vendredi 10 janvier - par Desmaretz Gérard

L’exfiltration de Carlos Ghosn, un cas d’étude

Ironie de l'actualité, les jeux d'évasion ou escape games sont apparus au Japon avant de se répandre en Europe... Dans la réalité, s’enfuir est avant tout un acte de volonté et de détermination. L'homme refuse de subir la situation imposée et décide de prendre son sort en main, comme les Japonais diraient, le gaijin (péjoratif pour étranger) a affiché son konjo (avoir du coffre), une valeur très appréciée au pays du soleil levant. Une évasion ne s’improvise pas, il faut la préparer mais cela ne prend pas des mois. Les questions essentielles sont : comment échapper à la surveillance ? Où êtes-vous, où irez-vous, par où passerez-vous ? Comment retarder la découverte de l'évasion ? Quels moyens de déplacements utiliser ? Quelle logistique a-t-on besoin ? A quel moment agir ? Sur quelle coopération compter, comment communiquer, etc.

L'évasion est avant tout une décision personnelle, le défenseur de C.G a déclaré : « la colère a cédé la place à autre chose, quand je me suis rappelé comment il était traité par le système judiciaire du pays. (...) Je peux facilement imaginer que si d'autres personnes avec des moyens financiers, des relations et la capacité d'agir vivaient la même expérience, elles feraient la même chose ou du moins l'envisageraient ». L'ancien patron de Renault & Nissan ne pouvait pas voir son épouse ni son fils ainsi que leur parler, pas plus qu'il avait le droit à un interprète professionnel, et les procès prévus pour avril et septembre 2020 avaient été sine die !

Carlos Ghosn placé en résidence surveillée à Tokyo depuis avril 2019 après s'être acquitté de deux cautions totalisant 12.5 millions d'euros..., était autorisé à s'absenter jusqu'à 72 heures et à se déplacer sur tout le territoire avec interdiction de quitter le Japon. La surveillance de la résidence assurée par une société privée mandatée par Nissan fut levée le 29 décembre, les avocats de C.G exigeaient qu'il soit mis un terme à cette surveillance estimant qu'elle violait les droits de leur client. Tous les facteurs critiques de succès (FCS) passent alors au vert, la liberté est proche, le branle-bas est sonné. C.G quitte sa résidence dimanche 29 décembre en début d'après-midi, la suite de sa dérobade, on ne peut que l'imaginer.

On sait que l'appareil ayant servi à transporter Ghosn à destination d'Istanbul, provenant de Dubaï, a décollé de l'aéroport d'Osaka à 23 h 10, soit onze heures après qu'il eut quitté sa résidence. A-t-il emprunté le métro ou un bus pour quitter Tokyo (37 millions d'habitants) et attrapé le vol sans escale de 14 h 45 qui atterrit à Osaka à 16 h 35 (nul besoin d'une pièce d'identité pour embarquer sur un vol intérieur) ? A-t-il préféré le Shinkansen, le TGV japonais (trois voitures sont destinées aux voyageurs sans réservation) ? A-t-il opté pour le car, 10 heures de transport, ou a-t-il embarqué à bord d'un véhicule ou d'un cycle, il faut compter six heures pour accomplir les 500 kilomètres reliant Tokyo à Osaka. Le permis international n'est pas valide au Japon, il faut passer par l'Ambassade ou la Japan Automobile federation qui délivre un permis en échange d'une copie du passeport et du visa (conduite à gauche, à l'anglaise, avec volant à droite). Autant dire que les enquêteurs nippons doivent éplucher ces fichiers et les agences de location ou de covoiturage... L'évasion par voie maritime représente une autre possibilité, le Japon a 29.000 kilomètres de côtes et on est jamais loin du bord de mer. Les triades (nom donné par les Britanniques de Hong-Kong aux sociétés secrètes chinoises) y sont très actives dans la contrebande, le trafic d'êtres humains et travailleurs clandestins. On estime à plus de 300.000 le nombre de clandestins présents au Japon.

Une fois à l'extérieur, le grand jeu peut commencer, l'homme suit un parcours déjà reconnu avec soin par un élément précurseur destiné à repérer une filature (policiers, privés, journalistes, paparazzi, pègre) et a contourner les caméras (Le trajet dépend de l'urbanisme, « arabesques » bien connues de tous les personnels se livrant à la surveillance d'agents étrangers et des agents eux-mêmes). Pour renforcer la sûreté, une « sonnette » est placée sur l'itinéraire et attend le passage de la cible afin de confirmer qu'elle n'est pas suivie avant de fermer la marche à son tour. A un signal et en un endroit convenu, le fugitif procède à une manœuvre destinée à rompre une filature qui serait restée inaperçue avant de procéder à un désilhouettage pour rompre le contact visuel et quitter la zone avant de rejoindre le moyen de recueil et de prendre la poudre d'escampette.

Le déplacement reste une période durant laquelle le fugitif est vulnérable : ne jamais prendre l'itinéraire le plus évident ni le plus favorable - choisir l'itinéraire le plus fiable et non le plus rapide - toujours renoncer à la facilité. Tout déplacement est soigneusement planifié, itinéraires indirects et relais soigneusement préparés afin d'éviter la proximité de lieux faisant l’objet d’une surveillance humaine : caserne, administrations, poste de police, etc., ou vidéo (même la couverture des radars routiers, côtiers ou aériens figure dans le dossier RFA), mettre à profit l'heure, le jour, une période d'affluence pour mieux se fondre dans le flot piétonnier ou celui des véhicules (voie médiane).

Le séjour des opérateurs sur place doit être limité afin de réduire les risques d'une découverte prématurée, à moins qu'il faille se fondre dans l'environnement pendant un certain temps pour assurer la couverture. S'il faut séjourner dans un lieu fixe, le faire de préférence chez un particulier (la location type airB&B supprime souvent le contact avec le propriétaire, les clés sont déposées dans une boîte à clés sécurisée fixée sur le mur). S'il faut procéder à des achats, uniquement des achats courants ou indispensables et réglés en espèces. Si la caissière se trompe, s'abstenir de le lui faire remarquer, ce qui lui laisserait immanquablement un souvenir et de là un signalement. De même, il faut éviter d'engager la conversation avec n'importe qui, il faut devenir un individu couleur passe- muraille et privilégier le low profil.

Toujours partir du principe que l'on est observé, surtout si la tenue vestimentaire ou le comportement diffère (C.G portait un masque en papier lui dissimulant la partie inférieure du visage, une pratique courante in situ, et un couvre-chef). Le type ethnique est à prendre en compte, plus de 250.000 Sud-Américains vivent au Japon, la plupart des petits-fils de la diaspora nippone émigrée au Brésil, Chili, Pérou (souvenez-vous de Fugimori, le président du Chili). C.G né au Brésil, aurait pu se faire passer pour un Nippo-Brésilien avec très peu de modification (grimage). Le nombre maximum du groupe ? quatre, cela réduit le risque de détection et favorise la cohésion, mais toujours se tenir prêt à poursuivre seul.

Des « détails » émergent au fil des jours, C.G a rejoins deux hommes dans un hôtel de luxe situé à un kilomètre de sa résidence, le trio a pris ensuite place à bord du Shinkansen (TGV nippon) à destination d'Osaka. Parvenu à Osaka, le trio aurait pris un taxi pour rejoindre l'hôtel où les deux opérateurs s'étaient délesté de leurs bagages (2 malles, trois sacs de voyage et cinq bagages à main). Deux heures plus tard, c'est un binôme qui en sort pour se rendre avec leurs bagages à l'aéroport (une malle de magicien, 1.600 $, aurait été plus adaptée). Si un parcours combiné (changement de moyen de transport) augmente le travail des enquêteurs, il accroît aussi les risques (un plan de diversion n'est pas toujours conseillé, mais doit toujours être envisagé, ainsi que la Conduite A Tenir en cas de découverte). Il faut impérativement changer de look et si possible d'identité, avant d'emprunter le nouveau vecteur ou changer de zone (se méfier du portable, même double SIM, il possède deux IMEI). Le choix de passer par des hôtels est à peine croyable, tous sont équipés de vidéo-surveillance, les serrures électroniques sont de véritables mouchards, et leurs salles de bain une banque de données ADN.

Prendre une décision opérationnelle consiste à faire des choix. La grille MOFF (menaces, opportunités, forces, faiblesses) reste une matrice décisionnelle. Une action est organisée en une série d'étapes : conception, préméditation, délibération, résolution, préparation, exécution, qui représente le cycle opérationnel et auquel correspond l'intelligence, les sentiments, la conscience, la volonté, la connaissance, la détermination. Une opération d'exfiltration est toujours unique. On ne saurait se contenter de « prêt à porter », le sur-mesure reste toujours de mise. Toute règle à caractère d'improvisation se doit d'être limitée au temps le plus court au risque d'engendrer à son tour la survenance d'autres imprévus.

La fiabilité d'une opération repose sur le fait que toutes les MOFF & FCS ont été correctement recensés, la moindre erreur ou omission et l’affaire serait vouée à l'échec. La mission fixe les contraintes : nature, délais, coûts financiers, politique, humain (Greg Kelly, bras droit de CG interpellé au Japon après y avoir été attiré malicieusement risque de subir les conséquences de cette fuite). Une masse considérable d'éléments essentiels d'information (EEI) peut être rassemblée par un esprit préparé en seulement quelques jours. Il se peut que la réponse que l'on a l'intention d'adopter n'ait jamais été expérimentée, ou alors dans des conditions différentes. Il faut analyser la mission : de quoi s'agit-il ; que faut-il faire ou ne pas faire ; les délais ; les servitudes ; analyse de la succession des tâches ; se trouve t-on face à une situation claire ou confuse ; situation stable ou changeante ; quels sont les dangers généraux et particuliers ; état des lignes de communication ; relations internationales (lors du survol d'un pays par exemple, qu'adviendra-t-il si l'appareil doit se poser en urgence) ; les conditions météo, etc. Les FCS pouvant changer extrêmement rapidement au cours du déroulement de la mission, les opérationnels doivent parfois se satisfaire de consignes provisoires tout en tentant de s'adapter le mieux possible aux données du moment.

L'action implique une préparation - une prise de décision - une réalisation. La préparation repose sur la classique litanie : renseignement - sélection du personnel - préparation - se déplacer - aborder la zone - la reconnaître - exécuter la mission - se replier - rendre compte. Les techniques d'élaborations reposent sur la tradition, l’expérience, la logique, les antécédents, l'organisation : formation spécialisée nécessaire, la planification, la préparation, la sélection du personnel, du matériel, de la méthode de raisonnement tactique, des renseignements indispensables à la mission, familiarisation avec le terrain, coordination des différentes phases (on peut utiliser un diagramme en arêtes de poisson) afin d'assurer la réussite de la mission.

Les opérateurs se doivent d'adopter une couverture plausible, et chacun d'emprunter des itinéraires différents. Le point de RDV sélectionné doit être facile à trouver pour les participants mais pas évident pour l'adversaire, et offrir plusieurs voies d'accès, voire un obstacle (élément bouchon fixe ou mobile...) s'opposant à une arrivée soudaine. Lors du déplacement pour rejoindre le point de rendez-vous, les hommes doivent éviter tous contacts imprévus : risque de témoins, d’alerte, prise à partie avec toutes les conséquences désastreuses que cela comporte. Ce point doit permettre la rencontre sans attirer l’attention, parvenu à celui-ci, les participants se reconnaîtront à distance (il se peut que ces hommes ne se soient jamais rencontrés auparavant) et prendront connaissance des dernières directives qui avaient été tenues secrètes pour protéger l'opération, une fuite de dernière minute est toujours redoutée.

Toute décision résulte de l'appréciation de la situation et des différentes possibilités, elle comprend les décisions fondamentales, je veux : quoi, quand, où, comment, combien avec la prise en compte de la succession : de tâches, du dispositif, du timing. L'aspect humain revêt une importance capitale. L'homme est en interaction avec la situation et son environnement, chaque exécutant se doit d'accomplir des tâches spécifiques. Il est une partie d'un ensemble et peut aussi devenir une partie d'un problème, ce qui impose de répartir les tâches à accomplir en fonction des aptitudes réelles et non pas celles supposées. L'exécution doit réduire la durée d’exposition, la surprise accroître les chances de réussite, et la simplicité éviter toute hésitation ou confusion pour les exécutants.

« M. Ghosn est soupçonné d'avoir employé un moyen illégal de sortie du territoire, soit sous une fausse identité ou en échappant aux contrôles. (...) il a pu s'enfuir en se cachant dans une caisse d'instrument de musique ». Le Japon, 127 millions d'habitants (334 hab /km2) est le pays le plus sûr au monde, les bagages de l'aviation d'affaire ne sont pas examinés aux rayon X ni soumis à la truffe d'un chien ou renifleur de CO2. L'avion, un Bombardier Global Express (rayon d'action 11.000 km, capacité d'emport 8 passagers et 3 membres d'équipage) qui dispose de la bande Ka permettant l'usage d'Internet, a probablement été retenu pour sa soute à bagages qui reste accessible depuis la cabine. C.G a pu être transporté dans une « malle » et rejoindre la cabine l'appareil en vol !

Le scénario rapporté laisse pantois, deux passagers ont embarqué avec deux malles à bord de l'appareil à Osaka, ils sont trois à débarquer à Istanbul sans malle et sous l'objectif d'un employé immortalisant la scène sur le tarmac ! Les deux opérateurs, d'embarquer sur une ligne commerciale, C.G de rejoindre le Challenger à destination de Beyrouth. Pourquoi n'a-t-il pas regagné l'abri de la malle avant l'atterrissage avec un transbordement à bord du second appareil, ensuite de la détruire ! Les signalements via OIPC (Interpol) vont « pleuvoir », les polices scientifiques japonaise et turque sont au travail, des noms de personnes physiques et de sociétés circulent, et sept personnes ont été interpellées en Turquie. Un employé de la compagnie MNG a déclaré : « J'étais effrayé, j'ai mis un homme dans un avion et je l'ai mis dans un autre à l'aéroport ». Laissons le mot de la fin à C.G, adepte de l'escapologie : « Il n'y a pas de problème sans solution ».

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°



28 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 10 janvier 09:11

    Vous connaissez « Sadat » ?

    C’est une société militaire privée turque qui s’est donné pour mission « d’établir une collaboration dans les domaines de la défense et des industries de défense avec les pays islamiques ». Elle a été active en Libye à titre officieux.

    Ce n’est pas la seule en son genre d’ailleurs : Erdogan a déjà évoqué la présence en Libye de la société militaire russe Wagner, qui appuie, elle, les forces rivales de Khalifa Haftar.

    Adnan Tanriverdi, le fondateur de Sadat, connu pour ses multiples relations avec les mouvements et les groupes islamistes dans les pays arabes, est un ancien général devenu conseiller militaire du président Erdogan prêt à un engagement similaire de son organisation à titre officiel, mais pour l’instant la loi turque limite le rôle de ces sociétés à des activités de conseil, ce qui ne les empêche pas de détenir et utiliser un arsenal d’instruments contendents qui n’ont rien à voir à avec des lance-pierres.  


    Cette société sécuritaire privée turque prête main-forte au gouvernement de Fayez Al-Sarraj. Les experts turcs présents à Tripoli sont dépêchés par Sadat pour conseiller les milices ou commander les drones trucs Bayrakdar.

    Adnan Tanriverdi considère que son pays a « besoin de sociétés sécuritaires privées pour employer des mercenaires », et précise que « Si la Turquie envoie des mercenaires en Libye, ça sera plus efficace que les sociétés Wagner ou Blackwater  ».Pour lui, la mission de sa société consiste à « définir les dangers qui menacent le monde islamique  ». Il revendique l’entraînement de l’Armée syrienne libre, désormais rebaptisée « Armée nationale syrienne » dont les membres sont envoyés pour combattre en Libye et aussi que cette armée nationale syrienne n’est que « le bras armé des Frères musulmans ».

    Pensez-vous que l’escale de Ghosn à Istanbul ait un rapport avec ça ?


    • Trelawney Trelawney 10 janvier 12:06

      @Séraphin Lampion
      Vous pensez que Carlos Gohn prépare sa reconversion dans la sécurité privée ?


    • mazig 10 janvier 12:41

      @Séraphin Lampion
      Et si tu nous parlais des magouilles de l’OTAN et ses visées destructrices de plusieurs pays comme cela fut le cas pour la Lybie et tant d’autres.La recolonisation militaire de l’Afrique sous prétexte de combattre un pseudo groupuscule de barbus qui se déplacent à dos de chameaux avec comme armement du baroud fantasia.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 10 janvier 13:06

      @Trelawney

      « Vous pensez que Carlos Gohn prépare sa reconversion dans la sécurité privée ?  »

      pas du tout

      je sais seulement que Ghosn fait partie du lobby libanais maronite, réseau plutôt discret (un peu comme la Suisse), mais non moins influent et servant de lessiveuse pour les transferts de fonds entre des réseau moins discrets, comme les « frères » et la diaspora qui n’existe pas.

      Après, il faudrait être plus fort que la CIA et le FSB pour connaître le dessous des cartes.


    • Marie 11 janvier 23:56

      @Séraphin Lampion Je connais bien un membre de sa famille. Les Ghosn ne sont pas maronites mais de confession juive. Ils sont très pratiquants mais portent des bijoux chrétiens : croix, médailles de la Vierge... L’évasion de ce grand patron voyou a été orchestrée par le président Macron lui-même et les services français.


    • Ruut Ruut 13 janvier 17:04

      Il est fort Bénala quand même.......

      Sa sent quand même l’exfiltration a la française.


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 10 janvier 09:56

    Y’aurait même une implication de barbouzes israéliens ^^


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 10 janvier 11:47

      @bouffon(s) du roi

      il a quand même dû sacrément arroser, la gazier, de tous les côtés, avant et après ses tribulations nippones, et de tous les côtés...


    • Emohtaryp Emohtaryp 11 janvier 12:41

      @Séraphin Lampion

      Arroser à tour de bras, pour sûr !

      Maintenant l’escroc en cavale après son numéro de pleurniche réclame sa retraite chapeau à Renault......soit en gros 800 000 e/an, le minimum vieillesse, quoi....

      Pas belle , la vie ?


  • mazig 10 janvier 12:35

    Je ne défends pas Ghosn , qui est comme tous les autres patrons , mais on est obligé de reconnaitre qu’il a fait de Renault , suite à sa fusion avec Nissan , le premier groupe automobile mondial ; Et cet empire est en train de se désintégrer avec un futur des plus sombres pour Renault. 


    • Octave Lebel Octave Lebel 10 janvier 19:02

      @mazig
       Il a fait cela tout seul ? Sans lui rien de ce qui a été fait n’aurait existé ? Il me semble que Total va bien malgré le tragique accident de son ancien PDG dont personne ne conteste les compétences et les mérites.


    • mazig 11 janvier 10:05

      @Octave Lebel
      Il faut comparer ce qui est comparable.Total opère dans un secteur ou la demande dépasse l’offre et ou les monopoles sont de mise.Tandis que le secteur automobile est soumis à une concurrence des plus sauvages et ou les gros écrasent et bouffent les petits. Mon idée est que , vu la nature sauvage de ce milieu , il parait judicieux de confier leur devenir à des Carlos Ghosn dont l’esprit et le mode de raisonnement sont en totale adéquation avec la philosophie qui y règne. Il y va de la survie de centaines de milliers d’emplois , sans renier que  ceux-ci sont soumis aux pires formes d’esclavagisme et d’exploitation.


    • Ruut Ruut 13 janvier 17:08

      @mazig
      Super un groupe qui produit des voitures majoritairement pas en France et qui ne font même pas rêver au niveau fiabilité et qualité.....

      Moi j’appelle ça un échec industriel complet.

      Une réussite industrielle impose immédiatement le Respect comme BMW.

      Un voiture où tu ne pas pas au garage pour des vices de conception ou des défauts de production.


  • lloreen 10 janvier 12:58

    Vous savez aussi à qui est « confiée » la sécurité des aéroports européens et même celle de la Tour Eiffel et dont il est avéré qu’elle est toujours défaillante lorsqu’elle devrait fonctionner pour débusquer les terroristes ?...

    http://conspirationskhayel.over-blog.com/2016/03/l-entreprise-israelienne-icts-du-11-septembre-assurait-la-securite-de-l-aeroport-de-bruxelles.html

    (La vidéo de l’article a bien entendu été censurée...)

    ll y a de ces « coïncidences » qui par le plus grand des « hasards » font toujours le bonheur des truands ...

    https://www.lemondejuif.info/2015/11/terrorisme-israel-securise-la-tour-eiffel/

    On souhaite à la France tout le bonheur du monde en cette période troublée...surtout sous une telle « bénédiction ».


  • vesjem vesjem 10 janvier 13:10

    conférence aux Arts et Métiers en 2016

    un modèle de logiques et de précisions

    https://www.youtube.com/watch?v=rMzdTTXTHJM


  • sound of sound of 10 janvier 20:35

    @l’auteur

    On dirait un article d’un enquêteur de BFM ^^... Bon j’ai lu jusqu’au bout quand même !!! y’a du taf , ça c’est certain ;) ... Mais franchement on s’en fou de Carlos.g ... Y ’a des sujets en ce moment bien plus importants . A moins que ce soit une affaire pour noyer le gros poisson ?! Histoire de distraire le petit peuple avec un peu de « spectaculaire » !!! Parler de cet escros, c’est lui donner du « crédit » et détourner le regard des vrais problèmes que nous traversons en France ;) Je serais pas étonné qu’il se passe des « rebondissements » !!! Bref, pour CG ouverture d’une enquête, et au trou en attendant ^^ comme les vrais citoyens quoi ^^... Après j’avoue les Japonais sont très corrompu niveau justice... Euh pardon comme partout en fait ;)


  • tout_permis tout_permis 11 janvier 02:55
    Y a vraiment aucune intrigue dans cette affaire. Ghosn au dessus des loi où qu’il aille parce que c’est un puissant et que le monde industrialisé est une oligarchie. Point.

    Je rappelle que mon billet « Ne dites plus violences policières mais terrorisme d’état » est systématiquement refusé depuis le 11/21 avec en parallèle cet avis aux modérateurs :

    Avis aux modérateurs : Cet article a été soumis la première fois le 22/11, sous différents titres : « Quel rapport... » ou bien « Ne dites plus "violences policières"... ». Les recoupements inédits et circonstanciés qu’il contient sont dans le droit fil de la politique éditoriale. Depuis, a éclaté l’affaire Cédric Chauviat, en accentuant encore la pertinence (voir plus bas). Je tiens Carlo de Revelli et Joël de Rosnay pour responsables de ce sabotage du débat public au profit de la propagande d’état. Ce faisant, ils contribuent aussi indirectement à la mise en danger de concitoyens. La politique éditoriale d’AgoraVox :

    Nous sommes en effet persuadés que tout citoyen est potentiellement capable d’identifier en avant-première des informations difficilement accessibles, volontairement cachées ou ne bénéficiant pas de couverture médiatique

    J’invite chacun à faire pression sur Carlo de Revelli et Joël de Rosnay pour faire le ménage dans le média dit citoyen qu’ils ont fondé. Il en va de la démocratie.


    • pierre 16 janvier 11:50

      @tout_permis
      dit moi camarade, toi qui souhaite l’éviction des auteurs qui ne publient plus, tu votes toujours négatif, c’est logique ?


  • uleskiserge uleskiserge 11 janvier 09:24

    Ah, ils l’aiment leur Carlos Ghosn ! Comme vous l’aimez tous, gens des médias ! Argent, pouvoir, prestige.... qu’importent la probité, la morale... pourvu qu’on ait l’ivresse d’une audience, d’un audimat record.... 

     

    A gerber bien-sûr, encore et toujours cette complaisance, cette complicité et cette soumission d’une cruche ou de tout animateur médiatique dit « journaliste .


  • Eric F Eric F 11 janvier 09:54

    Le fond de l’affaire est-il que Ghosn ayant entrepris une fusion effective entre Renault et Nissan, le nationalisme nippon a serré les coudes pour le mettre sur la touche ? Tout haut dirigeant a forcément commis des « arrangements » d’optimisation fiscale ou des combines financières, il y avait forcément matière à procédure judiciaire.

    A postériori, les procédures de surveillance étaient justifiés, puisque c’est lorsqu’elles ont été levées que le clampin s’est fait la malle. Il avait évidemment des réseaux et des moyens, même au Japon probablement. Et il n’est pas totalement impossible que des « entités » françaises aient contribué, car le projet [avorté] de fusion avait les faveurs de l’actionnaire public.


  • zygzornifle zygzornifle 11 janvier 12:40

    Benalla l’a sorti du Japon dans son coffre vidé pour l’occasion ....


  • hgo04 hgo04 11 janvier 12:57

    La fascination des criminelles..

    «  »«  »«  » Dans la réalité, s’enfuir est avant tout un acte de volonté et de détermination. L’homme refuse de subir la situation imposée et décide de prendre son sort en main, comme les Japonais diraient, le gaijin (péjoratif pour étranger) a affiché son konjo (avoir du coffre), une valeur très appréciée au pays du soleil levant.

    «  »«  »«  »

    Manque plus qu’une demande en mariage ... Fut un temps, MESRINE recevait des lettres d’admiration dans sa cellule.. c’était avant internet ..


    • robert 11 janvier 17:27

      @hgo04
      "Manque plus qu’une demande en mariage ... Fut un temps, MESRINE recevait des lettres d’admiration dans sa cellule.. c’était avant internet .. "Mesrine n’a pas beaucoup été en cellule...
      Dutroux et Martin en reçoivent aussi


    • hgo04 hgo04 28 janvier 17:09

      @robert
      hé hé.. Oui, c’est vrai.. MESRINE était juste de passage.. Peut être pour ça qu’il n’était pas marié alors !

       ;)


  • cétacose2 11 janvier 19:08

    Il est bien triste et injuste qu’ un innocent Boing ukrainien ait été abattu accidentellement par un missile alors que quelques jours avant le jet privé du nabot libanais passait au même endroit....


  • Pierre 12 janvier 15:57

    Légitime de vouloir quitter les japonais quand on sait que ces salopards ont tué plus de gens que les nazis, pouah !


  • Vaietsev 12 janvier 19:27

    On a beau s’écarter de ne pas écouter cette pute de patron de Renault ,carlos ghosn ,celui là comme l’autre espèce d’ordure et de salaud de Trump ainsi que de leurs citoyens corrompus américains ,ceux là ne se géneront en rien pour s’appuyer sur la lecture des petits que l’on laisse en déshérence volontairement afin qu’ils trouve des solutions à une avancée du monde pour les riches et pour la politique française ,qui quand on le sait ne fais rien de son quotidien ,ce qu’elles fait,par contre ,c’est écouter les lectures ,à la sauce ,américaine des citoyens , OU D’UN CITOYEN FRANCAIS CELUI LA

    Le monde et la France selon carlos ghosn : LA RICHESSE ¨PARTOUT OU JE ME PRESENTERAI,ce pour les dinées mondains entourées de tout ses gens plus à vomir les uns que les autres !

    A ce rythme ou vont les choses et comment elles se font ,nous le peuple feront les grandes heures de gloire de la politique française qui est donc la politique américaine,qui celle ci ,se chie dessus ,quand elle nous réveille en pleine nuit pour aller mater la série « New york unité spéciale »afin d’y entendre ses 2 saletés de flics de l’équipe de Body count se chier dessus parce qu’on ne fais rien de notre quotidien ou parce qu on ne lis plu autant qu’avant ,POUR SES MOINS QUE RIENS AMERICAINS QUAND ON Y PENSE,qui n’obtienne de réponse et ne savent les choses parce que la France celle là travaille ,celle là ne passe pas le plu clair de son temps sur les iles paradisiaques ou à jouer au golf  !!!!

    Trump ,va te faire enculer ,espèce de bourrin !

    Edouard Philippe ,arrête de me faire de l’oeil ,je me branle souvent en pensant à toi la nuit pauvre enculé !

    Les USA ,nos alliées ?? avec un adage tel ce MARCHE OU CREVE ?

    Bonne blague .

    La littérature pour s’évader ? 

    A quoi bon des romans quelqu’il soit ,et pourquoi lire si c’est pas de lire ce qui se passe dans notre pays ?

    LE MONDE AVANCE JE FAIS DONT AVANCER LE MONDE PARCE QUE JE LIS POLITIQUE ET PHILOSOPHIE ,MAIS SURTOUT PHILOSOPHIE ,et pendant ce temps ,L’AMERIQUE LE PIRE DES PAYS DE CE MONDE S’ARROGE LE DROIT DE FAIRE SON MONDE DANS LA MEMOIRE DES GENS OU ENCORE ICI D’UN CITOYEN PLUS PARTICULIEREMENT .


    Je suis la marionette des riches qui quand on le sait de nos lectures ne veut qu’un nouveau monde proposée ou éloquer par ,par exemple Jean claude michéa ,livre qui à bien y comprendre dès lors on nous le lisons ,nous ne serions plus dans la possibilité d’être en désaccord avec ce qui se met en place mais en total accord sans discussion aucune ,pourvu que le salauds de riches s’y retrouve .


    Je lis avant toute chose pour réfuter au fond de moi ce que l’amérique corrompu y entend ainsi que MON PAYS DE GUEUX LA FRANCE,et pas pour être d’accord avec ce qui se dis dans tout ses livres ,dans ce cas ,à quoi bon la littérature si nous ne pouvons nous faire philosophe quand nous nous construisons ??

    L’AMERIQUE n’a pas de limite à son développement ,et sa course en avant se fera avec l’aide D’UN CITOYEN FRANCAIS TOUT COMME LA FRANCE..........et pendant ce temps en terre gauloise , les français vivent heureux et TOUT PARIS ME DIS QU’ILS EN ONT ENVIE ,n’est ce pas Delahousse ,notamment quand je prend place aux cotés des français et militants qui pourraient vous mettre une méga branlée ,notamment quand on sait ce que PARIS fais de son quotidien ,n’est ce pas les verbatim !!!!


    Vassily , le guide du monde et de la France alors le monde .




Réagir