du manche » : je suis hostile à la politique de Macron et favorable à certaines revendications des Gilets jaunes. Pas aux slogans débiles et aux propos haineux !!!


    • velosolex velosolex 23 avril 11:49

      @Attilax
      On a fait grande affaire de ces slogans, perpétués dans une climat effectif de haine, compréhensif : La violence verbale est la seule que disposent ceux qui encaissent la violence physique, dont les videos accablantes tournent en boucle. Personnellement je préfère me faire injurier que prendre un tir de flash ball dans l’œil. C’est pourquoi les flics s’en prennent maintenant aux journalistes. Il ne faut pas d’images !..
      .Bientôt le téléphone sera interdit, vu comme une arme par destination.

      Les manifestations seront acceptées seulement s’ils ressemblent aux bourgeois de calais, une corde autour du cou, et une robe de bure….
      Je m’étonne vraiment du battage médiatique autour de cette affaire...Il faut parler de façon plus chatié maintenant dans une manif que sur un plateau TV….Les agrégés seront les seuls autorisés à manifester...Eh quoi les robokops ont ils des pudeurs de jeunes filles effarouchés. N’ont ils pas été formé pour garder la tête froide…

      Ne vont ils pas péter les plombs totalement si une contagions de « Nique ta mère » se fait entendre. On est prié de dire « merci monsieur » quand on prend un coup de matraque, même par derrière
      « Service public » ma p’tite dame !


    • velosolex velosolex 23 avril 11:57

      @velosolex

      Hier sans rire, j’ai entendu à la radio qu’en Bretagne, quelqu’un avait peint sur un mur un slogan« Quand un flic se suicide il est à moitié pardonné »...
      Là, on ne fait que donner une amplification à une information qui n’aurait pas normalement dépassé la ville. Je travaillais en psychiatrie. Un métier difficile ou les gens en crise ne m’ont pas toujours accueilli avec des bouquets de fleurs, mais avec ce genre de formule me passant au dessus de la tête.
      . J’avais ma blouse pour me protéger. Et un code d’analyse et de compréhension. C’est contre l’institution et ce que je représentais que les malades s’en prenaient. Si je parvenais à avoir de bons rapports avec eux après, c’est en n’oubliant pas cela, en ne faisant pas dans la surenchère.
      Il y a des drôles de types tous de même dans les forces de l’ordre. C’est sûr. Comme partout. Mai là c’est plus grave. Faut faire gaffe à ce qu’on dit, la fiche S n’est jamais loin dans ce pays. Je me souviens comment en argentine et au chili cela a commencé. Castaner n’est visiblement pas le bon berger. Il a quelques étoiles en trop sur son képi. C’est le syndrome de Cooper. il ne faut pas dépasser son seul de compétence. Sinon on se met en danger, et les autres surtout.
      Pour les flics, il y a des méthodes liées à l’endiguement, qui sont à la mode dans toutes les polices d’Europe, au contraire de la France qui fait dans la répression totale, utilisant des armes de guerre inédites, qui sont la honte de notre démocratie, ou de ce qui en reste. Je pense que l’heure est grave. Toute cette répression totalitaire est en germe avec les attentats, et les mesures qui ont été prises alors ; 


    • Dom66 Dom66 23 avril 12:17

      @Attilax
      merci pour votre commentaire, que je plusse, et pour la forme je replace par un copié/collé ceci

      V pour Vendetta on y arrive

      Vers 2019, après une rébellion d’une partie du peuple à peine évoquée, la France est dirigée par un parti fasciste après l’élection de Macron. Ce dernier, ayant profité du climat de peur affectant la population, a facilement institué un régime dictatorial . Interdiction de manifester, (dont le respect est contrôlé par sa milice, « CRS, Gendarmerie, BAC, Police »), a été instauré sur tout le territoire. En parallèle, les plus élémentaires libertés fondamentales (la liberté d’expression en particulier) ont été abandonnées au nom de la sécurité nationale. et les chaînes de télévision, sont les principales instruments de propagande du parti LREM.

      Vivement la libération que les miliciens soient jugés


    • zygzornifle zygzornifle 23 avril 12:27

      @Dom66

       M pour Macronta


    • velosolex velosolex 23 avril 12:29

      @velosolex
      Fergus
      On demande à ce mouvement une orthodoxie qu’il ne peut pas avoir. Le propre des mouvements révolutionnaires et de protestation, de tous temps, a été de se faire gonfler par toute une horde hétéroclite
      . Il y a fort à penser évidemment que certains agitateurs et soi disant bad blocks ont toute latitude d’exaction, par les forces de police, pour pourrir les images qu’on montrera sur la 2..N’importe qui a participé à une manif un peu périlleuse c’est cela ; Je me souviens comment à Nantes, les forces de police ne sont absolument pas intervenues, alors qu’elles étaient en nombre, et qu’une dizaine de frappadingues, masqués et bottés de noir, mettaient un local Vinci en l’air, dans le centre ville. Images qui sont passées en boucle le soir. 
      Le combat pour NDDlandes, a été l’amorce de celui ci. Même indignation, même grande variété des manifestants, même obstination, même manipulation, mêmes réseaux utilisés, mêmes cabanes, même esprit inventif, même intérêts d’argent commandant la main et la voix de nos gouvernants, même répression aberrante, hors norme. Pour moi c’est la génèse d’un enfermement inédit dans la dégradation, et la guerre civile si cela continue, au pire. Au mieux un clivage larvé, et un pourrissement débouchant vers un climat mortifère. Je suis très sèvère contre ces imbéciles qui ne savent donner que de la répression, crever des yeux, arracher des mains, et prendre une voix de pleureuse pour se plaindre de phrases de travers, non conformes à la politesse. 


    • Aristide Aristide 23 avril 12:39

      @velosolex

       C’est pourquoi les flics s’en prennent maintenant aux journalistes. Il ne faut pas d’images !..

      J’ai entendu certains qui disent au contraire qu’on laisse faire les violences pour en avoir. Il me semble que vous en faites partie.


    • Fergus Fergus 23 avril 12:57

      Bonjour, velosolex

      Le commentaire d’Aristide ci-dessus me semble assez justifié. Nous vivons dans une société de communication et d’image où, quel que soit le camp auquel on appartient, tantôt l’on encense les documents lorsqu’ils sont favorables, tantôt on les voue aux gémonies lorsqu’ils sont défavorables. C’est humain.

      En ce qui concerne les mots employés dans les manifestations, je suis d’accord avec le fait qu’il faut faire la part des choses et admettre que, dans un contexte de lutte sociale exacerbée, des slogans puissent friser l’insulte.
      Je n’en considère pas moins que les propos tenus sur les suicides de policiers sont inacceptables car ils touchent là directement à des situations dramatiques vécues par des familles en deuil !


    • Furax Furax 23 avril 13:07

      @Fergus
      Réveillez vous Fergus ! Nous sommes devant une menace fasciste d’une extrême gravité. Suivez donc les « fils » tweeter de David Dufresne, Esther Benbassa, de l’excellente Ariane Walter ou de Bruno Gaccio !


    • velosolex velosolex 23 avril 13:28

      @Fergus
      Le commentaire d’aristide est totalement incompréhensible. Il y a plus de violences policières en trois mois qu’en 25 ans. Ce n’est pas une vue d’esprit. Que des gens soient estropiés gravement pour ce qu’il leur reste de vie, pour avoir voulu manifester me fout la nausée. Des ophtalmologistes et des urgentistes se sont d’ailleurs mobilisés pour protester en vain devant l’étendue des blessures de guerre, et du nombre de personnes impactés. Les maux sont infiniment plus graves que les mots. De plus ceux ci arrivent dans des situations de pourrissement délibérés, ou leur expression est le fruit d’une colère qu’on provoque. Le vécu des policiers est sans doute difficile, mais leur image ne va pas s’arranger. C’est sans doute dommage, mais cela est le fruit d’un choix stratégique gouvernemental orienté non vers le dialogue, mais vers la répression totale, caricaturale, contre performante. Le suicide des policiers est lié à bien des phénomènes qui se conjuguent. Leur image, leurs missions, les pratiques y ont une large place. D’excellents témoignages d’ex policiers à écouter en podcast, et passés il y a quelques jours sur franc culture, à écouter absolument. 
      Les pieds sur terre : Police : tu l’aimes ou tu la quittes


    • Fergus Fergus 23 avril 13:50

      Bonjour, Furax

      Merci pour ce moment de franche rigolade !  smiley


    • Fergus Fergus 23 avril 13:53

      @ velosolex

      « Il y a plus de violences policières en trois mois qu’en 25 ans »

      Exact ! Mais il y a également plus de destructions et de pillages que durant les mêmes 25 ans ! Allons-nous devoir nous reposer la question de l’oeuf et de la poule ?


    • Furax Furax 23 avril 14:20

      @Fergus
      Allez donc voir et écouter, sur les fils que je vous ai indiqués, ces hommes et ces femmes sanguinolentes, traitées de putes par de véritables meutes de nazis, les oeils crevés, les mains arrachées. Parlez leur de « franche rigolade » !
      La parole est totalement muselée dans les grands médias, les journalistes emprisonnés et ça vous fait rire !
      Avec De Gaulle à Londres, il y avait l’extrême gauche, l’extrême droite les pêcheurs bretons, il ne triait pas. Les autres, aujourd’hui LREM, PS, LR, les raisonnables, dansaient à Vichy.


    • goc goc 23 avril 14:36

      @Fergus
      bonjour Fergus

      Exact ! Mais il y a également plus de destructions et de pillages que durant les mêmes 25 ans !

      ce n’est pas tout à fait vrai, les BB et les groupuscules néo-nazi ont fait parfois bien plus de dégâts et surtout de pillage, comme lors des manifs anti-G20.
      Et comme les pouvoirs à l’époque voulaient jouer dessus (le nabot était un spécialiste du genre), la police a souvent laissé faire, d’où moins de blessés parmi les manifestants.

      Concernant l’histoire des slogans anti-flics que toute la presse et tous les politichiens se sont, d’une même voix, déclaré être « outrés », cela tient surtout de la mascarade (les flics ils s’en foutent bien plus que de leurs petites personnes), mais surtout de l’hypocrisie. En effet je n’ai pas le souvenir d’une telle hystérie collective quand le prétendu philosophe et surtout ex-ministre a appelé les flics à tirer sur les GJ. Mais bon, venant de la presse la plus arrogante avec les pauvres et la plus servile avec le pouvoir, et surtout la plus corrompue, on n’a pas à être surpris.

      Bref on peut largement généraliser les propos de Pierre Desproges sur Minute, à toute la presse, elle nous donne la Nausée et les mains sales !!

      petite histoire vraie :
      A quoi reconnait-on un journaliste d’un client lambda dans un restaurant ??
      réponse :
      Quand le client, à la fin du repas se dirigeant vers la caisse, demande « Combien je vous dois ? », le journaliste lui, demande « Je vous dois quelque chose ?? »


    • Konyl Konyl 23 avril 15:41

      @Positronique
      Ah mais tellement, 0,04 % de la population et les gens crois au soulèvement ultime.
      C’est surtout que les médias n’ont rien d’autre à dire, pour eux c’est du pain béni et facile a couvrir, c’est arrivé près de chez vous...
      La nuisance économique est énorme, et quand il faudra payer, il viendront pleurnicher qu’il n’y a plus de sous.

       


    • Nycolas 23 avril 15:48

      @Fergus
      Si la montée du fascisme policier en France vous fait rire, votre offuscation envers des propos nés d’une colère légitime ne me fait pas rire du tout. En fait, vous demandez à ce que ceux qui se font mutiler et maltraiter alors qu’ils exercent leur droit à manifester, respectent leurs agresseurs, et vous ne choisissez de « comprendre » que ce qu’il vous plait de comprendre. Comme le disait quelqu’un ailleurs, vous êtes contaminé, et quand je vous lis j’ai simplement l’impression d’être confronté ici à une extension de la presse système. C’est d’ailleurs pourquoi, vous non plus, je ne vous lis plus. Les fils de commentaire parlent d’eux-mêmes.


    • Fergus Fergus 23 avril 16:21

      Bonjour, Nycolas

      « Si la montée du fascisme policier en France vous fait rire »

      Cela n’aurait rien de risible si nous en étions là. Or, il s’en fait de beaucoup. Même la principale disposition de la loi anti-casseurs a été retoquée par le Conseil constitutionnel et abandonnée. 

      « En fait, vous demandez à ce que ceux qui se font mutiler et maltraiter alors qu’ils exercent leur droit à manifester, respectent leurs agresseurs, et vous ne choisissez de « comprendre » que ce qu’il vous plait de comprendre »

      Non, c’est faux ! Je dénonce les bavures policières. Mais elle ne justifient pas les appels au suicide lancés par des énergumènes qui desservent la cause qu’ils prétendent servir.

      « vous êtes contaminé »

      On l’est tous un peu. Vous l’êtes bien  manifestement sans prise de distance par la doxa extrémiste !!!


    • mac 23 avril 18:13

      @Fergus Je pense que vous ignorez les dégâts dans les banlieues. Rien qu’en une soirée de jour de l’an il y a plus de voitures brûlées que sur l’ensemble du mouvement. Et bien sûr les Champs Élysées après la finale de la coupe du monde, ce n’etait pas de la gnognote non plus mais comme c’est pour le foot ça ne dérange pas les oligarques, ni vous peut-être ? Franchement le pays a été mis en pièces et vendu par appartements et vous croyez qu’ un show télévisé va faire tout oublier ? C’est vraiment espérer que les français sont encore plu ballots qu’ils ne le sont...


    • taktak 23 avril 18:57

      @Fergus
      des centaines de blessés graves, des dizaines de mutilisés, 1 mort. Des milliers d’arrestations. Des bavures ?

      Vous n’avez pas peur du ridicule Fergus.
      Je vous rappelle que ZERO policiers et gendarmes ont été suspendus. 0 condamnations ne sont intervenus. Le policier qui a tiré sur Zineb, tué d’une explosion d’une grenade en pleine figure, na pas eté « identifié ».

      A Nice, c’est la femme du policier qui a violenté G Legay qui a été chargé de l’enquête.
      A Toulon, le commandant boxeur, n’est pas inquiété

      Et chaque we, le gouvernement LREM et son personnels politiques nie les vioences policières. même lorsqu’elles sont sous leur nez.

      Risquer de perdre une main, un oeil, un bras, la vie pour avoir manifesté, risquer d’être arrête, emprisonné pour avoir manifester, être fichés dans les hopitaux...
      c’est la des symptômes d’un état totalitaire. Nos conctioyens ont désormais peur de la police. Ils sont obligés de se proteger pour aller manifester.

      Vous le niez, mais l’ONU le constate et demande des comptes.

      Je l’ai toujours dit, pour savoir ou se trouve le coté du manche, lisez Fergus.

      La fascisation est aussi alimenté par ceux qui soutiennent systématiquement, mais en faisant semblant d’être un peu critique pour avoir l’air critique, le pouvoir. Ils collaborent ainsi à la marche au fascisme. Nous n’y sommes pas encore, mais si nous ne réagissons pas très vite, nous pourrions nous y retrouver en un rien de temps.

      Entre 1936 et 1939, il n’y a eu que trois ans.


    • Fergus Fergus 23 avril 19:12

      Bonsoir, taktak

      Tous les faits que vous avancez font effectivement partie des bavures policières et il sera temps de faire le procès de l’état macronien et d’une justice aux ordres s’il continue, de manière scandaleuse, à n’y avoir aucune poursuite et a fortiori condamnation de policiers dont on a pu voir la brutalité gratuite sur des vidéos. Ai-je déjà dit le contraire ? Non, évidemment car je condamne sans ambiguïté ces actes !!!

      Faut-il pour autant parler d’un état fasciste comme beaucoup ici l’affirment ? d’une dictature ? Non, ce serait ridicule. Ou alors il faudrait admettre que l’on a toujours été en dictature sous la Ve République où malheureusement il est de tradition bien établie de ne jamais contrarier les syndicats de police par des condamnations de flics auteurs d’actes violents. Mais le fait est que ces impunités récurrentes sont insupportables, et de moins en moins bien supportées. Ce qui explique en partie les dérives de certains Gilets jaunes, je le reconnais bien volontiers.

      Désolé si je n’adopte pas le ton du rottweiler face aux pitbulls. Chacun son style. Et le mien n’est pas de militer à la limite du sectarisme comme certains sur ce site, mais d’essayer d’aborder les problèmes de la manière la moins subjective possible, et en tous les cas sans être aveuglé par mon positionnement politique.


    • mac 23 avril 19:39

      @Fergus
      Quoi qu’il en soit, je pense pas que la situation actuelle de ce pays prête spécialement à rire...


    • Le421 Le421 23 avril 20:41

      @mac
      Et je me pose la question si, comme le disait mon père, les résistants de 42 n’était pas pour le beauf français de base « des bêtes à abattre ».
      En 44, quand le vent a tourné, les salopes se sont transformés en résistants.
      Toutes ne s’en sont pas sorties indemnes...

      Pleureuses et profiteurs, indignes du titre de citoyen, ils se comptent à la pelle en ce pauvre monde... Ils traiteraient leur mère de pute pour une poignée de moules, comme disait mon pote de bretagne !!


    • Furax Furax 23 avril 21:36

      @Furax
      Que mes amis juifs me pardonnent ! Eux aussi étaient à Londres (Pierre Dac !) !
      Et je rends un hommage vibrant à Esther Benbassa, toute en coeur et en intelligence, présente à toutes les manifs des Gilets Jaunes, écharpe en badoulière.
      Elle sauve l’honneur du Sénat !


    • Eric F Eric F 23 avril 21:43

      Les slogans en question sont un dérapage dans le feu de l’action, bien évidemment personne ne le pense « à froid » en tête à tête, mais ils ont été surexploités par la classe politico-médiatique qui cherche à tout prix à discréditer l’ensemble du mouvement. Car sur le fond, la journée a été moins violente que ce qui était attendu, aussi faut-il bien faire mousser ce qu’il y a sous la main.
      Les pré-annonces des mesures de Macron ressemblent à un copier-coller des « propositions » de LREM bien avant la fin du grand débat, tenter d’acheter une certaine paix sociale par des mesures catégorielles, mais on a vu le 10 décembre que cette approche est sans effet ; les deux grandes revendications étant une plus juste participation des gros revenus financiers à la solidarité nationale, et le referendum d’initiative citoyenne, thèmes approuvé par près de 80% des Français selon les sondages. Esquiver pour éviter d’avoir l’air de céder, c’est verser de l’eau sur le sable et en final ce sera perdre la face.


    • agent ananas agent ananas 23 avril 22:40

      @Fergus

      Bonjour Fergus

      Langage de haine ?, propos haineux ?

      Les insultes sont une réaction normale et humaine de quiconque se fait gazer, matraquer, éborgner, mutiler ...

      Vous déplorez les appels au suicide mais semblez ignorer les appels des GJ à la fraternisation avec les forces de l’ordre, bien plus nombreux.

      Quant aux saccages et dégradations matérielles, il est bon de rappeler qu’ils sont principalement le fait des black blocks qui étrangement bénéficient de la passivité des forces de l’ordre ; passivité que déplorent certains leaders des GJ, dont Jérôme Rodrigues. Bref, si l’on voulait pourrir et discréditer un mouvement que l’on s’y prendrait pas mieux. Un procédé vieux comme le monde.

      En outre, certains Gilets Jaunes témoignent aussi avoir vu des policiers vêtus de noir participer aux violences. Il y a même des vidéos où l’on voit un gilet jaune interpelé pour être ensuite étrangement relâché après l’intervention d’un gradé ou encore un CRS se livrant à un pillage dans un magasin des Champs Elysées.

      On comprend mieux pourquoi la répression s’accentue contre certains journalistes et autres preneurs d’images.


    • Alexosaure 23 avril 22:57

      @Fergus

      Quand Vous parlez d une foule hétéroclite , vous n’abordez que la face individualiste de chaque gilet jaune,il me semble important de rappeler ce qui les a réunis au-delà des premières revendications : la démission de Macron. car il y a bien une chose qui les unis encore :avoir compris que Macron est dangereux,dangereux pour les institutions (séparation des pouvoirs),dangereux pour le système social français,dangereux pour l’économie, dangereux pour la liberté d’informer(je ne parle plus de la presse),dangereux pour les libertés fondamentales. Bien sûr toutes ces semaines passées ont été employées à faire ressortir leur part individualiste que l’état sait contrôler au détriment de leur part collective ;annonces de décembre, grand débat dont l’idée, outre de gagner du temps ,était de pousser les gens à rédiger des doléances personnelle donc individualistes, les autres partis ont fait de même exacerbant l’heteroclicité dont vous parlez. Mais si on peut oublier ce qu’on a appris ,on n’oublie pas ce qu’on a compris ! Voila pourquoi quoiqu’il arrive aux élections, ce mouvement ne s’éteindra pas. Et voilà pourquoi,quoiqu’il arrive je resterai gilet jaune ,parceque je ne veux ni d’une presse encore plus aux ordre,ni d’un peuple assigné à résidence,ni d une pensée unique,ni d un système social a l américaine, et vous ?


    • pipiou 23 avril 22:58

      @velosolex
      Pour dire ce genre de choses c’est que vous avez été déjà dans une détresse telle que vous avez été proche du suicide ?

      Parmi les éborgnés aucun ne s’est suicidé, c’est peut-être plus supportable que d’autres choses qui pousse à une telle extrémité.

      Et chaque manif commence par des feus de scooters et de voitures, on est loin, très très loin des bourgeois de calais...

      Même le petit con qui s’est fait mettre en garde-à-vue pendant deux jours a trouvé répugnante l’odeur de pisse du commissariat.
      Eh bien figurez-vous que ces flics, que vous et lui méprisez, travaillent tous les jours dans ces locaux hideux.


    • Jean-Luc Picard-Bachelerie 23 avril 23:23

      @Attilax
      Je suis très étonné de voir que d’un article qui va dans le sens de la plus grande partie des Gilets jaunes (j’entends de ceux qui manifestent encore et de ceux qui ne manifestent plus mais qui contestent toujours le pouvoir en place), vous ne vous arrêtiez qu’à un élément qui ne vous convient pas. Certes, la manipulation de l’information est quelque chose de très grave, mais il me semble que devant un régime qui n’est plus tout à fait démocratique il faut prendre les dispositions d’esprit pour se rassembler. Car avant de revendiquer la démocratie, il faut se l’appliquer à soi-même et accepter le débat et les désaccords. Surtout quand, sur le fond, il y a accord. Rangez votre susceptibilité au bon endroit et rendez-vous le 1er mai pour fêter les annonces de Macron.


    • Fergus Fergus 23 avril 23:26

      Bonsoir, Alexosaure

      « ce qui les a réunis au-delà des premières revendications : la démission de Macron »

      Justement, cela a fait partie des absurdités qui ont contribué à déconsidérer le mouvement, ce slogan tenant lieu de revendication à la place de toutes les autres, légitimes celles-là alors que celle-ci ne l’était pas. Comment aurait-elle pu l’être : d’un côté un président normalement élu  quoi que l’on pense de lui, et je n’en pense pas du bien —, de l’autre quelques dizaines de milliers de Gilets jaunes, à rapporter par exemple aux 1 à 2 millions de personnes dans les défilés de 1995.

      Pour le reste, je vous souhaite bon courage !


    • Fergus Fergus 23 avril 23:28

      Bonsoir, Jean-Luc Picard-Bachelerie

      Un grand merci à vous pour ce commentaire de sagesse !


    • Fergus Fergus 24 avril 09:35

      Bonjour, assouline

      Je ne comprends pas cette question car je n’ai jamais rien dit de tel.


    • Attilax Attilax 24 avril 10:42

      @Fergus

      Aucune réponse de votre part aux slogans de départ « ne vous suicidez pas, rejoignez-nous ! » que visiblement vous ne voulez pas plus entendre que les médias. mauvaise foi, quand tu nous tiens...

      Vous citez en exemple le pire possible. Levavasseur a trahi le mouvement en voulant l’instrumentaliser pour se faire élire sur une liste GJ qui ne lui appartient pas, c’est pourquoi elle a été traitée ainsi, et elle ne l’a pas volé. Mais comme vous ne reconnaissez que les « représentants », il est normal que vous ne compreniez pas ce désir d’horizontalité qui vous fait horreur : vous avez une peur panique du peuple, que vous jugez incapable de décider par lui-même. On retrouve cette peur dans tous vos commentaires. Vous souhaitez une élite de représentants éclairés qui œuvre pour le bien du peuple : mon expérience me hurle que vous croyez au père Noël. Ce serait amusant si vous aviez 5 ans, mais à votre âge c’est un peu inquiétant, et surtout, agaçant. Je suis désolé de briser un rêve, Fergus, mais le père Noël n’existe pas, pas plus que la démocratie en France ou dans l’UE, et c’est bien ce que révèlent les GJ actuellement.


    • pipiou 24 avril 11:06

      @assouline
      « campagne sécuritaire outrancière »
      Quand des citoyens par milliers ne respectent pas leurs devoirs de citoyens de respect de l’ordre public on obtient une société de merde.

      Alors c’est bien gentil de parler de campagne sécuritaire.


    • Fergus Fergus 24 avril 11:11

      Bonjour, Attilax

      « Aucune réponse de votre part aux slogans de départ « ne vous suicidez pas, rejoignez-nous ! » que visiblement vous ne voulez pas plus entendre que les médias »

      Mais bien sûr que si, je veux les entendre, ces slogans. Et je les ai entendus ou lus à différentes reprises dans les médias (télévision, radio, presse écrite). Ces slogans responsables n’en mettent pas moins en évidence le scandale des « Suicidez-vous » proférés par des minorités d’abrutis.

      « il est normal que vous ne compreniez pas ce désir d’horizontalité qui vous fait horreur »

      Aucune « horreur », je dis simplement que cette « horizontalité » est utopique, et ce n’est pas un hasard si aucun pays ne fonctionne sur un système de démocratie directe sur la planète ! Je n’ai donc pas « une peur panique du peuple », bien au contraire, mais  et c’est pourquoi je souhaiterais qu’il soit plus associé aux décisions, voire même qu’il puisse bénéficier d’une assemblée à part entière de citoyens tirés au sort sur des listes régionales de volontaires, par exemple dans le cadre d’un CESE réformé.

      Merci de ne pas caricaturer mes propos !!!


    • Fergus Fergus 24 avril 11:14

      @ assouline

      Sous-entendu « s’il est avéré que la justice est aux ordres », ce qui reste à démontrer.


    • Nycolas 24 avril 12:14

      @Fergus

      Vous nagez en plein manichéisme. D’un côté les raisonnables, de l’autre les fous extrémistes, avec lesquels on peut encore parler, pour les éduquer, bien sûr.

      D’abord, ceux qui s’estiment raisonnables en acceptant ce système peu ou prou sont de loin les plus fous. Le signe le plus clair de votre folie est que vous êtes totalement imperméable à la critique. Ensuite, vous confondez, comme c’est toujours bien commode, une pensée radicale et cohérente, avec une attitude extrémiste, qui serait, en sus, conditionnée par une prétendue doxa. Votre simplisme manichéen, j’insiste, est bien navrant. Le monde actuel n’est pas scindé entre un libéralisme, le moins pire de tous les systèmes, et un populisme avec un goût de fascisme : le néolibéralisme est, de tous les systèmes actuels, celui qui regroupe le plus des caractéristiques du fascisme authentique. Mais l’opposer à un ennemi unique qui serait le nationalisme ou le populisme est exactement ce que fait Macron, et c’est d’ailleurs tout ce qu’il a trouvé pour se maintenir, avec la peur du changement (tout en surfant sur la prétention au changement) et la peur de l’inconnu (cf l’argument massue contre le brexit ou le frexit « saut dans l’inconnu », employé par tous les opposants par principe à cet événement). Vous prétendez ne pas le cautionner, mais en fait vous ne dénoteriez pas à LREM.

      Quant à votre truc sur l’injonction au suicide, bon, c’est vraiment l’histoire de celui qui regarde le doigt au lieu de la lune...


    • Fergus Fergus 24 avril 12:54

      @ Nycolas

      Désolé, mais c’est vous qui êtes manichéen, certainement pas moi !

      Des preuves :
      Malgré des critiques sur certaines dérives, je reste favorable aux Gilets jaunes de première génération et à ceux qui les relaient encore sur le terrain.
      Je suis opposé à la politique de Macron, mais quand une bonne initiative est prise, je le reconnais (j’ai eu la même attitude avec Sarkozy et Hollande).
       Je suis irrité par les postures de certains dirigeants de LFI (et notamment de Mélenchon) mais, fidèle aux idées socio-économiques de ce parti, je continue de voter pour lui.
      — Je fustige les comportements fiscaux des personnes fortunées, mais je n’ai pas d’animosité contre les riches.
      etc...

      Le plus cocasse pour une personne comme moi, prétendument manichéenne à vous lire, c’est que sur ce site, l’on trouve très souvent sur le même fil de discussion, des intervenants qui me traitent  comme vous  de quasi-suppôt de Macron et d’autres qui, en même temps lancent des invectives du genre « gogocho » ou « gauchiasse » !  smiley


    • Pépé le Moco 24 avril 16:44

      @Attilax
      « Aucune réponse de votre part aux slogans de départ « ne vous suicidez pas, rejoignez-nous ! »  ». (voir aussi, lien)
      Effectivement, pas de réponse de @Fergus, dommage.

      Par ailleurs, il apparait que seul les oligarques parlent encore de démocratie.
      Malheureusement, le programme du CNR n’est plus qu’un lointain souvenir.

      Il faut garder en perspective cette citation de Jean-Louis BARRAULT : La dictature c’est « ferme ta gueule », la démocratie « c’est cause toujours ».


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 24 avril 17:32

      @Fergus

      Bonjour FERGUS

      Je ne crois pas que nous posions des diagnostics différents ; je crois que nous n’avons pas la même perception de ce qu’il est opportun de dire..

      Je vois la crise actuelle comme une fracture irréparable entre les gagnants et les perdants de notre société. Une fracture comme il y en a toujours eu. Les plus « forts’ d’une société y prennent de plus en plus de pouvoir et en retirent de plus en plus des avantages que n’ont pas les plus »faibles« . Ils optimisent ces avantages en réduisant progressivement leur nombre, utilisant leur force pour devenir une oligarchie. L’injustice est VOULUE.

      Quand le nombre des forts (gagnants) devient si restreint que leur force ne suffit plus à dominer la masse croissante des faibles (perdants) et à maintenir l’injustice, le système bascule. Les ci-devant forts sont mis au rancart, avec plus ou moins de violence. Ce qui constitue la force varie selon les époques, mais la constante est que la force change de camp.

      Je ne pense pas qu’on doive s’étonner d’  »Une convergence qui s’opère malgré des objectifs pour le moins disparates...«   Le mouvement des Gilets Jaunes, c’est précisément cette convergence entre TOUS les perdants qui fait que la force change de camps. Et son seul véritable objectif est précisément de faire basculer le système pour aboutir à une nouvelle répartition du pouvoir... et des avantages de pouvoir, dont une distribution moins insupportablement inégale de la richesse.

      Cette redistribution est incontournable... et il faut le dire. Si un changement politique RADICAL ne vient pas le dire, un nombre croissant des »perdants" choisiront la violence. OR ILS SONT DEVENUS LES PLUS FORTS... et on ne réussira pas longtemps a le leur cacher.

      Le dire est urgent, car il y a eu bien peu de délai entre le Serment du Jeu de Paume alors qu’on en est encore à jaser - et la prise de la Bastille... J’ai dit que les Élections Européennes pourraient servir de signal à une volonté de changement. Ce ne sera qu’un signal, mais s’il n’est pas entendu, j’ai bien peur que les choses ne se précipitent vers la violence.

      Pierre JC


    • Fergus Fergus 24 avril 17:51

      Bonjour, Pépé le Moco

      Si, j’ai répondu à Attilax sur cette interpellation « ne vous suicidez pas, rejoignez-nous ! » 

      J’ai lu et entendu cela — et bien évidemment approuvé — dans plusieurs médias.


    • Fergus Fergus 24 avril 19:02

      Bonjour, Pierre JC Allard

      « son seul véritable objectif est précisément de faire basculer le système pour aboutir à une nouvelle répartition du pouvoir... et des avantages de pouvoir, dont une distribution moins insupportablement inégale de la richesse »

      Mais ce ne sont pas quelques dizaines de milliers de Gilets jaunes qui pourront renverser le système. Il faudrait pour cela que les annonces de Macron jeudi soient de nature à raviver la flamme en générant de la colère populaire.

      Macron prendra-t-il ce risque en jouant au plus fin ? Réponse dans 24 heures. 

      Pour ce qui est d’une évolution violente, c’est possible en cas de surdité répétée des pouvoirs publics. Mais il est évident qu’un embryon de révolte ne pourra se développer que si une très large proportion de la population le soutient. Si ce n’est pas le cas, alors tout rentrera dans l’ordre antérieur, chacun restant avec ses frustrations.

      Une fois n’est pas coutume, je regarderai Macron avec beaucoup d’intérêt pour voir comment il compte sortir de la nasse dans laquelle il semble enfermé...


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 24 avril 23:07

      @Fergus

      TOUT A FAIT D’ACCORD ! Mais si on ne pense pas quelques dizaines de milliers de Gilets jaunes, mais à plus de 70% de mécontents en France, vous serez d’accord que c’est une toute autre problématique...  La sagesse ici est ne ne présumer de rien... et je pense que sur ça aussi nous sommes d’accord smiley

      Pierre JC


    • lloreen 25 avril 10:22

      @Fergus
      « Sous-entendu « s’il est avéré que la justice est aux ordres », ce qui reste à démontrer. »

      Le coup d’état du 5 décembre 2016 et la fin de la séparation des pouvoirs n’est sans doute pas assez probant à vos yeux.
      Je suppose que vous attendez les exécutions publiques des dissidents...pour voir.
      Et sans doute cela ne sera guère plus probant d’une dictature car les condamnés seront, cela va sans dire, de « dangereux terroristes » (pour la dictature en place, évidemment).


    • Fergus Fergus 25 avril 10:44

      Bonjour, lloreen

      Il vous a sans doute échappé que la disposition de la loi anti-casseurs donnant aux préfets le pouvoir arbitraire d’empêcher de manifester a été annulée par le Conseil d’Etat à al suite de nombreuses et vives protestations émanant notamment de la magistrature  ! 

      Qu’il y ait parmi ces magistrats des éléments complaisants à l’égard de l’exécutif, c’est une évidence. Mais ils ne constituent pas la majorité du genre, et si l’indépendance du parquet est menacée, elle n’est pas encore avérée dans tous les rouages de la Justice et dans tous les ressorts judiciaires.

      A cet égard, les décisions de Justice passant outre au plafonnement des indemnités prud’homales constitue une belle illustration de cette indépendance revendiquée. 


    • Attilax Attilax 25 avril 14:56

      @Fergus

      « Ces slogans responsables n’en mettent pas moins en évidence le scandale des « Suicidez-vous » proférés par des minorités d’abrutis. »

      lol vous ne comprenez pas : ce sont les mêmes qui ont gueulé ces deux slogans, simplement le deuxième, celui qui vous choque tant, a été gueulé après 5 heures actives de gazage, flashballage, tabassage et arrestation pas en règle. Donc d’un côté vous les encensez en les appelant « responsables » et de l’autre ce sont des « abrutis ». Qui est schizophrène ici ? Vous qui jugez derrière votre clavier, ou les GJ qui s’en sont tellement pris plein la gueule qu’ils en ont révisé leur jugement ?


    • Fergus Fergus 25 avril 16:43

      Bonjour, Attilax

      « ce sont les mêmes qui ont gueulé ces deux slogans »

      Cela, c’est vous qui l’affirmez. Mais quand bien même ce serait vrai, cela reste inacceptable.

      A noter, concernant les « gazages » qu’il est curieux de noter que, tout au long des samedis, il y a eu ici et là en France  y compris dans certains quartiers de Paris  des cortèges pacifiques qui n’ont pas donné lieu à ces gazages. Etonnant, non qu’ils se soient surtout produits là où s’est faite la convergence avec les black blocs ?


    • Attilax Attilax 26 avril 01:43

      @Fergus

      Vous dites vraiment n’importe quoi. J’ai fait presque tous les actes et je ne compte plus le nombre de fois où on s’est fait défoncer pour RIEN. Y compris le 12 mars, à l’intersyndicale, avec des vieux et des enfants, pas de problème, on gaze, on charge, on tabasse. Je vous ai pas entendu vous révolter contre ces exactions, faut dire qu’il n’y avait pas encore de « black-blocks », que des GJ et des cégétistes, sans intérêt pour vous sans doute...

      Entre un pauvre slogan crié en fin de journée sous la colère et 22 éborgnés, 120 mutilés, 4000 blessés, 10000 comparutions immédiates et 800 personnes en taule, ma définition de « l’inacceptable » ne va définitivement pas dans le même sens que la votre. Les fichages des GJ blessés dans les hôpitaux, les arrestations « préventives » genre minority report, les magistrats qui balancent des gens en taule à la chaîne pour avoir manifesté, les flics qui massacrent des gens du peuple sans vergogne pour défendre cette élite d’empaffés, un pouvoir qui détruit sa nation et méprise son peuple à chaque fois qu’il ouvre la bouche, voilà ce qui est inacceptable, Fergus, et certainement pas l’épiphénomène de cris de haine d’une foule malmenée depuis des heures. 300 arrestation musclées, une pluie constante de grenades lacrymos et de LBD, des charges non-stop, et impossible de sortir de République puisque nassés, J’AURAIS BIEN VOULU VOUS Y VOIR. Perso j’ai jamais eu si peur que samedi dernier, et je les comprends les gars qui leur ont gueulé de se suicider, c’est des monstres les baqueux, ils tirent pleine tête et ça les fait marrer, n’importe qui aurait la haine. Sauf bien sûr pépère au chaud dans son canapé qui s’offusque en bon bourgeois des méchancetés lancées par cette foule haineuse d’homophobes antisémites rouges-bruns noyauté par les black-blocks ! Ben voyons...

      Vous dites vouloir changer les choses, mais en dehors d’un bulletin inutile dans une urne pour un tocard une fois tous les 5 ans, vous faites quoi ? Vous venez gueuler avec les GJ ? Non. Vous avez été gazé, nassé, vous vous êtes pris des coups de matraque pour défendre vos idées ? Non plus. Alors je pense que vous n’avez aucune idée de ce qui se passe, et aucune légitimité pour juger ces gens. Un flic en aurait le droit, mais vous n’êtes pas flic et on se fout de votre avis qui est exactement le même que celui de BFM, un avis de versaillais : méprisant, insultant et niant la cause pour se fixer sur la conséquence.

      « si tu ne participes pas à la lutte, tu participes à la défaite. »
      Berthold Brecht

      Ça vous parle, en tant qu’« homme de gauche » ?


    • Fergus Fergus 26 avril 08:48

      Bonjour, Attilax

      « Je vous ai pas entendu vous révolter contre ces exactions »

      Bien sûr que si ! Mais, de même que je n’ai pas écrit sur Notre-Dame, eu égard au grand nombre d’articles qui sont parus sur le sujet, je n’ai pas non plus écrit d’article sur les violences policières pour la même raison : d’autres l’ont fait, et beaucoup mieux que je ne l’aurais fait moi-même. Mais mes commentaires sur ces violences ont toujours été sans ambiguïté.

      Quelques précisions sur les « personnes en taule » ; sur les 800 peines de prison ferme, 388 ont fait l’objet d’un mandat de dépôt pour des courts séjours, la plupart n’étant d’ailleurs pas des Gilets jaunes pacifiques. Mi-avril on comptait seulement 18 incarcérés en maison d’arrêt d’après l’administration pénitentiaire, nombre de condamnations ayant été aménagées.

      Et je persiste à dire qu’il y a eu de nombreuses manifestations de Gilets jaunes qui se sont déroulées sans incident là où il n’y a pas euy convergence avec les casseurs et las black blocs. La plupart en province, mais pas seulement : cela a également été le cas à Paris dans les cortèges alternatifs qui ont refusé de se mêler aux rassemblements à risque !!!

      « je pense que vous n’avez aucune idée de ce qui se passe, et aucune légitimité pour juger ces gens »

      1) Je sais très bien ce qui se passe, ne serait-ce qu’au travers des échanges que j’ai eus avec des Gilets jaunes à diverses reprises
      2) Je ne juge personne, je fais des constats !

      « si tu ne participes pas à la lutte, tu participes à la défaite. »

      Des luttes, j’en ai faites de nombreuses dans ma vie, et notamment en 1995 lorsque j’ai participé à toutes les manifestations contre le plan Juppé. Ou par le biais de mon engagement à Amnesty contre les atteintes aux droits humains. Je n’ai donc pas de leçon à recevoir de vous !!!


    • Yanleroc Yanleroc 27 avril 01:11

      @Fergus
      pfff, bidon !!


  • Aimable 23 avril 09:30

    Macron est prisonnier de la pensée formatée néolibérale ( comme ses conseillers , ainsi que les électrices et électeurs qui le soutiennent ) , il est dans une prison qui n’a ni murs ni clôtures , mais par conviction , il ne sortira jamais des ses limites , il est comme hypnotisé par ce système .

    Il faut donc s’attendre a ce que le mouvement des gilets jaunes perdure avec tous les risques que cela comporte , en ayant Macron comme spectateur et non comme acteur pour sortir de cette crise sociale .


    • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 23 avril 09:45

      @Aimable

      Prisonnier aussi des puissants qui ont financé son élection.

      Savait-il à quoi s’attendre quand il a accepté le poste ?

      Qu’ont-ils pu lui promettre pour qu’il se soumette ainsi ?


    • gruni gruni 23 avril 09:51

      @Aimable

      « Il faut donc s’attendre a ce que le mouvement des gilets jaunes perdure »

      Macron donne au GJ le RIC et rétabli L’ISF. Selon vous, le mouvement s’arrête ou pas ?
      Deuxième question  Dans le cas cité plus haut, qui sera le premier meneur du mouvement GJ, à dire c’est bon on arrête tout ?
      Question subsidiaire- ou sera-t-il lynché ?


    • arthes arthes 23 avril 10:11

      @Parlez moi d’amour

      Mais Macron est un « tueur » , il a été formé et embauché pour cela.

      Une sorte de DRH froid et déterminé qui oeuvre pour restructurer et mettre au pas ce qui pour lui constitue « l’entreprise France » et non un pays, au sein de la « hollding UE ».

      Rien de surprenant, ce qui l’est en revanche, c’est la forme que prend la révolte, en jaune donc, et le fait qu’elle perdure


    • Fergus Fergus 23 avril 10:37

      Bonjour, Aimable

      Assez d’accord avec vous. Mais en réalité, tout dépendra des Français : s’ils estiment significatives les annonces de Macron, alors ils retireront leur soutien au mouvement des Gilets jaunes.
      Macron saura-t-il se démarquer suffisamment de « la pensée formatée néolibérale » pour trouver le bon dosage ? Eléments de réponse jeudi soir.


    • Aimable 23 avril 13:32

      @gruni
      L’arrêt du mouvement gilets jaunes se fera faute de gilets jaunes , point besoin de meneur , la fin ressemblera au début .


    • Aimable 23 avril 13:38

      @Fergus
      Lui ne s’évadera pas de sa prison sans murs , pour lui tout autour c’est le vide .


    • gruni gruni 23 avril 14:09

      @Aimable

      « L’arrêt du mouvement gilets jaunes se fera faute de gilets jaunes »

      Oui, vous misez sur le pourrissement, comme le gouvernement. Seulement ce mouvement est complètement inédit. Il vient des réseaux sociaux et pourra continuer même après la fin des manifs et se retrouver dans la rue à tout moment. Une épée de Damoclès pour le pouvoir.


    • Fergus Fergus 23 avril 14:15

      @ gruni

      « Une épée de Damoclès pour le pouvoir »

      Effectivement. Rarement l’image n’a été aussi parlante pour le pouvoir dans la France post-68.


    • Aimable 23 avril 17:03

      @gruni
      l’arrêt signifiera la victoire et non l’échec , le pourrissement viendra par l’épine que Macron a dans le pied .


    • mac 23 avril 19:50

      @Aimable
      Ne prenez pas trop vite vos désir pour des réalités...


    • Michel DROUET Michel DROUET 24 avril 08:54

      @Fergus
      Bonjour Fergus
      Se démarquer de la pensée néolibérale ? Cela n’en prend pas le chemin surtout avec le « travailler plus » qui revient comme un cheveu sur la soupe en cette fin de grand débat et qui ne correspond en rien aux aspirations des gilets jaunes.


    • Fergus Fergus 24 avril 08:57

      Bonjour, Michel DROUET

      Je partage évidemment le même doute, pour ne pas dire la même certitude que Macron ne s’écartera pas de sa ligne.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 24 avril 17:43

      @gruni

      Suis-je le seul à penser que porter un Gilet Jaune n’est qu’une façon de dire qu’on est mécontent... et que c’est quand on renoncera a le montrer de cette façon ostentatoire et donc assez puérile que la crise prendra une tournure beaucoup plus sérieuse ?

      PJCA


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 24 avril 22:52

      @assouline

      OUI. Je vois aussi : «  la saisie d’une opportunité, une fuite en avant, et les marques d’un certain désespoir. »  Ce que je trouve puéril, c’est que la population s’en tienne à ça... et quand elle ira plus loin  ce qui inévitablement arrivera  on se dira étonné... alors qu’on fait tout pour susciter un soulèvement qu’on se croit capable de mater facilement. Je crois qu’on se trompe

      PJCA


  • gruni gruni 23 avril 09:39

    Bonjour Fergus

    Je ne sais pas si nous irons jusqu’à la dissolution de l’A.N, par contre tu as très bien observé qu’ « on n’a pas le cul sorti des ronces ». Quant aux annonces de jeudi, arrivera ce qui devait arriver, un mécontentement général. Je ne vois qu’une solution, Nicolle président !


    • Fergus Fergus 23 avril 10:44

      Bonjour, gruni

      « Nicolle président ! »
       smiley

      Plus sérieusement, je ne sais pas non plus si nous irons jusqu’à la dissolution. A mon avis, celle-ci n’interviendrait qu’en cas de blocage avéré des institutions.

      Entre temps, les Français auront la possibilité d’arbitrer le match Gilets jaunes vs Macron s’ils estiment suffisantes les annonces de jeudi ; ils pourraient dans ce cas siffler la fin de la partie et de facto marginaliser les mouvements résiduels ; dans le cas contraire, nous resterons dans le roncier !


    • Eric F Eric F 23 avril 21:54

      @Fergus
      "les Français auront la possibilité d’arbitrer le match Gilets jaunes vs Macron s’ils estiment suffisantes les annonces de jeudi"
      les annonces qui ont « fuité » ne convaincront pas les protestataires, et décevront ceux qui en sont exclus ...dont le cœur de cible électoral macronien. En ajoutant l’ « agitation » autour du passé politique de la tête de liste à cervelle d’oiseau de la majorité présidentielle, le résultat électoral aux européennes risque d’être calamiteux. Il ne reste plus qu’un jour pour « recalibrer » les annonces.


  • Raymond75 23 avril 10:20

    La beaufitude en jaune se ritualise : chaque samedi on se donne rdv pour aller dans la grande métropole voisine se promener (Montpellier, Toulouse, Bordeaux et bien sûr Paris). Incapables de se structurer, sans porte parole officiel, incapables de négocier quoi que ce soit, avec des revendications diverses et fluctuantes, toujours ’contre’, sans service d’ordre interne, on vient se promener dans les villes.

    Par lâcheté, on se laisse infiltrer par les extrêmes pourtant facilement reconnaissables, et on les laisse détruire. Par lâcheté toujours, on se trouve une justification : « vous comprenez, sans violence on ne parlerait pas de nous » ...

    Je propose à cette beaufitude un nouveau moyen d’action : restez chez vous, dans vos lotissements. Brûlez un ou deux pavillons miteux qui enlaidissent le paysage, deux ou trois scooter de vos enfants, une voiture d’un voisin, puis saccagez un centre commercial ! Cela ce serait révolutionnaire coco.

    Bien entendu, comme vous êtes très limités, et que la majorité d’entre vous est fière de n’avoir jamais voté, vous ne comprenez pas que la seule solution pour obtenir de profond changements sociaux c’est la gréve générale ; dommage. Et donc, le lundi après cet agréable week-end, vous reprenez votre petite voiture diesel, et vous foncez lécher le cul de votre patron, en excès de vitesse puisque les radars ont été saccagés ! Chacun à la révolution qu’il peut !

    Si je reçois beaucoup de ’like’ et de ’+1’ pour la solution que je vous propose, j’organiserai un RIB : Referendum d’Initiative de Beauf.


    • Fergus Fergus 23 avril 10:48

      Bonjour, Raymond75

      Je partage malheureusement la tonalité de votre commentaire. Et j’en suis navré car j’ai rencontré des Gilets jaunes intéressants et ouverts à la discussion sans a priori sectaire.

      Hélas ! à l’image de Levavasseur, figure symbolique des ces Gilets jaunes responsables, la plupart de ceux-là ont disparu, écoeurés par la mainmise sur le mouvement opéré par les plus extrémistes.


    • Attila Attila 23 avril 12:42

      @Raymond75
      « incapables de négocier quoi que ce soit »
      Là, c’est de la marionnette Macron dont vous parlez.

      .


    • Armelle Armelle 23 avril 15:57

      @Raymond75
      ...Une bien belle description du troupeau d’abrutis que sont ces GJ
      Ces décérébrés confondent persévérance et entêtement manifestement !!!
      Leur histoire dure déjà depuis cinq mois, pour aboutir heu....bah à rien ! et ces ânes continuent....
      La bêtise consiste à faire toujours la même chose et en attendre des résultats différents !!! Là à ce jeu je dois dire qu’ils sont doués !!!
      Comme dit Fergus ; « on est pas sortis du roncier » avec une bande de tarés pareille
      ...La vie des bêtes... épisode 23


    • zygzornifle zygzornifle 23 avril 16:14

      @Armelle
       Par lâcheté, on se laisse infiltrer par les extrêmes pourtant facilement reconnaissables, et on les laisse détruire

      Les GJ n’ont tout simplement pas envie de se faire casser la gueule par les casseurs et d’ailleurs les flics risquent en plus de leur donner un coup de main ....


    • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 23 avril 16:36

      @Raymond75

      Parfaite description ...


    • Attila Attila 23 avril 16:52

      @Attila
      C’est bien Macron qui n’a rien à négocier. Avec les 10 milliards qu’il a lâché, il a déjà subi les critiques de nos partenaires européens en raison du creusement de notre déficit, il ne peut pas aller plus loin financièrement.
      Il s’agit bien de la critique des autres pays de l’UE qui n’acceptent pas que la France laisse déraper son déficit alors qu’eux-mêmes ont fait l’effort de serrer les boulons.
      Quand on fait partie de l’Union Européenne, on applique les règles de l’Union Européenne.

      .


    • mac 23 avril 18:30

      @Armelle
      Quel mépris du petit peuple !

      La bêtise consiste à faire toujours la même chose et en attendre des résultats différents !!!


      C’est exactement ce que font nos gouvernants depuis 40 ans et notre pays, jadis si prospère, est au bord du gouffre financier. Les « débiles » comme vous les appelez semblent l’avoir nettement mieux compris que vous.
      Dormez tranquille nous verrons bien où nous en serons dans trois ou quatre ans si une crise majeure survient comme malheureusement elle est probable..


    • Yaurrick Yaurrick 24 avril 15:55

      @mac
      40 ans de gabegie, de magouilles et de clientélisme, le constat est clair... sauf que les revendications des GJ sont un salmigondis de mesures dont le cout sera faramineux.


  • bernard29 bernard29 23 avril 10:51

    Déçu par votre article parce que vous ne dites rien vous même. Ainsi vous dites que les réformes seront jugées insuffisantes par les Gilets Jaunes, mais vous ne donnez pas votre avis. Même sur la réforme de l’ENA, vous ne vous mouillez pas. Votre avis est que ce ne serait pas essentiel. Pourtant , il est clair que l’ENA a été énormément critiquée ainsi que le système catalogué d’Enarchie, avec une caste de hauts fonctionnaires qualifiés d’« Hors Sol ». Vous vous en souvenez ?? 

    Alors il me semble que Macron a tout à fait raison de poser la question d’une réforme de la formation des hauts fonctionnaires et de la mettre sur la table dans la liste de ses propositions. Aucune réforme ne sera en elle même essentielle, c’est l’ensemble , y compris les premiers « coups d’épée dans l’eau » du mois de décembre, qui permettra à chacun de porter un jugement sur son action. 

    La question d’attendre une satisfaction des « gilets jaunes » ne se pose même plus, ou pas de toute façon. La question n’est plus une question de revendications.

    Le rituel des manifs continuera de moins en moins fourni jusqu’à lassitude..


    • arthes arthes 23 avril 10:59

      @bernard29

      A propos des réformes pour l’ENA et le système catalogué d’Enarchie, Apathie , toujours très précis livre au micro d’Europe 1 ce qu’il pense de la logique elyséenne (c’est très court) :

      https://youtu.be/kbZcJi-ZY5k


    • Fergus Fergus 23 avril 11:08

      Bonjour, arthes

      Pour une fois, je suis à 100 % d’accord avec Apathie !

      A noter toutefois que le cas de Delpuech n’a rien à voir avec le sort de l’ENA. Personnellement, je trouve que la suppression-gadget de cette école serait une ânerie car l’on en reviendrait au système antérieur où l’arbitraire des nominations étaient encore plus grand. Ce qu’il faudrait faire, à mon avis, c’est réformer l’ENA afin de permettre une mixité sociale beaucoup plus grande et surtout nettement plus représentative de la sociologie française.


    • Fergus Fergus 23 avril 11:15

      Bonjour, bernard29

      Je ne donne pas mon avis parce que je ne sais pas ce que va annoncer Macron jeudi.

      Sur la réforme de l’ENA, j’en parle en revanche ci-dessous en réponse à arthès. Et si en effet, je pense que le sujet n’est pas essentiel en comparaison des problèmes majeurs qui existent au plan socioéconomique, je trouve malgré tout cette question importante et je serais navré que Macron s’en empare de manière démagogique pour utiliser l’éventuelle suppression de l’école comme un écran de fumée. Ce faisant, il serait à côté de la plaque ! 


    • Fergus Fergus 23 avril 11:42

      Bonjour, Positronique

      Je ne vois pas en quoi mes opinions sont moins pertinentes que les vôtres. C’est peut-être le cas, mais vous n’êtes pas le seul à en décider. Cela dit, je conçois que ne pas disposer de ce pouvoir soit de nature à vous contrarier, vous dont les avis péremptoires sont frappés au coin de l’intolérance !!!

      Zut ! j’avais oublié de mettre « péremptoires » et « intolérance » en gras. Voilà qui rattrape le coup.  smiley


    • arthes arthes 23 avril 11:49

      @Fergus

      Hello

      En fait je cherche, disons je tente, aussi à décrypter cette colère d’Apathie.

      Dans le fond, il part du cas Delpuech pour , on dirait, dennoncer que Macron cherche surtout à détruire les institutions (entre autres : supprimer l’ENA, mais le sénat est aussi dans son collimateur) sous de vertueuses formules qu’il ne s’applique pas afin de mettre en place son système à lui, 

      C’est dit comme c’st dit, mais je vois l’idée comme ça....j’en reviens à : Macron est le « super DRH » de l’entreprise France, et froid comme un serpent. 


    • Aristide Aristide 23 avril 12:17

      @Positronique

      Sur l4ENA, j’ai entendu quelque part une remarque frappée du bon sens « A l’image des projets de limitation des armes aux USA, on pourrait supprimer l’ENA pour nos haut-fonctionnaires : mais il y en a tellement en circulation !!! »


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 23 avril 12:51

      @arthes

      Je viens de regarder la vidéo, ben , il n’y a pas que du mauvais ( comme certains l’affirment ) dans J.M. Apathie !


      @+ P@py


    • marmor 23 avril 14:52

      @Fergus
      Le problème de l’ena n’est pas que la mixité sociale, mais le type d’enseignement pratiqué et les perspectives systématiques de carrrière qui sont sans aucun fondement à part le fait d’avoir fait partie de cette secte. On peut aujourd’hui se rendre compte de l’inéfficacité chronique de ces pingouins, qui ont démoli tous les joyaux de la France par leur totale incompétence . S’il vous faut des exemples, n’allez pas plus loin que l’elysée !!! 


    • oncle archibald 23 avril 14:56

      @Fergus : « réformer l’ENA afin de permettre une mixité sociale beaucoup plus grande et surtout nettement plus représentative de la sociologie française »

      L’ENA est accessible par concours, donc pour moi la règle c’est que le meilleur gagne, qu’il soit le fils d’un mécano salarié du garage Renault du coin de ma rue ou le fils d’un prof de médecine qu’importe pourvu qu’il soit le meilleur !

      Quant à vouloir d’une représentation complète de la société française à l’ENA permettez moi de faire observer que la proportion d’abrutis bas du front dans notre société n’étant pas du tout négligeable, je préfère qu’on ne choisisse pas ces gens là pour diriger notre pays quitte à ce que le staff des énarques ne ressemble pas à la médiocrité ambiante.


    • Jean De Songy 23 avril 15:48

      @oncle archibald
       
      Pour gocho le crétin, pas de concours... :
       
      des ENA privatisées
       
      des charges de hauts fonctionnaires à vendre sur le Marché
       
      et évidement un passe-droit pour les « chances » du mondialisme oligarchique, l’assurance « divide et impera » de la Banque. Et commissaire Mohamed tape avec joie sur la vieille souchienne GJ...


    • Fergus Fergus 23 avril 16:38

      Bonjour, marmor

      Vous n’avez pas tort, mais je pense quand même que la question de l’enseignement dispensée à l’ENA est en grande partie liée à l’absence de mixité qui empêche tout renouvellement des élites où est puisé le corps enseignant. On a là un entre-soi de haute bourgeoisie qui est de facto pérennisé par le manque de sang nouveau dans les rangs des élèves en termes d’origine sociale et culturelle. 

      « l’inefficacité chronique de ces pingouins » 

      C’était pourtant pire avant, quand les hauts-fonctionnaires venaient de... n’importe où, nommé par des personnalités dont ils étaient proches. C’est pourquoi il vaudrait mieux ne pas supprimer l’ENA mais la réformer. En l’état, les énarques sont en effet tellement imbus de leur supériorité intellectuelle qu’ils commettent de nombreuses bévues, faute de prise avec le peuple. C’est cela qu’il convient de changer. Ajouter en outre un stage d’un an en entreprise à un niveau subalterne serait une excellente chose.


    • Fergus Fergus 23 avril 16:46

      Bonjour, oncle archibald

      Il y a concours et concours ! Si les épreuves d’entrée comportaient des aspects moins redoutablement techniques et plus en prise avec la connaissance de l’état de la société vue au niveau des classes populaires et moyennes au lieu des théories d’expert hors-sol, peut-être cela changerait-il le profil de certains candidats.


    • bernard29 bernard29 23 avril 16:54

      @arthes
      merci . je ne savais pas que Delpuech avait été nommé au Conseil d’Etat.
      C’est en effet très choquant surtout concernant le cumul des salaires, retraites et indemnités. 


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 23 avril 19:42

      @bernard29

      Cette nomination de « Macron Pinocchio », normale que dans un peuple de mougeons ( je suis hélas dans le lot ) que cette dernière passe comme une lettre à la poste !


      Si nous voulons du changement, les urnes pipeau ,.. et à part « la casse » façon révolution un peu dans du style GJ je pense qu’il n’y a pas d’autre alternative !


      ...Non, la révolte des gilet jaunes n’est pas terminée, car 1789 à commencée un an avant à Grenoble avec une émeute « La journée des tuiles » !


      La révolution française commença le 7 juin 1788 à Grenoble, avec la « journée des tuiles » . Il fallut un an et dix jours pour que le Tiers-Etat se proclame Assemblée nationale. Et encore un mois avant la prise de la Bastille. Puis encore un peu moins de trois mois avant que le peuple ne force Louis XVI à quitter Versailles. Les Gilets jaunes n’en sont qu’à leur troisième mois. Ils ont tout leur temps.

      Journée des Tuiles

      La journée des Tuiles est le nom donné à une émeute, survenue le 7 juin 1788 à Grenoble, au cours de laquelle les insurgés ont affronté la troupe à coups de tuiles,

      .Cette émeute, prélude de la Révolution française, a fait trois morts et vingt blessés dans la population et un assez grand nombre de blessés parmi les membres du régiment de Royal-Marine.


      ...Comme dit l’autre qui vivra verra !


      @+ P@py


      P.S.


      Le Delpuch, qui sait ?,....l’avait pt’être des biscuits en poche !!!!


    • Eric F Eric F 23 avril 23:27

      @marmor
      Concernant l’ENA, ce sont en effet surtout la nature de l’enseignement dispensé et la « carrière toute tracée » qui posent problème, plus que la sociologie des étudiants.


  • ZenZoe ZenZoe 23 avril 11:32

    Comme prévu !

    Si l’on en croit les fuites, les annonces de jeudi seront exactement ce que les Français avaient craint : silence radio concernant des demandes précises des citoyens, mais aucune modification d’un système inégalitaire, aucune remise à plat de la fiscalité ou des services publics. Juste une réaffirmation de la politique initiale saupoudrée de mesures destinées à calmer (dont certaines très vagues).

    Qui a demandé un p’tit déj gratuit à l’école ?
    Qui a demandé de supprimer un jour férié et travailler plus au même salaire ?
    Qui a demandé la transformation de l’ENA ?
    Qui a demandé la poursuite de la réduction des droits des chômeurs ?

    Personne, et surtout aucun gilet jaune !

    Les Français veulent juste pouvoir travailler et vivre décemment de leur travail, et avoir des services publics à la hauteur des impôts qu’ils paient, c’est pourtant simple à comprendre. Trop sans doute.


    • Fergus Fergus 23 avril 11:37

      Bonjour, ZenZoe

      Je crains que votre commentaire très pertinent ne soit parfaitement illustré par la prestation de Macron jeudi soir.

      « c’est pourtant simple à comprendre. Trop sans doute. »

      Hélas ! ce genre de revendications va à l’encontre des intérêts des puissances financières. Et Macron est un bon petit soldat !



    • Aristide Aristide 23 avril 12:12

      @ZenZoe

      Les Français veulent juste pouvoir travailler et vivre décemment de leur travail, et avoir des services publics à la hauteur des impôts qu’ils paient, c’est pourtant simple à comprendre. Trop sans doute.

      Il me semble que si c’est simple à comprendre, ce n’est pas aussi simple à résoudre.

      Les revenus du travail ? Le chomage ? A part quelques spécialistes auto-proclamés qui fleurent bien l’insoumission, rien de concret n’est proposé. Et pour cause, c’est d’une telle complexité que personne de sérieux ne sait ce qu’il faut faire, par exemple revaloriser le SMIC ou au contraire consentir à de nouvelles exonérations de charges ? Personne ne sait résoudre ce problème. Le chomage ? Durcir les conditions ou au contraire investir dans la formation ? Alors, on assiste à un mélange bien centriste de mesures qui ne satisfont personne.

      Pour les services publics, que faire ? On voit que par exemple, la moindre sous-préfecture fait des pieds et des mains pour conserver des maternités où le niveau de sécurité nécessaire n’est pas atteint et c’est bon pour toute les administrations. L’informatisation ne fait baisser le nombre de personnels administratifs Sur le financement des services publics, la fiscalité ? C’est la même chose, tout les contribuables sont d’accord sur un seul point : changer pour payer moins.

      Les classes moyennes supérieures seront les dindons de la farce, trop pour bénéficier et pas assez pour défiscaliser. Un exemple, les retraites seraient augmentées sous 2000 €, on oublie que c’est un salaire différé. Oserait-on augmenter les salaires de cette manière ? Ne revaloriser que ceux sous un seuil ?


    • arthes arthes 23 avril 13:54

      @ZenZoe
      Qui a demandé un p’tit déj gratuit à l’école ?

      Euh....Comme ça...Allez, au hasard : Sodexo ???


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 23 avril 14:05

      @arthes

      Bonne question.


    • ZenZoe ZenZoe 23 avril 14:19

      @Aristide
      Vous avez raison, le problème est difficile.
      Seulement les gens (surtout les plus modestes) constatent : alors qu’on nous rebat les oreilles avec la valeur travail, une proportion importante de gens n’arrive plus à vivre de son travail, alors que d’autres qui ne travaillent pas forcément plus semble très bien vivre.
      Après, bien sûr, chacun y va de sa cause et de sa proposition. Et là, les avis divergent, mais le constat reste le même et il me semble qu’il est juste. On n’a ni les mêmes chances ni les mêmes récompenses. Ca a toujours été plus ou moins comme ça, mais aujourd’hui ça ne passe plus.

      Personnellement, je pense que notre pays est sur-administré. Il crève littéralement de millions de petites mains dans des millions de bureaux qui classent, répertorient, facturent, compilent, comptent, vérifient, et des centaines de hauts fonctionnaires dans des centaines de bureaux qui font pareil mais pour plus cher, tout cela aux dépens des gens de terrain qui soignent, construisent, fabriquent, réparent, et aux dépens de ceux qui ont vraiment besoin de notre solidarité. En bref, et en cela je suis gilet jaune, je pense que le pognon de dingue de nos impôts est grossièrement mal utilisé. Et que ça suffit comme ça.


    • ZenZoe ZenZoe 23 avril 14:22

      @arthes
      Mine de rien, vous évoquez là un vrai scandale. Nos dirigeants refusent de distinguer entre l’intérêt général et les intérêts privés, et cèdent aux lobbies tant et plus. Jusqu’au moment où les gens se révoltent vraiment.


Réagir