lundi 15 avril - par George L. ZETER

Jeux olympiques à Fukushima

JPEG

De Fukushima, la torche olympique démarrera en mars 2020 son périple et durant les jeux il y aura les épreuves de softball et de baseball dans la ville irradiée. Il est prévu des réjouissances[1] dans la citée ayant souffert le 11 mars 2011 d’un tremblement de terre et d’un raz de marée selon les autorités japonaises, nulle part n’est mentionné l’explosion des trois réacteurs de la centrale nucléaire, de la contamination de l’air, des terres, de l’eau, des plantes, de l’évacuation de 150.000 habitants, nulle part ! En plein déni. Pourtant en l’espace de quelques heures, le Japon a affronté une triple catastrophe : Un séisme, suivi d’un tsunami ayant causé un incident nucléaire aussi grave que celui de Tchernobyl en 1986. Impossible d’imaginer des épreuves sportives dans la région Ukrainienne, car, un rayon de 30 km a été décrété insalubre à la vie humaine ; quant à Fukushima ? C’est oui des deux mains pour les jeux !

Tordre la réalité

Huit ans après, la catastrophe continue à se déployer. À la centrale de Fukushima Daiichi, la situation n’est toujours pas maîtrisée et il est question de rejeter plus d’un million de tonnes d’eau radioactive dans l’océan. Plus de 200 cancers de la thyroïde ont déjà été diagnostiqués chez des enfants et adolescents. La « décontamination » engagée après 2011 s’avère illusoire et les particules radioactives rejetées lors de l’accident resteront présentes dans les sols pendant des siècles. 2400 balises de mesure de la radioactivité vont être retirées.[2]

Par un tour de passe-passe le gouvernement japonais après l’accident, a revu la limite légale des doses radioactives en la faisant passer de 1m Sv/an à 20m Sv/an... 20 fois plus ! Et puis, selon un journaliste japonais, cette « opération Fukushima » aurait deux raisons cachées : 1) faire revenir les habitants, 2) ne plus les indemniser ; alors, l’opportunité des jeux, avec tous ces étrangers venant participer à des épreuves, sera bien la preuve, la caution que la région est saine et sans danger...

En parlant des étrangers...

Les médias occidentaux s’en mêlent en apportant des « témoignages indiscutables » : Pas plus tard que ARTE, qui titre sont reportage : "Fukushima, 8 ans après où en est-on ?" Et suit signé par François Hermellin : « Tout va bien ? A Fukushima aujourd'hui, il est possible de se promener en vêtements ordinaires à 1 km des réacteurs dont les cœurs ont fusionné et la plupart des espèces pêchées autour des côtes ne présentent plus de signes de radioactivité. Tokyo incite donc les habitants à revenir à Fukushima. Pourtant, la décontamination est loin d'être terminée. »[3] Bref, tout baigne, les athlètes représentant la France pourront se faire bronzer à 200 mètres de la centrale sans aucun problème... Pourtant, dites moi pourquoi, tant d’associations, tant de spécialistes, de chercheurs mettent en doute toutes ces assertions, supportées sont elles par des mesures sur le terrain, par ces millions de litres d’eau contaminés qui débordent, par ces montagnes de sacs de terre irradiée... En contre point ce reportage[4] du Monde qui démontre le danger réel de retourner vivre là bas.

Le gouvernement encourage activement l’oubli de la catastrophe de Fukushima et les médias japonais sont complices. Ils omettent de rendre compte de la contamination réelle, des risques sanitaires. L’élément le plus nocif pour l’environnement et la santé est le césium 137 ; il faut 30 ans pour réduire sa quantité de moitié et il reste après 100 ans à 10% de sa valeur. En fait, dans 1 siècle, le Japon sera toujours soumis à cette déclaration d’état d’urgence et la radionucléide continuera de contaminer l’eau, l’air, la terre et la nourriture.

Le baron de Coubertin, se mord les orteils dans sa tombe

...Et il y a de quoi ! Les Jeux Olympiques ont toujours été utilisés plus ou moins comme outil de propagande pour promouvoir le nationalisme. Mais ces dernières années, dans des pays économiquement exsangues, tels le Brésil, la Grèce, ça a tourné au gaspillage, car construire de nombreuses structures gigantesques sans aucune perspective d’utilisation après les Jeux, n’est que dans l’intérêt des consortiums de la construction, des entreprises de services qui font d’énormes profits, en n’oubliant pas tous les corrompus de ces gouvernements, les médias serviles et les géants de la malbouffe, du mal vivre de cette société de surconsommation. Alors, cette fois ci cela va plus loin : une clique à Tokyo qui veut à toute force faire oublier une catastrophe qui touche directement ou indirectement toute la planète, sous l’œil consentant d’un comité olympique faisant plus penser à une mafia, et des états complices, qui d’ailleurs agiraient de même en cas de situation similaire : le déni, cette nouvelle arme de la pensée... Unique. Pour bien comprendre, cela revient à tout repeindre en vert et se dire que c’est écolo, protection de la nature et tutti ! Alors que la planète se réchauffe de manière alarmante, alors que des espèces disparaissent chaque jours, alors, que de nouvelles maladies incurables éclosent comme champignons vénéneux à l’aube : Mais les jeux-must go on et les habitants retourner chez eux.

Le gouvernement japonais considère que la réussite des Jeux Olympiques de Tokyo en 2020 est un objectif primordial. Ce genre de grand événement peut distraire les gens de leurs problèmes graves, les faire déconnecter pendant 1 mois de leur triste sort. Les médias font de leur mieux pour élever la « fièvre olympique » qui fait de tout opposant aux Jeux un mauvais citoyen, dans un pays, qui de part sa culture a le sens de la communauté, le sens du sacrifice pour le groupe ; donc, les voix discordantes se taisent, et la commedia olympique aura bien lieu, Fukushima inclus !

Hiroaki KOÏDE nous dit :

- « La vérité est que le désastre de Fukushima durera plus de 100 ans et, à ma plus grande surprise, personne n’a été officiellement incriminé à ce jour, aucun représentant de TEPCO, aucun directeur, aucun ministre, aucun politicien, aucun spécialiste qui l’ait causée. Personne n’a même été accusé d’être responsable du désastre de Fukushima. Pour ajouter l’insulte à nos blessures, notre gouvernement veut redémarrer ces vieilles centrales nucléaires qui ne sont pas opérationnelles et veut exporter la construction de centrales nucléaires vers d’autres pays étrangers. Être l’hôte des Jeux Olympiques dans le pays en situation d’urgence nucléaire est absurde. Les États participants et quiconque parrainant un tel acte prennent le risque, d’une part d’être exposé à la contamination radioactive, et d’autre part d’être les complices de comportements criminels, coupables par leur silence et leur déni. »[5] 

Selon, les autorités du pays, « l’accident » comme il le nomme n’a fait aucune victime...

Après la société du spectacle, nous voici dans la société du déni, what’s next ?

 

Georges Zeter/avril 2019

 

article inspiré par celui de Hiroaki KOÏDE du 23 août 2018 

 

voir docu du Monde :

https://www.lemonde.fr/contaminations/video/2018/09/05/contaminations-a-fukushima-le-japon-pousse-les-habitants-a-retourner-vivre-en-zone-irradiee_5350634_5347501.html



21 réactions


  • nono le simplet nono le simplet 15 avril 10:38

    que dire ... on nous surine que tout va bien ... aucune pollution ... pas de morts ... pas de radiations ... la routine du nuclèaire ...


  • Loatse Loatse 15 avril 11:59

    Bonjour George

    De ce que je sais, l’élément radioactif lourd (plutonium je crois) qui s’était déposé dans le périmètre de la centrale a été enlevé, enfin du moins la terre polluée enlevée et ensachée -ils ne savent d’ailleurs plus qu’en faire parait il -.... l’autre élément radiactif plus léger lui est parti dans les nuages se promener jusqu’à chez nous en passant par les states...

    Pour le corium, la matière fondue, c’est une autre histoire.. ca se passe en profondeur et je ne sais pas si à l’heure actuelle on a pu le récupérer ou du moins l’isoler afin qu’au contact éventuel de la mer ca ne fasse pas Boum....

    N’ont ils pas depuis élevé le seuil de tolérance à l’exposition à la radioactivité au japon ? (j’ai entendu dire, à vérifier)

    M’enfin je ne sais pas si cela soulagera l’angoisse des parents des pauvres mômes atteints de cancer, suite à cette catastrophe... Quand à faire revenir sur place les habitants qui pour beaucoup n’ont pas les moyens de s’installer ailleurs, c’est comment dire..ah je ne trouve pas les mots...

    sinon perso, depuis fuku et puisqu’on a reçu une deuxième fois, après tcherno, notre part via les airs ; En bonne hypocondriaque, méfiante comme pas deux, je n’achète que les boites de thon pêchées en atlantique nord, pas celles du pacifique, du riz bio en provenance du penjab only et dont la pureté est certifiée par analyse adn (si si, ca existe). J’avoue avoir aussi envisagé l’achat d’ un compteur geiger pour faire mes courses au rayon poissonnerie de mon supermarché... 

    Seul la peur du ridicule m’en a dissuadée... alors aller sur place y voir des sportifs courir et lancer des poids, même pas en rêve !


  • Matlemat Matlemat 15 avril 15:22

     Les Jeux olympiques c’est un business et c’est bien celui donnera le plus de pots de vin au comité qui obtiendra les jeux, le Japon a bien besoin de se refaire une image, et tenter de relancer le tourisme.

     Fukushima est une honte pour les japonais, une épine dans leur âme tellement douloureuse qu’ils préfèrent tenter d’oublier pour moins souffrir. 

     

     Concernant Pierre de Coubertin, c’était un colonialiste, raciste, misogyne et admirateur d’Hitler, si le nucléaire avait existé à son époque il aurait été pour sans aucun doute...


    • Meursault Ténia 15 avril 17:10

      @Matlemat

      Il était non seulement raciste, mais aussi eugéniste, comme cette saloperie d’Alexis Carrel, :

       « Il y a deux races distinctes : celle au regard franc, aux muscles forts, à la démarche assurée et celle des maladifs, à la mine résignée et humble, à l’air vaincu. Eh ! bien, c’est dans les collèges comme dans le monde : les faibles sont écartés, le bénéfice de cette éducation n’est appréciable qu’aux forts ». Pierre de Coubertin, « L’Éducation anglaise », dans J.-M. Brohm, Pierre de Coubertin, le seigneur des anneaux, Homnisphères, 2008


  • Patrick Samba Patrick Samba 15 avril 15:24

    Bonjour,

    la politique du déni porte un nom, elle s’appelle le programme Ethos (un crime contre l’humanité - Fukushima 福島第)

    "Le projet ETHOS a été mis en œuvre par une équipe de recherche impliquant quatre organismes scientifiques : le Centre d’étude sur l’Evaluation de la Protection dans le domaine Nucléaire (CEPN), l’Institut National d’Agronomie de Paris-Grignon (INAPG), l’Université de Technologie de Compiègne (UTC) et le groupe d’étude Mutadis qui en a assuré la coordination. Il a été présenté comme devant améliorer durablement les conditions de vie des habitants affectés par la présence à long terme de contamination radioactive à la suite de l’accident de Tchernobyl."

    Il a probablement très utilement tiré profit de l’étude des accidents survenus en 1969 et 1980 à la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher) (l’IRSN publie une note d’information). Et dont cette année vivra le cinquantenaire du 1er accident de 1969. Vivra peut-être, mais en parlera-t-on ? Qui d’ailleurs a entendu parler de ces accidents d’une gravité équivalente à l’accident de Three Mile Island.


  • pierrot pierrot 15 avril 18:30

    Quelques vérités sur l’accident nucléaire de Fukushima Dai-Ichi :

    3 réacteurs ont été accidentés par suite du relâchement de vapeur volontaire pour dépressuriser.

    Aucun mort ni blessé à déplorer, environ 3 millions de personnes sont suivis médicalement depuis l’accident, aucun surcroit de cancer ou d’autres pathologies (les 200 cancers de la thyroïdes sont dans la norme habituelle de ce type de survenu du cancer tant en Australie, Chili, ... très éloignés du Japon).

    Seules 7 personnes ont subi des doses supérieures à 100 milli Sievert ce qui induit un risque de cancer augmenté de 1 % par tranche de 100 mSv.

    Le total cumulé des rejets nucléaires représente 15 % de ceux de Tchernobyl mais du fait de la direction du vent les jours suivants l’accident la majeure partie a été vers le Pacifique.

    L’IRSN (irsn.fr) publie régulièrement le bilan de cet accident et le suivi médical des populations.


    • Patrick Samba Patrick Samba 15 avril 19:03

      C’est simple, remplacez juste le « vérités » du début par « mensonges » et vous aurez un commentaire tout à fait fiable...


    • alinea alinea 15 avril 20:25

      Calmez-vous Patrick Samba, il suffit de bien regarder pour voir jaillir de leurs mots, la supériorité de Pierrot et de Julien S ! Ayez confiance... et pis, je dois avouer que je suis comme eux : je ne vois pas le rapport entre la bombe atomique, une arme fatale faite pour tuer, et un gros feu pour faire bouillir de l’eau ; l’atome, l’atome, mais il y en a partout des atomes, et ils sont tous très gentils.
      Alors, un conseil, faites comme moi : je me suis inquiétée longtemps jusqu’au jour, récent, où j’ai compris que j’avais peur parce que j’étais une idiote ignorante ; quand on a compris ça, je vous jure qu’on se sent bien mieux et qu’on est prêt, et content de s’en remettre aux savants qui savent, aux politiques qui font tout pour qu’on soit bien, et aux lobbies qui investissent pour notre bonheur et notre confort.
      Le monde est beau, c’est mon amie la rose qui me l’a dit ce matin...


    • George L. ZETER George L. ZETER 15 avril 20:37

      @alinea
      «  c’est mon amie la rose »... de pavot ? 


    • nono le simplet nono le simplet 15 avril 21:21

      @alinea
      c’est mon amie la rose qui me l’a dit ce matin

      la plus belle chanson de Françoise


    • alinea alinea 15 avril 21:34

      oui nono ! smiley


    • covadonga*722 covadonga*722 15 avril 21:45

      @nono le simplet
      parole Cécile Caulier  un poète pacifiste
      musique Paul Lacome fin 19e


    • Patrick Samba Patrick Samba 16 avril 00:38

      @alinea

      oh, moi je ne m’énerve pas. Et d’autant moins que je vois déferler des hordes de Gilets jaunes sanguinaires, la foudre de Dieu se déverser sur la charpente de Notre Dame une heure avant le discours de son jésuite d’Emmanuel favorable au sauvetage d’EDF et de sa filière nucléaire, et tout ça au moment où des experts recalent les soudures de l’EPR.
      Ça sent déjà l’odeur de couenne grillée du pronuc manipulateur !


  • soi même 15 avril 20:23

    Comme Jeux cela va être radioactive ?


  • nono le simplet nono le simplet 15 avril 21:19

    je buvais un coup chez des voisins, je rentre et j’apprends que la centrale nucléaire au centre de Paris a pris feu ... du vieux chêne de 700 ans ... belle flambée ... bizarre moi qui aime les vieux monuments, je m’en fous ... mais alors à un point ... ou alors un signe de Dieu ... y sont cons ces humains qu’il a dit ... du coup Macron a annulé sa soirée ... trois jours de deuil national ...


    • nono le simplet nono le simplet 16 avril 04:42

      @Julien S
      viollet le duc ? ce mytho qui s’est représenté sur une statue ? sa restauration est très controversée ...


    • nono le simplet nono le simplet 16 avril 07:50

      @Positronique
      il a pas disparu ... ça va faire bosser des charpentiers, des tailleurs de pierre, des zingueurs et tous les métiers d’art pendant 30 ans ... et ça va coûter un pognon de dingue ... mais là le pognon on va le trouver en 3 coups de cuillère à pot


    • nono le simplet nono le simplet 16 avril 07:53

      @nono le simplet
      en plus ils ont sauvé la « vraie » couronne d’épines ... fabriquée au moyen âge ... pfffff


    • nono le simplet nono le simplet 16 avril 10:38

      @Positronique
      té qu’es ce que je disais ....
      Pinault a balancé 100 millions Arnaud 200 millions plus la ville de Paris, la région ... on va atteindre le milliard avant ce soir ... à gerber ...


Réagir