lundi 14 septembre 2015 - par ddacoudre

Je me drogue au JT

L’information biaise la réalité des causes et des maux dont nous nous plaignons. D’une manière générale l’humain ne se sent pas responsable des désagréments qu’il génère, pensant toujours faire les choses avec justes raisons, sinon il ne les ferait pas, même quand il se suicide.

Le seul fait d’énoncer la réalité en faisant une contraction des événements relatés, la fausse. C'est-à-dire lui donne une valeur commentée et non la valeur des acteurs qui l’ont façonnée. L’information est déjà baisée par le filtre de ceux qui la traduisent et pourtant elle va influencer tous ceux qui la liront en pensant qu’elle est le reflet de la réalité, parce qu'elle concentre le regard sur elle ce phénomène est connu c’est l’effet loupe.

Pour prendre ce qu’est la mesure d’une information qui semble scotcher toute réflexion sur elle, il nous faut faire un effort de réflexion sur ce qu’est le temps.

Brièvement le temps ressemble à la proposition de Hawkins qui pour définir l’univers conjecture qu’il n’a pas de bord, qu’il n’aurait pas de frontière, prenant naissance dans un temps imaginaire pour éviter les temps infinis et les instants zéro inatteignables.

Au passage rappelons-nous de la tolérance zéro de M Sarkozy qui est un concept schizophrénique, comme le fait comprendre Hawkins avec la mesure de l’univers, inatteignable, et pour cela nous avons accepté la modification et la surenchère de bon nombre de lois. Comme quoi si les citoyens en avaient été instruit ils n’auraient jamais confié le pouvoir à un ( ?)

Cette vision d'Hawkins d'un univers sans bord ne repose naturellement pas sur un principe physique vérifiable. Car alors il serait faux en nous donnant ainsi par un principe physique vérifiable la faculté de définir notre création. Ce qui ferait de nous des êtres qui lui seraient supérieurs.

De la sorte le temps ne peut être saisi et tout écoulement de sa durée n’est qu’arbitrairement mesurable, et seulement un moyen universel de se normaliser et de disposer d’un langage commun. Mais la réalité de sa durée comme chacun le sait, est a pu le vérifier, et psychologique. Si l’événement qui s’écoule est agréable ou une souffrance le temps s'écoule différemment. La réalité est celle-là, non celle de nos horloges ou montres qui ne sont que des coordonateurs. Le temps humain est donc un temps psychologique. C’est le temps que nous sentons passer et dont nous mesurons la durée par une mesure arbitraire culturelle coordonatrice. Ensuite existe le temps thermodynamique qui mesure l’accroissement de l’entropie, chaque fois que nous réalisons une action nous augmentons le désordre, nous complexifions l’existence. En augmentant le désordre et nous créons des "outils" ou "machines" pour le lire ou nous devons toujours apprendre en continu sans espoir de tout saisir. Enfin le temps dans lequel se dilate l’univers, le temps cosmologique.

Publicité

Donc l’information que nous recevons ou distribuons circule dans cet espace temps psychologique, géré par les perceptions émotionnelles, et arbitrairement contenu dans une mesure de durée normalisatrice, l’heure.

Essayons de quantifier nos actions dans le temps pour avoir une idée de celles dont nous nous souvenons. Alors, nous allons considérer qu’une action humaine correspond à une seconde, car comme le dit Hawkins le temps zéro est inatteignable.

Suivant la découpe conventionnelle du temps d’une année en 365 jours de 24h composé de 3600 seconde l’heure, cela nous donne 31 536 000 secondes, donc autant d’actions humaines dans une année. Si nous multiplions par la population française cela nous donne sur une année, 31 536 000 X 66 030 000 = 2 082, 322 080 000 000 trillions actions. En Europe ce nous fait, 31 536 000 X 738 442 000 millions d’européen, soit 23 287 506, 912 000 000 trillions actions humaines. Au niveau mondial 31 536 000 X 7 349 472 000 égale 231 772, 948 992 000 000 trillions actions. Il ne nous reste plus qu’à multiplié par la durée de vie.

Que retenons-nous de nos actions retranscrites par l’information.

Si nous prenons un JT qui dure entre 25 et 35 minutes, au maximum il traitera 20 sujets X 365 jours = 7300 sujets durant 776 500 secondes dans l’année sur un total d’actions de 2 082, 322 080 000 000 trillions d’événements possibles. Autant dire que nous que nous ne savons rien de nos existences si ce n’est la perception de notre quotidien soumis à tous les coordonateurs éducatifs. Et pourtant ce sont ces 7300 sujets qui par l’effet loupe vont mobiliser notre attention et nous laisser croire que le monde tourne autours d’eux.

L’actualité autour des migrants en est une flagrante démonstration, subitement c’est devenu une crise alors que dans le monde se sont édifiés 52 murs de la honte et que l’immigration est la conséquence récurrente des politiques du FMI.

Pire nous focalisons l’opinion publique autour de ces sujets et comme nous le savons les sondeurs d'opinion viendront nous interroger sur ces thèmes, regroupant ainsi la diversité des opinions, en les contractant autour de questions dirigés.

Car vous l’avez compris il nous est impossible de saisir la réalité de nos existences nous ne pouvons saisir le temps zéro. Nous la distordons donc en la racontant, suivant, si le temps, durant lequel les événements qui ont justifié nos actions, nous a paru long ou court, en fonction du plaisir ou de la souffrance ressenti. Nous vivons ainsi dans une mesure individuelle que nous voulons toujours que l’autre partage, alors que c’est impossible.

Publicité

Cela nous oblige donc à consentir de trouver une mesure commune qui rassemble nos ressentis face à un événement. C’est le rôle de tous les coordonateurs qui façonnent les communautés (tabous totems, mythes, dominats systémiques) et concentre les comportements humains par un mimétisme que nous appelons l’éducation. De la sorte une société qui voudrait vivre dans l’individualisme courait au suicide, courait vers une auto destruction en l’absence d’un tronc commun. Ainsi nos sociétés qui se veulent individualistes se fédèrent autour de troncs communs qui se véhiculent par l’éducation avec la particularité d’une place sans précédent de la circulation de l’information par des moyens technologiques qui la focalise et offre une possibilité de conditionnement sans précédent en entrant dans 98,3% des foyers.

Actuellement nos JT n’ont aucune valeur informative, c’est à qui mieux mieux va faire du reality show ou du scoop. Ce n’est donc pas avec cette information que nous pouvons déchiffrer l’accroissement de l’entropie que génèrent nos actions, ce n’est pas avec cette information que nous comprendront la complexité du monde. Nous nous faisons promener au vent des vagues médiatiques, même si l’on sait qu’elles ne valent rien. Leur effet est induit lorsque nous les avons entendus, et faute de disposer d’autres sources d’informations comparatives notre cerveau aura enregistré celles-là.

Chacun a pu comprendre que malgré tous les coordonateurs de comportements qui structurent nos existences il y a des millions d’événements auxquels individuellement nous ne pouvons accéder ou connaitre s’ils ne sont pas rapportés. Le rôle de l’information est de nous les faire connaitre pour nous fonder une opinion sur nos existences. Que les organes d’information ne puissent pas tous les rapporter c’est normal, qu’ils fassent des choix c’est normal aussi, mais que dans les pays occidentaux l’information se structure de la même manière ne peut résulter du hasard.

Ainsi, si nous vivons actuellement un marasme sociétal avec des citoyens qui ne croient plus dans leurs élites ou leurs institutions à part les services hospitaliers l’armé et la police, pas de quoi faire une démocratie. Nous le devons au contrôle de l’information qui veut coller aux réalités des gens, heureux de faire l’objet de considérations qui se perdent dans le vide sidéral de la médisance et de la rumeur qui sont de véritables sape de la réflexion intellectuelle.

Compte tenu de la diversité des champs d’opinions politiques, de la richesse de nos connaissances du monde, il est anormal que nos sociétés s’enferment dans le rejet par ce que l’on ne donne pas aux citoyens les moyens de lire le désordre qu’ils créent. Car l’ordre du monde est justement cela et non trouver une ou des gouvernances dictatoriales qui nous évitent d’avoir à réfléchir pour que nous passions notre temps à ne vivre que comme des boyaux, consommer et chier par ce que nous avons une information de merde. Télévision : de l'info sans infos

Au final nous avons des citoyens qui pensent qu’ils ne sont pour rien dans les événements qui se produisent, alors qu’ils en sont les acteurs par les trillions d’actions qu’ils ont conduites et dont ils ne se rappelleront que quelques-unes et croient que leur vie ressemble aux JT. Alors ils s’inventent des boucs émissaires qui les dédouanent d’avoir à s’interroger s’ils y sont pour quelque chose dans les événements qui se déroulent. Il en résulte que c’est toujours la faute de l’autre, justement celui pour qui ils ont voté.

 



11 réactions


  • ZenZoe ZenZoe 14 septembre 2015 10:10

    Il n’y a pas que la télé qui part en vrille, la presse aussi ! Quand on voit ce matin que les deux plus gros titres, la crise des migrants et le départ de Claire Chazal reine du JT, sont carrément mis sur le même plan, on se pose des questions.


    • ddacoudre ddacoudre 14 septembre 2015 14:24

      @ZenZoe

      il faut lire la stratégie du choc de Naomi Klein. une étude scientifique faite dans les années 50 pour démontrer que le cerveau pouvait par des traumatismes successifs être décervelé, ( Priver quelqu’un de ses facultés intellectuelles. cette étude a été utilisé par l’armé américaine et ses services tel la CIA. mais aujourd’hui tout le monde l’utilise. Par exemple Daesh, en torturant et décapitant et en le montrant en direction de l’occident fait cela, le terrorisme également s’appuie dessus. la conséquence en est que les démocraties n’ont plus devant la peur la capacité d’une réflexion claire et réclament des pouvoirs autoritaire pour m’en tenir là. Depuis l’affaire des tour en 2001 les usa se sont appuyés dessus pour s’assurer d’un contrôle des populations et l’Europe, a l’exception d’une période Chirac a emboité le pas. Le terrorisme est par excellence traumatisant, mais il n’est pas un danger réel pour nos états surarmés et sur équipés en recueil d’informations. Naturellement ceuxi qui le subissent sont de véritables personnes traumatisés, mais l’on demande aux autres, par la répétition de l’information de ce risque de le devenir. Le résultat, c’est que le pouvoir veut tout contrôler, tout passer au peigne fin par des fouilles, vidéo etc.. Les services spécialisés dans la détection du terrorisme, qui ne date pas de l’affaire des « world center », ne comptent absolument pas la dessus pour être efficace. Cela n’est fait qu’en direction d’une population qui sous le choc n’est plus en mesure de disposer d’une saine réflexion et devient liberticide.
      Ainsi ben Laden à gagné sa lutte (car il n’avait pas les moyens de gagner une guerre) en obligeant les démocraties à devenir des sociétés liberticides et intolérantes. il m’arrive souvent d’écrire que bientôt nous serons des démocraties tyranniques qui éliront leur tyran tous les cinq ans.
      je pense qu’il ne t’a pas échappé que nous sommes toujours entrain de dire que nous sommes en crise, en crise pour toute chose, là ou il n’y a que des difficultés naturelles d’une société qui évolue. Et notre information ne traite exclusivement, pour les 3/4, d’informations traumatiques sous le couvert de la sécurité. J’ai appelé cela le « sécuritarisme » car c’est devenu un champ de surenchère et d’instrumentalisation politique. C’est triste et plus ça va plus nous nous enfonçons.
      http://ddacoudre.over-blog.com/pages/Le-securitarisme-destructeur-7613200.html
      cordialement.


  • krapom.deviantart.com krapom.deviantart.com 14 septembre 2015 11:10

    Dans le cas d’une personne qui n’a pas la télévision mais se fait son JT en continu de 10 heures à 20 heures par les chaînes sur Youtube, comment ça marche ton truc ?

    En prenant la même info vue, revue et corrigée par 30 chaînes différentes, est-ce qu’on peut se faire une idée plus précise d’un évènement ou sera-t-il de facto manipulé de la même manière par les télévisions de 190 pays ?
    Le problème, c’est ne prendre l’info qu’à une source.

    • ddacoudre ddacoudre 14 septembre 2015 14:47

      @krapom.deviantart.com

      bonjour. mon article fait comprendre que nous ne pouvons détenir aucune vérité de la réalité que nous vivons, car la réalité c’est ce que nous vivons même si ce en quoi nous croyons et qui affecte notre émotion est faux. Donc c’est peine perdu de rechercher une source sure si on ne la pas vécu.
      il nous faut donc accepter que toute information passe par le filtre de ceux qui la délivrent. c’est aussi vrai pour moi qui ait écrit cet article et fait des commentaires, il passent par mon filtre de libéral, d’anti capitaliste et des savoirs que j’ai cumulé (y compris sur le net) en fréquentant toute ma vie les universités. Nous devons vivre comme cela et nous ne pouvons nous passer d’une réflexion en espérant que ce soit l’autre qui nous la donne. il nous donnera le résultat de son filtre que nous seront libres de partager ou pas, d’amender, de critiquer comme nous le faisons sur agoravox
      l’info télévisuelle et tout ce qui est image qui bouge sont des ersatz de la réalité. c’est du virtuel. mais ce n’est pas pour autant que cela ne nous affecte pas, puisque c’est une information au sens générique et que nous ne vivons que par la percutions des informations que capte nos sens.
      toutes les chaînes récupèrent l’information auprès de journalistes spécialisés, l’agence de presse Reuters fait partie des agences de presse mondiales et généralistes, comme l’AFP, L’Agence France-Presse est une agence de presse mondiale et généraliste chargée de collecter, vérifier, recouper et diffuser l’information, sous une forme neutre, fiable, et utilisable directement par tous.
      Mais la neutralité ça n’existe pas tous ces journalistes ont leurs filtres et tous ceux qui reprennent leurs infos y ajoute le leur. nous ne pouvons pas vivre différemment, il faut seulement le savoir pour en tenir compte dans ses jugements.
      http://ddacoudre.over-blog.com/2015/05/incapable-de-penser-autrement-nous-n-avons-plus-qu-a-attendre-la-tempete.html.
      cordialement.


  • non667 14 septembre 2015 13:57

    politiquement on est dans dans la propagande totalitaire du N.O.M. judéo-américain
     façon goebells amélioré
     donc ne pas croire et se tourner vers ceux qui sont vilipendés
    -fn/lepen en france
    -assad en syrie
    -iran
    -ukraine


    • ddacoudre ddacoudre 14 septembre 2015 14:56

      @non667

      bien sûr, ils défendent leurs intérêts et n’ont pas envie que les masses s’émancipent pour leur,contester leur pouvoir.
      mais je ne crois pas que je me tournerais vers ceux que tu cites. comme tu peux le lire sous mon avatar je me méfie toujours de ceux qui détiennent une vérité, et si je suis politiquement engagé j’ai le même comportement avec mes amis s’ils s’aventurent à croire qu’ils détiennent une vérité.
      le besoin de croire est inhérent à l’humain, son besoin de certitude lui a fait inventer la vérité, dont je fais la démonstration qu’elle est le point zéro inatteignable.

      cordialement.


    • non667 14 septembre 2015 16:07

      @ddacoudre

      entre le front ripoublicain et le fn il n’y a rien de plausible actuellement !
      vu la gravité et l’urgence de la situation on n’a pas d’autre choix
      l’abstention valant caution au pouvoir/système en place


    • ddacoudre ddacoudre 14 septembre 2015 16:35

      @non667

      @non667

      je ne crois pas qu’il puisse un jour exister un front républicain ceux qui s’en prévalent ne cessent de réduire son triptyque a une chimère. les hommes n’ont pas pris conscience de l’événement extraordinaire que constitue la capacité de produire ce qui nous est nécessaire, ils n’en font qu’une source d’enrichissement qui emporte de ne pas partager avec l’autre qui concourt à ces réalisations et en cela le FN vaut les républicain ou le PS sur le plan économique, ils défendent le capitalisme, qui sélectionne lequel d’entre nous exploitera les autres.
      j’aspire a autre chose car nous en avons les moyens.

      Nous pouvons convenir que lorsqu’un particulier prend l’initiative d’un investissement créatif, il est normal qu’il dispose des revenus et profits de ce dont il est le propriétaire.

      Mais lorsque son projet doit utiliser l’aide de tiers, alors c’est lui qui est demandeur ; et c’est une évidence que de comprendre que sans ces aides, il ne parviendrait pas à ses fins.

      De fait une collaboration s’impose, et si le propriétaire veut être le maître absolu de ses décisions, s’il veut disposer du fait du prince, alors il doit rester seul. Dans tous les autres cas il y a une collaboration à imaginer pour que le propriétaire conserve les profits de son investissement et atteigne ses buts, sans s’approprier ceux générés par les tiers. L’histoire de l’impuissance collective a conçu des maîtres plutôt que des guides, mais le reconnaître ne le rend pas irréductible ; et si le code civil a analysé en 1804 la « marchandisation » de la force de travail comme du « louage de service », donc du marchandisage. Je pense que depuis 1804, il est intervenu bien des événements culturels (développement des sciences) qui nous permettent de concevoir notre activité de travail complexes entre adultes culturalisés, comme une relation humaine, et non un conflit d’intérêt.

       .http://ddacoudre.over-blog.com/article-le-capitalisme-est-la-marque-de-l-homme-prehistorique-120716748.html.

      cordialement.


    • non667 14 septembre 2015 21:25

      @ddacoudre

      ok....bla bla bla ......

      aux régionales et présidentielle on vote quoi au 1° tour ?
      et au 2° entre les fronts ripoublicains et le fn ?


  • Xenozoid 14 septembre 2015 16:41

    cesser de jouer un jeu truqué où vous serez toujours le perdant.

    « Doctrine dépasse la raison et science est toujours suspect. »

    La suprématie du fondamentalisme religieux dans et sans le gouvernement exerce cette bannière avant tous les autres. Quell est la raison face à la foi du zélote ? la science est devenu un navire édulcoré pour le dessein Intelligent, et les vérités irréfutables de données empiriques sont passées sous silence. Spencer Tracy, dans le film « Inherit the Wind », avait avertit : "le fanatisme et l’ignorance sont toujours occupés et ont besoin d’alimentation. Et bientôt, votre honneur, avec bannières aux vents et tambours battant marcheront en arrière, vers l’arrière, à travers les époques glorieuses de ce XVIe siècle, lorsque les bigots brûlaient l’homme qui osait porter des lumières d’intelligence à l’esprit humain."

    « L’identité nationale est fournie par les ennemis de la nation ».

    Cela a été avec nous depuis des générations maintenant. Notre nation nous défini par comparaison a l’ennemi, à l’Impérial totalitarisme, puis par des décennies de comparaison au communisme. Le terrorisme a supplanté toutes ces notions, martelé en place depuis un mardi en septembre 2001 par les actions de fous. Nous ne sommes pas eux, tous est justifiée dans la lutte contre eux, et donc nous sommes définis.

    « Argument équivaut à trahison. »

    Tout ce qu’il faut faire pour voir cela en action est de passer quelques heures avec la chaîne tfi FR2 et toutes les autre voix de la liberté. Frites de la liberté. Pourquoi vous détestez le monde libres ?
     ? Vous êtes avec nous ou vous êtes avec les terroristes. faites gaffe.

    « Perpétuellement en guerre, l’État doit gouverner avec les instruments de la peur. »

    La manipulation de cette population par la peur a été cruellement efficace. Nous ne voulons pas la preuve d’être un champignon atomique. Armes de destruction massive et d’al-machina en Irakistan. Conceptions nucléaires en Iran et empoisonée en syrie. mac guyver etait une série. Alerte orange. tout argument devient équivalant à la trahison, tout simplement parce que tout le monde a été fait pour sentir la peur en permanence. Une population effrayée est facilement gouvernée ; Cette leçon a été bien apprise et maitrisée. Cette leçon ont été magistralement appliqués (une fois de plus.) a tout les citoyens politisés, et le troupeau de se déplace comme un seul corps. Même la surveillance des citoyens innocents par l’État est brossée comme un mal nécessaire. N’oubliez pas : vous êtes surveillé.

    « Les citoyens n’agissent pas ; ils jouent le rôle de soutien du »peuple« dans le grand opéra qui est à l’État ».

    Une fois, nous avons vécu par la simplicité glorieuse du vote. Coulée un bulletin de vote a été le seul devoir patriotique qu’un citoyen pourrait effectuer, une affirmation de tout ce qui a lieu de cher et de vrai. Aujourd’hui, nous vivons dans la nation de l’électeur en voie de disparition. Alimentation a été coupée tellement loin des gens par ceux qui ont l’argent et l’influence que la plupart voit le vote comme une perte de temps. Ajoutez à cela la commande croissante des outils de vote et dépouillement par les sociétés a actions partisanes et vous comprendrez que la voix du peuple n’a jamais été que de la cendre sous le feu.

    Nous devons nous dégager de l’idée que nos institutions, nos traditions, les barrières qui nous protègent contre les pouvoirs absolus et autoritaires, ne peuvent pas être décomposées. Ils sont démantelées une brique à la fois. La séparation des pouvoirs a déjà été anéantie. C’est un fascisme chuchoté, pas encore en marche dans votre rue et qui cogne à votre porte au milieu de la nuit. Mais il est lá, et il jette des racines profondes. Nous devons écouter au-delà du fascisme chuchoté d’aujourd’hui et entrevoir le fascisme triomphant de demain. Nous devons aller au-delà des mensonges et des mythes, au-delà des dogmes, par lequel nous dormons."


    • ddacoudre ddacoudre 15 septembre 2015 00:39

      @Xenozoid

      l’on aurait beaucoup à discuter suite a ton commentaire. le philosophe Debord considère aussi que la vie est un grand théâtre. nous glissons effectivement vers une fascisation de l’existence, donner une identité a un peuple se fait toujours dans le cadre de l’entreprise guerrière de la formation des territoires. faire vivre la démocratie à un peuple et une entreprise audacieuse compte tenu que nous avons encore comme le dirait Edgard Morin un cerveau « débile ». cela se vérifie avec cette extraordinaire capacité à produire ce dont nous avons besoin et nous n’arrivons pas a en faire une source de développement humain autrement que par le conflit permanent des égotismes obscurantistes qui sapent tous les efforts de socialisations de l’humanité.
      mais une chose est bien difficile c’est celle d’aller au delà du « mensonge » humain.
      http://ddacoudre.over-blog.com/2015/05/incapable-de-penser-autrement-nous-n-avons-plus-qu-a-attendre-la-tempete.html.
      cordialement.


Réagir