lundi 7 mai 2012 - par chapoutier

Hollande élu, Sarkozy le rejet ! Et maintenant ?

Nous avons chasser Sarkozy, mais nous voulons aussi chasser sa politique.

Indiscutablement, il y a, ce 6 mai, un vaincu. Mais pour que le peuple travailleur soit vainqueur, il ne suffit pas d'avoir chassé Sarkozy, il faudra que la rupture avec la politique menée par Sarkozy s’inscrive dans les actes.

Ce 6 mai, l’immense majorité de la population laborieuse – ouvriers, paysans, employés, jeunes, chômeurs – a dit : nous n’en pouvons plus de la misère et du chômage, nous ne voulons pas que l‘on puisse continuer à imposer à ce pays des mesures qui conduisent tout droit au sort que la troïka impose à la Grèce.

Le rejet qui vient de se manifester ce 6 mai confirme ce qui s'est manifesté lors du premier tour où près de 80 % des électeurs inscrits ont refusé d’apporter leur voix à Sarkozy (fait sans précédent aggravant la crise des institutions de la Ve République).

Rejet de ce gouvernement, de sa politique, de ses pratiques et de ses « affaires ».

Un rejet qui vient de loin et qui approfondit ce qui s’est exprimé lors de la victoire du vote « non au traité constitutionnel », le 29 mai 2005.

Un rejet de toutes les politiques imposées depuis vingt ans en application du traité de Maastricht par les gouvernements de toutes couleurs politiques.

Il s’agit d’un avertissement, relié aux mouvements qui se développent aujourd’hui avec force de la Grèce à l’Espagne, dans toute l’Europe.

L’immense majorité de la population laborieuse a parlé : elle aspire à se rassembler dans l’unité la plus large pour faire reculer l’offensive du capital financier, l’offensive des fonds financiers et des spéculateurs de toutes sortes qui prétendent dicter leurs exigences à tous les peuples d’Europe.

 

Nous ne voulons pas de ce « Super-Maastricht ».

François Hollande avait affirmé son intention de « renégocier » le traité TSCG, signé le 2mars à Bruxelles par Sarkozy et Merkel.

Mais il est un fait que tout le monde doit connaître : ce traité TSCG, comme tout traité européen, une fois signé par vingt-cinq chefs d’Etat et de gouvernement, ne peut faire l’objet d’aucun amendement, d’aucune renégociation.

D’autres documents peuvent être adoptés, annexés.

Mais ce traité par lui-même est intouchable : l’obligation d’inscrire l’austérité permanente dans la loi (« règle d’or »), de couper 80 milliards d’euros de dépenses publiques dès 2013 (en premier lieu dans les budgets de la Sécurité sociale et des collectivités territoriales), le système de sanction automatique, l’envoi d’émissaires européens chargés de dicter l’exécution des plans meurtriers dans notre pays, etc., rien de cela ne peut être modifié ou renégocié.

La démocratie exige qu’il soit répondu à la volonté majoritaire, Hollande doit renoncer à engager le processus de ratification : et, alors, le traité ne sera pas ratifié et il ne s’appliquera pas à la France et, de ce fait, il sera difficile de l’imposer aux autres peuples d’Europe.

Cette exigence vient de loin, toutes les forces qui se réclament de la classe ouvrière et de la démocratie doivent la porter et l'imposer.

 

Que décidera le président Hollande sur cette question cruciale ?

Qu’il réponde clairement à cette question qui lui est posée et qui commande dans tous les domaines, la politique qui sera mise en œuvre par le nouveau gouvernement !

Le fera-t-il ?

La question centrale est bien celle de la rupture avec l’Union européenne, et, comme premier pas, la non-ratification du traité.

Ce qui s’est exprimé ce 6 mai est un encouragement au rassemblement dans l’unité, des travailleurs, jeunes, organisations, tous ceux qui veulent en finir avec la politique de misère, de chômage et de déchéance menée par l’Union européenne, comme le veulent tous les travailleurs et les peuples d’Europe, de la Grèce à l’Espagne, de l’Allemagne à l’Italie.

C'est bien une exigence qui vient de s’exprimer ce 6 mai : il faut inverser le cours des choses, en finir avec la dictature de la troïka FMI-Union européenne-Banque centrale européenne qui veut imposer les politiques de privatisation, de misère et de chômage.

En finir avec cette dictature et ses directives qui interdisent d’interdire les licenciements, renflouent les banques à coups de milliers de milliards et disloquent les droits et garanties des travailleurs et de la jeunesse ! Il y a urgence à décréter nuls et non avenus les plans dictés par des institutions supranationales et à rétablir la souveraineté des peuples sur les décisions qui les engagent.

 

Cela s’appelle la démocratie.

La démocratie exige que ce rejet se traduise en actes. Cette exigence s’adresse à tous les partis qui se réclament de la classe ouvrière et de la démocratie. Elle s’adresse en premier lieu à François Hollande. L’ancien président de la République portugais Mario Soares, dirigeant du Parti socialiste, vient de déclarer à propos du traité : « Aucun député socialiste, aucun socialiste ne peut ratifier cela. » Il a raison ! N’est-ce pas ce que devrait dire tout socialiste digne de ce nom ?

Comment peut-on promettre aux travailleurs « un changement politique » — par exemple, lutter contre le chômage, arrêter l’hémorragie de la destruction des services publics, préserver les régimes de Sécurité sociale et de retraite ― si on ne s’engage pas clairement à ce que le traité TSCG ne soit pas ratifié ?

Ne pas tenir compte des exigences de ce vote majoritaire en se soumettant à la politique décidée par la Troïka , c'est prendre le risque d'un soulèvement populaire.



18 réactions


  • dixneuf 7 mai 2012 10:34

    Ce qui est réjouissant, c’est de voir tous ces drapeaux au pied de la colonne de la bastille, il y avait même un drapeau français !!! smiley


  • dixneuf 7 mai 2012 10:35

    Ce qui est réjouissant, c’est de voir tous ces drapeaux au pied de la colonne de la bastille, il y avait même un drapeau français !!! smiley


  • _Ulysse_ _Ulysse_ 7 mai 2012 11:01

    Hollande ratifiera le traité, comme le bon petit collabo qu’il est !

    Voici ce qu’a déclaré le ministre Allemands des affaires étrangères 80 minutes après le résultat :

    « Nous allons travailler ensemble à un pacte de croissance pour l’Europe. Nous devons maintenant sceller un pacte de croissance pour plus de compétitivité. Nous devons ajouter de nouvelles impulsions de croissance, cela passe par des réformes structurelles.  »

    N’es ce pas de la langue de bois claire et nette ? Réformes structurelles : baisse des dépenses publiques, privatisation et flexibilisation du marché du travail.

    On aura prévenu. D’ailleurs Hollande est déjà convoqué à Washington !


    • mbdx33 mbdx33 7 mai 2012 12:25

      @Ulysse

      Madame Irma est de retour ?


    • _Ulysse_ _Ulysse_ 7 mai 2012 12:41

      Pourquoi madame irma ?

      Je ne fais que citer les propos du ministre Allemand des affaires étrangères.


    • _Ulysse_ _Ulysse_ 7 mai 2012 12:45

      En gros, on a remplacé un traître par un autre traître. Evidemment cela fait procès d’intention mais quand on connaît le pédigrée des gens du PS et de Hollande...
      A mon sens, l’opération enfumage maximum va commencer, ou comment faire passer des mesures d’austérité et ultra libérales pour des mesures sociales...


    • bigglop bigglop 7 mai 2012 16:48

      Bonjour à tous,

      Je ne ferai aucun commentaire de l’article et des posts.
      Mais je vous invite à la réflexion sur le texte de cette chanson de Léo Ferré, ce poète, la tête dans le ciel et les pieds profondément enracinés dans la terre. Et visionnaire.

      http://www.youtube.com/watch?v=5iR0OhRyrvA


      Ils ont voté...

      À porter ma vie sur mon dos, j’ai déjà mis cinquante berges
      Sans être un saint ni un salaud, je ne vaux pas le moindre cierge
      Marie, maman, voilà ton fils qu’on crucifie sur des affiches
      Un doigt de scotch et un gin-fizz et tout le reste je m’en fiche !
      Ils ont voté et puis, après ?

      J’ai la mémoire hémiplégique et les souvenirs éborgnés
      Quand je me souviens de la trique, il ne m’en vient que la moitié
      Et vous voudriez que je cherche la moitié d’un cul à botter ?
      En ces temps on ne voit pas lerche
      Ils n’ont même plus de cul, les Français !
      Ils ont voté et puis, après ?

      C’est un pays qui me débecte, pas moyen de se faire Anglais
      Ou Suisse ou con ou bien insecte, partout ils sont confédérés
      Faut les voir à la télé-urne avec le général Frappard
      Et leur bulletin dans les burnes, et le mépris dans un placard !
      Ils ont voté et puis, après ?

      Dans une France socialiste, je mettrais ces fumiers debout
      À fumer le scrutin de liste jusqu’au mégot de mon dégoût
      Et puis assis sur une chaise, un ordinateur dans le gosier
      Ils chanteraient La Marseillaise, avec des cartes perforées
      Le jour de gloire est arrivé.


    • lagabe 7 mai 2012 18:31

      c’est pas ce Léo Ferré de gauche qui vivait en Suisse , pour éviter de payer trop d’impôts


    • lagabe 7 mai 2012 18:34

      Ou Monaco , je sais plus


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 7 mai 2012 18:38

      Le Léo y vivait en Toscane ,marre de s’payer trop d’fayots !


  • _Ulysse_ _Ulysse_ 7 mai 2012 13:45

    http://www.romandie.com/news/n/_Merkel_pose_a_Hollande_ses_conditions_sur_l _austerite_et_la_croissance_RP_070520121323-27-174679.asp

    "BERLIN - L’Allemagne a posé lundi ses conditions au président élu français François Hollande, en excluant toute renégociation du pacte budgétaire européen et toute initiative de croissance par les déficits.

    [...] M. Seibert a également réaffirmé les conditions de Berlin : l’Allemagne ne veut pas d’une croissance par des déficits, mais de croissance par des réformes structurelles.

    En clair, il n’est pas question pour le gouvernement Merkel d’encourager en Europe des politiques de relance, mais de promouvoir la voie choisie par l’Allemagne et les réformes du marché du travail mises en place par l’ancien chancelier Gerhard Schröder.

    [...]"

    A mince, pas de renégociation possible, et on veut réformer le marché du travail... suppression du CDI ? Depuis le temps que je le dis.


  • eric 7 mai 2012 16:24

    C’est l’âge, c’est pas grave, j’ai le même problème et heureusement il y a wiki pour les gens comme nous. http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lection_pr%C3%A9sidentielle_en_France#Rapports_gauche-droite_depuis_l.27introduction_de_l.27.C3.A9lection_du_pr.C3.A9sident_ de_la_R.C3.A9publique_au_suffrage_universel
    Si Hollande a été rejeté par 80% des français au premier tour pour compter comme vous, cela ne signifie pas qu’il doivent nécessairement suivre les préconisations de ceux du FdG ou FN qui se sont reportés sur lui. Puis qu’aussi bien, tous les chiffres montrent qu’il est principalement élu grâce aux reports FN et centristes.
    Et cela paraitrait risqué de passer par les fourches caudines d’un parti, le votre, dont tout porte à croire pour raisonner comme vous, qu’il a été rejeté au premier tour par un bon 95% des électeurs inscrits. Tout porte à croire en tous cas que ce n’est pas la conception de la démocratie du PS.
    Bon, Hollande fait comme vous, il se pince le nez et il ne se demande pas trop d’où lui viennent les voix, et qui a voté contre maastricht...

    Mais tous cela s’est très abstrait. La seule question qui compte, celle qui permettra de savoir vraiment jusqu’à quel point vous vous êtes fait entuber, cela va être les comportements concrets de chaque candidat PS aux législative. Parce que bien sur, il ne va pas y avoir de consignes collectives genre vote pour permettre au FdG d’avoir un groupe, s’abstenir pour laisser un passer un Modem méritant, ou voter FN pour faire tomber un UMP dangereux. Comme le PS a vraiment besoin d’une majorité parlementaire, il ne devrait pas trop faire de cadeaux. En tous cas pas sur sa gauche à priori. Mais en regardant de prêt, on devrait quand même être assez vite fixé sur ses intentions réelle, dans le cas ou on aurait des doutes aujourd’hui....


    • chapoutier 7 mai 2012 17:22

      relise mieux, c’est sarkozy qui a été rejeté par 80% au premier tour.

      le fn s’est reporté sur sarko,

      quel est mon parti dites moi ?

      se faire entuber ? relisez, je pense que vous n’avez pas vraiment compris.

      pensez vous vraiment que la vie réelle se limite aux tractations politiciennes ?


    • eric 7 mai 2012 17:46

      Relisez mieux, comme Hollande et sarko ont fait en gros le même score au premier tour, cela veut dire qu’ils n’ont pas recueilli sensiblement l’approbation de la même proportion d’inscrits.
      Oui, et en fait le FN a voté pour Maastrisht.....
      Votre patrie, et ce n’est pas un erreur, c’est la « vraie gauche » je me trompe ? Aprés le parti, c’est des étiquettes interchangeables..
      Se faire entuber : si je crois que j’ai compris, vous avez voté Hollande pour jeter Sarko comme ils vous ont dit, mais quand même avec le vague espoir que la « vraie gauche » serait un peu entendue non ?
      Et non, il n’y a pas que les tractations politiciennes, il y a aussi le fric. 1700 milliards de dettes financières, 1200 milliards de dette pour le financement des retraites contractuellement promises aux fonctionnaires (entre un quart et un tiers du cout total des retraites de tous les francais) . 22 milliards d’euro par an de niches fiscales pour les 35 heures etc.... et entre 2 et 4OO millions d’euro piqué à Madame Bettancourt et ses copains pour financer le tout.
      déjà 50% de PIB de prélèvement.
      Quelqu’un va payer. EN 83 le PS a fait payer les pauvres du privés et les petits et moyens de la fonction publique. MAis à l’époque, il ya avait encore un peu d’argent dansles caisse et du crédit...


    • chapoutier 7 mai 2012 17:56

      eric

      cela ne sert à rien de vous répondre,

      vous m’avez déjà interpellé sur plusieurs articles, vous ne lisez pas les réponses, et à l’article suivant , vous recommencez.

      comme l’exemple des 1200 milliards d’euros pour la retraite des fonctionnaires !

      avez-vous idées de ce que vous dites ?

      qui provisionnent ses dépenses 20 ans à l’avance ?

      et quoi, ou voulez vous en venir, les infirmières n’ont pas le droit à la retraite ? et les postiers ?


  • eric 8 mai 2012 00:08

    Visiblement, vous ne savez ni ce qu’est une dette ni ce qu’est un provision, ni ce qu’est un budget.
    Et visiblement, vous ne comprenez pas ce qu’est le social si vous estimez normal que 70 a 80% des français se saignent pour financer 20 a 30% d’entre eux au détriment des plus défavorisés et de l’avenir du pays.
    Alors du haut des 5% d’électeurs potentiel qui ont choisit les extrêmes gauches, vous vous lancez dans des ultimatum comminatoire au nom des « travailleurs ».

    L’UMP était le rempart contre le choc frontal entre payeur et profiteur en France. Sarkozy était le type qui avait assez d’autorité à l’UMP pour imposer de ne pas faire d’alliance avec le FN.

    Je dirai que c’est sensiblement dans deux ans que vous regretterez Sarkozy sans bien sur oser le dire....


Réagir