vendredi 12 juin - par Bertrand Loubard

Impfungheit macht frei

Covid – 19 = « Impfungheit macht frei »[1]

 

On découvrait en 1945 à l’entrée du camp de concentration d’Auschwitz le slogan : « Arbeit Macht frei ».

Le Pasteur Martin Niemöller[2] aurait dit, alors, il y a 75 ans :

« Quand les nazis sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste.

Quand ils ont enfermé les sociaux-démocrates, je n’ai rien dit, je n’étais pas social-démocrate.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus me chercher, il ne restait plus personne pour protester. »

 

Devra-t-on dire aujourd’hui vis-à-vis du Covid-19 :

Quand « ils » ont mis les Juifs dans des camps, je n’ai rien dit, je n’étais pas Juif.

Quand « ils » ont mis les Indiens dans les réserves, je n’ai rien dit, je n’étais pas Indien.

Quand « ils » ont mis les Noirs dans des Townships, je n’ai rien dit, je n’étais pas Noir.

Quand « ils » ont mis les Blacks dans des ghettos, je n’ai rien dit, je n’étais pas Black.

Quand « ils » ont mis les Zeks en goulag, je n’ai rien dit, je n’étais pas Soviétique.

Quand « ils » ont mis la polio+ aux Burundais[3] je n’ai rien dit, je n’étais pas Burundais.

Quand « ils » ont mis les Phnompenhois en exil, je n’ai rien dit, je n’étais pas Cambodgien

Quand « ils » ont mis les Gazaouis hors les murs, je n’ai rien dit, je n’étais pas Palestinien.

Publicité

Quand « ils » ont mis les SDF dans des asiles de nuit, je n’ai rien dit, je n’étais pas Clodo.

Quand « ils » ont mis les migrants en « Jungle », je n’ai rien dit, je n’étais pas migrant.

Quand « ils » ont mis les réfugiés en « centres », je n’ai rien dit, je n’étais pas réfugié.

 

Quand « ils » tatoueront les réfractaires, je ne dirai rien, trop vieux pour le maquis.

Quand « ils » me vaccineront, je ne dirai rien, déjà lobotomisé[4] par le confinement.

Quand « ils » me « reconfineront » en psychiatrie, je ne dirai plus rien[5][6][7][5][6]

 

« Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font »

 (J. Chist – 0033 in Luc 23:24)

 

« Le crime de penser est la mort. »

 (G. Orwell 1949 in 1984)

 

“I can’t breathe !”

(G. Floyd - 2020)

 

P.S. : « Ils » = Hitler, Himler, Goebels, Staline, Lyssenko, Joukov, Beria, Mao, Kim Il-sung, Kim Jong-il, Grant, Hayes, Monroe, Plesy-Fregusson, Milner, Lagden, Pol Pot, Koprowski, Sabin, Netanyahou, Sharon, Sarkozi, Jospin, Apparu, Cazeneuve, Bouchart, Mobutu, Kagamé, Musévéni, Obote, Bokassa, Idi Amin Dada, Buyoya, Gates, Bush (Père et fils), Clinton, Blair, Thatcher, Ferguson, Johnson, Macron, Buzyn, Soros, Buffet, Affleck, GSK, Pfizer, Mylan, Sanofi, Johnson & Johnson, Merck, etc, etc.

 
Publicité

[1] La vaccination rend libre.

[3] Vaccination dont certains disent qu’elle est à l’origine de l’épidémie du Sida

[6] http://autriche-matin.at/2020/04/19/suisse-le-dr-binder-recuse-les-accusations-des-autorites/ « Le médecin cardiologue, Thomas Binder de Wettingen, canton d’Argovie (Suisse), qui dénonce la gestion de la crise liée au Covid-19, sur Facebook : « Devant mon cabinet médical, il y a un groupe de policiers d'Argovie, je vais être arrêté, à l'aide ! ». « Aargauer Zeitung » confirme cette arrestation ..... et qu'il a été interné en psychiatrie ».

[7] https://news-24.fr/un-avocat-allemand-envoye-au-psychiatric-ward-apres-avoir-monte-une-resistance-serieuse-au-verrouillage-inconstitutionnel-de-covid-19/

 « Beate Bahner, avocate, de la ville allemande de Heidelberg, a été forcée de passer quelques jours dans un service psychiatrique local après que sa rencontre avec la police se soit terriblement mal passée ».



45 réactions


  • Lonzine 12 juin 18:31

    On nage dans le godwin dès le début, mais notre époque est-elle saine ?


    • Bertrand Loubard 12 juin 21:05

      @Lonzine
      J’avoue ne pas connaître très bien, vu mon âge, la notion de Godwin, du nom de Mike Godwin (1990). Cette « loi » (donc c’est vrai) énoncerait que « plus une discussion dure [et devient violente], plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s’approche de 1 ». Il est peut-être vrai que les discussions sur le Covid – 19 durent un peu longtemps par apport à la durée du confinement (dont il devra sans doute entrevoir les prolongations, d’une manière ou d’une autre, quelques années encore ... car les virus ...ce n’est pas pour une fois...c’est pour toute une vie ...). Pour ce qui est de la violence, je peux comprendre qu’évoquer ce que j’ai cru comprendre de ce qu’avait dit Martin Niemöller et repris en paraphrase est effectivement violent, surtout pour les négationnistes ou révisionnistes. Mais si vous le permettez, je voudrais peut-être souligner que la violence n’est pas agressivité (Une éruption volcanique est violente mais pas agressive, pas plus qu’une épidémie.... ne devons- nous pas vivre, en symbiose, dans une biosphère ?)
      Bien à vous.


    • cedricx cedricx 13 juin 16:33

      @Lonzine C’est à dire ?


  • Jelena Jelena 12 juin 18:33

    Ce qui est certain, c’est que quand on vous placera dans un Ehpad, je ne dirai rien.


    • Bertrand Loubard 12 juin 20:19

      @Jelena
      Merci de votre commentaire. Assez agréable comme réaction ? Mais chacun pense ce qu’il veut de l’histoire et de sa répétition.
      Bien à vous.


  • PASCAL PROUT Oncle-Paul 12 juin 18:52

    Quand il vous ont placé à l’asile vous n’avez rien dit ?


    • Bertrand Loubard 12 juin 21:50

      Remarquez que je parlais au futur. Je ne crois pas que la solution « asile psychiatrique » soit vraiment exceptionnelle, dans le future. Je vous invite à vous référer à mes notes
      infrapaginales. Il faudrait aussi peut- être se rappeler que, par exemple, le ministre des Finances de Hesse, Thomas Schaefer ( Frankfurt am Main), s’est suicidé....sans doute par « surmenage » ....Mais si, par exemple, on rapproche de ce détail le fait que tout le secteur des transports routiers pourrait aussi peut-être se retrouver en quasi faillite cela correspondrait sans doute à une diminution non négligeable des approvisionnements de nos grandes surfaces ... et donc à des « pénuries » Et donc n’est-il pas à craindre que des manifestations ne dégénèrent en pillages suite aux « rationnements » plus ou moins organisées ????
      Bien à vous.


  • foufouille foufouille 12 juin 18:59

    complètement débile ou ironique.


    • Bertrand Loubard 12 juin 22:15

      @foufouille
      Je crois qu’être ironique dans un texte aussi long, grave et homogène que celui que j’ai essayé de commettre, ci-dessus, c’eût été vraiment un tour de force de mauvais goût. Par contre la débilité des responsables des faits rappelés dans mon billet ne me semble pas pouvoir être mise en doute. Qui a traité d’Hitler de fou pour avoir mis, en 12 ans, en place les moyens de la solution finale ? Qui l’a dénoncé, à temps ?
      Il est vrai que le pouvoir attire les médiocres et corrompt les meilleurs ..... mais je pense que dans la litanie des noms que je cite en P.S. il est presque certain, que les pervers et les débiles ne peuvent qu’être difficilement départagés pour les premières places sur le podium de l’anormalité .... Mais bien entendu les Dutroux, les Landru, les Fourniret et consorts ....ce ne sont que des gens ordinaires et il ne faut absolument pas affabuler à propos de ce qu’ils ont fait .... pour tenter de leur trouver des attitudes hors normes. Ce sont des Messieurs tout-le monde, des gens comme vous et moi, comme Macron et Pinochet, des édentés sans doute, des gens de rien...mais il ne faut pas tomber dans la parano....
      Bien à vous.


  • Goldored Goldored 12 juin 19:30

    Pourquoi Impfungheit ?

    Article parfaitement inepte.

    La parano se répand... Les dingues ont accès internet... Et merde...


    • Bertrand Loubard 12 juin 20:40

      @Goldored
      Je ne voulais pas vous choquer et je regrette sincèrement de l’avoir fait. Sachez que c’est tout à fait involontaire mais que puisque vous estimez que c’est le cas, je vous présente mes excuses en reprenant la formule consacrée : « Mes propos étaient fort probablement inappropriés et consistaient en une réaction certainement tout à fait disproportionnée en regard de la situation actuelle ». Cependant et sans vouloir vous blesser plus encore, je pense qu’Orwell, Huxley, Harrison, Arendt, Klein, Bateson, Foucault, Kroeber, Vansina et quelques autres (que je n’ai pas encore eu le temps de relire) expriment des idées et décrivent des situations qu’il m’avait semblé intéressant d’évoquer...même d’une manière indirecte.
      Bien à vous.


    • Goldored Goldored 12 juin 23:06

      @Bertrand Loubard
      Évocation sans doute bien trop indirecte pour avoir une quelconque pertinence.


    • Bertrand Loubard 14 juin 10:44

      @Goldored
      Voulez-vous être plus explicite ?
      Merci.


  • Francis JL 13 juin 08:16

    Belles réactions du gratin des groupies de la fondation Bill et Melinda. L’appréciation de notre ami foufouille entre autres furtifs, est sans appel.

     smiley

     

    ps. Peut-on traduire impfungheit par vaccinisme ?

     


  • Pourtant le moustachu dissimulait mal l’amour qu’il avait au fond de lui-même pour ses semblables  smiley


  • caillou14 rita 13 juin 08:29

    C’est le « propre » de l’homme de ne rien dire, les cimetières sont remplis de ces « héros » du silence ?

    ceux qui l’ouvrent, remplissent les cimetières !

     smiley


  • Pcastor Pcastor 13 juin 09:03

    « Arbeit macht frei », inscription qui figurait sur un écriteau fixé au dessus de la porte d’entrée de tous les camps de concentration nazis, en particulier celui situé en France, le camp du Struthof, réputé pour ses traitements particuliers réservés aux opposants de toute sorte.

    Faire un parallèle avec ce slogan ( combien de millions de morts au nom d’une idéologie ?) pour promouvoir l’avènement d’un vaccin ,qui n’existe pas, contre un virus n’est pas seulement hors de propos mais tout simplement ABJECT !

    Il parait pourtant qu’il y a une modération sur ce site...


    • Francis JL 13 juin 09:29

      @Pcastor
       
      Diable ! Je n’aurais pas compris que dans cet article, Bertrand Loubard faisait la promotion d’un vaccin ???
       
       smiley


    • Pcastor Pcastor 13 juin 09:57

      @JL
      Titre de l’article : « Covid-19 = »impfungheit macht frei"
      Ton agilité d’esprit ne laisse pas de m’impressionner...


    • Francis JL 13 juin 10:06

      @Pcastor
       
       ’’promouvoir l’avènement d’un vaccin’
       
      Dixit Pcastor, alias esprit agile.
       
       Pfff ! Gros plouc.


    • Pcastor Pcastor 13 juin 10:13

      @JL
      Encore un petit effort et on atteint le point Godwin.Il faut dire que l’article s’y prête assez bien. ( vexé comme un pou le pépé...).


    • Bertrand Loubard 13 juin 12:47

      @Pcastor

      Merci pour votre commentaire. Vous dites :
      « Faire un parallèle avec ce slogan .... n’est pas seulement hors de propos mais tout simplement ABJECT ! .... Il parait pourtant qu’il y a une modération sur ce site ... ».
      Je crois que votre avis est simple, claire et compréhensible. Je ne peux pas malgré un certain nombre de tentatives d’interprétation le comprendre au « deuxième degré ».
      Je me permets donc de vous demander si vous avez lu mon « texte » jusqu’au bout. Je disais et cela visiblement en dehors de toute ironie ou humour ... mais au contraire avec une essentielle angoisse au plus profond de moi-même et sans vouloir critiquer qui que ce soit qui ne voudrait pas ressentir et partager le désespoir dans lequel, j’ai peur de tomber à force de ne plus pouvoir « penser, parler et circuler » :
      « Quand « ils » tatoueront les réfractaires, je ne dirai rien, trop vieux pour le maquis.
      Quand « ils » me vaccineront, je ne dirai rien, déjà lobotomisé par le confinement.
      Quand « ils » me « reconfineront » en psychiatrie, je ne dirai plus rien ».

      Le slogan « Arbeit macht Frei » (Le travail rend libre) et sa paraphrase « Impfungheit macht frei » (Le vaccin rend libre) ont naturellement, pour moi, une consonance tragique. Excusez- moi de ne pas avoir pris des plus explicites précautions et d’avoir sans doute commis, involontairement, un texte que vous estimez inadéquat et blessant. Cependant j’apprécie la liberté que vous avez d’exprimer vote objection et votre désapprobation. Cela redonne de l’espoir. Bien à vous.


    • Pcastor Pcastor 13 juin 14:11

      @Bertrand Loubard
      En préalable permettez moi de rappeler un apophtegme de Boileau : « ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément ».
      L’utilisation délibérée, consciente, volontaire puisque retranscrite en allemand du slogan « arbeit macht frei », dont les connotations historiques sont évidentes et qui résonne douloureusement encore dans nombre de familles , dont la mienne, est profondément choquante.
      Qu’un vaccin ( qui n’existe pas encore, en attendant que faire ?) nous libère du COVID (et du confinement) est une évidence, mais sa mise en parallèle avec un slogan nazi est totalement inappropriée et pour le moins douteuse.
      Je prends cependant acte de vos explications et du soin que vous prenez à vous justifier et à dissiper ce que vous considérez comme un malentendu.
      A vous relire sur des approches moins polémiques...


    • Bertrand Loubard 13 juin 17:32

      @Pcastor
      Je ne crois pas que rappeler, en paraphrasant Martin Niemöller, les caractères de la « solution définitive » promue et promise par le nazisme est en quoi que ce soit un manque de respect vis-à-vis des victimes des camps de concentration. Je pense qu’on peut dire qu’en effet le caractère de « solution finale » qu’évoque la vaccination envisagée, à l’occasion de la pandémie du Covid-19, devrait peut-être éveiller notre vigilance et permettre de tirer de leçons de l’Histoire. Est-il interdit d’évoquer le « Plus jamais ça »
      au nom et à propos de tous ces damnés de la terre, de toutes les victimes innocentes dont j’ai cité un certain nombre de noms .... ?. La décision de créer une race « Covid - free » semble très proche et participerait à la mise en place de ce que les nazis cherchaient à savoir la promotion et la domination de la « race pure ». (les expériences vaccinales en Afrique et dans d’autres régions pauvres ne seraient-elles déjà là pour le prouver ?). Tandis que les Nazis faisaient ce qu’ils ont fait en Europe, les Japonais faisaient, en Corée et en Chine, eux-aussi d’autres types d’expériences infâmes qui n’avaient rien à voir avec l’extermination nazie des peuples non aryens . Elles œuvraient au même objectif d’une domination mondiale d’une « race humaine pure » supérieure au reste de l’humanité « utile ».
      Exprimer la crainte que j’éprouve viscéralement, selon laquelle bientôt je ne pourrai plus rien dire, semble devoir m’attirer le blâme d’expliciter ce que j’aurais dû, nous aurions dû faire avant, pendant et maintenant vis-à-vis de tous les crimes contre l’humanité.
      Si c’est le cas, je regrette de vous avoir blessé.
      Bien à vous.


    • alinea alinea 13 juin 21:30

      @Bertrand Loubard
      Je dois avouer être stupéfaite par les réactions ! mais il est d’autres articles en modé qui ne passent pas la rampe car trop « (d)étonnants » ! Il faut sans doute quelque chose de plus conventionnel, de moins tripal pour séduire les badauds du consens.
      Du reste je crois me souvenir que le vôtre n’est pas passé comme une lettre à la poste. Nous avons rosemar comme modèle pour glisser plus facilement dans la fente.


    • Attila Attila 13 juin 22:01

      @alinea
      Qui a glissé plus facilement dans la fente de Rosemar ?

      .


    • alinea alinea 13 juin 22:21

      Ça ne m’a pas échappé Attila, mais c’est ma désobéissance à moi ! le français est à chaque détour pervertible ! je fais comme si ce n’était pas le cas.


    • Attila Attila 14 juin 15:04

      @alinea
      On peut toujours dire les choses de manière différente :
      Cyrano, la tirades des nez

      .


  • julius 1ER 13 juin 10:01

    @l’auteur,

    En fait la teneur de cet article rejoint la pensée de feu S Hessel qui disait qu’il faut garder sa capacité d’indignation ..... et Dieu sait s’il y a matière !!!!

    Bon après qu’on ait dit cela,on a tout dit ....après reste à mettre ses actes au diapason et c’est là que l’exercice se complique dans la vie de tous les jours !!!

    mais bon n’est pas Sisyphe qui veut !!!


    • Bertrand Loubard 13 juin 15:28

      @julius 1ER
      Merci pour votre commentaire. D’accord pour ce qui est de Hessel. Ci-après une tentative d’approche explicative de la motivation de ce que j’ai dit, dans l’article, de la situation actuelle se rapprochant, selon moi, des « histoires » terrifiantes connues depuis tant de temps....


    • Bertrand Loubard 13 juin 17:40

      @julius 1ER
      ....
      Le titre de mon billet était « Impfungheit macht frei » et le sous-titre « Covid-19 = Impfungheit macht frei ». Donc le titre était « la vaccination rend libre » et le sous-titre « Covid-19 = la vaccination rend libre ». Cela signifiait qu’à l’instar de ce que les Nazis avaient « proclamé » comme une vertu à l’entrée (sens unique) des camps de la mort, le « Covd- 19 » entraîne la « vaccination qui libère ». Et en fait « Arbeit Macht Frei » était « un précepte, une maxime » que, d’une manière hideuse, les Nazis ont détourné. (Heinrich Beta, 1845  ; Lorenz Diefenbach, 1873, slogan repris par le gouvernement de Weimar en 1928 - https://www.lepoint.fr/philosophie/heinrich-beta-le-travail-rend-libre-14-11-2017-2172362_3963.php)
      Pour ce qui est du covid-19 la « libération » ne viendra que par la « vaccination », suivant les promoteurs du vaccin. Pour les Nazis le « travail rend libre » signifiait que la liberté par la mort attendait ceux qui franchissaient le seuil qui portait cette « devise » fallacieusement et effroyablement détournée. Qu’en pensent ceux qui estiment aujourd’hui qu’ils peuvent imposer la vaccination anti Covid-19 ? De quelle liberté s’agira-t-il quand il faudra discriminer les « collaborateurs » des « résistant » ? Comment différencier les « héros » et les « terroristes » ?
      En fait me prévoyant réfractaire à la vaccination obligatoire, je me suis rendu compte qu’ayant toujours eu la chance de vivre du bon côté d’un mur .... j’étais resté inconscient, passivement inactif, évoluant dans ce qui me semblait une normalité inéluctable, inhérente à eux, les autres et extérieure à moi. Leur situation était un état de fait théorique pour moi. Je me suis rendu compte que j’allais devoir probablement expérimenter ce que ces autres, avant moi, avaient connu .... je me suis rendu compte que j’allais devoir mettre en pratique ce que je n’avais appris qu’abstraitement à travers des « romans », des articles, des études historiques .....
      Bien à vous.


  • julius 1ER 13 juin 10:08

    Bon après relecture je ne vois pas le parallèle à faire avec le Covid19 ???? ou alors cela va à l’encontre de ce qui est écrit, on nage en pleine confusion ou alors c’est une nouvelle doctrine.... le Confusianisme !!!!!!


    • Bertrand Loubard 13 juin 15:34

      @julius 1ER
      Le titre de mon billet était « Impfungheit macht frei » et le sous-titre « Covid-19 = Impfungheit macht frei ». Donc le titre était « la vaccination rend libre » et le sous-titre « Covid-19 = la vaccination rend libre ». Cela signifiait qu’à l’instar de ce que les Nazis avaient « proclamé » comme une vertu à l’entrée (sens unique) des camps de la mort, le « Covd- 19 » entraîne la « vaccination qui libère ». Et en fait « Arbeit Macht Frei » était « un précepte, une maxime » que, d’une manière hideuse, les Nazis ont détourné. (Heinrich Beta, 1845  ; Lorenz Diefenbach, 1873, slogan repris par le gouvernement de Weimar en 1928 - https://www.lepoint.fr/philosophie/heinrich-beta-le-travail-rend-libre-14-11-2017-2172362_3963.php)
      Pour ce qui est du covid-19 la « libération » ne viendra que par la « vaccination », suivant les promoteurs du vaccin. Pour les Nazis le « travail rend libre » signifiait que la liberté par la mort attendait ceux qui franchissaient le seuil qui portait cette « devise » fallacieusement et effroyablement détournée. Qu’en pensent ceux qui estiment aujourd’hui qu’ils peuvent imposer la vaccination anti Covid-19 ? De quelle liberté s’agira-t-il quand il faudra discriminer les « collaborateurs » des « résistant » ? Comment différencier les « héros » et les « terroristes » ?
      En fait me prévoyant réfractaire à la vaccination obligatoire, je me suis rendu compte qu’ayant toujours eu la chance de vivre du bon côté d’un mur .... j’étais resté inconscient, passivement inactif, évoluant dans ce qui me semblait une normalité inéluctable, inhérente à eux, les autres et extérieure à moi. Leur situation était un état de fait théorique pour moi. Je me suis rendu compte que j’allais devoir probablement expérimenter ce que ces autres, avant moi, avaient connu....je me suis rendu compte que j’allais devoir mettre en pratique ce que je n’avais connu et n’avais évalué qu’à travers des « romans » ou des « articles » ou des « étude » historiques .....
      Bien à vous.


    • Francis JL 13 juin 17:43

      @Bertrand Loubard
       
       je suis impressionné par votre mansuétude à l’égard des trolls qui pullulent ici. Et en plus, qui invoquent des sentiments humanitaires. Un comble.
       
       Bien à vous.


    • Bertrand Loubard 13 juin 21:40

      @JL
      Dans le pays du Siècle des Lumières, de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, de l’Etat de Droit aux trois Pouvoirs indépendants garantissant les Libertés de Penser, de Parler et de se Déplacer dans le pays dont la devise est « Liberté, Egalité, Fraternité », la maxime chinoise suivant laquelle « La bave des crapauds n’atteint pas la blancheur des Etoiles » .... peut encore être un objet « autorisé » de méditation.
      Bien à vous.


    • Bertrand Loubard 14 juin 11:07

      @JL
      Je crois que tous les avis peuvent être exprimés ... même si cela dérange l’« auteur » critiqué. C’est vrai que c’est parfois pénible de s’être mal exprimé et, en conséquence, de recevoir quelques volées de bois verts. Il n’empêche que des « no comments » sont parfois déjà de trop par rapport à certains contenus ... et que le silence est souvent un écho plus éloquent à certains propos .... Bien à vous.


  • Djam Djam 13 juin 11:21

    @ Bertrand Loubard

    Cette litanie de petites phrases font toujours plaisir à ceux qui, n’ayant souvent pas vécu de grands traumas, donnent des leçons aux autres.

    Le fameux « vous n’avez rien fait, rien dit » est toujours facile quand on observe les événements longtemps après et surtout qu’on ne les a jamais vécus soi-même.

    Ceci dit, vous faites une belle confusion sémantique : les négationnistes sont des esprits qui affirment que tel ou tel fait n’ont pas existé. Les révisionnistes se sont les historiens dignes de ce nom... ils révisent les faits passés pour tenter de s’approcher au mieux de la vérité.

    Vous semblez mettre les deux dans le même panier, je me trompe ?


    • Bertrand Loubard 13 juin 21:11

      Me permettrai-je de présumer que vous estimez que j’ai psalmodié cette litanie de petites phrases pour m’amuser à donner des leçons aux autres, n’ayant pas subis de grands traumas, moi-même. Effectivement à part quelques souvenirs assez effrayants, marquant jusqu’à présent mes cauchemars, je n’ai pas beaucoup souffert de 40-45, de Corée, d’Indochine, d’Algérie, du Vietnam du Sahara Occidentale, du Congo et du Rwanda, etc.. Mais je n’ai jamais éprouvé aucun plaisir à faire étalage de mes « problèmes » récurrents qu’on appelle parfois TSPT.
      Je ne crois pas avoir dit le fameux « vous n’avez rien fait, rien dit ». Au contraire j’ai psalmodié : « Quand « Ils » on fait ceci et cela à ceux-ci et à ceux - là.... j’ai ajouté :« et je n’ai, rien dit .... ». J’ai précisé en P.S. ce que j’entendais par « Ils ». Je suppose que vous avez saisi que le « je » c’était, sous lâche pseudo, un certain, Bertrand Loubard .C’est vrai que dans certains cas je ne pouvais pas dire grand-chose et que c’est facile de dire que j’aurais dû dénoncer plus tôt ceux-ci ou ceux-là. (Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire !). Je m’intéresse assez bien à Lothar von Trotha, à Léopold II et même à ceux qui ont importé 150.000 Chinois en France, en 1916. Ceux-ci sont heureusement tous quasiment morts sur des mines qu’ils étaient chargés de neutraliser ou de la grippe espagnole, avant 1920 (cimetière de Nolette à Noyelles-sur Mer) . Mais je ne crois pas avoir voulu donner de leçons à qui que ce soit. Pour moi, il s’agissait en quelque sorte d’une espèce de psychothérapie écrite (car je crains trop les effets d’une psychothérapie orale, couché dans un divan d’un immeuble du 16ième .... pour mes finances, je précise....).
      Pour ce qui est de la sémantique, je ne comprends pas que lorsque je fournis la réponse suivante à un commentaire citant un mot Godwin » (dont j’ignorais tout jusque-là) : « Pour ce qui est de la violence, je peux comprendre qu’évoquer ce que j’ai cru comprendre de ce qu’avait dit Martin Niemöller et repris en paraphrase est effectivement violent, surtout pour les négationnistes ou révisionnistes...... ». En effet depuis quelques temps dire à propos de sujets sensibles, comme les « Génocides » : « Je pense que..... » est automatiquement classé révisionniste et négationniste. Je me pose donc la question de savoir ce qui est la première violence : invoquer Martin Niemöller ou Godwin. Ne s’agit-il pas de deux paniers différents ?
      Bien à vous.


  • chantecler chantecler 13 juin 12:07

    "Les révisionnistes se sont les historiens dignes de ce nom... ils révisent les faits passés pour tenter de s’approcher au mieux de la vérité.

    "

    Décidément , j’aurai tout lu lire ici ...

    Peut être un dictionnaire qui définit un mot est un objet inutile ?

    Je vous laisse rechercher le mot révisionnisme ...

    Vous aurez au moins fait un effort .

    Mais apparemment il faudrait aussi se mettre d’accord sur d’autres mots dont le mot vérité .

    A vous lire il y en a plus d’une ...

    Chacun sa vérité (historique) quoi !

    Et bonjour les délires ... !

    Ca devient difficile dans ce cas de communiquer .


    • Attila Attila 13 juin 12:16

      @chantecler
      La révision de l’Histoire fait partie du travail de l’historien car on découvre parfois de nouveaux documents et les documents existants peuvent être de nouveau examinés pour répondre à de nouvelles questions. Exemple : la psychologie et la sociologie ont généré de nouveaux questionnements de l’Histoire.
      Il y a peut-être, chez certains, une confusion entre révision et révisionnisme.

      .


    • Bertrand Loubard 14 juin 11:44

      Vous dites : « Décidément, j’aurai tout lu lire ici .... un dictionnaire qui définit un mot est un objet inutile ? »Un peu plus loin : « Vous aurez au moins fait un effort ». Ensuite : « se mettre d’accord sur d’autres mots dont le mot vérité ». Finalement « Et bonjour les délires » et « Ca devient difficile dans ce cas de communiquer »

      Je crois effectivement qu’un dictionnaire est un objet utile. Même le correcteur orthographique automatique de Word est utile. Je ne me prive pas de son utilisation (parfois même imparfaitement). Je me demande comment vous pouvez apprécier le « au moins l’effort » (qui me flatte). Je ne crois pas avoir utilisé le mot « vérité ». Je suppose que vous pourrez me préciser le caractère historiquement faux de ce que j’ai dit : « Nazis, Communistes, Sociaux-démocrates , Syndicalistes, Juifs, Indiens, Noirs, Townships, Zeks, Soviétiques, Burundais, Phnompenhois, Gazouis, SDF, Migrants, Réfugiés ». A mois qu’il ne s’agisse de la litanie reprise dans le postscriptum.
      Est-il anormale que parlant de la « vaccination mondiale », il vienne à l’esprit le « délire de la solution finale » hitlérienne. Finalement nous sommes au moins d’accord sur votre dernière phrase : « « Ca devient difficile dans ce cas de communiquer ». Un référence intéressants malgré tout pour continuer à « communiquer » moins difficilement :
      https://www.mondialisation.ca/et-maintenant-le-grand-reset-de-leconomie-mondiale-de-davos-que-se-passe-t-il-apres-la-pandemie-de-la-covid-19/5646496.

      @chantecler


  • dscheffes 15 juin 17:16

    Critique non sur le fond mais sur la forme : « Impfungheit » quel horreur ce mot que vous avez inventé !!!


    • Bertrand Loubard 15 juin 21:14

      @dscheffes
       Merci pour votre commentaire.
      « Impfungheit« en allemand ou »Vaccination« en français, selon moi, sans vouloir être linguiste .... Je n’en vois pas l’horreur sauf évidemment le rappel que »Arbeit macht frei". Mais pour moi, la « Liberté » que le Travail dans les camps nazis devait assurer à ceux qui y entraient, signifiait la solution finale d’être en fait envoyés à la mort. Cela rejoindrait pour moi cette notion de « Vaccination » sensée nous rendre « Libres » de la maladie. Pour paraphraser Siné : « Mourir du vaccin anti Covid, jamais, plutôt crever du Corana ». Mais pour moi c’est évidemment plus sérieux car je pressens ce à quoi nous devrons nous attendre : obliger de vivre sous la norme d’une « liberté » qui ne changera rien au fait qu’on ne sortira pas vivant de cette vie. C’est peut-être plus facile à dire qu’à faire...mais au moins que je puisse choisir de la « manière » et non que je sois obligé par une norme dont je ne comprends ni la justification, ni le sens, ni le besoin, ni l’utilité que ce soit pour la collectivité ou pour moi.
      Pour moi, c’est là que se trouve la véritable horreur : absence de justice, de signification, de nécessité, de fonction,
      Bien à vous.


Réagir