mardi 21 juin - par Clément Gustin

L’avènement de l’idéologie catastrophiste

JPEG

Des catastrophes en tant que mythologie

Les catastrophes, qu’elles soient naturelles ou le résultat de l’activité humaine, nous fascinent en même temps qu’elles nous terrifient, et elles sont sans doute aujourd’hui l’objet mythologique le plus flagrant de nos sociétés techniques. Elles fondent à elles seules une cosmogonie de notre ère par les extrêmes qu’elles représentent, dans le sens où elles offrent une grille de compréhension complète de notre organisation sociale : elles sont ce qui la menace le plus frontalement de destruction par les risques qu’elles font peser dessus, mais elles sont aussi ce qui donne légitimité et raison d’être à cette organisation sociale, justement par la gestion des catastrophes qu’on en attend.

Selon cette logique, à la complexité grandissante des catastrophes à venir doit correspondre une administration de plus en plus précise de la vie dans son ensemble. Sans les catastrophes nous surplombant comme une épée de Damoclès (tel un dieu malveillant), le règne d’une force tout aussi puissante s’y opposant — l’organisation sociale contrôlée de bout en bout (tel un dieu protecteur) — perd tout son sens. Il faut donc qu’existe la mort possible de l’organisation par la catastrophe pour que se perpétue la vie légitime de l’organisation contre la catastrophe. Autrement dit, les catastrophes en tant qu’ensemble mythologique justifient l’origine des sociétés techniques — fondées pour s’en préserver — ainsi que la finalité qui les motive : instaurer un monde entièrement maîtrisé qui puisse nous débarrasser d’elles.

L’un des paradoxes bien connu et inhérent à cette mythologie obsédant notre époque, est que plus la civilisation persévère dans sa volonté de se libérer des désastres par la le contrôle et l’amélioration technique de la vie, plus elle en favorise l’apparition de nouvelles formes, dont ses innovations technologiques ou scientifiques sont souvent le revers. Un exemple très actuel de ce paradoxe étant la poursuite du « gain de fonction » dans la recherche épidémiologique, qui vise à manipuler des virus connus pour en augmenter la dangerosité vis à vis de l’espèce humaine, dans le but de pouvoir s’en prémunir plus tard, au cas où ils devraient apparaître naturellement sous cette forme.

Un nouvel état d'esprit

La décennie des années 2010 a vu se généraliser à mon sens, et d’une manière très significative qui n’a peut-être pas été suffisamment remarquée ou comprise, un état d’esprit qui est le corollaire psychologique évident de cette mythologie : le catastrophisme. J’emploie ici le terme sans connotation péjorative ou sarcastique — le catastrophisme ambiant n’est rien d’autre que la version mentalement intériorisée par les individus de cette logique paradoxale, qui hante la civilisation moderne.

L’on pourrait brièvement en retracer l’origine en estimant qu’une nouvelle ère a vu le jour avec le développement des armes atomiques, ainsi que l’équilibre géopolitique de la terreur instauré par la Guerre froide — nous faisant rentrer de fait dans un monde où la destruction totale de l’humanité est une éventualité plausible, et où cette dernière commence à peser sur les esprits des élites intellectuelles. Avec la parution du rapport du Club de Rome en 1972, prévoyant l’effondrement futur des sociétés de consommation, cette ère est passée dans une seconde phase, où la menace de l’écroulement se fait plus diffuse, plus constante, plus prévisible en même temps qu’elle semble moins palpable : elle plane comme un spectre, et chacun en est le responsable malgré lui. C’est au cours de ce nouveau développement que l’idéologie catastrophiste viendra imprégner plus profondément l’inconscient collectif des populations.

Cette idéologie sous-jacente se caractérise par une perception de l’avenir angoissée qui lui est propre, ainsi qu’un sentiment de responsabilité collective empreinte de culpabilité — qui la distingue en cela du nihilisme postmoderne et individualiste dont elle s’est extirpée par opposition au fil du temps. Elle redéfinit complètement les enjeux sociétaux, et donc la nouvelle éthique de vie à adopter pour y répondre. Si le catastrophisme s’est d’abord répandu lentement mais sûrement dans les différentes classes sociales, il a depuis quelques années pris une importance beaucoup plus considérable, si bien qu’on pourrait comparer son influence actuelle à celle d’une nouvelle forme de religion.

L’année 2012 fut peut-être en cela anecdotique en même temps que symbolique d’un basculement dans les esprits : souvenons-nous de l’engouement (et même de l’hystérie) des masses pour la fin du monde prophétisée par le calendrier maya. Attendue avec inquiétude, mais sans tout à fait y croire, peut-être avec autant d’anxiété que de dérision — ethos d’une culture sceptique mais friande de sensationnel —, la manière dont fut appréhendée cette fin du monde ratée était à la fois la manifestation de l’hybridation télé-réelle propre à notre modernité1 (que j’évoquais dans mon article sur les années 2000) et d’un impensé collectif présent depuis des décennies, mais s’actualisant désormais au grand jour.

Aujourd’hui, soit dix ans plus tard, le catastrophisme est si commun et si répandu en Occident — dont l’incarnation suprême, définitive et « scientifiquement établie » est le réchauffement climatique — qu’il semble devenu normal d’entendre des jeunes adultes se vanter de s’être fait stériliser pour « préserver la planète », ou trouver irresponsable l’idée d’avoir des enfants. Deux exemples éloquents, s’il en fallait : on a pu voir l’AFP relayer en 2018 un diagramme affirmant qu’avoir un enfant en moins était le meilleur moyen de réduire son empreinte carbone ; et, plus récemment, un panneau publicitaire en Allemagne montrait une femme en train d’allaiter un bébé, et s’interrogeait ainsi : « Zukunft oder klimakiller ? » (« Avenir ou tueur de climat ? »)

Le catastrophisme est donc devenu le zeitgest de notre temps, notre eschatologie sécularisée — dont « la science2 » est le garant moral, ainsi que l’oracle dont on ne discute pas les présages. Nous sauver de la catastrophe inévitable est notre quête moderne du salut, et — comme le christianisme cherchant à nous préserver du péché originel — elle s’organise sur des modèles d’expiation et de rachat des fautes, des actes de piété ou de sacrifice.

Sur quelques implications politiques et sociales du catastrophisme

Cette généralisation du catastrophisme dans toutes les classes sociales n’est pas anodine. Cette nouvelle mentalité, qui s’est à mon sens cristallisée durant les années 2010 en une vision vindicative et plus globale du monde — et dont la dimension religieuse est à prendre au sérieux — explique peut-être beaucoup des comportements que nous avons pu constater lors de la crise du covid.

Cette nouvelle vision du monde s’articule en effet selon plusieurs idées qui modifient en profondeur notre époque — ce à quoi elle adhère, donc ce à quoi elle est prête à consentir — et dont on a pu voir à l’œuvre les effets ces deux dernières années. Premièrement, l’idée que le monde court à sa destruction si des actions collectives ne sont pas entreprises immédiatement ; deuxièmement, qu’il est nécessaire de faire des sacrifices considérables pour nous protéger des catastrophes éventuelles ; troisièmement, quil est légitime que les gouvernements agissent dans tous les domaines de la vie s’il le faut — puisque selon cet état d’esprit, il vaut mieux tout subir plutôt que la catastrophe.

La rapidité et le naturel avec lesquels les populations se sont acclimatées aux nouvelles normes sociales depuis l’apparition du covid, comme leur adhésion tacite à l’inéluctabilité de tels changements, se comprennent mieux quand on les examine à l’aune du catastrophisme : la mentalité collective nécessaire à une telle acclimatation générale était en réalité présente dans la société depuis des années. Et peut-être n’attendait-elle que l’arrivée d’un événement déclencheur pour s’actualiser plus pleinement dans nos vies.

On peut supposer, sans risquer de trop se tromper je pense, que nous n’avons pas du tout vu le bout des transformations sociales et comportementales rendues possibles — et mêmes moralement impératives — par un tel état d’esprit général. Le catastrophisme est un paradigme d’urgence constante, d’adaptabilité sociale aux risques, d’abnégation et de consentement collectifs face aux désastres à venir — qui ne manqueront pas d’arriver, n’en doutons pas, puisqu’on nous l’annonce assez régulièrement, et presque avec impatience. Ce paradigme implique une mobilisation totale des peuples, contre laquelle aucune critique n’est permise, étant donné que les conditions extrêmes provoquées par les catastrophes se passent de toute discussion : il s’agit de réagir, et vite, « quoi qu’il en coûte ».

« La science », comme on l’a vu, tient naturellement une place maîtresse dans ce nouveau paradigme : elle est celle qui prédit ces catastrophes, les examine, les soupèse, les classe, les ausculte, en établit un calendrier des manifestations possibles, en même temps qu’elle nous en livre les remèdes les plus efficaces, les moyens de les circonscrire, de s’en accommoder, d’en prévenir l’intensité ou l’apparition par tout un panel de recommandations précises. En ce sens, il était inévitable que les milieux scientifiques finissent par empiéter sur le champ d’action du pouvoir politique — allant jusqu’à fusionner avec lui ­— puisqu’un des devoirs fondamentaux attribués aux États est d’assurer la pérennité des sociétés. Comme l’affirmait Carl Schmitt : « est souverain celui qui décide de la situation exceptionnelle ». Mais qui décrète, aujourd’hui, de la primauté du danger, et selon quelles méthodes — si ce ne sont les conseils scientifiques, avec le secours de leurs prévisions jugées irréfutables ?

L’idéologie catastrophiste, du fait qu’elle porte en elle la conviction d’un avenir avant tout défini par des menaces de grande ampleur, inévitables et systémiques, est donc en train de remodeler de fond en comble nos institutions politiques, ce qui en légitime les actions comme ce qui en borne les prérogatives. Puisque aucune de ces institutions n’a été historiquement conçue pour répondre à un contexte de crise perpétuelle, tout ce qui empêche le pouvoir politique de s’y confronter efficacement — ou même en ralentit seulement la gestion — est désormais jugé facultatif, voire préjudiciable : on peut s’en débarrasser s’il le faut, intérêt supérieur oblige.

Dans un monde où à l’esprit des gens rien n’est plus important que la catastrophe présente ou à venir, on peut prévoir que la vie dans son ensemble, collective comme individuelle, publique comme privée, s’organisera de plus en plus autour d’elle, et peut-être même ne s’emploiera qu’aux moyens de la combattre ou de nous en protéger. Tout le reste est voué à passer, tôt ou tard, au second plan des priorités — si ce n’est même à devoir purement disparaître.

***

Cet article a été initialement publié sur mon site personnel en février 2022, n'hésitez pas à aller y jeter un oeil pour découvrir d'autres analyses et réflexions similaires. Vous pouvez également vous y inscrire pour recevoir dans votre boîte mail chaque nouveau contenu que j'y publierai.

***

Notes :

1.Mélange de vrais phénomènes planétaires, synchronisation des audiences mondiales, réinvestissement virtuel par les films, les intérêts commerciaux divers ou le complexe médiatico-culturel : on ne sait plus bien qui de la poule ou de l’œuf fait naître quoi que ce soit, si dix films sur l’apocalypse à venir sortent parce que tout le monde en parle ou si tout le monde en parle parce que dix films sur l’apocalypse sortent — à l’ère de la téléréalité, on ne peut parfois plus distinguer clairement d’où provient un événement, puisque réel et virtuel s’alimentent constamment l’un l’autre.

2. Terme dont l’emploi systématique au singulier est assez révélateur de l’aura religieuse qu’il contient — quand il est en réalité tout à fait vague et ne veut rien dire : il existe des sciences (la biologie, la physique, les mathématiques, etc.) ainsi qu’une méthode scientifique. « La science », au singulier, n’existe pas, ne désigne rien de précis — mais son auguste titre flotte partout dans l’air et donne crédit à toute chose… 



82 réactions


  • Louis Louis 21 juin 14:57

    Alors monsieur mon cher vous voila revenu TROIS articles et UN SEUL commentaire !

    Vous êtes très mystérieux hein smiley

    Vous êtes un supérieur inconnu, un ILLUMINATI allez avouez

    N’ayez crainte sur ce site il n’y a que des gogos, vous pouvez tout écrire, ils ne comprendront rien !

    Puisqu’on est entre nous savez vous que MAL CRON porte une perruque, que son sang est du sang de coyote, qu’il est la MALEDICTION

    Quant à ses déviances sexuelles bah le lgbTq est en vogue

    La catastrophe arrive et le diable rira avec nous.

    Content de vous avoir rencontré Clément Gustin

     smiley


  • titi titi 21 juin 21:09

    @L’auteur

    Le catastrophisme est le propre de la civilisation chrétienne.

    Sans doute le fondement est à trouver dans l’attente du jugement dernier ?


    • charlyposte charlyposte 22 juin 16:02

      @titi
      Va falloir concevoir une nouvelle arche smiley je sais pas encore quel nom lui donner ! smiley


    • baliste 23 juin 05:50

      @charlyposte
      « Le catastrophisme est le propre de la civilisation chrétienne. »

      Pas seulement pour les hindous ca fait plusieurs millénaires que l’on est rentré dans le kali yuga , le plus bas des âges de l’humanité , le plus sombre .

      Donc bon , on peut trouvé la même chose dans la plus part des traditions .
      Et la au 21 iem siècles on arrive sur la fin du kalu yuga , ET CA SE VOIT smiley


  • Edmond 22 juin 06:18

    @l’auteur

    Exceptionnelle analyse. Travail monumental. Merci de cette contribution qui explique (en amont) le travail psychologique contribuant aux psychoses imaginaires qui nous assaillent de toutes parts.

    Je lis et relis votre billet. Ne perdez pas de temps avec les cancres, jaloux, trolls et autres incapables qui vous mettront joyeusement autant de plomb dans l’aile que possible.

    Bonne continuation !


    • mmbbb 22 juin 11:57

      @Edmond un cretin vous repond , l auteur a ecrit un article mais oublie une donnée du problème l  Nos infrastructures sont tres dependantes du milieu naturel Or celles ci ont ete souvent ete construites en depit du bon sens .
      Par ailleurs elles se ont multipliées , les territoires sont desormais fragmentés 
      L homme ne respecte pas pas exemple les bassins versants ; L eau desormais provoque des inondations meurtrieres notamment en France 
      Et ce phénomème sera perenne 
      L année derniere qu auriez vous fait si vous etiez un habitant de Belgique ou de L Allemagne .
      Nous allons souffrir plutot de notre inconséquence .

      Idem dans des pays comme le Bresil, l Indonésie ou autres , par exemple la c est la déforestation qui provoquera des drames 


  • chantecler chantecler 22 juin 12:11

    Certains appellent ça la stratégie du choc .

    Plus les gens ont la trouille et plus ils sont manipulables ...

    Sauf que ça commence à ruer dans les brancards .

    Il ne faut pas refiler le même plat trop souvent .


    • nono le simplet 22 juin 12:22

      @chantecler
      Plus les gens ont la trouille et plus ils sont manipulables
      non ... non ... ce sont pas les trouillards mais les cons les plus manipulables ...


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 22 juin 12:32

      @nono le simplet
       
       ’’ce sont pas les trouillards mais les cons les plus manipulables’’
       
      Ouioui, d’ailleurs on sait que les personnes manipulables osent tout.
       
      Mékilékon !


    • 6russe2sioux Nuke T. AMERS 22 juin 12:32

      @nono le simplet

      vivement qu’ il te vaccine au rivotril ca nous fera des vacance ....
      une fois clamsé tu fera remonter a toi tout seul de 10 point le QI moyen de l’ humanité ...

      Meme Omer simpson passe pour un intelectuel a coté de toi smiley


    • nono le simplet 22 juin 12:39

      @Francis, agnotologue
      on sait que les personnes manipulables osent tout
      y en a même qui osent dire qu’ils ont une formation scientifique sans préciser laquelle ... c’est dire smiley


    • nono le simplet 22 juin 12:44

      @Francis, agnotologue
      j’ai oublié ...
      agnotologue de mes fesses ! (piqué à pemile ... qui lui allait si bien et qui te va si mal) smiley


    • 6russe2sioux Nuke T. AMERS 22 juin 12:49

      @nono le simplet

      pemile en agnotologue c’ est comme pemile astronaute sans combinaison spaciale qui nage la brasse dans l’ espace ...


    • velosolex velosolex 22 juin 14:05

      @nono le simplet
      La trouille est constructive, quand elle dépend d’un objet. L’auteur de cet article norme catastrophisme ce qui tient bjectivement de l’objectivité devant un état du monde totalement dégradé. 
      Et encore l’auteur nous préveint que son article date de février. Depuis cette date, les soudards Russes, tentent de pulvériser l’Ukraine et les Ukrainiens ;. Ils tentent de mondialiser la catastrophe en potentialisant le risque de famine, dans le monde entier. 
      Les états européens, privés de gaz et de pétrole retournent donc au charbon, vecteur d’une accélaération de l’effet carbone. 
      Ne pas avoir peur dans ces cironstances, tient de la foi du charbonnier ou de l’état psychotique. 


    • 6russe2sioux Nuke T. AMERS 22 juin 14:09

      @velosolex

      Si tout les peteux comme toi pemile et nonosse se metait un tuyaux dans le cul on manquerais jamais de gaz smiley


    • YANKEE-GOHOME ! 22 juin 15:52

      @nono le simplet et Assimilés...

       « con » ça ne veut rien dire !
      Tout le monde peut être le « con » d’un autre « con »
      C’est com ça !


    • GoldoBlack 26 juin 19:50

      @YANKEE-GOHOME !
      Vous en êtes le parfait exemple avec cette contribution qui vient de propulser AV dans les sommets de l’intellectualisme...
      Comment cette brillante idée vous est-elle venue ?
      Vous avez du matériel pour développer ? Si oui, vous pourriez nous pondre un truc du genre « La connerie est un existentialisme »...
      J’ai hâte de vous lire. Il est si rare sur AV de tomber sur de vrais intellectuels qui amènent des idées révolutionnaires et novatrices !


  • nono le simplet 22 juin 12:36

    ouais ... le bug de l’an 2000 ... la prédiction des mayas pour 2012 ... la chute de la station spatiale MIR ... les grandes peurs ... la grande rigolade oui smiley

    les pesticides ... les pandémies ... les menaces nucléaires civiles ou militaires (de l’autre taré) ...le réchauffement climatique ... ça c’est du pipeau .. hein ? 


    • 6russe2sioux Nuke T. AMERS 22 juin 12:47

      @nono le simplet

      quel naif ce nonos smiley aucun esprit critique personnel ... Un tambour creu qui ne resonne que quand les media tape dessus pour lui dire quoi penser ...

      malgres les evidence il continue a nier le grand remplacement , les epidemie de dengue et de chikungunya mais croit dure comme fer au rechaufement climatique anthropique , aux vertu de l’ eolienne ( pour remetre en route les centrale a charbon comme les allemande et autrichien ?) , et se fait piquouser contre le rhume des vieux alors qu’ il choppe toute les saloperie en prenant l’ apero chez les singe de son clan smiley


    • velosolex velosolex 22 juin 14:11

      @nono le simplet
      Seuls les crétins et les bas du front, semblent ne pas être ménacé à court terme de la dispartition.
      Ils la nient, ce qui une forme de réponse en forme de déni qui tient ce que ça tient. Et leur évite au moins de voir les choses en face
      A moyen terme, ils mouront comme les autres, Le cerveau des clowns dépendant comme les autres de leurs poumons, slaves ou non, même ceux qui comme Poutine disposent d’un bunker avec des recharges de camping gaz et des boites de william saurin, partageront le sort des petits oiseaux qui disparaissent à toute allure. Quand aux moustiques, voilà bien longtemps que je n’ai plus besoin de nettoyer mon pare brise l’été, quand je faisais la route. Ils ont disparu du paysage, entrainant toute la chaine du vivant qui en dépendait. . 


    • YANKEE-GOHOME ! 22 juin 15:56

      @velosolex
      Seuls les crétins et les bas du front, semblent ne pas être menacés à court terme de la disparition.

      Ils ne disparaitront jamais totalement, les Chefs ont besoin de larbins pour servir les plats...


    • charlyposte charlyposte 22 juin 15:58

      @nono le simplet
      Et la crise à venir quoi qu’il en coûte, c’est aussi du pipeau smiley les grêlons de 5 cm et les chaleurs de plus de 45 degré à l’ombre, tu dis quoi ??? smiley


    • nono le simplet 22 juin 16:22

      @velosolex
      salut
      bé oui ... par contre faut dire qu’Agoravox est un concentré de ces cinglés négationnistes ... une dernière demeure avant éradication ...
      même pour les escargots il y en a de moins en moins ... entre le traitement des champs et les cons qui les ramassent en ce moment avant la ponte ...


    • nono le simplet 22 juin 16:23

      @charlyposte
      je dis que tu es con, incapable de comprendre le second degré de base ...


    • troletbuse troletbuse 22 juin 16:35

      @nono le simplet
      Dis imbécile, le second degré ne peut pas être de base, idiot !


    • nono le simplet 22 juin 17:01

      @troletbuse
      quand c’est facile à comprendre ... si ...
      c’est comme si je disais que tu es un mec intelligent ... n’importe quel andouille comprend que c’est du second degré ...


    • troletbuse troletbuse 23 juin 08:18

      @nono le simplet
      si je disais que tu es un mec intelligent

      Et quand je dis que Nono d’Av est un mec suoer-intelligent, 95% des intervenants se bidonnent. Je me demande pourquoi ?
      Alors je leur rétorque : Mais c’est un spécialiste, vérologue, épidémiologiste, éleveur de tomates, champion de pilotage, eh bien, ils ont de gros doutes.
      Ils te surnomment le docteur KNOCK d’Agoravox, tu connais ?
      Ce doit être des complotistes  smiley


    • nono le simplet 23 juin 08:27

      @troletbuse
      je suis très fier de ne pas être aimé par tes potes et toi ... vous êtes d’une bêtise incommensurable et ceux qui ne s’en rendent pas compte méritent d’être des vôtres ... y en a même un qui se vante d’avoir un QI de 160 sans être foutu de faire des fractions correctement ... je passe sur d’autres avec des DEUG imaginaires ... des connaissances improbables ... menteurs, complotistes, d’extrême droite, trolls ... du beau monde à l’évidence smiley


    • chantecler chantecler 23 juin 08:28

      @troletbuse
      Tout de même quelqu’un qui est capable de monter des murs de 500 parpaings en une seul journée , devrait mériter toute notre considération .
      Il est très fort .
       smiley


    • troletbuse troletbuse 23 juin 08:29

      @troletbuse
      Une fiction devenu réalité aujourd’hui
      https://anti-knock.fr/medias/dr-knock-episode-1-qui-etait-knock/


    • Legestr glaz Legestr glaz 23 juin 08:34

      @nono le simplet

      Vous avez oublié les gens d’extrême gauche. 


    • nono le simplet 23 juin 08:38

      @chantecler
      Tout de même quelqu’un qui est capable de monter des murs de 500 parpaings en une seul journée
      finalement après avoir fait amende honorable concernant ta carrière, passant de « soignant-enseignant » à plombier-zingueur, tu retombes dans les mensonges et tes travers rancuniers ...
      « pauvre type » semble être la meilleure qualification qu’on puisse t’attribuer ...
      et tu assumes toujours dire être de gauche et être pote avec toute la racaille d’extrême droite d’Agoravox ? smiley


    • nono le simplet 23 juin 08:42

      @Legestr glaz
      essuie glace, le retour ... smiley
      je t’avais oublié ... mais du coup tu vas bien au tableau ... scientifique sans avoir fait d’études ... upériste fervent ... inventeur de l’air chaud plus mouillé qu’un jour de pluie et de brouillard en hiver ... un monument smiley


    • troletbuse troletbuse 23 juin 08:53

      @nono le simplet
      P’tain je n’ai jamais vu que tu avais monté 500 parpaings en 1 journée. Sinon, je l’aurais écrit. Chapeau Nono Knock.
      En plus tu sais faire une fraction ? Pas possible. La je m’incline. Faut-il prendre la dérivée ou l’intégrale ?
      Ca fait 20 ans que je cherche la solution . smiley


    • troletbuse troletbuse 23 juin 08:55

      @chantecler
      Le patron a licencié tous les autres ouvriers. Nono un fabricant de chômeurs !  smiley


    • nono le simplet 23 juin 08:59

      @troletbuse
      je n’ai jamais vu que tu avais monté 500 parpaings en 1 journée
      meuh non c’est 900 en 3 heures avec une main dans le dos ... smiley
      et côté intégral t’en tiens un rayon ...


    • Legestr glaz Legestr glaz 23 juin 09:00

      @nono le simplet

      Vous avez un sacré talent pour poser des étiquettes ! 

      Mais pour ce qui est de votre crédibilité, regardez vous dans un miroir. Durant l’épisode « covid 19 », vos tableaux et vos chiffres, montraient que la situation était « dangereuse » que le « monde était en danger ». Que la population suédoise allait succomber parce qu’elle ne prenait pas de mesures de distanciation sociale.
      Et le temps passe, et le rapport de l’ATIH 2020 est disponible. Et que nous indique ce rapport sur les hospitalisations 2020 ? Qu’il n’y a pas eu de « pandémie », que ceux qui sont morts sont les obèses et les personnes âgées immuno-déprimées. Comme lors des attaques grippales saisonnières. 

      Le gouvernement et les médias ont mené les Français (et les autres Peuples) en bateau. La « désinformation » n’a jamais atteint un tel niveau. 

      Vous pouvez donc écrire ici des kilomètres mais votre crédibilité est nulle. Vous êtes un agent du système, pas un interlocuteur digne d’estime. On peut ne pas être d’accord avec quelqu’un, évidemment. Mais votre rôle ici est celui d’un troll, malheureusement. 

      https://www.atih.sante.fr/sites/default/files/public/content/4144/aah_2020_a nalyse_covid.pdf

      En 8mn...
      https://www.youtube.com/watch?v=Ghb3mykWyvA&t=1s

      Les preuves sont maintenant indiscutables : ce coronavirus 2019 n’était pas plus dangereux qu’un virus aérosol respiratoire saisonnier ! N’est-ce pas Nono ?


    • charlyposte charlyposte 23 juin 09:02

      @nono le simplet
      Avec 10 bras sous le coude t’a pas de souci pour te mettre une main dans le dos ( dans la raie ) et une pour te gratter devant smiley


    • chantecler chantecler 23 juin 09:03

      @nono le simplet
      Ah bon ?
      Je te re signale que dans une vie il n’est pas obligatoire de n’avoir eu qu’une seule activité professionnelle .
      Ni d’ailleurs de la partager avec une même compagne pendant 50 ans ou plus ...

      En ce qui me concerne donc , et je m’excuse auprès des autres pour ce détour personnel ayant bien peu d’intérêt , après avoir été étudiant , fait des « petits boulots » je suis devenu plombier zingueur , ai travaillé dans le cadre d’un société coopérative , puis soignant en hôpital , et enfin enseignant ....
      J’ai passé pour ce faire les concours , suivi les formations et obtenu les diplômes adéquats .
      Tu peux me traiter une fois de plus de menteur, je m’en tape royalement .
      Quant à tes affirmations concernant mon orientation politique elle sont tout autant fantaisistes .
      Il m’arrive de parler de tout à tous , de façon conviviale ou non , sur ce site et en réponse surtout à des commentaires , ce qui ne veut pas dire que tous sont mes potes .
      Et généralement je ne supporte pas les « racailles » .


    • troletbuse troletbuse 23 juin 09:06

      @nono le simplet
      avec une main dans le dos

      Et un doigt dans le cul !  smiley


    • chantecler chantecler 23 juin 09:12

      @nono le simplet
      Avec une main dans le dos ,tu n’avais pas précisé , mais multi vacciné tout de même ce qui augmente encore la performance et mon admiration .
      De mon point de vue tu mérites largement la triple médaille Stakhanov de la productivité plus celle des meilleurs informations BFM sur agx ...
       smiley
      Cela dit passe une bonne journée .


    • charlyposte charlyposte 23 juin 09:13

      @troletbuse
      NONO à son âge doit confondre un parpaing avec un module type * LÉGO * smiley


    • troletbuse troletbuse 23 juin 11:20

      @charlyposte
      Ah bon, il a reconstitué le virus du covid pour l’étudier avec des legos. C’est un spécialiste. smiley


    • Edmond 23 juin 19:08

      @nono le simplet

      Mon compte est encore actif. Merci. Je vous en demeure bien reconnaissant. En plus, je continue de me renseigner par vos soins.


    • pemile pemile 23 juin 19:27

      @chantecler "Tout de même quelqu’un qui est capable de monter des murs de 500 parpaings en une seul journée , devrait mériter toute notre considération "

      Non ,Nono bosse en équipe, c’est @charlyposte qui se vante d’en monter facile 600 tout seul !


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 23 juin 19:32

      @pemile
      Charly a reçu pour noël une boite de legos ?


    • 6russe2sioux Nuke T. AMERS 23 juin 19:32

      @pemile

      meme que dans l’ equipe a nonosse , il se les lance , et que nonos jongle avec avant de les poser , ce qui est pas facile avec son deambulateur et sa boutanche de rouge smiley


    • nono le simplet 24 juin 06:44

      @Edmond
      Mon compte est encore actif.
      mon indifférence est absolue ...


    • Edmond 27 juin 03:41

      @nono le simplet

      N’aviez pas l’air il y a peu, lorsque vous recommandiez de le faire fermer. Vous changez d’avis, faites semblant d’oublier, ou juste le trollage du moment


    • Edmond 27 juin 03:51

      @nono le simplet

      En passant, bonne chance pour l’ukraina ; j’allais me rendre au front pour aider, mais faute de pass vaccinal complet... Vous, par contre, seriez certainement conforme si par fantaisie vous souhaitiez faire quelque chose de concret (autre qu’afficher le drapeau comme tous les autres).

      Allez, bonne continuation


    • baliste 27 juin 05:34

      @nono le simplet
      Coco le simplet , on a bien vécu le covidisme et la on vit le délire zélé en sky qui décide de l’avenir du monde ....
      Tu percutes entre deux boulinettes ??
      Tu t’imagines que pour le pétrole ca commence a étre difficile , non ?? Ou tu as des infos pour comment faire baisser le prix de l’extraction ?
      Du coup comment ???  Mais Comment nourrir 8 milliards d’habitants , majoritairement citadins , et dépendant des grandes surfaces . ??
      Expliques s’il te plais , je dormirai mieux ... Pour un mec qui lit tes truc .
      Tu ne la sent vraiment pas , la carotte qu’on te cache depuis un moment , ou tu est déjà trop dilaté ?


    • Le bébé de Macon Le bébé de Macon 27 juin 19:56

      @Edmond

      j’allais me rendre au front pour aider, mais faute de pass vaccinal complet...


      On vous à vu en Irak, en Libye, en Afghanistan, j’imagine, pour défendre vos grandes idées. C’est du blabla Edmond, juste l’aigreur d’un être qu’a raté.

    • Edmond 27 juin 23:00

      @Macon Il n’y a pas eu besoin de moi pour ces fronts ; les grands critiques droits-de-l’hommistes ont fait la manoeuvre « tapis de bombes » - avec les appuis indispensables des merdias bien entendu


  • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 22 juin 18:18

    Le meilleur exemple de la fabrication délibérée du catastrophisme est la modification de la définition des pandémies par l’OMS.

     

    https://www.agoravox.tv/actualites/sante/article/y-a-t-il-eu-une-hecatombe-quelque-94315 voir à 7’18".


  •  Captain Jack  Captain Jack 23 juin 09:32

    Salut !

    Ben, pour la catastrophe elle aura peut être lieu le vendredi 13 juillet 2029 après que le grand serpent se soit rapproché de mère Terre ! 


  • I.A. 23 juin 11:32

    Excellente analyse, bravo. Il manque toutefois quelques dimensions contextuelles, par exemple les caractéristiques démographiques, pour mieux expliquer ce catastrophisme envahissant.

    « Notre humanité a été secouée au cours de son histoire par des grandes peurs. Elles-mêmes sont la résultante à un niveau macroscopique des peurs intimes et individuelles inhérentes à la vie de chaque être dans son instinct essentiel, celui de la conservation. L’homme a peur de mourir, c’est ainsi. Or, comme nous l’avons exprimé, les sociétés occidentales qui jusqu’à présent sont les plus »avancées« (au sens large), sont aussi celles qui globalement »vieillissent« le plus. Schématiquement, cela veut dire que les effectifs des individus les plus âgés deviennent prépondérants par rapport à ceux des plus jeunes. Ce phénomène entraîne de très nombreuses conséquences parmi lesquelles un sentiment d’affaiblissement qui, pour faire court, entraîne une sorte de crainte sourde, génère toutes sortes de peurs assorties d’une incapacité d’adaptation aux changements et notamment aux changements rapides. L’émergence des préoccupations écologiques dans ces pays est lié à cet état d’esprit. Ainsi peu ou prou, comme toute personne qui sent sa force décroître au soir de sa vie, nos sociétés sont en proie aux grandes peurs. Une sorte de sentiment millénariste, une étrange atmosphère de fin de règne, de décadence. Les scénarios du pire apparaissent et qu’y a-t-il de pire qu’une mutation de virus engendrant une pandémie qui décimerait l’humanité et en premier lieu les plus fragiles ? Cette lancinante préparation des esprits nous hante depuis plusieurs décennies et c’est ce que reflétait le rapport de la commission d’enquête du sénat de 2009 ».
    (Laurent Toubiana, « COVID 19 une autre vision de l’épidémie »)


    • Clément Gustin Clément Gustin 23 juin 13:35

      @I.A.

      Très juste, oui. Toubiana évoque ici le vieillissement démographique, mais l’on pourrait aussi élargir son analyse à l’explosion démographique qui, au début des années 70, commence à devenir un vrai sujet d’inquiétude au niveau global. Le catastrophisme est toujours lié, de près ou de loin, consciemment ou non, au fait que nous sommes désormais plus de 7 milliards sur la planète, et qui dit 7 milliards dit sociétés complexes, donc gestion des risques, donc appel aux « experts », donc technocraties, etc.


    • @Clément Gustin dans le livre d’Hénoch, il est dit que mettre un enfant au monde sans être assuré de sa survie est un mal qui mène à la catastrophe...


    • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 24 juin 15:06

      @Clément Gustin
      Salut,
      Content de vous retrouver ici.
      Le catastrophisme est lié à un caractère personnel si vous n’êtes pas sensible à la morosité ambiante de la société.
      Un conseil, ne vous laissez pas entraîner par elle.
      Prenez les choses avec humour, dérision et autodérision.
      Cette façon de prendre du recul est salutaire.
      Vous êtes venu sur mon site et vous avez pu voir que les Cactus quotidien permettent de créer une ADM, une Arme de Destruction Massive à ce genre de psychologie négative.
      Comme je l’ai écrit récemment

      Donne-nous aujourd’hui notre cactus quotidien

      Pardonne-nous nos conneries 

      Comme nous gobons les pitreries

      Ne nous induis pas en tentation,

      Et délivre-nous de nos noires sensations


    • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 24 juin 15:18

       L’histoire des cataclysmes fait office de miroir de la société. Ceux qui y ont été impliqués de près par ce genre de désastres, n’oublient pas. Plus éloignés, ces événements tragiques sombrent dans l’oubli ou se transforment en mythes mêlés de résignation sous forme de l’idée d’une « destinée » immuable avec une origine divine qui serait répercutée chez les hommes par des violences de la nature..

      suite « Du déluge au collapsologues »


    • @Réflexions du Miroir survivez dans l’Intelligence Artificielle et Matrix. Perso, pas intéressée...


    • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 24 juin 17:17

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
       C’est parce que tu n’as pas appris à en connaitre les points positifs et négatifs.


  • Jean 24 juin 09:58

    Comment pouvez-vous accepter ces dizaines de commentaires HS ?


  • Shiva est une grande divinité. Pourtant elle représente la destruction, mais aussi la vie. Certains peuvent au contraire se sentir soulagé de cette fin. Tellement le constat est nul.... Quand je peins et que c’est raté, je jette et recommence. Reconnaissons notre échec en tant qu’humain.... Et accueillons cette fin inéluctable avec joie. Nous ne sommes pas responsables à titre individuel de la connerie humaine. Nous sommes une année sénaire (6) dite de boulversement. En même temps le nombre 22 (année 22 est le Tav au Tarot : le Fou ou le nombre 0.... : apocalypse. 


  • Dans l’apocalypse on parle du septième sceau. Le sept est le nombre de Poutine. Né un 7, chemin de vie sept. En octobre : septième moi astrologique... Le sept représente une faux (après la faucille du communisme...). 


  • Dans la religion Maya, les changements étaient symbolisés par le sacrifice d’enfants. Ne voit-on pas la même chose en pédiatrie qui déborde d’enfants anxieux et suicidaires. A l’enfant que je n’ai pas eu.... Il faut vraiment être dans le déni pour ne pas voir que c’est foutu. Je viens de lire (est-ce ou non une blague ???) qu’au dernier forum. Klaus Schawb a émit des dictats : ne laver ses vêtement qu’une fois par mois. Donner des pillules au vaches pour qu’elles émettent moins de « prout » toxiques, Que chacun de nous sera suivi à la trace pour savoir s’il pollue et quelle quantitié... bref, nous serons réduits à des empreinte carbone sur terre. Voici d’où je tiens l’info : https://guyboulianne.com/2022/06/23/apercu-choquant-de-la-vie-apres-la-grande-reinitialisation-les-plans-sinistres-du-forum-economique-mondial-de-klaus-schwab-videos/#respond


  • Aujourd’hui, il y a cent ans que l’Allemagne rentrait dans les ténèbres... Lire les sept tours du diables de Eric le Nabour. Chaque cyle depuis la montée d’Hitler au pouvoir est celui de Méton et à lieu tous les 19 ans et quelques aux alentours du 1 aout. c’est ainsi que le jour de la fameuse éclypse du 11 aout 1999 eut lieu le 5 ème cycle de Méton, le 6ème dans lequel nous nous trouvons eu lieu le 11 aout 2018. Le cycle de Méton, correspond au moment où la lune se retrouve au même degré astrologique.... Voici les données de HARVARD. https://adsabs.harvard.edu/full/1957C%26T....73...51M


  • Aujourd’hui, il y a cent ans que l’Allemagne rentrait dans les ténèbres... Lire les sept tours du diables de Eric le Nabour. Chaque cyle depuis la montée d’Hitler au pouvoir est celui de Méton et a lieu tous les 19 ans et quelques aux alentours du 11 aout. C’est ainsi que le jour de la fameuse éclypse du 11 aout 1999 eut lieu le 5 ème cycle de Méton, le 6ème dans lequel nous nous trouvons eu lieu le 11 aout 2018. Le cycle de Méton, correspond au moment où la lune se retrouve au même degré astrologique.... Voici les données de HARVARD. https://adsabs.harvard.edu/full/1957C%26T....73...51M. Le cycle de Méton correspond au nombre d’OR. Le livre au sept sceaux : https://fr.wikipedia.org/wiki/Livre_aux_sept_sceaux


  • Et nous sommes le jour de la fête de Saint-Jean bien sûr...


  • Etant dans le 6ème sceau : Remarrquons les signes précurseurs : cataclysmes, tremblement des terre (Afghanistan), la lune rouge (en mai, nous avons eu une lune rouge), la chute d’étoiles ou d’élus : MACRON...


  • Comme dans le film « Mélancholia » : l’idée d’une fin est apaisante.... 


  • La catastrophe est déjà amplement là. Le Pô sur lequel naviguèrent les argonautes est à sec.... 


    • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 24 juin 17:14

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
       Je suppose que tu n’as que l’histoire comme support à tes allégations.
       Vois un peu devant plutôt que de remonter en arrière.
        Fais des projets sur le futur et vit au présent, minute après minute.
        C’est fou comme c’est rassurant de rire un bon coup tous les minutes sous cet angle..
        Le passé est mort... les croyances le feront à leur tour. 


  • ça commence bien. Un colonel russe chargé de porter la malette russe avec les code nucléaire : disparu.. ;


  • baliste 27 juin 04:29

    Quant on vie une fin de civilisation , on tombe souvent dans le catastrophisme , ca me parais évident . Après on s’invente un monde en parallèle pour ne pas sombré dans l’obscurantisme actuel . C’est toujours le même problème , la peur de la mort . Et on va y avoir droit 7 milliards de morts futur . Mais le bon coté , ca vas faire bizarre , il vont étre surpris dans le future , est que notre société moderne sera la balance pour savoir si on va dans le bon sens ou non ... En gros si on va vers un system de type moderne on est dans la merde , si on va vers un system traditionnel on a des chances (centaines de milliers d’années contre 3 milles ans ).


Réagir