lundi 3 décembre 2018 - par Pierre JC Allard

Ils veulent quoi, les Gilets Jaunes ? 

Ils veulent quoi, les Gilets Jaunes  ? 

 

Ils veulent quoi, les Gilets Jaunes ? Comme si on ne le savait pas … ! On sait très bien ce qu’ils veulent : ils veulent des sous. Les Français veulent des sous. Ils veulent qu’on cesse de se moquer d’eux. https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/d-abord-passez-le-fric-156448

Il faudrait qu’on les prenne au sérieux. Qu’on comprenne que les Gilets Jaunes ne sont pas un incident de parcours, mais le signe que l’évolution inexorable de la production vers le secteur tertiaire a atteint le point où elle exige qu’on en tire les conséquences. 

La conséquence, entre autres, d’accepter que c’est le TRAVAIL, (le capital humain, la COMPÉTENCE...) qui est devenu (redevenu serait plus exact) la ressource rare de la production et qu’une nouvelle répartition de la richesse de la société est donc indispensable. Urgente, même, car dans une société qui a fait de la richesse le grand critère du succès, ce serait une recette infaillible pour une révolution violente de permettre que la distribution de la richesse tarde trop à refléter le pouvoir réel de ceux qui se la partagent.

Un appel à redistribuer la richesse ; c'est ainsi qu'il faudrait comprendre le message des Gilets Jaunes. Ils sont venus nous dire de redistribuer vite la richesse en France, avant que le clivage entre les gagnants et les perdants de la sociétté ne devienne irréversible et que ne s’y installe,- à partir de données souvent erronées ! - une désunion permanente qui soit l'exact inverse de cette "union sacrée" qui viendrait parfois sauver la nation...  Une désunion qui serait le nouveau visage de cette « lutte des classes  », de marxiste mémoire à laquelle la tertiarisation du marché du travail a mis fin... 

Finie la lutte des classes ? Finies les « classes », évidemment, puisque dans une société de services chaque fournisseur est à devenir différent. Les similitudes s’estompant, les classes disparaissent car chaque travailleur devient en quelque sorte une classe à lui seul. Les classes disparaissent, mais attention, la LUTTE, elle, se poursuit...

Elle continue même plus âpre que jamais, car quand chaque travailleur devient unique et constitue en quelque sorte SA propre classe, car alors il n’a plus d’intérêts communs permanents avec son frère travailleur. Ils ne sont plus interchangeables... mais DOIVENT être complémentaires. 

Chaque travailleur entre en rivalité - et donc potentiellement en guerre - contre tous et chacun des autres pour affirmer la primauté de sa fonction qui définit son statut. Il n’y a plus une SOLIDARITÉ de classe ; seulement des solidarités de circonstances opportunistes et éphémères, des alliances qui se font et se défont au gré des intérêts du moment. 

Les Gilets Jaunes sont une de ces alliances d’opportunité, et elle correspond bien au zeitgeist actuel. On a appliqué dans la sphère sociopolitique le principe corporatif de la « responsabilité limitée ». On a permis ainsi une contestation "à la carte", prenant au menu les seules revendidations qui nous plaisent sans avoir à partager des principes, un idéal ni des valeurs pour ramer ensemble une galère en péril : il suffit de seulement de voir l’intérêt immédiat à le faire 

Ces alliances précaires sont cyniques, mais elles sont puissantes. D’autant plus efficaces qu’elles n’exigent pas d’autre loyauté que celle envers l’objectif qui a présidé à leur formation. Si on s’en lasse, on n’a même plus à trahir ; on limite simplemnet sa mise à ce qu'on choisit d'investir de soi-même et on en garde pour d'autres implications, dissociées, voire contradictoires. On est loin de LA CAUSE à laquelle on veut sacrifier sa vie... Mais la précarité de l’engagement n’est plus perçue comme défaut, mais comme une force. 

Dans une société tertiaire, la désintégration est inévitable de toute solidarité à laquelle on veut donner pour ciment une spécificité professionnelle étroite. On cherche même en vain à opposer les ouvriers qui touchent un salaire aux bourgeois qui touchent un profit, à distinguer entre ceux qui décident et ceux qui exécutent, à voir au travail intellectuel une nature profonde distincte de celle du travail manuel et on croit d'emblée - la comparaison est millénaire ! – que les membres et l’estomac ont à collaborer… 

Où la solidarité s'est elle nichée ? Elle s'est élargie, n'excluant dsormais de la communauté des producteurs que ceux qui, désignés pour entreprendre et en porter les risques, sont devenus des bourdons dans la ruche maintenant que c’est un État de copinage qui assume presque tous les risques.

Allons donc au cœur de la crise, au-dela des prétextes racoleurs, et on voit que la révolte des Gilets Jaunes est celle d’une majorité (celle de tous ceux qui PRODUISENT et sont donc utiles aux autres) contre la dominance scabreuse des profiteurs qui vivent et s’enrichissent exclusivement des intérêts sur leur CAPITAL sans qu’il en découle aucun bien pour la collectivité. Ces profiteurs n’ont plus de raison d’être, et le but ultime de l’action des Gilets Jaune est qu’il soit mis fin à celle de ces parasites.

Il ne doit exister d’autres rentiers dans une société que ceux pour qui la maladie, un accident, un handicap grave ou le grand âge justifient qu’ils accèdent à ce statut.

"Vaste programme" aurait dit le Grand Charles... et dont la réalistion pose un défi. Pour gérer le défi que posent les Gilets Jaunes, il faut donc bien comprendre que nous ne discutons pas d’une crise ponctuelle à régler et qu’il ne s’agit vraiment pas du prix du carburant. Il s’agit d’un nouveau rapport de force à établir entre gouvernés et gouvernants : une nouvelle façon de négocier née de l’extrême facilité de diffuser de l’information qu’offrent les réseaux sociaux et qui est là pour rester.

Une oeuvre pie, mais qui a des aspects pervers dont le plus troublant est que l’une des parties n’a rien à perdre. On ne peut cibler des responsables qui n’existent pas, ni fusiller les meneurs… Ceux qui contestent l’autorité dans le cadre d’une alliance d’opportunité peuvent adapter indéfiniment leurs moyens, sans renoncer jamais à leur objectif. 

C’est une situation à la Oscar Wilde, où l’on pourrait penser, que « la meilleure façon de triompher de la tentation est d’y céder  » … Quelques sous pour du mazout valent-ils une telle bagarre qui ne finira jamais ? Ça se discute, mais il ne faut pas se cacher que chaque victoire d’une alliance d’opportunité comme les Gilets Jaunesne peut que favoriser l’émergence d’autres alliances semblables et que, nourries de leurs succès, celles qui suivront deviendront sans doutes de plus en plus intraitables, de plus en plus irrésistibles. 

Reculer d’un pas devant les Gilets Jaunes, c’est s’engager dans la voie qui mènera peu à peu à une démocratie directe, sans qu’on sache vraiment au départ par quel chemin on s’y rendra. Il faut en être conscient. Est-ce bien ce qu’on veut ? Si oui, à la bonne heure. Mais sinon, au lieu de se préparer à ce supplice chinois de la mort par mille coupures de la démocratie représentative, ne serait-il pas plus sage, de trancher le nœud gordien et de consentir à ce que nous savons être la véritable réclamation implicite de tous les Français : une nouvelle répartition de la richesse qui réduira l’écart actuel scandaleux entre pauvres et riches ? Et si c'est voie quoi choisissait, comment le ferait-on ?

On le ferait enaugmentant spectaculairement la part du Travail sous toutes ses formes dans le revenu national et en réduisant d’autant celle du Capital. C’est une opération qui apparaît raisonnable quand on voit comment évolue la relation entre ses deux composantes.

Le Capital, en effet, c’est l’apport de ce qui existe déjà quand débute un processus de production de biens et services ; le Travail est l’apport de l’ajout qu’on veut introduire. Or, le Capital n’a évidemment plus aujourd’hui, dans un système où les changements s’accélèrent, l’importance relative qu’il avait naguère quand la dynamique était plus lente. L’investisseur a aussi perdu de son importance relative, maintenant que la richesse est devenue plus symbolique, plus virtuelle, et que sa création découle si ostentatoirement des décisions du pouvoir. Une redistribution de la richesse – désormais essentiellement monétaire - n’est donc pas à écarter du revers de la main. 

Il faudra, sans doute y venir tôt ou tard. Ne faudrait-il pas se pencher sérieusement sur les mécanismes qui permettraient de le faire avec un minimum de bouleversements. Comme celui-ci, par exemple ? 

https://nouvellesociete.wordpress.com/2011/08/08/la-dette-remboursons-la-bon-dieu/

Ce texte est déja long, restons en là. Mais la crise des Gilets Jaunes ne fait que commencer.

Pierre JC Allard

 



102 réactions


  • JL JL 3 décembre 2018 09:26

    Les Français sont attachés à l’égalité républicaine.

     

    Souvenez vous ces paroles de Mitterrand qui résonnent encore comme un testament : « Mes chers compatriotes ne séparez jamais l’égalité de la liberté ».

     

    Les gilets jaunes ont compris que Macron et tout ce dont il est le nom, est en train de rétablir une société de privilèges fondée sur l’argent.

     

    « La foule rampe dans la misère ; tous sont les esclaves du vice. Les crimes non commis sont déjà dans le fond des cœurs, et il ne manque à leur exécution que l’assurance de l’impunité. Étrange et funeste constitution, où les richesses accumulées facilitent toujours les moyens d’en accumuler de plus grandes et où il est impossible à celui qui n’a rien d’acquérir quelque chose, où l’homme de bien n’a nul moyen de sortir de la misère, où les plus fripons sont les plus honorés et où il faut nécessairement renoncer à la vertu pour devenir honnête homme ! » (Jean-Jacques Rousseau, préface à « Narcisse ou l’amant de lui-même », cité par Dany-Robert Dufour, « La cité perverse »)

     

     


  • Arogavox 3 décembre 2018 09:27

    D’abord : c’est quoi le travail  ?  bis repetita https://www.agoravox.fr/commentaire5368275

    Ensuite, ne pas oublier cette motivation des gilets jaunes :

     être confrontés à l’injustice, au mépris, au mensonge, à des diffamations et des provocations manipulatoires.

      

    « Ce n’est pas le goût du luxe qui est condamnable, mais le sentiment d’y avoir droit » disait Jean Rostand


  • dorian 3 décembre 2018 09:41

    Les Français veulent que l’on arrête de les écraser d’impôt , pour payer une fraction de la population située dans les banlieues qui nous fait chier , nous pourri la vie et empoisonne notre jeunesse avec leur merde de drogue . Ils veulent bouffer du cochon sans que des connards de Muzzs viennent leur faire la leçon. Ils veulent que toute l’Afrique et le moyen Orient ne viennent plus envahir notre pays. Ils veulent qu’on respecte la propriété privée. Quand à tes idées communautaristes et gauchisantes tu peut te les carrer ou je pense. Le bolchevisme on en veut pas.


    • biquet biquet 3 décembre 2018 09:44

      @dorian
      Les cons ça existe, j’en ai rencontrés.


    • dorian 3 décembre 2018 09:49

      @biquet

      Tu t’es miré dans une glace ???? Cool et je suis sur que t’as pas aimé ce que t’as vu !!!!


    • Cyril22 3 décembre 2018 19:49

      @dorian
      en fait on ne peut pas généraliser « les Français veulent ceci ou cela », il y en a qui veulent une chose et il y en a d’autres qui veulent le contraire.. il faut donc se concentrer sur le tronc commun de la contestation, c’est à dire l’opposition à la hausse des taxes, et le refus de la baisse du pouvoir d’achat due à la désindexation des revenus. Si on attend un changement radical de société, on sera au même point dans des décennies.


    • Yanleroc Yanleroc 3 décembre 2018 19:54

      @Cyril22, ben didon, t’ as pas beaucoup d’ ambition !

      Si tu crois que les 80% ne réclament que du pouvoir d’ achat, c’ est qu’ il manque le sens de l’ Histoire à ton raisonnement apparemment très sage mais trop timide sans « enchantement » !! 


    • Cyril22 3 décembre 2018 21:14

      @Yanleroc
      Sauf qu’il faut un minimum de réalisme, le rêve d’enchantement est une utopie qui mène au désenchantement. Les 80% ne veulent pas « que » du pouvoir d’achat, mais tous le veulent, et sur le reste il n’y en n’a pas deux qui soient d’accord smiley


    • Yanleroc Yanleroc 3 décembre 2018 22:47

      @Cyril22, cépafo, mais faut pas le dire smiley
      tout de suite..


  • biquet biquet 3 décembre 2018 09:48

    Prendre sa voiture pour des trajets de moins d’un kilomètre, c’est ce que font 58 % des français. Alors il faut des sous pour ça. Ces trajets là, je les fait avec mon vélo, acheté 100 euros d’occas. Mais je dois dire que j’ai déjà mis plus de 100 ans dans les pneus avec toutes les saloperies que les gens jettent depuis leur voiture.


    • Sergio Sergio 3 décembre 2018 12:11

      @biquet

      D’accord avec vous, étant à la campagne, je travaille en vélo (30 km A/R) et j’avoue que depuis un moment, j’ai mal aux genoux .... le vélotaf pour moi, durera ce qu’il pourra, après ?


    • vesjem vesjem 3 décembre 2018 17:35

      @biquet
      tu viendras rouler à vélo ces temps-ci en bretagne, lorsque vent, bourrasques et pluie continuelle « horizontale » sont notre décor quotidien ;
      tu viendras conduire tes enfants à l’école en tandem ou tricycle ;
      et tu te cogneras à vélo les 20 à 50 km matin et soir sous ces temps paisibles (de nuit de préférence) qui durent en moyenne 6 mois de l’année
      je connaissais des intégristes de tous poils, je découvre des intégristes du guidon qui enverraient à la potence tous les récalcitrants à la pédale !
      pour info, je suis un adepte du vélo de course aux beaux jours


    • biquet biquet 3 décembre 2018 17:45

      @vesjem
      Il faut relire mon commentaire, je parle des trajets de moins d’un kilomètre et pour cela c’est encore la marche à pied qui est la plus économique, sans risque de crevaison à cause des saloperies que les gens balancent quand ils sont en voiture.


    • Gasty Gasty 3 décembre 2018 19:25

      @biquet

      Mais alors ! ????? C’est quoi toutes ces voitures que l’on voit sur les périphériques ??? elles viennent d’ou toutes ces voitures ? Ils font des trajets d’un kilomètre seulement ?


    • Cyril22 3 décembre 2018 21:19

      @biquet
      c’est une extrapolation, il est abusif de laisser entendre que 58% des Français prennent systématiquement leur voiture pour tout trajet de 1km, il leur arrive de le faire s’ils sont à la bourre, ou s’il drache, ou s’il doivent ramener un gros chargement.


  • eric 3 décembre 2018 09:57

    Vous êtes économiste !? Le stock de capital fixe nécessaire par emploi créé n’a pas cessé de croître en France. La faible rémunération de ce capital après impôts taxes et transferts, est une des cause du sous emploi persistant en France.

    Le mouvement des gilets jaunes a député sur un slogan : ou est le pognon.

    57% pourcentage croissant d’un PIB croisant depuis les années 80. 2 à 3 millions d’emplois sur financement public en plus. Des salaires qui sont devenus supérieur à travail égal à ceux du secteur commercial à tous les niveaux, sauf grands patrons. Des retraites médianes doubles à travail égal, avec moins de cotisations. Des services publics, dont tous les syndicats s’accordent à reconnaître qu’ils se dégradent continuellement en quantité et qualité.

    Résultat ? Les inégalités qui diminuaient régulièrement, ont commencé à stagner à partir de 1981... et ce n’est pas un hasard. On a vu aussi apparaître ce que ces tartuffes on nommé « les nouvelles pauvreté ».

    Tous les tartuffes progressistes se ruent sur ce mouvement aux cris de, des crédits, des postes, des services publics, de nouveaux impôts. Pour eux !

    Ce n’est pas une classe, c’est un peuple. Le peuple de gauche au sens large ; les bénéficiaires nets de la dépense publique. Avant, ils demandaient pour les prolétaires, l’argent qui finissait das leurs poches. Aujourd’hui, c’est au nom de la planète. Le résultat est le même.


    • biquet biquet 3 décembre 2018 17:49

      @eric
      La faible rémunération de ce capital après impôts taxes et transferts, est une des cause du sous emploi persistant en France.
      C’est sûr qu’en Bulgarie ou Roumanie avec des salaires de 200 € par mois c’est beaucoup mieux. Mais pourquoi n’allez-vous pas y vivre ?


    • urigan 3 décembre 2018 21:29

      @biquet
      Ben oui, d’autant plus que la baguette est à 10 centimes.


    • eric 4 décembre 2018 19:42

      @biquet

      Vous, vous devez « être » à gauche. Parler de n’importe quoi sans savoir en fonction de ses préjugés, c’est trop typique :

      En 2018, le salaire minimum en Bulgarie est de 510 BGN (260 EUR). Le salaire brut mensuel moyen à Sofia est d’environ 1500 BGN (750 EUR), résultant en un salaire net (après prélèvements fiscaux et sociaux) d’environ 1.200 BGM (600 EUR)

      La vie est moins chère et il y a moins d’impôts et taxes.

      Le chômage est à 5,2 en Bulgarie et 4 quelque chose en Roumanie. En France, sous Hollande macron, on est à 9 et des brouettes.

      Moi, j’ai choisit la Russie, mais bon en ce moment il y a le boycott, etc.. ; en tendance, c’est vrai que désormais on vit mieux dans ces pays. Je vois par exemple, les urgences à l’hôpital à Moscou, on a pas des 10 à 15 heures d’attente comme parfois à Paris, les matériels sont neufs. Pour les papiers, si on attends plus de 15 minutes, on à droit au café gratos. Je n’ai jamais réussi à l’avoir.


  • Sergio Sergio 3 décembre 2018 10:16

    « .... Le Capital, en effet, c’est l’apport de ce qui existe déjà quand débute un processus de production de biens et services ; le Travail est l’apport de l’ajout qu’on veut introduire ... »

    Dit autrement, «  Le Capital, en effet, c’est l’apport de l’ajout qu’on veut introduire dans le fondement de qui on sait .... à savoir : Le Travailleur »


  • Christian 3 décembre 2018 10:26

    Tout compte fait en France vous devriez tenter le communisme....rigueur, ordre, partage, bonté, humanité etc etc. mais pas de manifs, enfin ça s’est rarement vu,


  • Taverne Taverne 3 décembre 2018 10:38

    L’argent et la dignité « en même temps ».

    Vous écrivez « On sait très bien ce qu’ils veulent : ils veulent des sous. » Vous ne les avez pas bien écoutés : ils veulent de l’argent gagné par leurs efforts et non un saupoudrage d’aides attribuées aux uns et pas aux autres après des démarches humiliantes et avec le risque encouru de voir la CAF (ou autre organisme payeur) leur réclamer un trop-perçu un an après, les mettant ainsi la tête sous l’eau.

    L’argent et la dignité « en même temps ». Distribuer une manne d’argent ne suffira pas.


    • L'enfoiré L’enfoiré 3 décembre 2018 18:10

      @Taverne

      Mon cher Paul, gagner de l’argent avec les efforts, ne rapporte plus rien
      Désolé de devoir te le dire.
      Je l’ai compris très vite dans mon métier.
      Tu es payé pour le train-train avec un contrat qui l’institue.
      Ce qui va te payer, ce sont des moments particuliers en période de crise et que tu apportes une idée géniale qui y répond... et souvent c’est un œuf de Colomb que personne n’avait pensé jusque là.
      Comme je l’écrivais ces deux semaines dernières, il y a les artisans et les artistes.
      Parfois comme ce fut le cas pour le dernier, le bénéfice de l’opération, la fortune vient à titre posthume. Les gens ne comprennent pas vite. 
      Il faut leur montrer et le démontrer....
      Je rappelais la différence dans un commentaire :
      L’artisanat est la transformation de produits ou la mise en œuvre de services grâce à un savoir-faire particulier et hors contexte industriel  : l’artisan assure en général tous les stades de sa transformation, de réparation ou de prestation de services, et leur commercialisation", dit Wikipedia.
      "Un artiste est un individu faisant (une) œuvre, cultivant ou maîtrisant un art, un savoir, une technique, et dont on remarque entre autres la créativité, la poésie, l’originalité de sa production, de ses actes, de ses gestes. Ses œuvres sont source d’émotions, de sentiments, de réflexion, de spiritualité ou de transcendances", dit Wikipedia.


    • Xenozoid 3 décembre 2018 18:12

      @L’enfoiré

      transcendence,,,ils sont fous


  • Spartacus Spartacus 3 décembre 2018 11:07

    Tout faux !

    Les gilets jaunes ils veulent savoir. « ou va le pognon »...Vous avez pas vu la vidéo ?

    Il veulent vivre de leur travail, et justement pas de la redistribution.

    Ils veulent en avoir pour leur argent. 

    Il veulent savoir pourquoi toi l’auteur bouffeur de gamelle de l’état, on calcule mieux ta retraite sur les 6 derniers mois et eux sur la moyenne de 25 années...

    Le genre de truc ou tu n’écrira aucun article sur ce concept de l’iniquité qui t’arrange bien.

    Les gauchistes essayent de croire que c’est une demande de redistribution avec leurs solutions simplistes en répondant à coté "c’est la faute au capitalisme, les riches et moults niaiseries..

    Si telle était une demande de redistribution ou de racisme anti-riche, les gilets jaunes aurait été voir les gauchistes.

    Ils faut dire que les passagers clandestins des redistributions sont surtout les castes ou on retrouve les gauchistes et écolos. C’est bien là le paradoxe

    L’argent sert a acheter des castes identitaires, et à ce jeu là, ceux qui votent à gauche et écolos sont les dans la balance des bénéficiaires net net et le passif est toujours sur les mêmes....

    Les fonctionnaires, les subventionnés, les régimes spéciaux, les écolos, l’assistanat...Versus salariés du privé, petits patrons, artisans, employés précaires, obligés de se véhiculer, obligé de se priver d’électricité pour acheter un steak

    Le pays le plus taxé d’Europe, pour le social et le social il va mieux ou pire que dans les endroits ou c’est moins taxé ? Non

    Le pays le plus taxé pour les services publics, et le train ou le métro c’est mieux qu’ailleur ou c’est pas subventionné ? Non

    Le pays avec l’éducation nationale 3eme employeur d’Europe, les enfants sont mieux instruits qu’en Allemagne ou Angleterre ? Non.


    • eric 3 décembre 2018 14:56

      @Spartacus

      Pas mieux. Il faut remettre le « peuple de gauche » au travail. Qu’il nous racket à la limite, mais que nous en ayons pour notre argent.

      Réforme de L’État et de la dépense publique


    • L'enfoiré L’enfoiré 3 décembre 2018 15:57

      @Spartacus,

       En plus, à l’école, on apprend à gagner de l’argent mais pas comment le conserver et comment l’investir.
       Cela s’apprend en comprenant comment vont les choses dans ce domaine.
       La Bourse, investir, spéculer c’est laid, et puisque c’est risqué, c’est interdit et c’est antisocial, c’est mal puique anti-religieux.
       Je me souviens d’un de vos billets (enfin je pense que c’est vous) qui parlait des bitcoins... Si vous les avez conserver, j’ai l’impression que vous vous mordez les doigts actuellement. Le risque et les assurances se compensent l’une l’autre.
       Un guépard a bien compris qu’il était faible malgré sa course rapide, alors il a changé de stratégie et fait exactement ce que rapporte le bouquin récent de Emile Servan-Screiber « Super collectif » en utilisant les qualifications d’endurance ou de vitesse des autres.
       


    • Ruut Ruut 3 décembre 2018 15:58

      @Spartacus
      Oui, Spartacus, « ou va le pognon »....

      Il veulent vivre de leur travail, et justement pas de la redistribution.

      Ils veulent en avoir pour leur argent.


      Je partage votre avis a 100 % sur ce coup.


    • Spartacus Spartacus 3 décembre 2018 16:43

      Bonjour l’enfouaré

      J’ai payé avec les frais de portefeuille inclus 175€ le Bitcoin complet en octobre 2013.

      J’en ai acheté un pour moi et acheté un a chacun de mes enfants pour Noel. Je n’ai pas risqué la fortune familiale...  smiley
      Le but était juste de familiariser à un portefeuille en Monnaie libre mes enfants.

      Aujourd’hui ma fille a vendu le sien début 2018 à environ 10 000€ son Bitcoin pour l’aider a acheter son logement perso.

      Cette année je viens d’acheter des Ethers (Ethereum) pour Noel à mes enfants comme en 2013, c’est pas cher et en cas de perte ne me mettra en faillite.

      Si je perds, j’aurai des moqueries. Si je gagne, je serait un salopard de profiteur.


    • L'enfoiré L’enfoiré 3 décembre 2018 17:03

      @Spartacus,

       Donc mon souvenir était bon.
       Oui, je connais la procédure et la stratégie à connaître.
       Mon premier logiciel que j’ai créé à l’époque fut un programme de Bourse.
       Donc, apprendre ce en quoi il est question avec une foule de livres.
       C’était une époque pendant laquelle le net n’était pas encore disponible pour importer les cours de quelques actions bien choisies.
       Le PE, les tendances, les moyennes, les graphiques XO, tout cela faisait partie de mon logiciel.
       Un petit billet expliquait cela avec des mots choisis et un titre « Spéculons en paix »
      mais pas jusqu’au moment où il devenait « Spéculte ». smiley
       


    • biquet biquet 3 décembre 2018 17:53

      @Spartacus
      « Ils veulent vivre de leur travail, et justement pas de la redistribution. »
      Le premier c’est que tous n’ont pas de travail. Si tout le monde avait un travail bien rémunéré, on ne serais pas obligé d’avoir à autant redistribuer.


    • L'enfoiré L’enfoiré 3 décembre 2018 18:16

      @biquet
      Le plein emploi... j’adore.
      Mais c’est une vieille idée qui date d’avant 1980.
      Mitterrand a essayé de la poursuivre. Très vite, il a compris qu’il ne pouvait assumer.
      Aujourd’hui, il faut faire preuve d’opportunisme, de chance et d’être « the right man et the right place and just in time ».


    • Gasty Gasty 3 décembre 2018 19:32

      @ Spartacus

      Et ou est votre travail spartacus ??? Je ne vois pas....


    • Cyril22 3 décembre 2018 21:24

      @Spartacus
      « ils veulent vivre de leur travail », et le bon exemple familial que vous donnez est la spéculation sur des monnaies virtuelles : bravo pour la cohérence !


    • Spartacus Spartacus 3 décembre 2018 23:01

      @Cyril22
      Spéculer vient du latin « spéculare » qui veut dire « anticiper ».

      Tu spécules que la femme avec laquelle tu vis est la personne qui te rendra heureux.
      Tu spécules que le job que tu viens d’avoir te permettra de t’émanciper.
      Tu spécule que ton fils sera ingénieur ou médecin.
      Tu spécule que tu sera moins emmerdé avec un modèle plus cher qu’avec un premier prix...

      Tout le monde spécule et ne le sait pas. Toi le premier sans le savoir, a chaque choix que tu fais chaque jour...

      Et vous connaissez une monnaie qui n’est pas « virtuelle » ?
      C’est de la monnaie privée, tout aussi virtuelle qu’une étatique.


    • Balkanicus 3 décembre 2018 23:42

      @Spartacus

      Si je speculum dans la femme du voisin, ca fait quoi ?


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 4 décembre 2018 02:55

      @Spartacus

      Vous n’avez pas lu mon texte. Ou vous n’y avez rien compris. Ou vous êtes d’une totale mauvaise foi. Je dis clairement que ce n’est pas en DONNANT du fric qu’on doit redistribuer la richesse, mais en rémunérant mieux le travail. En fait, si vous alliez lire les articles que j’ai publiés sur ce site seulement depuis une décennie, vous en trouveriez plus qu’il ne serait raisonnable d’en citer ici dans lesquels je dénonce tout transfer vers une personne adulte et en bonne santé qui ne corresponde pas à une contrepartie travail. Je dénonce même l’idée aujourd’hui a la mode d’un revenu garanti à tous sans cette contrepartie. 

      PJCA


    • Spartacus Spartacus 4 décembre 2018 10:23

      @Pierre JC Allard

      Je pense que c’est vous qui n’avez rien compris.
      Ce n’est pas une révolte sociale, mais fiscale. Anti-taxes.

      Nous sommes en face d’une rupture, qui ne correspond pas a votre intellect habituel de gauche ou c’est « jamais assez » et vos coupables habituels, « les riches, le capitalisme et moults niaiseries ».

      Le coupable, c’est l’état. La question est « ou va le pognon ? »....C’est absolument pas « on veut des sous ». Vous avez tout faux.
      Et l’état, c’est la principale mangeoire des étatistes et gauchistes et vous êtes mal à l’aise. Parce que votre caste est la première à se servir. C’est votre caste qui est la bénéficiaire net net des taxes. Votre texte est un détournement d’un point de vue gauchiste qui voudrait pas qu’on pose la question « ou va le pognon ».

      Vous avez tors. Le travail est en France très très bien rémunéré, mais il est surtaxé et surimposé.
      Dans aucun pays qui nous entoure on prélève la moitié du salaire complet.
      J’ai embauché en Angleterre, la feuille de paye c’est que 3 lignes et les charges sociales c’est 3 fois moins. Mes salariés a emploi égal avaient plus net dans la poche en Angleterre qu’en France pour la même dépense de salaire.

      J’ai une logistique indirecte en Allemagne. J’ai du personnel dédié. Les charges sociales sont bien inférieures aux salariés Français. Et les gens sont soignés, y’a une retraite, y’a des routes (sans péages), y’a une école (efficace), y’a une police et les salariés compétents peuvent me faire du chantage à l’augmentation de salaire car y’a du job partout... (1,5% de chômage en Bavière)

      Je vous ai posé une question « pourquoi toi l’auteur bouffeur de gamelle de l’état, on calcule mieux ta retraite sur les 6 derniers mois et eux sur la moyenne de 25 années... »

      Vous avez beau être en majorité, vous savez tous que cette question d’iniquité en droit vous emmerde. 

      Vous savez pertinemment « ou va le pognon », une grande partie va dans la poche des obligés de l’état. Votre poche. Vous voudriez que ce soit « social » mais non c’est « fiscal ». Voila pourquoi les gauchistes ne sont pas des gilets jaunes. Eux sont les favorisés des taxes. Les taxophiles.



    • Gasty Gasty 4 décembre 2018 15:31

      @Spartacus

      « Ce n’est pas une révolte sociale, mais fiscale. Anti-taxes. »
      Vous n’avez donc rien compris........Bah, à quoi bon !


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 4 décembre 2018 17:50

      @Spartacus

      Personne n’aime payer des taxes. La fiscalité actuelle est injuste et est une aberration. Personne ne le conteste. Ce que la France jaune essaye de vous dire, c’est que le problème ne se limite pas à ça. 78% de la population a compris que la question fiscale est un EFFET, pas une CAUSE. Comme la fiévre ne crée sas le paludisme, mais en découle. Vite de la glace, mais prenez de la quinine et exterminez les anophéles. Je vous laisse développer l’analogie...

      PJCA


    • Spartacus Spartacus 5 décembre 2018 08:43

      @Pierre JC Allard

      « Vite de la glace, mais prenez de la quinine et exterminez les anophéles. Je vous laisse développer l’analogie  »...

      Il est plus simple de carricaturer celui qui pose une question claire que de répondre à la question.

      C’est le concept de l’hypocrite acculé devant ses contradictions.

      Je vous ai posé une question « pourquoi toi l’auteur bouffeur de gamelle de l’état, on calcule mieux ta retraite sur les 6 derniers mois et eux sur la moyenne de 25 années... »

      On aurait aimé une réponse, mais assumer l’indécence corporatiste est compliqué...


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 décembre 2018 01:25

      @Spartacus

      Je ne sais pas qui est l’auteur « bouffeur de gamelle de l »État" et je m’en tape totalement. Je ne dis pas que les causes que vous voulez identifier comme des causes de la crise actuelle n’en sont pas, je dis qu’elles ne sont certainement pas les seules et qu’en voulant nier l’impact de toute autre cause  dont les plus evidentes et les plus fondamentales - vous dites une bêtise. Je ne vais pas reprendre tout l’argumentaire. Je vous passe aux profits et pertes de la discusssion et m’en remets au bon jugement de chaque lecteur de bonne foi

      PJCA


  • Emohtaryp Emohtaryp 3 décembre 2018 11:42

    Ils veulent quoi, les Gilets Jaunes ?

    Chasser manu militari cette engeance de parasites et d’imposteurs, nonobstant le fait d’avoir à répondre devant la justice du pays de leurs escroqueries patentes....


  • zygzornifle zygzornifle 3 décembre 2018 12:15
    Ils veulent quoi, les Gilets Jaunes ? 

    Comme les Romains du pain et des jeux , bon les jeux ils les ont sur les champs Zé maintenant a Macron de fournir le pain et pas les pains distribués par les CRS ....


  • OuRo 3 décembre 2018 13:57

    Les GJ veulent des sous mais je pense surtout qu’ils en ont marre des TRAÎTRES au pouvoir.

    Sarkozy en 2006 : si je suis élu président, en deux ans, il n’y a plus une seule personne obligée de dormir sur le trottoir

    Hollande en 2012 : mon ennemi c’est la finance

    Macron en 2017 : je suis ni de droite ni de gauche, j’ai écris un livre qui s’appelle révolution, l’ancien monde est terminé avec moi.

    LREM en 2018 : nous voulons transférer la souveraineté de la France à L’UE.

    Pourquoi 30 000 lobbyistes sont-ils installés à Bruxelles ?

    Qu’est-ce que la « mondialisation heureuse » ?

    Que signifie « les perdants de la mondialisation » ?

    Et si le but ultime de la mondialisation était de faire 1% de gagnants ?

    Fiction ?

    (Que faire des 99% de perdants ?)

    LES peuples se réveillent. En Italie, en Allemagne, en France.

    Et surtout, aux USA.

    Surveillez attentivement « le complotiste » Donald Trump. Pourquoi cet homme a-t-il accusé les médias américains de fake news depuis les premiers jours de sa campagne ?

    Les corrompus à l’échelle mondiale s’apprête à payer.

    https://sputniknews.com/analysis/201812031070339453-clinton-foundation-whistleblowers/

    Macron a-t-il compris que Trump, Poutine, Xi et MBS étaient en train de s’allier ?

    Contre qui/quoi ?

    Le nouvel ordre mondial tel que l’imaginaient Bush Sr, Sarkozy, Attali, Macron et consorts n’aura pas lieu.

    La troisième guerre mondiale se déroule sous vos yeux :

    https://www.aol.com/article/news/2018/06/10/george-soros-trump-is-willing-to-destroy-the-world/23455567/

    Rien ne peut stopper ce qui arrive.


  • L'enfoiré L’enfoiré 3 décembre 2018 15:32

    Bonjour Pierre,

    "Les Français veulent des sous. Ils veulent qu’on cesse de se moquer d’eux

    "

    Et comment on crée beaucoup de sous, ils ne se posent pas la question.

    Ils pensent gagner à la loterie ou en dessous du sabot d’un cheval. smiley

    Parfois, il y en a même qui pensent d’office réussir dans la vie après des études longues et couteuses.

    Ce n’est pas l’homme qui prend la mer, c’est la mer qui prend l’homme.

    On vient d’annoncer la mort d’Albert Frère, à l’âge des 92 ans, l’homme qui valait 5,8 milliards, sans diplômes.

    Le ferrailleur devenu redoutable homme d’affaires

    Né le 4 février 1926 à Fontaine-l’Evêque, Albert Frère a construit GBL à partir de rien, ou presque. Quelques clous. Son père était en effet un vendeur de clous dans la région de Charleroi.

    Et c’est en développant ce sens du commerce que tout a commencé. Albert Frère développe ses activités dans la sidérurgie, et le petit ferrailleur se transforme vite en redoutable homme d’affaires. Alors qu’il a la main-mise sur la sidérurgie du Hainaut, il s’offre le liégeois Cockerill pour créer Cockerill-Sambre… avant de revendre l’ensemble de son parc industriel à l’Etat belge. C’est avec les fonds récoltés lors de cette opération qu’il entrera dans le capital du Groupe Bruxelles Lambert en 1982.

    Et oui, il faut des idées conceptuelles et pas dans l’expertise comme les écoles apprennent actuellement mais au niveau généraliste.

    Quand on voit les erreurs de l’écolage dans le secondaire avec le bourrage de crâne qui ne prépare absolument pas au niveau universitaire, on a une étendue de l’erreur de concept.

    Une tête bien pleine aujourd’hui aura toujours un recul par rapport aux ordinateurs qui ont un big data.

    L’intelligence, voilà, ce qui est aujourd’hui, ce qui est le plus prisé.

    Les études universitaires apprennent à raisonner pour créer des têtes bien faites.

    Un autodidacte aura autant de chance s’il a quelque chose dans le tibia....


    • L'enfoiré L’enfoiré 3 décembre 2018 16:03

      Je répète encore une fois.
      Ce qui mène le monde, c’est le pouvoir, l’argent et le sexe.
      Oui, le sexe... c’est bizarre.
      Le sexe parce qu’il y en a qui tombent à cause de cela parce que leur cerveau ils le portent entre les jambes.
      Je ne vais pas réciter les noms ils sont suffisamment connus. smiley


  • Ruut Ruut 3 décembre 2018 15:52

    Je serait plus subtil, les Gillets Jaunes veulent pouvoir vivre décemment de leur travail sans aides.

    Ce qui compte ce n’est pas le salaire, c’est ce qu’il reste une fois les frais fixes et taxes déduites.


    • L'enfoiré L’enfoiré 3 décembre 2018 16:08

      @Ruut,

       Bien sûr mon cher Ruut.
       Ils veulent, ils veulent et ils veulent.
       Vous savez quelle est le dernière pub actuelle chez nous :
       « Chez nous, on vous rembourse la TVA ».
       C’est magique, non ? smiley


    • Xenozoid 3 décembre 2018 16:11

      @L’enfoiré
      ici c’est le mirroir de dentist ,gratuit si vous êtes seule faut un autre mirroir


    • L'enfoiré L’enfoiré 3 décembre 2018 16:17

      @Xenozoid,

       La pub et la propagande font des miracles...
       Internet a été le produit miracle. Tout était gratuit...
       Tu peux écrire tout ce que tu veux, mais en principe, ce que tu aimes, comme ça on pourra éviter les chers tout-de-boîte et remplacer par une pub ciblée, bien plus rentable.
       C’est du win-win, du donnant-donnant en français


    • Yaurrick Yaurrick 3 décembre 2018 20:37

      @Ruut
      Commençons par donner à chaque salarié son salaire complet (net+charges salariales & patronales), laissez les faire les différents chèques et vous verrez où il faut dégraisser le plus rapidement.


    • Ruut Ruut 3 décembre 2018 22:26

      @Yaurrick
      Oui excellente idée et recevons mensuellement la répartition des impots perçus avec la possibilité en ligne de changer la répartition en % des impots payés par nous.
      Je suis sur que les hôpitaux, les pompiers, la police et la justice ne seraient plus a cours de crédits comme maintenant, même l’armée serait mieux équipée.


    • Gasty Gasty 4 décembre 2018 15:37

      @Ruut
      Et des vieux qui sentent mauvais y’en auraient plus.


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 3 décembre 2018 16:22

    «  »Ils veulent quoi, les Gilets Jaunes ? Comme si on ne le savait pas … ! On sait très bien ce qu’ils veulent : ils veulent des sous. Les Français veulent des sous.«  »

    Je pense qu’ils veulent plus et mieux que ça !

    Les Français veulent que les richesses nationales soient bénéfiques pour la nation française, ainsi il veulent que l’argent des français ne doit plus aller gonfler les comptes de milliardaires des multinationales de nulle part !

    Hier encore vous avez vu l’effondrement des battisses de Marseille ... Sont-elles différentes de celles des autres villes ? Non !

    C’est la France qui s’effondre parce qu’elle a toujours voulu se projeter sur le monde comme une image et non pas comme une réalité nationale !

    La France a oublié son histoire, elle a du mépris pour ceux qui lui disent la vérité...

    Ceux qui ont refuser de publier mes écrits depuis 2001 à ce jour, comprennent ce qu’il doivent comprendre.


    C’est lorsque la revendication n’est pas claire pour tous que la vérité est plus perceptible !

    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-contre-revolution-les-sans-210140


    • L'enfoiré L’enfoiré 3 décembre 2018 16:55

      @Mohammed MADJOUR,

       Cher Mohammed, ce que vous dites-là, c’est un conte de fée Walt Disney.
       A moins que la nation vous la limitez à la famille ou alors que vous suivez vraiment les discours de l’extrême-droite.
       Marine a invité Bannon...
       Je suppose que vous savez qui c’est.

       Aujourd’hui, la plupart des préoccupations des jeunes qui travaillent encore, c’est comment associé la vie privée (enfants, amis, plaisirs, vacances...) à la vie professionnelle.
       Le burnout nait de cette stratégie de partage.
       smiley


  • HELIOS HELIOS 3 décembre 2018 16:24

    ... j’arrive bien tard sur votre fil, décalage horaire oblige.

    Merci pour ce long article et, excusez mon outrecuidance, que j’aurai pu volontier ecrire à quelques nuance prés.

     Vous l’avez fait bien mieux que moi, merci encore.

    Le bon sens de tous ceux qui ne sont pas de mauvaise foi a déjà largement compris quelles sont les mesures a prendre, point n’est necessaire de l’expliquer une nouvelle fois... laisser 18% de la richesse a la valeur du travail est une honte, d’autant plus que les institutions « bancaires » ont rendu l’argent sans valeur quelquefois prêté a taux négatifs.

    Mais ces évènements techniques ne doivent pas cacher la faillite de la représentation politique qui est, a mon sens tres fortement dévalorisé par la goujaterie et le mepris de ceux qui soit disant representent les citoyens.

    Il n’y aura pas de solution a long terme si on ne reprend pas un peu de dignité dans le fonctionnement politique.

    Et, la sortie de crise actuelle ne peut que passer, outre un retour significatif sur les mesures iniques recentes et futures (carburant ?)  par un retour aux fondamentaux :

     ajustement des prérogative des partis dans les assemblées

     choix proportionnel ou scoring et/ou mix des deux avec quorum

     retour a la responsabilité individuelle de chaque elu (pas de délégation de décision possible), en fait c’est pas de vote godillot.

     vote révocatoire organisé ou/et re-election de mi-mandat

     referndum obligatoire selon certains themes et référendum d’initiative citoyenne

     limitation drastique de l’action de l’administration

     meilleure reactivité legislative avec publication du decret d’application obligatiore dans le mois suivant le vote...

    Il y a beaucoup de travail a faire a l’assemblée et au senat pour que la France redevienne une democratie. A partir de la, nous ne devrions plus voir de révolte populaire puisque chacun d’entre nous a travers nos representants pourrons accepter les dcisions d’un gouvernement respectueux.

    En tout cas, merci pour votre billet.


  • Xenozoid 3 décembre 2018 16:25

    non jé sais je constate.je suis tres sélectif en fait comme toi,et je met la sélection des autres dans un « a voire »que je regarde toujours, un jours ou l’autre,je ne sait pas si c’est rentable,ça se conserve mal en générale, mais pas tout le temps certaint viellissent mieux que d’autres ,certains ne prennent pas de rides,d’autre donnent et recoivent


  • Le421 Le421 3 décembre 2018 17:48

    J’ai lu votre première phrase et je me suis dit que c’était un excellent résumé...

    Merci.


    • L'enfoiré L’enfoiré 3 décembre 2018 18:20

      @Le421
       Pierre est Avocat, économiste. Auteur de quelques bouquins
       Il devrait peut-être raconter les affaires qu’il a dû défendre au Québec....
       Je suis sûr qu’on verrait encore mieux de quoi il s’agit quand on parle d’économie


    • Xenozoid 3 décembre 2018 18:22

      @L’enfoiré

      oh la la, rêglement de comptes sans sex... lol


    • L'enfoiré L’enfoiré 3 décembre 2018 18:24

      Une vidéo un peu longue, mais qui peut être intéressant smiley


    • Xenozoid 3 décembre 2018 18:26

      @L’enfoiré

      c’est difficile a prouver,sauf si vous êtes habitué au sex


    • Xenozoid 3 décembre 2018 18:29

      @L’enfoiré

      ou exhibitionist


    • L'enfoiré L’enfoiré 3 décembre 2018 18:29

      @Xenozoid

      Oui, c’est un remake de « Fusillade d’O.K. Corral »... 
      On ne peut pas faire du sexe avec un flingue à la main.... on est très prude dans ce pays... smiley
       


    • Xenozoid 3 décembre 2018 18:30

      @L’enfoiré

      ça c’est sure


    • Xenozoid 3 décembre 2018 18:32

      @L’enfoiré

      trop de co2 ?


    • Ouam Ouam 3 décembre 2018 20:58

      @L’enfoiré
      « Une vidéo un peu longue, mais qui peut être intéressant  »

      Je tenais à te remercier pour cette video...
      Je bugguais sur la position géostratégique incompréhensible pour n’importe quel stratège qui à un peu de bon sens moyen sur l’analyse concernant le cas « macron ».

      La clef est a 10:43

      Bref merci pour ceci

      Et a 11:33 Laurent Alexandre se fout dedans....
      En tout cas pour le cas macron qu’il à prédédemment pris en illustration.

      Macron est le cas typique d’asperger (plus loin) ou une de ses variantes,
      il à des trous, ce qui provoque sa réaction irrationnelle de ce jour.

      Cqfd ?


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 4 décembre 2018 03:28

      @Le421

      Ne pourrait-on pas en dire autant d’à peu près tout ce qui s’est écrit, à commencer par la Genèse smiley

      PJCA


    • L'enfoiré L’enfoiré 4 décembre 2018 09:12

      @Ouam

      Avec plaisir... smiley
      Hier, j’ai vu un film sur notre télé (et cela arrivera ensuite sur la française) très bien interprété sur le sujet « Mr Wolff » de Gavinb 0’Connor


    • L'enfoiré L’enfoiré 4 décembre 2018 09:58

      @Pierre JC Allard

      @ 18:20, je vous citais pour que vous exprimiez votre expérience d’avocat économique.
      J’ai été étonné que vous n’aviez pas relevé le défit de raconter les affaires que vous avez eu à gérer dans le passé entre le lien travail et rétribution de celui-ci.


    • L'enfoiré L’enfoiré 4 décembre 2018 10:00

      « à peu près tout ce qui s’est écrit, à commencer par la Genèse  »
      Pas nécessaire de retourner à la Génèse pour cela smiley


    • L'enfoiré L’enfoiré 4 décembre 2018 11:17

      Pierre,

      "Qu’on comprenne que les Gilets Jaunes ne sont pas un incident de parcours, mais le signe que l’évolution inexorable de la production vers le secteur tertiaire a atteint le point où elle exige qu’on en tire les conséquences. "

      Je reprends cette phrase de votre article. Mais je change les mots « les Gilets Jaunes » par les mots « le climat », et vous aurez une autre cause.
      Je ne suis pas gillets-jaunes-sceptique, mais je suis encore moins climatosceptique.
      Et on exige aussi qu’on en tire des conséquences.
      Je ne suis pas nihiliste, iconoclaste ou autre mot du même acabit, mais il y a des priorités.
      Je l’ai dit ailleurs que le diesel était un prétexte à cette crise et que le pouvoir d’achat est en baisse pour les plus bas salaires, plus que pour les hauts salaires.
      Cela pendant que les taxes, elles ont augmenté pour payer parfois un prestige qui n’a plus beaucoup de raison d’être aujourd’hui quand la maison brûle.
      N’oublions pas que même si la courbe de classe moyenne s’est affaissée sur ses bases, elle reste encore la meilleure chance pour l’humanité.
      Alors, quand on voit ce qui se passe de ce côté avec des voyages en avion de courtes durées, parce que le low cost le permet, il y a des changements à espérer.
      Les ponts, les weekends pour aller à des milliers de kms par ce moyen de transport ne tient pas la route.
      Même pas le temps de se ressourcer.
      C’est cela que le low cost a permis et la plupart des gens s’en foutent complètement du comment les prix ont été fixés si ce n’est lors des dernières grèves dans le domaine de l’aviation.
      Dans un prix, il y a la part positive et la part négative.
      Je suppose qu’il y a moyen de rectifier ce billet dans ce sens.
      La chanson de , « mon pays ce n’est pas un pays, c’est l’hiver » pourrait aussi être une vieille histoire.
      Bonne journée au Québec..


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 4 décembre 2018 17:56

      @L’enfoiré

      « J’ai été étonné que vous n’aviez pas relevé le défit de raconter les affaires que vous avez eu à gérer dans le passé  »

      Le droit n’interesse vraiment que ceux qui en tirent un profit ou en sont les victimes. Vous voulez saboter mon article en le noyant dans l"ennui ? smiley

      PJCA
      .


  • eric 3 décembre 2018 20:17

    Macron a promis des primes aux forces de l’ordre....Quand l’Empereur arrose les prétoriens, en général, ce n’est pas bon signe...

    Castaner parle d’Ultra, mais ne dit plus d’où ils viennent..

    Les proches de Macron annoncent qu’il va « céder à l’irrationnel ». En d’autre terme, il va lâcher sur la taxe, mais en traitant les gilets jaunes de cinglés..

    Cela devrait apaiser....


  • soi même 3 décembre 2018 20:55

    Ils veulent quoi, les Gilets Jaunes ? La DIGNITÉ.


  • Cyril22 3 décembre 2018 21:30

    Le pourrissement de la situation, c’est comme la gangrène, si tu ne cèdes pas un petit doigt à temps, il faudra céder la main, puis le bras. Faute de ne pas avoir accepté à temps de renoncer à la hausse de la taxe sur les carburants, le gouvernement y cédera, mais cela ne suffira plus à éteindre le mouvement, il devra à terme lâcher davantage.


    • Yanleroc Yanleroc 3 décembre 2018 21:49

      @Cyril22, il doit TOUT lâcher !


    • Cyril22 4 décembre 2018 14:36

      @Yanleroc
      Demander « tout », c’est une pétition de principe, mais dans toute situation il y a le souhaitable et il y a le possible, on n’aura jamais du soleil même la nuit et des ducats qui pleuvront du ciel. Déjà le retour à l’indexation des revenus sur l’inflation serait un grand pas en avant tangible et concret.


  • izarn izarn 3 décembre 2018 23:53

    "Le Capital, en effet, c’est l’apport de ce qui existe déjà quand débute un processus de production de biens et services ; le Travail est l’apport de l’ajout qu’on veut introduire.

    « 

    C’est du jorionisme ?

    Non le capital c’est la propriété, comme le seigneur possédait la terre. Le Capital n’est rien autre que propriété et pouvoir. La »richesse" cad la production de biens, ne vient que du travail.

    Le capital c’est la thésaurisation, c’est à dire l’immobilisation de la circulation de la monnaie dans des échanges. Ce qui réduit l’activité et entraine la paupérisation des peuples. Augmente le pouvoir du propriétaire des biens de production.

    Et donc que le capital daigne réintroduire la monnaie et tant qu’investissement contre rente (intérets, plus value, etc...) due, et qu’on doive lui cirer les pompes comme à tout seigneur, là est la réalité ! De fait le capital est essentiellement prédateur, souvent parasite.

    Marx n’a pas inventé la lutte des classes comme idéologie de combat contre le capital, non il l’a simplement observée...

    Alors certains peuvent dire que ça n’existe pas, car en tant que cons, sur orbite, ils n’arrêtent pas de tourner.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 4 décembre 2018 03:40

      @izarn

      « Le Capital n’est rien autre que propriété et pouvoir. La »richesse » cad la production de biens, ne vient que du travail.« 

      Nous sommes bien d’accord. Mais cà ne contredit en rien mon assertion. La terre doit etre là pour que vous la cultiviez. Vous dites qu’elle est capital » quand vous vous le faites, mais elle existait avant que vous ne vous l’appropriez, n’est-ce pas ?


  • Attilax Attilax 4 décembre 2018 00:17

    Super texte.

    J’y ajouterais que changer notre notion de monnaie dette me paraît également indispensable pour changer de société en profondeur.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 4 décembre 2018 03:46

      @Attilax

      « J’y ajouterais que changer notre notion de ’monnaie dette’ me paraît également indispensable pour changer de société en profondeur. » 

      Oui, tout a fait. Mais on ne peut tout dire et en dire trop dans un article mène à 
      ce qu’il ne soit pas lu. Merci d’en avoir dit un peu plus.

      PJCA


  • seken 4 décembre 2018 03:05

    On veux du pognon, on veux du pognon !

    Oui mais celui la,

    On veux la propriété, on veux un peu d’capital pour étre un peu rentier, au moins réver d’étre propriétaire et rentier nos vieux jours, si notre travail, notre activé est apprécié par les autres, qu’ils acceptes de nous payer pour cela, de nous accorder des services, pour nos services.

    Et l’autre la,

    On veux « une garantie de pouvoir travailler a la demande », c’est a dire une foutue bourse du travail ou tout le monde peut répondre a toute les offres, on veux la fin des trust, des corporation, la fin de l’esclavage payé 1/80 de la part équitable.

    Et l’autre la,

    On veux vivre de notre salaire, on ne veux pas toucher des allocations pour payé des taxes et n’être qu’un putain de tuyau qui fait fuir l’argent public dans les poches des propriétaires qui touches les loyer, des assurances obligatoires, des putains de taxes sur le carburants des TVA de la contribution a la dette a l’évasion fiscale !

    Mais dans l’ensemble oui, une bonne giclée de pognon genre le smic a 1700€, ca pourrais les calmer tout les trois.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 4 décembre 2018 03:55

      @seken

      ... « une bonne giclée de pognon genre le smic a 1700€, ca pourrais les calmer tout les trois. »

      Mais attention de ne pas déséqulibrer le rapport technique entre les emplois. Si on double le smic, il est judicieux que TOUS les salaires doublent et il faut s’attendre à ce que tous les revenus du travail sous reserves de quelques ajustements nécessaires qui feront plutot consensus  augmenteront rapidement dans la même proportion.

      PJCA
      .


    • seken 4 décembre 2018 12:13

      Non mec, il faut que les petit salaire triple ou quintupent, en gros qu’on se rapproche petit a petit d’un tiers ou d’un quart de la part équitable (25K, 30k)

      Tandis qu’il faut diviser par dix mile, par cent mille, par un pillons, un certain nombre de grands revenus, pour qui se rapproche du double, du triple, de la part équitable ( 160K 240K)

      La on pourrais parler de rapport technique entre les emploi, un non qualifié 1/2, un qualifié 1, un sur qualifié 2. Personne n’est indispensable, irremplaçable, non compensable.


    • Cyril22 7 décembre 2018 12:21

      @Pierre JC Allard
      en effet, à force d’avoir augmenté le SMIC plus que la moyenne des salaires depuis des décennies, il a rattrapé et englobé des salaires autrefois légèrement supérieurs, il devient un standard puisque 30% des salariés le touchent. Il est relativement proche du salaire médian, donc les couts des prestations de base deviennent trop couteuses pour le pouvoir d’achat moyen, et des emplois disparaissent. Il faudrait quelques chose comme « l’échelle mobile des salaires », augmenter par exemple de 100 euros tous les salaires, donc dégressif en pourcentage, mais préservant une certaine hiérarchie. Ceci dit, une augmentation générale a toujours un effet inflationniste, il faudrait alors indexer aussi les retraites, les prix agricoles, etc.


  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 4 décembre 2018 05:25

    @ seken

    En reponse a votre commentaire qui fait allusion au TRAVAIL, directement sur mon maill, cet extrait de la section 2 du chapitre 1 de mon livre « La crise de l’abondance »

    « Homo Faber a des désirs à satisfaire. Quand ses désirs sont impérieux, il les appelle besoins. Désirs ou besoins, il doit pour les satisfaire se servir de ce qu’il est pour transformer ce qu’il a en ce qu’il veut. C’est ce qui lui permettra d’obtenir une maîtrise d’abord modeste, mais qui peut être croissante, sur la nature et donc sur sa vie. Il doit consentir l’effort de transformer les choses et les circonstances. Il doit TRAVAILLER à se rendre les choses utiles et les circonstances favorables, ce qui est le sens du mot production. Le produit EST la richesse et seul le travail crée cette richesse. »

    PJCA


    • seken 4 décembre 2018 12:35

      @Pierre JC Allard

      Et re non, désolé.

      Je distingue le plus souvent le vivrier automatique, l’industrie automatique, des autres marché modernes. Par ce qu’il couvrent justement « tout les besoins, mais aucun désir ».

      Il n’y a pas de crise de l’abondance, il y a une crise existentielle des identités-métiers par ce que que 98% des taches on déja disparu techniquement et son maintenues pour des raisons traditionnelles, culturelles, politiques.

      La maitrise n’est pas modeste mon pote, quant tu nais elle est infine, et au fil de ta vie tu la perte en acceptant des contrat, des engagement, en prétant des serments, en faisant des promesses.

      Décroche de ta production de tes outils de production. De minuscules castes techniques peuvent produire des voitures des avions des bateaux et des machines a laver pour des dizaines et des dizaines de planétes.

      Il n’y a que a quête de la vérité, la matière inorganique et le changement de sa forme valent encore moi rien que la matière vivante consciente.

      La seule vraie richesse de l’humanité 2.0 ultra-mécanisé, c’est l’information originale, la nouvelle théorie. Et peut être, d’une certaine manière, la volonté la curiosité la force la détermination, tout ce qui perturbe et complexifie le reel.

      ++


    • seken 4 décembre 2018 13:11

      @seken

      « directement sur mon mail » Nop, c’est pas moi, ou alors vous n’étes pas PJCA en mail et je vous ai contacté avec ministérevolontaire ou nominativement ?


    • L'enfoiré L’enfoiré 4 décembre 2018 13:21

      @seken

      Et oui... bravo pour ce commentaire.
      Ceux qui ne s’adaptent pas à leur époque, finissent par rester toujours sur la carreau.
      La crise existentielle est bien là.
      Demain, au cours d’une vie qui s’allonge, il faudra se remettre sur les bancs de l’école (ou du moins s’en informer puisque maintenant tout est à disposition sur le net pour le faire).
      Le net n’est pas qu’un engin de plaisir qui permet de jouer.
      Le mondialisme avec importation et exportation a été presque indispensable.
      On produit plus qu’on ne peut écouler localement.
      Aujourd’hui, trouver l’information originale est une entreprise qui prendra de plus en plus mise en conformité. Nous sommes à l’ère des fake news, de la propagande, de la pub qui égarera tous les jugements avec intox à tous niveaux .
      Rester curieux de tout est de venu un mot d’ordre essentiel à la recherche de la source et de ce qui arrive à l’embouchure d’un fleuve d’infos et de complexités.
      Travailler ensemble d’accord pour en arriver au bout en associant des « JE » de tous les horizons dans un super collectif comme l’a écrit récemment Emile Servan-Schreiber.


    • L'enfoiré L’enfoiré 4 décembre 2018 13:29

      Le travail dans le sens original du mot (trepalium comme déformation de tripalium, instrument formé de trois pieux , auquel on attachait les animaux pour les ferrer ou les soigner, ou les esclaves pour les punir.) ne fonctionne plus.


    • L'enfoiré L’enfoiré 4 décembre 2018 17:05

      Encore un article qui explique bien le problème avec le titre « Gilets jaunes : »L’influence de la politique sur nos vies se marginalise progressivement"


Réagir