lundi 31 décembre 2018 - par Le Vautre Oméga

Jésus-Christ Pop

Tentative d'analyse de la mythologie contemporaine. Analyse non-barthésienne, mais qui a sa valeur en ne l'étant pas (barthésienne). Car, quitte à se débarasser du prisme marxiste (ou marxien), autant analyser avec les armes de la psychologie contemporaine. Pour ce faire, il suffit d'observer l'anodin, et de rapprocher l'anodin du fondamental. Ainsi en arrive-t-on à des analogies inédites partant de la culture populaire et remontant aux racines de la civilisation, ce jusqu'à sa production la plus distinguée. Qu'on prenne par exemple la musique. Que dit-elle ? Peut-elle être concrètement en rupture avec le passé ? Ne s'y exprime-t-il pas l'évolution d'un peuple quant à ses moeurs ? Et pouvons-nous nous en servir comme moyen d'étude de la psyché humaine ?

Les clips musicaux sont assortis d'images théophaniques de premier ordre.

On le voit par exemple dans les musiques de pop, lesquelles consistent toujours dans la jonction (opportune) d'un endroit dégoûtant – des toilettes ou des égouts – et d'une célébrité, belle, jeune & coquette...

Le thème est si commun que nous ne saurions trouver une musique n'y faisant référence, sinon dans ses paroles, au moins dans son imagerie moyennant le clip lui-même.

Cette jonction que nous dîmes opportune doit probablement relever de l'inconscient. L'Esprit, dans toute sa lumière, n'a pas encore pénétré cette zone ; au moins pour les réalisateurs créant des vidéos dont les thèmes sont généralement inspirés par l'éducation spécifique du réalisateur (c'est-à-dire les écoles « pour réalisateurs ») mais aussi par leur éducation en général. C'est ce pourquoi on peut parler à leur place sans craindre de rater l'intention du réalisateur – sa culture reste une culture commune.

Aussi pouvons-nous voir ceci : le thème du dégoûtant et le thème du scintillant sont entremêlés. Le mélange du thème du dégoûtant et du thème du scintillant relève du renversement théophanique-christique. La Nouvelle Théophanie de Jésus-Christ a ouvert une voie auparavant étrange à la théophanie (autrement dit : la manifestation de Dieu dans le monde par un support spatio-temporel). Ce renversement trouve une illustration dans la multiplication des pains – image probable du Christ rendant accessible « à tous », par des expériences simples, l'expérience de Dieu... Par conséquent, le dégoûtant (donc le « facilement accessible ») devient le moyen d'expression de la Divinité, en lieu et place des anciennes cérémonies fastueuses et coûteuses (pour autant préservées) permettant un accès plus fort et plus intense. Le mélange Dégoûtant-Scintillant signifie donc : « voilà comment se synthétise l'expérience de Dieu que nous avons dans le monde, sous la forme d'un accès par le commun, le trivial, l'ordinaire, voire l'odieux ». 

On oppose l'image du Roi et du Mendiant, on en fait aisément des antithèses. Nous parlons néanmoins, en tant que subchrétiens, de roi des mendiants, et de l'excellence du mendiant nous surpassant par son attitude devant notre moralité douteuse. 

Nous parlons là le langage néothéophanique : le Roi-Mendiant, soulignant l'ambivalence du Sacré (Sacré = Tabou = positif/négatif), se retrouve partout, y compris dans les cultures archaïques qui ne l'ont pas encore érigé et conscientisé en symbole même de la Divinité accomplie. 

En Afrique, par exemple, le roi, lors de son couronnement, peut profaner certaines règles fondamentales de la société (comme l'inceste). Les archaïques autorisent ici un comportement horrible puisque le roi se charge de toute l'énergie psychique de la société, énergie bonne ou mauvaise, qu'il porte sur ses épaules et doit utiliser à bon escient. 

Les musiciens contemporains reprennent à leur compte cette ambivalence.

Le savent-ils ? Nous ne le savons pas.

Au moins pouvons-nous dire que le Dieu chrétien prend sa qualité d'Universelle Divinité en Divinisant Universellement le monde en rendant possible, par son mythe, la Théophanie nouvelle des objets ordinaires chargés psychiquement.

Cela ne touche pas au fantastique. Que l'on regarde donc les films & les clips musicaux. N'y voit-on pas l'association attrayante Dégoûtant-Scintillant ? Les réalisateurs ne se complaisent-ils pas à représenter les célébrités dans des situations triviales ? Les célébrités ne se mettent-elles pas, d'ailleurs, elles-mêmes ainsi en scène (qu'on pense par exemple au streetwear) ?

Toute la myriade des productions américaines serait la réactualisation du Sacrifice de Dieu sur la Croix, pour la simple raison que, ces productions étant ce qu'elles sont, de par leur structure, offrent à voir une union des opposés (Dégoûtant-Scintillant) grâce à laquelle – sans savoir réellement pourquoi – nous nous sentons divinement élevés sur un Aventin. D'où vient que lors de la commémoration du Sacrifice (eucharistie), nous n'utilisons plus de véritable sacrifice, mais les espèces consacrées : ces dernières sont suffisamment nourrissantes car, par leur ingurgitation, nous nous rappelons du Sacrifice divin. Ce faisant, nous nous remémorons en même temps (consciemment ou inconsciemment) que les théophanies sont désormais accessibles partout, et non plus réservées à une seule caste et à une seule période de jours spéciaux. 

Le mélange ainsi expliqué pénètre notre esprit et fait vibrer notre âme. 

Une fois encore, il faut accepter l'X mystérieux, très nécessairement. On ne peut expliquer cette vibration sublime. Nous devons pratiquer le sacrifice de l'intellect devant le Mystère. Mais les mauvaises langues diront aussitôt que sacrifier l'intellect, c'est sacrifier le conscient. Rien de plus faux.

Car Intelligence, on le sait, ne saurait usurper Conscience.



12 réactions


  • izarn izarn 31 décembre 2018 13:29

    Gamin, au catéchisme on a essayé de me faire avaler :

    « Le père et le fils ne font qu’un »...Que la mère et le fils ne fassent qu’un avant la naissance, passe encore, mais la !

    A six ans, cela m’a choqué...Je n’avais pas encore compris qu’il s’agissait d’un inceste chez les homosexuels.

    Procréation grâce à l’Esprit Saint...Forcement, le rêve chez les pédés...

    Le tout ne faisant qu’un ! Tiens, fumes !

    La totale...Depuis cette époque je suis athé.

    Effectivement le Dégoutant devenant sacré=Mariage pour tous.

    Mais franchement, quel rapport avec la pop ou le rock ?

    A moins de décréter que cette musique est dégoutante...

    Ce qui serait complètement réactionnaire.

    Bien sur il y a eu du dégoulinant « peace& love »...Mais quel rapport avec les Rolling Stones, les Who, ACDC, Led Zeppelin, Pink Floyd, le Métal, etc...

    Je ne vois pas...Sauf appeler « pop » la mélasse infâme de l’eurovision...Bien synonyme du concept de l’UE.

    Pour tout dire, c’est totalement con.

    Les cons, ça ose tout, c’est juste à ça qu’on les reconnait !


    • zak5 zak5 1er janvier 20:07

      @izarn

      Gamin, au catéchisme on a essayé de me faire avaler :

      « Le père et le fils ne font qu’un »..

      on vous a mal expliqué

      Moi est le Père nous sommes 1 ou 1+0=1

      c’est simple non ?

      0 est le seul chiffre qui peut désigner Dieu, il ne se divise pas, il ne s’additionne pas, il ne se retranche pas etc.

      ceci dit, bien heureux que vous ne soyez plus chrétien


  • arthes arthes 1er janvier 16:34

    Le X mystérieux en SM c’est la croix de saint André, sinon, j’ai rien capté à l’article....Enfin j’ai pas capté où il veut en venir ????


  • Gollum Gollum 1er janvier 17:00

    Ben nom de Zeus... Comme arthès j’ai rien capté.. smiley

    Par contre cela m’inspire une réflexion. Rien de pire que ces esprits littéraires (et l’auteur fait manifestement partie de cette catégorie) qui s’essayent à des réflexions philosophiques, métaphysiques ou scientifiques..

    On obtient un gloubi-glouba qui n’a de sens que pour leurs auteurs car ceux-ci sont dénués de toute rigueur et précision. On en a un parfait exemple ici. Le vague, le flou, propre aux littéraires, à l’expression littéraire, parce qu’artistique, en ressort ici de façon exponentielle avec toute l’entropie qui y est véhiculée. Il ne faut pas mélanger les genres. 

    Quand on a un esprit littéraire, et uniquement cela, on fait de la littérature et rien d’autre.

    Nous devons pratiquer le sacrifice de l’intellect devant le Mystère.


    À la condition expresse que cet intellect soit mature et rigoureux sinon il ne s’agit pas d’un sacrifice mais d’une démission. Je crains fort que vous soyez dans ce dernier cas.


    • arthes arthes 1er janvier 18:09

      @Gollum

      Ah, je suis rassurée de voir que je ne suis pas seule à m’enliser dans l’immondice vaseuse de ce gloubi glouba (en effet, quel autre terme y accoler ?) qui nous est servi au lendemain des festivités déjà chargées !!!...


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er janvier 17:15

    En résumé ; Nous faire prendre la m...e pour de l’or. Un petit tour de passe passe et nous voilà emporté dans l’illusion du sacré. Alors que celui-ci ne peu se vivre qu’à l’intérieur,.... Relire le beau Conte D’Andersen. Quand le peuple préfère la copie mécanique à l’authentique qui éveille la sensibilité. https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Rossignol_et_l%27Empereur_de_Chine. Si ma compréhension du texte est erronée j’espère que l’auteur me le signalera. Et que moi-même ne suis tombée dans son piège de mots.


    • Le Vautre Oméga Le Vautre Oméga 1er janvier 18:44

      En réalité, je disais que la Nouvelle Théophanie implique que le Sacré ne dépend plus d’une caste (Sacré ordinaire) mais appartient à tous, et est accessible dans la vie de tous les jours et dans toutes les détresses (Sacré christique). La Pop, en mélangeant Dégoûtant & Scintillant reprend à son compte ce renversement.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er janvier 19:11

      @Le Vautre Oméga

      Je ne partage pas tout à fait votre point de vue,....Mais il a le mérite d’être exprimé. 


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er janvier 17:24

    Ce qui fascine tant le spectateur et bien la facilité avec laquelle il peut atteindre ce qui n’est qu’ à ceux qui ont le yeux pour voir et l’oreille pour entendre. Quoi avec de la pourriture il crée un phallus factice. Mais alors, moi aussi je peut accéder à cette illusion de glorification christique. C’est bien ce qu’a réussi Johnny Hallyday. Comparez avec ceci :https://www.youtube.com/watch?v=3wd99I4f7qw et ceci : https://www.youtube.com/watch?v=2aOLW_R9-E4


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er janvier 18:32

    Lendemain de fête (obligatoire). Ce qui fascine tant le spectateur c’est bien la facilité avec laquelle il peut atteindre ce qui n’est qui accessible qu à ceux qui ont les yeux pour voir et l’oreille pour entendre. Quoi avec de la pourriture, il crée un phallus factice. Mais alors, moi aussi je peut accéder à cette illusion de glorification christique. C’est bien ce qu’a réussi Johnny Hallyday. Comparez avec ceci :https://www.youtube.com/watch?v=3wd99I4f7qw et ceci : https://www.youtube.com/watch?v=2aOLW_R9-E4


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er janvier 18:34

    Mais alors, pourquoi ne pas le dire plus simplement ? Peut-être parce que justement cela risquerait bien d’en fâcher certains. Quoi, on m’a fait prendre des vessies pour des lanternes ? L’humilité de le reconnaître est difficile.


  • kalachnikov kalachnikov 1er janvier 21:24

    Ca va au-delà. En fait, il s’agit d’une opposition entre positif et négatif et cela court dans l’art tout entier*. Toute oeuvre d’art repose sur un antagonisme, la division. Et au final, ce dont ça parle, c’est de la lutte à l’intérieur de l’être et de chacun entre le Vouloir qui est la dynamique externe et le Devoir qui est la contredynamique et de source externe. Et il y a quelqu’un qui tient ce discours dans l’être, le Vouloir lui-même.

    ’je suis la petite fille morte qui pouffe d’horreur à l’intérieur de la vivante. Qu’on me laisse tout de suite sortir de là !’ [Artaud]

    *pour rendre, l’imagination est infinie. Jour/nuit, Enfer/Paradis etc.


Réagir