lundi 5 décembre 2016 - par Le Canard républicain

« Je préfère une Europe libérale à pas d’Europe du tout »

André Philip et Pierre Mendès France. 28 mai 1958.Quelle personnalité a fait cette déclaration ? Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon, Pierre Moscovici, Laurence Parisot, Alexis Tsipras, ou encore Yanis Varoufakis ? Non, un « illustre inconnu » qui fut le président [39] du Mouvement socialiste pour les États-Unis d’Europe de septembre 1949 à 1964 : André Philip. Certains aspects de son parcours hétéroclite méritent d’être connus, en particulier ceux concernant la construction « européenne », d’autant plus que l’« Europe sociale » est renvoyée aux calendes grecques [40] et que la future « Europe démocratique » à travers la convocation d’une Constituante européenne revient dans le débat public.

« C’est ainsi qu’en novembre 1948 le Comité international pour les Etats-Unis socialistes d’Europe se transforma en Mouvement socialiste pour les Etats-Unis d’Europe. Il ne s’agit pas seulement d’un changement de nom destiné à faciliter l’adhésion des personnes non inscrites à un parti socialiste officiel. Notons le déplacement du mot “socialiste”. Il est significatif. Désormais il ne s’agit plus d’établir d’abord le socialisme dans tous les pays et ensuite, par voie de conséquence, de faire l’Europe, mais de faire d’abord l’Europe, et de lutter ensuite pour que cette Europe soit socialiste. » Olivier Philip [41]

André Philip est né le 28 juin 1902, dans le Gard. Son père décéda en 1911 et sa mère l’éleva dans la religion protestante [42]. Il fut le président de la Fédération des étudiants protestants [43] et en 1923, il y rencontra Mireille Cooreman, fille d’un pasteur protestant, qui devint sa femme [44]. En 1924, il se présenta au concours d’agrégation d’économie politique dont le président du jury était Charles Rist [45]. Ce dernier lui fit obtenir une bourse de la fondation Rockefeller qui lui permit de partir deux ans aux U.S.A. où il suivit des cours de théologie à Columbia et des cours d’économie à l’Université Madison du Wisconsin [46]. Pendant ce séjour, son premier fils, Olivier, naquit à New York le 31 août 1925. Par la suite, il eut quatre autres enfants : Jean, Christiane, Nicole et Loïc.

-----------------------------------------------------

Courte digression sur Charles Rist

Charles Rist (1874 - 1955) était protestant et « apôtre » de Saint-Simon. Dans son article « La fondation Rockefeller et la construction d'une politique des sciences sociales en France (1918 - 1940) » [47], l’historien Ludovic Tournès nous apprend qu’en « avril 1924, deux mois après sa rencontre à Paris avec le représentant du LSRM [Laura Spelman Rockefeller Memorial], C. Rist est nommé advisor pour la France ». Dès l’été 1924, il « a commencé à sélectionner de jeunes universitaires prometteurs, auxquels la fondation accorde des bourses d’études de deux ans (fellowships) pour les former à la recherche inductive dans des universités américaines et ainsi leur permettre d’insuffler à leur retour de nouvelles méthodes dans l’université française ». « L’Institut scientifique de recherches économiques et sociales (ISRES) de C. Rist, créé officiellement en décembre 1933 » fut « doté d’emblée de 350 000 dollars pour une période de 7 ans (1933 - 1940) ». Le site de l’Académie des Sciences Morales et Politiques [48] indique qu’il fut Sous-gouverneur de la Banque de France de 1926 à 1929, administrateur du Canal de Suez ainsi que de la Banque de Paris et des Pays-Bas. D’après Marc Roche, journaliste au Monde, Rockefeller appartient « à une grande famille WASP (white anglo-saxon protestant, c'est-à-dire Blancs anglo-saxons protestants) de la Côte est des Etats-Unis » [49].

-----------------------------------------------------

Contrairement à Robert Schuman, André Philip est l’un des 80 parlementaires ayant refusé le 10 juillet 1940 de voter les pleins pouvoirs constituants à Pétain. Fin juillet 1942, il rejoignit de Gaulle en Angleterre et devint Commissaire à l’Intérieur du Comité français de la Libération nationale. À ce titre, d’après Claire Andrieu, il fut le « signataire de l’ordre de mission d’Emile Laffon » [50] dit Lachaux qui soumit un texte daté du 12 juillet 1943 au Conseil National de la Résistance. Selon cette historienne, « rien n’indique que le C.F.L.N. en son entier ait eu connaissance du projet soumis à l’approbation du C.N.R., en dépit de l’importance des questions qui y étaient tranchées. » [51] Le C.N.R rejeta le projet Laffon qui comportait dans sa partie politique les points suivants :

« 3. L’interdépendance croissante des Etats est incompatible avec le maintien des nations souveraines, chacune maîtresse sans contrôle de sa politique, de son économie, et seule juge de l’opportunité de la guerre.

4. Les abandons nécessaires de souveraineté interviennent volontairement et simultanément au profit d’une communauté d’Etats supérieure, et ne devront jamais résulter d’une pression exercée à son profit par une Grande sur une Petite nation.

5. Il existe encore trop de diversité entre les nations pour les réunir toutes indifféremment par les mêmes liens ; la nouvelle organisation internationale, pour être efficace, comportera deux degrés :

6. Les Etats voisins par le territoire ou la civilisation, et qui ne peuvent vivre de leurs seules ressources, supprimeront les barrières monétaires, douanières et militaires qui les séparent pour se grouper en Unions.

7. Une ligue universelle, douée de pouvoirs réels, coordonnera par des plans d’ensemble, leurs activités économiques, afin d’augmenter constamment le bien-être de toutes les communautés et supprimer les crises.

[…]

8. La France, dans la pleine conscience de ses responsabilités, est prête à consentir les abandons de souveraineté nécessaires à la réalisation du seul ordre international qui puisse garantir la paix dans la liberté et la justice, sous la condition que les autres nations puissantes et faibles consentent, dans le même temps, les mêmes abandons. » [52]

Après guerre, André Philip intégra le Conseil français pour l’Europe unie créé officiellement en juin 1947 dont le président était Raoul Dautry [53]. Celui-ci fut, d’après l’historienne Annie Lacroix-Riz, un « familier de grands hitlériens installés à Paris avant et pendant l’Occupation, tel Friedrich Grimm. Mais, nommé en novembre 1944 par de Gaulle ministre de la Reconstruction, l’intéressé vit son nom miraculeusement effacé par la direction des RG des documents de la procédure des (éventuels) procès pour trahison-collaboration » [54]. Parmi les membres de ce Conseil, on peut également relever les noms de Paul Ramadier, Léon Jouhaux, Charles Rist et René Courtin ; celui-ci étant le délégué général, mais aussi le co-directeur du journal Le Monde [55].

Chantre de l’Union européenne et considérant comme « une nécessité absolue » l’unification économique de l’Europe , Olivier Philip, en se présentant comme « docteur en droit » et « ancien élève de l’École nationale d’administration », soutint en 1950 à l’Université de Paris une thèse intitulée « Le problème de l’Union européenne ». Celle-ci, dédiée à son père, fut publiée par les Éditions de la Baconnière avec une préface de Denis de Rougemont, protestant et membre de l’Union européenne des fédéralistes [56]. Tout comme Drieu la Rochelle, ainsi que les deux synarques Jean Coutrot et Raoul Dautry, Denis de Rougemont avait apporté sa contribution à la revue Nouveaux Cahiers fondée en 1937 par Jacques Barnaud, directeur général de la Banque Worms, futur délégué général aux relations économiques franco-allemandes sous Vichy et agent suprême de la Synarchie [57]. À travers le Pacte Synarchique, il est possible de constater que l’Union européenne fit partie des vastes buts de la Synarchie en mettant notamment au cœur de son projet le fédéralisme [58]. Selon Olivier Philip, « certains cercles fédéralistes a[va]ient leur origine dans l’Action française et à leur tête des hommes qui ont participé aux ligues fascistes d’avant guerre ou les ont subventionnées » [59].

Dans une note en bas de page [60] de son ouvrage, on trouve cette déclaration d’André Philip, « Je préfère une Europe libérale à pas d’Europe du tout », lors de la conférence économique organisée à Westminster en avril 1949 par le Mouvement européen [61]. André Philip fut membre de ce mouvement dès sa création, en octobre 1948, et en fut le délégué général jusqu’en 1957 [62]. Ce mouvement fut financé « dès le mois de mars 1949 » par l’ACUE (Comité Américain pour une Europe Unie), lui-même financé par les fondations Ford et Rockefeller [63]. Rappelons que dans l’ouvrage collectif, L’argent de l’influence. Les fondations américaines et leurs réseaux européens, Ludovic Tournès avait admis que « s’agissant de la construction européenne, il est frappant de constater que, dès le début du XXe siècle, une fraction non négligeable des interlocuteurs des fondations sont aussi des partisans de l’unification de l’Europe : c’est le cas de Paul Henri Benjamin d’Estournelles de Constant avant 1914, mais aussi, après 1945, d’Altiero Spinelli, de Denis de Rougemont (président du Congrès pour la liberté de la culture de 1952 à 1966), de Robert Marjolin, ou encore de Willy Brandt. » [64]

André Philip et la déclaration Schuman

La période 1947 - 1950 fut évoquée par Loïc Philip dans son livre consacré à son père et cité dans la première note de cet article. Les relations entre André Philip et un autre acteur important de la construction « européenne », l’un des « pères fondateurs », y sont abordées :

« En janvier 1947, lorsqu’il [André Philip] devient ministre de l’Économie nationale du gouvernement Ramadier, Robert Schuman est aux finances. Ce fut la seule période où il n’y eut pas d’opposition entre les deux ministères. Cela tient au fait que les deux hommes ont la même vue européenne des problèmes économiques et de la question allemande. Lorsque les trois puissances se réunissent à Londres, en novembre 1948, pour examiner le problème du statut de la Ruhr, André Philip suggère la création d’une autorité compétente pour fixer la production et le prix du charbon et de l’acier. Cela montrerait aux Américains que la Ruhr pourrait être la première expérience concrète d’unification européenne. Robert Schuman intervient alors pour soutenir sa proposition.

L’idée est ensuite reprise à la conférence de Westminster du mouvement européen en avril 1949 puis, par la sous-commission de l’assemblée consultative du Conseil de l’Europe en décembre 1949. Celle-ci estime que “ l’équilibre économique de la sidérurgie européenne ne saurait être atteint, ni par une liberté anarchique d’action nationale qui conduirait rapidement à la crise, ni par une cartellisation qui relèverait les prix de revient, mais par une harmonisation de la production et des investissements dans l’industrie de l’acier, effectuée sous l’autorité des pouvoirs publics dans le cadre d’une coordination des productions et investissements d’ensemble”. Ce sont ces différentes initiatives qui vont déboucher, en 1950, sur le plan Schuman » [65].

Le 9 mai 1950, Robert Schuman prononça « sa célèbre déclaration » en tant que ministre des Affaires étrangères. Le gouvernement français proposa « de placer l'ensemble de la production franco-allemande de charbon et d'acier sous une Haute Autorité commune, dans une organisation ouverte à la participation des autres pays d'Europe » « ne préjuge[ant] en rien du régime de propriété des entreprises » [66]. Suite à cette proposition, le fédéraliste René Courtin, membre du Comité exécutif du Mouvement européen, salua dans l’hebdomadaire protestant Réforme l’action d’André Philip le 20 mai 1950 en ces termes : « […] notre ami André Philip s’en était fait le zélateur enthousiaste et tenace. C’est dans une large mesure sous son impulsion, que le Mouvement Européen, à partir de son congrès de Westminster en mai dernier, puis l’Assemblée de Strasbourg ont affirmé la nécessité d’établir une autorité politique du charbon et de l’acier, contrôlée par l’Assemblée Européenne. Trois jours exactement avant que la proposition française ait été connue, le dimanche 7 mai, le Comité exécutif international du Mouvement Européen, toujours sous l’impulsion d’André Philip rappelait cet impératif. Quels que soient les mérites de Robert Schuman, il serait parfaitement injuste d’oublier ces premiers efforts sans lesquels la proposition actuelle n’aurait pu voir le jour. » [67] Tout en précisant au passage que la politique d’intégration économique était poussée par « nos amis d’outre-Atlantique » depuis trois ans, et en formulant la réflexion suivante : « Car, si nous voulons construire l’Europe, nous la voulons démocratique et non pas synarchique ».

René Courtin a-t-il fait une allusion à la Synarchie et au Pacte Synarchique ?

Le noyau initial de la Synarchie fut constitué par le trio Banque de France, Comité des Forges et Comité des houillères [68]. Dans son ouvrage, Aux origines du carcan européen (1900 - 1960), Annie Lacroix-Riz indiqua que le Comité des forges « tuteurait à l’automne 1949 “la campagne de M. André Philip en faveur d’une organisation de la sidérurgie européenne” » [69]. Lors de sa conférence, « Les origines de la construction européenne : mythes et réalités », donnée le 16 novembre 2014, elle déclara qu’André Philip « était entièrement financé par le Comité des forges ».

André Philip, la démocratie et Dieu

D’après Loïc Philip, pour son père, « l’unification de l’Europe n’est pas une question de choix ou d’opinion politique, c’est une nécessité absolue. […]. Dès 1950, il explique, dans un article, pourquoi l’unification de l’Europe lui paraît nécessaire à la fois pour des raisons économiques, sociales, politiques et militaires. Elle est enfin, pour lui, la seule chance de la réalisation du socialisme » [70]. Il développa son argumentation, notamment sur le plan politique, en donnant une analyse fort intéressante qui est encore utilisée actuellement par certains européistes : « L’Europe est aussi une nécessité politique car elle est le seul moyen de défendre une démocratie qui traverse aujourd’hui, dans la plupart des pays, une crise sérieuse. C’est un fait qu’à l’heure présente, les principaux problèmes se posent sur le plan international ou européen. Ils sont discutés et négociés par les gouvernements responsables qui, petit à petit, échappent à tout contrôle parlementaire. Lorsque, pendant plusieurs mois, des problèmes ont été discutés entre dix ou douze nations différentes et qu’on arrive enfin à réaliser un accord, les parlements sont, en fait, mis devant un fait accompli. L’Assemblée parlementaire ne peut plus, lorsqu’elle est saisie de telles propositions, introduire des modifications importantes, sinon toutes les négociations avec les autres pays devraient être recommencées. Le résultat, c’est que, petit à petit, le contrôle parlementaire disparaît sur les questions dont dépendent véritablement l’existence et le bien-être des peuples. Il en découle un mécontentement croissant de l’opinion publique, un découragement général, le sentiment, de la part de l’homme de la rue que ce qu’il pense n’a, en réalité, aucune importance car, quel que soit le résultat de ses votes, l’expression de ses opinions, ceux qui sont “là-haut”, et constituent le véritable pouvoir, en feront toujours néanmoins à leur tête. Les négociations menées par les exécutifs se font sur le plan européen et ne peuvent être contrôlées par les parlements nationaux. Seule la création d’une assemblée parlementaire européenne, devant laquelle les autorités européennes puissent être directement responsables, pourrait redonner vie et force à une démocratie aujourd’hui menacée dans la plupart de nos nations. » [71] Un parlement français faisant office de salle d’enregistrement, un pouvoir exécutif hors de contrôle, des citoyens désabusés, « une démocratie aujourd’hui menacée dans la plupart de nos nations », voilà un constat qui fait écho à notre époque. Mais quel sens donna André Philip au mot « démocratie » ?

Loïc Philip le précisa : « Ayant un peu délaissé sa circonscription électorale, il perd son siège de député aux élections législatives de 1951. Ce n’est pas surprenant : il n’a jamais accepté de se considérer comme le défenseur des intérêts particuliers de ses électeurs. Pour lui, le député doit être, non un intermédiaire entre les électeurs et l’administration, comme le pensait Alain, mais l’incarnation d’une idée et le représentant d’une politique se concrétisant dans un programme qu’il doit expliquer et défendre. C’est une position qui, électoralement, n’est pas très payante et, en 1951, les électeurs ne sont pas encore sensibilisés à l’idée européenne. » [72]

Le Peuple est-il le souverain pour André Philip ? Non, car selon lui, « … Un des principes régulateurs essentiels, c’est la souveraineté de Dieu. Dieu, pour un chrétien, est le souverain du monde, Dieu qui l’a créé et sauvé, qui dirige et inspire les consciences, qui forme et fonde les personnalités. Mais si Dieu est souverain, nul autre ne l’est, donc la société ne l’est pas, la nation ne l’est pas, et surtout l’État ne l’est pas. » [73]

Conclusion

André Bellon avait introduit son article « Halte aux bisounours, l’Europe n’est pas un rêve mais du réel ! » en posant une question : « La construction européenne serait-elle une nouvelle religion ? » [74] . Elle mérite effectivement d’être posée et pas uniquement en sachant que le drapeau européen est un emblème religieux chrétien [75]. En 1974, Pierre Mendès France avait déclaré : « Je ne suis pas des mystiques qui ont laissé entendre sans arrêt qu’il suffit de "faire l’Europe" pour tout résoudre. Pendant des années, j’ai entendu répéter, en face de n’importe quel problème posé : "Y a qu’à faire l’Europe." » En 1954, André Philip lui avait reproché sa position sur le projet de Communauté européenne de défense (C.E.D.) soutenu par l’Empire américain. N’étant pas l’un des hommes de confiance du capitalisme mondial contrairement à André Philip, Pierre Mendès France avait anticipé rapidement le futur de la construction « européenne », notamment le 18 janvier 1957 lors de son discours contre le traité de Rome : « L’abdication d’une démocratie peut prendre deux formes, soit le recours à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit la délégation de ces pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle, au nom de la technique, exercera en réalité la puissance politique, car au nom d’une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement “une politique”, au sens le plus large du mot, nationale et internationale. » [76] Les événements de ce demi-siècle passé viennent de lui raison. Quant à André Philip, sa prose européiste et mondialiste perdure car le Grand capital est devenu expert pour trouver des relais précieux chez les professionnels de la politique, notamment du côté de la gauche ou apparenté.

J.G.

***
J'avais déjà publié le 3 janvier 2013 un article avec le même titre pour évoquer le cas André Philip. Vu les importantes modifications entre les deux versions, j'ai supprimé sur le site du Canard républicain la première.
Ci-dessous, André Philip est l'« illustre inconnu » à gauche de Pierre Mendès France.
L'image en logo de l'article vient d'une copie d'écran d'une photo datant également du 28 mai 1958.

<div class="getty embed image" style="background-color :#fff ;display:inline-block ;font-family :'Helvetica Neue',Helvetica,Arial,sans-serif ;color :#a7a7a7 ;font-size:11px ;width:100% ;max-width:594px ;"><div style="padding:0 ;margin:0 ;text-align:left ;"><a href="http://www.gettyimages.com/detail/104406328&quot ; target="_blank" style="color :#a7a7a7 ;text-decoration:none ;font-weight:normal !important ;border:none ;display:inline-block ;">Embed from Getty Images</a></div><div style="overflow:hidden ;position:relative ;height:0 ;padding:69.696970% 0 0 0 ;width:100% ;"><iframe src="//embed.gettyimages.com/embed/104406328 ?et=x8HqUZ93SSR4aHLTLQqv_Q&viewMoreLink=off&sig=mb2WeKQmNfORUli3geLF8MeO7tBj1I2vPivPLEVkhmc=&caption=true" width="594" height="414" scrolling="no" frameborder="0" style="display:inline-block ;position:absolute ;top:0 ;left:0 ;width:100% ;height:100% ;margin:0 ;"></iframe></div><p style="margin:0 ;"></p></div>

---------------------------------------------------------------------

Nous suivre sur : Facebook | Twitter | Google +



101 réactions


  • leypanou 5 décembre 2016 08:47

    Merci à l’auteur pour cet article instructif.
    Qu’il puisse être lu par ceux qui doutent encore que l’Europe de leur utopie n’a jamais existé, que dès l’origine, elle a été conçue pour d’autres objectifs que pour faire du social (avec Rockefeller ou d’autres balivernes.


    • Fergus Fergus 5 décembre 2016 12:01

      Bonjour, leypanou

      L’Union Européenne n’en est pas moins nécessaire dans un contexte de globalisation où seuls les grands blocs constitués et solidaires sur le plan économique et politique tireront leur épingle du jeu sans risquer de se heurter au retour des tensions nationalistes. 

      Certes ! l’UE actuelle n’est pas satisfaisante - c’est le moins que l’on puisse dire ! - car elle n’est qu’un carcan destiné à favoriser le libre échange et les profits des grands groupes industriels et financiers.

      D’où l’impérieuse nécessité de réformer l’Union Européenne pour prendre en compte les attentes des peuples. Soit cela se fait et l’UE pourra perdurer, soit cela ne se fait pas et l’UE mourra sous les coups que lui aura porté la dangereuse montée des populismes.


    • izarn izarn 5 décembre 2016 12:35

      @Fergus
      Pourquoi tu veux réformer un truc pourri ?
      Il faut tout reprendre à zéro. Les fondations sont mauvaises !
      Ce que va faire « la dangereuse montée des populismes »...
      Anti UE=Populisme=fascisme=guerre ?
      On connait cette sombre arnaque, ça tient plus la route....
      La paix en Europe depuis 1945 ?
      C’est la guerre froide, et la domination militaire complète de l’OTAN, face au Pacte de Varsovie.
      C’est encore Staline qui a fait la paix en Europe !
       smiley


    • Fergus Fergus 5 décembre 2016 12:42

      Bonjour, izarn

      « Il faut tout reprendre à zéro. Les fondations sont mauvaises ! »

      Je suis bien d’accord. C’est pourquoi je souhaite une refondation sur la base de traités nouveaux appelés à remplacer ceux qui sont actuellement en vigueur. 

      « C’est la guerre froide »

      Pas entre pays membres !!!


    • Vipère Vipère 5 décembre 2016 12:44

      @izarn


      Vous ne pourrez rien faire contre les admirateurs de chefs-d’oeuvre en péril qui veulent restaurer à tout prix !


    • Ben Schott 5 décembre 2016 12:48

      @Fergus
       
      Si vous « refondez » votre maison, vous avez intérêt à en sortir d’abord !
       
      Enfin, c’est vous qui voyez !
       


    • Ben Schott 5 décembre 2016 12:52

      @Fergus
       
      « l’UE mourra sous les coups que lui aura porté la dangereuse montée des populismes. »
       

      Bouh, ça fait peur !
       
      « La dangereuse montée des populismes », c’est l’élément de langage qu’on entend le plus en ce moment !
       


    • Fergus Fergus 5 décembre 2016 13:06

      Bonjour, Ben Schott

      « Si vous « refondez » votre maison, vous avez intérêt à en sortir d’abord ! »

      Non, vous reconstruisez à côté, et le jour où tout est en état de fonctionner, vous entrez dans la nouvelle maison, la précédente étant vouée à disparaitre !


    • Ben Schott 5 décembre 2016 13:10

      @Fergus
       
      Il est grand, votre terrain !
       


    • Tall Tall 5 décembre 2016 13:22

      @Fergus
       

      Et continuer pendant des années à subir l’actuelle UE ... et puis quoi encore ?
      Si les gens de l’UE pensent comme toi ( et c’est ce qu’ils font ), elle va être dynamitée la baraque.
      Je prends les paris !

    • Pyrathome Pyrathome 5 décembre 2016 14:22

      @Fergus
      vous reconstruisez à côté, et le jour où tout est en état de fonctionner, vous entrez dans la nouvelle maison,
      .
       Excuse moi, Fergus, mais t’es vraiment un grand naïf.....
      T’as pas peur de vouloir continuer à vivre dans un taudis insalubre, sans fondation, pas isolée, qui se fissure de partout, qui prend l’eau, qui tombe en ruine et qui héberge de surcroît une armée Mexicaine de charognards sans vergogne......Il faut tirer la chasse fissa sur ce sac de merde, cette engeance de malfaisants qui veulent tout détruire, ça suffit maintenant !!!
      Soit au moins beau joueur, avoue que tu as été honteusement trompé par la marchandise avariée et que tu ne seras jamais remboursé....tu veux recommander encore ?? smiley


    • Fergus Fergus 5 décembre 2016 15:06

      Bonjour, Pyrathome

      Je pense qu’il n’y a pas d’autre solution. Si l’UE disparait du jour au lendemain, les nations européennes vont se déchirer entre elles au lieu d’unir leurs forces pour faire face aux grands existants ou émergents.

      « avoue que tu as été honteusement trompé »

      Ni plus ni moins que tout ceux qui, comme moi, ont voté NON au référendum de 2005. Je suis un européen convaincu, mais ce n’est pas cette Europe-là que je voulais, et c’est pourquoi je n’ai jamais pardonné à Sarkozy d’avoir fait un bras d’honneur au peuple français en 2008. Je n’en crois pas moins qu’il faut passer par une phase de transition entre deux traités, même si cela prend des années. 


    • Ben Schott 5 décembre 2016 16:22

      @Fergus
       
      « Si l’UE disparait du jour au lendemain, les nations européennes vont se déchirer entre elles »
       
      C’est cette croyance frénétique et irrationnelle qui explique une telle obstination...
       


    • Fergus Fergus 5 décembre 2016 16:57

      Bonjour, Ben Schott

      « cette croyance frénétique et irrationnelle qui explique une telle obstination »

      A opposer à la « croyance frénétique et irrationnelle qui explique une telle obstination » à s’isoler des pays voisins pour faire face aux enjeux économiques et politiques dans une société qui n’a plus grand chose à voir avec ce qu’elle était il y a 30 ans ! smiley


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 décembre 2016 18:10

      @Fergus
      Vous voulez refonder cette usine à gaz, au moment où les peuples, et pas seulement les populistes, n’en veulent plus...
      Referendum en Italie, 60% de non. Les européistes estiment que les citoyens ne répondent pas à la question posée, sauf qu’il y répondent quand même....


      L’excellent Romaric Godin de la Tribune a parfaitement compris le vote en Italie :
      « Italie : un non pour dire basta à l’ Europe ».

      "Surtout, chacun savait pourquoi cette réforme était essentielle, pourquoi elle était en réalité « la mère de toutes les réformes ». C’est parce qu’elle était réclamée par les marchés et les autorités européennes. Voici des années que le Sénat est l’élément sur lequel les analystes et les économistes de marché se focalisent : ce serait lui qui empêcherait la « formation d’un gouvernement stable » en Italie. Les Italiens savent parfaitement pourquoi ces pouvoirs extérieurs souhaitent un « gouvernement stable », c’est pour imposer des « réformes » économiques et la politique économique d’ajustement unilatéral de la zone euro. Voici pourquoi ce référendum était bien un référendum sur la zone euro, même et surtout si l’on votait sur le contenu de la réforme elle-même."


      Vu l’échec total des réformes précédentes de Renzi , la suite ne pouvait qu’être encore plus catastrophique. Prendre les citoyens pour des truffes ne marche plus.
      Quelle groooossse malheur !

    • Cadoudal Cadoudal 6 décembre 2016 04:27

      @Ben Schott
      « parmi les PDG des cent premières compagnies, ou conglomérats des USA, classés par Fortune, aucun n’a fait de donation à Trump, alors que les donations à Clinton n’ont évidemment pas manqué »
      http://www.dedefensa.org/article/lhypercapitalisme-cest-lhypergauche

      Vive la gauche européenne, les plugs anaux, les minarets, les bourgeois hypocrites, l’IVG obligatoire, la censure, les marocaines incultes, l’invasion afro musulmane, les femens et tutti quanti..

      « [c]e commentaire de Jean-Pierre Le Goff, à propos de son livre Malaise dans la démocratie : “On est à la fin de ce cycle historique... On voit très bien que les fractures sont là, qu’on ne peut plus continuer sur cette espèce d’hégémonisme de ce que j’ai appelé le gauchisme culturel qui est battu en brèche.. On ne voit pas forcément sur quoi tout cela va déboucher...” »

      Les collabos gauchistes peuvent continuer à essayer de nous prendre pour des ânes, à moins de supprimer les élections comme certains le souhaiteraient, les indigènes sont encore majoritaires en Europe, même en France , le pays le plus africanisé du continent, la balance démographique n’a pas encore eu lieu, et ceux qui se trompent rarement prévoient la fin du IVemeReich pour bientôt...

      "L’opinion publique allemande, déjà en colère suite au sauvetage temporaire de la Grèce et révoltée par la politique d’immigration massive de la chancelière, est arrivée à bout de patience. Ce qui rend illusoire une quelconque solidarité entre l’Allemagne et l’Italie dans l’année qui vient.

      Merkel devrait perdre à son tour les élections qui se dérouleront en 2017 en Allemagne, aboutissant à la chute du dernier véritable soutien du projet globaliste en Europe."

      http://breizatao.com/2016/12/05/italie-la-victoire-du-non-au-referendum-scelle-la-desintegration-de-la-zone-euro/


    • Ben Schott 6 décembre 2016 07:36

      @Fergus
       
      « A opposer à la « croyance frénétique et irrationnelle qui explique une telle obstination » à s’isoler des pays voisins pour faire face aux enjeux économiques et politiques dans une société qui n’a plus grand chose à voir avec ce qu’elle était il y a 30 ans ! »
       
      Non, désolé, « s’isoler » est encore un élément de langage ! Une France redevenue souveraine se retrouverait comme avant la création du Bidule (et comme 95% des pays de la planète), c’est-à-dire bien moins isolée qu’elle ne l’est actuellement.
       
      « Une société qui n’a plus grand chose à voir avec ce qu’elle était il y a 30 ans » est un argument creux. Il y a 30 ans, elle n’avait pas non plus à voir avec ce qu’elle était 30 ans auparavant, etc.
       


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 décembre 2016 09:17

    Merci pour ce rappel historique, auquel il faudrait ajouter « Le Congrès de la Haye en 1948 » afin de booster la construction européenne, et auquel participait François Mitterrand.


    Comme Annie Lacroix Riz l’a montré dans son livre « Les élites françaises entre 1940 et 1944 », il y avait 3 groupes :
    - Ceux qui attendaient la victoire allemande pour faire l’Europe des Collabos.

    - Ceux qui attendaient la victoire américaine pour faire l’ Europe des banksters.

    - Et ceux qui ont rejoint de Gaulle, le grain de sable dans tout ce beau montage européen.


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 5 décembre 2016 09:30

      @Fifi Brind_acier
      Le « grain de sable » a altéré quelques rouages que les amis de De Gaulle, à commencer par Pompidou, se sont efforcés de remplacer aux frais des contribuables français pour ne pas déplaire à l’oncle Sam, le grand sauveur.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 décembre 2016 10:26

      @Jeussey de Sourcesûre
      A partir de Pompidou les choses se sont effectivement gâtées, mais de Gaulle a toujours été la bête noire des Américains....
      Ils ont juste oublié de le prévenir du jour du débarquement en Normandie.
      De Gaulle n’a jamais voulu aller commémorer le débarquement...


    • izarn izarn 5 décembre 2016 12:47

      @Jeussey de Sourcesûre
      Le grain de sable, c’est la force nucléaire française.
      Ce qui fait que nous n’avons absolument pas besoin de l’OTAN !
      Nous devrions en sortir DEFINITIVEMENT !
      Et utiliser nos forces pour défendre nos propres intérets. Les intérets du peuple.
      Un pouvoir qui refuse de sortir de l’OTAN, c’est de la foutaise absolue.
      Encore pire que de rester dans l’UE, qui de toute façon est en train de s’écrouler d’elle-meme.
      Il vaut mieux quitter le Titanic, c’est pas une question d’indépendance, mais de sauver sa peau...

      PS :
      Mendes, secretement avait autorisé les recherches sur la future bombe A française au CEA. Le DAM avait été créé pour cela . En 1958, de Gaulle a bien sur activé les recherches. Avec quelques fuites providentielles de Moscou sur le sujet...
      Ce qui fait que la « bombinette » a fait d’entrée 70 kt soit 5 fois plus puissante que la bombe d’Hiroshima...
      Mais ceci est une autre histoire.


    • Alren Alren 5 décembre 2016 13:35

      @Fifi Brind_acier

      Les Américains ont juste oublié de prévenir de Gaulle du jour du débarquement en Normandie

      Juste une mise au point historique :

      Les Français n’ont pas été prévenus de la date et du lieu du Débarquement car leur manière de coder les messages secrets étaient décryptés par les Allemands et que les Alliés le savaient.

      Or il est clair que si la date et le lieu d’Overlord avait été connu des gaullistes de Londres, des messages (mal codés donc) seraient partis vers le continent et décryptés par l’ennemi avec une catastrophe en perspective pour les Alliés.

      Déjà, au soir du 6 juin, de Gaulle déclare que « [c’est] la bataille suprême [qui] est engagée  » alors que les Anglais souhaitaient que Hitler croie qu’il s’agissait d’une diversion avant la véritable opération dans le Pas-de-Calais. Heureusement les nazis n’ont pas vu la nuance ...

      (Les Allemands décryptaient également les codes de la marine marchande anglaise ce qui a permis à leurs sous-marins les ravages que l’on sait sur les convois.)


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 5 décembre 2016 15:25

      « @Alren

      un film à voir sur la question du décryptage des systèmes codés : » imitation game « , film au cours duquel on apprend (ou redécouvre) que les Britanniques ont sacrifié sciemment des compatriotes pour que les nazis ne soupçonnent pas que leur système de codage »enigma" était éventé !


    • Cadoudal Cadoudal 6 décembre 2016 04:40

      @Jeussey de Sourcesûre

      Un élève sur deux en fin de CM2, dans ce qui s’appelait la France, ne sait pas combien font 8x9...

      Alors enigma...

      On va laisser ça aux chinois et se concentrer sur l’élevage de chameaux...

      "Si le politique recule, la raison recule, car elle n’a de sens que si elle guide la raison humaine, si elle sert véritablement à se gouverner soi-même. L’ampleur de la crise que traverse notre représentation politique en dit long sur cette involution, et le laisser-faire actuel vis-à-vis de cette forme de pensée religieuse agressive qui a ainsi les coudées franches, pour rompre avec le reste de la communauté, sinon s’affronter avec elle."
      http://www.atlantico.fr/decryptage/93-musulmans-britanniques-tres-attaches-grande-bretagne-1-25-seulement-croit-al-qaida-responsable-11-septembre-guylain-chevrier-2899253.html


  • JC_Lavau JC_Lavau 5 décembre 2016 10:38

    Il reste encore énormément à écrire et synthétiser sur André Philip. Une partie a été écrite par le biographe de De Gaulle, Jean Lacouture. C’est Philip qui en rédigeant la constitution de la 4e république, a multiplié les mesures anti-De-Gaulle, dont les effets furent désastreux.


    J’ai ici, rare rescapé de la bibliothèque de mon père, « Le socialisme trahi », d’André Philip, publié chez Plon en 1957, et dont mon père n’avait pas encore coupé toutes les pages. Et que je n’ai pas encore lu.

    Nul ne conteste l’honnêteté d’André Philip. Les problèmes sont dans les illusions et la jugeotte. Je ne suis pas sûr que beaucoup de gens de cette époque trouveraient grâce à nos yeux, à présent que nous savons la suite. Même Pierre Mendès-France a eu parfois des faiblesses dans le jugement.

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 décembre 2016 18:18

      @JC_Lavau
      Mendès était faillible comme tous les humains, mais son jugement sur la construction européenne était prémonitoire :

      " L’abdication d’une démocratie peut prendre deux formes, soit le recours à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit la délégation de ces pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle, au nom de la technique, exercera en réalité la puissance politique, car au nom d’une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement « une politique », au sens le plus large du mot, nationale et internationale.


  • fred.foyn 5 décembre 2016 10:40

    La seule Europe qui existe, est celle des banquiers et des marchés...Agonisante car bafouant les peuples !


    • Fergus Fergus 5 décembre 2016 12:46

      Bonjour, fred.foyn

      « Agonisante car bafouant les peuples ! »

      Et c’est bien de ce constat que viendra le salut de l’UE, car faute de réforme approfondie, elle disparaitra !


    • Tall Tall 5 décembre 2016 13:04

      @Fergus

       
      faute de réforme approfondie, elle disparaîtra !
       
      Et donc elle disparaîtra ... en tant qu’autorité souveraine des peuples en tout cas
      Comme c’est le cas actuellement.

      Il faut bsolument reprendre les souverainetés nationales.
      Ce qui nous ramène à l’avant Maastricht ( 1992 ), au minimum.
       
      Et je ne me souviens d’aucune tension guerrière entre 1945 et 1992 entre grandes nations européennes.

    • Pyrathome Pyrathome 5 décembre 2016 14:26

      @Tall
      Elle disparaîtra, oui !! en vérité, le Brexit a sonné le glas, plus rien ne pourra empêcher la chute et l’explosion.....


    • Tall Tall 5 décembre 2016 14:32

      @Pyrathome

       
      Oui, d’autant que le Frexit est bien + terrible encore pour l’UE puisqu’elle a été construite essentiellement sur le couple franco-allemand, tandis que la GB n’est même pas dans l’euro.
       
      Sans oublier l’Italie qui est depuis hier sur la voie de sortie aussi, alors que c’est le n°3 de l’UE
        
      Pssssshhhh .... fait la mèche qui brûle.

    • L'enfoiré L’enfoiré 5 décembre 2016 14:47
      « Right-wing, anti-establishment sentiments - end of EU »

      The surge in right-wing and anti-establishment sentiments due to of failed neo-liberal policies in Europe is likely to lead to EU’s collapse, says Noam Chomsky.

      The U.S. scholar and activist also told RT that Marine Le Pen’s victory in France’s presidential elections means she would likely initiate the so-called Frexit, i.e., France’s departure from the EU.

      “If the union falls apart, I think it would be a tragic development,” Chomsky said, and blamed the failed neo-liberal policies of the past generation for influencing « such a significant rise in popularity of the right-wing parties. » 

      ......

      http://www.b92.net/eng/news/world.php?yyyy=2016&mm=12&dd=01&nav_id=99842


    • Fergus Fergus 5 décembre 2016 15:12

      @ Pyrathome

      « le Brexit a sonné le glas »

      Il ne faut pas donner au Brexit plus d’importance qu’il n’en a, si ce n’est en terme de coup de semonce. Pour le reste, le Royaume-Uni n’est pas un pays fondateur, n’est pas dans la zone Euro, n’est pas dans la zone Schengen, et n’est dans l’UE que pour des questions strictement économiques.

      En fait, la sortie du RU ne contrarie pas grand monde sur le continent !


    • L'enfoiré L’enfoiré 5 décembre 2016 17:17

      @Fergus
       Tout à fait.

       UK a toujours joué à cavalier seul au grand dam de l’Ecosse.
       C’est une raison de plus pour que celle-ci va revendiquer de sortir de la gestion de la Grande Bretagne tout en restant dans le Commonwealth probablement ;

    • soi même 5 décembre 2016 18:12

      Il y un beau extrait qui résume bien se qu’est le véritable politique de collusion :

      https://www.youtube.com/watch?v=o6pcBGpag2o


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 décembre 2016 18:25

      @Fergus
      L’UE peut continuer sans la France ! L’Europe a fonctionné à 6, à 12, à 15...
      Elle peut fonctionner à 25, plus la Turquie, certains pays de l’ex Yougoslavie, et plus si affinités, la Jordanie, Israël, le Qatar, les Saoudiens ...
      Cf la liste des prétendants.


      Ce qui sera déterminant, c’est la réussite du Frexit.
      Si les autres pays voient que l’économie française repart, ils se barreront aussi ....

    • smilodon smilodon 6 décembre 2016 21:20

      @Fifi Brind_acier : tant que les usa, la russie et la chine ne seront pas dans « l’europe », ça ne marchera pas !...... Tant que des pays voudront rester des « pays », ça ne marchera pas !..... Faut que tout le monde se « fonde » !.....Se « fondre », se « diluer », se « mélanger », c’est ça l’EUROPE !..... Faut malaxer, écrabouiller, modeler, compresser !........Une belle idée !......Adishatz.


    • julius 1ER 7 décembre 2016 10:43
      Si les autres pays voient que l’économie française repart, ils se barreront aussi ...

      @Fifi Brind_acier

      et pourquoi repartirait -elle ?????????? parceque Assholineau le dit et ses 2%(et encore) derrière lui !!!

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 décembre 2016 10:53

      @julius 1ER
      Parce que les Traités interdisent de remettre l’économie en route.
      Ils interdisent de faire des politiques intérieures nationales, de dévaluer la monnaie, de redonner son rôle à la Banque de France, de remettre les frontières et des taxes aux importations, d’empêcher les délocalisations et la vente du patrimoine au Qatar ou à la Chine etc ..

      Il faut donc sortir de l’ UE et de l’euro pour faire des politiques dans l’ intérêt général.


      Mais bien sûr, pour vous, c’est inutile, Napoléon Mélenchon va imposer l’ Europe sociale aux 26 pays européens, et nous serons sauvés, non ?

    • Tall Tall 5 décembre 2016 18:49

      @L’enfoiré

       
      Nous sommes dans une une Belgique fédérale protocolaire. 
       
      Non, il y a encore la sécu, la justice, la police, etc ...


  • France Républicaine et Souverainiste France Europe République 5 décembre 2016 14:05

    Donc plutôt la mafia bancaire que le droit public ?


  • HELIOS HELIOS 5 décembre 2016 14:43

    ... ON N’A PAS BESOIN D’EUROPE POUR FAIRE FACE AUX BLOCS MONDIAUX !!!


    Pourquoi affirmer cela ? justement parce qu’il faut connaitre la force d’un syndicat. Qu’a a voir un syndicat la-dedans ? rien c’est juste une méthode.

    Que peuvent faire des salariés dans une entreprise contre leur patron ? rien ! pourtant, un syndicat fait plier les directions parce que : ... l’union fait la force... mais cette union est toujours conjoncturelle.

    C’est exactement ce qu’il faut a l’Europe : la Liberté et la possibilité d’association, c’est a dire l’appartenance a un syndicat.

    A partir de là il faut détruire L’UE et reconstruire une solution « syndicale » pour l’Europe des peuples et des nations libres. Par « détruire » il faut entendre « demonter » les traites de l’UE, depuis Maastricht .

    Bon courage a tous...

    Note : ce n’est pas en votant Fillon ou le futur candidat PS qu’on y arrivera. vous savez qui choisir n’est-ce pas... ?

    • L'enfoiré L’enfoiré 5 décembre 2016 14:51

      @HELIOS


       Là, t’as rien compris à la stratégie de blocs.
       Si tu crois que la petite France peut assumer tout ce qu’elle produit....
       Vas-y... 
       La France, n’a rien à voir avec la Russie ou avec les Etats Unis.
       Sa taille est quelques échelons en moins.
       

    • Tall Tall 5 décembre 2016 15:03

      @L’enfoiré

       
      Et la France d’avant l’UE ( Maastricht 1992 ) elle faisait comment ?


    • Fergus Fergus 5 décembre 2016 17:03

      Bonjour, L’enfoiré

      « Si tu crois que la petite France peut assumer tout ce qu’elle produit.... Vas-y... La France, n’a rien à voir avec la Russie ou avec les Etats Unis. »

      Ni avec la Chine, ni avec l’Inde de demain, ni avec les autres blocs en voie d’émergence.

      Curieux que cette évidence ne percute pas. Il est vrai que beaucoup, comme Tall, regardent dans le rétroviseur et croient que la société n’a pas considérablement changé depuis 30 ans.


    • L'enfoiré L’enfoiré 5 décembre 2016 17:04

      @Tall,


       1992, mais cela représente un siècle aujourd’hui.
       Je pensais que t’étais bien plus clairvoyant.

    • L'enfoiré L’enfoiré 5 décembre 2016 17:11

      @Fergus,

       Là, je suis d’accord.
       Depuis qu’interrnet et surtout le web est sur les rails, tout est imbriqué 
       Ce n’est d’ailleurs plus le commerce local qui fera tourner la machine.
       L’auteur avait parfaitement raison avec le titre de son article.
       L’Europe malgré tout ce qu’on dit via le populisme et la démagogie, fait un paravent des entrées et sorties des produits arrivant des autres blocs.
        

    • Tall Tall 5 décembre 2016 17:19

      @L’enfoiré

       
      Et tous les autres pays du monde hors-UE qui sont moins puissants que la France et qui s’en sortent quand même en 2016, ils font comment ?
       
      Depuis quand est-ce que la souveraineté nationale serait mauvaise pour le peuple ?
       
      Car depuis Maastricht, c’est la souveraineté nationale qui a été carrément vendue aux lobbies.
       
      Libre-échange interne sans harmonisation fiscale ni sociale ne pouvait mener qu’au massacre social qu’on observe en UE.... Facile à comprendre, non ?
       
      Ceci dit, on cause ici tant qu’on veut ... le tsunami nationaliste est déjà en route, et plus rien ne l’arrêtera. Et personnellement, j’approuve.

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 décembre 2016 18:41

      @L’enfoiré
      Il ne s’agit pas de tout produire, mais de produire tout ce que la France peut produire, pour compenser les devises qui sortent pour payer ce que nous ne produisons pas du tout, le pétrole, entre autre.

      « C’était comment la France il y a 40 ans ? »

      Solde de la balance des paiements :
      Il y a quarante ans : le solde de la balance commercial française (-0,8%) en 1974 oscille traditionnellement autour de l’équilibre, avec un contrôle strict des réserves de change nationales par les responsables de la politique économique.

      Aujourd’hui : la France connaît en 2012 son huitième exercice de déficits jumeaux (déficit commercial et budgétaire) avec une balance commerciale qui a plongé au-delà des -2% du PIB en 2012.


    • L'enfoiré L’enfoiré 5 décembre 2016 18:47

      @Tall,


       Ok. Allons-y. Faisons l’inventaire.
       Quelles sont les monnaies qui « impressionnent » ?
       Je pense qu’on s’est mal compris.
       Je me fous complètement de la souveraineté de mon pays.
       Là aussi tu as perdu quelques épisodes de ce que j’ai écrit pendant 12 ans ; 
       Si j’en ai marre de la Belgique, je prends mon petit chapeau, mon petit manteau et je prends les voiles.
       Les lobbies, bien sur que je sais ce qu’ils sont.
       Je les ai appelé « Les Lobsterbies » dans un viel article ;
       Alors, vois-tu j’étudie des alternatives
       Je suis un mondialiste, pas avec le « ridiculisme » du nationalisme.
       Là, aussi , j’approuve, mais seulement ma manière de voir les choses et pas celle de la masse puisque je me considère parmi les élites qui ont vu clair dans ce bas monde.
       Est-ce plus clair, sinon, reviens, je réexpliquerai. smiley

    • Tall Tall 5 décembre 2016 18:57

      @L’enfoiré

       
      Oui j’ai très bien compris : ton alternative « politique » consiste donc à se foutre de la politique et aller dans le pays qui te convient le mieux si t’en as les moyens.

      Alors là, je dois avouer que j’adhère à cette idée, mais bon, il ne s’agit plus de politique, et on sort complètement du sujet là.

    • L'enfoiré L’enfoiré 5 décembre 2016 19:02

      @Fifi Brind_acier,


       Toujours la France comme référence... cela devient lassant.
       J’habite dans un tout petit pays dépendant surtout des exportations et des importations.
       Nous n’avons plus que très peu de grandes entreprises cotées en Bourse par le Bel20.

       Quand je fais 100 kms dans tous les sens, j’en sors.
       Mon cher Fifi. ça ne marche pas comme tu dis le commerce ;
       Tu as actuellement une monnaie forte dans la tirelire ;
       Imagine que tu doive la convertir en monnaie de singe en local ce qui se fait dans quelques villes pour payer ta production locale, à un certain moment, tu dois la convertir.
       Le FB, Gutt l’a dévalue très facilement
       Il y en a eu une autre en 1982
       Je connais vos problèmes en France à vous dépatouiller en sautant sur un pied et puis sur l’autre.
       Vous élisez une fois du Saronissime, puis « Hollandissime normalisé » et puis vous retourner aux urnes ;
       A un moment donné, il faudra se demander où sont les pertes de rendement.
       Si les patrons de sociétés vont voir chez nous si l’herbe n’y est pas plus verte, c’est qu’il y a quelques indices de rentabilité et pas pour nos beaux yeux.
       Sais-tu qu’il y a un magazine français Juliette et Victor destinés uniquement aux Français qui ont de la tune.
       
       
        
        

    • L'enfoiré L’enfoiré 5 décembre 2016 19:03

      @Tall,


       Tout à fait. T’as enfin tout compris.

    • Tall Tall 5 décembre 2016 19:06

      @L’enfoiré


      Bon alors, c’est quoi ton cinoch pour une Belgique unie ...kesten a à foutre ?

    • Tall Tall 5 décembre 2016 19:07

      Et si tu as les moyens de partir keske tu restes faire dans ce trou à la con ?


    • L'enfoiré L’enfoiré 5 décembre 2016 20:36

      @Tall
      Qu’est-ce que je restes faire dans ce trou à la con ?Parce que j’aime les steaks, le frittes et les moules, le chocolat de Godiva, les petits gateaux de Witamer et encore une foule choses que je ne trouve pas ailleurs.J’aime aller dans certaines villes du nord de la Belgique. Cherche et tu en trouveras quelques unes que j’ai décrite.J’ai aussi adressé un message à Trump qui disait  

      Hi, Donnald, you are back in the « country » Brussels. So may I ask you to learn a bit about what we call the « zwanze ». You will see that to smile could be the solution to many problems in this hellhole..

      Ca te suffit ?

    • Tall Tall 5 décembre 2016 20:57

      @L’enfoiré

       
      Bah, si ça te suffit à toi, no problemo ... c’est ça qui compte.

    • Ben Schott 6 décembre 2016 08:24

      @Fergus
       
      « Curieux que cette évidence ne percute pas. »
       
      Ce qui est curieux, c’est que pour vous ce soit une évidence ! Quels sont les « autres blocs en voies d’émergence » ?

       
      Aveuglement.
       


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 décembre 2016 11:00

      @L’enfoiré
      « UPR - Le lien entre l’euro et le chômage »


      « UPR- Les délocalisations d’entreprises - articles 63 et 32 du TFUE »
      Chaque jour en France, 1 entreprise ferme et 600 à 800 salariés se retrouvent au chômage.

    • Durand Durand 5 décembre 2016 16:30

      @Tall

      La France n’a pas spécialement besoin d’une politique de droite ou de gauche... Ce qu’il lui faut avant tout c’est une politique républicaine nationale

      Un paradis gaspillé, un Calais oublié : Mayotte... Nos favélas nationales :

      On serait tenté de penser que l’état n’aurait pas un grand effort à faire pour doper le tourisme à Mayotte et booster l’activité économique... Ça profiterait d’ailleurs aux iles voisines et permettrait de retenir chez eux pas mal de migrants.

      Mais c’est interdit par les traités européens au nom de la libre concurrence. 

    • Tall Tall 5 décembre 2016 16:40

      @Durand

       
      Oui, et c’est une vidéo à replacer aussi quand ils sortent le poncif du racisme FN.

    • Durand Durand 5 décembre 2016 17:45

      @Tall
      Naturlich !


  • Ben Schott 5 décembre 2016 15:34

     
    « Bon allez, je fait l’effort de chercher »
     
    Ben non, tu n’as fait aucun effort, tu n’as cherché que sur Direct Matin !  smiley
     


    • Ben Schott 5 décembre 2016 16:04

      @sampiero
       
      « T’a lu ? t’est content ? Direct Matin c’est des cultivateurs d’oignon !  »
       
      Tu as lu ma réponse ? Tu comprends vite mais faut t’expliquer longtemps, toi !...
       
      « Il y a des jours où se faire traiter d’idiot provoque une jouissance rare ! »
       
      Idiot, donc, et masochiste...
       

       


    • Tall Tall 5 décembre 2016 16:32

      @Ben Schott

       
      sampiero ne discute pas vraiment ici
      il balance n’importe quoi à la cantonade pour se distraire un peu


    • Ben Schott 5 décembre 2016 16:35

      @Tall
       
      « pour se distraire un peu »
       
      Oui, alors qu’il a des oignons à faire pousser !
       


    • L'enfoiré L’enfoiré 5 décembre 2016 19:17

      @sampiero bonsoir,


       Je suis là sur Internet pour faire remonter le moral des troupes.
       Mon dernier billet fait suite à une morosité des jeunes en Belgique en deux épisodes de la Génération appelée « Génération QUOI » qui devra « Réapprendre à apprendre ».
       Si c’était pour c... du Pape, je ne serais pas venu.
       Les révolutions ne sont que des fétus de paille.
       Pour celui qui regarde avec le recul remarque que ce sont toujours des évolutions logiques ;
       L’excellent chocolat chaud, je viens de le partager avec nos frites et nos moules avec des Portugais. mais cela j’en parlerai samedi prochain.
       Bien sût ce n’était pas sur la terrasse. Bien habillé chaudement puisque la semaine dernière, il a fait quelques gelés, pour aller voir les Plaisirs d’hiver.
       Mais j’aime le froid de l’hiver précoce avec un ciel bleu à faire péter les paupières.
       Les oignons, je suis pas fou. Ca fait trop pleurer et ils les abaissent smiley.
       

    • L'enfoiré L’enfoiré 5 décembre 2016 19:21

      Quels sont les hôtes de ces bois Avoxiens ?

      Lançons des pourcentages qui vont être contestés évidemment.
      50% de chômeurs ou en attente d’un job, 30% de retraités et 20% de travailleurs qui ont encore une peu de temps pour écrire et suivre les commentaires.
      Je fais partie du 2ème groupe.
      Je n’aurais jamais eu le temps de faire partie du 3ème.
      C’est fou, non ? smiley 
       

    • Xenozoid Xenozoid 5 décembre 2016 19:25

      @L’enfoiré
      tu parles de statistiques


    • L'enfoiré L’enfoiré 5 décembre 2016 20:51

      @Xenozoid


      De pourcentages.
      Si tu veux les mettre sous forme de fromages de statistiques, cela ne me dérange pas.

    • Xenozoid Xenozoid 5 décembre 2016 20:57

      @L’enfoiré

      tu vois le monde comme ça ? vraiment ?

  • julius 1ER 5 décembre 2016 16:14

    c’est toujours intéressant d’avoir des donnés et des éléments constitutifs du « coeur » du réacteur !!!

    peut-être qu’à une époque un slogan comme celui énoncé plus haut :

    « mieux vaut une Europe Libérale que pas d’Europe du tout » 

    cela pouvait être un slogan prometteur d’espérance au sortir de WWII mais 70ans plus tard et....... beaucoup d’espérances déçues cela devient rédhibitoire et antinomique !!!!

    je pense que sortir de l’Europe sans sortir du modèle Capitaliste ne changera pas grand-chose au final si ce n’est engendrer encore plus de frustrations pour les laissés pour compte !!!

    • Tall Tall 5 décembre 2016 16:45

      @sampiero
       

      Et donc tu vas combattre le capitalisme en restant dans l’UE ?
       
      Trop fort ... j’abandonne !  smiley

    • Xenozoid Xenozoid 5 décembre 2016 16:55

      @Tall

      en fait il dit simplement que changé la donne sans changér les rêgles imposées ne sert a rien ,si ce n’est perdre du temps.comme tout pouvoir tout est dans l’initiative pas la reaction

      il a raison changer de propriétaire ne concerne que quelques uns,remplacé un kapo par un autre ne change rien 

      le probleme est en amon,dans les miradors

    • Tall Tall 5 décembre 2016 17:30

      @sampiero

       
      Oui, mais ça ne marchera pas à cause des martiens qui vont revendre leurs flèches en bois au tarif de l’Opep, pendant que le Bilderberg élira des communistes à la tête de l’Alaska, ce qui empêchera l’exportation du frisko, histoire d’emmerder Poutine qui en avait besoin pour bombarder la Syrie.
       
      T’avais pas pensé à ça, hein ?


    • Tall Tall 5 décembre 2016 17:33

      @Xenozoid

       
      Essayez l’immobilité alors ... et cramponnez vous au frein à main, on ne sait jamais.

    • Xenozoid Xenozoid 5 décembre 2016 17:37

      @Tall


      tu as au moins une opinion a hauteur de tes chevilles,tu devrais en faire une nouvelle,imagine Tall celui qui pensait a tout

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 décembre 2016 19:04

      @julius 1ER
      Vous ne faites pas la différence entre le capitalisme déjanté de la mondialisation, et le capitalisme régulé ? On se demande bien pourquoi vous étiez contre la loi Travail, puisque c’est pareil qu’avant ?


      Vous ne faites pas la différence entre le modèle social français qui redistribue 47% de la richesse nationale, et le Bangladesh ? Les peuples, eux, font la différence. Ils trouvent que le Code du travail, c’est mieux avec, que sans. La Sécurité sociale, c’est mieux avec que sans.... etc

      Et ils sauront faire la différence entre ceux qui les ont aidé à remettre en place toutes les régulations, et protègeront le modèle social français, et ceux qui regardent passer les trains ...

    • L'enfoiré L’enfoiré 5 décembre 2016 19:30

      @Fifi Brind_acier,


       Il y a une bonne émission chez nous qui s’intitule « Tout cela ne nous rendra pas le Congo »’ 
       Un titre tout à fait bien choisi.
       L’auto-dérision a toujours fait parie de nos mœurs les plus secrètes. smiley 

    • Xenozoid Xenozoid 5 décembre 2016 19:36

      @L’enfoiré

      ouais y’a une légende la dedans aussi,c’est comme l’humour juif, ça n’excuse pas un roi 3 parlements une capitale fedéral national et supranationale 4 langues et beaucoup de bruit

    • L'enfoiré L’enfoiré 5 décembre 2016 21:00

      @Xenozoid,


       Non pas ça.... Pas juif.
       En effet, comme je le disais à Tall, ça n’excuse rien.
       Cela donne du travail de traduction à certaines personnes,
       Parce que c’est loin d’être 4 langues dont il faut se targuer de traduire dans les deux sens.
       A Bruxelles, on parle presque toutes les langues habituelles à la CE.
       Apprendre les langues, je ne fais que le conseiller pour trouver du boulot.
       L’anglais est un passe-partout, mais ne suffit pas quand il faut traduire les textes ou les dires des commissionnaires en traduction immédiate
       Tu as raison, cela ferait du bruit s’il n’y avait pas d’outils intermédiaires ; 
       

    • Xenozoid Xenozoid 5 décembre 2016 21:11

      @L’enfoiré

      tu sais je n’ais pas de probleme avec les langues,c’est l’esprit qui m’inquiête la pensée et se desire du pouvoir qu’il soit nationale ou locale ou multilangues(qui est un plus n’en déplaise les autres), ou supra nationale...
      une fois je disais les anarchistes sont mes amis maintenant je dis ils me manquent

    • Tall Tall 5 décembre 2016 21:21

      @Xenozoid

       
      34 ministres et une organisation des pouvoirs réparties entre régions, fédéral et x ministères tellement alambiquée pour certaines matières que personne ne sait réellement qui est responsable de quoi.
       
      Ce pays né en 1830 est une construction artificielle post-napoléonienne car il n’y a pas de peuple belge. Problème fondamental connu dès l’origine qui justifie la devise nationale « L’union fait la force ». Un exorcisme avant la lettre.
       
      En l’occurence, ce sont juste les catholiques flamands et wallons qui se sont unis pour foutre les hollandais dehors en 1830, avec l’aide de l’armée française et aussi la marine anglaise pour libérer Anvers.
       
      Talleyrand avait conseillé aux belges de créer une confédération modèle helvétique, ce qui était une excellente idée, mais ces andouilles ( déjà ) ont préféré écouter les curés de leurs paroisses pour demander un royaume.
       
      Alors pour satisfaire toutes les grandes nations voisines. Les diplomates de France, d’Allemagne et d’Angleterre leur ont choisi comme 1er roi, un allemand élevé en Angleterre et l’ont marié à une française. Le gars s’appelait Léopold 1er de Saxe-Cobourg et il se demandait vraiment ce qu’il foutait là.
       
      Enfin, aujourd’hui, avec la montée de l’indépendantisme flamand et sa prise de pouvoir déjà effective et bien ancrée, la Belgique n’atteindra pas ses 200 ans. MAIS ....il restera cependant toujours un belge pour y croire jusqu’à la dernière seconde : c’est « l’enfoiré » smiley

    • Xenozoid Xenozoid 5 décembre 2016 21:30

      @Tall


      ik ken het belgish geschiedenis,het is grappig,niet minder dan andere,congo was niet echt goed,maar ja die dam taal shhhh

      c’est pour ca que tu sponsore marine ?

    • Tall Tall 5 décembre 2016 21:37

      @Xenozoid

       
      Marine ou Mélenchon ou n’importe quel anti-UE ... je trouve l’UE totalement scandaleuse.
      J’habite pas loin du bidule, et j’ai parlé avec quelques eurocrates déjà.
      Le terme « corruption » n’y a plus aucun sens, c’est devenu une norme.

    • Xenozoid Xenozoid 5 décembre 2016 21:44

      @Tall


      Le terme « corruption » n’y a plus aucun sens, c’est devenu une norme

      bien sur.ça a toujours été la norme,pas de surprises


    • Tall Tall 5 décembre 2016 21:54

      @Xenozoid

       
      L’échelle est différente, elle est surdimensionnée ... et il n’y a aucun renversement possible de la clique en place par des élections directes comme au niveau des nations.

    • L'enfoiré L’enfoiré 6 décembre 2016 10:22

      @Tall & Xeno, Bonjour, Goiemorgen,Good morning, 


       De geschiedenis which has been recalled by Tall, klopt.
       Voilà, un peu comment on parle à Bruxelles.
       On mélange toutes les langues.
       We are not knowing de taal dat we gebruiken.
       Cela me rappelle un article que j’avais écrit le 1er avril 2014 

       En fait, la Belgique n’est pas une nation, bien qu’elle aie une histoire qui remonte à l’Homo Belgicus«  au vu d’un livre »Chronique de Belgique" (que je conseille, c’est une belle brique), mais on s’en fout complètement.
       Il y a un esprit belge tellement typique qui ne se marie ni à la France, ni au Pays Bas.
       Un humour surréaliste que l’on appelle la zwanze pratiquée par zinnekes que nous sommes à Bruxelles avec une certaine fierté..
       Cela n’a rien à voir ni avec la Wallonie, ni avec la Flandre.
       Et cela Tall doit le confirmer sinon c’est un produit d’importation.. . 
         

    • julius 1ER 6 décembre 2016 19:02

      @sampiero


      on est d’accord je pense et Tall est beaucoup trop francocentré .... 

      la plupart des peuples maintenant pensent que le Capitalisme n’est certainement pas la solution mais bien le "problème ....(pour paraphraser Reagan)

      le Capitalisme financiarisé est une entrave au développement puisque de nombreuses boîtes coulent parcequ’elles ne peuvent plus être épaulés par des banques dignes de ce nom qui préfèrent jouer au Casino ..... alors continuons dans cette logique mortifère et le nombre de chômeurs s’accroîtra encore c’est dans l’ADN de ce système !!!!
      tiens un lien :

      E Chouard parle assez clairement de ce qui se passe en ce moment et sa vision très très juste !!
      c’est bien de le noter car ils ne sont pas si nombreux les gens éclairés !!!


    • Tall Tall 6 décembre 2016 19:11

      @julius 1ER

       
      Ce n’est pas du francocentrisme, c’est plutôt de l’Etat-centrisme .. ou la nécessité d’un Etat fort pour réguler les forces de l’argent. La multinationale UE se fout des peuples.

    • Tall Tall 6 décembre 2016 19:33

      @L’enfoiré

       
      Je confirme, mais c’est limité aux have peys de Brussel ça ... et on peut se compter : 200.000 sur 11 millions d’habitants ?
       
      Les 6 millions de flamands ont pris le pouvoir, ils ont le fric et étranglent financièrement Bxl et la Wallonie pour nous imposer encore + leur diktat réformiste en faveur de la Flandre. Nè, pak da in a kas ! ... verstoi het, breu ?
       
      Et j’arrête ici, car les Français s’en tamponnent de tout ça ... c’est du folklore local.

    • Xenozoid Xenozoid 6 décembre 2016 21:55

      @L’enfoiré

      het is leuk hé ?,moi j’aime bien a little bit of apple pies
      all this to say we fuck you anyway
      comme disait dérida ne cherche pas,ils vont le dire

    • L'enfoiré L’enfoiré 9 décembre 2016 18:32

      @Tall


      Désolé, j’ai un peu décroché mais je reviens toujours.
      Jawel ik verstoi en ik ben met je akoord.
      Il volg ook de aktualiteit.
      Herinner je de films « Dikkenek » en « Il était une fois, une fois » ?
      ’t is nie de « chef d’oeuvres » maar er is een speciaal geest daar achter.
      Binnen 4 dagen, zulle wij de tien jaren vand de « Bye bye Belgium ».
      Met dit heb ik een artikel geskreve « La Belle gicle ».
      Il stond in 2031. Soms ben ik futurist.
      .

    • L'enfoiré L’enfoiré 9 décembre 2016 18:34

      @Xenozoid,

       You cannot find the idea how I fuck you.
       In the past should I telle you more, but today, I’m a bit tired to be so hard. smiley

    • L'enfoiré L’enfoiré 9 décembre 2016 19:01

      Encore un autre rappel.

      Un article écrit un jour de fête « j’aime les Flamands »
      Est-e que j’étais fou ou simplement conscient ?

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 décembre 2016 11:23

      @Xenozoid
      C’est dommage pour votre thèse que la minuscule Islande, hors de l’ UE et de l’ euro, soit sortie de la crise en faisant tout ce qui est interdit par les Traités européens :

      - laisser les banques faire faillite
      - dévaluer la monnaie
      - préserver les comptes bancaires des Islandais
      - remettre en place le contrôle des mouvements de capitaux.
      Résultat : chômage 1,9%


      Bien des chômeurs en France seraient enchantés d’un tel résultat ...
      Sampiero qui cherche toutes les mauvaises raisons pour rester dans l’ UE, se garde bien d’expliquer qu’en y restant, nous aurons 1 million de chômeur de plus dans 5 ans...

      Mais du moment qu’il peut s’acheter des tee shirts pas cher en exploitant la misère de la planète, il est content.


  • agent ananas agent ananas 5 décembre 2016 16:58

    Pour un article qui traite de l’Europe Fédéraliste il est étonnant que l’auteur fasse l’impasse sur Jean Monnet dont il devient clair aujourd’hui, avec la déclassification d’archives, que sa participation à la construction européenne était surtout de faire avancer les intérêts US en Europe.
    Certes il faut voir cela dans le contexte de la guerre froide. Pour Truman (et les fédéralistes) une Europe unie était le garant contre l’expansion Soviétique alors que l’accord de Yalta s’effritait suite à l’arrivée des communistes en Tchécoslovaquie en 1948.
    A un niveau personnel, je regrette aujourd’hui de ne plus voir Olivier Philip dont il était l’ami de mon père adoptif lors de leur vivant. Hélas il n’était pas très disert sur l’Europe, l’essentiel de leurs conversations tournaient essentiellement sur leurs passes d’armes et la camaraderie des Cadets de la France Libre qui les unissaient.


  • rocla+ rocla+ 5 décembre 2016 21:04

    À défaut  de vouloir changer le monde pourquoi ne changeriez vous pas 

    le façon dont vous le voyez ?

  • bonalors 5 décembre 2016 22:08

    sans marges de manoeuvre, la sortie de l UE va etre un massacre, mais neanmoins necessaire, ca s appelle etre au pieds du mur, Merci a qui ?


Réagir