mardi 1er août - par rosemar

Jeanne et le tourbillon de la vie...

PNG - 51.2 ko

Une étoile s'en est allée...
 
Jeanne Moreau nous a quittés ce lundi 31 juillet, à l'âge de 89 ans : actrice, comédienne de théâtre, réalisatrice, chanteuse, Jeanne Moreau a marqué de son empreinte le cinéma français.
 
Comment ne pas se souvenir de cette chanson du film Jules et Jim, Le tourbillon de la vie ?
Une petite musique que l'on doit à Serge Rezvani.
Et aussi l'histoire de la rencontre fatale d'une femme mystérieuse désignée seulement par le pronom "elle".
 
La description nous laisse entrevoir ses mains, serties de "bagues et de bracelets", "sa voix, ses yeux, l'ovale de son visage."
Et c'est un véritable coup de foudre qui est évoqué, comme le suggère l'emploi du passé simple qui traduit une instantanéité : "une voix qui m"enjôla, femme fatale qui me fut fatale." L'adverbe "sitôt" vient souligner l'immédiateté de la passion amoureuse.
Le verbe "enjôler" restitue l'idée d'un envoûtement quasi-magique.
 
Le coup de foudre est réciproque, ce que révèle l'utilisation du pronom "on" qui réunit les deux amoureux :
"On s'est connu, on s'est reconnu, 


On s'est perdu de vue, on s'est r'perdu d'vue 
On s'est retrouvé, on s'est réchauffé, 
Puis on s'est séparé. "
 
Ce jeu amoureux aboutit, pourtant, à une séparation sans drame. Le ton et la mélodie sont légers, sautillants et traduisent tout le bonheur et toute la liberté d'une vie insouciante.
Ainsi, chacun repart "dans le tourbillon de la vie."
Et puis, les hasards de la vie offrent l'occasion d'une nouvelle rencontre où l'émotion est encore plus vive :

"Au son des banjos je l'ai reconnue. 
Ce curieux sourire qui m'avait tant plu. 
Sa voix si fatale, son beau visage pâle 
M'émurent plus que jamais."
Le thème du temps qui passe ajoute une note mélancolique à cette chanson, d'autant que le poète s'enivre pour oublier.
Mais il se réveille sous les baisers de l'amante retrouvée et la voilà "retombée dans ses bras..."
Dès lors la conclusion paraît évidente :
"Quand on s'est connu, 


Quand on s'est reconnu, 
Pourquoi s’perdre de vue, 
Se reperdre de vue ?" 
Mieux vaut rester "tous les deux enlacés..."

Cette chanson reflète bien cet esprit de liberté qui anima Jeanne Moreau tout au long de sa vie : elle a été par sa vie une ambassadrice de la femme libre et moderne.
Elle a milité pour la libération des femmes, pour l'avortement, pour la cause des sans-papiers.
Jeanne Moreau reste à jamais une femme éprise d'amour et de liberté...
 
 
Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2017/07/jeanne-et-le-tourbillon-de-la-vie.html

 
Vidéo :

JPEG - 34.7 ko


18 réactions


  • phan 1er août 15:27
    Séquence culte avec Jeanne Pirolle (Jeanne Moreau dans « Les Valseuses » - de Bertrand Blier, 1974) tout juste sortie de la prison de Beaune après dix ans de détention.
    Le capitaine doit aimer la scène torride à trois entre Patrick Dewaere, Gérard Depardieu et Jeanne Moreau.

  • philippe baron-abrioux 1er août 15:45

    @l’auteur ,

     Bonjour Rosemar ,

     et pourquoi ne pas proposer à tout homme de lire« le testament amoureux » de Serge Rezvani ?

     bonne fin de journée !

     P.B.A


  • popov 1er août 17:04

    @Rosemar


    Qu’elle repose en paix, comme on dit.

    Je dois avouer que je ne l’aimais pas beaucoup. Je percevais comme une noirceur dans son aura.

    • rosemar rosemar 1er août 18:40

      @popov

      C’est peut-être parce qu’elle a joué dans des films étranges : j’ai revu, hier soir, Le journal d’une femme de chambre, un rôle sombre, inquiétant et provocant.

    • Fergus Fergus 1er août 19:59

      Bonsoir, popov

      Peut-être était-ce parce qu’elle était une femme glaçante (Morgan en était une autre). Mais néanmoins une excellente actrice.


    • Fergus Fergus 1er août 20:00

      Bonsoir, rosemar

      Et une histoire d’une grand immoralité. Pas le meilleur film de Bunuel, ni celui de Moreau.


    • Bernie 2 Bernie 2 1er août 21:16

      @Fergus

      Pas le meilleur film de Bunuel, ni celui de Moreau.

      Vu que rosemar trouve que les valseuses,n’est pas sa meilleure prestation non plus, vous allez finir par limiter drastiquement sa filmographie, à se demander si vous l’appréciez réellement ?

      Vous vous emmerdez si puissamment sur votre fil de la mosquée pour devoir venir balancer votre commentaire de mou du genou qui vous caractérise si bien ? Je suis d’accord, et en même temps...


    • Fergus Fergus 1er août 22:48

      Bonsoir, Bernie 2

      Vous avez parfaitement le droit d’aimer Le journal d’une femme de chambre, et moi de trouver Jules et Jim bien supérieur dans la filmographie de Moreau. Chacun ses goûts !


    • rosemar rosemar 2 août 10:05

      @Fergus

      En fait, Bernie n’a souvent de goût que pour s’opposer à ceux des autres... C’est ce que l’on appelle un contrariant...

    • rosemar rosemar 2 août 10:29

      @leufeross

      Et vous aussi, aucun avis sur Jeanne Moreau ?

  • marmor 1er août 19:28

    On comptait sur vous pour nous apprendre cette triste nouvelle qui est passée inaperçue dans les médias..........


    • Bernie 2 Bernie 2 1er août 21:09

      @marmor

      Eh oui, comme si on avait été épargnés sur ago.
      Mais non, on a déjà notre quota de scribouillards compulsifs, une mort est un peu de vie pour eux.

      On échappe au moins aux filtres photoshop moches du rakoto chez rosemar. Mais bon, ça vole pas haut, demain est un autre jour, le deuil sera limité. L’article est à l’avenant.

      Et demain ? les papillons, les étoiles, la dernière macronade ? Que sais je ? Toujours exécuté avec la même frivolité. Une sorte de diarrhée pixelisée.

      Si au moins y avait un coup à boire, mais même pas.


  • Agafia Agafia 1er août 22:01

    Rosemar, 


    Sur ce coup là, vous avez coiffé Rakotoarison au poteau, le nécrophile patenté d’Agoravox ^^

    Sinon.... J’aimais bien Jeanne, elle avait ce côté anti-conformiste et libre, cette élégance particulière, cette voix envoûtante et ce charme... une beauté particulière... Je l’aimais bien quoi...

    Que la terre te soit légère Jeanne...

    • rosemar rosemar 2 août 10:03

      @Agafia

      Jeanne à la fois proche et lointaine, familière et singulière : une personnalité qu’on ne peut oublier.

Réagir