samedi 11 juin 2016 - par Serge ULESKI

Harcèlement : « affaire Baupin » ou quand la balle est dans le camp des femmes qui ont un jour dit « oui »

   « Nous ne nous tairons plus » : l’appel de 17 anciennes ministres face au harcèlement sexuel

 

 Quelques jours après les accusations de harcèlement visant le député écologiste Denis Baupin, dont le nombre ne cesse de croître jour après jour, ces anciennes ministres, dont Roselyne Bachelot, Cécile Duflot, Aurélie Filippetti et Nathalie Kosciusko-Morizet déclarent : " Nous ne nous tairons plus !"
 

__________

 

  Lutte contre le harcèlement sexuel dans les partis politiques, refus du silence, mobilisation...

 On jugera leur détermination à toutes et leur sincérité à l'aune de ceci : Denis Baupin devra avoir quitté la politique d'ici les Présidentielles et les Législatives de 2017. Dans le cas contraire, il nous faudra bien, à regret, faire le constat suivant : en politique, et chez les Verts en particulier, trop de femmes semblent encore disposées à dire "oui" pour une place au soleil car derrière chacune de ces femmes qui ont dit "oui", combien d'autres, des centaines, ont dû subir un harcèlement qui aujourd’hui prend toute la classe politique masculine non pas par surprise mais sur le fait… comme dans le cadre d’un flagrant délit (1).

 Cela n'aura échappé à personne : il y a harcèlement quand on dit "non" et que ce refus n'est pas accepté. Or, comme un fait exprès, à la lumière des récits qui sont rendus public par toutes ces femmes harcelées au sein du parti des Verts, on découvre sans surprise, là encore, ceci : celles qui ont dit manifestement "oui" et qui ont ainsi échappé aux affres du harcèlement, sont celles qui, après avoir été sans aucun doute récompensées, n'ont pas eu assez de mots culpabilisants pour décourager leurs congénères qui s'évertuent à dire "non", de rendre public des comportements du sexe opposé inacceptables ; comportements qui ont causé et continuent de causer une véritable souffrance ; en effet, les dernières révélations de toutes ces femmes qui s'étaient confiées ont révélé ceci : ces femmes victimes de harcèlement n'ont pu que déplorer le fait que leurs congénères, occupant le plus souvent des postes à responsabilité dans le parti en question (EELV), les encourageaient à se taire : ce qui consistait et consiste sans doute encore aujourd'hui, à demander à mots à peine couverts, à toutes ces femmes victimes de harcèlement, de continuer de subir des comportements dommageables psychologiquement ; des comportements pourtant réprimés par la loi. Et quand on sait que... plus il y aura de femmes en politique, plus le harcèlement sera un recours pour ceux qui souhaitent profiter de leur position, de leur rang ou de leur statut pour obtenir des faveurs d'ordre sexuel (et plus des femmes cèderont)... celles qui disent « non », la majorité, ont donc du souci à se faire car elles ne pourront manifestement pas compter sur la solidarité de celles qui ont dit "oui" car enfin, ces dernières ne vont certainement pas remettre en cause cette ardeur toute masculine qui les a prises un jour pour cibles ; cette même ardeur qui les a propulsées au somment d'une carrière que tout le petit personnel politique leur envie : députée, sénatrice, ministre, membre exécutif d'un bureau politique, présidente...

 Aussi paradoxal que celui puisse paraître, contre toute attente, et au risque de déplaire, voire de choquer, avec cette « affaire Baupin », il semblerait bien que la balle soit dans le camp non pas des hommes mais des femmes... en particulier... celles qui ont dit "oui" car il leur appartient maintenant de corriger leur comportement, quittes à cracher dans la soupe qui le parti leur sert - qu'elles se rassurent : il y a des faveurs accordées sur lesquelles il est difficile de revenir sans exposer l'origine de leurs attributions ! Car si demain, toutes se mobilisent contre le harcèlement, si toutes se solidarisent, elles pourront tout obtenir car le harcèlement sexuel - ainsi que tous les harcèlements -, est indéfendable, et rares sont les comportements qui, aujourd'hui, le sont.

 Avec "l'affaire Denis Baupin", il y a donc là une opportunité, une aubaine, de premier ordre à saisir ! Nul doute !

 

 

1 - Les femmes dans le journalisme sont elles aussi concernées par le harcèlement tout en étant confrontées à la même "loi du silence et du découragement" quand il s’agit de le dénoncer publiquement. A ce sujet, on pourra se reporter au billet de blog suivant : Là où il y a de la gène…pas d’information à propos de "l'école" Françoise Giroud.

 



35 réactions


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 11 juin 2016 17:03

    je ne partage pas votre raisonnement et je pense qu’en fait, plus il y aura de femmes en politiques, plus le nombre d’hommes harcelés ou consentants par ambition se rapprochera de celui des femmes concernées. Le machisme perd du terrain, mais les comportements liés à l’usage d’un pouvoir pour montrer sa domination ne vont pas disparaitre ; ils seront mieux répartis entre les deux sexes. Les relations de soumission à un maitre ou à une maitresse ne sont pas près de disparaitre, en politique comme dans les chambres à coucher !


  • Montdragon Montdragon 11 juin 2016 17:08

    Ici
    et
    ici

    Telle est prise qui croyait prendre....


    • Phoébée 11 juin 2016 19:02

      @Montdragon
      Je ne peux pas juger car comme tout les trous du cul j’ai une opinion : Ne pourrait-on comparer la dénonciation des années plus tard d’une promotion canapé, à ces politiques (Emmanuelli, je regrette s’il est actuellement malade) qui ont truqué les comptes de leur parti (Le PS en l’occurrence mais il est actuellement malade, lui-aussi), en ont tiré un avantage politique en grimpant dans la hiérarchie, mais se réfugient malgré tout derrière l’idée qu’ils ne se sont pas enrichis (directement) ?


    • Serge ULESKI Serge ULESKI 11 juin 2016 22:04

      @Montdragon

      Tout le monde a le droit d’être défendu.
      L’avocat de Maupin fait son travail d’avocat. Rien de plus. Je ne vois pas en quoi cela remet en cause les témoignages de toutes ces femmes à propos du comportement manifestement « compulsif » du député ex-EELV Maupin à leur endroit.


    • alinea alinea 11 juin 2016 22:19

      @Montdragon
      Elles ont gardé leurs SMS pendant toutes ces années ?
      je ne comprends plus du tout le monde dans lequel je vis, enfin, façon de parler !


  • Sarah 11 juin 2016 17:14

    Les femmes qui ne veulent pas se laisser faire doivent affronter deux camps :

     

    . celui des hommes harceleurs (les autres se taisent)

     

    . celui des femmes qui, comme dit l’auteur, ont accepté


    • Sarah 11 juin 2016 17:15

      Vous lirez avec profit l’article d’Éliane Jacquot : Du sexisme ordinaire dans le monde du travail

       

      Et aussi mes commentaires où je me suis sentie bien seule face à l’ignorance voire à la complaisance des hommes commentateurs, en dehors d’une ou deux exceptions.


      Et aussi ceux-ci, que je pourrais republier tels quels sur le présent article.


    • Montdragon Montdragon 11 juin 2016 17:24

      @Sarah
      Lisez les articles que j’ai mis en lien, les « victimes » en ce cas sont des femmes de pouvoir, tout comme DSK...encore la lutte des classes ? Surement.


    • Ben Schott 11 juin 2016 17:38

      @Sarah
       
      Double pleurniche. Cernée par les mâles goyim, doubles ennemis donc, je comprends que vous rentriez dans les ordres !
       


    • Aristide 11 juin 2016 18:09

      @Sarah

      celui des hommes harceleurs (les autres se taisent)


      Non, la grande majorité des hommes désapprouvent ces saloperies. 

      De grâce, n’usez pas de ces généralisations abusives dont ils usent pour justifier leur comportement. 

    • Sarah 11 juin 2016 19:49

      @Ben Schott
       

      Vous êtes hors sujet, mais je vous répond :

       

      . les goyim - c’est vous qui employez ce mot - ne sont pas nos ennemis

       

      . sur ce ce plan-là, les hommes (les « mâles ») sont tous pareils, juifs ou non

       

      Je vais suivre une formation pour devenir prêtresse mais je n’entre pas « dans les ordres »

      Les prêtresses mènent une vie normale, ont des compagnons ou sont mariées et ont des enfants.

       

      Chez nous le célibat et la chasteté sont anormaux.

      Ne nous confondez pas avec les cathos.


    • Ben Schott 12 juin 2016 06:42

      @Sarah
       
      « Ne nous confondez pas avec les cathos. »
       
      Apparemment, on peut le faire parfois (sur ce ce plan-là, les hommes (les « mâles ») sont tous pareils, juifs ou non).
       


    • sarcastelle sarcastelle 12 juin 2016 21:34

      @Sarah

      .
      Chez nous le célibat et la chasteté sont anormaux.
      Ne nous confondez pas avec les cathos. 

      Formulation catophobe. Tournez ça autrement. 


  • Jeekes Jeekes 11 juin 2016 17:45

    Mais ces 17 anciennes ministres ne sont-elles pas en premier lieu, elles-mêmes prêtes à tout ?


    A quoi (à qui) ont-elles du à de multiples reprises dire oui pour en arriver là où leur ambition leur commandait d’arriver ?

    Leur effroi tardif ne m’inspire que peu de compassion.
    Bien moins que pour celles, nombreuses, qui subissent les pires saloperies sans que personne parmi ces arrivistes ne s’en offusque.

    Ou juste un instant, quand « ça fait bien »... 
     


    • Aristide 11 juin 2016 18:04

      @Jeekes

      Pitoyable, hypocrisie : des points d’interrogation pour dissimuler ces affirmations nauséeuses.

      Les femmes sont victimes de harcèlement, c’est un fait et voilà que les bas du bonnet essaient de rejeter la faute des salopards sur ces femmes qui ont réussis. Semant le doute sur leur qualité, voyons des femmes ministres, elles doivent avoir dit « oui ».

      Hypocrisie de salopards ...



    • Montdragon Montdragon 11 juin 2016 20:56

      @Aristide
      Idiot démago...


  • Phoébée 11 juin 2016 19:04

    Moi, j’ai couché pour réussir, mais cela ne m’a pas réussi, je suis actuellement au RSA....


  • Jo.Di Jo.Di 11 juin 2016 20:55

     
    Comme l’a expliqué l’auteur
    ,
     
    la solution est de faire venir des migrants pour
     
    torcher le cul des vieux,
    faire la plonge au Gouquet’s,
    sucer les DSK, ramasser les poubelles
     
    et mieux avior des petits gamins dans les mafias pour la pédophilie
    ...
     
    les métiers pas dignes de gôôchiste seraient trop bien payés si c’est des sans-dents souchiens qui les faisaient. ça amputerait le budget bronze-fesses ...
     
    Donc la solution de l’auteur pour Bobo Pine Pine est de faire venir quelques putes en Zodiac.
     
    On est de gôôôche comme Morelle où on l’est pas ...
     


    • Serge ULESKI Serge ULESKI 12 juin 2016 09:18

      @Jo.Di

      J’ai oublié le bâtiment et des Travaux publics, manoeuvres, été comme hiver...


    • Jo.Di Jo.Di 12 juin 2016 11:07

      @Serge ULESKI

      Oui pour un bobo comme vous ce n’est pas digne de vos rejetons ...
       
      Il vous faut des nègres pour torcher le cul de vos vieux parents !
       
      (que vous avez mis en mouroir évidement pour brnzer votre cul à Ibiza)
       
      Et surtout il faut pouvoir les payez pas cher .... le souchien étant devenu trop exigeant pour son salaire, c’est pour ça que le père Bouygues disait :
       
      « Les immigrés, eux... sont venus pour travailler »
       
      Joli cri du cœur de la pourriture négrière de gôôôche ....
       

      « Le bobo est au migrant, ce que le patricien était à l’esclave » Clouscard
       


    • Jo.Di Jo.Di 12 juin 2016 11:30

       
      J’ai choppé une hernie discale en faisant du bâtiment ...
      risque pas d’arriver à un bobo gôôôchiste comme toi ;..
       
       

      PETIT BOURGEOIS NÉGRIER JE TE VOMIS
       
       
       
      Et t’as vraiment la tête de l’emploi ... une caricature de bobo de gôôôche !
       
       


  • alinea alinea 11 juin 2016 21:11

    J’ai un doute : il faisait la pluie et le beau temps à EELV, Baupin ? EELV a huit ans !!!et Baupin, depuis le début est la passerelle qui conduit au pouvoir ? Ou, en cas de refus, interdit l’accès au pouvoir ?
    Mais c’est quoi ces conneries ! Et les femmes d’EELV veulent le pouvoir ? Elles ne savent pas se défendre d’un clampin, et elles veulent le pouvoir !
    Vous savez que le harcèlement, ça se fait à deux ? et je ne parle pas de viol et de violences, ce n’est pas le sujet.
    Cette histoire est parfaitement immonde du début à la fin.


  • Le Sudiste Le Sudiste 11 juin 2016 21:50

    Par contre, les gosses qui se font violer, torturer et assassiner sous la protection bienveillante et complice du pouvoir n’ont pas la chance de pouvoir accuser qui que ce soit.
    Alors si on commençait à croire n’importe quel petit enculé, où irait-on ?


  • Pierre 12 juin 2016 00:24

       Les femmes ont pour beaucoup toujours utilisé leur arrière-train pour arriver à leurs fins, les bigots, soixante-huitards nouvelle mouture, y changeront-ils quelque chose ?


    • Sarah 12 juin 2016 10:30

      Commentaire typique de ceux auxquels j’ai répondu sur l’article d’Éliane Jacquot : Du sexisme ordinaire dans le monde du travail

       

      J’avais répondu par ceux-ci, que je pourrais republier tels quels sur le présent article.

       

      Vous repostez le votre tel quel ce qui montre bien votre mépris envers nous par cette généralisation.


      N.B. : je répond pour les autres lecteurs parce que sinon votre vocabulaire et votre attitude ne méritent pas qu’on vous adresse la parole smiley


    • Pierre 12 juin 2016 12:44

      @Sarah
      Sauf que je n’ai pas généralisé puisque j’ai écrit « beaucoup » et non « toutes », ce qui est particulièrement vrai lorsqu’elles n’ont pas d’autres arguments. Pour le reste, vous connaissez bien mal la vie de tous les jours ou votre esprit (sic) est dans le déni tel celui des ayatollahs..

      Ps. en forme de conclusion, je vous retourne votre mépris stupide et suffisant !

Réagir