jeudi 18 avril 2013 - par Aldous

L’Euro n’est plus une monnaie unique !

Le cauchemar le plus redouté des Allemands est en train de devenir réalité : La BCE autoriserait la France à faire de la planche à billets illimitée.

Gross malheur l'inflatzion !

Ce sont deux article dans des journaux allemands qui ont révélé l’affaire : Die Welt a publié dimanche un article intitulé « La planche à billets incontrôlable » alors que son confrère l’hebdomadaire Wirtschaftswoche accuse la Banque de France d’être l’éminence grise qui a incité la BCE à violer ses règles de fonctionnement.

http://www.welt.de/finanzen/article112420942/Die-europaeische-Notenpresse-geraet-ausser-Kontrolle.html

http://www.wiwo.de/politik/europa/banque-de-france-die-graue-eminenz-hinter-der-ezb/7599876.html

De quoi s’agit-il exactement ? La BCE a mis en place un marché baptisé STEP qui permet aux banques centrales nationales, comme la Banque de France, d’échanger avec la BCE des actifs toxiques contre de l’argent frais.

En clair, cela veut dire que la Banque de France transforme dans ses compte des titres qui ne valent potentiellement plus que des clopinettes en de bons vrais Euros bien réels.

Touche pas au grizbi salope !

Les journalistes allemands accusent la Banque de France d’avoir transformé cette lessive artisanale du linge sale des banques françaises en une lessiveuse industrielle afin d’épurer les actifs toxique qui plombent les comptes des quatre plus grandes banques françaises, notamment le Crédit Agricole dont les bilans seraient gravement dans le rouge.

Pour les Allemands, transformer du papier sans valeur en Euros, c’est faire fonctionner la planche à billets, chose qui reste leur pire cauchemar depuis l’hyper-inflation de la république de Weimar.

Mais au delà des réticences de l’Allemagne, cette planche à billets franco-française qui contourne les règles de la BCE, avec sa complicité, sonne le glas de la monnaie unique Européenne.

Euro-bonto... Où qu'il est l'Euro, m'sieux dames ? Où qu'il est ?

En effet, il y a désormais plusieurs Euros.

Pour les Grecs et les Chypriotes, c’est l’Eurodrachme, une monnaie forte imposée par l’Allemagne. Pour sauver leurs banques, on ruine le pays, on se sert dans les comptes des particuliers mais pas question de faire marcher la planche à billets.

Pour sauver le Credit Agricole, on invente l’Eurofranc, une monnaie qui faiblit puisqu’on en produit des masses à partir de rien.

Evidemment l’Euro reste la monnaie commune, mais ce n’est donc plus une monnaie unique. C’est comme si le taux de change entre l’Eurofranc, l’Euro-drachme était fixé arbitrairement comme le fait la Chine pour le Yuhan, un équilibre fictif. Voilà donc que réapparait une sorte de « serpent monétaire européen » où chaque pays fait fluctuer le volume de monnaie dans son coin.

Si on en est venu là c’est pour une raison simple : le système de l’Euro fort n’est pas viable car il ruine les pays du sud dont l’économie n’est pas capable d’équilibrer les échanges avec l’Allemagne.

Realpolitik ou collaboratzion ?

Jusqu’à présent, l’Allemagne a imposé sa vision d’Euro fort en écrasant les pays du sud sans pitié mais elle ne peut pas se permettre de se comporter avec la France comme elle l’a fait avec la Grèce, le Portugal ou Chypre. Imagine-t-on une troïka venir à Paris donner des ordres au peuple français ?

Ca serait la révolution. Aussi, l’Allemagne a bien dût accepter que la France fasse ce qu’elle a interdit à Chypre et à la Grèce : jouer les faux monnayeurs aux dépens des autres pays de l’Eurozone.

Mais cette situation nouvelle n’est pas moins intenable que la précédent. La France évitera à moinre coût la faillite des ses quatre grandes banques en transférant leurs actifs toxiques à la BCE, c’est-à-dire en nationalisant les pertes, mais on ne peut pas imaginer que la France utilise indéfiniment son monopole de faire de la planche à billets sans que l’Eurozone n’explose, soit à cause de la révolte des autres pays qui jouent le rôle de vaches à lait, soit à cause des tensions au sein de ce « serpent monétaire européen » nouveau genre.

Tout va très bien madame la marquise.

 

Tout va très bien, tout va très bien !



178 réactions


  • heliogabale heliogabale 18 avril 2013 17:34

    Oui mais ils ont encore le droit d’évaluer n’importe comment les actifs bancaires toxiques ?

    Si c’est le cas, ils se donnent 12 à 24 mois de répit !


    • Aldous Aldous 18 avril 2013 17:39

      Donner ? Vous voulez dire ils se font crédit de 12 à 24 mois (avec intérêts ) .


      On parle de banquiers. Donner ne fit pas partie de leur vocabulaire. smiley



    • heliogabale heliogabale 18 avril 2013 17:45

      Sinon, vous avez certainement raison, l’euro est condamné sous sa forme actuelle. Des pays seront lâchés, d’autres continueront une union monétaire en petit club, d’autres encore vont recréer un serpent monétaire...il y aura peut-être un peu de tout ça ?


    • Aldous Aldous 18 avril 2013 20:34

      Une seule chose est certaine pour le moment : il n’y a ni égalité de traitement ni pitié dans l’Eurozone.


      Ceux qui pensent que c’est club de gentlemen se foutent le doigt dans l’œil.

      C’est une jungle ou tu tues ou tu crèves.

      Mais au dessus de tout ça y’a oncle Sam qui lui veux unifier son dominion européen.

      Ils ne laisseront pas tout se disloquer, surtout à deux doigts de l’union transatlantique.

      Ça va être rock’n roll.

  • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 18 avril 2013 17:37

    La fin de l’euro ( et donc de l’ UE) est inéluctable.

    Une monnaie commune ne peut fonctionner avec des économies différentes qui ne peuvent la dévaluer pour l’adapter.

    Chavez a dévalué 3 ou 4 fois le bolivar, la dernière dévaluation date de Février dernier.

    Le début de la fin de l’euro a commencé avec Chypre. Pour siphonner les comptes bancaires, la Troïka a dû bloquer la circulation de la monnaie.
     
    1 euro à Chypre n’est donc plus = à 1euro ailleurs.


  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 avril 2013 18:08

    L’euro n’était que monnaie de songe ....


  • Mowgli 18 avril 2013 18:20

    J’ai du mal à y croire.

    Si la nouvelle est vraie, il me vient à l’esprit un commentaire.

    Elle doit être vachement bonne, Marianne, pour qu’on la laisse faire joujou avec la planche à billets. Elle suce ou elle gougnotte ?

    Aaaah ! C’est DSK qui l’a formée ? Tout s’explique. Pas de panique, y’a pas mort d’homme, juste troussage de soubrette.


    • Aldous Aldous 19 avril 2013 07:57

      DSK voulait juste partager la richesse avec une modeste bonne immigrée...


      Il lui a refilé du liquide ! smiley


  • Peretz1 Peretz1 18 avril 2013 18:22

    Cher Aldous, pas d’emballement, le fait pour laBCE d’acheter des actifs pourris ne transforme pas l’euro en monnaie nationale. Il n’y a pas de deuxième monnaie en circulation. La planche à billets c’est autre chose. Désole pour ce qui est une fausse bonne nouvelle. 


    • Aldous Aldous 18 avril 2013 22:31

      Je ne parlés pas de monnaie nationale, d’ailleurs de dis que la monnaie reste commune, mais non unique.


    • logan 19 avril 2013 07:37

      Présenter le caractère décentralisé et anarchique de la création d’euro comme un fait nouveau alors que c’est la norme depuis sa création en 2001, avec des quantités 10 fois supérieurs à ce que pourraient créer les états, c’est tout simplement de l’escroquerie. L’auteur devrait avoir l’honnêteté de reconnaître son erreur et que ce n’est pas ce critère qui fait le caractère unique ou non d’une monnaie.


    • Aldous Aldous 19 avril 2013 07:47

      La masse de monnaie produite ne signifie pas qu’il y a déséquilibre entre pays.


      La nouveauté c’est le déséquilibre entre la masse produite en France et en Allemagne.

      C’est le propos de Die Welt.

    • Croa Croa 19 avril 2013 16:38

      FAUX, cette monnaie est bien unique : Il n’y en a pas d’alternative !

      Quelque part elle appartient aux banquiers, ce n’est donc pas une monnaie commune.


  • Le péripate Le péripate 18 avril 2013 18:32

    Par rapport à un an ou deux je vois que la compréhension de la monnaie progresse.


    D’ailleurs il ne faudrait pas parler de monnaie, mais de substitut de monnaie. Car la vraie monnaie est une marchandise que personne ne peut manipuler.

    • rotule 19 avril 2013 11:35

      M. Le Péripate, je vois votre avatar « Bande d’enculés », et je ne sais pas à qui il s’adresse. Aux lecteurs de vos commentaires ? c’est pas gentil !

      Avatar qui me fait penser à la novlangue ... on ne dit plus « bande de cons » mais « serviette hygiénique ».
      Bon week end


    • Le péripate Le péripate 19 avril 2013 14:03

      Ce n’est qu’un bulletin de vote, qu’on me censure régulièrement d’ailleurs.


  • Le péripate Le péripate 18 avril 2013 18:37

    Il y a deux ouvrages fondamentaux à lire sur le sujet, le péché monétaire de l’occident de Jacques Rueff, et Etat qu’as tu fais de notre monnaie de Rohbard.




  • Stof Stof 18 avril 2013 18:46

    Alors profitez en pour acheter de l’or, il baisse en ce moment.


    • Le péripate Le péripate 18 avril 2013 18:48

      Pas tout à fait exact : c’est l’or papier qui baisse. Les banques centrales de Chine et de nombreux pays émergents continuent de remplir leur coffre.


      Achetez de l’or, mais de l’or physique et ne le confiez pas aux banques.


    • barrere 18 avril 2013 21:02

      avec le risque de se faire casser les dents au moment de la revente au plus haut....


  • logan 18 avril 2013 19:54

    "Evidemment l’Euro reste la monnaie commune, mais ce n’est donc plus une monnaie unique. C’est comme si le taux de change entre l’Eurofranc, l’Euro-drachme était fixé arbitrairement comme le fait la Chine pour le Yuhan, un équilibre fictif. Voilà donc que réapparait une sorte de « serpent monétaire européen » où chaque pays fait fluctuer le volume de monnaie dans son coin"

    Rien que cette phrase décrédibilise tout l’article ...

    Il n’est absolument pas nouveau que chaque pays fasse fluctuer le volume de monnaie dans son coin, cela a toujours été ainsi. Et même pire, ce n’était jusqu’à présent pas exactement chaque pays, mais en réalité chaque banque ...
    L’auteur de l’article semble croire que la création monétaire s’est arrêtée avec l’interdiction pour les états d’emprunter à leurs propres banques centrales alors que celle-ci n’a simplement qu’été transférée des mains des états aux mains des banques privées.
    Les banques privées ont donc continué à utiliser la planche à billet depuis 40 ans. Et par exemple en 2007, la croissance de la masse monétaire dans la zone euro a battu tous les records avec 12% de croissance en un an ( là où la croissance des économies de chaque état ne dépassait pas les 2%. )
    Donc la création d’euros n’a jamais cessée d’être décentralisée et complètement anarchique.

    Désolé, mais il faut revoir votre copie. Et changer de sources d’informations aussi.



    • Aldous Aldous 18 avril 2013 21:04

      Cet article n’a pas pour but de faire un cours sur les accords de Bâle et d’expliciter le fonctionnement du système monétaire, de la réserve fractionnaire et en quoi consiste l’exposition des banques.


      Si les banques peuvent en effet faire varier leurs encours de crédit et donc générer une monnaie scripturale, elles ne le font que dans les limites des réserves obligatoires de 2% dans la zone Euro et dans le cadre des mêmes règles prudentielles dans toute la zone Euro.

      Donc non chaque banque ne fait pas varier la masse monétaire à sa guise. 

      En fait si, grâce à la titrisation des actifs pour les sortir du bilan des banques ce qui est la cause de la crise.

      En l’occurrence, la vente de ces titres toxiques a la BCE contre de l’Euro est à l’origine une opération de consolidation des banques. Bref effacer leur sur-exposition.

      Mais elle aboutit de facto à une augmentation les liquidités générales au profit des banques qui transforment des titres leur ayant permis de dépasser les limites de leurs réserves prudentielles.

      Ce que les Allemands disent c’est que le volume de liquidités générés au profit de la Banque de France a pris de telles proportions que c’est comme si la France faisait marcher la planche à billets à son profit et donc dévaluait l’Euro au détriment de l’Allemagne.

      La question n’est pas de savoir si la masse monétaire avait augmenté avant, mais de savoir s’il y a un effet de vases communicants qui spolie les autres pays au profit des banques Françaises.


    • logan 18 avril 2013 21:55

      Mais mon cher ami, le système européen est basé sur la concurrence, quand des pays baissent leurs taxes ou les cotisations sur les entreprises, quand d’autres baissent les salaires, quand d’autres augmentent la durée du travail, quand d’autres jouent sur la TVA, quand d’autres jouent sur la fiscalité des particuliers et le secret bancaire pour attirer les investissements etc ... etc ... etc ... c’est 15000 fois pire. Alors la pauvre Allemagne qui prend part activement à ces pratiques déloyales ne nous fera pas pleurer.

      Pour les banques privées, je vous en supplie, n’allez pas faire croire aux gens qu’une pauvre règle obligeant les banques à déposer 2% de monnaie centrale dans un compte à la BCE soit un quelconque frein à leur frénésie d’enrichissement anarchique en exploitant à fond les bénéfices de la planche à billet. Leur seul réel frein c’est de trouver des clients pour bien vouloir s’endetter.
      Il suffit de comparer l’importance financière des différentes banques pour comprendre qu’il n’y a aucune coordination entre elles.
      Donc comme je le disais, cela fait déjà depuis 40 ans que les euros sont créés de manière décentralisée et totalement anarchique. La planche à billet n’a jamais été autant utilisée que durant cette période.


    • Aldous Aldous 18 avril 2013 22:21

      Et bien disons que maintenant les Allemands disent que assez c’est assez...


    • logan 18 avril 2013 22:50

      Les personnes que vous citez ne représentent qu’elles mêmes, je ne crois pas qu’on puisse généraliser leurs propos à l’ensemble des allemands.

      Quand à la création monétaire, c’est l’un des trois outils qui permettent à un état de se financer. Les banques privées s’en sont emparées. Elles se sont enrichies comme jamais. Les états eux dans le même temps se sont endettés comme jamais. Je crois que les blagues sur la création monétaire ont assez durées.

      Elle doit servir l’intérêt général et non des intérêts privés. Et il est plus qu’urgent que les états puissent à nouveau emprunter sans avoir à payer d’intérêts.

      Vous seriez plus utile à faire des articles là-dessus plutôt que sur les propos de salopards simplement parce qu’ils alimentent votre pauvre idéologie anti monaie unique.


    • Aldous Aldous 18 avril 2013 23:09

      Mais j’en ai fait plein des article là dessus.


      Allez jeter un œil dans mon profil.

      J’ai même une série entière sur la faillite de l’Union Latine...

    • logan 18 avril 2013 23:28

      Lire 2 articles plein de contre vérités et de désinformation par semaines, c’est ma limite désolé.


    • Aldous Aldous 18 avril 2013 23:40

      J’en suis bien aise.

      Alors écrivez maintenant.

    • rotule 19 avril 2013 11:38

      Procurez vous le livre de Jorion « Argent mode d’emploi » .... il corrige quelques idées fausses !


  • voxpopuli voxpopuli 18 avril 2013 20:51

    Plongée dans la merveilleuse hypocrisie de la BCE , la seule banque centrale au monde à ne pas être soumise à l’autorité politique et qui défend bec et ongles des dogmes économiquement catastrophiques . Un Etat ne respecte pas ses volontés ? S’il est faible on va tondre directement sa population , s’il est capable de lui tenir tête on trouve une arnaque quelconque pour faire tenir un peu plus le système... Jusqu’à quand ? 


  • Marc Chinal Marc Chinal 18 avril 2013 20:58

    Quoi ??? la monnaie doit être rare pour avoir un minimum de valeur ??? (sans blague...)
    Quoi ??? L’approche de Marx sur « la valeur » est fausse ? (oulaa... c’est terrible)
    Quoi ??? Les économistes ne vous disent jamais qu’il faut voler le travail à un autre ?
    .
    On parle de transparence, mais le jour ou on fera la « glasnost » comme l’on fait les communistes en leur temps, le monde de la monnaie s’écroulera et on pourra enfin construire un monde vivable.


  • tf1Goupie 18 avril 2013 21:47

    « ... sonne le glas de la monnaie unique Européenne. »

    Ben voyons, tous les ans sur Avox on nous annonce la fin de l’Euro.

    Bienvenue au club des visionnaires !


    • Le péripate Le péripate 18 avril 2013 21:54

      Même les pendules arrêtées donnent l’heure juste deux fois par jour. Il se pourrait bien que ce soit vrai assez vite.


    • Aldous Aldous 18 avril 2013 22:29

      Je ne crois pas que Avox annonce quoi que ce soit puisque il n’y a pas de ligne éditoriale.


      Personnellement, j’ai toujours annoncé que l’Euro serait maintenu de force jusqu’à la mort de dernier Européen si c’est nécessaire vu que c’est une étape nécessaire pour la mise en place d’un gouvernement fédéral européen puis mondial.

      Et les décision hallucinantes et inouïes concernant Chypre et la France de ces derniers jours me confortent dans mon idée.

    • tf1Goupie 19 avril 2013 13:36

      Non il n’y a pas de ligne editoriale, mais des discours récurrents qui prédominent : « bientôt la guerre », le complotisme, la fin du capitalisme, la fin de l’Euro, le Nouvel Ordre Mondial ...

      Ce qui revient a peu près au même au même qu’une ligne éditoriale.

      Mais surtout Avox est un site phare en matière de catasrophisme et de prophéties non réalisées.

      Ce qui est amusant Aldous c’est que vous « avez toujours dit que l’Euro perdurerait jusqu’à la fin de l’Europe » et ici-même vous dites qu’on « sonne le glas de l’Euro ».

      La contradiction est également une valeur sûre sur Avox pourvu qu’on finisse par dire qu’on est manipulé, qu’on nous ment et que tout va s’effondrer.


    • emphyrio 19 avril 2013 18:45

      D’ailleurs si l’Euro se maintient contre les prévisions des cassandre, c’est bien parce que le peuple résiste ardemment pour conserver ce qu’il a remporté de haute lutte : l’Europe sociale, l’Europe des banques, celle des US, l’unité monétaire.
      Le rêve d’Attali est le nôtre, disent-ils tous depuis Maastricht !

      Le dernier lien, c’est cadeau :
      http://www.rfi.fr/europe/20130419-une-croatie-elections-europeennes-indifference-generale
      http://www.atlantico.fr/pepites/grece-pic-suicides-et-meurtres-cause-rigueur-budgetaire-702390.html
      http://www.contrepoints.org/2013/04/16/121660-appel-de-bolkestein-a-demanteler-leuro


    • Aldous Aldous 21 avril 2013 21:54

      Ce qui est amusant Aldous c’est que vous « avez toujours dit que l’Euro perdurerait jusqu’à la fin de l’Europe » et ici-même vous dites qu’on « sonne le glas de l’Euro ».


      Ce n’est pas contradictoire, utilisez outre cerveau. 

      Techniquement , l’UE disparaîtra progressivement à partir de 2015 pour devenir l’union transatlantique.
      Ce qui est prévu c’est une monnaie unique unissant celles de l’UE et de l’ALENA.


  • BA 18 avril 2013 22:04

    Jeudi 18 avril 2013 :

     

    Sur son blog, Jean-Pierre Chevallier écrit que, dans la zone euro, « chaque jour qui passe sans tsunami bancaire est un miracle. »

     

    Lisez cet article :

     

    STEP et TCN.

     

    Les bilans des grandes banques centrales ont explosé depuis les turbulences financières initiées par le bombardier furtif B-2, Ben Bernanke, et ses acolytes…

     

    La Fed a reçu en dépôt un total de 2 000 milliards de dollars qu’elle place dans des bons, ce qui porte le total de son bilan à plus de 3 000 milliards de dollars, chiffres défiant l’imagination, inenvisageables auparavant par toute personne sensée. Cependant, il n’y a pas de création monétaire dans cette politique monétaire, qui n’est par ailleurs pas inflationniste.

     

    Comme le marché interbancaire de la zone euro ne fonctionne plus du fait que les dirigeants des banques n’ont plus confiance dans la pérennité des autres banques, la BCE a été obligée de prêter plus de 1 000 milliards d’euros à un grand nombre de banques, le total de son bilan atteignant 2 600 milliards d’euros, après avoir dépassé les 3 000 milliards peu de temps auparavant, ce qui est particulièrement inquiétant.

     

    Et ce n’est pas tout car la Banque de France prête à des banques à très court terme des sommes qui ont atteint un sommet de 629 milliards d’euros le 27 janvier 2009 par l’intermédiaire des Titres de Créances Négociables (TCN), qui entrent dans le cadre du STEP (Short Term European Paper) de la BCE.



    D’après les derniers chiffres publiés par la Banque de France (en données journalières), elle a prêté 486 milliards d’euros au 16 avril. La répartition des prêts au 12 avril (selon les données hebdomadaires) montre qu’elle a prêté 23 milliards d’euros à Natixis, qui serait donc la banque actuellement au bord de la cessation de paiement (d’après des informations circulant parmi les opérateurs des marchés financiers) compte tenu de l’importance de cette somme par rapport à ses 16,8 milliards d’actifs tangibles.

     

    Les 1 000 milliards de prêts de la BCE faisaient peur. Les 486 milliards d’euros prêtés et renouvelés chaque jour montrent que chaque jour qui passe sans tsunami bancaire est un miracle.

     

    http://chevallier.biz/2013/04/step-et-tcn/


  • Hervé Hum Hervé Hum 18 avril 2013 23:37

    Cher Aldous, peut être pouvez vous expliquer le fait que si c’est l’Etat qui fait tourner la planche à billet cela produit de l’inflation mais si c’est les banques cela n’en produit pas ?!


    • Aldous Aldous 18 avril 2013 23:46

      Dans la vraie vie ou avec le panier secret de la ménagère de l’INSEE ?



      Dans la vraie vie y’a pas de différence, les sont inflationnistes.

      Moins vite pour les banques car elle gardent une plus grande part du surplus que l’état qui injecte généralement tout dans l’économie réelle et de plus elles détruisent la monnaie scripturale au fur et à mesure des échéances de maturation de crédit.

    • Aldous Aldous 18 avril 2013 23:48

      Les deux sont inflationnistes...


    • Marc Chinal Marc Chinal 18 avril 2013 23:52

      - Lorsque vous avez peur d’un danger précis, vous pouvez lutter contre lui.
      L’inondation de monnaie par un Etat est vécu comme un danger identifié. L’inflation est la réponse à cette inondation.
      - Lorsque vous avez peur d’un danger qui est « partout », cad avec plein de banques, que se passe-t-il ? La défiance, comme lorsque les banques ne se prêtaient plus d’argent entre-elles (lors de l’épisode « subprimes »).
      Où est l’ennemi ? partout ! Tout le monde se tient par les couilles. Le premier qui bouge, est mort (se ruine).
      Lorsque ce sont les banques qui déconnent, le premier réflexe n’est pas d’augmenter les prix mais d’aller retirer son argent (quand c’est possible). Le second réflexe, sera aussi d’augmenter les prix, mais, lorsqu’on sera sûr que l’argent est bien là, pas avant (car ça ne sert à rien d’augmenter les prix si personne ne peut payer).
      .
      La monnaie n’est pas qu’un simple outil : elle dépend de la psychologie humaine.
      .


    • Hervé Hum Hervé Hum 19 avril 2013 09:35

      Merci pour votre réponse Aldous,

      Je note bien qu’a priori, je dis bien à priori, la différence réside en ce que pour la banque il suffit de créer le 10ème de l’argent vue que le reste est une création de dette, donc à rembourser.

      Toutefois, l’expérience montre que l’Etat ne rembourse pas sa dette mais la laisse gonfler, gonfler, gonfler... Jusqu’à ce qu’il faille créer de la monnaie pour suivre ce gonflement !

      Et pourquoi donc cette création de monnaie ne se traduit pas dans une hyper inflation ? Parce que ce qui compte n’est pas la création de monnaie, mais dans quelles poches cette monnaie va.

      Or, il est clair que la monnaie crée ne va pas dans la poche des plus pauvres mais pour enrichir les plus riches. Or ces derniers sont comme des producteurs de tomates, ils n’ont pas intérêt à ce que le cours de la tomate s’effondre totalement, alors, ils sont prêt à accepter de conserver une partie de la production pour maintenir le cours de la tomate, soit en la détruisant, soit en lui trouvant d’autres débouchés, mais surtout en maintenant un relatif équilibre entre l’offre et la demande des consommateurs.

      Cqfd, le secteur du luxe et grand luxe, ne connaît pas la crise, bien au contraire !


    • Cédric Moreau Cédric Moreau 19 avril 2013 09:36

      @Aldous : c’est faux, il n’y a pas nécessairement inflation. S’il y a un manque de monnaie pour faire les échanges (comme c’est le cas actuellement : nos PME ne demande que de l’argent pour faire tourner la boutique - et le chômage est grandissant) alors il n’y aura pas d’inflation.


      Seulement davantage d’échanges et de création de richesses.

    • Cédric Moreau Cédric Moreau 19 avril 2013 09:38

      Je ne pensais pas être aussi bien soutenu par Hervé Hum à 1 min d’intervalle smiley 


    • Aldous Aldous 19 avril 2013 09:44

      J’ai dis que c’est inflationiste d’augmenter la masse monétaire. Pas qu’il y a inflation.


      Vous confondez une courbe et sa dérivée.

      Si il y a des tendance déflationnistes par ailleurs, comme par exemple quand il y a destruction d’actifs (toxiques), les deux tendences se contrarient et on n’observe pas forcément une inflation.

      Ceci dit l’inflation existe bel et bien en ce moment.



    • Hervé Hum Hervé Hum 19 avril 2013 13:29

      Aldous, vous n’avez pas répondu à mon commentaire, pourtant des plus simples.

      L’inflation ne dépend pas directement de la masse monétaire, mais bel et bien de qui la possède.

      On ne parles d’inflation que concernant le panier de la ménagère, c’est à dire pour les produits de consommation courante. Il ne viendrait jamais à l’idée de parler d’inflation concernant les produits de luxes, parce que cela n’a pas de sens et parce que le rapports est inversé. Pourtant, je serai curieux de connaître l’évolution des prix du luxe

      Donc, faire tourner la planche à billet ne peut produire de l’inflation et encore moins de l’hyper inflation tant que cet argent ne va pas dans les poches des petits consommateurs qui eux, dépensent quasiment tout l’argent qui leur arrive.

      Et je me répète, ce que l’on voit émerger, c’est le fait que les gros épargnants sont prêt à sacrifier le sacro saint taux de rendement de leur épargne pour sauver le principal, c’est à dire le capital, du risque de faillite total du système monétaire. Bref, ils sont prêt à brûler une partie de leur récolte de tomate pour ne pas voir s’effondrer le prix du marché. Car ils ne peuvent pas penser à changer leur milliards de dollars en d’autres monnaies, seulement essayer d’acheter à droite et à gauche des biens immobiliers. Mais il en va de l’argent comme de la propriété, ce ne sont finalement que du papier dont la valeur repose sur la force pour le faire respecter. Finalement, la seule certitude est le luxe dont ils peuvent jouir maintenant.

      De toute façon, avec tous ces dollars en circulation, les USA ont deux solutions devant eux. Soit vendre une partie de leur patrimoine pour soutenir leur monnaie, soit faire la guerre pour détruire leur dette. Idem avec l’euro. Et depuis le 11/09/2001, ils ont clairement choisis la seconde option !


    • Cédric Moreau Cédric Moreau 19 avril 2013 13:51

      Je ne confonds rien : je dis qu’augmenter la masse monétaire n’implique pas nécessairement d’inflation (courbe), ce qui veut dire qu’augmenter la masse monétaire n’est pas nécessairement inflationniste (la dérivée n’est pas forcément positive puisque la variation peut être nulle).


      Comme le dit Hervé : cela dépend dans quelles poches va l’argent et in fine quelle en sera son utilité. Si l’argent va dans les poches des plus pauvres, alors il sera immédiatement utilisé pour répondre à un besoin et à une production - zéro inflation.

    • Hervé Hum Hervé Hum 19 avril 2013 16:25

      Salut Cedric

      cela dépend dans quelles poches va l’argent et in fine quelle en sera son utilité. Si l’argent va dans les poches des plus pauvres, alors il sera immédiatement utilisé pour répondre à un besoin et à une production - zéro inflation.

      On est d’accord, à un détail près, il me semblait que l’inflation est plutôt entrainé par une surchauffe de la demande par rapport à l’offre ! Donc, donner plus d’argent aux pauvres à pour conséquence immédiate d’augmenter la demande. Qui aura un effet inflationniste sur les produits et services français, mais pas forcément sur les produits importés qui dépendent de la conjoncture mondiale. Du moins, tant que le cours de l’euro ne se met pas à baisser !!!

      Mais tout ça je m’en fous, ce que j’attends c’est l’effondrement de tout le système monétaire mondial.


    • Cédric Moreau Cédric Moreau 19 avril 2013 16:54

      C’est pour ça que je dis « à un besoin et à une production » - ce qui sous entend à un besoin (qui actuellement n’est pas assouvi) et à une production déjà existante mais qui faute d’argent est détruite. Bref, une double perte faute de monnaie (un comble !!).


      Cependant, j’adore votre conclusion .. en espérant que nous aurons des alternatives d’ici là, car un effondrement économique, c’est quand même pas très cool.

    • Hervé Hum Hervé Hum 19 avril 2013 21:18

      C’est vrai qu’un effondrement économique c’est pas très cool.

      Mais moi j’adore remettre de l’ordre quand il y a un vrai grand bordel, pas avant ! Parce que ce que j’aime c’est le contraste...


    • Aldous Aldous 21 avril 2013 21:32

      Bon Ben puisqu’on s’enfonce dans des débats de détail sur le sujet, voici ce que je publiait en mai 2011.



      Le dollar est la monnaie de référence mondiale. Le reste ne fait que suivre.






  • lionel 19 avril 2013 06:32

    Acheron, 


    Être condamné par le syndicat du crime pharmaceutique international est justement la preuve de ce que ce monsieur (qui n’est pas un vulgaire vendeur d’huile de serpent) est digne et compétent. 
    Les organismes que vous citez n’ont pas plus de crédibilité que Don Corleone et cela est maintenant bien connu, illustré, documenté.

    J’ai le souvenir, l’an dernier à Bamako, de discuter avec un monsieur aussi très respectable qui a eu été en charge des pratiques de médecines traditionnelles à l’OMS, un pharmacien, (un vrais, pas un épicier), qui oeuvre a organiser, perfectionner les pratiques de santé locales (il a écrit un livre excellent où il met en parallèle la médecine Traditionnelle Chinoise et Africaine). Lors de la discussion, il me dit qu’il ne voulait plus que travailler sur la phytothérapie et qu’il avait peur. Il n’y avait pas si longtemps, à la sortie d’une réunion dans le cabinet ministériel, un des hommes de min de la mafia médicale (enfin on appelle pas ça comme ça) lui avait dit : « Toi, on t’attend au tournant ».

    Le discrédit porté sur le Docteur Rath l’honneur et quand à aller citer des sources, hier, comme vous je me suis voué un moment à chercher sur le personnage. Les personnes satisfaites par ses traitement sont très nombreuses et ses produits de santé eux, se vendent bien, Dieu merci. 

    Si Rath était un petit escroc de base, comment aurait-il pu tenir la conférence qui nous est présentée, avec force affichage dans Berlin ? Réfléchissez donc !

  • chmoll chmoll 19 avril 2013 07:37

    si faut un cariste pour transporter les palettes de billets j’suis partant


  • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 19 avril 2013 07:55

    Cela simplifierait bien les choses si l’information sur l’euro était faite correctement..., bien que les questions monétaires ne soient pas simples à expliquer.

    L’euro n’est pas une monnaie unique, mais une monnaie commune.

    Une monnaie unique correspond à un peuple. Une monnaie commune correspond à plusieurs peuples.
    Il n’y a pas de peuple européen, sauf sur le papier et dans les rêves de certains...

     Les Allemands en savent quelque chose...

    Quand l’Allemagne de l’ Est a été rattachée à l’ Ouest, la monnaie de l’ Est a disparu, remplacée par le mark.

    Les Allemands appellent le mark : « Dieeinheitiche Wahrung » ce qui veut dire, monnaie unique.
    Et quand ils parlent de l’euro, ils disent : « Diegemeisame Wahrung » , monnaie commune.

    Les gens croient que tous les euros sont identiques. En apparence, ils le sont, mais pas sur le plan juridique.

    Les Banques Centrales ont été conservées. Elles émettent chacune leur monnaie nationale rebaptisée « euro ».

    * L’Allemagne émet une monnaie allemande qui s’appelle l’euro.
    * La France émet une monnaie française qui s’appelle l’euro.... 
    * L’Italie émet des lires rebaptisées euro, etc pour les 17 pays de la zone euro.

    Par convention, le franc s’appelle donc euro, le mark s’appelle euro, la lire s’appelle euro.
    Ils sont égaux par convention au taux de 1 pour 1.

    Si ces questions monétaires vous intéressent, vous trouverez une foule d’ informations dans la première partie de la vidéo de François Asselineau :

    « La tragédie de l’euro ». Sur le site de l’ UPR.


  • L'enfoiré L’enfoiré 19 avril 2013 10:42

    Si vous êtes courageux et n’avez pas peur du risque, essayez les bicoinssmiley


  • Nico 19 avril 2013 14:30

    « Imagine-t-on une troïka venir à Paris donner des ordres au peuple français ?
    Ca serait la révolution. »

    Vous êtes aveugle ?
    La troïka donne déjà des ordres à Paris, faut ouvrir les yeux...
    L’austérité, ça vous dis quelque chose....


    • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 19 avril 2013 18:57

      Nico,

      La Troïka ne fait que ça ! Les Traités lui ont donné les pouvoirs de décisions.

      ** En Octobre, le FMI a publié la feuille de route pour la France, toutes les « réformes structurelles-pour-augmenter-la -compétitivité », sont dedans.

      ** Le 11 Janvier dernier, « Bruxelles a sommé la France d’agir sur le marché du travail. »

      ** Le 4 Avril « Bruxelles presse la France de se réformer au plus vite. »
      « Bruxelles a clairement fait savoir que le sursis d’un an pour le déficit aura un prix : l’accélération des rérformes économiques et sociales, bien au delà de ce que gouvernement a engagé jusqu’ici. »


    • Aldous Aldous 21 avril 2013 21:44

      @nico & pilou



      Vous êtes allé voir comment ça se passe en Grèce et au Portugal ?

      J’y étais et je peux vous dire que les émeutes sont non seulement compréhensibles mais même incroyablement gentilles quand on voit ces costards cravates descendre de l’avion, 
      aller à Athènes par une autoroute vidée et gardée par l’armée, 
      y imposer des mesures en se torchant avec la constitution, les lois, le parlement et les institutions grecques,
      Remonter dans leurs voitures blindées et reprendre l’autoroute, vidée de nouveau et gardée par l’armée pour repartir à Bruxelles et Washington.

      Au passage l’armée à été relayée dernièrement par les mercenaires de la boite privee blackwater .

      En France on n’y est pas encore, quoique je vois de drôle de zygotos qui parlent que anglais se balader d’institution en institution par groupe de 10 ou 20 dans le 7eme arrondissement sur de drôles de vélos électriques.

      Sans doute une nouvelle forme de tourisme avec les bureaux des ronds de cuirs du conseil régional d’île de France comme centre d’intérêt ?

  • Nemrod Nemrod 19 avril 2013 14:54

    « Imagine-t-on une troïka venir à Paris donner des ordres au peuple français ? »
    Bah oui !


    • toby001 19 avril 2013 22:55

      Le peuple le plus réactionnaire, le peuple de la révolution, le peuple des droits de l’homme, il n’a que faire des enjeux bancaire et financier. Ce n’est pas la pommade ou la vaseline qui influera sur ce peuple qui connait sont passé et sait pourquoi ses parents se sont battu.


  • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 19 avril 2013 18:45

    L’article de départ de la rumeur a été écrit par Krugman prix Nobel d’économie.
    Krugman expliquait, mais encore fallait-il lire l’article, que la BCE n’abandonnerait pas la France et jouerait le rôle de prêteur en dernier ressort.

    Si la France s’effondre, l’ Europe s’effondre, et alors, le monde s’effondre, voilà pourquoi la BCE fait tourner la planche à billets pour sauver les banques françaises.

    Les banques vont mal, très mal. Tout le système bancaire est au bord de la faillite.
    La BCE a décidé de mettre en place le programme STEP, qui charge les Banques Centrales des Etats de la zone euro, de gérer le rachat aux Banques commerciales, des créances pourries que les emprunteurs ne peuvent pas rembourser.

    Le STEP n’a rien à voir avec le titre de Krugman. Lequel titre n’a rien à voir avec le contenu de son article.

    Avec quel argent sauver les banques françaises si solides , d’après Moscovici ?

    Celui que la BCE crée à partir de rien. 200 milliards d’euros que vont se partager le Crédit Agricole, la BNP, la Sté Générale, Axa et Dexia etc....

    Les Allemands trouvent qu’on pousse un peu loin le bouchon, mais pour sauver les banques, c’est ça ou nos impôts...

    Elle est pas belle l’Europe de la prospérité qu’on nous avait promis ???


    • Aldous Aldous 21 avril 2013 21:46

      Michel Barnier propose qu’on fasse comme à Chypre dans une interview au Süddeutsche Zeitung...


      Mais dans toute l’Europe.

  • toby001 19 avril 2013 22:43

    De toute façon ce sont toujours les mêmes qui finances : NOUS, le peuple, contribuable, moutons.
    Si la BCE a besoin de liquidités elle demandera aux gouvernements des fonds, qu’ils seront obligés de lever auprès de leurs contribuables pour renflouer.
    c’est juste un vol auprès de nos voisins européens.
    en clair on demande de financer à nos voisins, comme ils l’on fait la faillite de nos banques, mais la différence c’est que nous ne leur disons pas.
    Vive L’hypocrisie, Vive le mensonge, Vive la France.

    Je suis fière d’être Français, mais je ne suis pas fière de nos élites. Je trouve qu’elle ne représentent pas la France. Juste un intérêt qu’ils leur est chère mais lequel ?
    Elu au suffrage universelle, je pense qu’il y a quelque chose à revoir à ce sujet. Cela ne leur donne pas tout les droits. Et avant les droits il y à des devoirs. Le devoir de représenter le peuple Français.


    • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 20 avril 2013 07:21

      toby001 :

      Non, la BCE crée 200 milliards d’euros pour sauver les banques françaises à partir de rien.

      Le mécanisme STEP consiste à confier aux Banques centrales, pour nous, à la Banque de France, le soin de racheter aux banques commerciales leurs actifs pourris avec cet argent.

      C’est ça, ou 200 milliards d’impôts de plus.

      L’autre solution serait de laisser les banques faire faillite, ce qui arrivera peut-être, mais après les élections en Allemagne, fin Septembre 2013...

      Jusque là, on met des rustines...


  • BA 19 avril 2013 23:27
    Dans l’Antiquité et au Moyen Age, les alchimistes essayaient de transformer le plomb en or.

    Les alchimistes sont des petits joueurs.

    Mario Draghi, lui, a fait plus fort : il a transformé la merde en euros !

    Les banques françaises ont dans leurs livres des centaines de milliards d’euros d’actifs pourris, de créances irrécouvrables, bref des merdes, ... mais des merdes françaises.

    Pour s’en débarrasser, les banques françaises donnent leurs merdes à la Banque de France.

    Ensuite, la Banque de France donne à Mario Draghi ces merdes françaises ... et Mario Draghi lui donne en échange des milliards d’euros, tout beaux, tout neufs, tout propres.

    Ensuite, la Banque de France donne ces milliards d’euros aux banques privées françaises, qui les utilisent pour acheter les obligations de l’Etat français.

    Et tout le monde est content !

    Les banques espagnoles font pareil avec la Banque d’Espagne, les banques italiennes font pareil avec la Banque d’Italie, etc, etc, Mario Draghi est un très grand alchimiste !

    Bon, évidemment, les journalistes allemands et les hommes politiques allemands disent que la BCE a tort de recevoir toutes ces merdes et de donner en échange tous ces milliards d’euros aux pays européens du sud : France, Espagne, Italie, etc.

    Schäuble en faveur d’une action de la BCE pour réduire les liquidités.

    Le ministre allemand des Finances verrait d’un bon oeil une action de la Banque centrale européenne (BCE) pour réduire les liquidités en circulation dans la zone euro, selon un entretien à WirtschaftsWoche, mais juge que cela est difficile dans la situation actuelle.

    « Il y a beaucoup d’argent sur le marché, selon moi trop d’argent », a déclaré Wolfgang Schäuble dans un entretien au magazine allemand à paraître lundi, mais dont des extraits ont été publiés vendredi.

    Donc « si la BCE essaie d’utiliser sa liberté d’action pour réduire un peu cette grande quantité de liquidités, je ne pourrais que le saluer », a-t-il ajouté.

    Mais la liberté d’action est minime actuellement en raison de la crise qui frappe nombre de pays de la région, a-t-il aussi souligné. « Nous ne devons pas oublier en Allemagne que beaucoup de pays européens sont encore dans une situation de croissance précaire ».


  • lionel 20 avril 2013 12:07

    Bonjour à tous, 


    J’ai une question ingénue. La « France » est engagée sur plusieurs théatre de guerre comme supplétif des zétazunis et de l’empire. Ces opérations, surtout celle du Mali, sont très très coûteuses. La « France » ne s’est elle pas vue donner le droit d’imprimer « son Euro »pour éviter une faillite de banque qui aurait représenté un risque pour ces interventions coloniales (au service de l’empire) ?

    Bonne journée

    • lionel 20 avril 2013 13:43

      Avec une certaine dose d’humour je m’interroge. Pourquoi moinçe t’on une question posée sur un forum alors que l’on reconnaît être ignorant sur le sujet et que l’on attend un éventuel éclaircissement ?? 

      La « France » intervient au Mali mais s’i l’on observe, ce sont les zétazunis et l’UE qui sont derrière. Est-il donc idiot de demander si les « faveurs » d’impression monétaire ne sont pas aussi dues à ce rôle joué par la « France » au Sahel ou ailleurs ?

    • sam turlupine sam turlupine 20 avril 2013 15:26

      Par lionel (---.---.---.99) 20 avril 13:43

      La « France » intervient au Mali mais s’i l’on observe, ce sont les zétazunis et l’UE qui sont derrière

      Il faudrait un peu songer à cesser de fantasmer avec la réalité.
      Les Etats-Unis ont bien évité de se mouiller au Mali, de même que l’UE, qui y est allé à reculons.

      Par ailleurs, l’intervention de la France au Mali n’a strictement rien à voir avec une intervention « coloniale » ; elle était urgente,et indispensable, pour éviter que le Mali, et à sa suite d’autres pays sahéliens, deviennent la base arrière de tous les groupes terroristes exilés de Libye, de Syrie, du Pakistan, et d’ailleurs.

      Au lieu de procéder à des amalgames fumeux derrière votre clavier, allez sur place demander aux Maliens et aux autres pays africains ce qu’ils en pensent.


    • lionel 20 avril 2013 19:05

      Sam,


       j’étais domicilié au Nord Mali et j’y ai une expérience de plus de dix années. Mon épouse est du Nord Mali et mes enfants y sont nés. Toute ma belle famille est là-bas ainsi que mes amis. Il y a dix mois que nous sommes réfugiés ici et croyez bien que je dispose de quelques informations locale régulièrement... Ce que vous dites n’est que la version officielle et la réalité est plus complexe et (pardonnez moi l’expression) bordélique.

      Il me semble que ma question initiale est fondée, donc si quelqu’un peut apporter quelques lumières...

  • c’est pas grave 20 avril 2013 22:03

    cette monnaie est tunique ?
    non , elle est foireuse


  • BA 21 avril 2013 13:53
    Quelle est la différence entre un Allemand et un Français ?

    Réponse :

    Schäuble en faveur d’une action de la BCE pour réduire les liquidités.

    Le ministre allemand des Finances verrait d’un bon oeil une action de la Banque centrale européenne (BCE) pour réduire les liquidités en circulation dans la zone euro, selon un entretien à WirtschaftsWoche, mais juge que cela est difficile dans la situation actuelle.

    « Il y a beaucoup d’argent sur le marché, selon moi trop d’argent », a déclaré Wolfgang Schäuble dans un entretien au magazine allemand à paraître lundi, mais dont des extraits ont été publiés vendredi.

    Donc « si la BCE essaie d’utiliser sa liberté d’action pour réduire un peu cette grande quantité de liquidités, je ne pourrais que le saluer », a-t-il ajouté.

    Mais un Français dit exactement le contraire !

    Un Français dit ceci :

    Trop d’austérité tue la croissance. C’est un des messages que Louis Gallois, commissaire général à l’investissement, a tenté de faire passer ce dimanche lors du Grand rendez-vous Europe 1 - I>Télé - « le Parisien-Aujourd’hui en France ». 

    L’ancien dirigeant de la SNCF et de EADS préconise trois moyens pour relancer la croissance en Europe : « desserrer le calendrier de retour aux équilibres des finances publiques, une politique plus accommodante de la BCE en mettant plus de liquidités dans l’économie, savoir ce que l’Europe peut faire pour relancer sa croissance. »


    La France et l’Europe du sud veulent que l’alchimiste Mario Draghi continue à :
    - stocker dans les coffres de la BCE tous les actifs pourris, toutes les merdes de l’Europe du sud ;
    - déverser des dizaines de milliards d’euros vers l’Europe du sud.

    L’Allemagne et l’Europe du nord veulent que l’alchimiste Mario Draghi arrête de :
    - stocker dans les coffres de la BCE tous les actifs pourris, toutes les merdes de l’Europe du sud ;
    - déverser des dizaines de milliards d’euros vers l’Europe du sud.

  • alt57 alt57 10 juillet 2013 13:03

    Sous une apparence de richesse des pays

    les banques et la finance euro s’enrichissent.

    et nous font consommer les semences pour l’avenir.

    en fait nous nous appauvrissons.

     

    Avec ça l’Europe n’est pas faite 

    son parlement est une énorme baudruche molle bourrée

    de fonctionnaires inutiles grassement payés

    pondant des normes et des taxes paralysantes pour

    l’industrie et l’économie. Notre source de revenus.

     

    Quant à l’euro, c’est une poule de luxe.

     Dont paraît-il on est fier à lire les spécialistes

    Conseillers de nos dirigeants

    Ce vieux et riche continent se consume

    à l’instar de la Rome antique

    et chute lentement, comme une grosse nef qui sombre. 


Réagir