vendredi 30 décembre 2016 - par Gérard Luçon

Hollande, condescendant, et du coup Mme Sauvage rit

Je n’ai pas à juger le jugement, trop, pas assez, injuste, ce n’est pas l’objet de ce petit texte, et ce serait d’une extrême prétention :

1/-Mme Sauvage a été jugée en cour d'assises, donc par un tribunal „populaire”, et l'ensemble de la procédure a été scrupuleusement respecté, ce qui a évité une annulation par la Cour de Cassation ; elle eût été homme politique il est probable qu'on aurait aidé malicieusement le juge d'instruction à commettre une petite bévue de procédure pour que la Cour procède à cette annulation ;

2/-comme dans tout procès susceptible de faire vendre du papier de moins en moins hygiénique, la presse s'en est mêlée faisant ressortir que la victime est coupable et le coupable est victime, ce qui manifestement n'était pas l'avis des jurés, donc du peuple, car les jurés c'est le peuple de France !!! Mais une telle affaire, ça fait pleurer dans les chaumières, donc c'est vendable ; foin de la déontologie, faut vendre !

Publicité

3/-la grâce présidentielle, partielle puis totale, est un droit à la fois régalien et dégueulasse ; régalien car un individu, fût-il président, à le droit d'aller contre la volonté du peuple .. et dégueulasse parce que ce président a même le droit de jouer avec cette grâce en la saucissonnant, selon le moment, selon les sondages, selon quoi d'autre ???

4/-cette Dame Sauvage est libre, tant mieux pour elle d'autant plus que vu son âge et son état elle ne risque pas de récidiver (ce qui est la base d'une libération anticipée) ;

5/-la grâce n’est pas une amnistie, donc Mme Sauvage reste aux yeux de la loi une criminelle qui n’a simplement pas effectué l’intégralité de sa peine, et sa condamnation reste inscrite sur son casier judiciaire ;

6/-le citoyen François Hollande a transformé un acte censé être d'humanité en opération médiatico-politique, rien de plus !

Publicité

 

Petit rappel :

Sarkozy, ardent adversaire de la grâce présidentielle n’avait pas résisté, lui également, à faire un lot apparemment pour estomper la grâce de Jean-Charles Marchiani, ex-préfet du Var et copain de Pasqua

http://www.la-croix.com/Actualite/France/Sarkozy-gracie-27-detenus-exemplaires-dont-Jean-Charles-Marchiani-_NG_-2008-12-24-681808



65 réactions


  • Leonard Leonard 30 décembre 2016 10:29

    La justice n’est plus... La séparation des pouvoirs n’est plus...

    Le chef du gouvernement peut aller à l’encontre de la décision de deux jurys populaires.

    Le message envoyé semble clair, dans certains cas, vous pouvez vous faire justice vous-même, avec un peu de chance la plèbe débile et dégénérée qui ne comprends que sa propre subsistance aura pitié de vous à travers les merdias.

    Et ainsi le cirque merdiatique vous aidera.

    Cette décision est proprement scandaleuse...

    Cette femme aurait du être condamnée pour pour non assistance à personne en danger envers ces enfants qu’elles laissaient apparemment violer par son mari...

    30 ans de calvaires et ne rien faire, cette inaction est d’une culpabilité saisissante.

    Quand à tirer trois balles dans le dos d’un monstre, même si c’est un monstre, on a pas à le tuer... C’est pour cela que dans notre pays nous avions supprimé la peine de mort.

    Mais désormais la peine de mort est civil... Et peut être donné par une femme battue qui laisse violer ses enfants et leur laisse vivre une vie de calvaires.

    Bravo Madame Sauvage ! Vous êtes au moins de la hauteur de votre mari !


    • gerard5567 30 décembre 2016 11:52

      @Leonard
      Êtes-vous une femme ?


    • Leonard Leonard 30 décembre 2016 11:58

      @gerard5567

      Non mais ma mère a été une femme battue. La réponse vous suffit-elle ?

      Je ne supporte pas les violences faîtes aux femmes, mais la grâce du meurtre est incompréhensible qui plus est humainement.

      Cette femme a laissé ses enfants se faire violer pendant toutes leurs enfances...

      La plupart des juristes ne peuvent être que consternés.


    • astus astus 30 décembre 2016 14:54

      @Leonard

      Ceux qui poussent aujourd’hui des cris d’orfraie « La justice n’est plus... La séparation des pouvoirs n’est plus... » ne semblent pas avoir bien compris que le droit de grâce fait tout simplement partie de notre juridiction française au titre de l’article 17 de la Constitution de 1958 qui s’exerce toujours à ce qu’il me semble. Ce n’est donc en rien un déni de justice. Les mêmes ne se sont pas beaucoup offusqués pour l’affaire Lagarde ou pour le souhait de M. Sarkosy durant son mandat de supprimer les juges d’instruction dans le but évident que les casseroles qu’il trainait au cul, et qu’il traine toujours, ne lui remontent à la figure, ce qui est quand même autrement grave. D’ailleurs le même Sarkozy avait critiqué en juin 2006 la grâce présidentielle « Si un jour je devais avoir des responsabilités, l’une des premières choses que je ferais, c’est de supprimer le droit de grâce et l’amnistie ». Mais dans un décret pris le 23 décembre 2008 il a gracié 27 condamnés dont Jean-Charles Marchiani préfet du Var, condamné à 4 ans de prison dans une affaire d’abus de biens sociaux et trafic d’influence. 

      Quant à Mme Sauvage elle a fait 4 ans de prison ce qui est une peine déjà conséquente. Il est bien facile à présent pour ceux qui ignorent tout de ces drames familiaux de lui reprocher ses actes ou son inaction (qu’auraient-ils fait eux ?) mais une grande partie des français trouve que cette mesure de grâce est équitable, tant il vrai que la loi ne peut être séparée de l’Esprit des Lois.


    • Fergus Fergus 30 décembre 2016 17:51

      Bonjour, Leonard

      Désolé, mais votre commentaire à l’emporte-pièce ne tient pas compte des réalités.

      En écrivant « vous pouvez vous faire justice vous-même », vous amalgamez des cas ordinaires de meurtre à celui de cette femme, exposée durant 47 ans à la violence d’un mari de surcroît violeur de ses propres filles, et dont le geste a été commis lors d’un moment d’évidente saturation de la souffrance.

      Vous parlez d« ’inaction » et « non assistance à personne en danger ». C’est cruellement méconnaître l’état de certaines femmes en situation de dépendance psychologique. Notamment lorsqu’elles ont été séduites alors qu’elles n’étaient encore que des adolescentes (Mme Sauvage avait moins de 16 ans !)

      « tirer trois balles dans le dos d’un monstre, même si c’est un monstre, on a pas à le tuer... »

      C’est vrai, et c’est pour cela qu’elle a été à juste titre condamnée. Ce qui a posé problème, c’est la lourdeur de la peine en rapport avec les souffrances subies. 

      « C’est pour cela que dans notre pays nous avions supprimé la peine de mort. »

      Vous parlez là de la mort infligée par la Justice au titre de la vengeance de la société. Un concept monstrueux auquel il a été heureusement mis fin.

      Pour autant, il arrive que des cas de meurtres de femmes battues donnent lieu à acquittement. cela a été le cas en 2012 pour Alexandra Lange qui, au terme de 12 ans de violences subies, a été acquitté par la Cour d’assises de Douai alors qu’elle avait tué son conjoint en lui plantant un couteau dans la gorge !


    • Leonard Leonard 30 décembre 2016 18:26

      @Fergus

      Fergus comme je l’ai déjà souligné :

      Vous faîtes parti du type de personne qui juge normal qu’une femme laisse violer ces enfants pendant X années... C’est bien Fergus ravi de savoir que vous trouver cette situation normal. Je n’ai plus rien à rajouter sur Mme Sauvage et vous même...

      Quand à votre histoire de 2012, dans la gorge ? Donc, de face ? Et donc en légitime défense...

      Allez bonne soirée Fergus, les bornés à l’esprit indigestes qui ne comprennent rien aux rouages de la justice ne font que se plomber eux même...

      Bonne soirée


    • gaston gaston 30 décembre 2016 19:31

      @Leonard vous venez de quel pays ??? vous êtes Français ??? sachez qu’en France il y a une constitution , et que Hollande n’a fait qu’utiliser un droit constitutionnel qui lui est réservé , point barre !
      Si vous mettez en cause sa décision , dans ce cas mettez en cause la constitution , et / ou changer de pays !!!
       


    • Fergus Fergus 30 décembre 2016 20:21

      @ Leonard

      Comme j’ai déjà eu l’occasion de l’écrire, Mme Sauvage n’a jamais laissé ses filles subir les crimes d’inceste de leur père : ceux-ci ont toujours été commis en son absence et seul le sentiment de honte bien connu des victimes de viol - de surcroit incestueux - a empêché celles qui n’étaient alors que des gamines de dénoncer leur père. Et des cas comme ceux-là, il y en a de très nombreux dans notre pays, surtout lorsque cela touche au tabou de l’inceste qui, très souvent, provoque le mutisme des victimes.

      Comme j’ai déjà eu également l’occasion de l’écrire, si Mme Sauvage - décrite comme intelligente - n’avait pas agi sous la pression de cette si longue souffrance, elle aurait abattu son conjoint de face, le cas échéant en provoquant sur son corps des hématomes de nature à accréditer la légitime défense. Or, il n’y a rien eu de tel, et paradoxalement cela plaide pour elle ! Sans doute faut-il voir dans la réalisation de cet acte criminel la conséquence d’une telle domination qu’elle interdisait à Mme Sauvage un affrontement en face à face

      « les bornés à l’esprit indigestes qui ne comprennent rien aux rouages de la justice »

      Au delà du côté insultant de cette phrase, je vous informe que j’ai assisté à la fois comme juré et comme observateur à des procès d’assises. Qui plus est, j’ai eu l’occasion à différentes reprises d’échanger sur le fonctionnement de l’institution aussi bien avec des avocats qu’avec des magistrats. C’est cette expérience qui m’a conduit à rédiger différents articles sur le sujet, et notamment sur le fonctionnement d’un procès d’assises et sur la manière dont est conduite une délibération


    • Richard Schneider Richard Schneider 30 décembre 2016 20:30

      @Fergus
      Vous avez raison de rappeler le cas d’Alexandra Lange ... Qu’en pensent vos détracteurs ?


    • Fergus Fergus 30 décembre 2016 22:09

      Bonsoir, Richard Schneider

      J’ai vu très peu de commentaires sur le cas de cette femme. Dommage car j’aurais aimé savoir ce qu’ils auraient dit sur les... 12 ans de violences qu’elle a subis avant de se rebeller. Certains de ces procureurs sont en effet si péremptoires à dénoncer le fait que les femmes battues sont responsables de leurs malheurs par le seul fait qu’elles restent au côté de leur bourreau ! Quelle méconnaissance des rapports humains si spécifiques à ce type de relation de dominant violent à dominée ! 


    • Onecinikiou 30 décembre 2016 23:30

      @Richard Schneider


      Une femme plante un couteau dans la gorge de son agresseur qui se trouve être son mari et qui est en train de l’étrangler. Elle joue sa vie. L’agresseur décède. Les critères de la légitime défense sont ici strictement respectés : nécessité, proportionnalité et concomitance. 

      Mme Sauvage abat son mari de trois coups de fusil de chasse dans le dos alors que celui est assis, le dos tourné. Ce seul fait suffit à disqualifier le recours à l’argument de la légitime défense, qui verrait n’importe lequel représentant des forces de l’ordre, en pareille situation, envoyé illico en détention préventive. 

      Quelqu’un serait-il incapable de cerner ces différences juridiques fondamentales ?

    • Onecinikiou 30 décembre 2016 23:34

      Les faits sont pour le moins troublants dans cette affaire : 



      ils jettent un froid rétrospectif sur la décision opportuniste de notre pitoyable chef de l’Etat, qui est devenu un baromètre à peu près parfait : toutes les décisions qu’il prend sont à rebours du bon sens élémentaire. 

    • Gérard Luçon Gérard Luçon 31 décembre 2016 05:12

      @Robert Lavigue


      assez bien vu, effectivement il ne faut surtout pas grâcier les voleurs de poules qui portent atteinte à la propriété privée

    • Gérard Luçon Gérard Luçon 31 décembre 2016 05:17

      @Fergus

      déclaration de françois hollande, mais ça, c’était avant  :

      « Jacques Chirac a été irresponsable en l’amnistiant car il a fait une faute de comportement. Il a lancé le pire des signaux, c’est-à-dire celui qui finalement, dans notre pays, discrédite la fonction politique, puisqu’elle laisse supposer, cette décision, qu’il y aurait deux justices. Donc je crois qu’il y aura nécessairement à faire des modifications institutionnelles au lendemain de 2007. Le Parti socialiste, j’en fais la proposition aujourd’hui, supprimera le la possibilité de grâce et d’amnistie du président de la République. »


    • Fergus Fergus 31 décembre 2016 09:06

    • Fergus Fergus 31 décembre 2016 09:09

      Bonjour, Gérard Luçon

      J’étais moi aussi plutôt opposé au droit de grâce naguère. J’ai changé d’avis en voyant se multiplier les cas d’erreurs judiciaires dans les pays occidentaux depuis la prise en compte des analyses ADN. Cela montre que ces erreurs sont une réalité, et que l’on peut supposer qu’il existe également des erreurs judiciaires qui ne peuvent être démontrées par l’ADN. Cela dit sans même parler des éventuelles manipulations des jurys ou des pressions pouvant déboucher sur des verdicts disproportionnés. Pour toutes ces raisons, le droit de grâce me semble être un recours utile, et cela d’autant plus qu’il n’est pas en général le seul fait du prince car appuyé sur un avis circonstancié de la Chancellerie.

      A toutes fins utiles, mes articles en rapport avec la justice (Hors affaire sauvage) :

      Un syndrome effrayant : l’« effet du témoin » (septembre 2015)

      Procès d’assises : des délibérations sous influence ? (octobre 2013)

      Procès d’assises : délibération, mode d’emploi (novembre 2012)

      Nouvelle réforme de la Justice : le jugement erroné de Sarkozy (avril 2011)

      Justice : doit-on remettre en cause le huis-clos ? (octobre 2010)

      Procès Ferrrara : un juré d’assises à la barre (octobre 2010)

      Justice : de Monchal à Hortefeux (septembre 2010)

      Justice : un coupable peut en cacher un autre (novembre 2009)

      Violée, humiliée... Détruite ! (octobre 2009)


    • Gérard Luçon Gérard Luçon 31 décembre 2016 10:54

      @Fergus

      les procès en révision existent, sans avoir besoin de ce machin qui permet aussi de grâcier des gens comme jean-charles marchiani ou de laisser guillottiner Fernand Yveton, selon l’époque et l’ambiance

      pour le jury d’assises, il fonctionne comme tout groupe humain, avec des leaders qui peuvent être parfois négatifs, mais il a le mérite d’exister

      mon passé professionnel à la justice fait que je ne peux pas être membre d’un tel jury, des fois les résultats me hérissent ou heurtent mes convictions mais cela s’appelle « l’autorité de la chose jugée », avec toutes ses imperfections !

    • Byblos 1er janvier 2017 23:58

      @Fergus
      Une des conditions essentielles d’une bonne justice est qu’elle soit sereine.


      Je ne peux m’empêcher de comparer la sérénité dont vous faites montre dans vos interventions ici aux nombreuses invectives de plusieurs de vos contradicteurs. 


    • Gérard Luçon Gérard Luçon 2 janvier 2017 07:49

      @Byblos
      effectivement Fergus est un excellent avocat de la défense


    • Francis JL 2 janvier 2017 10:02

      @Fergus
       

       le droit de grâce avait du sens quand la guillotine faisait des ravages. A cette époque là, je doute que les présidents auraient eu l’idée de procéder à des remises de peine. Condamner le mort ce n’est pas du même ordre des choses que condamner à la prison. Gracier un condamné à mort c’est également autre chose qu’accorder une remise de peine.
       
       Vous dites que nous voyons se multiplier les erreurs judiciaires ? Fichtre ! comme vous y allez ! Et c’est pour cela qu’il faudrait préserver ce droit archaïque ?
       
       Je trouve pitoyables ceux qui voient ici en vous un habile défenseur : jamais au grand jamais, une remise gracieuse de peine ne pourrait se justifier par le fait que nous savons et avons toujours su que des erreurs judiciaires se produisent. Votre argument est confondant ; et c’est peu dire ; si une erreur judiciaire est connue, alors ce n’est pas un droit de grâce qui la corrigera mais une révision du procès. Point barre.
       
       Je persiste et signe : le droit de grâce présidentiel a eu son heure de gloire dans des temps barbares. Aujourd’hui ce n’est plus qu’un gadget de plus entre les mains du président pour satisfaire son ego et ses ambitions : une pitoyable mascarade.

  • njama njama 30 décembre 2016 10:55

    François Hollande, cet homme est une girouette !

    Voici ce qu’il disait en 2006, comme l’a relayé FranceInfo : jeudi :

    VIDÉO - Quand François Hollande voulait supprimer la grâce présidentielle...

    « Jacques Chirac a été irresponsable en l’amnistiant car il a fait une faute de comportement. Il a lancé le pire des signaux, c’est-à-dire celui qui finalement, dans notre pays, discrédite la fonction politique, puisqu’elle laisse supposer, cette décision, qu’il y aurait deux justices. Donc je crois qu’il y aura nécessairement à faire des modifications institutionnelles au lendemain de 2007. Le Parti socialiste, j’en fais la proposition aujourd’hui, supprimera le la possibilité de grâce et d’amnistie du président de la République. »


    • eric 30 décembre 2016 11:39

      @njama
      Et Vals se débarrassera du 49-3 et Mitterrand du coup d’Etat permanent qu’est notre constitution.

      Le PS ment, le Ps ment, le pS est allemand...

      Bof, du moment que cela n’empêche jamais les autres gauches de finir par voter pour lui...


    • Michel DROUET Michel DROUET 30 décembre 2016 16:30

      @eric
      Commentaire affligeant !


    • Fergus Fergus 30 décembre 2016 17:53

      Bonjour, Michel DROUET

      Je dirais même plus : commentaire immonde !


    • eric 30 décembre 2016 18:31

      @Fergus

      J’ajouterai historique

      C’est bien en effet avec le collabo Mitterrand que les gauches de gauches ont commencé à voter systématiquement avec le PS jusqu’à aujourd’hui....

      Installé à Vichy en janvier 1942, bien que recherché par les Allemands comme prisonnier évadé, il occupe un emploi contractuel d’abord à la Légion française des combattants (LFC) puis en mai 1942, au Commissariat général aux prisonniers de guerres et rapatriés et aux familles de prisonniers de guerre (sous les ordres de Maurice Pinot) dont la compétence est principalement civique et sociale28. En janvier 1943, le commissariat prendra cependant une orientation pro-nazie29. François Mitterrand, alors chef de service de l’Information du commissariat pour la zone sud, démissionne.

      Il garde un poste à la tête des centres d’entraide et c’est à ce titre qu’il reçoit la Francisque gallique en mars-avril 194330,31,32,33. Pour recevoir cette distinction honorifique, il est parrainé par deux membres de la Cagoule (Gabriel Jeantet, membre du cabinet du maréchal Pétain, et Simon Arbellot)17. Cette décoration lui sera reprochée par ses adversaires tout au long sa carrière politique, depuis les communistes (dès 1948) jusqu’aux gaullistes (dès 1954) et la SFIO (dès 1958)34.

      Pour certains, à la lecture du livre de Pierre Péan, il ne fait aucun doute que François Mitterrand a été maréchaliste et plein de confiance et d’admiration pour l’homme Pétain, notamment à la lecture d’une de ses lettres à sa sœur, rédigée le 13 mars 1942 et dans laquelle il écrit : « j’ai vu le maréchal au théâtre […] il est magnifique d’allure, son visage est celui d’une statue de marbre. »

      Dans une lettre du 22 avril 1942, il avoue n’être pas particulièrement inquiet du retour aux affaires, en avril 1942, de Pierre Laval, qui doit selon lui faire ses preuves, mais il condamne la fonctionnarisation de la Légion française des combattants (LFC), lui préférant le modèle du Service d’ordre légionnaire (SOL), que vient de mettre en place Joseph Darnand.

      En 1974, René Bousquet soutenait et apportait son concours financier au candidat François Mitterrand contre Valéry Giscard d’Estaing. Une photographie de l’époque témoigne de ces contacts entre les deux hommes, réunis autour d’une tablée familiale dans la maison de Latche. En défense, François Mitterrand déclarait que « René Bousquet avait participé au financement de tous les principaux hommes politiques de gauche, des années 1950 au début des années 1970, Pierre Mendès France compris »

      En 2012, toutes les gauches sans exceptions appellent à voter pour l’héritier de cet individu contre le candidat du parti gaulliste.

      Maintenant, ils nous disent qu’il se seraient fait avoir.

      Dans nos familles marquées par l’engagement gaulliste et démocrate chrétien pendant la guerre, nous avons la mémoire longue.

      Nous ne croirons pas en 2017, les gens qui nous expliquent pour qui voter après avoir choisit Hollande fils de l’OAS en 2012, Royale, cousine d’Anne christine, membre du comité central du FN en 2007 Jospin fils de collabo en 2002 et Mitterrand titulaire de la francisque en 81.

      Je sais, on ne choisit pas sa famille. Mais quand même. A ce point, ce ne plus être juste des erreurs de casting.

      Toutes les gauches votent pour des gosses de facho ou des fachos depuis 40 ans. Cela ne peut pas être un hasard.


    • Etbendidon 30 décembre 2016 19:06

      @Fergus
      Ah ben le vla quand meme notre fergousse

      mais ce n’est pas sur ce fil qu’il faut aller mais sur celui de rosemar qui se fait traiter de madame Fergus par sarcastelle et d’autres
       smiley
      Un peu de poilade parcequ’en ce moment c’est tristounet AVOX
      vivement que grunichou revienne (il digère la démission de hollandouille)
       smiley


    • Michel DROUET Michel DROUET 31 décembre 2016 09:32

      @eric
      « Toutes les gauches votent pour des gosses de fachos ou des fachos depuis 40 ans. Cela ne peut pas être un hasard »
      C’est bien connu, les socialos sont tous des fachos, les allemands nazis, les russes bolcheviks, j’en passe et des meilleures : l’amalgame à la sauce éric, comme d’habitude.
      A mon précédent commentaire, j’ajouterai : puant


    • eric 31 décembre 2016 14:40

      @Michel DROUET

      Vous avez globalement raison :

      Nazis : Parti national-socialiste des travailleurs allemands

      Fachos : les faisceaux d’action internationaliste et révolutionnaire interventionniste (Le mot faisceau appartient au vocabulaire politique de la gauche italienne )

      Bolchevik, fraction du Parti social-démocrate des Travailleurs de Russie
       
      Tous socialistes.

      En revanche, ceux là puent vraiment, au sein des gauches françaises contemporaine, il reste plutôt des relents...


  • Aristide Aristide 30 décembre 2016 11:13

    Dramatique et affligeante décision qui bafoue la justice. 


    Dramatique car elle permet déjà à des allumés de première de remettre au gout du jour « l’auto défense » légalisée, une illégitime défense. 

    Affligeante pour l’homme qui a prononcé cette grace montrant encore sa faiblesse et son suivisme qui a caractérisé son mandat. 



    • Fergus Fergus 30 décembre 2016 17:59

      Bonjour, Aristide

      Affligeant commentaire !

      Comparer un meurtre commis après des décennies de souffrance physique et morale avec un quelconque acte d’auto-défense relève de la pure manipulation.

      Pour ce qui est de Hollande, il a pris sa décision, comme le lui permettait les institutions, après avoir pris connaissance du dossier, avoir entendu les avocates, et surtout demandé l’avis de la Chancellerie. Or, celle-ci était favorable à la mesure de grâce.


    • Onecinikiou 30 décembre 2016 23:44

      @Fergus


      Outre le fait que deux jurés populaires distincts l’ont condamné par deux fois à 10 ans de prison ferme, les juges professionnels qui ont eu à examiner ce dossier - que vous ne connaissez pas - ne sont pas de votre avis, puisqu’ayant refusé par deux fois sa libération conditionnelle. 

      Personne ne vous dit Fergus qu’elle n’a pas souffert, que ses filles n’ont pas été violées, qu’il n’y a pas eu lieu de violences réitérés voire systématiques, ni même d’emprise psychologique, mais que la peine à 10 de prison ferme incorporait déjà ces circonstances atténuantes dans la mesure où elle encourait la perpétuité pour ce type de crime, et que par conséquent, une libération au terme de sa peine avec les remise habituelles était juste et fondée !

    • Gérard Luçon Gérard Luçon 31 décembre 2016 04:51

      @Onecinikiou @Fergus
      la grâce présidentielle reste un droit régalien issu de l’époque où le suzerain avait aussi le droit de cuissage et autres bienfaits liés à la « fonction »




  • troletbuse troletbuse 30 décembre 2016 11:23

    Parlons-en de la justice qui avait condamné Omar Hadad vu que l’enquête avait négligée les faits l’innocentant. Mais il fallait un coupable et Chirac l’a gracié. De toute façon, si madame Sauvage rit, on sait que depuis que Hollande suit la Merkel, c’est un bon aryen. smiley


  • gerard5567 30 décembre 2016 11:53

    Le peuple de France ! C’est beau comme l’antique. Lui dont les membres ont tant de mal à respecter le code de la route.


  • Graal 30 décembre 2016 12:08

    @ l’auteur Merci pour avoir détaillé aussi clairement votre point de vue.
    Pour ma part, je ne peux, humainement, approuver sans réserve les commentaires ci-dessus.
    Par contre j’ai été « amusé », ces derniers temps, par les réactions suscitées par deux affaires simultanées :
    Concernant Mme Lagarde, tout le monde s’indignait qu’aucune peine n’ait accompagné sa condamnation.
    Concernant Mme Sauvage, de toutes parts sa grâce était réclamée.
    Indépendamment de ces affaires, et à titre personnel, j’ai du mal à comprendre qu’une condamnation puisse ne pas s’accompagner d’une peine effective.
    Bonnes fêtes de fin d’année, tout de même, à Mme.... Sauvage.


    • Fergus Fergus 30 décembre 2016 18:01

      Bonsoir, Graal

      « j’ai du mal à comprendre qu’une condamnation puisse ne pas s’accompagner d’une peine effective. »

      Mme Sauvage est restée effectivement en prison durant 3 ans et 1 mois.


    • Graal 30 décembre 2016 22:15

      @Fergus
      C’est vrai ! Mea culpa.
      Mais je voulais dire : d’une façon générale...


  • baldis30 30 décembre 2016 13:04

    Il faut tout de même mettre en évidence toute une série de défaillances des services de l’Etat pendant plusieurs décennies .....

    pendant quarante ans personne ne s’est aperçu qu’il y avait des anomalies ? personne ?

    Et puis arrivent des comparaisons Lagarde/ Sauvage ?

    Prend-on aussi l’opinion publique en otage : elle sursaute l’opinion publique et faute d’être entendue sur tout autre problème, comme la loi El Khomry elle se rue AVEC JUSTE RAISON sur ce qui passe à sa portée... Qu’on veuille bien la juger ....

    J’ai eu un cas personnel qui devant la C.C. s’est bien terminé... SANS RENVOI, ce qui est exceptionnel ... il valait peut-être mieux pour ce qui était un faux ..... et ses auteurs ...

    Qu’on ne pousse pas des cris d’orfraies, et qu’on ne se drape pas d’une tunique lustrale .... sans se regarder dans un miroir !


  • Parrhesia Parrhesia 30 décembre 2016 13:24
    Dans le cloaque que sont devenus les restes de la France régalienne, il est quand-même très, très curieux d’entendre subitement un tel concerts de protestations indignées quant l’à l’indépendance bafouée de notre Justice. Deux fois plus de bruit que ce que nous avons entendus lorsqu’un certain Sarkozy a mis fin officiellement à l’indépendance du Parquet par sa mise sous tutelle du ministère de la Justice ...
    Certes, le comportement de l’actuel président restera, en ce qui concerne le traitement du dossier « Sauvage » dans la moyenne de la valeur « normale » de cette présidence et de l’ensemble de ses collaborateurs !
    Mais cette décision de grâce à double détente, considérée dans son contexte particulier, est-elle réellement plus lourde de conséquences pour le pays que ne le fut la décision de Sarkozy de supprimer l’indépendance du Parquet ???
    Une décision sur laquelle le président « normal », prétendument adversaire politique de N. Sarkozy et des sarkozystes, n’a jamais jugé bon de revenir !!!

    Certainement pas !!!

  • Michel DROUET Michel DROUET 30 décembre 2016 16:29

    Il y a mieux que la grâce présidentielle : se faire juger par la cour de justice de la République. Mme Lagarde a été reconnue coupable mais dispensée de peine...


  • psynom 30 décembre 2016 16:50

    Bon, Hollande considère que J. Sauvage n’a que trop souffert !

    Donc, si tous les français considérant avoir trop souffert sous sa présidence (par exemple le suicide d’un proche acculé à la faillite...) constituent un peloton d’exécution pour le fusiller selon sa propre morale et sa propre jurisprudence,

    alors, ils bénéficient par avance de sa grâce présidentielle.


  • leperenoelestuneordure leperenoelestuneordure 30 décembre 2016 18:52
    Cette gauche qui sert de supplétif à l’OTAN


    Désolé pour M. Julien Salingue et ses petits camarades, mais un communiste syrien qui contribue à la défense de son pays vaudra toujours mieux qu’un gauchiste français qui fantasme sur la révolution en buvant des demis au Quartier Latin.


    tu fais partie de cette gauche inféodé a l’otan = usa mon pote.
     smiley


  • gaston gaston 30 décembre 2016 19:23

    Quel torche cul cet article , encore une vérole de droite anti mariage gay homophobe et raciste sans aucun doute !
    Le président Hollande n’a aucunement remis en cause la décision de justice , il ne la pas critiquée , il exerce simplement son droit de grace QUI FAIT PARTIE DE LA CONSTITUTION !!!
    Si le guignol de l’article parle de droit « dégueulasse » et bien qu’il aille vivre ailleurs qu’en France , va en suisse par exemple , et vient pas nous faire chier , la France c’est le pays des droits de l’homme , n’en déplaise à tout ces gens moyenâgeux adepte de la peine de mort et du temps des croisades !


  • Le421 Le421 31 décembre 2016 08:56

    Je vais dire probablement une connerie... Comme d’habitude !!  smiley
    Si certains sont dérangés par cette Constitution qui a donné aux juges le pouvoir de justice quasiment total et le pouvoir au Président d’aller à l’encontre des décisions de cour, je suggèrerais bien de choisir un futur dirigeant qui propose de refaire une nouvelle Constitution...
    Maintenant, je dis ça, je dis rien...

    Sinon.
    Ben, il faut fermer sa g....  !! Point.


  • Francis JL 31 décembre 2016 09:23

    Bonjour à tous,

     
     bon article, mais les commentateurs s’essoufflent : rien de nouveau sous les lampions.
     
     Gérard Luçon, vous écrivez : ’’la grâce présidentielle, partielle puis totale, est un droit à la fois régalien et dégueulasse ; régalien car un individu, fût-il président, à le droit d’aller contre la volonté du peuple .. et dégueulasse parce que ce président a même le droit de jouer avec cette grâce en la saucissonnant, selon le moment, selon les sondages, selon quoi d’autre ??? ’’
     
     Les mots ont un sens. La grâce présidentielle en avait un à l’époque barbare où la France n’avait pas encore aboli la peine de mort. Je me souviens de l’Affaire du pull over rouge : Christian Ranucci dont la culpabilité n’était fondée que sur la présence auprès du petit garçon assassiné d’un pull lui appartenant.Condamné à mort sur ces maigres indices, il a été exécuté en dépit des recours en grâce que VGE, président à l’époque a refusé obstinément de signer. (je raconte de mémoire). A l’époque, la peine de mort avait déjà si je puis dire, du plomb dans l’aile.
     
     Il faut en finir avec ce droit de grâce qui n’a plus lieu d’être et au nom duquel on fait n’importe quoi.
     
     En revanche, on peut parler de remise de peine. Et peut-être que le Président de la République peut avoir son mot à dire, dans une sorte de réunion d’experts où il écouterait autre chose que des gueulards et des scribouillards.
     

     
     

    • Gérard Luçon Gérard Luçon 31 décembre 2016 10:57

      @JL

      je me souviens très bien de « l’affaire Ranucci », je travaillais à cette époque au ministère de la justice et nous étions vent debout contre cette condamnation à mort

    • franc 1er janvier 2017 11:43
      @JL
       remarque pertinente ,depuis l’abolition de la peine de mort le droit de grâce perd de sa valeur vu qu’il existe la possibilité de révision de procès ;

  • Fergus Fergus 31 décembre 2016 10:02

    Bonjour, JL

    « peut-être que le Président de la République peut avoir son mot à dire, dans une sorte de réunion d’experts  »

    C’est précisément l’un des objets du droit de grâce. Et en fait de l’avis de « gueulards et de scribouillards », le président s’appuie sur un avis de la Chancellerie basé sur des consultations d’« experts »

    Bref, il existe ce que vous souhaitez ! smiley


    • Francis JL 31 décembre 2016 10:41

      @Fergus
       

       
      hahaha ! Lol ! Mdr !
       
       smiley  smiley  smiley)

    • Francis JL 31 décembre 2016 10:51

      Je précise pour ceux que ça intéresse - pas Fergus qui visiblement s’en fout - que de mon point de vue, le droit de grâce est archaïque non seulement parce que la peine de mort est abolie, mais aussi depuis que les jugements d’assises sont révisables. Depuis Outreau ?


    • Gérard Luçon Gérard Luçon 31 décembre 2016 11:05

      @JL
      tout procès est révisable dès lors qu’apparaissent des faits nouveaux ... par exemple une reconnaissance postérieure de culpabilité (ça arrive relativement assez souvent, le dernier exemple est aux USA) ou une dénonciation entre anciens complices ... dès lors une enquête peut être relancée si les aveux ou la dénonciation paraissent sérieux .. donc c’est « aléatoire » ...


      L’ADN est venu confirmer « scientifiquement » l’existence d’un nouveau type de faits nouveaux


    • Francis JL 31 décembre 2016 12:06

      @Gérard Luçon

       
       je sais bien que tout procès est révisable dès lors qu’apparaissent des faits nouveaux.
       
       Mais un revirement de témoignage est-il un fait nouveau ? C’est pourtant bien ce qu’on a vu avec les affaires d’Outreau.

    • Francis JL 31 décembre 2016 12:20

      @Gérard Luçon,

       
       Les dénonciations ou aveux ne sont pas des faits nouveaux en ce sens que par définition, ils n’existaient pas au moment du crime jugé, mais font état de faits qui auraient existé et qui restent à confirmer ou infirmer. Nuance.
       
       Quand la dame qui a accusé et fait mettre en prison plusieurs personnes se rétracte, lequel d’entre nous est capable de dire à quelle moment elle a menti ? Quand elle a accusé ? Ou quand longtemps après elle a disculpé ?
       
       Je note que des faits nouveaux et qui n’ont rien à voir avec le crime se sont nécessairement produits et qu’on n’a pas contrôlé (comme mors des gardes à vue et des incarcérations provisoires), notamment des contacts entre les parties, si vous voyez ce que je veux dire.

       
       


    • Gérard Luçon Gérard Luçon 31 décembre 2016 12:25

      @JL
      désolé j’ai été un peu laconique, je reprends exactement ce que j’ai écrit : « dès lors une enquête peut être relancée si les aveux ou la dénonciation paraissent sérieux .. donc c’est « aléatoire » ...


      une enquête peut être relancée ... c’est »aléatoire« 

      pour le président nous avons un droit régalien, pour le procureur appelons cela »le fait du prince" ... 

    • Francis JL 31 décembre 2016 14:01

      @Gérard Luçon
       

       permettez moi s’insister : à la suite du revirement de la dame accusatrice d’Outreau, il n’a été révélé aucun « fait nouveau ». Et pourtant, on a blanchi les accusés et c’est nous, les contribuables qui avons dû payer pour indemniser les personnes relaxées !

    • Fergus Fergus 31 décembre 2016 16:58

      @ JL

      L’affaire d’Outreau est particulièrement éclairante : elle montre que dans les dossiers sensibles, les verdicts peuvent partir dans tous les sens !

      A cet égard, une substitut de Morlaix m’a dit un jour qu’on était loin d’avoir connu tous les éléments de ce dossier, ce que je crois volontiers.


    • Gérard Luçon Gérard Luçon 1er janvier 2017 06:52

      @Fergus

      l’affaire d’Outreau est un tel « sac de noeuds », si j’ose dire .... la police a merdé, l’instruction a merdé, les témoins et les accusés ont déclaré tout et son contraire ... cela restera dans l’histoire de la justice comme l’exemple type de l’affaire ingérable, probablement parce que mal gérée dès le début.


      avant on avait eu le Notaire de Bruay en Artois, affaire normalement plus simple mais là aussi la pression populaire, l’instruction .... 

  • franc 1er janvier 2017 11:51

    Hollande vient de donner un coup d e poignard dans le dos de la puissance de l’Etat juste avant de partir avec cette grâce arbitraire ,il aura piétiné l’Etat jusqu’ à la fin ,il n’est pas le seul ,c’est toute la classe politique française médiocre qui aura bafoué la fonction et l’autorité" de l’Etat.


Réagir