mardi 26 mai - par Eric F

Impôt sur le revenu 2020 : hausse cachée pour les ménages juste au dessus des nouveaux seuils

Suite au « grand débat » du printemps 2019, une ristourne fiscale a été décidée par le gouvernement, en réduisant de 14 à 11 % la première tranche, mais en abaissant les seuils d’entrée dans les tranches de 30 % et 41 % pour annuler progressivement l’avantage pour les tranches supérieures (Ref 1).

Pour l’impôt prélevé sur les revenus de 2019, il y a donc baisse ou statu quo pour tous les contribuables, applicable depuis le début 2020.

Mais pour l’impôt prélevé sur les revenus de 2020 (la déclaration de ceux de 2019 est en cours et sera prise en compte à l’été), la hausse de revenus éventuelle pour les ménages situés entre l’ancien et le nouveau seuil (plus bas) vont se retrouver taxés sur la tranche supérieure.
Ainsi, un ménage dont le revenu annuel par personne est de 26 000 euros qui avait eu une augmentation de 1000 euros entre 2017 et 2018 était taxé à 14 % sur ces 1000 euros. Mais la même augmentation entre 2018 et 2019 (déclaration de 2020) sera taxée à 30 % !

Cela montre le dévoiement démagogique des prétendus cadeaux fiscaux, bricolés pour qu’ils ne bénéficient surtout pas aux classes moyennes supérieures, mais avec « effet de bord » sur certains ménages intermédiaires, ceux juste au dessus des nouveaux seuils se retrouvent bernés.

En France, seuls 40 % des ménages sont assujettis à l’IR, avec une très forte progressivité entre la première et la seconde tranche : désormais +19 % sur le taux, et un seuil trop bas. Pour le moins, le seuil à peine supérieur à 25 000 euros par part devrait être remonté à 30 ou 35 000 euros par part, et le taux ramené à 26 %, c’est à dire la moyenne des tranches adjacentes de 11 % et 41 %, afin que les baisses d’impôts bénéficient cette fois aux catégories les plus ponctionnées ne pouvant utiliser de dispositifs d’optimisation.
Pour équilibrer les comptes, la tranche de 45 % pourrait passer à 50 % (50 % en Belgique et Autriche, 52 % en Espagne et Pays Bas, 59 % en Suède et Danemark) (Réf2), ou, mieux encore, la « flat tax » sur les revenus financiers pourrait [devrait] être abrogée pour que ces revenus soient taxés au taux en vigueur en fonction de l’ensemble des revenus.

 

Ref 1 : Evolution barèmes impots 2020 : https://www.dispofi.fr/actualites/bareme-2020

Ref2 : Barèmes impots en UE : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fiscalit%C3%A9_dans_l%27Union_europ%C3%A9enne#Imp%C3%B4t_sur_le_revenu

 



58 réactions


  • Nowhere Man 26 mai 08:40

    Je confirme. Le simulateur gouvernemental destiné à vérifier si on est éligible à la baisse d’impôt me promet une baisse d’environ 350€ alors que ma déclaration en ligne actuelle m’affiche une légère augmentation.


    • Eric F Eric F 26 mai 11:00

      @Nowhere Man
      Le simulateur gouvernemental visait à estimer l’évolution « à revenu constant » mise en oeuvre entre les prélèvements à la source de décembre 2019 et janvier 2020 (appelé « baisse de 5 milliards » suite au grand débat).
      Il se peut que certaines nouvelles dispositions applicables à la déclaration que nous sommes en train de remplir amènent des distorsions, car il est fréquent que les gouvernements reprennent d’une main ce qu’ils donnent de l’autre.


    • Nowhere Man 26 mai 12:07

      @Eric F
      En fait je me suis laissé abuser par la communication gouvernementale.
      L’outil utilisé s’appelle :
      « Simulateur de la baisse d’impôt sur le revenu annoncée pour 2020 »
      La baisse pour 2020 concerne en réalité les impôts payés en 2021 sur les revenus 2020.
      Macron a bien déclaré en novembre 2019 que la réforme s’appliquerait dès 2020 en omettant de préciser qu’elle ne sera visible sur les avis d’imposition qu’en 2021.


    • Eric F Eric F 27 mai 11:50

      @Nowhere Man
      Non, c’est bien sur les impots prélevés en 2020 que s’appliquent les nouveaux taux et seuils.
      La déclaration que nous sommes en train de remplir pour déclarer les revenus de 2019 ont une double finalité (mais c’est rarement expliqué)
      1° vérifier si ce qui a été prélevé à la source en 2019 correspond bien aux revenus perçus cette année là, il peut y avoir alors un « correctif » (remboursement d’un trop perçu ou demande de complément)
      2° fixer les taux qui seront applicables en 2020 (eh oui, c’est récursif) avec là encore une éventuelle adaptation selon ce qui a été prélevé entre janvier 2020 et l’été 2020 (avec le retard, ce sera probablement en septembre que se fera l’ajustement).
      « La baisse d’impôt sur les revenus 2020 entre en vigueur dès le mois de janvier 2020. Le prélèvement à la source tiendra compte du nouveau barème à partir du premier mois de l’année »



  • oncle archibald 26 mai 10:19

    L’impôt sur le revenu des personnes physiques par tranches à taux variable est le seul impôt « juste et fraternel ». Il devrait etre revu de fond en comble pour que chacun le paie, même de façon quasiment symbolique pour les petits revenus, et il devrait y avoir un bien plus grand nombre de tranches pour qu’il soit vraiment progressif. Les hauts revenus et notamment la tranche dite « résiduelle » devraient être beaucoup plus taxés.

    Cet impôt a été diminué au fil des ans, sans doute en même temps que s’est développée la « mondialisation » du travail, et il est étonnant de constater que de 14 tranches avec un taux résiduel à 65% pn soit passé à 4 tranches avec un taux résiduel à 45%. C’est tout bonnement scandaleux !

    Petit rappel pour ceux qui trouvent que se laisser « dépouiller » de 65% de ses revenus est monstrueux : il ne s’agit pas de 65% des revenus mais de 65% des revenus de cette tranche ! Suivant le principe du verre à moitié vide ou à moitié plein dans le même cas je trouverait qu’on laisse à ma disposition 35 % d’un revenu énorme que je ne saurai comment dépenser.


    • Eric F Eric F 26 mai 10:38

      @oncle archibald
      Je suis d’accord avec vos remarques, la « progressivité » de l’IR a été élimée à la fois en bas (suppression de la tranche à 5%) et en haut (réduction du taux maximal).
      Certes, depuis les années 70, ce sont l’ensemble des pays du monde qui ont réduit le taux de la tranche supérieure (il était encore de 90% aux USA sous Nixon, qui n’était pourtant pas un gauchiste), mais on voit qu’en Suède et au Danemark il est encore de 59%, et même 60% en Norvège.
      La tentative de François Hollande de fixer une tranche à 75% a été retoquée par le Conseil Constitutionnel comme étant confiscatoire, mais il y a surement de la marge entre les 45% actuels et 75%.
      Mais mon article se penche surtout sur la « deuxième tranche », dont le seuil est relativement bas, et le « gap » de taux par rapport à la première tranche est désormais démotivant. On pourrait éventuellement subdiviser en deux tranches, l’une à 20% et l’autre à 30%.


    • oncle archibald 26 mai 10:43

      @Eric F : à l’ère de l’ordinateur qui remplace la calculette on pourrait imaginer un tr !ès grand nombre de tranches pour que l’impôt soit vraiment juste et progressif. Ayant eu une activité indépendante il m’est arrivé d’avoir de mauvaises années et je n’ai pas été imposable à l’ISRPP. Je ne souhaite à personne de ne pas payer l’impôt sur le revenu.


    • oncle archibald 26 mai 11:48

      @Eric F :

      Ce qui rend injuste et incompréhensible les prélèvements sur les revenus est l’introduction de la CSG (taux fixe de l’ordre de 9%) et de la CRDS (taux fixe de 0,5%, pour le moment) qui viennent s’ajouter à l’ISRPP mais à taux fixe, sans effet de tranches. Cela correspond concrètement à un prélèvement très allégé pour les hauts revenus et alourdi pour les petits revenus.

      Il serait beaucoup plus « juste et fraternel » de prélever tout par le biais du seul ISRPP appliqué par tranches à taux variable. Prélèvements à chacun selon ses moyens et redistribution à chacun selon ses besoins. Tout ce qui ne va pas dans ce sens est inacceptable par ceux « d’en bas » tandis que ça ne pénaliserait pas ceux d’en haut" si les tranches et les taux étaient correctement fixés.


    • Arogavox Arogavox 26 mai 12:40

      ça me fait toujours rire de constater une telle innocence dans l’emploi du vocabulaire (surtout de la part d’un Conseil Constitutionnel !) :
      « La tentative de François Hollande de fixer une tranche à 75% a été retoquée par le Conseil Constitutionnel comme étant confiscatoire,  »
       
      Rappel :

      Etymologie : Provenç. ... confiscare ; du latin confiscare, de cum et fiscus, le fisc : réunir au fisc (voy. ).


      => Un ’Conseil’ Constitutionnel  qui reproche au fisc de faire son boulot !!

      Pour ce qui est des 65% ’de la dernière" tranche, la remarque est intéressante,
      mais elle laisse voir à quel point le conditionnement entrave nos saines capacités d’ abstraction.
       Pour que l’impôt devienne réellement progressif, il ne suffirait pas d’en multiplier le nombre de tranches ; il faudrait que ce nombre de tranches devienne infini, et que cet impôt suive une courbe exponentielle ! 
       On aurait alors fatalement des ’tranches’ à un taux supérieur à 100% , et ce serait tout à fait juste : cela correspondrait à une amende proportionnelle à l’excès d’accaparement des richesses réparties entre humains égaux en dignité.

      cf https://framavox.org/g/gzLI2SfT/kdonoel


    • Nowhere Man 26 mai 13:16

      @oncle archibald
      « il ne s’agit pas de 65% des revenus mais de 65% des revenus de cette tranche ! »

      Effectivement, systématiquement les pleurnicheurs médiatisés mentent (plus ou moins sciemment car la plupart ignorent le montant de leurs revenus réels et en tout cas ne le communiquent jamais).
      L’exemple le plus pitoyable est évidemment Gainsbourg.

      En revanche, j’ai entendu il y a quelques années, Goldman répondre à l’incontournable question sur « l’insupportable pression fiscale » qu’il était fier de payer des impôts élevés à la France, qu’il lui devait bien ça.


    • Eric F Eric F 26 mai 13:23

      @Arogavox
      Attention qu’on peut toujours inventer des « bonnes » idées en théorie, mais encore faut-il qu’elles soient viables dans le monde réel. On voit déjà que les entreprises délocalisent, que les hauts revenus sont directement versés sur des compte offshore, etc.", à trop forcer, on n’aurait plus ni entreprises ni cadres dirigeants dans le pays.
      Pour une évolution radicale, il faudrait donc des mesures équivalentes dans l’ensemble des pays du monde, du moins dans le cadre des pays comparables (OCDE, G20 ?) afin qu’il n’y ait pas de distorsions rédhibitoires. C’est ce qui s’est passé après la crise de 29 et renforcé après la seconde guerre mondiale et pendant les 30 glorieuses. Mais cela a été détricoté avec la réaction libérale et la mondialisation.


    • Arogavox Arogavox 26 mai 14:34

      @Eric F
      Il ne s’agit aucunement d’inventer des « bonnes » idées en théorie !
      Il est par contre nécessaire, vital, d’exiger un minimum de droiture, d’honnêteté dans les discours !
       Dès lors qu’on arrêtera de mentir (à autrui ou à soi-même, quelle hypothèse est la pire ?) lorsqu’on prétend cautionner et valider le principe de progressivité de l’impôt en refusant d’admettre qu’une dernière tranche met fin à cette progressivité, cela revient à banaliser un « 2+4=5 » ... !
       
       Non seulement, remarquer que 2+2=4 n’a rien à voir avec inventer une « bonne » idées en théorie , mais cela ne peut qu’induire une ’évolution radicale’ que si cela arrivait à corriger une conscience fausse ou faussée.
        Par exemple de pensée, imaginons que les Français arrivent à comprendre que l’existence d’une dernière tranche d’imposition est ce qui empêche que le dernier centile du dernier centile des contribuables soit contraint à une amende sanctionnant le dépassement d’un revenu maximum ... Cela ne ferait pas de ces Français des révolutionnaires. Rien n’oblige à ce que cette conscience les pousse à exiger un impôt plus juste ! Par contre, même si, forts de cette conscience, ils continuaient à fermer leur bouche et à tolérer l’impôt actuel, en leur for intérieur, ils sauraient de façon certaine, que ceux qui ne s’acquittent pas dans les faits d’un impôt exponentiel, soit manquent de capacité d’entendement lorsqu’ils prétendent s’acquitter d’un impôt progressif, soit mentent et ont une dette morale vis à vis de tous ceux qui sont dupés !
        ’Science sans conscience’ , ou fausseté sans conscience pourraient-elles être inquiétées par un solipsisme de meute attendant qu’un accord soit imposé dans l’ensemble des pays du monde ?


    • foufouille foufouille 26 mai 14:58

      @oncle archibald

      faut pas venir chouiner quand on a veauté macron .......


    • oncle archibald 26 mai 14:59

      @Arogavox : "on prétend cautionner et valider le principe de progressivité de l’impôt en refusant d’admettre qu’une dernière tranche met fin à cette progressivité« .

      C’est vrai, et je ne verrai aucun inconvénient à ce que les tranches soient fixées suivant une courbe exponentielle avec un taux de prélèvement qui tend vers 100% quand les revenus tendent vers l’infini.

      Les revenus mêmes monstrueux n’étant jamais infinis on ne pourrait jamais prélever 100% et donc le qualificatif de »confiscatoire« ne pourrait jamais être employé.

      Quant à Erifc F qui voit »que les entreprises délocalisent, que les hauts revenus sont directement versés sur des compte offshore, etc.« je le comprends bien et je le déplore. Ceux qui font ça ont rayé »fraternité« du fronton de nos mairies.

      Je rappelle aussi qu’en droit Français »nul ne peut arguer de sa propre turpitude" et faire des lois pour ceux qui refusent de s’y soumettre est on ne peut plus choquant. Même si financièrement parlant Bercy fait entrer dans ses caisses plus de recettes par des compromissions immorales. C’est un fait, mais un fait infamant !

      Vive Goldman et quelques autres qui sont fiers de payer des impôts élevés en France, ce qui leur permet d’être fiers d’habiter l’un des pays les plus redistributifs au monde, n’en déplaise aux braillards du samedi en gilets jaunes.


    • oncle archibald 26 mai 15:01

      @foufouille : Apprends à lire connard.


    • Eric F Eric F 26 mai 15:31

      @Arogavox
      L’idée d’ajouter de la progressivité au delà de l’actuelle dernière tranche est effectivement recevable, mais on ne peut pas aller à 100% (on se souvient de la phrase de Marchais « au delà, je prends tout ») et moins encore au delà, car on aurait alors une absolue certitude : en deux jours les sièges des entreprises auraient délocalisé et les hauts salaires et dividendes seraient versés directement sur des comptes à l’étranger, et par ailleurs les plus diplômés « voteraient avec leurs pieds » en s’installant dans d’autres pays (déjà certains très hauts revenus sont sur des filiales paradisiaques).
      Donc, s’il devait y avoir une courbe de « progressivité continue », elle pourrait concrètement être en forme de sigmoïde, avec une asymptote plausible à 60 ou 70%


    • Eric F Eric F 26 mai 15:50

      @oncle archibald
      On est d’accord sur le côté « moralement choquant » de l’exil fiscal et de certaines délocalisations, ceci dit pour ces dernières il faut être concret, une Dacia de base fabriquée en Roumanie peut se vendre 8000 euros, fabriquée en France elle passerait à 12000 euros. Et Renault est déjà en quasi faillite faute de clients. Bien sur quand une marque de luxe délocalise la fabrication, à prix de vente constant, c’est indéfendable !
      Concernant les « très riches », on peut hélas constater que la plupart sont fiscalement localisés à l’étranger : sportifs, vedettes, financiers, etc. Certains « grands patrons » d’entreprises nationales restent localisés en France, mais il existe des artifices pour qu’une partie des revenus soient localisés ailleurs (sociétés écran ou autre).
      On peut leur faire la morale derrière notre clavier, tout comme les confesseurs faisaient en chaire la morale aux rois, mais il faudrait réformer l’ensemble du monde et la nature humaine pour avoir de l’effet, vaste programme.


    • Arogavox Arogavox 26 mai 17:10

      @Eric F
       L’approche logique vous dépasse ? ou vous faites seulement semblant de ne pas arriver à envisager la moindre abstraction ? 
      (Votre sigmoïde suppose une borne supérieure des revenus imposés ! - par quel effet, quelle invention surajoutée à l’impôt ?
       Quand on se contente de ne pas sortir du sujet du seul impôt, qu’est-ce donc qui dérange tant dans la non-dénaturation du concept de progressivité de l’impôt : la simplicité évidente, ou l’honnêteté ?
      ).
       Pas sûr que votre ’absolue certitude’ ne soit pas, disons, ’relative’, devant celle qui faisait dire à George Orwel  : 

       "La libertéc’est la liberté de dire que deux et deux font quatre

      "


    • oncle archibald 26 mai 17:37

      @Eric F : « il faudrait réformer l’ensemble du monde et la nature humaine pour avoir de l’effet, vaste programme. »

      Oui ! Moi je suis pour ! Faut-il se résigner et accepter l’inacceptable sans rien dire ? Et continuer à écrire fraternité au fronton de nos mairies ? Faut-il revenir à l’homme des cavernes, c’est celui qui a le plus gros gourdin qui fait la loi ? A quoi ont servi les humanistes, les philosophes, les révolutionnaires qui ont écrit la déclaration des droits de l’homme et du citoyen ?

      Il ne s’agit pas de priver qui que ce soit de sa liberté d’entreprendre et de gagner de l’argent, il s’agit de lui demander de contribuer à la bonne marche de la société à proportion de ce qu’il gagne, avec cette formidable particularité de l’ISRPP en France : sur les premiers 10 000 euros qu’il a gagné celui qui gagne 1 million d’euros ne paie rien, sur la tranche suivante, comme n’importe quel autre contribuable il paie 10%, etc etc ...

      Actuellement le taux de la tranche dite « résiduelle » celle dans laquelle on va mettre tous les revenus au dessus de 160 000 Euros par personne s’entend, pour un couple c’est le double par le biais du « quotient familial », est de 45%.

      Franchement si quelqu’un est capable de quitter la France parce qu’on mettrait quelques tranches de prélèvement à des taux supérieurs pour des revenus supérieurs c’est à mon avis un mec qui n’aime que l’argent. En fait il nous fait du chantage !

      Quand une marque de Jeans à la mode fait fabriquer ses pantalons dans le tiers monde ça n’est pas pour nous les vendre moins cher, non, ça n’est pas non plus pour que les petits chinois puissent manger, ils s’en foutent, c’est juste pour augmenter sa marge bénéficiaire. Elle pourrait vendre le même Jeans au même prix en le fabriquant en France si elle se contentait d’une marge « normale ». Faire croire au consommateur qu’on le bichonne en veillant à faire baisser les prix c’est une arnaque ! La seule chose qui fasse baisser le prix c’est la concurrence !

      J’achète des pommes splendides et délicieuses directement au producteur à 1,30 € le kilo parce que cette année il a augmenté son prix de 10 centimes ! Les petites c’est 0,80 et les moches pour la compote c’est 0,60. J’ai discuté avec lui. Il est radieux, il n’a aucun mal à amortir le « camion magasin » qu’il a du acheter pour s’installer sur des points de vente dédiés aux petits producteurs.

      Quand il vendait ses pommes à la grande distribution on les lui achetait (les plus belles) à 0,40 € pour les revendre à 3,50 € voire plus. Coef multiplicateur : 8 ! Et tout est du même tabac. Et c’est ça qu’il faut changer, et en attendant il faut au minimum récupérer une partie des « super bénéfices » de certains par le biais d’un ISRPP mieux calculé.

      Il ne s’agit pas « de faire la morale derrière notre clavier » mais d’essayer d’organiser un monde meilleur. C’est quand même pas défendu si ?


    • Yaurrick Yaurrick 26 mai 17:37

      @Eric F
      Il y a quand une même une sacré progressivité de l’IR, même si le nombre de tranches est réduit : 70% du montant total de l’IR est acquitté par les 10% des foyers fiscaux les plus riches.
      Et que dire lorsque la moitié des foyers fiscaux ne paient pas d’IR et s’offusque que l’autre moitié bénéficierait de baisse d’impôts... Le pire est tout cela se passe dans un pays où la pression fiscale est la plus forte au monde.


    • foufouille foufouille 26 mai 17:57

      @Yaurrick

      la TVA existe et tout le monde la paye : crétin ou taré, a toi de choisir ce que tu es.


    • Arogavox Arogavox 26 mai 19:47

      ... sigmoïde pour les impôts :
      même avec un point d’inflexion centré sur les revenus moyens ... on aurait une progressivité de l’impôt qui augmenterait jusqu’aux classes moyennes ... mais qui diminuerait pour annuler son accélération pour le plus haut revenu !
       Est-ce bien là une façon honnête de respecter les raisons qui inspirent le principe de progressivité de l’impôt ?
          
       (Ne pas mélanger les arguments ou arguties :

      • – règle de la certitude (“Ne recevoir jamais aucune chose pour vraie que je ne la connusse évidemment pour telle”)
      • – règle de l’analyse (“Diviser chacune des difficultés que j’examinerais en autant de parcelles qu’il se pourrait et qu’il serait requis pour les mieux résoudre”)
      • ...
      )

    • Eric F Eric F 26 mai 22:38

      @Arogavox
      J’ai bien compris la logique d’une progressivité constante, mais cela ne saurait aller au delà de 100%, ni même prendre cette valeur comme asymptote, ou on reste dans le domaine de la pure abstraction inapplicable dans le monde réel. Pour ma part, ce qui m’intéresse, c’est ce qui pourrait être effectivement applicable, tout en reprenant le principe -que je reconnais judicieux- d’une courbe continue plutôt que des taux « en escalier ».
      Je n’ai pas évoqué sur cette question des « absolues certitudes », le domaine de la « posture » ne m’intéresse pas le moins du monde.


    • Eric F Eric F 26 mai 22:49

      @oncle archibald
      On est d’accord qu’il est regrettable que les plus riches soient à ce point « intéressés » qu’ils désertent leur pays pour aller dans des contrées à fiscalité attractive, ceci étant on en est tous là à notre niveau quand on va au supermarché plutôt qu’à l’épicerie de proximité, ou qu’on achète lors des soldes ou autre promos. En plus, au supermarché, je vais direct au rayon des produits « date limite » à moitié prix, alors que je ne suis pas dans la dèche, je mérite la guillotine.


    • Yaurrick Yaurrick 26 mai 23:20

      @foufouille
      Mais bien sûr, comme si les riches ne consommaient pas plus que les pauvres et donc remplissaient les caisses de l’état, en plus de payer l’IR et bien d’autres taxes & impôts. Et bien entendu les riches n’ont aucune aide non plus.
      La concentration de la fiscalité existe bel et bien, que ça vous plaise ou non. Et vous ne faites que confirmer que vous faites partie du groupe de salopards qui veulent que les autres que paient tout à votre place tout en gueulant qu’ils ne paient pas assez.


    • Arogavox Arogavox 26 mai 23:33

      @Eric F
       SVP, reprenez-vous ! les gens qui prennent la peine de vous lire ne sont pas des quiches !!  : avec un ctrl +F, en 2 seconde, ils ont retrouvé dans cette page :
      « au delà, car on aurait alors une absolue certitude : ... » . D’où vous vient cette pensée de ’posture’ ?!
        
       Vous confirmez (26 mai 22:38) votre incapacité à respecter le raisonnement logique, qui lui,doit savoir aller « au delà de 100% » . 
       Le témoignage de votre incapacité à envisager le dépassement de cette valeur comme autre chose que « de la pure abstraction inapplicable dans le monde réel »  ne saurait passer pour une démonstration !  

       
      Mais le pire est de vous montrer ainsi hermétique au fait que la conscience que « 2+2=4 » reste intéressante ! même pour ceux qui n’iront pas pour autant militer contre l’idéologie politique ambiante (cf 1984 par George Orwell )


    • oncle archibald 26 mai 23:37

      @Eric F

      :chacun fait ce qu’il veut oú ce qu’il peut avec son Q et avec son QI. Comme disait le Pape François à propos des homosexuels, qui suis-je pour les juger.

      En revanche on ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière. Si on fait semblant de souhaiter un état protecteur et si on pense que c’est toujours le voisin qui doit payer, alors tout va bien. Si on espère plus de solidarité et de fraternité on accepte de payer un impôt qui va dans ce sens la.

      Du fric il en faut pour vivre, si on en a un peu plus c’est vachement agréable, encore plus on pete dans la soie, mais à un certain niveau on ne peut plus le dépenser « normalement » et à mon avis ce « surplus » devrait être partagé avec la communauté. Et l’ISRPP est fait pour fixer les conditions de ce partage. Et si c’est bien fait on paye sa quote part sans rechigner et c’est une des conditions necessaires pour établir la « paix sociale ».


    • Eric F Eric F 27 mai 12:05

      @oncle archibald
      Concernant la CSG sur les retraites, elle n’est pas à taux fixe, il y a 4 taux croisants selon le revenu, mais pas selon le principe des tranches car dès lors qu’on est au dessus d’un plafond, le taux supérieur est appliqué sur l’ensemble du revenu -pour le coup, il aurait été plus juste d’appliquer selon des tranches, mais les moyens retraités sont dans le collimateur du gouvernement (pourtant ces masos votent pour lui)
      En plus, mieux vaut être divorcé, car pour un couple les « plafonds » sont seulement 1,5 fois celui d’une personne seule (pas pareil que pour les « parts » de l’IR).


    • Eric F Eric F 27 mai 12:19

      @Arogavox

      Cela relève de la manipulation que de prétendre que 2+2=4 validerait la « logique » d’un taux de prélèvement supérieur à 100%. Donc, encore une fois, d’accord sur la recevabilité d’une progressivité continue, mais ça n’implique nullement une exponentielle, il n’y a aucune « logique » à dépasser 100%.

      Concernant la question des certitudes, je comprends maintenant à quoi vous faisiez allusion, mais j’évoquais alors une conséquence pratique inéluctable, non pas une position dogmatique.


    • Arogavox Arogavox 27 mai 19:04

      @bon entendeur ...

      le site https://impot-sur-le-revenu.ooreka.fr/astuce/voir/462615/impot-
      témoigne de cette acception de la notion d’impôt progressif :

      La progressivité peut prendre deux formes :
      * Elle peut être conçue de manière intégrale. C’est une hypothèse d’école, rarement retenue en pratique.
      * La progressivité peut aussi se faire par tranches....

      Nota Bene (au cas où) : le mot « rarement » n’a pas la même signification que le mot « jamais » !

      équité verticale.

      Les personnes qui ont les plus fortes ressources doivent s’acquitter d’une charge d’impôt plus élevée.
      C’est l’article 13 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen  :
      « Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable :
      elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés ».

      Une augmentation du taux qui, après avoir augmenté jusqu’aux revenus des ’classes moyennes’, se met à diminuer jusqu’à s’annuler pour les revenus les plus hauts, est-ce bien une traduction honnête du « également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés » ?

      Chacun est parfaitement en droit de voir ça avec sa conscience.
      Mais tout citoyen est en droit de se défier de ce que peut bien vouloir dire ’également’ chez ceux voudraient que 2+2=5


    • Eric F Eric F 27 mai 21:28

      @Arogavox
      Encore une fois, OK sur la pertinence de la progressivité continue, le désaccord portait spécifiquement sur l’idée d’un taux exponentiel.

      Je suis bien évidemment d’accord que même dans un système par « tranches » le taux ne devrait pas diminuer sur les très haut revenus du fait de subterfuges (flat tax), passe droit (niches douteuses) et artifices (sociétés écran, etc.).

      NB : Si la progressivité intégrale est « rarement » retenue en pratique, il aurait été intéressant de donner un exemple réel d’application (il est possible que ce soit juste c’est une clause de style)

      PS : je n’ai toujours rien compris à vos histoires de 2+2=5, je ne défends rien qui puisse s’y assimiler.


    • babelouest babelouest 1er juin 07:16

      @Yaurrick
      Mauvaise foi ? Est-ce que les riches ont besoin de PLUS de nourriture que les très pauvres ? J’ai bien dit besoin, car souvent faute de pouvoir faire autrement les pauvres vont sauter des repas. Ne mélangeons pas les BESOINS et les ENVIES.

      Mon sentiment est que s’il n’y avait pas de monnaie, mais partage, il n’y aurait plus ni pauvres, ni riches, et ce serait très bien. Peut-être pas pour vous. Les 5 ans où de façon parfaitement légale je déclarais zéro euro ne furent pas les plus heureux de mon existence, compte tenu de ce qu’est la vie actuelle.


    • JL JL 1er juin 07:32

      @babelouest
       
       ’’Ne mélangeons pas les BESOINS et les ENVIES. ’’
       
      « La planète compte suffisamment de ressources pour répondre aux besoins de tous, mais pas assez pour satisfaire le désir de possession de chacun. » Gandhi.


    • Eric F Eric F 3 juin 10:22

      @babelouest
      « s’il n’y avait pas de monnaie, mais partage, il n’y aurait plus ni pauvres, ni riches, et ce serait très bien ».

      La monnaie est théoriquement juste un moyen intermédiaire pour les échanges, lorsque le « troc » n’est pas immédiat, initialement il pouvait s’agir d’encoches sur un bâton ou d’un objet de valeur sans utilisation directe.
      Il existe encore marginalement des petites communautés de partage équitable, dont l’organisation implique un travail équivalent (par exemple ..un couvent), mais dans ses relations avec l’extérieur, elle a besoin d’un support monétaire.

      Dans notre pays, il existe des minima sociaux pour ceux qui n’ont pas d’autres ressources, et depuis l’institution du RMI et équivalents, le nombre de bénéficiaires a considérablement augmenté. La plupart des autres pays sont plus mal lotis, ou bien il y existe des petits boulots en suffisance, mais qui s’apparentent souvent à un asservissement individuel.


  • troletbuse troletbuse 26 mai 10:25

    Votre explication est claire comme du jus de chique.

    Si on dépasse le seul de 25400 euros, on aura environ 125 € de réduction

    J’ai cru comprendre que vous écriviez que le barême pour les revenus de 2019 serait les nouvelles tranches mais avec les anciens taux de 14 et 30 %.

    Mystère.


    • Eric F Eric F 26 mai 10:50

      @troletbuse
      désolé des imprécisions dans ma formulation, c’est lié au fait que le taux de prélèvement à la source sur les revenus de l’année en cours est calculé selon la déclaration des revenus de l’année précédente (on est en train de la remplir pour les revenus de 2019). En fait, ce qui nous sera prélevé cette année le sera bien avec les nouveaux taux et les nouveaux seuils (ils sont déjà applicables depuis le premier janvier, mais basés sur la déclaration antérieure).
      Mon article révèle un « effet de bord négatif » des subtilités mises en place par les mesures supposées réduire les impôts des classes moyennes, au détriment des contribuables juste au dessus des « nouveaux » seuils rabaissés.
      Et par ailleurs, je pointe le très fort gap de taux en entrant dans la seconde tranche, la pente est bien trop forte.


  • hgo04 hgo04 26 mai 13:09

    La classe moyenne va être laminée par ce pays..

    Il restera donc un monde basique RICHES PAUVRES.

    Les premiers auront la santé, la sécurité, les loisirs ou oisiveté, les seconds devront travailler pour leur en faire bénéficier.

    Au moins les choses sont claires. Aussi, je commence à penser à faire que les premiers n’aient plus de sécurité, basiquement cela aura des incidences directes sur leur santé, et indirectement l’oisiveté.. 


    • JL JL 26 mai 13:25

      @hgo04
       
       ’’Les premiers auront la santé, la sécurité, les loisirs ou oisiveté, les seconds devront travailler pour leur en faire bénéficier.’’
       
       Vous oubliez la liberté de fait et bientôt les droits qui vont bien avec ; inénarrable retour à l’Ancien Régime. Effacé 1789.


    • Eric F Eric F 26 mai 13:34

      @hgo04
      Il est certain que l’idéologie des « premiers de cordée » a été délétère, mais en voulant faire passer les classes moyennes+ comme « riches », les gouvernants et médias font un nuage de fumée pour couvrir les « très riches ». Et on peut voir que cela fonctionne plutôt bien auprès d’une part de l’opinion publique.
      Résultat, les primes et avantages sociaux sont conditionnés à un plafond relativement bas, ce qui altère notamment l’efficacité de la relance par la demande (on le verra pour l’automobile, où la « prime à la casse » n’aura pas d’effet sur les voitures neuves en stock, mais au mieux sur des importations low cost).


    • titi 26 mai 21:47

      @Eric F

      Expliquez nous.
      C’est quoi un riche ? c’est quoi une classe moyenne ?

      A partir de combien de revenus est-on riche ?

      Personne ne définit exactement ce qu’est un riche.
      Politiquement ce serait très risqué.
      Le riche c’est « l’autre », le méchant, celui qui doit payer à la place du gentil pauvre.
      C’est pratique.

       


    • Eric F Eric F 26 mai 23:01

      @titi
      « Personne ne définit exactement ce qu’est un riche. Politiquement ce serait très risqué »
      j’ai écrit des articles sur ces notions de « classe moyenne » et de riche. Il faut effectivement un ordre de grandeur, j’ai repris (et adapté) le seuil indicatif de la richesse évoqué par Hollande il y a quelques années : 4000 euros net mensuel par part (avec l’inflation, cela correspond à environ 4600 désormais).
      Plus flou serait le concept de « très riche ». Allez, je me lance : 5 fois plus


    • hgo04 hgo04 27 mai 16:09

      @titi

      Vous avez raison de dire que cela est subjectif.

      C’est quoi être riche  ? Pour moi, puisque c’est subjectif, c’est pouvoir claquer de l’argent sans risquer d’en manquer, voir même sans en ressentir rien du tout.

      Et quand je dis, claquer «  est claquer. Allez.. J’ai connu une personne qui, le jour des 18 ans de sa fille, a remercié les invités d’être venus en toute simplicité à cet anniversaire.

      Cela se passait sur un YATCH loué à cette occasion a MONACO. Le même est allé faire de la randonnée, dans la vallée des merveilles, en famille.. Départ et retour NICE VALLÉE DES MERVEILLES, pour 6 personnes, en hélico..

      Puis je considérer qu’il est riche  ?
      Attention, je n’ai pas dit un salop ou un voleur, pas du tout. Il est même sympa, et s’il est riche c’est d’abord grâce à lui. Donc pas question de m’en prendre à lui, mais.... il est indéniable que les salaires moyens (grande fourchette 2500 à 5000 € mensuels, voire 10 000 €) vont dégringoler.

      Après, je peux vous retourner la question. C’est quoi être pauvre  ? À partir de combien l’est-on  ?


    • foufouille foufouille 27 mai 16:33

      @titi

      ben avec 6000 tu peux te payer ce que tu veux, avec 10000 encore plus de luxe.

      2000 hors impôts est déjà bien mais avec 3000 tu as ton logement décent.


  • titi 26 mai 17:20

    @L’auteur

    « Cela montre le dévoiement démagogique des prétendus cadeaux fiscaux, bricolés pour qu’ils ne bénéficient surtout pas aux classes moyennes »


    N’importe quoi. Y’a des tranches. C’est comme ça que tout fonctionne en France.

    Quand on est à la limite sup d’une tranche inférieure on est gagnant.
    Quand on est à la limite inférieure d’une tranche supérieure on est perdant. 

    C’est le principe des tranches.

    Ou alors supprimons les tranches.

    Flat taxe pour tout le monde.


    • Eric F Eric F 26 mai 23:12

      @titi
      Vous n’avez pas lu à fond l’article, ce qui est en cause n’est pas le concept de « tranches » que le fait d’avoir diminué le seuil de passage de la 1ère à la 2ème et de la 2ème à la 3ème tranche, pour annuler l’effet de la baisse de taux de la première tranche. L’effet de bord que je mets en lumière est que certains contribuables sont de ce fait passés dans la tranche supérieure sans changer de revenu, et de ce fait les augmentation dont ils bénéficieront seront davantage taxées avec le « nouveau » barème que l’« ancien », ce qui est paradoxal alors que le but affiché était de diminuer l’imposition.


  • Jean Keim Jean Keim 26 mai 17:45

    Il me vient deux réflexions dont la deuxième très personnelle, et je vais généreusement les partager :

    1) Pourquoi un impôt par tranches ?

    Ou alors des tranches à l’infini, autrement dit une seule formule, pondue par un polytechnicien aidé par un énarque, heu non ! pas un énarque ils font trop de dégât, disons un économiste, ... pas sûr que ce soit mieux, bref une formule avec dedans des exponentielles et des logarithmes, et qui serait pertinente pour calculer l’impôt, il serait très doux pour un revenu modeste en augmentant progressivement mais d’autant plus vite le prélèvement au fur et à mesure que le revenu en fait autant jusqu’à être totalement confiscatoire quand le revenu devient indécent.

    2) Pourquoi faut-il payer un impôt ?

    Nous sommes tellement conditionné par « ce devoir républicain » que son acceptation est quasiment inscrite dans nos gênes, mais si je donne par mon travail du temps de vie à la communauté, pourquoi en plus devrais-je acquitter un prélèvement sur ce que mon entreprise publique ou privée m’octroie plus ou moins chichement comme rétribution ? De plus cet impôt acquitté, quand je fais un achat, je dois payer un autre prélèvement que je sois riche, aisé, pauvre ou miséreux, c’est le même pour tout le monde.

    Le quidam va me rétorquer que l’État à besoin d’argent pour son train de vie, dans le système actuel c’est indéniable, un porte-avions qui navigue 6 mois pour 1 an de réparation, d’entretien et de remise à niveau, des rafales qui coûtent à l’unité le prix d’un hôpital, une Europe dont les fonctionnaires, libres de tout impôt, nous coûtent un bras, une dette dite souveraine (la dette dans sa majesté) qui maintenant dépasse notre P.I.B., des hauts fonctionnaires à Bercy intouchables, etc.

    Mais peut-on imaginer un monde qui fonctionne autrement ?


    • Eric F Eric F 26 mai 23:27

      @Jean Keim
      Les « tranches » d’imposition sont une application simple de la progressivité. Pourquoi pas un barème continu désormais avec l’informatique ? on peut en effet poser la question, on pourra alors discuter l’« asymptote », je ne pense pas que 100% soit réaliste, jamais appliqué nulle part et les plus fortunés s’expatrieraient encore davantage ...on peut certes les guillotiner mais ils ne paieront ensuite plus rien !

      La moitié du budget de l’état va dans la redistribution sociale, et à peine un vingtième va dans les armements, alors on peut évidemment réduire le vingtième, mais ça ne diminuera pas énormément le total....

      On peut « imaginer » un monde qui fonctionne autrement, mais ceux qui ont cherché à le mettre en oeuvre se sont cassé les dents (ou plutôt ont cassé les dents des populations). Le « moins pire » semble avoir été l’émancipation sociale lors des 30 glorieuses ...et encore, car les moins nantis étaient alors plus pauvres que désormais.


    • Jean Keim Jean Keim 27 mai 08:36

      @Eric F

      Mon commentaire est un peu et volontairement outrancier je vous l’accorde, quand à la menace que les riches se cassent, sérieusement qu’un parasite aille se faire prendre ailleurs qu’elle importance, ils pourraient se regrouper qq. part sur la terre, et pourquoi pas sur la Lune, ils apprendraient à se débrouiller entre eux sans tout ce qui fait un monde viable, vous savez le cantonnier, le jardinier, le cuisinier, l’électricien, le mécanicien, le menuisier, le maçon, le livreur, l’infirmière, etc., ces gens formidables qui font réellement tourner un pays et que les nantis ignorent du haut de leur building, on ne s’apercevrait même pas de leur absence.


    • Eric F Eric F 27 mai 11:35

      @Jean Keim
      « lls pourraient se regrouper qq. part sur la terre, et pourquoi pas sur la Lune, ils apprendraient à se débrouiller entre eux... »


      En réalité, vous le savez bien, c’est l’inverse qui se passe : de très nombreux pays accueillent à bras ouverts les hyper-riches issus des pays à forte fiscalité, que ce soient les affairistes ou les vedettes, lesquelles vedettes nous tirent les larmes des yeux pour solliciter nos dons pour des causes caritatives.
      Par contre, il pourrait y avoir un principe très simple : l’argent gagné en France est imposé en France, avec retenue à la source. Finalement le principe de taxation des GAFA appliqué aux nantis.


    • Alibaba007 Alibaba007 27 mai 15:48

      @Eric F " ...on peut certes les guillotiner mais ils ne paieront ensuite plus rien !

      "

      Très juste...  commençons par la première étape  smiley

      ...et voyons ensuite si le pays tourne encore après résolution de ce problème...

       smiley


    • babelouest babelouest 1er juin 07:26

      @Jean Keim
      Je pense que vous vous fourvoyez. Si CSG, CRDS, TVA étaient répartis sur l’impôts sur le revenu, même avec des tranches commençant à 5% pour les tout petits revenus les plus modestes s’y retrouveraient. Le piège de la TVA, c’est qu’on la paie sans « la voir ». Au moins le taux à 33% autrefois sur les voitures, les bijoux, les parfums avait-il un sens. Cela rétablissait en partie une certaine progressivité.


  • MAUGISMICHEL MAUGISMICHEL 26 mai 18:15

    La solution à ce problème fiscal est archi connue et rationnelle.

    Les revenus des salaires devraient être exemptés d’impôt, parce que la participation du travail au bénéfice de la nation, est déjà inclus dans les profits des entreprises qui, elles , doivent payer des impôts sur les profits.

    Les salaires, quelques qu’ils soient doivent être plafonnés à un maximum raisonnable. 

    Seuls les profits des entreprises doivent payer des impôts.

    C’est à dire SEULEMENT le Capital mobilier et immobilier doit payer des impôts sur les revenus qu’il produit, et à un taux fixe, pour rendre le morcellement inutile.

    il me semble que Alain Minc avait déjà fait une telle proposition

    Le reste c’est des discours irrationnels qui cachent la réalité d’un monde qui marche sur sa tête, avec des salaires scandaleux envers des NULS et des salaires misérables pour des travailleurs héroïques. 


    • Eric F Eric F 26 mai 23:30

      @MAUGISMICHEL
      c’est une piste judicieuse, mais elle ne pourrait être mise en place qu’au niveau mondial, car actuellement les entreprises s’installent là où leur profit est maximum : faible couts, faibles prélèvements.


    • MAUGISMICHEL MAUGISMICHEL 27 mai 02:02

      @Eric F

      Ce qui est une preuve de l’ aliénation de l’homme.
      il n’est pas mettre des choses qu’il produit ce sont les choses qui le contrôlent.

      Il faut interdire les entreprises de s’installer ailleurs, sans l’accord gouvernemental


    • William 27 mai 10:30

      @MAUGISMICHEL
      Vous écrivez : « Il faut interdire les entreprises de s’installer ailleurs, sans l’accord gouvernemental »
      Mais on n’est plus à une époque où les entreprises sont spécifiquement nationales (hormis les petites entreprises familiales), la propriété de l’entreprise tout comme la direction sont la plupart du temps multinationales, rien n’est plus simple que de fermer une usine dans un pays, et de transférer la production dans un autre.
      Regardez Alcatel, qui avait fusionné avec l’américain Lucent puis a été racheté par le finlandais Nokia, que reste-t-il de national ?
      Même Renault où l’état a une participation, il y est minoritaire. alors dans le cas actuel il peut faire pression dans la mesure où il injecte du capital (quoique ce soit plutôt un pret), mais la décision de fabrication de nouveaux modèles dans tel pays plutôt que tel autre ne dépend pas de l’état français. Peu à peu, la production dans l’hexagone n’a cessé de se réduire, du fait des coûts comparatifs.
      L’état a peu de leviers concrètement, sauf à faire du protectionnisme à outrance, mais en renonçant alors à exporter du fait des rétorsions.
      Il peut être décidé « un certain protectionnisme sélectif » pour conserver une part de production nationale (par exemple les équipements médicaux), mais l’effet serait quand même limité.


    • MAUGISMICHEL MAUGISMICHEL 27 mai 16:04

      @William
      L’homme n’est plus maître et non mettre.

      Si une entreprise délocalise, elle doit recevoir l’aval du gouvernement, un point c’est tout. Sinon, elle le fait contre la volonté de la nation. 
      Ce n’est pas du protectionisme, c’est de l’évidence
      La nation doit être maître de ses moyens de production. C’est la démocratie, sinon c’est de l’égocentrisme de quelques crapules

      comme je l’ai dit, l’homme n’est plus maître de sa destinée ! 


    • Eric F Eric F 27 mai 18:48

      @MAUGISMICHEL et @William

      il est rare qu’une usine soit purement et simplement fermée du jour au lendemain, pour que son outillage et la production soient transférés à l’étranger (délocalisation directe).
      Généralement le phénomène est plus insidieux : une entreprise qui a des sites dans différents pays peut progressivement diminuer la part de production dans un pays donné jusqu’à la faire disparaitre, et augmenter concomitamment la production dans d’autres pays. Si l’actionnariat de cette entreprise est multinational, elle ne dépend pas de la « volonté d’une nation ».
      Je connais le phénomène pour l’avoir vécu « de l’intérieur » comme salarié d’un groupe high tech : la fabrication puis le savoir-faire sont transférés peu à peu, et à la fin le groupe peut se passer de nous. Le gouvernement ne peut peser que s’il y a de grands marchés publics conditionnés par une activité locale, ou s’il injecte du capital. Les « aides » sont un fusil à un coup, cela ne fait que retarder l’échéance, on l’a vu dans la sidérurgie.

      PS : a propos de production nationale, le plan d’aide à l’automobile annoncé hier est complètement à côté de la plaque, il aurait fallu un plan ciblé d’urgence pour écouler les stocks déjà produits, pas des aides qui iront sur des occasions récentes ou des véhicules low cost importés. Quant aux voitures électrique, filer 7000 euro par véhicule montre leur absence totale de compétitivité, c’est subventionner une danseuse pour des bobos urbains ! Toyota fabrique en France la Yaris Hybride non rechargeable donc non éligible à la prime, contrairement à la Prius importée !


    • babelouest babelouest 1er juin 07:29

      @MAUGISMICHEL
      Et les actions ? Ou alors, déjà, qu’il soit interdit de verser des dividendes sur les comptes situés à l’étranger, et que l’évasion fiscale soit très sévèrement réprimée.


Réagir