mercredi 23 mai 2012 - par CorsairePR

Je suis montpelliérain et je m’en fous

Je ne suis pas ici pour parler d'un nationalisme citadin tout aussi puant que le patriotique mais bien du football, je ne résiste pas à l'envie de rappeler les méfaits de la surmédiatisation du sport en général.

On pourrait constater que cette médiatisation est de fait liée à la TV, mais la TV est un support qui vit déjà ses dernières heures et sur lequel j'ai déjà déversé mes griefs.

Je vois principalement cinq critiques graves qui peuvent être fait à la médiatisation du football ou plus exactement à tout ce qu'il l'entoure, la pratique sportive en soit n'est pas trop dommageable.

En outre, avant de commencer, je ne vois pas de différence entre le foot et le rugby à qui on peut faire les mêmes reproches et avec l'ensemble des autres sports.

Premier critique : le fric et l'apologie consumériste

C'est un argument qui a fait couler peut-être pas suffisamment d'encre durant la campagne, les salaires dans le football sont indécents, odieusement haut pour les stars et ignoblement bas pour les autres, en outre, le sponsoring et la pub montre à quoi sont astreints les joueurs pour se remplir les poches.

Deuxième critique : La Compétition à tout prix

Quel modèle est-ce celui qui veut à tout prix qu'il y ait un vainqueur et donc corollairement un perdant ? A mon sens, un « Que le meilleur gagne » est opposé à toute forme d'égalité.

Troisième critique : Des modèles affligeants

On le voit assez régulièrement, les stars de foot ne brillent ni par leur élocution, ni par leur érudition, sont-ce là les modèles, les icônes et les stars que nous devons avoir ?

Quatrième critique : Faillite de l'éducation

Combien de gamins vont foirer leurs études à vouloir devenir un Zidane ou un Thierry Henry ? Le temps passé à s'entraîner sur la pelouse n'est pas un temps qui sera passé à la bibliothèque (et de là à dire que les livres prennent la poussière et qu'on pourrait tout aussi bien les brûler, il n'y a qu'un pas...)

Cinquième critique : L'hystérie collective

Quelle est cette société où on assiste tour à tour à ces scènes de de folie populaire que ce soit pour proclamer sa joie ou éructer sa haine ? Relisez 1984 et vous verrez que nous ne sommes pas si loin...

Vous m'objecterez que ça permet de rapprocher les peuples et que ça développe l'esprit sportif ou le respect, des nèfles, une seule carotte pour deux concurrents et tout se casse la gueule !

En conclusion, il faut surtout constater l'énorme gâchis d'énergie que pompe le sport : à votre avis, à quoi ressemblerait le monde si ne serait-ce que 10% du temps que les spectateurs passent devant le foot, ils le passaient à faire les devoirs avec leurs enfants, lire des bouquins, remplir les colonnes d'AgoraVox, donner un peu de temps à l'assoc' du coin ou même papoter au bistro du coin avec leur voisin (personnellement j'ai déserté tous les cafés/pub avec un écran, voir tous ces zombies ne se réveillant que pour un but me débecte trop) ?



31 réactions


  • Gabriel Gabriel 23 mai 2012 08:54

    Hélas corsaire vous avez en grande partie raison. Le concept du pain et des jeux fonctionne toujours à merveille. Une bonne dose d’informations frelatées avec une grosse part de télé réalité et pour finir un match de foot réalisé par des débiles surpayés accroc à la console de jeux et aux prostitués et vous avez là, tous les ingrédients pour faire une société de décervelés prêt à se battre pour un hymne, un drapeau, un maillot …


    • Fergus Fergus 23 mai 2012 15:56

      Bonjour, Gabriel.

      Commentaire lucide.

      A une différence près au cours de l’histoire : le sport des romains (au sens large, y compris les combats de bêtes ou les mises à mort de prisonniers) a été ensuite remplacé par le discours des prêtres pour décerveler le peuple ; les prêtres ayant disparu, le sport a tout naturellement repris ses droits d’abrutissement des masses, avec la complicité des médias, et par conséquent la possibilité de toucher encore plus de monde.


  • malandir 23 mai 2012 09:00

    ouai, on enfonce des portes ouvertes et on a rien inventé.

    Depuis que le monde est monde des jeux sont organiser afin de contenir le peuple et sa béatitude servile en lui organisant des spectacles ou compétitions.

    Un des meilleurs exemples pour moi en est la civilisation romaine.

    Rome à organisé des jeux pendant 500 ans car il avait bien compris l’utilité de ceux ci sur sa population.
    On donne aux gens de quoi les divertirs artificiellement afin d’éxercer le pouvoir avec plus de libértés.

    Aujourd’hui c’est plus flagrant avec la possibilité que l’on a d’accéder à la connaissance, et à l’analyse historique des différentes civilisations avant la notre.

    Mais au final rien à changé.Preuve que les masses ont toujours été dans leurs ensemble peu enclin à la réflexion.


    • francesca2 francesca2 23 mai 2012 10:33

      Vous avez bien raison, non à la béatitude servile, il faut accabler les gens matin midi et soir, qu’il vente ou qu’il gèle...il faut les accabler de bon matin et de préférence pendant toute l’année.

      Et tant qu’on y est abolissons aussi la musique parce que pendant que ça se trémousse ça ne réfléchit pas...et le cinéma, et les concerts et le théâtre...ben oui, chez les Romains il y avait ça aussi et on a tous vu comment cela s’est terminé, hein...



    • CorsairePR CorsairePR 23 mai 2012 11:57

      @malandir : je suis scpetique tout de même, je me méfie du discours qui consiste à dire que rien ne change et tout sera toujours pareil, malheureusement, je ne connais pas suffisamment l’histoire romaine pour vous contredire...


    • CorsairePR CorsairePR 23 mai 2012 12:03

      La musique commerciale pourrait en effet tomber par bien des aspects dans la même logique excepté au niveau de la compétition avec l’équipe d’en face et ça me parait une différence assez fondamental...


  • bluerage 23 mai 2012 09:04

    Marre du foot, tous ces types hautains avec leur casque de baladeur sur la tête, des types aussi insignifiants intellectuellement, qui n’ont rien à proposer sinon montrer leur gueule dans les pubs pour ramasser le pacson, ces hordes de supporters abrutis qui font des saluts fascistes en veux tu en voilà, qui crient comme des gorets quand un ballon rentre par hasard dans un filet, c’est à pleurer de consternation.


  • Fergus Fergus 23 mai 2012 10:42

    Bonjour, Corsaire.

    Globalement d’accord avec vous. Le sport, et le football en particulier, a dangereusement dérivé depuis qu’a été institué le professionnalisme, gangréné notamment par les hallucinantes dérives salariales, mais aussi par le dopage et les trucages que les enjeux financiers induisent.

    Pour autant, je ne partage pas l’anathème souvent lancé contre la compétition car celle-ci n’a rien de malsain dès lors qu’elle n’est pas dénaturée par des enjeux de fric ou de pouvoir. La compétition est d’ailleurs inhérente à l’humanité : deux gamins jouent à celui qui pisse le plus loin : c’est de la compétition ; de même, deux pêcheurs placés côte à côte sur une berge comparent leurs prises après s’être lancé un défi : c’est aussi de la compétition. Où est le problème ?

    Mais le point sur lequel je suis le plus en phase avec vous est celui qui concerne la formation des jeunes footballeurs. On ne dénoncera jamais avec suffisamment de force les dégâts que font :

    1) Les parents qui projettent sur leurs gosses leurs propres rêves de gloire en les poussant vers une très hypothétique carrière professionnelle ;

    2) Les CTD et les CTR (Conseillers techniques des districts et des régions) qui, pour faire mousser leur action et justifier leur poste, se montrent complices des ambitions des gamins et de leurs parents en les poussant vers les sélections puis vers les centres de formation professionnelle (souvent avec la complicité de dirigeants de clubs désireux de percevoir le cas échéant des primes de « pré-formation ») ;

    3) L’encadrement des centres de formation qui détruisent beaucoup plus de gamins qu’ils n’en placent dans l’orbite pro : jeunes cassés moralement et socialement car impitoyablement rejetés, et cela sans bagage scolaire sérieux pour affronter la « vraie vie » ; jeunes parfois cassés physiquement car beaucoup trop sollicités dans les salles de musculation ou les rudes entraînements destinés à permettre la sélection.

    Moins d’une centaine de jeunes passent pro chaque année. Ils sont pourtant 10 fois plus à intégrer les centres avec des rêves dans la tête, manipulés par les adultes. Tout cela est scandaleux et pathétique !

    Fergus, 32 ans de football, auteur de l’article « Je hais le football !  »


    • CorsairePR CorsairePR 23 mai 2012 12:05

      Les gamins auront aussi tendance à prendre/voler le jouet de leur copain si leurs parents ne leur inculquent la notion de vol, peut-être faudrait-il aussi sensibiliser les gamins aux méfaits de la compétition...


    • Fergus Fergus 23 mai 2012 15:46

      @ Corsaire.

      Le respect de l’adversaire et celui des règles, c’est non seulement le rôle des parents, mais aussi celui des éducteurs. Et fort heureusement la grande majorité de ces derniers (j’en ai fait partie durant 10 ans) remplissent ce rôle avec conscience et efficacité.

      Bonne journée.


    • CorsairePR CorsairePR 23 mai 2012 16:53

      En effet, on a tort de limiter l’éducation au seul cercle parental alors qu’on devrait aussi y inclure les éduc’


  • iris 23 mai 2012 10:54

    que ne ferions nous de tout le pognon donné au foot ?? y a plus urgent ??


  • fcpgismo fcpgismo 23 mai 2012 11:03

    Le sport comme la publicité est pourri par la cupidité, j’ adorait joué au foot a l’ adolescence et avec l’ arrivée de l’ argent roi dans le sport tout a été vandalisé.Le dopage dans le cyclisme est directement lié au rôle des médias et de la publicité sans compter des larbins de service entendu sur le service publique.


  • révolQé révolté 23 mai 2012 11:34

    A l’auteur,
    bonjour,
    je suis Montpellierain et je m’en fout aussi,pourtant j’ai toujours joué au ballon en bas de chez moi comme la plupart des gosses de mon age et pognon ou pas jamais la bibliothèque n’a su remplacer 1 ou 2 heures de bonne dépense physique et de rigolade entre potes.
    Amalgamer foot/fric et amusement de mômes est à mon gout une réflexion d’intello qui a toujours préféré passer son temps libre le nez dans des bouquins plutôt qu’à dépenser son trop plein d’énergie dans des activités physiques et ludiques.
    Peut être me trompe-je mais c’est ce qu’il semble ressortir de votre article,à chacun ses choix,tout le monde ne s’évade pas en tournant des pages,pour beaucoup les cabanes dans les bois,les balades à vélo et les franchissements de ruisseaux sont beaucoup plus attrayants que les « bouquins poussiéreux » et ce n’est pas ce qui plus tard handicapera forcement une carrière professionnelle.


    • CorsairePR CorsairePR 23 mai 2012 13:09

      Je n’ai rien contre le sport en particulier, mais j’ai beaucoup contre sa médiatisation abusive, il me semblait dans le fil des relectures avoir laissé une phrase distinguant bien les deux, mais elle semble avoir disparu. 
      Faire régulièrement un bon coup de natation me défoule aussi de manière très appréciable. 


  • papi 23 mai 2012 14:54

    @ l’auteur

    Et oui ! on regarde le doigt mais pas la lune !!


    • CorsairePR CorsairePR 23 mai 2012 15:02

      La Lune ne se voit que la nuit or durant la nuit, on ne voit pas le doigt et durant le jour, on voit le doigt, mais pas la lune, bref dans tous les cas de figures, je vois diablement pas à quoi vous faites allusion !


  • Fergus Fergus 23 mai 2012 16:01

    @ Corsaire.

    Même si elle tendent à se réduire, il existe encore - fort heureusement ! - des différences entre le foot et le rugby, notamment en matière de respect des adversaires et des arbitres. Quiconque a fréquenté les deux milieux peut en témoigner. Mais il faut reconnaître que le rugby n’est déjà plus ce qu’il était, victime du professionnalisme et de son corollaire, le marketing...


  • Deli 23 mai 2012 16:37

    Je pense qu’il serait bien de taper sur d’autre sujet que le football et les footballeurs.

    « Premier critique : le fric et l’apologie consumériste »

    Pour moi ce ne sont pas eux et leurs salaires qu’il faut critiquer, mais plutôt ceux qui ont les moyens de les payer et d’investir dans ce système alors qu’il y a certainement plus valorisant et glorifiant comme dépense.

    Donc oui c’est honteux, oui les footballeurs en profitent mais c’est avant tout leur don pour le foot qu’il leur permet.

    « Deuxième critique : La Compétition à tout prix »

    Je ne vois pas en quoi la compétition est immorale d’un point de vue de l’égalité.

    Je m’explique...nous avons tous la chance de pouvoir y faire nos preuves sinon comment un enfant des ghettos peut-il pretendre remporté un trophé international dans un grand club ?

    « Troisième critique : Des modèles affligeants »

     il est vrai que nos politiciens et nos patrons sont bien mieux, car eux s’expriment assez clairement pour vous baratiner...

    De surcroit, beaucoup de joueurs font des dons, oeuvres pour des associations humanitaire...cela s’appel de la redistribution. (alors oui si son patron vereux le paye avec de l’argent sale mais que ce même argent sale fait rever de nombreux enfants du tiers monde à voir des centre educatifs et sportifs s’ouvrir dans leur quartier...que dois-je en conclure ?!)

    Quatrième critique : Faillite de l’éducation

     Je prefere voir un enfant rever au foot plutôt qu’à la politique. L’éducation des « fils de » est bien mieux...« Viens fils je vais t’expliquer comment marcher sur la masse salariale que je vais te leguer... »

    Cinquième critique : L’hystérie collective

    Oui faite l’amour pas la guerre même si c’est le foot qui vous y amène !

    Attention je ne rejete pas vos arguments loin de là... je les comprends amplement.

    Mais avant de se poser des questions sur le football, je pense qu’elles devraient l’être sur notre système tout entier.

    D’ici là je continuerai à vibrer quand je verrai un beau geste technique ou un but d’anthologie.

    Un Lillois qui ne s’enfou pas.


    • CorsairePR CorsairePR 23 mai 2012 17:19

      1 Elle est en effet assez mal formulé, ce que je disais dans une vision de la dichotomie droite-gauche au niveau culturel s’applique aussi ici et ce sont donc en effet ceux qui versent les salaires et les sponsors qui sont les plus responsables.

      2 Je pense que plus grande est la gloire du vainqueur, plus amère et dépressive doit être la défaite du perdant. J’ai généralement pas mal tendance à emmerder la religion mais le « ne fais point à autrui ce que tu ne voudrais qu’il te fasse » s’applique pas mal, en conséquence, n’ayant pas envie de perdre, je ne vois pas pourquoi je devrais infliger une défaite à autrui.

      3 Ah non ça je peux pas, je suis trop anarchiste pour aller défendre les patrons et les politiciens. Putaing cong, entre les footballeurs et les patrons ??? Autant choisir entre la corde et la hache...
      La théorie de l’écoulement (celle où la richesse coule naturellement des plus riches aux plus pauvres) est infondée par la théorie (mais je ne crois que les économistes soient tous d’accord là dessus) et par la pratique (les écarts de richesse ne se sont jamais naturellement résorbés).

      4 Limiter la réussite sociale à la seule carrière politique est hautement réducteur.
      En outre, je ne parlais pas des parents, mais plus de l’école pour ce point, oui faire ses devoirs est plus utile que de jouer à la balle et je ne pardonne pas que les médias du football avec la complicité involontaires des footballeurs du fait de leur connerie sape le travail des profs et des éducs.

      5 Le foot permet de tringler ???
      Là dessus, je pense que c’est à peu près faux, j’ai une expérience de stadier pour le prouver (seule fois de ma vie où j’ai été content d’avoir des CRS à côté de moi d’ailleurs...)
      Quelle est l’espérance de vie d’un porteur de maillot de Marseille par exemple à proximité du Parc des Princes un soir de match...

      Quand vous dites système tout entier, vous parlez de l’univers du football ou de tout l’univers en général ?


    • Deli 23 mai 2012 18:15

      1. On c’est donc compris...

      2. Ne seriez-vous pas mauvais perdant ?...L’important n’étant pas de participer ?! Oui la victoire est belle et la défaite est amère, mais la défaite est une expérience enrichissante comme toute autre, douloureuse mais enrichissante.

      Je suis un grand adepte du « ne fait pas aux autres ce que tu ne tolères pas pour toi... » et j’ai bien compris votre dégout pour la compétition mais elle n’en reste pas moins formatrice et enrichissante pour l’esprit.

      C’est surtout la manière dont les médias nous laisse percevoir la defaite qui est maladroite.

      3. Je suis d’accord, dès lors que vous montrer du doigts tout le monde et non que les footballeurs.

      4. Faire ses devoirs n’empèche rien. Taper dans une balle non plus. Après c’est une affaire de motivation. Il est vrai que le foot est bien mieux mis en valeur que l’education (au sens scolaire donc..) et c’est navrant. En attendant beaucoup de bénévole le coeur remplis de bonne intention vont entrainer des enfants qui pourraient faire des délits plutôt que de s’entrainer (et leur devoir aussi j’en conviens...)

      5. Votre expérience est malheureuse, c’est désolant. Je fréquente les stades, les CRS sont présents lors de certains évenements...je pense en avoir la même vision que vous.

      Je me suis permis de mettre mon maillot de Lille à la fin de la saison passé dans les abords de Nice (sans aucunes arrières pensées). Beaucoup de jeunes m’auraient bien peter la gueule. L’année d’avant avec le même maillot personne ne me regardé...Médiatisation après le titre...

      Mais il faut savoir faire la part des choses, ne pas faire attention à ce type de comportement, passer outre, dans tout les milieu il y a des cong.

      Je vous invite à regarder le pic démographique du à la coup du monde 98 en France... donc oui les gens normaux (et pas les cong) font l’amour quand ils sont heureux (et ne vont pas forcément taper sur leur « adversaire » quand ils perdent)

      Après la nature fait bien les choses...quand deux cong se croisent et se tapent dessus...vous m’excuserez mais tant mieux.

       

      Le système economique et social actuel.


    • CorsairePR CorsairePR 24 mai 2012 13:54
      Bon, ok je reconnais que l’échec peut être aussi formateur, mais inutile non plus de le rendre torp traumatisant.
      Je ferais bien un article sur la compétition, mais j’ai peur de tomber dans de la philosphie oiseuse de bas étage
       
       
      Sinon pour le système économique social actuel, je suis d’accord pour qu’on l’attaque, mais cet article n’est sans doute pas le meilleur endroit.
       
      Pour le reste, ma foi, je suis heureux de notre échange, c’est toujours important de comprendre les points de vue d’autrui, putaing cong !

  • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 23 mai 2012 17:41

    Entièrement d’accord avec l’article, et c’est un repenti qui le dit. En effet, il y a quelques années, je suivais avec intérêt - voire passion - le football et son actualité. Et ce au point d’avoir été abonné à France Foot et de collectionner ses anciens numéros. C’est pour les raisons évoqués par l’auteur que j’ai jeté toute cette paperasse indigeste à la poubelle.


    • Deli 23 mai 2012 18:19

      Cela vous empeche de prendre votre pied devant un bon match ?


    • Fergus Fergus 23 mai 2012 19:59

      Bonjour, Deli.

      Je ne peux répondre pour Peachy Carnehan, mais en ce qui me concerne, c’est oui : je ne parviens plus à regarder un match professionnel tant ce milieu m’écoeure. Par chance, il reste le football amateur ou les gamins qu’il m’arrive de regarder ici ou là sur un stade !


    • Deli 23 mai 2012 20:26

      Et le foot Feminin. Ou le pressing est moins important, laissant des espaces au spectacle ;)


  • Le Grunge Le Grunge 23 mai 2012 21:37

    Bonsoir cher concitoyens

    Et bien nous sommes deux cher amis. J’habite pas loin de la comédie et j avoue que je n y ai pas mis les pieds. Pas que je n aime pas le sport ni l’esprit chauvin/citadin, mais le foot est pour moi un vrai miroir de notre société, un sport ou tricher en coupe du monde est un acte de bravoure, ou les résultats passe après l’argent pour rejoindre l’élite, ou les grande compétition ne regroupe pas les club champion mais les club richissime, ou les erreur d’arbitrage frise le diktat. Pas étonnant que ce sport soit le plus regardé...il est à l’image d’une grande majorité (ou pas ?) de nos semblable.


  • Caroline Courson Caroline Courson 23 mai 2012 23:10

    L’opium du peuple, et les jeux du Cirque de la décadence en marche...


    • CorsairePR CorsairePR 24 mai 2012 13:11

      Je proclame la bêtise du foot et évidemment l’homophobie fait partie de la bêtise, merci pour ce complément.


    • CorsairePR CorsairePR 24 mai 2012 13:12

      Morceau de cuir cousu pour des mains d’enfants ou en tout cas cousu par des ouvriers aux conditions très discutables...


  • Zobi Aldo Rifort 24 mai 2012 00:07

    C’est le fameux « That’s entertainment » que l’on peut traduire par « divertissement ».
    Unité des divertissements sur TF1 si je me souviens... ou Fr2
    Divertir... Divertir sans cesse et tout le temps. Sans répit.
    Nous divertir pour que l’on passe à côté de l’essentiel...


Réagir