lundi 18 mai 2009 - par Ramila Parks

Jean-Luc Hees : L’envoyé très spécial de Radio France enquête sur le terrain de France Inter

Edwy Plenel, fondateur de Mediapart et auteur du livre « Combat pour une presse libre » qu’il était venu défendre à la radio, ne savait pas qu’il était sur écoute...Enfin si, il l’espérait même, mais les résultats ont dépassés ses ambitions. Alors qu’il dénonçait les attaques juridiques, soit 11 plaintes en diffamation, et les pressions dont son journal faisait l’objet , l’émission fut interrompue par un invité surprise qui passait par là : « j’étais dans ma voiture et j’écoutais Edwy Plenel que j’estime beaucoup, alors je suis entré  ». - J-L Hees, président de Radio France -


 
(*) Message de remerciement lu sur Médiapart
 - > Sources : http://www.mediapart.fr/ - > http://www.betapolitique.fr/Devine-qui-vient-parler-28321.html
 


12 réactions


  • Fergus fergus 18 mai 2009 13:28

    Bonjour, Ramila.
    Comme vous, j’ai entendu cet étonnant moment de radio.
    Comme vous, j’ai été surpris et choqué de cette intrusion de Jean-Luc Hees en direct dans le débat.
    Et comme vous, ses propos lénifiants sont très loin de m’avoir rassuré sur l’avenir de France-Inter. Bien au contraire, cette façon de s’imposer m’a semblé de très mauvais augure.
    Cela dit, bon vent à Edwy Plenel et à tous ceux qui se battent pour l’indépendance de la presse, ou du moins ce qu’il en reste...


    • Ramila Parks Ramila 18 mai 2009 21:51

      Bonjour Fergus et aux autres lecteurs

      merci pour vos commentaires

      Oui ce « grand » moment de radio m’ a quand même fait avaler de travers...
      Avec la privatisation de l’AFP, je crois bien que la presse ( et nous ) avons du souci à se faire


  • anomail 18 mai 2009 13:38

    Je ne suis absolument pas surpris.

    J’ai été effaré de l’extrême superficialité du traitement de l’affaire Hadopi sur les radios publiques Françaises. Tout au plus les sujets-auditeurs des ces radios savent-ils qu’il s’agit d’une loi contre le piratage, alors qu’il n’en est rien.


    • Nicole 19 mai 2009 12:54

      Il s’est trompé de message, ça arrive à son âge. Voilà ce qu’il voulait vraiment dire :

      Le Dieudo Bus sillonnera Paris et sa banlieue à partir de demain et pendant deux semaines.
       
      Si vous souhaitez participer au tractage, nous vous donnons rendez-vous au Théâtre de la Main d’Or à partir de 9H00, départ du bus à 09H30 ! :
       
      THEATRE DE LA MAIN D’OR
      15, PASSAGE DE LA MAIN D’OR
      75011 PARIS
      TEL 06 29 08 66 14

       
      Le tractage se déroulera de 10H00 à 14H00.

      Je vous remercie de revenir d’urgence avec vos dates de disponibilité : le nombre de places est limité !!!
       
      D’avance, merci pour votre participation.
       


  • Vilain petit canard Vilain petit canard 18 mai 2009 13:57

    Hees essaye de se blanchir en catastrophe, mais bon, ça va être dur pour lui, sa crédibilité est dans les choux : Sarko a bien fait savoir partout que c’était son candidat, qu’il avait demandé au CSA d’examiner sa candidature (un concours à une place et à un candidat choisi par le Grand Patron, pas trop dur, le concours...).

    Il va avoir du mal à faire croire qu’il est indépendant. Surtout après avoir embauché Philippe Val, la caution de gauche, le pote à Carla.

    Alors il intervient directement, en tant que « directeur tout à fait indépendant », mais aussi en bon journaliste « habitué du direct », la morale au bec, etc. Pour son image d’indépendance, aujourd’hui, c’est raté. C’est bête, parce qu’il est pas mal, comme type. Mais Sarko l’a grillé.


  • Pierre de Vienne Pierre de Vienne 18 mai 2009 15:05

    « Mais oui on vous laissera aboyer, comme les autres sur cette antenne », derniers mots de Hees à l’adresse de Plenel, argument suprême de la Sarkozie, laisser aboyer les chiens pour ne plus parler des faits, de la réalité, du travail d’enquête.

    Ce matin en écoutant le portrait peu flatteur de Kouchner par l’humoriste de service, les petits ricanements offusqués du journaliste de service, je me suis dit que voilà, les hommes et leurs petits travers peuvent être moqués, on s’en fout, et au contraire cela nous arrange, amuser le bon peuple, nous on fait des affaires, on occupe la place.

  • JL JL 18 mai 2009 15:32

    La caravane passe, les chiens aboient. En gros, c’est ça le message de JLH : la caravane néolibérale passe, les opposants sont méprisés, puisqu’il n’y a plus d’alternative. Le TINA de Thatcher-Reagan n’a jamais été aussi cruel : l’insurrection ? La révolte ? Seront ite matées. Quant à la révolution, c’est seulement dans les têtes qu’elle ese fera, ou ne se fera pas. C’est pourquoi JLH peut dire à Edwy Plenel : « nous vous laissons aboyer ». Les auditeurs qui ne comprennent pas que ce discours est odieux à leur égard n’ont que ce qu’ils méritent.


  • le pen la vie la vraie 18 mai 2009 22:58

    étonnant comme les gens se choquent toujours à l’envers
    ce qui est choquant chez hees c’est l’ennui pesant qu’il a distillé des années à l’antenne 
    aujourd’hui hees est bien meilleur en « chef » puisqu’il ne fait plus d’antenne (idem pour cavada ou ockrent)
    sa petite intrusion qui n’en était pas une est une fausse info, inventée par des fous furieux plus plenéliens qe plenel lui même
    car qui se souvient de hees comme chef d’inter sait trés bien qu’il aimait passer de temps en temps à l’antenne faire le professeur de morale et de bon goût genre « quel moment fabuleux nous passons ici »
    à la limite ça ne me dérange pas puisque ça reste sporadique

    quand hees faisait « synergie » j’étais le seul à m’insurger contre son émission nullissime
    aujourd’hui où tout le monde lui tombe dessus je veux bien être le seul à le défendre puisqu’il est enfin à sa place : loin de mes oreilles


  • Ramila Parks Ramila 18 mai 2009 23:39


    la vraie vie, bonjour

    je ne crois pas que nous parlions du même sujet. Si vous avez fait la critique du Hees journaliste, elle était sans doute justifiée.
    Ici, au fond, vous avez raison, on s’en fiche un peu de Hees journaliste, et ce qu’il a fait est évidemment plus qu’une maladresse comme il se justifie aujourd’hui.
    Vu la réaction du journaliste d’inter, pris en plein flag par son patron, Hees a fait passer un message de patron, comme vous le relevez parfaitement et le message c’est bien

    les chiens aboient, la caravane passe mais ici c’est moi qui commande et qui paie.

    Ca change fondamentalement la donne et ça crée officiellement la scission psychologique : les journalistes qui auront du boulot et ceux qui devront le produire seuls. C’est un système qui existe déjà dans les pays totalitaire où le délit de presse atteint les Edwy Plenel ou les blogs, les sites.
    Aujourd’hui clairement dans tous les esprits, il existe une presse « officielle ». Or c’est antinomique avec la fonction de journaliste, pourtant, on l’ a tous accepté.

    Rien à voir avec le sujet :

    -c’est qui la jolie madame de ton avatar ?


  • Ramila Parks Ramila 19 mai 2009 00:10
    REACTIONS DES JOURNALISTES ET DE CERTAINS DE LEURS SYNDICATS

    « Des syndicats de Radio France ont dénoncé vendredi une intervention à l’antenne du président Jean-Luc Hees qui s’est invité dans le studio lors d’une interview du journaliste Edwy Plenel dans la matinale de France Inter. Pour le Syndicat national des journalistes (SNJ), »cette prise directe d’antenne est de même nature que la nomination directe (...) Elle dit : « j’ai le pouvoir, donc je fais ce que je veux ». Le SNJ conseille au nouveau président « de couper le cordon ombilical avec celui qui l’a fait roi, en résistant, y compris à lui-même ». « On n’a jamais vu une telle situation à Radio France, ni même dans le privé, un PDG qui déboule dans un journal pour prendre la parole ! », ont renchéri les journalistes et techniciens CGT.

    (source : CB News)

  • SALOMON2345 19 mai 2009 11:21

    Que Dassault ponde l’Edito du Figaro, on s’en fout, on n’achète pas, mais que la neutralité consubstanlielle au service public soit foulée ainsi - au profit de l’opinion personnelle et subjective d’un employé du « prince » - est insupportable, mais l’exemple vient de haut : le « prince » lui-même, ne devrait- il pas l’être « au service » de tous ?
    Doux rêveur, je suis....


  • Nicole 19 mai 2009 11:24

    Ah bon, Ramila, la presse n’est pas libre ? Moi qui croyais tout ce que j’entendais. Je dois être cruche.


Réagir