samedi 22 avril - par rosemar

L’étymologie, l’homme, la terre...

L'étymologie est essentielle : elle nous fait remonter aux origines des mots, à leur essence : issu du grec " ἔτυμος, étumos" qui signifie "vrai", le terme désigne bien la science du "vrai"...
Cette science nous fait comprendre le véritable sens des mots, leur évolution, leur histoire...

De nombreux termes remontent aux langues grecques et latines : l'étymologie, c'est le retour aux sources, elle nous fait comprendre le sens premier des mots, elle permet de mémoriser l'orthographe.
 
On trouve, ainsi, des familles de mots qui ont une même origine : "misanthrope, anthropophage, anthropologie, anthropomorphe", autant de mots qui renvoient au nom grec "ἄνθρωπος, anthropos" qui désigne l'homme.
 
C'est le terme latin "homo" qui a donné naissance à cette autre famille : "homme, humain, humanité, humanisme" et ce substantif doit être rattaché au nom latin de la terre "humus".
C'est de là que viennent, aussi, les mots "humilité, humble".
 
Ainsi, l'homme se définit , dès les origines comme un être vivant sur la terre, attaché à elle, soumis à ses lois, et en ce sens, il devrait faire preuve d'une certaine humilité, une humilité qu'il semble avoir perdue, car l'homme s'acharne souvent à détruire la terre, en la polluant, en se livrant à toutes sortes d'exactions : gaspillage, déforestations, mépris de la nature.


 
Les terriens que nous sommes oublient le respect dû à cette planète pleine de ressources et de merveilles.
L'homme lié à la terre, au cosmos, à l'ordre du monde en vient à pervertir cet ordre et cette harmonie par cupidité, appât du gain.
L'homme, dans son inconscience, en vient à détruire ce qui lui permet de vivre, d'aimer, d'admirer ce "cosmos, κόσμος," qui désigne en grec "l'ordre".
 
Pourtant, l'homme n'est qu'un "microbe" devant l'immensité du cosmos...
"Microbe", encore un mot venu du grec ! Issu de l'adjectif " μικρός, mikros", comme "microscope, microcosme."

Ainsi, l'étymologie nous permet de comprendre la place de l'homme dans l'univers, elle nous donne des leçons, nous apprend une forme de modestie et de mesure.

On avait envisagé, il y a quelques années, de supprimer l'orthographe d'usage, et de pratiquer une écriture phonétique, mais on voit bien là tout ce que l'on aurait perdu...
La phonétique, justement ! Encore un mot forgé sur un terme grec "phoné" : "la voix", qui doit être associé au "phonème", à l'adjectif "aphone", "sans voix".
 


Si la phonétique est utile, il ne faut pas oublier l'orthographe et l'origine des mots : ceux-ci s'inscrivent dans une longue histoire, ils sont un témoignage précieux du passé.
 
Les mots nous donnent des leçons d'humilité : ils ont traversé des siècles d'histoire, ils nous parlent du passé, nous relient à tous ceux qui nous ont précédés.
 
Les mots, leur étymologie doivent être préservés précieusement, comme la terre sur laquelle nous vivons et qui nous offre tant de sources d'émerveillements...
 
 
 
 Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2017/04/l-etymologie-ou-la-science-du-vrai.html

 



45 réactions


  • Robert Lavigue Robert Lavigue 22 avril 16:53

    Je ne comprends pas cet ostracisme !

    Pourquoi s’arrêter au grec et au latin ?
    Pourquoi ne pas remonter aux racines indo-européennes, sémitiques, etc ?
    Parce que vous n’avez qu’un Gaffiot et un Bailly comme béquilles ?

    L’étymologie n’est d’aucune utilité si l’on néglige l’histoire des mots, leurs usages, la variation des sens.


  • Jeekes Jeekes 22 avril 16:57

    « L’homme lié à la terre »
     
    Le bouseux, quoi ?
    Sans ça :
     
    « Pourtant, l’homme n’est qu’un microbe devant l’immensité du cosmos... »
     
    Même pas ! Là faut revoir votre échelle, y’a un blème.

    Bon, écrire pour écrire, ça peut être une raison de se croire exister, mais quand même, y’a des limites aux délires...


    • rosemar rosemar 22 avril 19:17

      @Jeekes

      Enfin, l’étymologie du mot « homme » est tout de même intéressante : nous sommes liés à la terre, au cosmos... et nous avons trop tendance à négliger cette terre...

    • rogal 22 avril 21:16

      @rosemar
      Humus, c’est la terre (celle où l’on inhume) et non la Terre (la planète). J’ai noté que vous négligez souvent de mettre une majuscule là où il est bon d’en mettre.


    • rosemar rosemar 22 avril 23:21

      @rogal

      Oui, « humus », c’est la terre qui constitue le sol de notre planète, qui nous nourrit, qui nous apporte des fruits, des fleurs, des légumes... et c’est important...

    • rogal 23 avril 09:49

      @rosemar
      L’humus n’est « le sol de notre planète » que depuis Copernic. Pour les Romains la Terre n’était pas une planète, mais le grand lieu naturel de la vie, sans plus. Pour Ptolémée, ce lieu en forme de boule occupait le centre du Monde ; un point de vue tardif de savant grec.
      En l’occurrence l’étymologie n’a de sens que combinée avec l’histoire des idées.


    • rosemar rosemar 23 avril 11:54

      @rogal

      Le mot latin « humus » est féminin, comme le nom « terra » : c’est la terre qui porte les plantes, la vie...

    • Robert Lavigue Robert Lavigue 23 avril 12:05

      @rosemar

      Une illustration de plus des ravages de l’onfrayisme, forme dégénérée du michel-serrisme !


    • rosemar rosemar 23 avril 16:35

      @Robert Lavigue

      Je vous conseille vivement la lecture de Cosmos... cela devrait vous réconcilier avec le monde de la nature...

  • Robert Lavigue Robert Lavigue 22 avril 17:37

    Ainsi, l’étymologie nous permet de comprendre la place de l’homme dans l’univers

    Moi, je veux bien... Ca m’a l’air un peu new-age votre truc, mais puisque vous le dites !

    Mais qu’en est-il de tous ces handicapés de l’étymologie ?
    De ceux qui n’ont pas le bonheur de parler des langues dont l’origine est latine et-ou grecque ?
    Comment qu’ils font les métèques, les asiates et les rastaquouères pour comprendre leur place ?


    • covadonga*722 covadonga*722 22 avril 17:57

      @Robert Lavigue
       non mais quel mauvais esprit vous faites mr Lavigue , soupçonneriez vous que tout a sa mirobolante démonstration le savant discoureur ne ce soit laisser aller a un « léger racisme » ohhhh 


    • rosemar rosemar 22 avril 19:10

      @Robert Lavigue

      Les dictionnaires sont utiles : ils donnent l’étymologie des mots qui est accessible à tous...
      Quant aux autres langues, il serait intéressant d’étudier l’étymologie des mots qui désignent ’l’homme"...

    • Robert Lavigue Robert Lavigue 22 avril 20:54

      @rosemar

      A propos de dictionnaire, j’ai parlé de votre pathologie à une relation.

      il n’est pas vraiment surpris que vous n’utilisiez pas le seul dictionnaire étymologique sérieux (à ses yeux), le Französisches Etymologisches Wörterbuch de Walther von Wartburg.

      Malheureusement, il n’y a qu’une version très réduite en ligne, avec seulement 275 295 formes recensées (20% de la version papier)

      Ci joint la page consacrée à l’antilope :
      https://apps.atilf.fr/lecteurFEW/index.php/page/lire/e/12813



    • papijef papijef 24 avril 07:15

      @rosemar
      Bonjour !
      tu as lancé là un sujet très redoutable ! tu parles « d’étymologie » sans interroger l’étymologie d’étymologie (« le vrai sens des mots »). donc sur le présupposé que les mots ont un vrai sens, une vraie « direction », dans une perspective diacritique.
      si tu as un peu de temps, je te conseille d’aller lire cet article sur la difficulté de traduire le mot « être » en chinois.
      et si tu recherches « essence en chinois », tu trouveras un passage de François Julien qui commence ainsi : « En posant (imposant) que la parole désigne nécessairement un »quelque chose" ...

      bonne journée ! bonne lecture !


  • Taverne Taverne 22 avril 17:52

    Beaucoup de mots arabes sont entrés dans la langue française (je ne dis pas cela pour énerver Le Pen) pendant des siècles : voir ci par exemple : 417 mots courants (mais il y en a bien plus). L’étymologie précise est donnée ici.


    • Robert Lavigue Robert Lavigue 22 avril 18:07

      @Taverne

      C’est très intéressant tout ça !

      Mais la place de l’homme dans l’univers, en arabe, étymologiquement ça se dit comment ?
      Comme en latin (sur une racine homo) ? ou en grec (sur une racine anthropos) ?
      C’est un peu quantique le truc de votre comparse. On est à deux endroits en même temps.

      Si en plus vous venez foutre le souk avec les Arabes, on ne va pas s’en sortir.


    • covadonga*722 covadonga*722 22 avril 18:20

      @Robert Lavigue
       madame Rosemar dilate et monsieur Taverne disperse ! 

       Z’etes vraiment un atrabilaire mr Lavigue , deux pointures intellectuelles de la couveuse a Carlo 
      et vous maugréez , chafouin vas !!!   
       smiley

    • rosemar rosemar 22 avril 19:11

      @Taverne

      Merci pour ce rappel... mais je ne sais pas comment on dit « l’homme » en arabe et l’étymologie du mot...

    • popov 23 avril 08:58

      @Taverne


      Bonjour

      Oui, des mots comme alambic, alcool, algèbre, alchimie, algorithme nous viennent de l’arabe.

      Parmi les apports plus récents, on peut citer « bled », « toubib », « niktamer », « enculé de ta race », « face de craie », « gwer »...



  • Decouz 22 avril 18:39

    Les mots à eux seuls ne font pas une langue, c’est pour cela qu’ils sont facilement importés, avec des déformations phonétiques.
    Ce qui constitue aussi une langue est sa structure, sa grammaire.

    *D’accord avec R.Lavigue

    Il n"y a pas que la Grèce, Rome, le Moyen-Age et, les Grecs ont reçu des Egyptiens et des Hindous.

    En arabe le monde est al Aalam, pareil en hébreu, même racine que science, l’univers est ce qui est connu.
    J’ai rien de rigolo à dire et j’en suis triste


    • rosemar rosemar 22 avril 19:14

      @Decouz

      Bien sûr, la grammaire est importante, mais les mots ne le sont pas moins...
      Les grecs ont eux mêmes été des héritiers, comme nous le sommes, forcément...

      Et comment dit-on « l’homme » en arabe ?



    • Decouz 23 avril 09:21

      @rosemar

      homme au sens de mâle : rajul
      au sens d’être humain : insân (autre sens dans la racine : intimité, être content)

      Excellent site et dictionnaires pour beaucoup de langues :

      http://www.lexilogos.com/


  • covadonga*722 covadonga*722 22 avril 19:14

    J’ai rien de rigolo à dire et j’en suis triste


    ne le soyez pas a défaut d’être rigolo , j’ai appris quelque chose sur ce thread , votre post ne fut donc pas vain .


    asinus

  • Tall Tall 22 avril 20:21

    Il est intéressant de noter qu’à l’époque préhistorique, les concepts abstraits étant encore assez limités, le langage contenait pas mal de sons illustrant phonétiquement les choses, exemples :


    lion > groar
    urine > bizzz
    excrément > sproutch
    chien > wou
    diarhée > splash
    attaque > you you you
    retraite > ouy ouy ouy


    • rosemar rosemar 22 avril 23:37

      @Tall

      Tall, spécialiste en onomatopées....

    • Tall Tall 23 avril 00:50

      @rosemar

       
      L’origine de « onomatopée » >
       
      Ce mot vient d’une vieille famille Cromagnon qui vivait en Bretagne dans une caverne de 100m2 plutôt bon chic bon genre, c’était la petite bourgeoisie de l’époque.

      Dans cette famille, la fille aînée, « Ono » était une grosse pas très jolie qui était jalouse de sa jeune soeur toujours chouchoutée par tout le monde. Du coup, elle lui filait lui souvent des torgnoles, et la petite soeur allait alors se plaindre en disant : « Ono m’a tapée ! ... Ono m’a tapée ! » ... 
      Jusqu’au où survint le drame ! Une énorme baffe lui fit perdre ses 2 dents de devant, et c’est devenu alors : « Ono m’a topée ! Ono m’a topée ! » ce à quoi la maman répondait : « Articules, je ne comprends pas ! »
       
      Et c’est ainsi qu’onomatopée a pris le sens qu’on lui connaît aujourd’hui
       
      de rien ...



    • rosemar rosemar 23 avril 16:36

      @Tall

      Une histoire belge, donc...

    • Tall Tall 23 avril 21:45

      @rosemar

       
      Vu que vous allez sûrement réélire « Hollande »... à votre place, j’éviterais les histoires belges
      Car fallait-il être Einstein pour comprendre que Macron = Hollande ?
      Vous avez détesté Hollande, vous allez haïr Macron, et très vite ... 
       
      A vos larmes citoyenne

  • rogal 22 avril 21:31

    D’accord avec vous, rosemar, sur l’intérêt de l’étymologie – n’en déplaise aux beaux esprits qui hantent AgoraVox – à condition de ne pas en attendre... toute la vérité, rien que la vérité.
     
    Le rapport à l’orthographe est parfois discutable. L’italien a une orthographe très phonétique : l’homme : il uomo ; on se passe du h. Ça n’empêche pas, par l’étude du latin, de connaître l’origine homo (à distinguer de la racine grecque homo = semblable, comme dans homosexuel, homomorphisme).


    • rosemar rosemar 22 avril 23:27

      @rogal

      Merci pour ces rappels utiles... l’étymologie est parfois incertaine, inconnue... mais elle est parfois révélatrice.

    • Abou Antoun Abou Antoun 23 avril 09:51

      @rogal
      Bonjour Rogal
      J’allais faire une intervention dans votre sens. J’ai bien fait de lire jusqu’au bout. Il me suffit donc d’approuver et d’abonder dans votre sens.
      Je pense que l’orthographe complexe du français joue en fait contre la divulgation de la langue. Pour ce qui concerne l’italien l’orthographe est plus que ’très phonétique’ elle est parfaitement phonétique. Le choix qui a été fait pour l’écriture du français est élitiste, mais je crois qu’il est maintenant trop tard pour revenir en arrière. Les réformes ou réformettes ne font qu’ajouter à la confusion.
      Dans l’ensemble c’est un bon sujet d’article. Le sens des mots est important, surtout en politique. on constate chaque jour, et même sur ce forum, que les gens emploient les mots à tort et à travers. on constate aussi que le sens des mots change soit de façon volontaire (phénomène dit du ’politiquement correct’) soit accidentelle (dérive sémantique).
      Lavigue n’a pas tort de signaler qu’il n’y a aucune raison de s’arrêter au latin et au grec. C’est bien l’étymologie au sens le plus général qui peut décider si une langue appartient à une famille.


    • popov 23 avril 09:59

      @rosemar


      L’étymologie permet de mieux savourer un mot, mais au final, un mot est défini par l’usage qu’on en fait. Par exemple, comment l’étymologie permettait-elle de distinguer le sens de ces deux phrases :

      1) Le coran est un livre sacré.

      2) Le coran est un sacré livre.

    • rosemar rosemar 23 avril 11:58

      @popov

      Oui, l’ordre des mots change le sens, mais on peut noter que le sens de certains mots évolue, s’affaiblit parfois avec le temps : par exemple le mot « charme », l’adjectif « charmant »...

Réagir