mercredi 9 août - par rosemar

Il faut réapprendre le français...

Il faut réapprendre le français dans nos écoles, parce que l'apprentissage de la langue est essentiel : c'est par le langage que s'acquiert la réflexion et que se développe la curiosité.
 
La grammaire est le fondement de cet apprentissage : trop souvent délaissée, cette discipline doit absolument retrouver sa place dans les établissements scolaires.
 
L'étude de la grammaire permet de structurer le fonctionnement de la pensée et la compréhension de la langue.
Comment s'étonner de la baisse du niveau quand on sait que dans le primaire l'horaire hebdomadaire de français a été divisé par deux en moins d'un siècle ?
De la même façon, au collège, les heures de français ont été considérablement réduites.
 
On connaît aussi une des nouvelles lubies des pédagogistes : remplacer la notion de complément par celle du prédicat, une façon d'effacer toutes les nuances de notre langue : complément d'objet direct, indirect, complément circonstanciel de temps, de lieu, de but, de concession, etc.
Ces nuances sont essentielles pour une bonne analyse de la langue : elles permettent des repérages, elles sont des jalons dans toutes sortes de textes : narratifs, argumentatifs, descriptifs...


 
A l'école primaire, on n'apprend plus aux élèves des modes et des temps essentiels comme le conditionnel, le subjonctif, le passé antérieur... Pourquoi ? C'est une façon d'éluder des difficultés...
C'est par des révisions successives et répétées que se consolident les apprentissages : mieux vaut aborder ces notions dès le primaire.
 
La modernisation de la grammaire qui passe par une simplification abusive est néfaste : c'est la confusion qui s'impose, alors, dans les esprits.
Ce n'est pas en supprimant les difficultés de la langue française dans l'enseignement que l'on va favoriser son apprentissage, bien au contraire.
En simplifiant à l'extrême, on empêche les élèves de percevoir toutes les subtilités de notre langue.
On leur enlève aussi la possibilité de maîtriser leur outil essentiel de communication.
 
Comment comprendre un texte littéraire ou un simple message si on ne connaît pas la grammaire de la langue et son fonctionnement ? Comment bien communiquer quand on ne sait pas utiliser toutes les nuances du langage ?
 

La grammaire n'est pas innée : elle doit être apprise avec rigueur, elle doit être assimilée progressivement, sans cesse révisée pour une maîtrise sans failles.
 
L'orthographe qui renvoie, souvent, à l'étymologie des mots donne aussi du sens à la langue : un texte bourré de fautes est peu compréhensible...
L'orthographe permet de remonter à l'origine des mots, à leur signification première qui est révélatrice.
 
Grammaire et orthographe méritent d'être réhabilitées dans notre enseignement : il y va de la survie de notre langue, de son rayonnement à travers le monde...
 
 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2017/08/il-faut-reapprendre-le-francais.html



69 réactions


  • Henry Canant Henry Canant 9 août 11:33

    Rosemar,

    Après de longues et nombreuses observations, je peux affirmer que la nuit est souvent plus sombre que le jour.

  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 9 août 11:37

    Vous vous faites du mal pour rien.

    Si vous continuez, vous allez sombrer dans la dépression.
    Les DRH jupitériennes n’ont pas besoin de connaitre les subtilités de la grammaire normative ni le « bon usage » pour se récolter quelques millions d’euros en mêlant délit d’initié, manipulation boursière et catastrophe sociale : le globish leur suffit pour ça, et elles sont le modèle prôné par Jupiter lui-même !

  • Robert Lavigue Robert Lavigue 9 août 11:38

    L’illettrisme fait des ravages... même chez vos comparses !
    http://www.agoravox.fr/commentaire4969731


    • diogène diogène 9 août 11:44

      @Robert Lavigue

      seriez-vous un malotru du commentaire ?


    • ZenZoe ZenZoe 9 août 15:19

      @diogène
      Diogène, allez voir le commentaire du Panda avant de commenter, ça vaut son pesant d’or.


    • cevennevive cevennevive 9 août 15:34

      @ZenZoe,


      Oui, en effet ! Mais vous auriez dû écrire « LES » commentaires du Panda. Rosemar en ferait une jaunisse si elle les lisait.


    • Gorg Gorg 9 août 15:41

      @cevennevive

      Oui, c’est vrai, mais elle est un peu facile celle là....... Qui n’a pas remarqué les commentaires « rafraichissants » du Panda... Laissons le paisiblement dans sa quiétude, pour ma part je me garde bien de l’interpeller ou de le contredire...


  • sarcastelle sarcastelle 9 août 11:39

    et qu’une hélice d’avion tourne plus vite quand on enclenche la quatrième.


    • sarcastelle sarcastelle 9 août 11:40

      @sarcastelle

      .
      Ah, zut, je répondais à Henry Canant.

    • ZenZoe ZenZoe 9 août 15:25

      @sarcastelle
      Pourquoi, quel rapport avec le jour et la nuit ? smiley


    • Le421 Le421 10 août 09:03

      @ZenZoe
      Une histoire d’A400M...
      Rapport entre la vitesse de rotation des hélices et celle de la turbine qui les anime.


    • ZenZoe ZenZoe 10 août 09:20

      @Le421
      Ah ok Merci !


    • mmbbb 10 août 09:29

      @ZenZoe Dans un article precedent , elle a recopié betement un argument d un journaliste au sujet des problemes techniques rencontres sur cet avion . Pour une prof voulant former l esprit critique des eleves c est mal barre . Par ailleurs elle ecrit « sans failles » faille sans S non !


    • mmbbb 10 août 09:41

      @Le421 non le pilote ne pouvait pas passer les vitesses. Rosemar affirme : probleme de boite a vitesse , donc comme elle connait le sens des mots il y a comme sur sa voiture un levier pour passer des vitesses n est ce pas ? Lorsque l on est prof on commence a verifier ce qu l on ecrit c est la moindre des choses au lieu d ânonner betement . Si un medecin me dit je vais vous placer un caténaire je me barre et vite tres vite .


  • MagicBuster 9 août 11:49

    Il faudrait surtout interdire les langues étrangères (hostiles et terroristes) sur notre sol.

    Il est tout à fait inadmissible d’entendre parler en arabe derrière soi dans les transports en commun.

    S’il est nécessaire de le dire en allemand en russe ou en chinois ....
    Ce sera bientôt fait.


    • diogène diogène 9 août 11:57

      @MagicBuster

      non mais c’est vrai quoi bordel de merde

    • OMAR 9 août 17:27

      Omar9

      @magiscbuster

      Je te défie de faire la distinction entre le suédois, le finnois, le danois, l’islandais et le norvégien.
      .
      Idem entre l’arabe, l’hébreu, le turque, le kurde le persan,et l’urdu.
      .
      Mieux, et c’est près de la France.
      Tu es incapable de différencier l’espagnol du catalan, du castillan ou du galicien...
      .
      Toi, tu fais parti de ceux qui croient que week-end, job, camping, dressing, gag, match, etc, etc, c’est du français....


    • Alren Alren 9 août 18:21

      @MagicBuster

      Euh ! Juste ça : vous savez combien les touristes étrangers rapportent à la France chaque année ?
      Vous voulez faire passer un test de francophonie aux frontières et à l’atterrissage des avions ?


    • JP94 9 août 18:24

      @OMAR

      pas la peine de chercher si loin... il y en a qui ne distinguent pas entre russe et allemand...

      Et puis tous les Mahgrébins ne parlent pas arabe ici, donc supposons qu’on n’entende pas l’arabe mais l’amazigh,le kabyle etc ... il serait fichu de ne pas être content ! 

      Ce qu’il dit est naturellement provocateur et raciste...

      Mais le plus marrant, c’est que s’il entendait des poésies arabes du 10 siècle il serait fichu de trouver ça beau ! et là il serait malheureux !

    • MagicBuster 9 août 18:38

      @JP94

      Allawoakbar par un tunisien, un marocain, un algerien, ou autre c pareil....

      Il y a peu de touristes dans nos trains.

      Les consonnances muzz sont a gerber.


    • Le421 Le421 10 août 08:24

      @MagicBuster
      Il est tout à fait inadmissible d’entendre parler en arabe derrière soi dans les transports en commun.

      Et en portugais, au bistrot...

      Ah non !! Là, c’est normal.

      Votre haine inconsidérée et irréfléchie vous fait écrire des choses incroyables...

      A Zagora, je parlais français et j’ai été très bien accueilli.


    • Le421 Le421 10 août 09:06

      @MagicBuster
      Allahu Akhbar !!

      Sauf erreur...

      Pour mieux combattre son « ennemi », il faut bien le connaître.
      L’idiotie est la plus mauvaise des armes !!

      Signé : Un ancien militaire


    • mmbbb 10 août 10:00

      @Alren il est vrai que les arabes a Chamonix sont petes de thunes et ont une autre education . La c est vraiment la différence !


    • mmbbb 10 août 10:02

      @OMAR et « niques ta mere » est ce un idiome anglais !


    • OMAR 10 août 10:35

      Omar9

      @MagicBuster "Allawoakbar par un tunisien, un marocain, un algerien, ou autre c pareil....
      .
      Oui, tu vises bien les maghrébins...
      Mais pas les Qataris, les émiratis ou, surtout, les saoudiens, ceux-la qui te la mettent profonde...
      .
      Pire, ce sont eux qui t’interdisent de roder dans leurs parages ici, en France même :
      http://www.midilibre.fr/2015/07/24/cote-d-azur-une-plage-publique-privatisee-pour-le-roi-d-arabie-saoudite,1194907.php
      Pauvre type....


    • OMAR 10 août 10:37

      Omar9

      @mmbbb
      .
      « niques ta mère » est du pur français.
      Si tu en doutes, demande à ton facteur ou ton plombier....


  • covadonga*722 covadonga*722 9 août 11:55

    Komzit brezhoneg gant ho pugale


    Arabat kaout mezh komz a vouezh uhel
    N’eus netra mezhusoc’h eget tevel




    N’eus ket a yezh kaeroc’h eget eben
    Nag unan a vez divalawoc’h zoken



    Gallout ar gerioù a zigor dimp ur bed
    Ha a c’hall bezañ kollet diremed



    Minwaskañ he yezh a c’herioù estren
    Evit eksploatiñ ur bopl n’eus ket gwell


    Komzit brezhoneg gant ho pugale


  • Aristide Aristide 9 août 12:09

    Sur le fond, le regret essentiel que vous formulez est la diminution de la part accordée au français et la simplification des concepts. Bon ... Je ne détaillerai pas vos regrets sur le prédicat, mais il ne remplace pas l’étude des COD, COI et autres mais les précède. Enfin, ...


    Je voulais simplement essayer de vous faire part d’une expérience. Mes enfants ont eu la chance de bénéficier de l’apprentissage d’une langue étrangère dans un collège international du coin. Tous sont au moins bi-lingues et maîtrisent la langue étrangère de la section dans laquelle ils étaient élèves. Mais où veux-je en venir ? Et bien voilà, cette réussite dans l’enseignement des langues est assez bien explicable par le simple fait que la langue en question était aussi celle dans laquelle les cours d’histoire et géo, de sciences étaient donnés dans la langue de section par des professeurs étrangers qui souvent ne parlaient que très peu le français.

    Il me semble que l’apprentissage du français ne se fait pas seulement dans les cours de français, les autres matières participent largement de cet enseignement. De plus l’attention portée par les enseignants sur la qualité de l’expression à l’oral et l’écrit dans ces matières contribuent aussi à cet enseignement. 







    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 9 août 12:14

      @Aristide

      Le site de l’Académie Française précise que le verbe participer peut s’employer absolument. Il signifie alors « prendre part aux activités d’un groupe » et s’emploie beaucoup dans le domaine scolaire. On dira fréquemment d’un élève qu’il doit participer en cours. Mais il peut aussi avoir un complément introduit par une préposition. Le sens du verbe variera alors selon qu’il sera suivi de la préposition à ou de la préposition de. Participer à signifie « prendre part à une activité donnée », alors que participer de signifie « avoir une similitude de nature avec, relever de ». On se gardera bien de confondre ces différents sens.


      Je vous serais donc reconnaissant de bien vouloir procéder à la correction qu’il convient d’apporter dans la rédaction de votre commentaire au demeurant fort pertinent.

    • Aristide Aristide 9 août 15:59

      @Jeussey de Sourcesûre


      Je ne suis pas sur que vous ayez raison. 

      Si je remplace dans la phrase en cause « participer de » par « relever de », il me semble que : « les autres matières participent largement de cet enseignement » a bien le sens de « les autres matières relèvent largement de cet enseignement. ». CQFD.



       

    • Ouallonsnous ? 9 août 17:15

      @Aristide
      Tout aussi incompréhensible que votre post de 12h09, seriez vous un adepte de « l’enculage de mouches » ?


  • ZenZoe ZenZoe 9 août 15:34

    En tout cas, ce n’est pas avec les crânes d’oeufs de l’Education Nationale qu"on y arrivera, dans cet univers déconnecté où on ne jette pas un ballon dans la piscine, mais un référentiel bondissant dans un milieu aquatique profond.


    • Pere Plexe Pere Plexe 9 août 17:52

      @ZenZoe
      ...c’est bien la preuve que la maîtrise du langage sert souvent à tirer un avantage indu.

      Quitte à complexifier encore afin de rendre le message hermétique au quidam.
      Les métiers du droit, de la banque et quelques autres peu suspect de philanthropie en usent abondamment.
      Sans que notre langue s’en trouve grandie.

    • ZenZoe ZenZoe 9 août 18:43

      @Pere Plexe
      ...rendre le message hermétique au quidam.

      Et c’est bien là le problème. La langue d’un peuple est ce qui l’unit profondément et lui permet de fonctionner en société. En abusant de jargons, on désunit le peuple et on lui ferme des portes, et l’EN participe allégrement à ce travail de sape.
      (note : par l’EN ici, je parle des crânes d’oeufs, pas forcément des personnels sur le terrain).


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 août 20:43

      @ZenZoe
      C’est surtout ce qui permet de penser, d’analyser, de comparer, de vérifier les infos de nos chers médias presstitués, une horreur en somme !


  • Surya Surya 9 août 16:25

    Moi ce qui me fascine, ce sont les différences de style dans la façon de parler selon les générations et les époques. Les personnes des années 30, par exemple, ne parlaient pas le Français comme la génération des années 50. Selon les générations, l’intonation est différente, même la façon de prononcer les mots est différente. 


    C’est pour ça que les films qui « se passent dans les années 30, 40 » ou autre, sonnent tellement faux parce que les acteurs parlent comme on parle de nos jours, et pas comme les gens parlaient à l’époque. Du coup, vous pouvez les habiller avec les fringues de l’époque, les maquiller et les coiffer comme à l’époque, construire un studio entier pour reproduire une rue de l’époque, ça sonnera toujours faux.

    J’aurais tellement aimé pouvoir écouter des enregistrements de personnes du Moyen Age, du 18ème siècle...

    J’ai été surprise et amusée en découvrant cette vidéo (cette année c’est les 40 ans du Centre Beaubourg et j’ai passé un peu de temps ce week end à visionner des vidéos sur le projet, la construction du centre etc...) montrant un groupe d’enfants visitant le centre à son ouverture en 1977. 

    J’ai aussi été surprise parce que franchement, je ne me rappelle pas avoir parlé de cette manière dans les années 70, mais je suppose que c’était le cas. C’est marrant, par moment on a l’impression d’entendre Antoine Doinel dans « Les 400 Coups ».

    Si vous avez une explication à ce phénomène, Rosemar, 

    Sinon je suis entièrement d’accord avec votre article.

    • mmbbb 9 août 20:24

      @Surya J ai lu avec passion l oeuvre au noir de Yourcenar c ’est a l antipode de Christine Angot Style emploi des subjonctif vocabulaire


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 août 20:48

      @Surya
      Ecoutez les québécois, ils parlent le français du 16e siècle, ce sont les Français qui ont changé d’accent !


    • sarcastelle sarcastelle 9 août 22:01

      @Surya
      .

      je ne me rappelle pas avoir parlé de cette manière dans les années 70
      .
      Et comment parlez-vous aujourd’hui ? Quelques exemples de texte 1970 traduits en 2017 ? 

    • Surya Surya 10 août 10:00

      @Fifi Brind_acier


      Oui, c’est vrai. D’ailleurs je les écoute tous les matins sur TV5Monde, j’écoute et regarde le journal québécois. 

    • mursili mursili 10 août 10:15

      @Surya

      Vous posez une question très intéressante. Pourquoi les langues vivantes évoluent-elles ? Du boulot pour les linguistes, les historiens, les sociologues, etc.

      Comme vous, j’aurais bien aimé entendre parler Jeanne d’Arc, Villon, Molière, Rousseau, Voltaire et tous les autres...


    • Robert Lavigue Robert Lavigue 10 août 11:01

      @mursili

      Plus près de nous (vers 1911), on peut entendre Apollinaire. La qualité n’est pas géniale, mais ça permet de se faire une idée :
      http://www.ina.fr/audio/P12027213


  • Pere Plexe Pere Plexe 9 août 17:08

    Grammaire et orthographe méritent d’être réhabilitées dans notre enseignement : il y va de la survie de notre langue, de son rayonnement à travers le monde...


    Peut on objecter que l’usage ou l’importance d’une langue à l’échelle planétaire n’a absolument rien à voir avec l’un et l’autre ?
    C’est généralement en seul rapport avec le poids historique et économique des nations utilisant cette langue.

  • OMAR 9 août 17:49

    Omar9

    @rosemar :« Grammaire et orthographe méritent d’être réhabilitées dans notre enseignement »

    Tout-à-fait.
    Sauf que si vous regardez autour de vous, les pouvoirs publics et les médias font tout le contraire :
     https://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/hacking-de-lhotel-de-ville-de-paris-quand-hidalgo-attaque-la-langue-francaise/ :


  • Plus robert que Redford 9 août 18:16

    Pauvre Rosemar !

    Bien sûr, vous avez totalement raison, mais vos incantations risquent fort de rester lettres mortes !!

    Il n’est que de lire la grande majorité des commentaires sur ce site pour percevoir la « pôvritude » abyssale des intervenants.

    Sur les posts concernant cet article : rien à dire...

    Mais la plupart du temps, la lecture des commentaire de la plupart de ceux qui s’expriment ici tient du décryptage.

    C’est long. C’est fatiguant. Deux fois sur trois, j’abandonne !

    C’est peut-être idiot de le rappeler, mais qui veut être lu doit être compréhensible.

    Sinon, ce n’est même pas la peine de renseigner son identifiant.


  • mmbbb 9 août 20:39

    sans failles. Rosamar c est sans faille me semble t il !
    Vous devriez ecrire a la Mairie de Lyon le long d un parcours didactique « c est quoi cette tortue » Plus personne et surtout les journalistes n emploient la forme interrogative Il y a du boulot
    Quant à Panda lien de Lavigne avant de se foutre de la gueule des autres dites lui d apprendre le francais « quand aux débiles » c est Quant et signifie Pour ce qui est .  et non pas quand qui est un adverbe interrogatif . Quant à moi j ai eu une prof de francais valétudinaire elle etait souvent absente depression une seconde nature chez les profs Donc apprendre avec des profs absents seule l EN a ce privilège 
     


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 août 20:59

    C’est le même discours de bon sens que tient Natacha Polony, qui se fait régulièrement traiter de facho !
    « Audition de Natacha Polony sur l’école, le pire est de plus en plus sûr ! »


    • mmbbb 9 août 21:37

      @Fifi Brind_acier t emballes cela fait lurette que l ecole a ete massacrée Polyni ne fait qu enfoncer des portes ouvertes c est tout J appartiens deja a cette generation ou le changement regulier des programmes d une année sur une autre , le suivi et l enseignement aléatoires fragilisait le cursus scolaire Le tout a ete noyauté par les syndicats et massacres pas l exces de pédagogie. Miitterrand voulait fondre le tout dans un même moule et la la bourgeoisie s est revoltéee Elle n a pas eu tort Natacha non plus Quand entre les murs a ete primé c est bien le signe manifeste du cynisme de la bobo sphere Il est connu qu Hamon ne mettra jamais ses morpions dans de telles ecoles Cynisme et demagogie L elite s en fou , elle fout ses morbacs dans etablissements ou la selection se fait de facto. Et qui traite Natacha de facho ? Il suffit de lire certains articles de ce media et certains commentaires de ce meme media afin de se rendre compte du rejet de notre culture. C est complement hallucinant Un nihilisme entretenu aussi au sein de l education nationale .


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 août 07:24

      @mmbbb
      Vos profs de français étaient tous en congé maladie, ou bien c’est vous qui avez sauté les cours sur la ponctuation ?


  • Bernie 2 Bernie 2 9 août 21:20

    Qu’est ce qu’on s’emmerde grave sur ce fil. Ouin ouin féminin nous remet pour la centième fois que le français avec toute sa grammaire est top.

    Quelques stakanovistes jurent avec elle. Dommage, c’est plus ça, ça n’a jamais été ça. La langue est vivante, et c’est une chance.

    Allez déclamer du latin ou du grec ancien (langues mortes) au fin fond des calanques, le monde s’en fout. Il passe, il vit.


  • Le421 Le421 9 août 22:07

    Aux Etats-Unis, les jeunes ont de plus en plus de problèmes d’arthrose précoce dans les pouces.
    Uniquement à cause de l’emploi immodéré des smartphones.
    Alors, ma bonn’ dame, le français !!
    Voyez ce que je veux dire.
    Mais, au fond, qui va faire le boulot avec 50% d’handicapés ??


    • mmbbb 9 août 22:29

      @Le421 les robots pour les emplois a forte plus valus et les immigres pour les travaux penibles et peu payes  L immigration cela sert a cela . Eux a 60 ans ils sont morts Bazu 


  • CHALOT CHALOT 9 août 23:06

    Bonjour


    Bon texte
    puis je le reproduire avec votre signature sur le blog familles laïques ?
    Cordialement


  • Vraidrapo 9 août 23:45

    Comme je suis dans un bon jour, je vous fait grâce d’un commentaire.
    On dit merci qui ?
     smiley


  • philippe baron-abrioux 10 août 09:51

    @l’auteur ,

     Bonjour Rosemar ,

     n’existe t il pas dans notre pays des institutions ,des structures , des associations et autres groupes humains qui ont vocation à promouvoir la langue française , à la divulguer , à la défendre si nécessaire et en maintenir les spécificités ?

     je ne vais pas en faire la liste , ce serait vécu comme de la délation par certains

     et que font tous ces braves gens ?

     n’ont ils rien à dire , rien à proposer pour soutenir votre démarche ?

     leur statut leur interdirait il de dénoncer ce que vous observez , dont les premières victimes sont les élèves eux mêmes et les enseignants qui ont le courage de continuer à avoir des exigences de qualité pour la matière qu’ils essaient encore de transmettre et qui , selon moi , est la base indispensable pour que vive réellement notre culture et que chacun puisse en découvrir toutes les richesses ?

     je n’ai été que maître auxiliaire puis instituteur en Guyane auprès de réfugiés H’monghs .

     à mon retour en métropole , formateur en alphabétisation pour adultes , puis impliqué pendant longtemps dans la lutte contre l’illettrisme , je n’ai pu que constater certains dégâts .

     il semble que la situation ne cesse de se dégrader .

     étranges ces déclarations qui proclament que la jeunesse serait LA priorité , que l’année X serait celle de la lutte contre l’illettrisme et que l’acquisition des « fondamentaux » serait assurée pour tous au terme de leur scolarité obligatoire (jusqu’à seize ans ) !

     « un pays est mort s’il sacrifie sa jeunesse » , je ne sais plus qui a prononcé ces mots mais j’ai peur que nous soyons en train de le vivre année après année , malgré les exigences de bon nombre d’enseignants qui ne se résignent pas à accepter ce gâchis et ne cessent d’alerter leur ministère de tutelle , en vain le plus souvent .

     bonne fin de journée !

     P.B.A

     

     

     

     


  • phan 10 août 09:56
    Pourtant c’est écrit en français (les Serments de Strasbourg,842) : va comprendre Charles !
    sisaluarai eo. cist meon fradre karlo, et in aiudha et in cadhuna cosa. sicum om per dreit son fradra saluar dift. 


  • mursili mursili 10 août 10:03

    L’avenir du français est en Afrique, et les Africains poseront sans doute les bases d’une nouvelle lingua franca sur le continent africain. Un néo-français, à la morphologie simplifiée, mais enrichi de nombreux mots et tournures d’origine africaine. Le rayonnement de la langue française n’est pas le rayonnement de la seule France. On peut comprendre d’ailleurs que les peuples francophones n’aient pas envie de servir de faire-valoir à la France et aux Français. Ce qui explique par exemple la position de l’Algérie envers l’organisation de la francophonie. 

    Un peu de provoc pour finir : réapprendre le français ? pas le temps. une langue morte, comme le latin, ça ne sert à rien, ou alors comme option facultative au bac. Passer le bac est tout de même plus important.

    Tiens, par exemple, en option au bac, expliquer ces couplets de la chanson de Bruant À la Bastoche (ce n’est pas un sujet facile, mais no pain, no gain comme dirait Sibeth...)

    A c’tte époqu’-là, c’était l’bon temps
    La Méloche avait dix-huit ans
    Et la Filoche était rupin
    Il allait des fois en sapin
    Il avait du jonc dans sa poche
    A la Bastoche

    Mais ça peut pas durer toujours
    Après la saison des amours
    C’est la mistoufle, et ben souvent
    Faut s’les caler avec du vent
    Filer la comète et la cloche
    A la Bastoche

    Un soir qu’il avait pas mangé
    Qu’i rôdait comme un enragé
    Il a, pour barboter l’quibus
    D’un conducteur des omnibus
    Crevé la panse et la sacoche
    A la Bastoche

    Et sur la bascule à Charlot
    Il a payé sans dire un mot
    A la Roquette, un beau matin
    Il a fait voir à ceux d’Pantin
    Comment savait mourir un broche
    De la Bastoche !
     

     


  • Elliot Elliot 10 août 13:36

    Merci pour ce coup de gueule, quasi de salut public devant le délabrement de la situation.

    L’effort d’apprentissage d’un enfant doit en effet porter en premier lieu sur l’acquisition de la langue

    La langue n’est pas seulement un outil de communication mais elle structure aussi la réflexion et l’analyse.

    L’enfant assimilera de toute manière sans nécessité d’aucune aide la langue de la rue.

    Et cet effort doit porter en premier lieu sur les fondations du savoir, à savoir l’école primaire comme on l’appelait aux temps anciens où j’ai été scolarisé.

    En voulant soi-disant éveiller l’esprit de l’enfant on a encombré le cycle primaire d’ouvertures aussi diverses que variées afin, paraît-il, de les armer aux défis du futur.

    A la limite, ce ne serait qu’un demi mal si l’accent était mis là également sur l’usage correct de la langue au lieu de simplifier bêtement l’approche et d’abord par celui qui est chargé de donner le cours et de récolter chez ses élèves le fruit de ses efforts autrement que par l’usage de ses questionnaires à choix de réponses multiples qui envahissent le quotidien.

    Le trop est l’ennemi du bien comme on s’en rend compte avec la suite du cursus scolaire où on arrive à cette aberration que des bac +5 ou 6 sont incapables d’écrire en un français correct ( ne parlons pas de l’orthographe qui est devenue, comme jadis la belle écriture, l’apanage des imbéciles ).
    J’ai été confronté dans ma vie professionnelle à des monstruosités sémantiques dont je n’avais pas à juger du fond auquel j’étais d’une certaine manière étranger mais dont la forme mâtinée d’anglicismes ( remplaçant des termes français équivalents et qui finiront bien par les évincer définitivement ) interloquait le profane que j’étais mais semblait pourtant accessible à ceux à qui elle s’adressait, à moins que la solidarité de caste les empêchât d’émettre la moindre critique.

    Maintenant c’est vrai qu’une langue évolue, ce qui ne veut pas dire régresser : l’anglais en est la démonstration où les formes complexes de la langue de Shakespeare ont disparu du langage courant aussi bien parlé qu’écrit. Que dire alors de sa version américaine qui pousse la simplification jusqu’à la vulgarisation.

    Si l’on continue dans cette voie et peut-être est-il déjà trop tard pour réagir - car qui s’occupe encore de la concordance des temps y compris chez ceux qui se prétendent écrivains - il faudra se résigner pour le français par exemple à la disparition du subjonctif imparfait dont l’usage naturel chez nos parents est devenu une marque d’affectation insupportable pour nos enfants.


Réagir