lundi 31 juillet - par Lonesome Cowboy

L’échec retentissant de la diplomatie française au Moyen Orient

La défense des droits de l'Homme et les calculs géopolitiques destinés à protéger les intérêts de la France ont abouti aux résultats inverses, dans une course sans fin vers l'absurde.

On critique souvent les présidents Nicolas Sarkozy et François Hollande pour leur bilan intérieur mitigé, voire catastrophique, selon les points de vue. Le taux de chômage structurelle au-dessus de 8%, l'explosion des déficits, le gonflement de la dette et la détérioration de l'ensemble des services publics, de l'éducation au transport en passant par les entreprises d'État et la santé, tout concorde à démontrer les ravages de la politique néolibérale.

Mais un aspect reste souvent peu discuté, celui de la politique étrangère et de la diplomatie. À la lumière des récents évènements, il devient évident que l'ampleur de l'échec s'inscrit dans le registre de l'absurde.

Jugez plutôt.

Tout part des attentats du onze septembre 2001 et de la politique américaine de "guerre contre le terrorisme". L'invasion de l'Afghanistan (2001) puis celle de l'Irak (2003), illégale et sous couvert de faux prétextes, propage le terrorisme à travers le Monde.

Georges Bush parlait "d'axe du mal" en citant l'Irak, l'Iran et la Corée du Nord. Durant l'occupation des territoires "libérés", l'armée américaine mène une répression brutale contre la résistance toute aussi volente des djihadistes qui affluent en Irak et en Afghanistan. Le recours à la torture et l'humiliation, non seulement des suspects accusés de terrorisme, mais également des soldats du régime déchu de Sadam Hussein pose les bases de ce qui deviendra l'état islamique.

Le retrait progressif des troupes américaines (2009) est facilité par la formation d'une nouvelle force de maintien de l'ordre irakienne, recrutée dans des milices tribales et majoritairement chiites. Opprimés sous le régime de Saddam, les nouveaux maîtres de l'Irak répriment durement les populations sunnites, favorisant l'apparition de Daesh.

Ces deux armées, les milices chiites formées à la violence et la torture par l'armée américaine, et l'ancienne armée irakienne humiliée et torturée par cette même armée, se sont affrontées à Mossoul dans un véritable bain de sang dont les premières victimes furent les civils (un million de réfugiés, quarante mille morts). Les crimes contre l'humanité commis lors du siège de Mossoul symbolisent l'échec cuisant de l'interventionnisme occidental.

L'axe du mal de Georges Bush s'est renforcé. La Corée du Nord possède désormais des missiles intercontinentaux et des armes atomiques, l'Iran jouit d'une influence considérable en Irak et en Syrie, l'Irak est en proie au chaos.

La France entre en scène

L’arrivée de Nicolas Sarkozy au pouvoir marque un tournant atlantiste de la politique étrangère française, jadis suffisamment perspicace pour prendre ses distances avec la folle entreprise américaine.

Tout débute avec l'intervention en Libye (2011) qui plonge ce pays dans le chaos. Les armes fournies aux rebelles islamistes se retrouvent dans les mains des djihadistes qui traversent le Sahel pour arriver aux portes de Bamako, forçant le président Hollande à faire intervenir l'armée française pour éviter que le Mali tombe sous contrôle d'Al Qaida. L'hémorragie est stoppée, mais voilà qu'éclate une nouvelle révolution en Syrie.

Ignorant l'expérience passée, François Hollande prend unilatéralement parti pour la rébellion et appelle Assad à se retirer. Dès 2012, l'opposition se trouve renforcée par des groupes de djihadistes armés et financés par les deux plus gros acheteurs de matériel militaire français : le Qatar et l'Arabie saoudite. Ils prennent d'assaut l’est d'Alep (une ville qui ne s'était pas soulevé contre le gouvernement) et bombardent pendant trois ans les quartiers ouest abritant les populations chrétiennes, avec le soutien tacite de la France.

Pourtant, dès 2013, l'ONU publie un document alarmant qui témoigne de l'état du rapport de forces en Syrie. On apprend que les rebelles "laïcs" sont en position très minoritaire face aux groupes terroristes (Al Nosra filiale d'Al Qaida et Daesh). Le conflit s'enlise, et le recours confus aux armes chimiques pousse la France à livrer de nouvelles armes à la rébellion, qui atterrissent majoritairement dans les mains d'Al Nosra.

Avec le droit international de son coté, la Russie entre ensuite dans la guerre afin d’éviter que son allié Assad tombe face aux attaques de Daesh.

La France, impuissante, décide de se concentrer sur l'Irak en rejoignant symboliquement les USA dans leur effort désespéré d'empêcher Bagdad d’être capturée par les forces de Daesh.

En réponse des frappes francaises, l'EI commet des attentats en plein coeur de Paris, tandis que des flots de réfugiés syriens affluent en Europe, depuis la Turquie et la Libye.

Au nom de la défense des droits de l'Homme, la France a semé le chaos en Libye, et sans les efforts russes, aurait précipité la chute de la Syrie dans les mains des djihadistes.

Lors de la bataille d'Alep, la diplomatie française, puis l'ensemble des grands médias hexagonaux prennent unilatéralement parti pour les rebelles dirigés par Al Nosra dans ce qui deviendra le plus grave fiasco journalistique récent. Ils vont jusqu'à relayer les images de propagandes des islamistes, déclenchant une émotion qui facilite le départ de centaines de citoyens français déterminés à rejoindre le Djihad pour combattre Assad.

Désormais liée à la coalition américaine, l'armée française participe à des crimes de guerre en Irak (selon Amnesty International) en massacrant les populations civiles utilisées comme bouclier humain par les combattants de Daesh.

En parallèle, la démocratie recule en France. Le prolongement de l'état d'urgence est utilisé pour réprimer les opposants politiques et restreindre le droit à manifester. La condamnation de la CEDH et des ONG qui n'hésitent pas à parler de violation des droits de l'homme n'y fait rien. Censé rassurer une population apeurée, l'état d'urgence offre une victoire morale aux organisations terroristes indirectement soutenues et armées par la France. Leur propagande est relayé dans nos journaux télévisés tandis que leurs financiers (Qatar, Arabie saoudite) jouissent de l’appui diplomatique de l’État Français, entre autres dans leur entreprise génocidaire au Yémen. 

Le comble de l'absurde est atteint en 2017. Les ONG dénoncent le non respect des droits de l'homme et le recours à la violence contre les réfugiés présents sur notre propre sol. Des populations qui fuient les guerres que la France a causées, soutenues ou entretenues.

 

Bilan absurde

En résumé, nous avons appuyé des pays soutenants le Djihadisme, bombardé les dictatures le combattant (au nom des droits de l’homme) tout en apportant une caution médiatique et militaire aux organisations terroristes qui leur faisaient face. Pour éviter que les réfugiés affluent en France, nous signons des accords honteux avec le régime autoritaire turc et les seigneurs de guerres libyens, tout en gazant et violentant les réfugiés arrivés sur notre sol. Tout ça pour la défense des droits de l’homme.

Un second axe de lecture s'appuie sur le rôle des matières premières. Le Qatar et l'Arabie saoudite espéraient faire passer un pipeline par la Syrie pour alimenter le marché européen, ce qui aurait considérablement limité notre dépendance au gaz russe. Mais Bachar al Assad soutenait un projet concurrent, porté par la Russie, qui visait à relier l'Iran à l'Europe (cf ce résumé). Si l'objectif des Européens, qui ont tant fait pour convaincre Obama de faire tomber Bachar après les attaques chimiques de 2013, était de renforcer leur position, on appréciera l'impact du flux de réfugiés sur la cohésion de l'UE et sa vulnérabilité diplomatique. À défaut d'indépendance face à la Russie, nous voilà soumis au chantage de la Turquie et de la Libye.

 

Il ne reste plus qu'à approuver la guerre contre l’Iran souhaité par Washington, et la boucle de l’absurdité sera bouclée.

 

Notes : bien conscient de l'existence de raccourcis dans ce récit, nous recommandons la lecture des sources indiquées, et de notre article "D'Alep à Mossoul, lecons d'une double tragédie" pour approfondir les questions posés. En aucun cas ce texte se veut un soutient aux dictatures mentionnées. 



17 réactions


  • confiture 31 juillet 10:42

    Un échec, oui peux être, mais n’ont t’ ils pas atteint un but inavouable ?


  • leypanou 31 juillet 11:03

    Des erreurs et des approximations dans cet article.
    Je relève par exemple ceci : « Des populations qui fuient les guerres que la France a causées, soutenues ou entretenues ». Déjà, Human Right Watch n’est pas si indépendante que çà, bien au contraire, elle fait partie des pseudo-ONG pro-interventionnistes impérialistes sous couvert de défense des droits de l’homme.

    D’autre part, dans l’article en question, sont mentionnés des réfugiés érythréens ; à ma connaissance, la France n’a rien à se reprocher sur ce qui se passe en Érythrée et les Érythréens qui sont là sont des réfugiés économiques. Pareil pour les Éthiopiens.

    Si la France doit accueillir tous les malheureux dans leur pays, pourquoi se contenter d’Éthiopiens ou Érythréens ou Afghans, il y a facilement 100 millions d’Indiens qui sont malheureux, accueillons les aussi.


    • sirocco sirocco 31 juillet 13:46

      @leypanou

      C’est vrai. Les réfugiés qui arrivent par l’Espagne (d’Afrique de l’ouest) ou par la Libye (d’Afrique de l’est) sont essentiellement des migrants économiques.

       
      Ceux qui viennent par la Turquie, la Grèce, etc... sont surtout des réfugiés de guerre, notamment des Syriens. A l’origine, il y a le désir d’Israël de vider la Syrie de sa population car, en plus du passage du fameux pipe-line, l’Etat juif a des visées territoriales sur le pays et moins il y restera d’habitants pour défendre leur terre, plus les annexions devraient être faciles. Cela explique pourquoi depuis des mois, la chaîne ARTE ne ménage ni ses efforts ni son matraquage pour encourager l’accueil des émigrés en Europe.

       
      Ce que veut Israël, les USA le veulent aussi, ainsi que l’UE vassale. D’où l’implication militaire de l’armée française voulue par nos 3 derniers présidents caniches, dans de sales besognes pour le compte des atlantistes, à l’encontre de pays qui ne nous ont rien fait (Afghanistan, Libye, Syrie) et avec lesquels nous ne sommes pas en guerre. Opérations financées bien sûr par le contribuable français sans qu’on en connaisse jamais le prix.


    • leypanou 31 juillet 14:27

      @sirocco
      la chaîne ARTE ne ménage ni ses efforts ni son matraquage pour encourager l’accueil des émigrés en Europe : il n’y a pas qu’Arte, il y a aussi LCP, FranceTélévisions, ainsi que des tas d’autres.

      Chaque individu devrait se battre dans son propre pays contre l’oligarchie locale, de même que chaque pays devrait s’occuper de ses propres ressortissants et de ses propres problèmes.

      Donc la France n’a pas à s’occuper de ce qui se passe en Syrie qui ne devrait regarder que les Syriens.


  • pallas 31 juillet 11:11

    Bonjour,

    La France ne représente absolument rien en ce monde.

    Sa y est ?, vous avoir compris ?.

    Au lieu lors de ces 40 dernières partir dans les délires du multiculturalisme, de la france Afrique, la corruption généralisé, il aurait fallu un peut bosser les dossiers.

    Le Moyen Orient, tout comme le reste de la planète, La France n’existe pas, n’y plus et n’y moins.

    Salut


  • baldis30 31 juillet 11:29

    bonjour,

    Nous avions la possibilité de nous réimplanter partout au Moyen-Orient et en Méditerranée .. par notre passé et aussi par l’empreinte culturelle que la France a laissé dans la zone.

    Mais pour avoir semé le bordel depuis plus de dix ans nous avons été les meilleurs, les plus forts, avec l’affaire de la Lybie... Que Khedafi fût un dictateur ... qui en douterait ? mais le contrôler le circonscrire eût été plus intelligent ....

    L’enchainement de la dégringolade suit ..... parce que pour suivre nous avons suivi.... comme des petits caniches la politique US (continuant aussi, au titre de la Méditerranée et de ses mers annexes, le dépeçage de l’ex-Yougoslavie ) ....

    Aucune imagination chez nos zélés zélites, aucune culture - sauf la capacité à semer des salades.... mais pas capables de distinguer une Rosa d’une BF15....

    En retrait, comme Jacques Chirac sut parfaitement le faire dans la guerre d’Irak, et en persistant dans une vison depuis l’Aventin nous pouvions restaurer la considération dont nous jouissions quelques lustres auparavant ....

    Nous ne l’avons pas fait. 

    « Assad doit partir, Assad doit partir »....

    Assad est toujours en place et le couple hollande-fabius est aux portes grand’ouvertes des oubliettes de l’Histoire, 


  • JC_Lavau JC_Lavau 31 juillet 11:30

    On aurait pu faire plus clair, plus juste, et avec moins de fautes de français.


    Définition du « dictateur » : une personne qui résiste à USraël et doit donc être liquidée.

    • Lonesome Cowboy Lonesome Cowboy 31 juillet 17:04

      @JC_Lavau

      Eneffet, j’ai laissé passer pas mal de coquilles grammaticales, malheureusement on ne peut pas modifier le texte après submission.

  • troletbuse troletbuse 31 juillet 12:02

    Pa hasard, je suis tombé sur une émission de la chaine 23 de la TNT. J’ai vu une émission sur la CIA qui avait exfiltrés des anciens toubibs allemands qui « opéraient » dans les camps de concentration nazis. Je pense que la CIA a fait encore pire.
    Le cas étudié était sur OLSON.
    http://www.programme.tv/c4296051-les-enigmes-de-l-histoire/frank-olson-et-la-cia-11250872/


    • JBL1960 JBL1960 1er août 09:39

      @troletbuse Oui, avec l’opération PaperClip y zont atteint des sommets dans l’ignominie mais le fait est qu’ils s’entrainent dans les Amériques, depuis au moins 500 ans.
      Alors, il est très intéressant de se rappeler comment Doubleiou justifiait auprès de Chirac pourquoi il fallait entrer en guerre à leur côté en Irak, en 2003 : « il faut envahir l’Irak pour stopper les hordes de Gog et Magog » qu’un Jacques Chirac découvrait un poil effaré quand même, qu’il questionnât rien moins que le spécialiste de l’Ancien Testament ; Thomas Römer, expert à l’UNIL ► À lire absolument ICI avec le PDF en lien édifiant dont le titre est sans équivoque : Georges W. Bush et le Code Ézéchiel . Ézéchiel facilite le soutien américain à Israël. Plus largement, ce texte d’Ézéchiel explique les liens très forts qui se sont tissés entre les États-Unis et l’État d’Israël. Et je m’en suis servie en appui de l’excellent Newcomb qui une fois encore nous fait tutoyer les étoiles dans ma publication du 24 juillet dernier.
      Il est de plus intéressant de remonter à l’origine du Sarkozy, effectivement, pour comprendre la politique au MO comme je m’y essaie ICI et que Hollandouille a poursuivi puisqu’il s’est révélé le meilleur Bien-Zélé « tueur de la République », et que le livre d’Izambert « 56 » le tome I comme 2 traite à charge.
      Remonter à la source c’est découvrir les intrications entre les Dynasties Bush/Wisner/Sarkozy et tout devient très clair. Et quand on sait, depuis le début c’est à dire 2014, que MacDeRoth est, comme Nicolas le Mauvais, un cheval de Troie américain placé à l’Élysée directement par les Rothschild cette fois, plus jeune, plus intelligent, plus mégalo encore que ne le fut Sarko l’Américain, ben ça aurait dû inquiéter plus que ça.
      Mais comme il ne devait en rester qu’un, peut-être que l’avènement de Jupiter 1er devait arriver. Reste à s’organiser non en insurrection mais en réaction comme l’avait prédisposé Kropotkine ICI, ou encore Malatesta (une fois gommé l’aspect insurrectionnel justement) .
      L’implication de la CIA, dans ce domaine, hier comme aujourd’hui est régulièrement prouvé et d’ailleurs, c’est Udo Ulkotte qui aura été le plus loin, en déclarant : J’ai été journaliste pendant près de 25 ans, et on m’a appris à mentir, à trahir, et à ne pas dire la vérité au public mais il a surtout
      dévoilé comment la CIA payait des journalistes en Allemagne, en France, au Royaume-Uni, en Australie et en Nouvelle-Zélande pour qu’ils publient de fausses informations.
      En m’appuyant sur l’article de Pierre d’Agoravox du 19/01 et de celui paru sur Mondialisation-ca le 9 juillet concernant l’opération Mockingbird je remonte justement jusqu’aux origines avec ce billet « En souvenir d’Udo » très complet mais non complaisant...
      Par ailleurs, l’auteur, à raison, rappelle que Washington a déjà déclaré la guerre (depuis 1776 ils ont passé 93% de leur temps en guerre, y vont pas s’arrêter là) aux Gardiens de la Révolution et que ça commence à faire beaucoup, oui !
      Mais comme l’a dit le 1er juillet 2017 Kissinger  : « L’idée de dominer le Monde est presque dans l’ADN des É-U ».
      Jusqu’à quand ?
      Jusqu’où ?


  • bob14 bob14 31 juillet 12:25

    La politique étrangère de la France, est d’envoyer des avions bombarder des civils dans des pays ou nous n’avons rien à y faire..sauf à défendre des sociétés française qui pillent les richesses qui ne nous appartiennent pas en mettant des dictateurs au pouvoir dans ces pays...Un système mafieux.. !


  • Vraidrapo 31 juillet 13:21

    Ah, parce qu’il y a une Diplomatie française ?... Bon, puisqu’il le dit...
    Pour ma part, comme dit bob14, je n’ai vu qu’une paire de Tartarins estampillés UMPS.
    Le PS est tombé, reste LR2EM...
     smiley smiley smiley ... smiley
    J’en mets 4 pour me distinguer des FFrères :.


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 31 juillet 15:20

    Bravo pour cet article.


    Sauf erreur de ma part, je n’ai pas lu le nom de FABIUS dont le rôle dans cette entreprise d’arrère-garde a été déterminant.

    Il ne faut pas pour autant lui donner plus d’importance qu’il n’en a !
    Après un sursaut de dignité à la Don Quichotte de la part de Villepin, la politique étrangère est retombée au niveau de vasses-oeuvres au service de l’OTAN et de la CIA avec Sarkozy, Hollande et Macron qui a transformé en premier diplomate le ministre de la guerre de son mentor : Le Drian.

    Une partie de l’élite veut se faire croire que l’ancien empire colonial français continue à assurer la « grandeur » du pays. Si les intérêts de certains grands groupes et grosses fortunes sont protégés en Afrique par l’armée et les dirigeants corrompus, la situation n’est pas la même dans les anciens protectorats du Moyen-Orient o^les américains utilisent Israël pour pomper les derniers dollars. Il n est pas nécessaire d’^tre historien pour s’en rendre compte.

    • JBL1960 JBL1960 1er août 10:09

      @Jeussey de Sourcesûre Puisque l’auteur prend comme point de départ le 11/09, il faut noter que Fabius, tout comme les artisans du 11/09 qui ont tous été promus, après le « ces petits gars font du bon boulot » et « Assad ne mérite pas de vivre » a été lui aussi promu, puisque nommé à la tête du Conseil Constitutionnel !
      Alors Hassan Nasrallah a confirmé dans une intervention télévisée que toute l’opération militaire visant à éliminer les terroristes d’Al-Nosra de la région frontalière d’Arsal, fut une initiative du Hezbollah, impliquant également l’armée libanaise et qu’aucunes autres forces militaires ne sont intervenues dans cette opération. Comme dirait Fabius… Le Hezbollah fait du bon boulot sur le terrain ! L’intégralité de l’article source Press TV que je complète est ICI.
      =*=
      Avez-vous eu connaissance des dernières publications de Steven Newcomb (ICTMN) et de la Nation Mohawk (MNN) ? Car chacun dans leur styles et si vous connaissez les distensions qui existent entre-eux ils nous permettent de trouver des points d’achoppements prélude, sans conteste, à ce nouveau souffle, voire nouveaux paradigme auquel, modestement, je participe, en relayant et amplifiant, en France, les voix Natives.
      ICI, et dans mon style et sur ma propre analyse, ma publication d’hier « Paroles de Chefs des Nations Originelles ».
      =*=
      Dans mon billet « En souvenir d’Udo » je lance un appel à toute personne qui voudrait traduire, même partiellement, le dernier livre de Udo Ulfkotte « Journalistes Vendus » car il n’existe pas de version en Français que je réunifierais dans un PDF et pour en proposer une lecture, téléchargement ou impression gratuite car tout ce que je fais est bénévole, comme tous les PDF que j’ai réalisés, le dernier (N°33) en hommage à Pierre Clastres, décédé le 29 juillet 1977 car R71 qui traduit, compile ou produit, le fait également bénévolement, car nous estimons que la recherche de la vérité n’a pas de prix et n’est pas moyennable !
      On peut me contacter via mon blog.
      Par avance merci ; JBL


  • Debrief 31 juillet 21:33

    Depuis la défaite lamentable de juin 1940, La France a définitivement perdu son statut de puissance mondiale, même restreinte à l’échelle de son importance géographique et économique.

    Les charlots au pouvoir dont certains on usé leurs fonds de culottes sur les bancs des écoles de l’élite, feignent de croire que le « rôle de la France » est central et justifie des interventions dans tous les dossiers et conflits du monde à la remorque des USA.

    Ces crétins (y a pas d’autre mot pour ce niveau de responsabilité) de Sarkozy et Hollande y sont allé les yeux fermés sans aucune stratégie ni prospective pour montrer leurs petits muscles et leurs grandes gueules.

    Sarkozy a sans doute voulu se couvrir des révélations potentielles de Kadhafi sur le financement de sa campagne et autres petites affaires. Hollande a fortement été influencé par Fabius, le copain d’Al Nostra soutenu par Israël où notre cher ex-ministre est allé chercher son inspiration. Comment s’en étonner !

    Le résultat est là. La honte et la perte d’autorité morale de la France, pays caniche pays looser.


  • agent ananas agent ananas 1er août 00:13

    La prise de contrôle du Quai d’Orsay par le Lobby à partir de Sarkozy à défait des siècles de la diplomatie pro-arabe de la France instituée sous François 1 er, avec les conséquences que l’on connait : montée de l’islamisme dans le monde arabe et de son corollaire terroriste à travers le monde et du flux incontrôlable de réfugiés et de migrants.
    Le prestige de la France dans le monde arabe ne se relèvera sans doute jamais.


    • Vraidrapo 1er août 08:56

      @agent ananas
      Le prestige de la France dans le monde arabe ne se relèvera sans doute jamais.

      Jamais- jamais...Et après le Frexit alors !??


Réagir