lundi 24 décembre 2018 - par Martin de Wallon

L’ex-ministre et président Ilon Iliescu inculpé pour crimes contre l’humanité

Les procureurs roumains annoncent l’inculpation de l’ex-président Ilon Iliescu pour son rôle dans les événements violents qui ont suivi la révolution de 1989 et le renversement du régime communiste. 

Il aura fallu une vingtaine d’années. Il s’agissait pour les procureurs roumains de démontrer le rôle et la responsabilité de l’ex Ministre Ilon Iliescu dans les mouvements révolutionnaires sanglants qui ont eu lieu à Bucarest, après avoir débuté à Timisoara, le 16 décembre 1989. Le verdict a été enfin rendu ce vendredi 21 décembre : Ilon Ilescu, ancien Président du pays, a été inculpé pour crimes contre l’humanité.

Rattrapé par son passé

Ce n’est pas la première fois qu’Ilon Iliescu est impliqué dans de sombres affaires judicaires. Déjà en 2000, l’homme avait été mis en examen pour un gros scandale de blanchiment de fonds publics entre Bucarest et Paris.

En 2005, le Ministère public fait réapparaitre Ion Iliescu au-devant de la scène. Une autre enquête pour meurtre est lancée contre lui en rapport avec la répression des « Minériades » de 1990. Cette triste affaire rappelle la descente sur Bucarest des mineurs de la vallée du Jiu où des manifestations estudiantines se sont tenues. Il y a eu six minériades toutes aussi meurtrières. La plus terrible s’est tenue du 13 au 15 Juin 1990 juste après la révolution roumaine. A cette époque, Ilon Iliescu est au pouvoir mais son influence vacille. Il fait alors appel à de nombreux mineurs pour aider les autorités à mater la jeunesse frondeuse dans la capitale.

Classée sans suite en 2015, l’histoire refait surface en 2016 puis en 2017. Les procureurs avaient demandé le feu vert de l’actuel président roumain Klaus Lohannis pour poursuivre iliescu et ses co-accusés. Celui-ci avait donné son accord

 Agé de 88 ans aujourd’hui, Ilon Iliescu a été à la tête du Front de Salut National. Le 26 Décembre 1989, peu après le renversement et l’exécution du dictateur Ceausescu, Iliescu, dirigeant du nouveau parti est nommé à la tête du gouvernement intérimaire. Il remporte ensuite l’élection présidentielle du 20 Mai 1990 et il est réélu le 11 octobre 1992 après l’adoption d’une nouvelle constitution. Le 10 Décembre 2000, il reprend le pouvoir à la tête du Parti de la démocratie sociale. Au cours de son second mandat présidentiel, il fait entrer son pays dans l’OTAN en mars 2004, et il engage des discussions en vue de l’adhésion de la Roumanie à l’union européenne en 2007. 

Ilon Iliescu a échappé très longtemps à la justice de son pays, aidé par son statut de Président et sa grande influence au sein de son parti. Mis en examen pour les évènements de décembre 1989, il disait garder la tête haute devant le « jugement de l’histoire ». Pourtant loin de l’homme confiant et serein, Ilon apparait désormais fragilisé. Fatigué, il est contraint de faire face à une Roumanie qui n’a jamais assumé son passé.

« Fausses informations et tirs fratricides »

Au total, ce sont 1104 personnes qui avaient trouvé la mort lors du fameux soulèvement en décembre 1989 : 162 avant la chute du dictateur Nicolas Caeusescu et 942 les jours suivants. 28 ans après les faits, le bilan n’est toujours pas clairement établi.

M. Illon Ilescu avait été mis en examen pour ces tueries au côté de quatre autres personnes, dont M. Gelu Voican Voiculescu, ancien Vice Premier Ministre et Petre Roman, Ancien Premier Ministre. Selon les procureurs : « MM. Ilescu et Voiculescu ont répandu de fausses informations lors de leurs prises de parole à la télévisions et dans les communiqués, contribuant à créer une psychose généralisée. »

Ils ont poursuivi en précisant que lesdites déclarations ont créé des « situations de tirs fratricides, de fusillades confuses et d’ordres militaires contradictoires. »

D’autres accusations ont été retenues, notamment le rôle de M Ilescu dans la condamnation et l’exécution des Ceausescu après un simulacre de procès.

275 personnes ont déjà été poursuivies pour leur implication dans ces meurtres. Losif Rus un ancien commandant de l’aviation militaire était suspecté d’avoir causé la mort de 48 personnes à l’aéroport d’Otopeni le 23 Décembre 1989. Les groupes de soutien aux victimes dénoncent par ailleurs le fait que la condamnation n’ait été effective, que pour seulement une dizaine de personnes.

Ilon Iliescu continue de réfuter les faits qui lui sont reprochés. M Voiculescu quant à lui dénonce vivement un procès instrumentalisé et honteux. « Un acte de revanche politique triste et douloureux » a-t-il affirmé.



3 réactions


  • Jeekes Jeekes 24 décembre 2018 18:08

    ’’Il aura fallu une vingtaine d’années.’’

     

    Pas plus rapide que la notre, la ’’justice’’ roumaine !

     


  • xana 24 décembre 2018 18:23

    Je sais qu’il n’est pas facile à un francais d’écrire en Roumain mais merci de ne pas écorcher les noms propre, surtout quand il n’y a pas de problème.

    L’homme dont il est question ici est Ion Iliescu.

    Je suis étonné que les tribunaux roumains se décident si vite à le juger, d’habitude on attend la mort de ce genre de salaud pour regretter très fort de n’avoir pas pu le punir à temps. Evidemment il a eu beaucoup de sang sur les mains, mais il n’a pas été le seul.

    A propos, pour Sarkosy, Hollande et Macron, ce sera quand le procès pour les guerre non déclarées ?


Réagir