lundi 14 mai 2018 - par Nicole Cheverney

L’ARME CLIMATIQUE - La manipulation du climat par les militaires - VOLET N° 1

Pour qui s'intéresse aux grands problèmes de notre époque, le climat et les manipulations de ce dernier par toutes les armées du monde, depuis des décades et bien souvent à l'insu des populations – secret militaire oblige – je vous propose la lecture – alternative et originale – de l'ouvrage, « L'arme climatique – la manipulation du climat par les militaires », paru aux Éditions Talma Studio, dont l'auteur, Patrick Pasin s'appuie sur une remarquable documentation.

Nous pénétrons directement au sein des « secrets militaires les mieux gardés, où l'on suit au cours des décennies l'évolution de ces armes de destruction massive, où l'on étudie une douzaine de catastrophes « naturelles », peut-être pas si naturelles... ».

Historiquement, depuis la nuit des temps, l'être humain a toujours cherché à influer sur le climat, le temps, les intempéries, etc. Sur tous les continents, les hommes ont toujours fait le lien entre les actes guerriers et les conditions climatiques, par des pratiques diverses allant du chamanisme chez les Indiens, les superstitions moyenâgeuses, les méthodes brutales mais néanmoins assez subtiles pendant l'antiquité, jusqu'à nos jours où la sciences et les avancées technologiques s'en mêlent.

Petit tour d'horizon à travers les époques :

Les Grecs.

C'est Thucydide qui raconte dans « La guerre du Péloponnèse », comment les Grecs allumaient de grands incendies par jour de grand vent, et selon la direction, pour encercler les ennemis et les contraindre à la défaite.

Hérodote nous rapporte de son coté, dans «  l'Enquête  », que les Thraces tiraient des flèches en direction du ciel, lorsqu'il tonnait et que les éclairs zébraient le ciel, pour punir l'orage d'indisposer leur dieu qu'ils adoraient (Zalmoxis).

Plutarque, lui, va beaucoup plus loin dans la réflexion et s'interroge sur le « lien direct entre l'homme et le climat ». Dans « Vies parallèles  », la vie de Marius, il raconte :

Extrait : « on dit aussi avec beaucoup de vraisemblance, que les grandes batailles sont presque toujours suivies de pluies abondantes : soit qu'un dieu bienfaisant pour laver et purifier la terre, l'inonde de ses eaux pures, qu'il lui envoie du ciel, ou que l'air qui s'altère facilement, et éprouve de plus grand changements pour la plus légère cause, se condense par les vapeurs humides et pesantes qui s'exhalent du sein de cette corruption ».

Les Gaulois.

Ils tiraient eux aussi à l'arc contre le ciel dans l'espoir de calmer les divinités qui leur envoient l'orage.

Les Romains.

Ils observent des phénomènes étranges après une bataille meurtrière. Pline l'Ancien, relate des pluies de laine, des pluies de lait, des pluies de fer en Lucanie, etc.

De l'époque mérovingienne à la Renaissance.

Les pratiques se perfectionnent, ou bien, restent cantonnées à de la simple superstition, mais le long périple de Marco Polo qui revient de Chine avec un échantillon de poudre noire à canon, utilisée par les Chinois qui en sont les inventeurs, va révolutionner les pratiques.

XIIIe siècle.

Invention du canon pour des besoins à caractère militaire mais très vite, l'on comprend que son utilisation peut aussi influencer le climat.

Benvenuto Cellini.

Dans ses mémoires, il nous explique que les explosions peuvent expressément causer la pluie et que lui-même en a expérimenté le principe.

Passons rapidement sur l'utilisation de la perche, plantée dans les champs en Europe, pour éloigner les orages, ou bien les Suédois qui frappent à grands coups de marteau sur des plaques de fer pour éloigner l'orage. Notons également, l'usage très répandu en France et qui a perduré jusqu'à la fin du XIXe siècle, de faire sonner les cloches, sensées éloigner la grêle. On ne comptait plus les cloches foudroyées, et les sonneurs de cloche avec.

Le canon à grêle :

C'est certainement une des inventions des plus révolutionnaires pour sauver les récoltes menacées par les grêles dévastatrices.

Ce sont les Italiens en 1880 qui découvrent qu'il « est possible d'empêcher la formation des grêlons en injectant dans les nuages des particules de fumée qui serviront de noyaux de condensation. Un professeur italien de minéralogie, à l'origine de cette trouvaille, propose une solution chimique, à la différence des méthodes antérieures car « il serait possible d'agir avant que ne se déclenchent les orages, en diminuant les risques des destruction des récoltes ».1

L'idée est jugée bonne par les Autrichiens dont Albert Stiger, vigneron et maire de Windish-Feistritz, tente l'expérience.

En 1895, le canon à grêle de forme évasée est au point et va servir de modèle. En 1896, six canons sont installés et entrent en action. Les résultats très satisfaisants, voire spectaculaires feront que les commandes affluent et que la fabrication sera « quasi industrielle ».

Depuis, les Européens continuent d'utiliser les canons à grêle avec bien sûr les perfectionnements dus aux avancées techniques et actuellement technologiques, puisque leur déclenchement programmation informatisée.

Aux USA.

XIXe et XXe siècle. Ce ne sont par contre, ni la grêle, ni les pluies qui gênent les agriculteurs, mais la sécheresse. Pour y remédier, l'on a recours aux « rainmakers », les faiseurs de pluie. Ils sont organisés en véritable corporation, mais la grande crise de 1929 mettra fin à leur activité.

James Pollard Espy (1786-1860) - Rainmaker célèbre.

Professeur de mathématiques à Philadelphie, il consacre son temps libre à la recherche météorologique et phénomènes atmosphériques. Ses recherches portent sur la connexion entre la pluie et la quantité de vapeur dans l'atmosphère. Pour lui, aucun doute : « les incendies produisent de la pluie ». C'est aussi ce qu'ont, depuis très longtemps, remarqué les Indiens qui pratiquent les « incendies de la prairie pour faire venir la pluie », entourant ces pratiques par maints rites chamanistes.

J. Pollard Espy soumet ses recherches au Congrès et ses propositions d'incendies contrôlés, « des feux de zone », propositions que décline le Congrès. Mais ce chercheur sera tout de même employé par la Navy comme météorologue.

Le livre de Georges Perkins Marsh va, en 1864, définitivement convaincre le public que « l'homme peut agir sur le climat » […] « Le sujet du changement climatique, qu'il soit considéré ou non comme la conséquence de l'action humaine, a été largement traité... ».

Dans cet ouvrage décisif, G. Perkins Marsh détaille le nom des scientifiques qui se sont intéressés à la question, autant Européens qu'Américain. Ils démontrent que les défrichages intensifs ou que certaines méthodes de culture, « affectent le climat et que les modifications climatiques modifient le caractère de la vie végétale ».

Ces climatologues donnent des exemples à travers le monde : en France où la coupe de forêts en Bretagne et en Normandie modifie les climats côtiers et provoquent des réchauffement climatiques en hiver, ces côtes étant offertes aux vents d'Ouest ou aux douces températures marines. Le défrichage en Grèce, provoque la sécheresse et la désertification. Enfin, après ces ouvrages de référence, les humains sont persuadés et convaincus qu'il peuvent dorénavant modifier à dessein le climat dans un futur plus ou moins proche. Ce qui n'empêche pas ces chercheurs, comme G. Perkins-Marsh de mettre en garde les « apprentis sorciers » et les dangers à venir de telles actions.

Or, le mouvement est lancé, rien ne peut plus l'arrêter.

Beaucoup de publications sur le sujet vont suivre des deux côtés de l'Atlantique, au fil de l'observation des batailles et des guerres, qui vont émailler cette fin du XIXe siècle, comme la guerre du Mexique, par exemple qui fut une sorte de champ expérimental, pour les observations et le développement de la « théorie des chocs » - « concussion theory » où lorsque les batailles font rage, la pluie tombe là où pendant des mois elle n'est pas tombée du tout et fait soudain son apparition après de « sévères canonnades ». Les batailles se suivent à divers endroits du Mexique, les pluies tombent, dans des endroits très arides où sévit la sécheresse.

La guerre de Sécession, de 1861 à 1865, apporte aussi son lot d'observations sur cette « théorie des chocs » où les météorologues concluent : « Le canon génère inéluctablement la pluie ».

Les témoignages des officiers et les carnets de bord militaires sont conservés à Washington où sont enregistrés la concordance de ces phénomènes guerriers et météorologiques.

La conclusion la plus intéressante, nous vient de G. Perkins Marsh qui se pose en démiurge : Extrait : « Si la foudre, le tonnerre et la pluie ont été provoqués par l'action de l'homme, alors que n'étaient recherchés qu'effusion de sang et carnages, ils peuvent de toute évidence être reproduits sans ces contingences... nous considérons l'immense bénéfice qui découlerait du pouvoir assuré d'une méthode définie pour causer la pluie à volonté – le pas puissant qui serait ainsi effectué par l'homme vers le contrôle complet de la nature auquel il aspire... »

P. Pasin, l'auteur, nous promène donc à travers les époques et les continents jusqu'à nos jours avec les différentes techniques humaines où le temps de l'industrie va complètement changer la donne – où les militaires vont réellement s'emparer de ces techniques pour « goûter aux joies de la modification climatique ». Or, nous apprenons que les Anglais vont, en pionniers, avec « l'Armement and Experimental Fight of the Royal Flying Corps  » expérimenter et développer dès 1915, de nouvelles armes de guerre liées à l'aviation en relation étroite avec le climat.

Quelques bombes au phosphore pour attaquer les zeppelins allemands, et c'est là qu'intervient la modification des éléments atmosphériques avec la « production de nuages artificiels » pour perturber les aviateurs allemands sans grand succès il est vrai. D'autres expériences suivront.

Mais il faudra attendre la 2eme guerre mondiale pour observer les premières réussites de modification du temps à des fins militaires et notamment le système Fido, ou dissipation de brouillards au-dessus des aérodromes anglais, causes de trop nombreux crash d'avions.

Fido sera testé un peu partout sur les fronts de guerre de l'époque.

Cette course à l'armement climatique, est peut-être bien plus discrète que la « guerre froide » ou l'arme nucléaire », car secrète et d'une grande intensité.

A suivre...

1L'auteur, P. Pasin s'appuie sur l'ouvrage de Jean-Raymond Plumandon, »Le tir du canon contre la grêle », 1901, météorologique à l'Observatoire du Puy de Dôme.



66 réactions


  • Pere Plexe Pere Plexe 14 mai 2018 19:54

    Il y a un gros contresens.

    Eviter la grêle sur un vignoble , ou le brouillard sur un territoire réduit n’est pas « modifier le climat ».

    Les mécanismes climatiques sont largement méconnus.
    Et les puissances en jeu sont énormes. Peu en rapport avec les moyens humains à les produire et utiliser telle une arme...


    • Homme de Boutx Homme de Boutx 14 mai 2018 20:07

      @Pere Plexe
      regardez simplement les traînées de condensation des avions... une simple question d’équilibre thermique entre une goutte d’eau à -30°C (143K) qui va rayonner en conséquence 195 W/m2 à sa surface et lorsqu’elle reçoit 390 W/m2 de rayonnement IR du sol sur la moitié de sa surface, elle se trouve en équilibre thermique (ce qui ne serait pas le cas autrement et elle refroidirait très rapidement) ..

      Si on peut le faire avec des avions... 

    • symbiosis symbiosis 14 mai 2018 20:08

      @Pere Plexe

      J’imagine que Nicole va élargir son article aux armes climatiques et à la géo-ingénierie dans les volets suivants de son article.


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 14 mai 2018 20:51
      @Pere Plexe

      Bonsoir, et pourtant les « canons à grêle » dont je parle dans l’article, sont bien des instruments à « modifier » les conditions météorologiques. Ils sont surtout utilisés toujours aujourd’hui, et plus que jamais, car ils rendent d’énormes services aux agriculteurs dans les régions grandes productrices de vignobles, grands vergers et maraîchères. Ce qui est le cas dans la région où j’habite dans le midi, au bord du Rhône où très régulièrement les canons à grêle sont utilisés pour combattre les nuages. Cela se fait informatiquement pour les très grandes exploitations agricoles, d’autres, plus modestes continuent à utiliser les modèles plus anciens.

      Oui, le climat - et ce sera bien sûr - le sujet des volets suivants - peut être profondément modifié par l’homme, involontairement ou volontairement. Mais le plus grave, ce sont les expériences militaires menées par les armées contemporaines des pays économiquement puissants. USA, Russie, du temps de l’URSS, etc.


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 14 mai 2018 20:53
      @Homme de Boutx

      Vous parlez de traces d’avion, or, il s’agit en partie des fameux chaimtrails, que je développerai dans le volet n° 2.

    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 14 mai 2018 21:10
      @Homme de Boutx

      Bonsoir, puisque vous évoquez les avions, voici un très intéressant reportage sur vidéo version française réalisé sur le phénomène des chemtrails, par l’auteur de l’ouvrage que je commente, qui est aussi cinéaste.

      Bye, bye blue Sky




    • JC_Lavau JC_Lavau 14 mai 2018 21:47

      @Nicole Cheverney. Crédulité, crédulité, crédulité... télécommandée par la C.I.A.


    • Voconce 14 mai 2018 22:51

      @Nicole Cheverney
      Il ne s’agit pas de modifier le climat.
      Le climat ne se jauge pas localement.
      Le principe le plus utilisé est l’ensemencement (à l’iodure d’argent ou autre) : en théorie le nuage forme alors de nombreux et tout petits grêlons qui auraient germés plus tard (plus lentement) ce qui aurait donné des grêlons plus gros, plus susceptible d’abimer les cultures.
      Les grêlons seraient donc probablement tombés mais peut être un peu plus loin !
      Mais ça c’est la théorie, la triste réalité veut que tout espoir de gagner de l’argent fait systématiquement perdre une quantité de jugeote proportionnelle au gain espéré, sinon pourquoi jouerait on au Loto ?

      Quand aux énormes services aux agriculteurs j’en doute vraiment. En France le revenu agricole décroit au fur et à mesure que l’investissement en machines grandit. L’énorme service est rendu à l’industrie agroalimentaire et aux organismes de crédit. C’’est le qualificatif énorme que je conteste. Si l’agriculteur à peu de terre, et qu’il pratique la monoculture, le risque que sa récolte soit détruite à 100% existe , la grêle n’est pas entièrement responsable, le modèle agricole dominant prôné par les responsables agricoles l’est aussi. Le gros agriculteur lui a peu de chance d’avoir sa récolte totalement détruite sévèrement un nuage de grêle ce n’est pas très étendu.

      Le fait est qu’aujourd’hui cet outil est considéré par certain comme ayant une certaine efficacité très localement, mais en aucun cas le « climat » est modifié il s’agit juste de déplacer à petite échelle (horizontalement ou verticalement) de l’humidité...

      Quand au modifications du climat (donc à grande échelle), à des fins militaires ou non, il y n’y a à ma connaissance aucun essai positif vérifiable (localement sur le champ de bataille si, mais ce n’est toujours pas une modification du climat).

      Par contre les militaires du monde entier sont très intéressés à la possibilité de faire disparaitre les nuages au voisinages des terrains d’aviation car les nuages gênent les radars... mais là encore ce n’est qu’une modification météorologique locale et non du climat.

      Il faut aussi être très méfiant sur sur ce que l’on croit savoir au sujet des recherches militaires secrètes non déclassifiées. Ces recherches non contrôlées par une communauté scientifique assez large peut vite devenir totalement aberrante avec des résultats invérifiables. Exemple l’avion à propulsion nucléaire menées sous Nixon. Les scientifiques ont eut beaucoup de mal à convaincre l’administration américaine que c’était stupide : Faire décoller un avion à propulsion nucléaire qui se crash en bout de piste, c’est s’envoyer une bombe sale sur la figure. Le programme à continué sur sa lancée quelques années (10 ans je crois) sans que les avis des scientifiques raisonnables soient pris en compte, heureusement ils ne sont pas allé jusqu’aux essais.

      Il faut aussi être conscient que les informations que nous avons sur les recherches militaires sont fortement entachées de déformation volontaire. Les recherches américaines sur la guerre des étoiles avait comme but, avoué aujourd’hui, d’épuiser financièrement l’URSSS, et c’est exactement ce qui s’est passé. Un certain nombre des sujets de recherche étaient sciemment infaisables aux conditions de l’époque, mais il y avait quand même des gains espérés, ne serait ce que des retombés civiles.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 14 mai 2018 23:45

      @Voconce

      Ayez ...c’est parti .lol


    • JC_Lavau JC_Lavau 15 mai 2018 13:48

      @big or no. Elle a été composée exprès pour (par la C.I.A.) : être la plus ridicule possible, afin de ridiculiser ces adolescents oppositionnels qui sinon risqueraient de vraiment découvrir de vraies turpitudes.


    • Alren Alren 15 mai 2018 16:20
      @Pere Plexe

      Et les puissances en jeu sont énormes. Peu en rapport avec les moyens humains à les produire et utiliser telle une arme...

      Je dirais pas du tout en rapport avec les moyens humains ...

      D’autre part, si ces moyens existaient dans un pays, le gouvernement les utiliseraient d’abord pour créer un climat favorable au-dessus de la nation, pas comme une arme d’une efficacité très faible lors d’un conflit entre puissances.

      Cela me fait penser à ce mythe complotiste que des contacts avec des extraterrestres auraient permis aux USA de développer une technologie impossible à rattraper par les autres nations et notamment des véhicules échappant à la gravité (! !!) : si c’était le cas au lieu d’avions Boeing on aurait des soucoupes volantes pour se déplacer dans les airs !

      Il en est de même pour les « chemtrails » répandus par les avions de ligne : un calcul simple démontre que sur une distance New-York-Paris avec une vaporisation tout au long du parcours avec un débit comparable à celui des épandages de pesticides dans les champs, il faudrait des centaines de tonnes de produits, qui plus est embarqués clandestinement dans des avions de ligne qui seraient alors dans l’incapacité de décoller et devraient disposer, avec l’accord des constructeurs, de réservoirs secrets pour loger ce produit !

      Si des avions de ligne provoquent la formation de cirrus en haute altitude, c’est que, avec l’arrivée d’un front chaud, l’air est saturé en humidité sous forme de vapeur invisible et que les particules de suie et l’eau émises par les réacteurs catalysent la transformation de cette vapeur en cristaux de glace.
      Mais si l’air est relativement sec, la traînée s’efface.

    • doctorix doctorix 16 mai 2018 11:13

      @Voconce

       Il faut aussi être très méfiant sur sur ce que l’on croit savoir au sujet des recherches militaires secrètes non déclassifiées.

      Pourtant :

      https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/2005/10/20/la-meteo-comme-arme-de-guerre

      A partir de 1967, pendant la guerre du Vietnam, un projet “baptisé Popeye Project eut pour objectif de prolonger la saison de la mousson afin d’enliser les mouvements des troupes et la logistique de l’ennemi dans la jungle boueuse”. En 1977, le Pentagone consacrait 2,8 millions de dollars (2,34 millions d’euros) à des recherches sur la modification du climat. Mais les Nations unies s’en inquiétèrent et émirent une résolution interdisant l’usage hostile de ces techniques. “Un traité fut signé et les Etats-Unis le ratifièrent en 1978. Le Pentagone choisit de mettre fin à toutes ses recherches en 1979. Cependant, le Kremlin poursuivit les siennes”, souligne Business Week.

      Mais, en 1996, un groupe de sept officiers américains des armées de l’air et de terre tira la sonnette d’alarme auprès du ministère de la Défense pour qu’il poursuive ses efforts dans ce domaine, pour éviter d’être distancé par les Russes. “En l’espace de trente ans, estimaient-ils, les technologies informatiques et météorologiques pourraient se développer à tel point que le contrôle des conditions atmosphériques assurerait une domination inimaginable dans la bataille de l’espace. Le rapport élaboré par ce groupe d’officiers est intitulé ‘La météo comme démultiplicateur de force : maîtriser les conditions atmosphériques en 2025’.”

      Récemment, “le météorologue américain Scott Stevens a affirmé que les spécialistes de l’armée russe étaient derrière les ravages causés par le cyclone Katrina, qui a dévasté La Nouvelle-Orléans. D’après lui, depuis la période soviétique, la Russie a construit un appareil secret ayant un impact néfaste sur le climat”, note Pravda.ru. Le site d’informations russe indique que, après le cyclone Katrina, les Américains se sont souvenus des menaces, considérées jusque-là comme fantaisistes, du député ultranationaliste russe Vladimir Jirinovski. En 2003, ce dernier avait menacé les Etats-Unis d’inondations gigantesques déclenchées par les scientifiques russes…


    • doctorix doctorix 16 mai 2018 15:04


      “Un traité fut signé et les Etats-Unis le ratifièrent en 1978. Le Pentagone choisit de mettre fin à toutes ses recherches en 1979."

      Et on sait, depuis Geronimo, comment les USA respectent leurs engagements.

    • yahourtnature 16 mai 2018 18:09

      @big or no « La théorie du complot la plus stupide du monde, c’est dire si vous êtes une personne pertinente. »

      Ha non c’est la théorie de la Terre plate qui remporte le trophée.


  • Homme de Boutx Homme de Boutx 14 mai 2018 19:58

    la composition d’un nuage :d’après Météo France

    "À l’intérieur d’un nuage, les particules sont sans cesse en mouvement. Elles fusionnent, fondent, s’évaporent, se subliment pour mieux condenser ou geler à nouveau."

    "Un simple cumulus dont les dimensions atteignent facilement 1 km3 a une masse de plus d’un million de tonnes : 500 tonnes d’eau liquide ou de glace, 10 000 tonnes de vapeur d’eau, le reste étant de l’air sec,"

    Ceci représente 0,5 g/m3 d’eau ou glace et 10g de vapeur d’eau/m3
    Donc il peut y avoir 20 fois plus de vapeur que d’eau liquide... ce qui explique les différentes possibilités de créer de la pluie sans nuage apparent.
    Mais si on va plus loin, avec ces 0,5 g/m3, on peut créer 283 millions de gouttes de 15 µm présentant une surface efficace 0,20 m2 ou former un écran total de 1 m2 sur 20 ml avec 4 m2 de surface d’échange, un début d’explication de l’importance des propriétés des nuages dans le réchauffement climatique, sans devoir invoquer les pouvoir maléfiques non documentés de certains gaz face à un liquide à effet de serre..


    • sls0 sls0 15 mai 2018 04:43

      @Homme de Boutx
      Il n’y aurait pas d’aérosols (micro poussière) on ne verrait pas de nuages.

      La vapeur d’eau est invisible, c’est un gaz.

    • Homme de Boutx Homme de Boutx 15 mai 2018 08:05

      @sls0

      La vapeur d’eau est un gaz, je confirme ce qui est écrit : relisez..


  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 14 mai 2018 20:49

    Les chemtrails ! Les chemtrails ! ...putain qu’on se marre !


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 14 mai 2018 20:55
      @Aita Pea Pea

      Bonsoir, je ne vois pas ce qu’il y a de marrant à parler des chemtrails. Il n’y a qu’à voir le ciel avec la présence de traces bien visibles.

    • Homme de Boutx Homme de Boutx 14 mai 2018 21:33

      @Nicole Cheverney

      les chemtrails...ou de simples nuages.. 1 litre kérosène = 1 litre d’eau = 2000 m3 nuages/litre d’eau, * 3 l/100 par passager* 300 passagers.... ça en fait des milliers de m3 de nuages ! 
      il parait que ça double l’effet du réchauffement par les pouvoirs magiques du CO2, plus raisonnablement l’énergie de combustion dudit kérosène !


    • JC_Lavau JC_Lavau 14 mai 2018 21:46

      @Nicole Cheverney. Crédulité, crédulité, crédulité... télécommandée par la C.I.A.


    • Alcyon 15 mai 2018 03:59

      Whoa, on a un beau trio ici. Mais quand le « moins pire » est Lavau, ça donne le niveau des 2 autres.


      Dis l’auteur, tu es au courant qu’en lâchant des produits chimiques à des km d’altitude, ils ne tombent pas en dessous ? Que donc ça ne servirait strictement à rien ? Que les avions de ligne, ce que tu vois, c’est de la vapeur d’eau ?

      Et l’autre bonhomme qui prend des nombres sans les comprendre. Allez, un avion qui avance à 200m/s (c’est lent mais allez), ça fait 200m de traînée derrière lui. Imaginons qu’il crée un nuage de 5m sur 5m derrière lui (c’est même petit), ça fait un volume de 200*5*5 = 5000m3 par seconde. Un Airbus A350 consomme 7500l de carburant par heure, donc un peu plus de 2l à la seconde. Donc 4000m3 de vapeur d’eau. C’était pas loin comme approximation. Et elle m’a pris 5 minutes en réfléchissant.

      Il ne réalise même pas que les nuages qu’il voit font des km de long, donc forcément le volume est grand.


    • Homme de Boutx Homme de Boutx 15 mai 2018 08:02

      @Alcyon

      il a pas encore fait la différence entre vapeur d’eau et eau liquide ! mais pour les chiffres on arrive au même résultat avec des données différentes !


    • Homme de Boutx Homme de Boutx 15 mai 2018 09:13

      @Homme de Boutx
      pour les conditions de formation cf article de vikipedia pas (encore) trop hanté par « l’esprit de serre du CO2 et pas du nucléaire » https://fr.wikipedia.org/wiki/Tra%C3%AEn%C3%A9e_de_condensation&nbsp ;

      quant à la quantité d’eau /glace au m3 dans un cirrus elle doit plus tourner dans les 0,3 g voire moins avec plus de glaçons plus petits qui impactent davantage l’aspect visuel (et physique).. et se dispersent grâce aux turbulences...

      0,3 g d’eau par m3 

      >>2600 millions de gouttes de 6 µm d’eau ou cristaux de glace (forcément de taille supérieure)

      >>170 millions de gouttes de 15 µm d’eau ou cristaux de glace 


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 15 mai 2018 13:41
      @big or no

      Sinon... vous intervenez en tant que quoi ? Scientifique ? Biologiste ? Météorologiste ? lanceur d’alerte, spécialiste de l’aviation militaire ou civile ?... pour décreter que les « chemtrails » sont des théories stupides ? Ou simplement parce que vous avez entendu le poivrot du coin le dire ?
      Mais il est vrai qu’un QI de « big or no » n’accède pas nécessairement à un degré de réflexion lui permettant d’argumenter ?

      Pour l’instant, je me contente de lire les commentaires de ce fil, auxquels je prendrai bien évidemment le soin d’ici ce soir de répondre en détail, sur la question des chemtrails.





    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 15 mai 2018 13:41

      @big or no

      Bonjour. Laissez ,s’il vous plait ,dérouler. Les occasions de se marrer sur Avox deviennent rares . En vous remerciant.


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 15 mai 2018 13:56
      @Aita Pea Pea

      J’ai bien sûr la possiblité de bloquer vos interventions, mais je ne le ferai pas, pour la bonne raison que moi j’ai aussi envie de me marrer de vos commentaires, profonds, étayés et intelligents. C’est réjouissant de vous voir vous trémousser pour « discréditer » mon article, son sujet, et l’ouvrage de P. Pasin. Continuez, continuez, dérouler encore la toile serrée de la bêtise crasse qui ressort de vos interventions, sans arguments aucun, tout comme ceux d’Alcyon ou de big or no. Il n’y a pas à dire : tous les trois, vous êtes une synthèse !



    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 15 mai 2018 14:27

      @Nicole Cheverney Bonjour. Votre non volonté de censure vous honore. Et sachez que je vous trouve pertinente sur certains sujets en commentaires.


    • Homme de Boutx Homme de Boutx 15 mai 2018 15:14

      @big or no
      vous oubliez que vous exhalez aussi du CO2, 360 kg/an, qui ne fait ni nuage ni buée et pourtant doté de pouvoirs surnaturels... selon certains ! 


    • Alcyon 15 mai 2018 19:54

      @Homme de Boutx whoa, t’es sérieux mec ? Je vais te citer le début du wiki que tu files


      « Ce phénomène physique, qui dépend de phénomènes atmosphériques complexes, a été étudié dès les années 19503 et provient de la condensation de la vapeur d’eau émise par les moteurs d’avion à très haute altitude. »

    • Homme de Boutx Homme de Boutx 15 mai 2018 21:48

      @Alcyon

      et !


    • doctorix doctorix 16 mai 2018 11:32

      Enfin vous nous direz comment on peut couper la condensation sur 100m avant de la remettre. On coupe les 4 réacteurs ?


    • yahourtnature 16 mai 2018 18:32

      @doctorix « Mais vous n’expliquez pas qu’à la même heure et à la même altitude, sur deux avions qui passent, l’un émet un trail et l’autre pas. »

      Et bien c’est assez compliqué à comprendre mais les masses d’air ne restent pas en place, elles ont tendance à bouger avec le vent.

      Avant, quand les hommes voyaient quelque chose qu’ils ne comprenaient pas, ils inventaient des dieux. Maintenant ils inventent des complots.

    • doctorix doctorix 16 mai 2018 23:20

      @yahourtnature
      Explication simpliste.

      Qui n’explique pas les nombreuses photos ou le chemtrail est interrompu.
      Qui n’explique pas non plus ce Boeing qui largue des trails, puis s’arrête, puis reprend.
      Ici, à 18’43«  :
      Et puis le plus extraordinaire : dans la version colorisée en 1992 de Zorro (1953), on a même ajouté des chemtrails dans le ciel pour faire croire qu’ils étaient présents déjà à l’époque. Ce qui n’est évidemment pas le cas, et bien sur on ne les retrouve pas dans la version N et B.
      Ici, à 2’00 » :
      Vous ne voulez rien voir, rien savoir ?
      On ne peut plus rien pour vous.
      Un plan eugéniste a été proposé pour dépeupler la terre jusqu’à 500 millions d’habitants. C’est gravé dans la pierre en Georgie. C’est même le premier des dix nouveaux commandements.
      Je ne sais si c’est le moyen choisi, mais « qui veut la fin veut les moyens », et l’hypothèse est à considérer.

    • Alcyon 17 mai 2018 01:18

      @doctorix on l’explique très bien, mais les idiots ne comprennent pas les explications. Et donc inventent des complots.


      Mais faut vraiment être un sacré crétin fini pour ne pas comprendre que des gaz/liquides lâchés à 8000m d’altitude vont se retrouver dispersés n’importe comment. Faut VRAIMENT être un crétin fini pour ne pas réaliser que c’est idiot de faire ça alors qu’il suffit de contaminer l’eau potable.

      Mais les crétins ont besoin de se sentir supérieurs. Et donc, c’est à la mode de déclarer « moi je sais ».

    • Homme de Boutx Homme de Boutx 17 mai 2018 08:12

      @doctorix
      si je vous montre une photo de mon télésiège avec 105 fûts métalliques dessus.. vous en concluez quoi ?


    • Homme de Boutx Homme de Boutx 17 mai 2018 08:55

      @doctorix
      en fait, tout cela ne sert qu’à justifier la disparition du ciel bleu tout en faisant croire qu’il n’y a pas de réchauffement climatique... sinon avec le RCA, et l’humidité injectée à 10 000 m par des milliers d’avions par jour suffit, si on considère que la disparition du contrail ne signifie pas la disparition de la vapeur injectée par la combustion du kérosène qui s’accumule ainsi ! 


    • Alcyon 17 mai 2018 11:32

      @Homme de Boutx on sent que les chiffres et toi vous n’êtes pas amis. La masse de l’atmosphère est d’environ 5 milliards de milliards de kg. On va prendre 100 millions de vols par an (c’est beaucoup plus que la réalité) et qui consomment 40 tonnes de carburant, donc 50m3 d’eau (un airbus sur vol long-courrier), donc 60 tonnes d’eau donc 50000 kg d’eau.


      Donc ça fait 5 mille milliards de kg d’eau dans l’atmosphère, par an, amené par les vols (et elle n’y reste pas, mais passons). La masse de l’atmosphère est d’environ 5 milliards de milliards de kg, 1 million de fois plus. Donc par an, on parle de 1 millionième de l’atmosphère.

      La vapeur d’eau représente 0,5% et 5% (c’est très variable) de l’atmosphère. Ca veut dire que même si cette vapeur s’accumulait (et elle ne le fait pas), à la valeur minimale ça donne 0,5%+K.0,0001% où K est le nombre d’années. Après mille an, on est à 0,6% : WHOA !

      Mais maintenant, la question qui tue : d’où vient l’eau consommée ? De l’atmosphère. Donc globalement, rien ne s’ajoute.

      Faudrait aussi que les crétins aux chemtrails comprennent que les chiffres ne vont pas dans le sens de leurs conneries. On pourrait épandre du gaz sarin à 8000m d’altitude, il n’y aurait aucun effet.

    • Homme de Boutx Homme de Boutx 17 mai 2018 13:28

      @Alcyon

      « si cette vapeur s’accumulait (et elle ne le fait pas), »

      alors comment expliquer que l’humidité absolue de l’air a augmenté de 6/7% en 50 ans ?


    • doctorix doctorix 17 mai 2018 19:24

      Ils vous ennuient, mes arguments, parce qu’ils sont justes.

      Aussi, vous balancez des tonnes de chiffres invérifiables, les uns et les autres, en essayant vainement de passer pour des zintelligents et des zinstruits.
      Ce qui reste vrai est que les avions des années 60 ne laissaient pas de traces dans le ciel au delà d’une minute, et qu’ils en laissent maintenant des journées entières et qui s’étalent en véritables nuées.
      C’est pourtant le même air, les mêmes réacteurs, les mêmes altitudes et le même kérosène.
      De plus, les analyses révèlent la présence dans l’air, dans les eaux et dans les terres d’énormes quantités de baryum, d’aluminium, de strontium, qui n’ont rien à faire là vue que ce sont des produits d’extraction.
      J’apprécie infiniment vos insultes multiples, qui sont le recours des impuissants.
      Continuez à vous ridiculiser, je savoure.
      Nous saurons qui a raison quand la France se décidera à quitter l’OTAN, ce qui supprimera immédiatement la présence de la majorité des chemtrails, encore que des avions de lignes en dispersent également : mais nous n’aurons plus ces quadrillages, apanage des avions militaires de l’OTAN.

    • doctorix doctorix 17 mai 2018 20:03

      @big or no
      Ca dépend aussi de la puissance et du type de moteur, de l’altitude*, de l’accélération ou de la décélération... 


      Et de l’âge du capitaine (de bord).

      des complices cons qui empoisonnent leur propre famille afin de nous annihiler tous,

      Ceux qui font ça (les exécutants) sont convaincus qu’ils oeuvrent pour le bien de l’humanité : endoctrinement au RCA.
      Et que ce qu’ils épandent est sans danger : on les en a convaincus.
      Dans l’Allemagne nazie, il n’a jamais manqué de crétins pour effectuer les basses oeuvres au nom d’un bien suprême.
      Et puis aussi, allez demander à un israélien s’il a conscience de faire le mal...

    • JC_Lavau JC_Lavau 17 mai 2018 20:12

      @HdB. Sources ?


    • Alcyon 17 mai 2018 21:34

      @Homme de Boutx ce n’est pas parce que tu le dis que c’est vrai.


      doctorix : tu devrais apprendre ce qu’est un argument pauvre cloche.

    • doctorix doctorix 17 mai 2018 23:31

      @Alcyon
      Et vous, vous devriez apprendre à répondre à des arguments : il n’y avait pas de chemtrails dans le ciel de mon enfance.

      Apprendre la politesse également, mais ce n’est pas non plus dans vos cordes.

    • Alcyon 18 mai 2018 00:01

      Et il n’y a pas de chemtrail chez moi non plus, même actuellement. Parfois la condensation après un vol, mais rien de plus. Apprends qu’un argument « je le dis donc c’est vrai » a autant de valeur que la virginité d’une actrice X. Quand à ton enfnance, t’es un comique de compétition. Va voir l’évolution du nombre de passagers aériens et reviens nous expliquer en détail combien d’avion volaient dans le ciel de ton enfance.


      Tu veux des contrails plus anciens ?

      J’apprendrai la politesse quand tu auras celle de ne pas raconter autant de conneries en un seul message. Tu es aussi crédible que Virenque en 1998.

    • Homme de Boutx Homme de Boutx 18 mai 2018 08:13

      @Alcyon
      tu devrait essayer de refaire ton calcul en prenant une humidité absolue de 0,5g/m3 à -30°C, voire moins à pression réduite..


      .ps : peut-tu expliquer « 50m3 d’eau... donc 60 tonnes d’eau donc 50000 kg d’eau. »

    • Alcyon 18 mai 2018 11:19

      @Homme de Boutx faire de frappe.


  • sls0 sls0 15 mai 2018 04:52

    Je vais peut être acheter le livre, non pas pour m’instruire vu les conneries qu’à priori il y a mais coté biais cognitifs je risque d’en retrouver 15 sur les 20 plus importants.


  • zygzornifle zygzornifle 15 mai 2018 08:24

    Tient depuis l’affaire de la petite fille Mitterrand on n’entend plus notre Hulot le bulot qui a du se retirer dans sa coquille .... 


  • L'Astronome L’Astronome 15 mai 2018 08:43

     

    Ça me rappelle un film « Chapeau melon et bottes de cuir », avec Uma Turman et Sean Connery, où Sean Connery joue le rôle d’un maître du temps.
     

    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 15 mai 2018 14:04
      @symbiosis

      Bonjour et merci pour les liens. Avec la vidéo version courte « bye bye blue sky » que j’ai mis dans un commentaire plus haut, je propose ainsi qu’aux « ricaneurs », une autre vidéo, version longue :



    • yahourtnature 16 mai 2018 19:01

      @big or no « C’est une nouveauté ce film, on en a avait jamais entendu parler ! »


      Film qui commence en nous faisant passer des nuages pour des trainées de condensation, pardon des chemtrails (0:08).


    • yahourtnature 16 mai 2018 19:01

      @big or no « C’est une nouveauté ce film, on en a avait jamais entendu parler ! »


      Film qui commence en nous faisant passer des nuages pour des trainées de condensation, pardon des chemtrails (0:08).


  • banban 15 mai 2018 17:38

    « mais le long périple de Marco Polo qui revient de Chine avec un échantillon de poudre noire » p’tin balèze le mec ! 700 ans après ça mort, le mec continue de raconter des mythos


  • doctorix doctorix 16 mai 2018 15:01

    Ici, on voit que les compartiments avant de l’Airbus ne semblent pas être utilisés pour les bagages, mais pour des containers spéciaux contenant probablement les produits chimiques (la Turquie, rappelons-le, fait partie de l’OTAN) :

    Ce qui veut dire que l’usager, qui est condamné à 20 ou 25 kilos de bagages, paye en fait une fortune pour le transport d’énormes quantités de produits chimiques, qu’il prendra de plus en pleine poire en cas de crash.

  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 16 mai 2018 18:52
    La géo-ingénierie n’est pas une vue de l’esprit mais une stratégie de manipulation la plus grave. Aussi dangereuse que les armes chimiques et nucléaires. A ce jour personne n’a imaginé les effets à long terme....
    Mais bon , comme en France les crétins ont pignon sur rue, notamment ceux de l’éducation nationale... !Là, il y a du monde......

    Je me permets de préciser cet événement ....
    J’ai été conspué ici sur AGV quand j’ai mis en garde sur les conséquences d’une coupure massive d’approvisionnement en électricité.
    Aujourd’hui Tout est électrique. Un tel événement si il dure et si il se répète encore plus massivement peut constituer un risque majeur de sécurité sanitaire, de sécurité des biens et des humains....
    Donc les abrutis et les hystériques du tout électrique devraient cela la mettre en veilleuse............(Hidalgo,Pécresse,Hulot, ...etc..etc...etc)  
       smiley

Réagir