mercredi 7 novembre 2012 - par Prometheus

L’empire américain, cette autre Sparte qui s’écroulera (1/2)

NOUS SOMMES DES SPARTIATES ! Ah bon ? Et oui ! L'histoire de l'empire qui nous dirige, l'empire américian, se rapproche beaucoup plus de l'histoire de Sparte qu'on aime à le penser. Et je vais me faire un plaisir de vous le démontrer.

Difficile exercice que de lier Sparte aux Etats-Unis. Une cité-état vieille de plus de 2000 ans qui pratiquait l'infanticide, et le culte guerrier. Là où les USA sont contre l'avortement, et comptent le plus d'obèses au monde.

Pourtant quand on y regarde de plus près on arrive à trouver plusieurs points communs :

- Sparte était la plus grande puissance militaire du monde héllène. Les Etats-Unis possèdent la première armée du monde.

- Sparte fut l'hégémon du monde grècque. Les Etats-Unis sont la première puissance mondiale.

- Sparte légitimait sa domination au nom de la liberté, et de l'auto-déterminisme des autres cités-états grecs. Les Etats-Unis se battent à travers le monde au nom de la liberté et de l'autodéterminisme des peuples.

- Sparte pratiqua une politique impérialiste, agressive, et expansionniste au nom de la défense du monde grecque contre les barbares perses. Les Etats-Unis pratiquent une politique impérialiste, agressive, et expansionniste au nom de la défense du monde libre contre les terroristes, qui ironie de l'histoire, viennent de l'ancienne perse.

- Sparte changea sa monnaie afin de financer ses guerres de conquêtes, ce qui déclencha des années plus tard une crise économique. Les Etats-Unis ont modifié leur monnaie dans les années 70 afin de financer la guerre du Vietnam, ce qui créa plusieurs bulles financières débouchant sur la crise actuelle.

- Sparte conserva sa domination sur le monde grècque pendant 50 ans avant de s'écrouler. Les Etats-Unis sont maitres du monde depuis un peu plus d'un demi-siècle avant de...

Intéressant, non ?

L'histoire se répèterait-elle ? Serait-elle inscrite dans notre nature ? On est capable si on se met d'un certain point de vue de trouver les mêmes problématiques, et les mêmes conséquences. Certains voient dans nos institutions le reflet de l'ancienne Rome, ou d'Athènes. Ce n'est pas totalement faux. Et si en tournant la longue-vue vers un autre point du paysage, on pouvait y voir autre chose.

Connaissez vous la doctrine Monroe, et la doctrine Truman ?

La doctrine Monroe, énoncée le 2 décembre 1823 par James Monroe, impliquait que les Etats-Unis d'amérique ne se mêleraient pas des affaires du monde. Et que seul ses intérets continentaux pourraient faire l'objet d'une intervention de sa part. Concrètement elle annonçait aux européens, à vous le reste du monde, à nous les amériques.

Ce qui est intéressant c'est que cette doctrine isolationniste était en quelque sorte la base de la politique étrangère des Etats-Unis depuis sa création. En effet Georges Washington avait déjà suggéré à ses pairs de ne pas s'impliquer dans les affaires du monde. Les Etats-Unis se projettaient déjà comme une nation auto-suffisante allant de l'Atlantique au Pacifique. Et dont l'Amérique du Sud jouait un rôle de base économique.

Quant à la doctrine Truman, elle est tout le contraire de ce qu'est la doctrine Monroe. Harry Truman dit le 12 Mars 1947 :

« Je crois que les États-Unis doivent soutenir les peuples libres qui résistent à des tentatives d'asservissement (…). Je crois que nous devons aider les peuples libres à forger leur destin (...). Je crois que notre aide doit consister essentiellement en un soutien économique et financier. (…) de maintenir la liberté des États du monde et à les protéger de l'avancée communiste. »

En se servant de la menace communiste, les Etats-unis d'après-guerre allait redéfinir leur politique étrangère en un principe très simple. Nous interviendrons partout dans le monde au nom de la liberté. Et c'est ce qu'ils firent directement ou indirectement de manière brutal : en Grèce, au Guatemala, au Congo, à Grenade, en Corée, au Vietnam, au Chili. La menace soviétique allait leur permettre d'installer des gouvernements favorables à leurs idées, et d'implanter des bases partout à travers le monde.

La doctrine Truman prise au pied de la lettre, telle qu'enseignée dans nos livres d'histoire, pourrait nous faire dire que nous avons vraiment eu de la chance d'avoir eu les Etats-Unis pour nous libérer à la fois du nazisme, et du communisme. Mais ne serait-ce pas plutôt de l'impérialisme ?

De plus suite à la chute du communisme, Georges W. Bush redéfinit la doctrine Truman en expliquant qu'il est du droit des Etats-Unis de déclencher des guerres préventives partout dans le monde dans l'objectif de répandre la démocratie, de lutter contre le terrorisme, et d'empêcher la production d'armes de destruction massive :

« Tant que cette région sera en proie à la tyrannie, au désespoir et à la colère, elle engendrera des hommes et des mouvements qui menacent la sécurité des Américains et de leur alliés. Nous soutenons les progrès démocratiques pour une raison purement pratique : les démocraties ne soutiennent pas les terroristes et ne menacent pas le monde avec des armes de destruction massive. »

Néanmoins ces deux justifications tombent vite sous le coup des faits. Premièrement car durant la guerre froide, les USA se sont servis du communisme comme prétexte pour sécuriser des intérets commerciaux ou géostratégique, cas du Vietnam avec l'affaire du golf de Tankin, ou du Panama avec la United Fruit. Deuxièmement lors de la guerre d'Irak et le mensonge par l'administration Bush sur les armes de destruction massive.

On peut donc conclure que les Etats-Unis se moquaient du communisme, comme ils se moquent du terrorisme, ou de répandre la démocratie. La doctrine Truman, comme son corollaire la doctrine Bush sont des doctrines purement impérialistes.

Pourquoi je vous explique tout ça ?

Et bien, dans mon prochain article vous allez voir qu'au temps de Sparte, les mêmes enjeux se posaient entre d'un coté des conservateurs qui ne souhaitaient pas que Sparte se mêle des affaires du monde, et des impérialistes qui voulaient que Sparte se lancent à la conquête du monde connu. Et la conséquence fut la destruction de cette cité.



20 réactions


  • Robert GIL ROBERT GIL 7 novembre 2012 09:51

    Aujourd’hui, pour les classes dirigeantes américaines et le Pentagone la politique engagée par Obama leur convient, il a fait le job, mais l’accentuation de la crise mondiale pourrait, par contre, aboutir à des tensions internationales bien plus fortes.

    Menacé par sa propre crise, le capitalisme US continue follement à accélérer ses contradictions. Celles-ci le mènent soit à sa propre perte, soit à la seule issue possible : la guerre mondiale.

    voir :
    http://2ccr.unblog.fr/2012/01/27/declin-us-et-guerre-mondiale/


  • devphil30 devphil30 7 novembre 2012 10:25


    Je lis toujours vos écrits avec beaucoup d’intérêt.

    Merci pour cet article Jeremy971.

    Philippe

  • Stof Stof 7 novembre 2012 11:51

    Justement, je m’intéresse à l’histoire de Sparte en ce moment. Il y a des convergences d’idées dans la noosphère.


  • Pi@h 7 novembre 2012 14:27

    Les empires sont destinés à s’écrouler, tout n’est que cycle et redistribution des rapports de forces.


  • Éric Guéguen Éric Guéguen 7 novembre 2012 15:14

    C’est marrant, j’aurais plutôt dit, pour ma part : « les USA, une autre Athènes qui s’écroulera ».
    Les USA ont en effet beaucoup plus de points communs avec Athènes qu’avec Sparte.

    Sparte, c’était plutôt l’URSS, donc de ce point de vue Sparte s’est déjà écroulé.

    On pourrait aussi faire la comparaison suivante : Rome/USA vs. Carthage/URSS

    Qu’en pensez-vous ?


    • Éric Guéguen Éric Guéguen 7 novembre 2012 17:42

      @ Actias :

      Je suis en accord avec ce que vous avez dit plus bas. L’URSS est un cas à part que j’aurais dû éviter, c’est vrai, Sparte également. Mais c’est bien l’impérialisme, comme vous le faites remarquer vous-même, qui m’a poussé à rapprocher davantage les USA d’Athènes que de Sparte.
      En ce sens, oui, il me semble bien que notre hôte fait erreur.


    • egos 7 novembre 2012 19:43

      Cette thèse fut longuement soutenue, dans les milieux ML, en résumé une démocratie interne relative assortie d’une autorité sans concession vis à vis des colonies.
      Les Athéniens ne répugnaient pas à marquer leur domination, quitte à massacrer occasionnellement des populations insulaires, femmes, enfants, vieillards, hommes, les animaux aussi semble t il.
      Les US partagent avec la cité antique un exceptionnel acquis conceptuel, une mythologie vivante, un ascendant moral et esthétique.
      Ce ne sont pas les récentes élections, suivies et relayées par tous les médias de la planète qui tendront à nous prouver le contraire.
      Rome USA, il y a de cela aussi, cf Montesquieu, dans la continuité de l’influence grecque.
      Pour autant il reste difficile se vous suivre dans votre comparaison UV vs CIE, plus plausible la Chine évoluant du statut de protagoniste à celui d’antagoniste.
      Et là, croyez moi ou non, il faudra du temps


    • Baba Yaga Baba Yaga 7 novembre 2012 19:58

      pas bête la chouette et même perspicace Sophie la Sage. Donc je pense que tu est pas loin de la vérité : je te donne le site d’un russo-américain qui a fait une théorie comme quoi la chute des Usa sera plus grave que celle de l’Urss. Lui vie aux USA et a vécu le choc de la chute et voit que les Usa suivent le chemin identique et donne des conseils pour se préparer au Collapse. Il a bien étudié les deux systèmes qui sont assez voisin : choc pétrolier, guerres permanentes, problèmes bancaires, bases militaires et agressions de part le monde « qui bouffe » une bonne part des fonds de l’Etat. Effondrement des systèmes sociaux qui auront des implications graves sur la population. http://www.orbite.info/traductions/dmitry_orlov/lecons_post_sovietiques_pou r_un_siecle_post_americain.html

      Voir la suite des liens sur son étude qui je trouve tombe à point ...


    • Éric Guéguen Éric Guéguen 7 novembre 2012 21:35

      @ Baba Yaga :

      Merci !


    • nicolas_d nicolas_d 7 novembre 2012 23:59

      Sans être un spécialiste de l’histoire, je dirais que l’idée d’Athènes est trop liée à l’idée de démocratie pour pouvoir l’associer à l’idée des USA...
      Les USA ressemblent plus à une bande de guerriers qu’à une bande de démocrates...


    • Éric Guéguen Éric Guéguen 8 novembre 2012 09:12

      @ nicolas_d :

      Peut-être ne faut-il pas trop idéaliser la démocratie non plus. Le commerce à outrance - ce que vous appelez guerre -, c’est bel et bien en démocratie qu’il se sent le plus à son aise.


  • Radix Radix 7 novembre 2012 16:59

    Bonjour

    Comparer Sparte à un « Empire » ! Faut pas avoir peur du ridicule !

    Superficie de l’empire de Sparte 8500 km2... A peu près 8 fois la superficie de l’arrondissement de Metz-Campagne : stupide !

    Radix


  • Éric Guéguen Éric Guéguen 7 novembre 2012 17:50

    Autre chose : Sparte n’avait que mépris pour le commerce. Peut-on en dire autant des USA ? Non, Hermès est leur Dieu.


  • Chamiot 7 novembre 2012 18:07

    Bonjour,

    Vous n’évoquez pas du tout le rôle du lobby qui détermine la politique extérieure américaine et son rôle dans l’intervention américaine lors des 2 guerres mondiales (avec le basculement économique et géopolitique qui en résulta et ses conséquences pour l’Europe jusqu’à aujourd’hui et en attendant la survenue de la troisième guerre).

    Pour ma part (après des décennies d’effort), je suis totalement convaincu (euphémisme) aujourd’hui que les vainqueurs des deux guerres mondiales n’étaient pas ceux qu’il fallait dans l’intérêt de l’Europe et de la diversité des cultures européennes.


  • Montagnais Montagnais 7 novembre 2012 18:26

    Sparte ! Bel essai de comparaison, presque convaincant..


    Mais la USA possède près de 10 000 ICBM ( je compte pas l’amoncellement de ferrailles conventionnelles malgré tout très-destructrices, CIA, Cyber command, ONG pléthore..)

    Personne à les ICBM, même plus Popov, ou presque..

    Le désastre de Sparte ne nimbait pas l’horizon planétaire des lumières de l’enfer, de l’apocalypse.

    A partir de maintenant, plus rien de ce que l’on savait et pensait avant n’a cours.

    Terrifiant, on sait..

    • SuperConnard 7 novembre 2012 19:31

      ICBM : missile à portée intercontinentale, soit supérieure à 5600 km.

      Concernant la Fédération de Russie, vous pouvez aller voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Topol-M, on est loin du presque plus.
      Pour ce qui est de la France : http://fr.wikipedia.org/wiki/Missile_M51 et nous pouvons ajouter le Royaume Uni au club, bien que ses missiles soent d’origine US.
      Il y a enfin la Chine, qui si je ne m’abuse est dotée de missiles pouvant frapper les Etats-Unis ou l’Europe.

      Soit dit en passant la réalité est-elle plus rassurante que ce qu’on peut lire dans votre message ?


  • Tsuba 7 novembre 2012 19:16

    @ l’auteur,

    La comparaison avec Sparte, Cité état à vocation fascisante (confère le statut des femmes, des ilotes et l’eugénisme appliqué aux nouveaux-nés), mais à l’ambition limitée à la Grèce me semble osée.
    Pour autant le cycle habituel des empires et leur déclin s’applique aussi aux EU. Le déclin de l’Empire Américain fait même partie des « tartes à la crème » géopolitiques depuis la fin des années soixante. Revoir les premières minutes du film homonyme de Denys Arcand...

    Deux remarques complémentaires :

    Sur la qualité de l’armée US il faut s’interroger sur les victoires de son armée si l’on tient compte du fait qu’elle furent acquises sur des ennemis nettement inférieur (Royaume d’Espagne, Mexique, Panama, Grenade..) ou supportant un conflit mondial depuis plusieurs années et submergé par le flot de matériel (Empire allemand ou Reich nazi, revoir d’ailleurs les ouvrages des vétérans germaniques sur le sujet et la piètre estime qu’ils ont souvent pour « les amis »). Ailleurs ce fut pour le moins, moins évident (Corée, Vietnam et plus proche, Irak et Afghanistan).
    Il me semble que nous sommes loin des orgueilleuses cohortes d’hoplites spartiates ou des phalanges macédoniennes.
     Pour autant merci aux boys de 1918 et 42.

    Sur la doctrine Monroe, elle portait fondamentalement un aspect impérialiste dans sa volonté d’intégrer l’Amérique latine dans la sphère d’influence des EU même si la volonté exprimé était de lutter contre une forme de colonialisme des états européens. Par là, la doctrine Truman ne serait que l’extension de la première à la situation géopolitique née de la 2ième Guerre Mondiale avec des anciennes puissances impériales à genoux et l’émergence de l’URSS comme puissance concurrente.


  • Bourdon 7 novembre 2012 20:52

    La comparaison n’est pas convaincante. Les valeurs de Sparte étaient des valeurs guerrières, celles des USA sont des valeurs mercantiles pour lesquelles comme l’a dit un intervenant précédent, les spartiates auraient eu le plus profond dédain.


  • Prometheus Jeremy971 7 novembre 2012 23:48

    Intéressantes contributions. Merci à tous ! Même si on est pas d’accord, vous avez échangé sur ce thème sans que ça tourne au combat de rue.

    Je suis inscrit sur Avox depuis 2007, ça doit être la première fois que je vois ça.

    Merci pour les liens, très enrichissant !

    Et pour éclaircir mon article je parle de Sparte comme d’un Empire, et comme d’un hégémon du monde connu de l’époque. Monde qui consistait en ce temps là à la Grèce, à la Sicile, à l’Egypte, et à la Perse. Donc c’était un champ assez réduit.

    Après dans le prochain article je parle justement du fait que les institutions spartiates ne sont pas la bonne piste pour trouver des similitudes entre Sparte et les USA. Et qu’l faut regarder plutôt de sa relation avec les autres cité-états. J’insiste sur le fait qu’il ne faut pas chercher à montrer quelles sont leurs institutions communes. Mais que les deux états sous couvert d’idéaux cache une volonté de conquête. Et c’est ce que vous verrez dans le deuxième article.

    Et en ce qui concerne la doctrine Monroe, elle a en effet une composante impérialiste en incluant contre leur gré les pays d’Amérique du Sud dans la sphère d’influence exclusive des américains. Mais elle définit un espace : l’Amérique, comme auto-suffisant, et qui n’interviendra pas dans les affaires du monde quelqu’en soient les raisons. Ce que ne fait pas la doctrine Truman, et Bush, en impliquant que les USA sont les gendarmes du monde, et qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent. Installer des démocraties, là où ils veulent, limiter le potentiel militaire de n’importe quel pays, il n’y a pas d’espace défini, l’empire peut s’étendre à n’importe quel pays qui ne se soumet pas. Bref c’est une idéologie de conquête pure et simple.


  • Jonas 9 novembre 2012 09:47

    Bonjour Jeremy 971.


    Les Etats-Unis 320 millions d’habitants , d’après vous , sont tous contre l’avortement et sont tous obèses.
    Globalisation pour globalisation, vous donnez raison a Sarkozy lors de son discours à Dakar «  » l’homme africain n’est pas entré dans l’histoire"

    Comme le premier pays africain indépendant , le Libéria en 1847 , on persiste dans ce pays encore aujourd’hui en 2012, de manger le coeur des chefs vaincus , tous les africains sont des cannibales.

    Un Africain comme un Arabe ne sait nullement ce que démocratie veut dire, avec ses diversités d’opinions , religieuses , politiques etc. Donc ne comprend pas les Etats-Unis comme il ne comprend pas son propre pays qu’il fuit au péril de sa vie.

    Juste une question, pourquoi nombre d’africains font-ils + de la politique au lieu des études d’ingénieurs de techniciens , de médecine, de chercheurs, dans le domaine de l’agriculture, de créer des entreprises innovantes etc. ? La raison est qu’un africain n’étant pas très évolué veut immédiatement s’enrichir grâce à la corruption et placé son magot en occident.

    Pourquoi les pays africains vendent-ils leurs terres aux pays arabes , Chinois , Indiens, Japonais ,Coréens du sud etc alors que la famine chaque années frappe leur pays ?. La raison est qu’un africain étant incapable de travailler la terre préfère quémander et vivre aux crochets des organisations internationales .

    Après la colonisation forcée , l’homme africain aujourd’hui se dirige , par incapacité vers la colonisation sollicitée Pourquoi ?




     

     

Réagir