jeudi 18 mars 2010 - par R-sistons

Jeu de la mort - société mortifère ?


Jeu de la mort, à la télévision, sur Fr2. Succès garanti, certainement. Mais la mort peut-elle être un jeu ? N’est-elle pas synonyme d’anéantissement ? Et si toute la société actuelle était mortifère ? Est-ce que nous devons nous accoutumer à toutes ses valeurs destructrices, coucheries à gogo, divorces comme on respire, alcool dès le plus jeune âge, drogues en tous genres, culte de l’argent et de la réussite à tous prix, remplacement du petit commerce de proximité par des mastodontes inhumains conduisant au surendettement, surconsommation, gaspillage, grande vitesse, travailler toujours plus ou pas du tout, mise à la rue de ceux qui ne peuvent plus payer leur loyer, armes de destruction massive mais à géométrie variable, dégraissages des individus, robotisation, virtualisation des existences, individualisme exacerbé, marchandisation du vivant, Big Brother liberticide ou Big Pharma qui tue en "soignant", guerres économiques, bombardements pour imposer la paix ou une pseudo démocratie dont les peuples ne veulent pas... loi du plus fort !!!! Et j’en passe... Pour moi, le pire c’est la compétition...

Je prépare un article sur l’extermination des Amerindiens par les grands démocrates américains à partir de toutes sortes d’enregistrements que j’ai faits. Je voudrais juste vous livrer cette phrase, qui résume un peu la philosophie de vie de ceux que l’on appelait avec mépris les Peaux Rouges : "Ici, on mesure la fortune d’un individu à ce qu’il donne, pas à ce qu’il possède". Belle leçon des "sauvages" aux civilisés que nous prétendons être !

Il faut mesurer l’imposture de la communication actuelle. Chaque fois que l’on nous parle de "modernité", de "modernisation", par exemple, ... alerte ! Cela veut dire régression. Il faudrait étudier le langage employé aujourd’hui par nos grands communicants, et le décalage avec la réalité : Des mots attrayants cachent des réalités horribles. Non, la modernité n’est pas synonyme de progrès, amis Lecteurs, mais de régression. Une économie modernisée ? Moins d’emplois pour tous, et plus de profits pour une toute petite minorité. Des services publics modernisés ? Ils seront rentabilisés, et au final, privatisés à notre grand détriment surtout si nos moyens sont limités. Des facs modernisées ? Livrées à un mandarin, à l’entreprise et à la sacro-sainte compétition. Malheur aux moins talentueux ! Et honte à Valérie Pécresse, formée à l’école américaine comme les Lagarde ou les frères Sarkozy. Je pourrais multiplier les exemples ; un jour, je ferai un article sur le vocabulaire employé aujourd’hui pour masquer les objectifs authentiques... Tout est fait pour assujettir les citoyens. Et l’idéal proposé de la compétition pour tout, nous conduit tous droit dans le mur. Si des Elus me lisent, je leur dis de notre part à tous : Nous ne voulons pas de cette compétition ! Nous ne voulons pas nous battre les uns contre les autres à chaque instant et dans tous les domaines ! Ce n’est pas une valeur ! C’est juste un subterfuge pour permettre à tous les Tapie d’écraser les citoyens... Quoi, l’emploi doit être délocalisé ou tué au nom de la compétition ? Mais nous préférons garder nos emplois plutôt que de triompher des autres, plutôt que de coiffer au poteau d’autres pays ! Le problème, c’est qu’on nous conditionne à chaque instant pour arriver à nous faire accepter ce dont nous ne voulons pas... Il y a un mot dont nous devrions redécouvrir la saveur : C’est celui de Sagesse. Il est d’ailleurs synonyme de modération !

Un Lecteur correspond avec moi, actuellement, au sujet de la finance islamique. La télé nous apprend à haïr tout ce qui de près ou de loin évoque l’Islam. Savez-vous ce que j’ai dit à ce Lecteur ? La finance à la sauce occidentale, avec tout ce que cela signifie d’usure, d’endettement, de cupidité, de spéculation, de virtualité, d’immoralité, est une caricature. Je préfère la finance islamique, oui, islamique, toute en équilibre, en modération, en éthique - et qui pourrait représenter une meilleure alternative. Cela fait des années que je rêve d’écrire un livre sur l’économie et la finance islamiques. Il n’y en a pas ! Et je ne trouve pas le temps pour le faire... ceci juste pour vous dire que j’en ai assez d’entendre vanter les valeurs de la pseudo démocratie occidentale, de l’incontournable Système capitaliste, de la Liberté à la sauce du Nouvel Ordre Mondial, etc . Tout est inversé ! Et pour arriver à nous faire accepter tout ce dont nous ne voulons pas, l’abjecte "mondialisation heureuse", les guerres pour la patrie chères à Marie Drucker, l’humanitaire militaro-financier interventionniste, les Révolutions de couleurs, ou la compétition érigée en fin suprême, justifiant tous les moyens, rien de tel que la télévision. Avec ses jeux de morts, ses valeurs mortifères, ses fausses informations, son apologie discrète mais continue du Système capitaliste en tant qu’unique horizon, ses conditionnements contre la Chine, l’Iran, la Syrie, le Hamas, le Hezbollah, la Russie, Cuba, le Vénézuela, les 2000 militants d’Al Quaïda présentés comme la menace suprême même pour l’Amérique surarmée, son nouvel antisémitisme cette fois contre les Musulmans (et donc contre les Arabes souvent musulmans), sa préparation des citoyens aux chocs de civilisation ou au futur Nouvel Ordre Mondial totalitaire via les Attali...

Dans cette émission "Jeu de la mort" amenant des citoyens comme vous et moi à accepter, par soumission à l’autorité, d’être facteurs de mort, la télévision est dépeinte comme l’instrument qui impose les modèles, qui abuse des personnes, qui est Pouvoir par définition, pouvoir de manipulation, de conditionnement, d’assujettissement. L’individu, complètement écrasé par ce Pouvoir-là, subit passivement l’emprise du rouleau compresseur, un rouleau authentiquement totalitaire alors même que l’émission profite de l’occasion, une fois de plus, pour critiquer tout ce qui s’écarte de la Pensée unique. Voici ce que j’écris sur mon blog r-sistons à la désinformation (§) : " Une émission qui montre, au final, l’autorité de la télévision sur nos vies, le conditionnement de tous, et une émission qui en profite pour, au passage, critiquer le grand système rival du capitalisme, le communisme, au cas où certains en auraient la nostalgie (le capitalisme doit apparaître comme le seul système possible, incontournable donc, bonjour la Pensée unique ! ), et au passage la Chine, grand rival de l’Occident qu’il faut à tous prix discréditer chaque fois que c’est possible. Un jour, il faudra bien l’attaquer, après avoir préparé les citoyens à cette guerre inévitable comme bientôt celle contre l’Iran puis contre la Russie ! Il ne vient pas un instant au Producteur l’idée que le libéralisme est aussi, dans son orientation actuelle, de plus en plus totalitaire ! "

Il est bien évident que la télévision est notre pire ennemie. Elle véhicule, sous couleur de marivaudage (comme à Télé Matin de Leymergie, par ex) ou d’information sérieuse, les pires manipulations au service des forces, des valeurs ou des projets les plus mortifères : Peur aliénante des pseudos terrorismes, Argent-Roi, Tout chimique, guerres "humanitaires", pour la paix ou pour la "démocratie", compétition érigée en but suprême, soumission au Nouvel Ordre Mondial en gestation décidé de façon antidémocratique par une poignée de Grands Banquiers et de leurs amis, Travail forcené même le dimanche, Dieu-consommation...

Si nous ne nous libérons pas de nos chaînes, nous allons tous droit dans le mur. Et les jeux de la mort se mueront fatalement en vies asservies, abêties, sacrifiées. A nous de décider de notre avenir... dès dimanche prochain, en éliminant politiquement celui qui, actuellement, est le plus dangereux facteur de destruction de notre existence. Il s’appelle Sarkozy, vous le savez. Ensuite, il appartiendra à chacun de choisir sa voie... Mais dimanche prochain, nous ne devrons pas jouer avec nos vies. Elles méritent mieux que la mort programmée par les pires serviteurs du Nouvel Ordre Mondial inhumain, criminel... mortifère !

Eva R-sistons

§ http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-le-jeu-de-la-mort-l-autorite-de-la-television-sur-nos-vies-46898050.html
 


17 réactions


  • morice morice 18 mars 2010 11:18

    il y a de votre part une grave incompréhension «  Mais la mort peut-elle être un jeu ?  »

    l’expérience de Migam n’a jamais été un "jeu sur la mort mais la dénonciation de la veulerie humaine en groupe face à une autorité : les sources même du fascisme. Vous vous trompez donc totalement de cible, désolé.

  • morice morice 18 mars 2010 11:23

    Je prépare un article sur l’extermination des Amerindiens par les grands démocrates américains à partir de toutes sortes d’enregistrements que j’ai faits. Je voudrais juste vous livrer cette phrase, qui résume un peu la philosophie de vie de ceux que l’on appelait avec mépris les Peaux Rouges : « Ici, on mesure la fortune d’un individu à ce qu’il donne, pas à ce qu’il possède »


    aujourd’hui, quand un gamin afghan se fait déchiqueter, sa famille reçoit entre 100 et 1500 dollars de dédommagement : voyez bien que les américains savent « donner ». C’est le prix d’une vie là-bas. Un gamin américain mort par accident à droit à un peu plus je pense... quelques milliers de dollars, voire million.

    j’attends avec impatience votre article, et reviendrais je pense sur ce que je viens de vous dire...

  • @distance @distance 18 mars 2010 13:20


    Décidément aujourd’hui, c’est un feu d’artifice d’articles plus mauvais les uns que les autres !


  • Lapa Lapa 18 mars 2010 13:23

    Le début de l’article est intéressant, mais il dérive vite dans le n’importe quoi et la paranoïa.

    Mais le fait est que notre société est dans une culture de mort. Ceci étant le« jeu » est soumis à grosse pincettes scientifiques. d’une part car un « one shot » ne permet pas de déterminer si l’expérience est répétable et reproductible pour établir la justesse du résultat. D’autre part parce que le public et les candidats ne sont pas « comme vous et moi » ils ne sont pas échantillonnés au hasard. ce sont des personnes volontaires pour assister ou participer à un jeu télé. Ce qui veut dire qu’elle sont déjà influencées par l’argument autoritaire « bénéfique » de la télévision pour postuler. Le biais est déjà là.


  • Thierry LEITZ 18 mars 2010 14:27

    Culture de la mort, ou apologie de la soumission voire de son refus, on ne sait pas finalement quel sera le message retenu de cette « émission ».

    En tout cas, même si c’est un peu hors sujet, le lien entre culture de la mort et compétition « à mort », compétion internationale, loi du plus fort est pertinent.

    Eva le dénonce avec raison. Mais sans grand succès d’audience.

    Les modérés pacifistes n’ont pas la côte sur AV. Il vaut mieux avoir du sang dans les yeux, jouer sur les pulsions violentes et radicaliser sa pensée dans la brutalité physique, choses dans lesquelles on est à l’aise pour avaliser année après année 40 milliards d’€ de dépenses militaires.

    Et là, pas plus que devant Tania Young, pas d’objection.... de conscience.

    Super.


  • @distance @distance 18 mars 2010 14:33

    dans cet article, on atteint des sommets d’exagération, par exemple

    Cet auteur a écrit :

    La télé nous apprend à haïr tout ce qui de près ou de loin évoque l’Islam. Savez-vous ce que j’ai dit à ce Lecteur ? La finance à la sauce occcidentale, avec tout ce que cela signifie d’usure, d’endettement, de cupidité, de spéculation, de virtualité, d’immoralité, est une caricature. Je préfère la finance islamique, oui, islamique, toute en équilibre, en modération, en éthique - et qui pourrait représenter une meilleure alternative. Cela fait des années que je rêve d’écrire un livre sur l’économie et la finance islamiques. Il n’y en a pas ! Et je ne trouve pas le temps pour le faire... ceci juste pour vous dire que j’en ai assez d’entendre vanter les valeurs de la pseudo démocratie occidentale, de l’incontournable Système capitaliste, de la Liberté à la sauce du Nouvel Ordre Mondial, etc .

    * * * *

    ça vous viendrez à l’idée d’écrire ?
    Je préfère la finance chrétienne, oui, chrétienne, toute en équilibre, en modération, en éthique


    • robin 19 mars 2010 09:34

      Il y a exagération sur ce point certes, mais dans le diagnostic sous-jacent que la société matérialiste juqu’à la nausée qu’on veut nous imposer essaie par tous les moyens de disqualifier les religions qui véhiculent évidemment l’opposé, ce diagnostic est vérifiable tous les jours....regardez encore dernièrement l’acharnement contre l’Eglise Catholique, alors que la pédophilie n’est pas liée jusqu’à preuve du contraire à la religion (des pères de famille mariés s’adonnent volontiers à la pédophilie).


  • Véronique Anger-de Friberg Véronique Anger-de Friberg 18 mars 2010 15:03

    A propos d’Xtreme :

    Laisser croire que, sans menace de mort, « 80% des gens » sont susceptibles d’accepter de faire souffrir un innocent si on leur en donnait l’ordre est faire insulte à l’intelligence des individus qui, si l’on en croit les chiffres de l’équipe  ont refusé le postulat de base du jeu. 80% d’entre eux environ (2600 sur 13000 des personnes contactées) ont répondu négativement à l’idée de participer à ce pilote. En revanche, imaginer que le flingue sur la tempe, une majorité de gens auraient accepté de tuer, est vraisemblable… quoique non démontré.

    Selon les explications de France 2, sur 2600 personnes ayant souhaité y participer, seuls 80 candidats ont été sélectionnés, selon des critères sujets à caution puisque l’expérience est loin d’être une vraie expérimentation scientifique comme le laisse entendre la promotion faite autour de ce jeu de dupes.

    Jean-Léon Beauvois, le psychologue qui apporte sa caution à ce test, fait un sacré raccourci pour arriver à démontrer (sans tenir compte du taux de refus ou de non réponse de 10400 personnes) que « 80% des gens » se transformeraient en bourreau sous la pression (ce qui est faux puisque les candidats ont adhèré d’eux-mêmes au principe du jeu : jouer les tortionnaires en envoyant des décharges électriques à un pauvre bougre qui ne leur a rien fait…) et se sont engagés qui plus est par contrat donc « moralement » si on peut dire.

    Un psy-gourou pour qui la fin justifie les moyens. Un extrémiste qui veut à tout prix démontrer que sa thèse est juste : la télé rend l’être humain violent. A partir de là, personne n’est coupable, personne n’est responsable. Les gens sont infantilisés, déresponsabilisés, puisqu’ils perdraient leur libre arbitre sous la pression télévisuelle… La télé, et la société tout entière rendraient des gens doux comme des moutons violents. Sans blague ?
    Accepter l’inacceptagle (s’engager par contrat à envoyer des décharges électriques -si ce n’est mortelles tout au moins douloureuses- à un pauvre type n’est pas mettre consciemment le doigt dans l’engrenage ? Où est la pression exercée sur des candidats à un jeu sollicités par courriel ? Mais la vraie question que devraient se poser ces 80 personnes sélectionnées parmi 2600 candidats potentiels est : hors de tout contrôle social, avec la garantie de l’impunité, est-ce ma vraie nature qui s’est exprimée ? Doit-on s’étonner que sur ceux qui ont accepté le principe de faire souffrir passent à l’acte et que ceux qui refusent d’aller jusqu’au bout du « jeu » envoient tout de même quelques décharges bien dosées… avant de commencer à être tourmentés par leur conscience ? En revanche, on aurait pu se féliciter que 80% des personnes sollicitées aient tout simplement refusé de participer au pilote. Personnellement, je trouve cela plutôt rassurant !

    L’exemple que l’on veut donner aux jeunes générations est-il celui de la déresponsabilisation permanente : vous n’aviez pas le choix, la pression de la hiérarchie, du pouvoir, de la sté, de la télé... est telle que vous n’êtes pas coupable ? Tenir un tel discours n’est pas pousser au civisme ni à l’exemplarité…

    Pour conclure, je dirais que cette « expérimentation » télévisuelle inspirée de la très célèbre expérience de Migram est une escroquerie. Une expérience de Milgram dénaturée... En réalité, Zone Xtreme est à Stanley Milgram ce que les sondages d’opinion sont à la vérité scientifique.

     


    • Francis, agnotologue JL 18 mars 2010 15:25

      @ Véronique Anger de Friberg, bravo, vous avez tout dit. Je ne pense pas autrement : je l’ai exprimé en moins bien et en plusieurs fois, sous d’autres articles.

      L’émission dont il est question n’est qu’une émission de téléréalité de plus mais qui ne dit pas son nom : l’une de ces émissions qui cherchent à nous faire prendre des vessies pour des lanternes et à brouiller tous nos repères entre la réalité et la fiction.


    • @distance @distance 18 mars 2010 15:32


      tout le monde, ou presque, a bien entendu compris que 81% des participants (ceux qui ont signés le contrat) ont administrés (avec ou sans hésitations) des décharges électriques à un mec pour tester un JEU en obéissant aux ordres d’un animateur tv !

      c’est consternant !


    • Philou017 Philou017 18 mars 2010 20:53

      Je crains que Véronique n’ait pas de sources à citer..... Son commentaire tient plus du mouvement d’humeur que d’autre chose.
      Décidement, cette émission dérange....


    • robin 19 mars 2010 09:39

      Sauf que dans la vraie Expérience de Milgram, donc avec toutes les garanties scientifiques, une majorité de gens (63% je crois) ont bel et bien ACCEPTE d’administrer le maximum de charges simplement parce qu’on les déchargeait de leur responsabilité.

      Donc dussé_je vous choquer, OUI une majorité de nos contemporains sont prêts non seulement à accepter mais à collaborer à une dictature, hors de cette émission ce fait a été démontré scientifiquement.


    • robin 19 mars 2010 09:46

      Chacun d’entre nous jouent volontiers les Tartuffe, car des jeux de la mort nous en appuyons des boutons tous les jours sans le savoir, ou plus exactement en feignant de ne pas le savoir, simplement en laissant à d’autres le soin d’exploiter jusqu’à la mort des peuples sous-développés pour maintenir un niveau de vie mortifère pour la planète.


  • ddacoudre ddacoudre 18 mars 2010 18:35

    bonjoue eva

    ces élections ont au moins démontré que si les citoyens ne comprennent pas tout ils présentent quand ils se font abuser. mais bien sur ce n’est jamais aussi simple car il faut savoir si c’est l’envie de donner ou de recevoir.

    cordialement.


  • R-sistons R-sistons 18 mars 2010 19:11

    Bonjour

    je ne sais pas pourquoi j’ai envoyé cet article sur Agoravox, il est trop perso, il est pour mes lecteurs de r-sistons avec qui je partage beaucoup de choses. Mon idée était de dépasser l’émission, dont je parle à peine, pour élargir sur la question du type de société dans laquelle nous évoluons, de mon point de vue mortifère. Car ce type d’émission est possible dans une société mortifère, qui au lieu d’incliner à la solidarité entre les individus, pousse à la compétition... assassinant l’autre, finalement ! Réussir en écrasant l’autre, en le piétinant... quelle horreur ! Au fait, moi j’aurais été à cette émission, et dès la Ie décharge j’aurais « attaqué »...

    Donc, oubliez svp mes remarques persos, pensez plutôt au débat qui est lancé. Société mortifère, jouant avec nos vies ? Cordialement, eva

    Par contre mon article sur le génocide des Amerindiens aura sa place ici, lui.


  • R-sistons R-sistons 18 mars 2010 20:21

    En peu de temps, 3 votes pour : annulés - je vois que ces 3 dernières personnes ne sont peut-être pas d’accord avec le thème que je traite dans ce commentaire : « ce type d’émission est possible dans une société mortifère, qui au lieu d’incliner à la solidarité entre les individus, pousse à la compétition... »

    préfèrent-ils la compétition, tellement à la mode aujourd’hui, à la bonne vieille idée de solidarité que je revendique en paroles et en actes concrets ? C’est vrai qu’elle est si désuète à notre époque « moderne » du chacun pour soi... pourtant j’ose penser qu’elle est une valeur sûre ! Et les valeurs indiennes parlent à mon coeur... De plus, on m’avait baptisée, jeune, « la force vitale de Bergson ». C’est vrai, j’ai la passion de la vie, alors les pulsions de mort, je ne supporte pas et je suis portée à les dénoncer ! Eva


    • ddacoudre ddacoudre 18 mars 2010 22:52

      re éva

      je te joins le liens ou je traite de ce jeu, et le situe au delà de sa porté& réductrice de sa représentation. notre société est « élevé culturellement dans des valeurs mortifères et elle a supprimé tous les »indiens" dont elle ne comprenait pas les valeurs qui lui paraissaient barbare parce qu’elle ne reposait pas sur la cupidité.

      http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=71838

      cordialement.


Réagir