lundi 5 juillet 2010 - par j-p. bédol

L’Etat a-t-il les ministres qu’il mérite ?

Les affaires se succèdent : vol dans les caisses, voyage de luxe en jet privé, double appartements de fonction, prêt d’un logement de fonction à sa famille, suite de luxe non occupée en Afrique du Sud, etc.

Ces affaires ont pour nom : C. Blanc, A. Joyandet, C. Estrosi, F. Amara et R. Yade.
 
On a appris que Joyandet avait démissionné de son plein gré, paraît-il. Quant à Blanc, il aurait été démissionné, lui, contre son gré, car semble-t-il il n’avait rien à se reprocher !
 
Ces deux fusibles ayant sauté − peut-être pour masquer une autre affaire, plus grosse encore − la question reste cependant entière. Comment se fait-il que des individus, pris eux-aussi la main dans le sac, soient encore en poste et continuent à être grassement rémunérés ?
 
Comme se fait-il que l’Etat reste sans rien faire, ou presque, sauf à faire du vent ?
 
Comment se fait-il que dans le domaine privé, de telles affaires auraient immédiatement conduit ces gens-là en correctionnelle et que la société leur aurait demandé le remboursement des sommes dues, capital et intérêts compris, augmentées d’amendes et de pénalités ?
 
Y a-t-il vraiment une justice différente pour les ministres, les secrétaires d’Etat, les amis et les symboles ? Aujourd’hui, la réponse est flagrante. C’est l’impunité car, les démissionnés vont retrouver des postes encore mieux payés. Quant aux autres, la belle vie continue… pour l’ami d’enfance de l’Etat qu’est C. Estrosi notamment.
 
Le seul tort que l’Etat semble aujourd’hui leur reprocher, c’est de s’être fait prendre comme des gosses ! Charge à eux de ne pas recommencer, sinon : "pan-pan cul-cul" !
 
Plus sérieusement, comment se fait-il que des ministres et secrétaires d’Etat osent prendre aujourd’hui de telles libertés ? Est-ce parce qu’ils sont les amis de l’Etat ou ses symboles ? Ou simplement par mimétisme ?
 
Quels signaux visibles ou non, ont-ils pu recevoir pour être tombés si rapidement dans la délinquance de la voyoucratie ?
 
Leur employeur, l’Etat, a-t-il failli dans ses missions d’exemplarité, d’éthique, de morale, d’humilité, de respect des valeurs de rigueur et d’intégrité qu’il est censé promouvoir ?
 
Si tel est le cas, on peut comprendre que le mauvais exemple venant d’en haut soit repris par les gosses des banlieues en recherche de repères dans une société qui semble les ignorer, mais on comprend beaucoup moins quand il s’agit de ministres, de secrétaires d’Etat, d’amis… personnes salariées par le contribuable et de surcroît, pour certaines, souvent très aisées, voire à l’ISF.
 
L’Etat serait-il devenu un si mauvais exemple en quelques années, pour que tout soit désormais permis ?
 
Comment l’Etat a-t-il pu, consciemment ou non, engendrer de telles déviances, tomber aussi bas ?
 
L’Etat a-t-il eu tort de proclamer qu’il fallait briller par son cercle "d’amis" riches, par sa présence sur des yachts, par le fait qu’il fallait porter une Rolex dès 50 ans si on ne voulait pas être considéré comme un perdant, etc. ?
 
L’Etat a-t-il failli quand il a cru bon de parler le langage de la rue pour mieux se faire comprendre par certains de ses sujets qui refusaient de lui serrer la main ou bien de descendre vers lui pour faire le coup poing ?
 
L’Etat a-t-il failli quand il a voulu accrocher à un croc de boucher rouillé, un ancien premier ministre ?
 
A-t-il failli en commandant, en pleine crise budgétaire, un nouvel Airbus à 180 millions d’euros, dont 42 millions de réaménagement intérieur de facture ultra-luxueuse ? Soit l’équivalent de 15 000 années de SMIG !
 
A-t-il failli quand il a offert des repas à 5 000 euros par tête, lors du sommet pour l’Union de la méditerranée au Grand Palais à Paris ?
 
La liste des faiblesses et de gamineries de l’Etat, encore immature, serait longue depuis 2007. Et, même si c’était pareil avant, la différence c’est qu’aujourd’hui, l’Etat semble s’enorgueillir de valoriser l’opulence des gens qui travaillent selon ses nouvelles valeurs.
 
L’Etat semble avoir oublié un vieil adage du philosophe chinois, Lao Tseu : "On a toujours les collaborateurs qu’on mérite" !
 
Sachant désormais cela, l’Etat, quand il redeviendra respectueux et porteur de valeurs dignes, verra que par mimétisme, positif, ses sujets lui emboîteront rapidement le pas. S’il poursuit en ignorant cela, il promeut la chienlit comme disait le "Grand Charles", Charles de Gaulle, premier président de la 5e République !


19 réactions


  • Antoine 5 juillet 2010 10:26

    "Plus sérieusement, comment se fait-il que des ministres et secrétaires d’Etat osent prendre aujourd’hui de telles libertés ?"

    Effectivement, c’est une tres tres bonne question.
    Qui ou quoi les laissent penser qu’ils peuvent tout se permettre ? Que tout va passer sans probleme...

    Aujourd’hui, il n’y a plus qu’une seule regle : Tout est autorisé, sauf de se faire prendre...


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 5 juillet 2010 10:52

    Bonjour,

    « L’Etat semble avoir oublié un vieil adage du philosophe chinois, Lao Tseu : »On a toujours les collaborateurs qu’on mérite " Personnellement, je ne suis pas surpris de voir que NS a des collabos rateurs largement à sa hauteur...c’est à dire au ras des paquerettes, avec des pertes abyssales de deux milliards d’euros pour un hypothétique vaccin...Si c’est cela le fruit d’une vue sur le long terme,
    D’un certaine point de vue, continuer à critiquer l’État, c’est jouer le jeu du complot européen, et puis, l’Etat c’est nous et notre critique n’a de sens que si elle est suivie d’actes constructifs ou d’argument salutaires. Participer à démonter les institutions. Personnellement à ce sujet, je préfère payer ma liberté de parler en soufflant gracieusement à l’oreille des bonnes volontés, mes idées sur le net. C’est ma contribution.


  • liberta 5 juillet 2010 10:55


    Qui a permis et donner son aval à toutes « grivèleries », népostisme, et autres prises de liberté en notre nom ?

    C’est nous, le peuple qui a voté

    En votant nous donnons notre caution à ceux qui seront élus
    On savait pourtant que Sarkozy allait exploser en plein vol
    C’était écrit avant que ça commence

    Il est temps de reprendre la main et nous avons un outil qui s’appelle la DESOBEISSANCE CIVILE -
    qu’attendons nous pour nous en servir ?





    • Iren-Nao 5 juillet 2010 13:45

      @ Liberta

      Desobeisance civile vous rigolez, a ce jeu la ces gros malins continuerons a vous rouler dans la farine.

      Une reponse serieuse :

      Comite de salut public,
      delit de haute trahison,
      peine de mort direct et immediatement facon Ceaucescu. Karcher quoi...
      Quoique leur faire rendre gorge contre des morceaux d’eux meme....
      Pas que les larbins politiques, aussi leurs patrons des organes de crapulerie Bildeberg et autres clubs

      Les bobos s’etouffent, bonne nouvelle

      Iren-Nao


  • ZenZoe ZenZoe 5 juillet 2010 11:03

    Je me demande bien d’où sort l’idée que les membres de notre gouvernement devraient donner l’exemple en matière de moralité. Que je sache, ils ne sont pas au-dessus de nous, ils ne sont pas nos guides spirituels - comme nous ne sommes pas des âmes perdues à qui l’on doit montrer le chemin. La relation qui relie les citoyens à leurs dirigeants n’est pas du type « parent-enfant », elle est d’une autre nature.

    Il me semble que c’est aux citoyens d’imposer leurs valeurs à ceux qu’ils élisent, d’abord en les élisant, puis en exigeant d’eux un comportement irréprochable. C’est aux citoyens d’agir de manière responsable, comme nous le faisons maintenant, en demandant des têtes, des actions en justice, en donnant notre avis. Le problème est que nous avons été jusqu’ici trop tolérants, allant jusqu’à réélire des personnes sous le coup de condamnations en justice. Nous semblons maintenant prendre la mesure de l’ampleur du désastre, mais il est bien tard, les mauvaises habitudes sont bien ancrées.


  • furio furio 5 juillet 2010 11:33

    Il y a une sortie de nimbus qui pourrait maintenant surprendre. Démettre la totalité de cette foutrerie de pieds nickelés. donner le pouvoir aux socialistes en espérant repasser en 2012 avec un échec des socialistes si la politique de rigueur indispensable est mise en place.
    Repasser en 2012 apparaît comme une condition siné qua none à la survie de ce président « à bout de souflle, et d’idées...en a til eut, »

    la question qui se pose désormais QU’EST QUE PEUT BIEN FOUTRE l’UMP de tout CE POGNON ..en ESPECES ?????
    L’UIMM c’était 10 MILLIONS en 5 ans, BETTENCOURT c’est 2.6 MILLIONS PAR AN, et TOUT CE QUE L’ON IGNORE !!! 


  • Alpo47 Alpo47 5 juillet 2010 11:34

    Si l’engagement dans la gestion de la vie collective a pu être, un temps, le fait de gens dévoués ou désintéressés, il a progressivement été occupé par les plus vénaux et corruptibles d’entre nous. Actuellement, on n’entre plus en politique pour se mettre au Service de la Collectivité, mais pour « se servir soi même »...( Ici, il faut tout de même nuancer, pour les élus locaux, de petites communes, majoritairement dévoués à la collectivité.)
    Cela n’a, bien évidemment, pas été commencé par Sarkozy, par contre sa tendance naturelle « bling-bling », nombre de ses décisions, comme le fait d’’auto-augmenter son salaire, ont donné le ton. Si le haut de la pyramide montre cet exemple, comment les étages inférieurs y échapperaient ils ?
    Et pour une « affaire » qui parvient à notre connaissance, combien nous échappent ?

    On retrouve le même sentiment d’impunité que dans nos cités. De multiples fautes et manquements, de trop rares sanctions ... et tout continue, comme d’habitude.
    Et, dans le même temps, si la plupart d’entre eux, se « payent sur la bête » d’une manière ou d’une autre, est ce vraiment important ? Le plus important, ne serait il pas dans les décisions qui sont prises, souvent à notre insu, à Bruxelles, et qui effacent tous les acquis sociaux, pour renforcer le pouvoir des quelques centaines de familles, les « rentiers-actionnaires ?

    Je répète, les politiques ne sont pas les vrais »élites« , ce ne sont que leurs serviteurs.

    Je pense que ce n’est que le symptôme de la perte générale de valeurs de notre société, et nous démontre que celle ci est initiée par le haut de la pyramide sociale.

    Oui, c’est bien un »système mafieux" qui nous gouverne.


  • j-p. bédol 5 juillet 2010 11:51

    La politique est un métier. Plus du tout une vocation.

    Ceux / celles qui le font, le voient comme un gagne-pain qu’il faut conserver à tout prix et dont il faut tirer le maximum rapidement, car l’avenir est aussi de + en + incertain. D’ou les magouilles en tout genre et les promesses à dormir debout.


  • Dominitille 5 juillet 2010 14:33

    Le bouclier fiscal de Nicolas lui est revenu en pleine figure comme un boomrang.
    Cela a juste pris 3 ans, mais qu’importe la patience est une vertu.
    Je crains juste qu’ en 2012, les mêmes crétins revotent pour le même en se disant qu’il a été un bon président pour eux.
    J’ ai la conscience tranquille, mon bulletin était pour une autre.


  • thomthom 5 juillet 2010 14:46

    c’est une photo « officielle » qui illustre l’article ?

    ...parce que.... qu’est-ce qu’il a l’air c o n , sur cette photo !!!!!


    • Deenye Deenye 5 juillet 2010 15:56

      C’est plus qu’une photo officielle : c’est la photo qui orne les 36.000 mairies de France...

      Mais, oui, il a l’air très con en effet...

      ...le plus drôle étant le ’fond d’écran’ bibliothèque, ou quand Sarko se prend pour un littéraire...


  • Ronald Thatcher rienafoutiste 5 juillet 2010 16:12

    dans un environnement de voleurs, le seul crime impardonnable, c’est celui de se faire prendre...


  • xray 5 juillet 2010 17:10


    Je me souviens d’une époque. Lorsque les anciens croisaient un âne dans un pré,  ils se découvraient et saluaient bien bas monsieur le Ministre. 

    Le Grand Guignol politique 
    http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/ 



  • furio furio 5 juillet 2010 19:27

    ......Mais une autre affaire nous est présentée déjà !!
    Une par jour ! Le ministère de l’intérieur loue un local pour 1 million d’Euros par an depuis 2008, un local ........vide !!
    Qui est cet heureux proprio
    Ou plutôt qui était l’heureux proprio car le bien a été vendu à un fonds de pension avec certainement un locataire payant rubis sur l’ongle !!!
    Et qui sont ces ministres qui cautionnent de telles gabegies ? MMA ? BH ? Quelle équipe !!


  • BA 5 juillet 2010 21:39

    Patrice de Maistre est le gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt.

    Le ministre du Budget Eric Woerth avait demandé à Patrice de Maistre d’embaucher son épouse, Florence Woerth.

    Patrice de Maistre avait accepté : le 12 novembre 2007, Florence Woerth intégrait la petite entreprise qui gérait la fortune de Liliane Bettencourt. Elle gagnait 180 000 euros nets par an, soit 15 000 euros nets par mois (Le Canard Enchaîné, mercredi 30 juin 2010, page 3).

     

    Patrice de Maistre déclarait à Liliane Bettencourt, le 23 avril 2010, à propos du conflit d’intérêts de Florence Woerth :

    « Je me suis trompé quand je l’ai engagée. C’est-à-dire qu’en fait, avoir la femme d’un ministre comme ça, ce n’est pas un plus, c’est un moins. Je me suis trompé. Pourquoi ? Parce que comme vous êtes la femme la plus riche de France, le fait que vous ayiez une femme de ministre chez nous, tous les journaux, tous les trucs disent : « Oui, tout est mélangé, etc. » Bon. J’avoue que quand je l’ai fait, son mari était ministre des Finances (du Budget, NDLR), il m’a demandé de le faire. Je l’ai fait pour lui faire plaisir. »

    http://www.mediapart.fr/journal/france/280610/bettencourt-pourquoi-eric-woerth-ne-dit-pas-la-verite

    Pour remercier Patrice de Maistre d’avoir accepté d’embaucher Florence Woerth, Eric Woerth lui a remis la Légion d’Honneur le 23 janvier 2008.

    http://www.lepoint.fr/societe/revelation-quand-woerth-remettait-la-legion-d-honneur-a-patrice-de-maistre-le-conseiller-de-liliane-bettencourt-23-06-2010-469497_23.php


  • olivier cabanel olivier cabanel 6 juillet 2010 07:43

    @ l’auteur,
    vous n’avez pas posé la bonne question.
    celle ci est :
    « l’Etat a-t-il le président qu’il mérite ».
    quant il y a faute, c’est au chef de payer, pas aux lampistes.
    puisque c’est le chef qui a donné l’exemple.
     smiley


    • mcjb 6 juillet 2010 08:52

      j’espere ne pas vous avoir trp decu mr Cabanel,
      soyez sur que j’envie votre humour d’artiste , qui me fait defaut , une dernière info rien que pour vous puisqu’elle concerne le nombre d’or et on sait que les artistes ont le compas dans l’oeil
      84/27=3.11 aaron bible repris par pythagorre 84 etc etc

      avez vous enregistrer un morceau de musique sous youtube, j’attend ca avec impatience


  • mcjb 6 juillet 2010 08:47

    l’Etat est surtout sur une democratie exemplaire,

    les informaticiens francais n’ont pas failli a leur mission ,reprenant la culture francaise notamment des mathematiciens Fermat et Pascal , auxquels on peut adjoindre Descartes, ils ont reussi l’exploit d’appliquer l’histoire et notre democratie,

     Nostradamus fit des calculs savants , qui ont ete repris par Fermat , lequel en a certifie l’exactitude ,ils se resument en une addition 172 +271 = 443, on peut visiter le site bibleetnombres pour en savoir plus (1072 si on intercale un Zero, facon de compter de l’epoque)

     l’ancien 44.3 est devenu le 49.3 de notre constituion democratique, qui peut se targuer d’avoir les meilleurs informaticiens et mathematiciens du monde .

    Quand a savoir si nos politiques sont a la hauteur de l’enjeu , il semble que l’engouement des francais pour les politiciens elus, soit fluctuant et aleatoire, peut etre n’ont ils pas conscience des enjeux economiques et societaux qui se traitent au niveau de l’etat


  • Antoine 6 juillet 2010 10:50

    Et ben voila !! Encore une nouvelle revelation...

    150 000 € pour la campagna de Sarko 1er versés par Bettencourt en 2007. Plus quelques enveloppes...

    Notre président reflechit à une intervention.

    L’entourage de notre president indique, au sujet des enveloppes : « C’est totalement faux ! »

    Nous voila donc rassuré.


Réagir