lundi 22 juin - par Régis DESMARAIS

L’affaire Fillon, la justice et le monde de demain

Les récentes déclarations de l’ancienne procureur du parquet national financier confirment, par ricochet, que la présidentielle de 2017 aura été volée aux Français. Le naufrage de la démocratie et de ses valeurs est en cours. L’horizon qui se profile semble être celui d’un effroyable totalitarisme mondialisé, mais tout n’est pas encore perdu.

JPEG

Les déclarations d’Eliane Houlette

Face aux sept députés composant la commission parlementaire, et après avoir juré de dire la vérité, Eliane Houlette a dit haut et fort que : « La conception française de l’indépendance judiciaire est une conception politique ». Constat accablant car le couple politique et justice n’engendre pas l’indépendance. Pour illustrer les pressions dont elle a été victime dans sa carrière, Mme Houlette a évoqué une affaire d’actualité, l’affaire Fillon. Elle a ainsi déclaré avoir été « sans cesse sollicitée (…) par des demandes de synthèse de procès verbaux d’auditions, des résultats de perquisition, des demandes d’information et de rapport en tout genre », demandes qui devaient être traitées dans l’urgence. Le secret de l’instruction en ressort tout modernisé dans sa définition et sa conception !

Au fil des échanges avec les députés, se devinent les raisons qui conduisent l’ancienne procureur du parquet national financier à se confier : une guerre fratricide avec Catherine Melet-Champrenault, la procureur général près la cour d’appel de Paris, qui souhaitait que le parquet national financier ouvre le plus tôt possible une information judiciaire contre François Fillon.

On apprend que Mme Houlette a dû déférer à une « convocation » du parquet général pour transformer au plus vite son enquête préliminaire, visant François Fillon, en information judiciaire. Si Mme Houlette déclare n’avoir reçu aucune instruction des gardes des Sceaux successifs, ni de leur proches, on se demande légitimement pourquoi et pour qui le parquet général exigeait ces synthèses du dossier Fillon ou cette ouverture d’information précoce. Ces questions légitimes renforcent désormais l’impression désagréable que la démocratie a été bel et bien été malmenée en 2017 et que les Français ont été privés d’un débat démocratique normal, utile et nécessaire pour faire leur choix.

On découvre dans la presse, et avec stupeur, l’ampleur de la rivalité entre la procureur du parquet national financier et la procureur général près la cour d’appel de Paris : au mépris de la tradition, Mme Melet-Champrenault n’aurait pas permis à Mme Houlette de désigner un magistrat de son parquet pour assurer l’intérim à la suite de son départ à la retraite et avant l’arrivée de son successeur. Cette rivalité est allée encore plus loin : Mme Melet-Champrenault aurait saisi le procureur de Paris, pour des faits éventuels de violation, par Mme Houlette, du secret de l’instruction dans une affaire d’emplois fictifs présumés à la mairie de Marseille. La base de cette procédure : une écoute téléphonique d’un avocat qui se vantait devant son client d’entretenir de bonnes relations avec la procureur du parquet financier ! C’est du lourd dans le léger…

Il ressort de ces « confraternelles » relations entre procureurs que notre démocratie va vraiment mal car elle est servie par des individus qui visiblement semblent avoir perdu le sens des valeurs et de leurs missions.

De la difficulté à dénoncer la manipulation en 2017

Le 4 février 2017, j’ai publié un article intitulé « L’Assassinat politique de François Fillon », notamment sur un blog hébergé par Médiapart. Cet article a été repris, tel quel, sur le site de campagne de François Fillon, sans que quiconque m’en demande l’autorisation, mais peu importe, on écrit pour être lu. En quelques jours l’expression « Assassinat politique » fut reprise par les médias, et François Fillon utilisa publiquement des éléments de langage directement puisés dans l’article. Curieuse impression que d’entendre François Fillon débuter une intervention télévisée par ces mots : « Les masques tombent… » Une bonne partie de la presse française fit mine de ne rien remarquer, à la différence des médias étrangers et notamment de la Tribune de Genève, qui cita l’article pour conclure qu’« Elisabeth Lévy (Journal d’une curée de campagne) et Régis Desmarais étaient les deux défenseurs de François Fillon ».

Un malentendu est donc né auprès de nombreux lecteurs, car je n’étais pas le défenseur de François Fillon. J’étais simplement, et c’est beaucoup, ulcéré de voir le principe de la présomption d’innocence balancé aux orties. J’étais aussi stupéfait de constater que cette affaire n’était pas perçue par les Français pour ce qu’elle était : l’instrumentalisation d’une procédure de justice pour expulser de la scène politique un candidat qui aurait pu empêcher Emmanuel Macron d’accéder au second tour des élections présidentielles. Tout, dans le traitement de cette affaire, et notamment sa surprenante rapidité dans les procédures mises en œuvre, empestait la manipulation. Attention, il convient de mettre fin à un éventuel malentendu : il ne s’agit pas de dire que François Fillon est innocent ou coupable (la justice va bientôt se prononcer et c’est son travail), il s’agit de constater que tout ce ramdam occasionné par l’affaire Fillon avait un seul objectif : détourner les Français des programmes des candidats et faire en sorte que M. Macron parvienne au second tour de l’élection face à Mme Le Pen. L’élection présidentielle de 2017 s’est donc jouée au premier tour au terme d’un détournement de l’attention des électeurs.

La manœuvre fut si bien menée que la raison sembla avoir déserté la plupart des esprits. Très vite, il est devenu impossible de tenir un discours sur cette affaire sans être accusé d’être pour ou contre François Fillon alors que la vraie question était d’être pour ou contre cette logique de manipulation. L’élection de 2017 restera dans l’histoire comme la première grande élection totalement prise en otage par des gens qui avaient intérêt à faire entrer leur candidat à l’Elysée, mais des gens qui ne souhaitaient pas que le choix du candidat élu se fasse sur la base d’une étude de son programme et de sa valeur personnelle. Faut-il croire que ces gens avaient si peu confiance en la capacité de leur candidat à parvenir au second tour sans aide déstabilisatrice ? La réponse semble être oui et cela n’est guère rassurant.

Aujourd’hui, la procureur du parquet national financier qui a piloté la fulgurante mise en examen de François Fillon, avoue avoir subi des pressions dans cette affaire. Beaucoup de Français se doutaient que cette affaire n’était pas l’archétypal exemple du fonctionnement d’une justice sereine et protégée de toute influence. Néanmoins, les propos d’Eliane Houlette sont d’une importance capitale pour ceux qui veulent réformer notre pays et comprendre ses actuelles déviances.

Une démocratie en péril

Si les discours officiels sont toujours au diapason de la satisfaction d’être dans une démocratie, les faits, toujours plus nombreux, invalident ces paroles.

Le déroulement de l’élection de 2017 est un parfait exemple de mépris pour la démocratie. Désormais, si le principe de l’expression de la volonté d’une majorité, demeure le critère pour valider une élection, cette volonté est largement devenue une mascarade, une apparence de choix fondés sur une analyse saine et sereine des avantages ou inconvénients d’un projet, de ce qui est essentiel ou accessoire pour le pays.

A l’ère du tweet, de l’inculture généralisée, de la mémoire défaillante, seuls comptent les éclats, le buzz, les effets de groupe, la loi des plus vociférants et des plus médiatisés. En 2017, les Français se sont étripés sur les salaires de Mme Fillon sans se demander comment un candidat, sorti de nulle part, pouvait avoir les reins suffisamment solides pour piloter le pays. En 2020, des minorités, copiant sans vergogne des minorités américaines, essayent d’influer sur la politique de notre pays et d’en effacer la mémoire à coup de raccourcis simplistes et souvent fort éloignés de la réalité. On « décontextualise » les actes du passé pour les passer au filtre de grilles de lecture contemporaines. Nourris d’anachronismes et de simplifications abusives, une partie de la population se laisse manipuler pour servir des intérêts qui ne sont pas les siens. En voulant déboulonner des statues, on déboulonne son identité et son passé pour devenir une sorte d’apatride de la mondialisation, manipulable et corvéable à merci.

En 2020, lors de la crise sanitaire, les Français ont pu assister à une multiplication d’études trafiquées pour invalider un traitement qui soigne, et parvenir à le faire interdire ! En 2020, un président, par ses déclarations de mécontentement vis-à-vis de ses ministres, a montré aux Français qu’il ignore la nature réelle de sa fonction et l’étendue de ses pouvoirs. Pauvre pays dont le gouvernement se plait à restreindre les libertés pour sauver officiellement des vies humaines tout en affichant l’un des pires scores en la matière.

Une impression désagréable que tout va à vau-l’eau assaille celles et ceux qui voient et comprennent le spectacle qui s’offre à leurs yeux.

L’ancien monde n’en fini pas de se lézarder. Le simulacre de démocratie a peut-être pris fin. Désormais, comme le hurlait le héros de la série The Walking Dead à la fin de la première saison : « maintenant la démocratie c’est fini ! ». La démocratie du Buzz, de l’inculture et de la pensée zéro est en train de miner les Etats pour laisser place à une mondialisation bas de gamme où la loi des plus forts, des plus aptes à mentir et des plus violents sera le socle du monde nouveau.

Nous avançons à toute allure vers le plus effroyable des totalitarismes, celui qui se pare des habits de la démocratie pour mieux entraver les libertés. Nous avançons à toute allure vers cet horizon effroyable mais nous pouvons ralentir le pas et changer le sens de notre marche. Pour cela, il faut réagir. Le pire ennemi de ce totalitarisme moderne est le libre arbitre, la capacité à réfléchir, l’indépendance d’esprit. Rien n’est plus dommageable pour ce totalitarisme que des individus qui se parlent, échangent, lisent, débattent et exercent leur sens critique. Il n’y a qu’à voir la multiplication des censures sur Facebook, ou l’hypocrite loi Avia, votée soit disant pour lutter contre la haine en ligne (formule du journal Le Monde par ailleurs siège des censeurs dits Décodeurs) mais en fait votée pour entraver la liberté d’expression, pour comprendre à quel point le totalitarisme qui se met en place redoute que les citoyens débattent librement entre eux.

Le salut par l’humain

Il faut donc de toute urgence tirer les leçons des propos de Mme Houlette, tirer les conséquences de la gestion de la crise sanitaire, réapprendre notre histoire et retrouver la capacité à dialoguer entre nous, à converser et à exprimer nos points de vue dans leur diversité. Il est urgent de ne pas s’opposer les uns aux autres aux motifs que nous serions différents de couleur de peau ou que nous représenterions l’Etat ou pas. Ces motifs d’opposition sont du reste, en France, largement artificiels et montés en épingle par des médias.

Notre survie dépendra aussi de notre capacité à voir les nouvelles formes d’aliénation ou les effets mortifères des logiques à finalité exclusivement financières. Voir le monde tel qu’il est aujourd’hui est primordial pour préparer l’avenir. Au lieu de mobiliser des individus pour dénoncer les drames du passé, il serait plus utile de dénoncer les actuelles formes d’esclavage des êtres humains. Au-delà des sinistres marchés d’esclaves en Libye, il y a des servitudes, par le travail ou par des addictions, moins visibles mais tout aussi dégradantes de l’être humain. 

Il est temps de réinjecter de l’humain dans nos valeurs et nos objectifs de développement. Refuser l’isolement devant son écran, dénoncer le poison du communautarisme, se méfier de l’individualisme érigé en valeur suprême et revaloriser l’idée de Nation, et donc de destin collectif, sont des antidotes au totalitarisme qui se met en place. Si nous ne réagissons pas, alors oui, le héros de cette série américaine aura vu juste.

Régis DESMARAIS

 



109 réactions


  • dimitrius 22 juin 09:08

    Un article tendant à défendre celui qui avait dit : « je vais casser la baraque » , qui a amorcé la destruction des retraites et qui s’est servi lui et sa femme. Y a mieux comme Mr Propre.


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 22 juin 09:26

      @dimitrius
      Ah ne réagissez pas ainsi !
      Voyez, même avec les rappels incessants que mon analyse de l’affaire reposait sur :
      1°) le constat que le principe de la présomption d’innocence était bafoué (principe fondamental dans notre démocratie) ;
      2°) le constat que cette affaire était une honteuse manipulation des masses ;
      3°) et en rappelant que l’objet de cet article n’est pas de défendre ou d’accuser François Fillon (son cas personnel ne m’intéresse pas),
      Vous écrivez « Un article tendant à défendre celui... » Que se passe-t-il dans votre tête quand on évoque l’affaire Fillon ? Par quel mécanisme pouvez vous écrire que cet article cherche à le défendre alors que l’auteur ne cesse de rappeler que ce n’est pas son but et que son but est de dénoncer ce qui a été évoqué dans les points 1 et 2 tout en rappelant, pour la millième fois, que le cas personnel de François Fillon ne l’intéresse pas. Son cas personnel ne m’intéresse pas car son cas relève de la justice. C’est bien là un cancer dans notre démocratie : le mélange des genres (la justice juge et elle seule) et l’impossibilité d’échanger sereinement sur un sujet sans être accusé de faire ce que l’on se défend pourtant de faire.
      Donc pour la mille et unième fois : CET ARTICLE NE DEFEND PAS M. FILLON MAIS ALERTE SUR LA MANIPULATION ET LE MEPRIS POUR UN PRINCIPE FONDAMENTAL DANS NOTRE DEMOCRATIE !!! Après vous pouvez encore dire que cet article cherche à défendre M. Fillon, mais là ça devient risible. Et pourquoi pas dire que le ciel est vert, la mer violette et la terre plate. C’est du même niveau. 


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 22 juin 09:49

      @Régis DESMARAIS
      Ce commentaire illustre très bien la mécanique employée dans l’affaire. 


    • dimitrius 22 juin 10:19

      @Régis DESMARAIS
      La présomption d’innocence ??? Vous rigolez ou quoi , il a été pris la main dans le sac pour les costumes , pour l’emploi fictif de sa femme , pour l’argent volé à la chambre des députés . Quand un voyou est arrêté même si il y a présomption d’innocence , le juge le met en détention préventive jusqu’au jugement. Laisser ce type à la tête de l’état aurait été un crime contre le peuple. Il faudrait que tous les pourris de son espèce le suive en disgrâce . Mais là c’est pas gagné. Si vous voulez défendre la démocratie , c’est pas Fillon qu’il faut choisir comme exemple. Il mérite largement la Taule. Vous avez pas honte de vous servir d’un prévaricateur pour juger la justice de l’état . Vous méritez vous aussi le goudron et les plumes , suivi de jets de tomates et œufs pourris.


    • velosolex velosolex 22 juin 11:08

      @dimitrius
      On a échappé de justesse au pire du pire, le préféré de Moscou et des tailleurs Parisiens, totalement vérolé avec le Pénélope gate. Il a fait l’erreur d’être trop ambitieux après avoir une attitude de valet piquant les couverts. Voilà pourquoi il a été dénoncé, et mis au banc de la politique. Ce retour d’indignation est totalement surjoué. Que se serait il passé s’il avait été élu ?...Il aurait été « chat perché », en rapport avec son immunité, c’est à dire que le pays aurait été dirigé par un type protégé de ses indignités et des escroqueries passées, avec des conséquences incalculables sur l’image des politiques en général. 
      Libé, a fait un bon article : « Le coeur des vierges », extrait : Les indignés de la droite reprochent en fait à la justice d’avoir agi avec trop de célérité : on se plaint en général de la lenteur de la justice ; s’agissant de Fillon, on se plaint de sa diligence. Autre contradiction. Mais surtout, d’autres juges et d’autres procureurs, au vu des charges pesant sur le couple, ont estimé ensuite qu’il y avait bien matière à procès (lequel sera jugé le 29 juin). Autrement dit, la suite de la procédure a validé la démarche initiale du parquet financier : sans augurer de leur culpabilité, il y avait bien des soupçons suffisants pour ouvrir une information sur François Fillon. Si l’on ne l’avait pas fait, et que François Fillon avait été élu, toute l’affaire aurait été renvoyée aux calendes grecques. Serait-ce une bonne administration de la justice ? Certains n’auraient pas manqué de dire que les juges épargnent les puissants…


    • berry 22 juin 11:33

      @velosolex
      Oui, c’est vrai, pourquoi se plaindre ?
      La justice est rapide avec Fillon et elle est lente avec Ferrand.
      Ca fait une moyenne, tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes.


    • berry 22 juin 11:50

      Dans l’affaire des costumes, il faudrait surtout s’intéresser au donateur, par ailleurs grand ami de Sarkozy. Il ne lui a pas fait un cadeau à titre amical, il l’a piégé intentionnellement pour pouvoir le faire tomber.
      C’est lui le pourri dans l’affaire, c’est pas Fillon.

      Ca rappelle l’affaire Boulin, où la mafia RPR de l’époque avait mis dans les pattes du Ministre du Travail de l’époque un affairiste véreux pour le compromettre.


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 22 juin 12:13

      Dans sa définition commune, la présomption d’innocence signifie qu’un individu, même suspecté de la commission d’une infraction, ne peut être considéré comme coupable avant d’en avoir été définitivement jugé tel par un tribunal.

      Ce n’est pas à vous, pas à moi, pas à la foule de dire si un individu est coupable ou non mais à la justice. Refuser le principe de la présomption d’innocence est le propre des dictatures, je crois que nous sommes en démocratie...


    • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 25 juin 16:54

      @Régis DESMARAIS La majorité des Français n’a jamais lu Montesquieu ou Tocqueville et ne comprend pas l’importance de la séparation des pouvoirs dans une démocratie.


  • Abou Antoun Abou Antoun 22 juin 09:13

    Difficile de réagir sainement.

    D’un côté il devient clair que Fillon a été victime d’une conspiration. On s’en doutait mais c’est officiel. Il faut que la lumière soit faite, mais...

    Fillon était fragile à cause de son comportement. Il s’est rendu lui-même vulnérable par ses pratiques visant au ’toujours plus’. il a voulu en même temps s’ériger en ’père la vertu’, ce n’était vraiment pas le moment.

    Par ailleurs, Fillon, le candidat, l’homme nouveau a servi sans broncher Nicolas Sarkozy pendant 5 ans, prouvant ainsi qu’il était une carpette de première classe. Faut-il cela à la France comme dirigeant ?

    Question programme Fillon ou Macron c’est à peu près bonnet blanc et blanc bonnet : asservissement à Bruxelles, réduction du rôle de l’Etat, etc. etc. On pouvait juste attendre un petit mieux en politique étrangère et encore, le père François se serait vite fait rappeler à l’ordre pour faire les yeux doux à Moscou.

    Alors bon, que le déballage continue, que la vérité éclate, mais pas besoin d’avoir des regrets, le candidat éliminé par des coups bas n’était guère mieux que ses rivaux.


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 22 juin 09:32

      @Abou Antoun
      Vous avez raison : François Fillon n’était pas un bon candidat. Mais cette affaire avait un seul but : permettre à M. Macron d’être au second tour avec Mme Le Pen. Fillon est un accessoire dans cette affaire. SI M. Mélenchon avait été en position de passer devant M. Macron au 1er tour, alors il y aurait eu le même genre d’affaire vis-à-vis de M. Mélenchon et cela aurait été sans doute plus brutal dès lors que M. Mélenchon n’a pas les casseroles de M. Fillon. Il faut bien retenir dans cette affaire le mécanisme par lequel les Français ont été dupés. François Fillon, pour son cas personnel, ne nous intéresse pas. Il faut donc réagir sainement dès lors que l’on a bien compris le sujet de l’article : dénoncer une méthode mais pas soutenir un candidat évincé. Evidemment, la confusion est entretenue par ceux qui ne veulent pas que l’on parle de la manipulation. Ils ramènent tout à M. Fillon et accusent ceux qui dénoncent cette affaire de défendre M. Fillon. Comme çà, le débat ne se fait plus sur la manipulation mais sur l’innocence ou non de M. Fillon. C’est pratique mais la ficelle est grosse et tout de même assez usée.


    • Fergus Fergus 22 juin 09:47

      Bonjour, Régis DESMARAIS

      Vous plaisantez ! Les Français n’ont pas été « dupés ». Ils ont été débarrassés préventivement d’un escroc dont il ne fait pas de doute que les turpitudes auraient été révélées durant son mandat, ce qui aurait donné de notre pays une image désastreuse de république bananière.

      Pour ce qui est de Macron, s’il a été élu, c’est très largement grâce à Sarkozy qui, jusqu’au meeting du Trocadéro, a eu la possibilité de débrancher Fillon pour remettre en selle Juppé, ce qu’il n’a pas fait par détestation du maire de Bordeaux, quitte à priver son camp d’une victoire assurée.


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 22 juin 10:06

      @Fergus

      Ils ont été débarrassés préventivement d’un escroc

      Au profit d’un autre escroc, 

       ce qui aurait donné de notre pays une image désastreuse de république bananière.

      Tandis que quand un groupe d’intérêt privé réussi à supprimer le candidat favori de la présidentielle par une cabale journalistique foulant au pied le droit, pour placer son poulain dans une équation ou il ne peut plus perdre (face à Marine), quitte à le faire élire avec 20% du corps électoral, la France en ressort grandie, et son image rayonne à nouveau dans le monde entier, qui comme chacun sait, a en permanence les yeux rivés sur la patrie des droits de l’homme...

    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 22 juin 10:19

      @Fergus
      Non je ne plaisante pas pourtant je suis souvent d’humeur espiègle.
      Vous ramenez cette affaire à l’éviction d’un candidat. C’est effectivement un des effets de cette affaire. Mais là, nous restons dans le champ du militantisme ou du combat politique. Dans une élection, il y a toujours des candidats dont les Français sont débarrassés. Mais ce débarras est d’autant plus sain et légitime que le coup de balai est passé après avoir lu les programmes, critiqué les propositions et examinés les turpitudes des uns et des autres.
      Dans cette affaire, rien de tout cela. Un matraquage honteux qui a pris les Français pour des moutons. Une manipulation éhontée. Vous êtes d’accord pour vous faire manipuler si au final vous êtes débarrassé d’un candidat qui vous déplait ? C’est votre droit, mais moi et d’autres, nous n’aimons pas nous faire manipuler même pour notre bien. Je ne suis pas encore sous tutelle. Mais bon, quand le merveilleux candidat élu dit qu’il y a des gens qui ne sont rien, on se doute que ce sont ces gens là qui sont dignes d’être manipulés car, par eux mêmes, il ne sont capables de rien dès lors qu’ils ne sont rien. Cette logique et ce mépris me révulsent. La manipulation, quelles que soient ces effets, est autant porteuse de mépris que cette qualification de rien pour des gens. Je refuse le mépris, je refuse que l’on dévalorise des gens au motif qu’ils sont différents, je refuse la manipulation. Si un candidat me déplait, si un candidat est pourri, je suis assez intelligent et libre pour me faire ma propre opinion et ne pas voter pour lui. C’est pourquoi, je dénonce ce qui a été mis en œuvre dans l’affaire Fillon, et je le répète, François Fillon n’est pas mon sujet, mon sujet est la manipulation méprisante pour les Français.


    • pemile pemile 22 juin 10:22

      @Régis DESMARAIS « si un candidat est pourri, je suis assez intelligent et libre pour me faire ma propre opinion et ne pas voter pour lui. »

      Condition sine qua non, en être informé avant, non ?


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 22 juin 10:59

      @pemile
      Je crois, hélas, que dans notre paysage politique, nous savons à quoi nous en tenir sur la plupart des hommes politiques. Mais vous avez raison, il faut que l’information circule mais cette circulation ne doit pas se transformer en procès, lequel relève de la justice. Il est heureux aussi que toutes les informations circulent pour tous les candidats de façon optimale. Vous croyez avoir été bien informé sure tous les candidats en 2017 ? Enfin, la circulation de l’information ne doit pas devenir prétexte à une manipulation de masse où personne ne parle des programmes. On ne fait pas l’élection du Saint de l’année mais de celui ou de celle qui propose un projet pour le pays.


    • velosolex velosolex 22 juin 11:22

      Fergus

      Totalement d’accord avec vous. Bien sûr, il y a eut plusieurs fusées à la la fusée. Mais Fillon a été plusieurs fois l’instrument de son malheur. En magouillant d’abord pour obtenir un travail de complaisance pour Pénélope, avec comme un vulgaire escroc au chômage, trafiquant des bulletins de paye . Et nous parlons là en millions d’euros. Ensuite pour avoir eu la suffisance et la bétises de croire que cela ne laissera pas de traces, ni dans les faits ni dans les esprits, et qu’il pouvait briguer à la plus haute fonction, après avoir eu comme Cahuzac, des propos très forts sur la corruption. 
      Le canard a bien vendu sous Fillon, c’est sûr. J’ai pu me faire plaisir avec quelques billets humoristique tant c’était facile. 

      Sherlock Holmes et l’étrange affaire du cabinet noir Fillon et Pénélope, au château de Sablé, dix ans après : En pensant à « Bouvard et Pécuchet »

    • Julien30 Julien30 22 juin 11:52

      @velosolex et Fergus
      « En magouillant d’abord pour obtenir un travail de complaisance pour Pénélope, avec comme un vulgaire escroc au chômage, trafiquant des bulletins de paye .   »

      Il faut rappeler aux justiciers exaltés de votre genre que la justice n’a pas encore rendu son verdict, la présomption d’innocence ça vous dit quelque chose ?


    • foufouille foufouille 22 juin 11:57

      @Julien30

      c’est aussi ridicule que les doubles temps complets de certains assistants de ploutocrates ( dont un temps plein à 300 bornes de paris ).


    • velosolex velosolex 22 juin 12:04

      @Julien30
      Je mange ma casquette et irait présenter cette après midi des excuses à monsieur le baron Fillon.
      Et Dimanche j’irais à confesse pour passer définitivement l’éponge, auprès de monsieur le curé, qui connait dieu, ou du moins quelqu’un de bien placé !


    • Cadoudal Cadoudal 22 juin 12:14

      @velosolex
      Monsieur le curé venant de se faire égorger par les forces de progrès, tu devras aller à genou jusqu’à la mosquée la plus proche...lol...


    • Abou Antoun Abou Antoun 22 juin 12:25

      @velosolex
      C’est l’erreur classique des gens au pouvoir ou proches du pouvoir, hier comme aujourd’hui. Ils se croient au dessus des lois et intouchables.


    • Abou Antoun Abou Antoun 22 juin 12:27

      @Fergus
      Bonjour,
      ce qui aurait donné de notre pays une image désastreuse de république bananière.
      Mais C’EST une république bananière. Nous en avons tous les symptômes, toutes les caractéristiques.


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 22 juin 09:22

    "La justice, docteur, c’est comme la Sainte Vierge : si elle n’apparaît pas de temps en temps, le doute s’installe."

    Michel Audiard - Pile ou Face


  • foufouille foufouille 22 juin 09:26

    « l’instrumentalisation d’une procédure de justice pour expulser de la scène politique un candidat qui aurait pu empêcher Emmanuel Macron d’accéder au second tour des élections présidentielles. »

    trop mort de rire, c’est juste un gros pourri escroc qui s’est goinfré avec sa famille.


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 22 juin 09:36

      @foufouille
      Trop mort de rire car vous passez à côté du sujet. On s’en moque de M. Fillon. La sainte vierge aurait été en passe de passer devant M. Macron au 1er tour qu’elle aurait subi le même traitement que M. Fillon. Posez vous la question de l’utilité de cette affaire en mettant de coté M. Fillon et vous constaterez que les Français ont été manipulés. Bon, vous pouvez trouver génial d’avoir M. Macron au pouvoir. Dans ce cas, vous validez cette méthode qui aurait été appliquée quel que soit le candidat susceptible d’arriver au second tour...


    • Fergus Fergus 22 juin 09:40

      Bonjour, foufouille

      Bien d’accord avec ce constat. L’accélération de la procédure n’a été qu’un épiphénomène sans la moindre incidence sur les faits : Fillon est un escroc avéré et compulsif dont il est heureux qu’il ait pu être écarté de la présidence.

      Notre société crève des magouilles de sa classe politique. Ne jouons donc pas les hypocrites !

      Cela dit, il faudra bien un jour que le lien soit définitivement rompu entre le parquet et la chancellerie. 


    • foufouille foufouille 22 juin 09:44

      @Régis DESMARAIS

      pour une fois qu’un pourri tombe vite, tant mieux. les électeurs du parti gogol pourri qui change de nom souvent l’avaient bien élu.

      le programme de fillon était le 49-3 donc pas mieux.


    • troletbuse troletbuse 22 juin 10:09

      @Fergus Mais Fergus, pas plus pourri que les autres. La justice est pourrie et elle a suivi les directives du pouvoir. Au fait, pour Benalla, vous avez des nouvelles de l’enquête ? De son coffre , des Glock ? Ca ne vous interesse pas ? Un peu comme la Lremie !


    • berry 22 juin 10:37

      @foufouille
      Comment vous pouvez tomber dans le panneau ? Vous vous retrouvez du même côté que Fergus et les journalistes du système.
      La justice n’est pas devenue miraculeusement plus rapide et plus efficace, elle a juste été instrumentalisée par le gouvernement socialiste de l’époque. La preuve, elle a repris son rythme d’escargot dans d’autres affaires, comme l’affaire Ferrand par exemple, le président de l’Assemblée qui s’est enrichi de 900 000 € aux dépens des Mutuelles de Bretagne.
      La même équipe est toujours au pouvoir, elle s’attaque à présent à Mélenchon et à Le Pen pour faire place nette à Macron en 2022. Le parquet de Paris qui dépend du gouvernement vient ainsi de faire appel contre l’ex-FN il y a deux jours.
      Les cours d’appel sont davantage contrôlées politiquement, le gouvernement peut espérer un jugement plus défavorable à Marine Le Pen.


    • foufouille foufouille 22 juin 11:14

      @berry

      un président connu pour ses magouilles sur 30 ans aurait été un peu plus grave.

      les balkany ont aussi été viré.

      pour le reste, c’est juste en cours.


    • Cadoudal Cadoudal 22 juin 11:34

      @foufouille
      Balkany va bien, merci pour lui...

      Patrick #Balkany a été aperçu en train de danser lors de la #FeteDeLaMusique.

      https://twitter.com/Conflits_FR/status/1274803634153406465

      Moi j’aime bien Balkany, Fillon est plus austère, ce qui le rend moins sympathique...


    • velosolex velosolex 22 juin 11:41

      @berry
      Et si Al Capone s’était présenté, à la présidence des states, n’aurait il pas été juste de créer un impeachment, en accélérant l’instruction de son dossier pour fraudes fiscales ( c’est comme ça qu’il est tombé, et non pas pour condamnation pour assassinat et crimes organisé)

      Sans aucun doute, la procédure a été accéléré en cette occasion. Mais c’était vital pour le pays, et l’image non seulement de la politique, mais des institutions, et à vrai dire de la paix civile. 
      Fillon avait le feu au cul, pour parler vrai. Etre président, c’était parvenir pour lui au statut protégé de chef d’état. Son ambition politique s’est doublée ainsi d’une volonté de se planquer.....
      C’était moins deux. Alors oui bien sûr il faut se féliciter que son dossier ai été jugé assez d’exception, pour qu’on s’en préoccupe davantage à l’époque, que de celui d’un voleur de mobylette. Et qu’il ait été mis au dessus des autres dossiers.
      Je dirais qu’il aurait été farfelu pour que la chancellerie ne s’en préoccupe pas, et ne demande pas si le dossier avançait.
      Appeler cela « des pressions », me semble déconnecté de la vie réelle.
      Les notions d« urgence, et nécessités vitale pour le pays », me semblent plus adaptés, pour expliquer le sens de cette démarche naturelle..... Il n’y a pas d’intérêt en jeu, si ce n’est celle de la défense de l’éthique politique, et de la sauvegarde de ce qui reste des intérêts des valeurs républicaines.
      Que cette histoire fasse débat, prouve une fois de plus la pugnacité du personnage, qui tente une nouvelle fois de se faire passer pour une victime. 


    • dimitrius 22 juin 11:41

      @Cadoudal

      Voui mais Fillon est mieux coiffé !!!


    • Cadoudal Cadoudal 22 juin 11:44

      @dimitrius
      Fillon c’est pire qu’Al Capone...

      Fillon, c’est le fils d’Hitler...lol...


    • Odin Odin 22 juin 11:51

      @Fergus

      Bonjour,

      « d’un escroc dont il ne fait pas de doute que les turpitudes auraient été révélées durant son mandat »

      « Fillon est un escroc avéré et compulsif dont il est heureux qu’il ait pu être écarté de la présidence »

      Vous n’avez toujours pas compris que le président élu ne l’est pas par les urnes mais par les sondages, le matraquage médiatique…

      Le programme de Fillon était similaire à celui de Micron, européiste et mondialiste. La question à se poser est pourquoi les marionnettistes (l’état profond) ont choisi Micron. La réponse est simple, Micron est beaucoup plus malléable pour suivre aveuglément les directives anti-France et sa malléabilité est proportionnelle à ses « turpitudes » bien cachées et qui le resteront tant qu’il appliquera les mesures pour vendre, toujours plus, notre pays à la finance transnationale. 


    • Julien30 Julien30 22 juin 11:56

      @velosolex
      « Mais c’était vital pour le pays, et l’image non seulement de la politique, mais des institutions, et à vrai dire de la paix civile.   »
      Mais oui les juges ont accéléré la procédure pour « l’image du pays » et la « pax civile »,
      quel tartuffe !

      « Il n’y a pas d’intérêt en jeu, si ce n’est celle de la défense de l’éthique politique, et de la sauvegarde de ce qui reste des intérêts des valeurs républicaines.  »
      On se demande si vous croyez vraiment de telles énormités ou essayez juste de vous en convaincre.


    • yakafokon 22 juin 12:36

      @velosolex
      Nous aurions aimé que cette même Justice s’intéresse avec autant de célérité, à la déclaration patrimoniale d’Octobre 2014 qu’Emmanuel Macron avait transmise au Parquet Financier, quand il a postulé à un poste de ministre !
      Le Canard Enchaîné a pondu un article en 2016, révélant la fausse déclaration patrimoniale de notre président, tous documents à l’appui.
      Et 776.400 € de déclarés, au lieu de 3.996.010 € réels, ça nous éloigne beaucoup de la « magouille » Fillon !
      Le Code Pénal prévoit 3 ans de prison et 50.000 € d’amende pour ce type de délit fiscal...mais ça s’est terminé en eau de boudin !
      Et le Canard a été atteint de la grippe aviaire, qui rend sourd, muet, et aveugle, comme chacun sait !


    • Wald 22 juin 12:38

      @Régis DESMARAIS

      Je vais abonder dans le sens de foufouille, ce qui est d’ailleurs loin d’être toujours le cas. 

      La sainte vierge aurait été en passe de passer devant M. Macron au 1er tour qu’elle aurait subi le même traitement que M. Fillon

      Désolé, ça ne tient pas, justement parce que dans cette histoire qui semble bien une instrumentalisation, un élément central des faits est que le politicien ciblé était bien un véreux et que tout reposait dessus. Tous les emplois familiaux de Fillon (femme et fils) auraient consisté en un vrai travail que ce « plan » n’aurait pas pu marcher, et une éventuelle cabale contre Fillon aurait du trouver un autre angle d’attaque.


    • foufouille foufouille 22 juin 12:40

      @yakafokon

      c’est juste un petit truc par rapport à 30 ans de magouilles.

      cahuzac ou balkany ont eut des peines ridicules.


    • Wald 22 juin 12:42

      Vous ne pouvez pas extrapoler le cas particulier d’un Fillon à un schéma plus général que vous appelez « la sainte vierge ». Dans votre schéma, on est face à quelqu’un qu’on veut abattre, donc on fait du classique, diffamation, montée en sauce et martèlement médiatique de tout ce qu’on lui reproche. 

      Sauf que dans votre schéma, il est indifférent que les accusations soient vraies ou pas, et là je ne vois pas comment on peut être d’accord, ce n’est pas un détail de faible importance, c’est l’élément fondamental du schéma avec le concept de cabale. 


    • foufouille foufouille 22 juin 12:43

      @Wald

      dans le genre, on a eu DSK qui n’est certainement pas un violeur ...........


    • Wald 22 juin 13:05

      @foufouille

      Lui a payé, je suis d’accord sur le fait qu’on a bien tenté de le défendre au début avec des arguments pathétiques, voire odieux (le « troussage de domestiques » de JFK). 
      Là où je suis moins d’accord, c’est que des années après, personne n’est dupe sur la mentalité de prédateur de DSK et qu’il n’y a plus vraiment de soutiens, alors que pour Fillon, on voit l’acharnement de personnes lambda à défendre coûte que coûte un ripoux et ce des années plus tard.


    • foufouille foufouille 22 juin 13:16

      @Wald

      il a payé car aux USA tu paye avec des millions, rien ne dit que chez nous ce serait identique.

      ça se savait certainement avant mais personne ne disait rien.

      pour fillon c’est par ce que c’est un « môsieu de » qui a en général tous les droits, il continue aussi de nier.


    • Wald 22 juin 13:27

      @foufouille

      pour fillon c’est par ce que c’est un « môsieu de » qui a en général tous les droits, il continue aussi de nier.



      Oui, et là on touche à l’ADN de la culture de droite, l’inégalité, les injustices qui sont « comme ça » et qu’il est malvenu de chercher à corriger. « Môssieur » comme tu dis n’avait donc pas à rendre de compte en dehors de sa caste, hélas pour lui les électeurs furent d’un avis différent. smiley 
      Le hobereau Fillon se croyait encore sans doute au 17ème siècle.

      En 2011, le PS a été beaucoup moins con que la droite 6 ans plus tard. Dès que le gros sac avait été pris le pantalon aux chevilles, ils se sont cherchés un autre type et ça a fonctionné un an plus tard.


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 22 juin 15:13

      @Wald
      Vous n’arrivez pas à faire abstraction de François Fillon. On dirait que son simple nom hypnotise. Dans cette affaire, ce qui est dérangeant c’est la méthode et les intentions. On a délibérément instrumentalisé la justice, non pas pour rendre justice, mais pour favoriser l’élection d’un individu. Si la sainte vierge s’était présentée, on lui aurait inventé des casseroles le temps de la campagne pour que le candidat choisi soit élu. C’est là le cœur de l’affaire. François Fillon et ses turpitudes ne servent qu’à détourner l’attention de la manipulation. Il faut être vigilant à ne pas tomber dans ce genre de panneau. La culpabilité ou non de M. Fillon est un autre sujet qui relève par ailleurs de la justice, pas de moi, pas de vous. Mais la manipulation de l’élection nous concerne tous et nous avons tous le droit de contester le fait d’avoir été manipulé. Certains ont aussi le droit d’aimer être manipulés.


  • rita rita 22 juin 10:03

    La justice a toujours été aux ordres des gouvernants pas la peine de tenter de leur trouver des excuses, surtout pour la rendre en se déguisant avec des robes ?

     smiley


  • zygzornifle zygzornifle 22 juin 10:35

    Face aux sept députés composant la commission parlementaire, et après avoir juré de dire la vérité


    Hahahahahaha , je me tord de rire , la vérité dans la bouche d’un politicien et il perd de suite l’émail de ses dents , autant demander a un tigre de garder des enfants dans une crèche …..


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 22 juin 11:02

      @zygzornifle
      Heu... la phase que vous citez concerne l’ancienne procureur du parquet national financier et non un politicien. Il ne faut pas être dans l’idéologie sinon on ne lit pas un texte, on lit ce que l’on a en tête, c’est différent.


  • zygzornifle zygzornifle 22 juin 10:37

    Fillon s’est peut être fait torpiller par les memes qui avaient piégé DSK …. 


  • bernard29 bernard29 22 juin 10:45

    ce qui est triste dans cette affaire, c’est de constater qu’une « haut fonctionnaire » se permette de créer des polémiques une fois partie en retraite. Si elle avait à se plaindre des pressions« supposées » ( c’est elle qui rétropédale..) de sa supérieure, peut être qu’elle aurait du faire son intervention à ce moment là . Au moins elle aurait rendu service à la justice.

    Quant au reste de l’article , je suis parfaitement d’accord avec les commentaires de Fergus. Et ce serait plutôt à Hollande et son ministre de la justice , qu’il faudrait demander des comptes. Mais l’auteur ne pouvait pondre un article que pour mettre en cause l’élection de Macron. 


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 22 juin 11:07

      @bernard29
      L’élection de Macron est entachée par cette affaire. A supposer que M. Macron soit étranger à tout cela, cette affaire pourri aussi son élection. Une manipulation de cette ampleur porte atteinte à tout le processus démocratique et c’est le problème. Le procureur aurait-elle dû parler à l’époque ? C’est possible mais ce qu’elle dénonce ce ne sont pas tant les procédures de remontées d’information, qui semblent une pratique coutumière, mais l’accélération de leur demande. Une chose est certaine : la question qui vient est vers qui ces info remontaient et pour quel usage ? Une chose est sûre, il y a bien eu instrumentalisation d’une procédure de justice pour influencer une élection et c’est gênant.


    • foufouille foufouille 22 juin 11:22

      @Régis DESMARAIS

      c’est surtout de faire le collabo et de dénoncer ensuite quand on ne risque plus rien.


    • velosolex velosolex 22 juin 11:58

      @Régis DESMARAIS
      Je n’ai pas Macron dans mon cœur, mais on ne peut lui faire le procés d’être le responsable de l’enlisement de Fillon. Macron sans aucun doute n’en attendait pas tant. Que ce soit ses proches, lui, ou d’autres, qui ait livré des infos au canard est anecdotique, et pas nouveau, coutumier et fait partie du jeu, quand on sait qu’il y a parfois d’autres poignards qui trainent dans l’ombre pour écarter un concurrent. 

      C’est comme s’il avait eu à triompher de Cahuzac....L’homme qui regardait droit dans les yeux, et jurait de sa probité....Trop facile. 

      Il n’y a qu’une pichenette à envoyer à de tels hommes pour les faire tomber, quand l’affaire est éventée. Macron a bénéficié d’une fenêtre météo exceptionnelle, et a surfé sur l’espoir de « l’homme nouveau », a transformé l’inexpérience en avantage, à l’instar de bien d’autres pays actuellement, ou les électeurs sont désorientés, votant parfois pour le pire du pire.

      Là, on peut dire que Fillon lui a donné un sacré coup de main, tant il incarnait subitement non seulement une symbolique, mais des faits graves totalement d’ailleurs en opposition avec ses discours de parangon de la vertu !


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 22 juin 12:17

      @velosolex
      Vous avez raison : les turpitudes de M. Fillon ont pour seul responsable lui même et c’est pour cela que je ne m’intéresse pas à lui mais seulement à la manipulation. Vous avez aussi raison, nous n’avons aucune preuve que M. Macron lui même est responsable de que qui s’est passé mais une chose est certaine cette affaire lui a profité et surtout à ceux qui ont favorisé sa candidature.


    • bernard29 bernard29 22 juin 12:57

      @Régis DESMARAIS
      « .. nous n’avons aucune preuve que M. Macron lui même est responsable de que qui s’est passé.. »
      ça ne vous empêche pas de lui glisser perfidement des peaux de banane. Macron est légitiment élu et ce n’est pas de sa faute si les opposants sont si nuls.


    • berry 22 juin 13:04

      @velosolex
      Le candidat du système Macron a surtout surfé sur le bourrage de crâne des médias, avec 70 couvertures de magazines et des milliers d’heures de télé et de radio à sa gloire.
      Il faudrait chiffrer le coût de ce battage médiatique et le réintégrer à ses comptes de campagne pour rétablir un semblant d’équité avec ses concurrents.
      Il apparaitrait peut-être alors comme le plus malhonnête de tous.

      Les broutilles reprochées à Fillon sont discutables. Un parlementaire d’opposition ne devrait pas avoir à rendre des comptes à des juges politisés nommés par ses adversaires politiques, qui viennent fouiner dans son emploi du temps et dans celui de sa femme. C’est une entrave à sa liberté et c’est contraire à la séparation des pouvoirs. Ce n’est pas un fonctionnaire qui doit rendre des comptes sur ses heures de présence et le détail de ses dépenses, c’est un élu du peuple. S’il donne satisfaction à ses électeurs, c’est le principal.
      Les juges s’occupent de ce qui ne les regarde pas.


    • Wald 22 juin 13:10

      @berry

      Le travail fictif est puni par la loi. Et les électeurs n’ont pas le droit de déborder sur le pouvoir judiciaire par le biais d’exonérer un mec de poursuites, une élection valant absolution judiciaire. C’est ça aussi la séparation des pouvoirs. 


    • foufouille foufouille 22 juin 13:19

      @berry

      donc si c’est un pourri, ce n’est pas important.

      c’est pareil un sans dents délinquant ?


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 22 juin 15:16

      @bernard29
      Etre l’instrument d’autres personnes n’est pas valorisant. S’il n’est pas l’instigateur de cette manipulation, il est le naïf qui se laisse porter par les volonté de gens qui très surement réclament ou réclameront un retour sur investissement. Légitimement élu ? Je ne le pense pas. 


    • berry 22 juin 15:50

      @foufouille
      Il n’a pas coûté un centime de plus que les autres députés.


    • foufouille foufouille 22 juin 16:02

      @berry

      il est où le rapport avec ses escroqueries ?

      en plus, il était sans pitié avec les sans dents car de la bonne « droite ».


    • Wald 22 juin 16:18

      @berry

      Moi j’ai le souvenir d’un député dans la ville où j’ai grandi. Une maison assez jolie mais pas luxueuse. J’ai eu sa femme, institutrice, en groupe de musique l’après-midi en tant qu’élève. Pas de signe de richesse anormal, pas d’épouse grassement payée à ne rien faire (au contraire, c’était une personne investie professionnellement et dans un vrai boulot). 

      D’ailleurs, j’ai eu en première année de prépas lettres le premier adjoint de la commune dont il était maire (7000 habitants), là aussi, un agrégé d’histoire travaillant, qui ne piquait pas dans la caisse.

      Alors le coup que tous les politiques font comme le couple Fillon, à d’autres. Beaucoup peut-être, mais pas du tout la totalité.


    • Wald 22 juin 16:50

      @foufouille

      Je vois foufouille que Fillon te revient particulièrement smiley

      C’est vrai que Fillon et la pitié... Autant demander à un tigre de se nourrir avec de la laitue.
      Je sais bien pourquoi tu l’as dans le pif, je suis assez bien placé pour le savoir. Moi non plus je l’aime pas. Quelque chose qui serait en lien avec le mépris de classe et la violence sociale, à tout hasard. smiley smiley


    • foufouille foufouille 22 juin 17:07

      @Wald

      je peux respecter un con de droite qui montre le bon exemple en crevant en travaillant mais pas une ordure de feignasse comme lui ou JPP, sarko, etc.


    • bernard29 bernard29 22 juin 19:36

      @Régis DESMARAIS

      « Légitimement élu ? Je ne le pense pas. » . Il n’y a pas une personne plus légitime que Macron , à moins que vous ayez un personnalité de droit divin à nous présenter, puisque bien sûr vous pensez à quelqu’un, sinon vous dites n’importe quoi . 
      Et avec ça, ce qui m’épate, c’est que vous voulez faire la leçon démocratique aux citoyens.


    • bernard29 bernard29 22 juin 19:40

      @bernard29

      suite ; « leçon démocratique aux citoyens, pour le Monde de Demain bien sûr .. :: »


  • Parrhesia Parrhesia 22 juin 11:03

    >>> Constat accablant car le couple politique et justice n’engendre pas l’indépendance. <<<

     

    Pardine !!!

     

    Pourquoi croyez-vous, honnêtes gens, que l’on envisage maintenant de supprimer le Juge d’Instruction après avoir placé le Procureur de la République sous dépendance du ministre de la justice ???

    Certainement pas pour rendre la justice indépendante.

    Un seul pouvoir doit régner sur toutes les fonctions dans tous les domaines : le pouvoir mondialiste !!!

    Et cela a parfaitement bien fonctionné en faveur du mondialiste Macron !!!

    Mais ce n’est pas grave !!!

    Il n’y a qu’à continuer à voter subtilement comme nous ne cessons de le faire depuis 1974, et tout va s’arranger !!!


  • yakafokon 22 juin 11:56

    En parlant de Justice, où en est-on de la fausse déclaration patrimoniale d’Emmanuel Macron d’Octobre 2014, qui lui a permis au mépris du Code Pénal de devenir ministre, puis de postuler à la fonction de chef d’état ?

    La magouille François Fillon ( qui reste à prouver ), est une plaisanterie en comparaison de la fausse déclaration de notre président ( 776.400 €, au lieu de 3.996.010 € ).

    Et ce n’est pas moi qui le dit, c’est le Canard Enchaîné en 2016, documents à l’appui, qui n’a pas été poursuivi en diffamation, ce qui est curieux !

    D’ailleurs, trois élus de l’Est de la France avaient déposé une requête au Parquet Financier, qui a été classée sans suite.

    Car la déclaration patrimoniale de 2014 n’a pas été prise en compte, alors qu’elle aurait dû l’être, au lieu de celle qui a été présentée pour la fonction suprême !

    Le Code Pénal prévoyant 3 ans de prison et 50.000 € d’amende pour fausse déclaration patrimoniale pour une candidature à un poste ministériel, si le Parquet Financier avait fait son travail, nous n’aurions pas pu avoir Emmanuel Macron comme président !


  • Old Dan Old Dan 22 juin 12:15

    (Rires !) Question stupide :

    Depuis quand un candidat est-il élu sur son programme ?

    Qui se forge une opinion après avoir épluché un programme ? Si oui, un programme électoral est-il toujours aussi crédible le lendemain du scrutin ?

    Ne vote-t-on pas sur les présupposés ? Ou sur le dernier blabla de la campagne ? Ou sur la cravate, le brushing ou pour emmerder son voisin ?...

    .

    [ Question annexe : Pourquoi partir en week-end juste ce jour-là ? (Hélas...) ]


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 22 juin 12:18

      @Old Dan
      Si les choix se font ainsi alors ne nous étonnons plus de notre décadence.


    • Old Dan Old Dan 22 juin 17:19

      @Régis DESMARAIS
      Peut-être. N’est-ce pas plutôt le « système politique et économique » qui sombrent doucement dans une décrépitude difficile à dissimulée ?...
      .
      [... et qui réjouit les extrêmes ! ]


  • zygzornifle zygzornifle 22 juin 12:27

    LR = La Racaille

    LReM = la Racaille en Rarche


  • Désintox Désintox 22 juin 12:32

    Quel injustice en effet !

    Si on avait traité cette affaire à un train de sénateur, Fillon aurait été élu.

    Il aurait allors bénéficié d’au moins 5 ans d’inpunité absolue... et la justice se serait acharnée sur la pauvre Pénélope.

    Ah, les affaires politiques qui mettent 15 ou 20 ans à être traitées, c’est tellement mieux !

    Pendant ce temps, les pauvres sont jugés en comparution immédiate...


    • Désintox Désintox 22 juin 12:33

      Oups ! Quelle injustice, bien sûr !


    • Emohtaryp Emohtaryp 22 juin 14:34

      @Désintox

      Pendant ce temps, les pauvres sont jugés en comparution immédiate...

      -

      Surtout s’ils portent un gilet jaune ou une blouse blanche ou consomment de la HCQ efficace à deux balles....smiley


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 22 juin 15:20

      @Désintox
      Une fois de plus, le sujet central et utile pour l’avenir, dans cette affaire, ce n’est pas la probité de M. Fillon (même si la question est essentielle pour quelqu’un qui sollicite un mandat public) mais le principe détestable d’une manipulation pour imposer un candidat qui lui même est loin d’être d’une pureté absolue. je note que pendant la campagne les turpitudes de M. Macron ont été très ignorées par la presse...


    • Parrhesia Parrhesia 22 juin 17:29

      @Régis DESMARAIS
      Sans compter qu’outre le principe immuable de la séparation des pouvoirs, il existe, pour les anciens dont je suis, un autre vieux principe intangible du Droit : « Ne jamais juger sous le coup de la passion » !!!
      Ce qui renforce sensiblement l’obligation de respecter la présomption d’innocence.

      Mais apparemment, ces vieux principes intangibles ne sont pas parvenus jusqu’à la bulle politicienne actuelle !!!
      Bon courage. Car il va nous en falloir, dans l’état de décomposition dans ils ont mis les pouvoirs régaliens des restes de la France  !!!


    • Parrhesia Parrhesia 22 juin 17:37

      @Parrhesia
      >>> l’état de décomposition dans lequel ils ont mis les pouvoirs régaliens...<<<
      Pardon.


    • Désintox Désintox 22 juin 19:33

      @Emohtaryp
      «  ou consomment de la HCQ efficace à deux balles.... »

      Pourquoi, ils ont le palu ?


    • Désintox Désintox 22 juin 19:40

      @Régis DESMARAIS
      « le sujet central et utile pour l’avenir, dans cette affaire, ce n’est pas la probité de M. Fillon (même si la question est essentielle pour quelqu’un qui sollicite un mandat public) mais le principe détestable d’une manipulation pour imposer un candidat  »

      Je serais presque d’accord avec vous si la fonction présidentielle n’accordait pas une impunité absolue.

      Mais les faits sont là : une fois élu, le président devient intouchable.

      Par conséquent, il était très important que les agissement de M Fillon soient portés à la connaissance des électeurs AVANT le scrutin.


  • Wald 22 juin 12:46

    Mon com vient juste après Désintox, qui parle des « pauvres ».

    Je suggère à ceux qui défendent Fillon de se rappeler qu’on parle de montants à plus d’un million d’euros. Je sais où j’habite, ce que je paie comme loyer, le prix du mètre carré chez moi. J’imagine qu’on me verse un tel montant sur mon compte, ce que je pourrais faire avec (notamment acheter un logement cash). 


    Donc en fait Fillon avait le droit de voler cette somme, mais pas moi ? Au nom de quoi ? 


    • foufouille foufouille 22 juin 13:27

      @Wald

      si tu voles un million et même pas pour toi, tu vas en prison tout de suite.


    • Wald 22 juin 13:35

      @foufouille

      T’inquiètes je le sais bien. En fait je sais ce que j’aurais du faire, j’aurais du monter des combines de trafic de drogue, de recel, de proxénétisme, et prendre Fillon comme prête-nom contre rémunération, puisqu’aux yeux d’un berry ou de l’auteur (ou de spartachiottes en 2017), Fillon est un type qui doit bénéficier d’une impunité judiciaire.


    • foufouille foufouille 22 juin 14:11

      @Wald

      pour certains trucs, on ne va pas en prison non plus avec un bon avocat, si tu es claustrophobe ou dans un fauteuil et deale du shit par exemple car pas assez de place en prison. pour la santé, c’est juste pour les môssieux de par contre.

      d’ailleurs, j’envisage la prise d’otages avec explosif comme étant une solution.


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 22 juin 15:24

      @Wald
      La question n’est pas Fillon mais la manipulation. On ne défend pas M. Fillon, on défend le droit des Français à choisir qui ils veulent élire sans être influencés par des manipulations de gens qui ont des intérêts bien compris. Je vous invite à lire l’ouvrage « Macron, le président des riches » des Pinçon-Charlot, vous verrez que ceux qui profitent de cette élection ce n’est pas un million d’euros sur 20 ans qu’ils se sont mis dans la poche mais plusieurs dizaines de millions d’euros en quelques mois.


    • foufouille foufouille 22 juin 16:09

      @Régis DESMARAIS

      ils avaient le même genre de programme, il suffisait à fillon de laisser sa place à barouin et son parti ne serait pas foutu.


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 22 juin 18:00

      @Wald
      Au nom de quoi les banquiers et trader gagnent des millions en quelques clics ?
      Ne sont-ce pas les employés des sociétés cotées en bourse qui en pâtissent ?
      A quoi servait la bourse au départ ? Et à quoi sert-elle maintenant ?
      Tout cela est à foutre en bas.


    • Désintox Désintox 22 juin 19:44

      @Régis DESMARAIS

      « On ne défend pas M. Fillon, on défend le droit des Français à choisir qui ils veulent élire sans être influencés par des manipulations de gens qui ont des intérêts bien compriis »

      En fait, les idées de Macron sont proches de celles de Fillon.

      La preuve, c’est qu’aux municipales, LREM s’associe avec LR.

      L’affaire Pénélope a donc empêché l’accession d’un homme à une fonction, mais elle n’a pas influencé la politique suivie.

      Ce n’est pas comme si on avait remplacé Lula par Bolsonaro.


  • Wald 22 juin 12:57

    Autre point, la thèse de l’affaire qui sort pile dans le timing pour amener Macron à l’Elysée, je n’y crois pas tellement, parce que les derniers jours de janvier, c’est trop tôt. Ne pas oublier qu’un vrai plan machiavélique aurait du avoir la parade à la bonne réponse de la droite, à savoir « débrancher » en quelques jours un pourri et mettre un autre sentant moins le poisson avarié à sa place (Juppé, Pécresse, Baroin, Bertrand, voire Sarko lui même). 


    Pour parer à cette riposte, il aurait fallu faire sortir l’affaire au minimum un mois plus tard, la date de l’article du Canard laissait nettement trop de temps à la droite pour trouver une réponse qui était évidente, et qu’ils n’ont pas suivie. Le lendemain de l’article, la droite garde en fait les cartes en main et est favorite. 


    Autre élément, là aussi de toute première importance et dont on parle peu en général ; Fillon était au courant que le Canard enquêtait, il a juste rien fait et est resté sans réaction pendant les semaines précédant l’article. Ce point (la non réaction) renvoie d’ailleurs à un autre très important aussi : Fillon avait une réputation de paresseux, de faux dur et vrai mou, pusillanime, pas du tout homme d’action, et à part sa psychologie d’extrémiste (l’homme est anti-avortement), que la droite dure se soit entichée d’un tel bonhomme et aie vu en lui le sauveur de la France semble une hallucination.


    • Emohtaryp Emohtaryp 22 juin 14:30

      @Wald

      Fillon avait une réputation de paresseux, de faux dur et vrai mou, pusillanime, pas du tout homme d’action, et à part sa psychologie d’extrémiste

      On l’a échappé belle ! à la place on se retrouve avec un psychopathe/schizophrène/mythomane/pervers narcissique/marionnette du CAC et ses 40 voleurs.......ouf ! smiley

      Ce que l’auteur veut dire, c’est que si on ne récure pas à fond les écuries d’Augias, on se retrouvera systématiquement avec ce genre de vil escroc téléguidé en guise de « démocratie »...


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 22 juin 15:25

      @Wald
      Votre analyse fonctionnerait si tout cela avait échoué.


    • Wald 22 juin 15:34

      @Emohtaryp

      Je suis d’accord, mais je ne comprends pas cette fixation sur Fillon encore trois ans après. A droite, il n’y en a pas sur Balkany, Guéant, à gauche, là aussi, personne ne va défendre Cahuzac. 

      Et je trouve que l’auteur revient trop sur le terme d’élection volée, j’ai du mal à voir comment Macron pouvait gagner cette élection avec cette affaire. Si tout avait été organisé par l’état profond, jamais Fillon n’aurait été mis au courant dès la fin 2016 par le Canard que celui-ci faisait des recherches sur le travail de sa femme, et on aurait attendu mars, le dernier moment, pour faire éclater l’affaire.

      Le lendemain de l’article du canard, le scénario plausible, que n’importe quel crétin aurait compris, c’est de dégager en quelques jours le candidat ripoux et de mettre un autre clone type Pécresse ou Wauquiez à la place. Le PS et Macron étant trop discrédités par le quinquennat Hollande, ça restait une affaire pliée. Le cas de figure de la tête de liste prise en cours de campagne la main dans la sac à détourner des fonds publics, ou d’autres (genre agression sexuelle) et qu’on remplace illico, c’est un truc connu et pratiqué, qui a déjà été pratiqué en politique, et qui marche pas si mal (le PS l’a fait en 2011 avec succès).

      Que Macron ait été poussé, ça c’est évident, et avant, mais il a fallu un scénario qui paraissait peu plausible au départ, et que personne ne pouvait vraiment anticiper, cad le Trocadéro et voir une minorité agissante de droite conservatrice radicale et de semi-intégristes s’accrocher à ce bonhomme et considérer que des chances quasi-nulles qu’il passe valaient mieux qu’une victoire assurée d’une Pécresse, Juppé, Baroin, Sarko ou Wauquiez (qui ne sont quand même pas des Bolcheviques). 


    • Wald 22 juin 15:49

      @Régis DESMARAIS

      Je suis d’accord sur l’instrumentalisation de la justice pour régler son compte à un type pas pire que beaucoup d’autres (mais tous les élus ne sont pas des voleurs non plus).

      Macron n’a pu être élu que grâce à un niveau de bêtise proprement abyssal de la droite. C’est comme si le PS en 2012 avait présenté DSK avec le slogan « Laissez vous séduire » ou « Osez la séduction ». Sans compter qu’il est probable que le coup vienne de son propre camp (avant que l’état profond n’en profite à fond la caisse).

      Pour se faire élire avec tant de casseroles (et une affaire simple et pas tordue, type la fortune de Macron et ses sous-déclarations de patrimoine), il n’y a que les systèmes clientélistes locaux (Mellick, Balkany, Jacques Médecin, Tibéri) qui peuvent marcher. Ca ne peut pas fonctionner sur une présidentielle.


    • agent ananas agent ananas 22 juin 16:00

      @Wald
      Pour déboulonner Giscard en 1981, le Canard s’en était pris à lui plus d’un an avant l’élection, notamment avec l’affaire des diamants ...
      Donc le timing « trop tôt » pour évincer Fillon est un peu tiré par les cheveux ... ceci dit sans vouloir se crêper le chignon ... smiley


    • Plus robert que Redford 22 juin 23:43

      @Régis DESMARAIS

      J’admire votre constance et votre courage dans les réponses que vous proposez aux « commentateurs » ... Le propos de l’article n’est en aucun cas la moralité élastique de Monsieur Fillon, mais la grande plasticité des institutions Juridiques, financières, et autres d’ailleurs... Pourtant, ne dit-on pas « raide comme la justice » ? Voilà un bien mauvais adage pour notre époque Une magistrate qui casse le morceau ? C’est assez peu commun dans l’institution ! Vous parlez d’une rivalité avec certaine collègue.... Ces gens là ont donc des réactions « humaines » comme la colère, la rancoeur, la jalousie, l’envie, la lâcheté ? Ils peuvent donc se parjurer sans ciller ? Hélas ! Nous savions tous cela depuis l’audition en commission parlementaire d’un certain juge Burgaud ... Nous attendions un pur et dur, chasseur de pedophiles convaincu, ferme sur ses positions et assumant ses actes. Nous avons vu : Une Fiotte ! Une lavette qui chiait dans ses couches comme un nourrisson affolé devant un panel de députés un peu coriaces... Ah, elle est belle la Justice Française !

      Et puis, dans toutes ces affaires, n’oublions surtout pas le travail de pute des médias (oups, pardon mesdames les prostituées) qui ne jouissent jamais tant que lorsqu’ils trifouillent la merde (merci à Louis-Ferdinand) mais uniquement dans le sens indiqué par leurs propriétaires - donneurs d’ordre.

      Juges, Journalistes ? Tiens, justement, deux professions où la responsabilité civile professionnelle n’existe pas ! ....


    • Parrhesia Parrhesia 23 juin 13:06

      @Wald
      Bonjour, Wald.
      Je vous cite : >>>  je ne comprends pas cette fixation sur Fillon encore trois ans après. <<<
      Il me semble bien que l’affaire Fillon pose, au contraire un énorme problème politique et démocratique qui va bien au-delà de la personnalité de l’intéressé.
      Elle démontre depuis le jour même de sa « sortie » qu’une combine sordide politico-juridico-médiatique a remplacé de facto, en cette occurrence, la pratique du scrutin libre et démocratique. 
      Excusez du peu !!!
      Ensuite, il est vrai que l’on pourrait écrire un livre sur les pratiques contemporaines en usages dans la bulle politicienne ; et partant, rien n’étant parfait, sur le fait que le corps électoral n’est plus capable d’établir le moindre ordre de grandeur raisonnable allant de la simple nuisance au crime d’état !
      Dans le domaine du « secondaire », une question intéressante n’a toujours pas été posée : « Pourquoi F. Fillon est-il allé se compromettre à la table de N. Sarkozy après une bataille de chiffonniers indigne d’une élection de niveau présidentiel ? »

      Sur le fond, nous ne saurons jamais quelle est la nature réelle des services rendus par Pénélope à son mari, ne serait-ce que parce qu’ils furent, au moins en partie, évidemment confidentiels, donc de valeur indéfinissable.
      Enfin F. Fillon, ou n’importe qui à sa place, abandonnant le terrain devant une attaque d’une feuille de choux nommée le Canard Enchaîné, serait revenu à laisser officiellement une feuille de choux et deux ou trois combinards désigner un président de la République Française... 
      Vous me direz qu’au point où nous en sommes, cela n’aurait peut-être pas été plus mal...
      Mais, quand-même... sur un plan purement démocratique...
      La seule chose dont nous puissions être persuadés, à l’examen des faits qui ont suivis, c’est qu’en cette occurrence, la combine et les combinards nous ont imposé le pire au détriment du moins pire !
      Et c’est un gaulliste ayant abandonné le parti de M. Fillon depuis quarante ans qui le dit.
      Bonne journée à vous.


  • eau-pression eau-pression 22 juin 15:05

    Je suis trop fainéant pour lire intégralement les commentaires, mais il me semble avoir lu chez R.de Castelnau que Sarkozy avait prévenu Fillon que le jour ou tel « petit juge » teigneux se mêlerait de ses affaires, ça irait mal pour lui.

    Il y avait d’autres intervenants que ces dames se crêpant le chignon.


    • Wald 22 juin 15:16

      @eau-pression

      Pour moi le calendrier de la sortie de cette affaire irait dans le sens d’une fuite venant des « amis » politiques de Fillon. Un complot destiné à faire élire Macron aurait encore attendu, ne laissant, l’affaire une fois révélée, que trop peu de temps pour faire monter un autre candidat.


Réagir