dimanche 5 mai 2019 - par George L. ZETER

L’histoire extraordinaire d’un pavé (1er mai 19)

JPEG

 

Pas l’pavé du bouquin

Mais, l’pavé de pierre

Qu’a débuté sa carrière

Extrait des matières premières 

Sable, ciment et grenaille de fer

 

Posé sur voie piétonnière

Paisible et printanière

Quand soudain, une main ferme

M’empoigne et me projette

Y a d' la cervelle écrasée, éparpillée

Ca saigne !

 

Ensanglanté, je roule

Suis empoigné encore

Et balancé très fort.

D’un casque de CRS, part

Un râle mortifère

 

J’viens de tuer

J’suis ramassé

Témoin de ce massacre

Mis dans un sac

Par un flic de la BAC

 

Au tribunal

Témoin à charge

Je ne dis mot

L’juge m’accuse

D’être pièce à conviction

 

Au sortie de la cour

Mon destin tout tracé

Est de finir broyé,

Dans du béton armé

Pour le système routier

 

Mais la chance me sourit

Car, un sbire de l’état

Me glisse dans sa sacoche

Où j’y retrouve aussi

L’gilet jaune décati 

 

Ainsi dit cet adage :

Sous les pavés la plage 

Mais aussi il est dit

Tenir le haut du pavé 

Tenir haute la dragée...

 

Et c’est tout bien, tout honneur

Aux sons des Hornes et des Buzyn

Et sans en avoir l’air

Que j’entrevois l'caniveau

Du ministère Beauvau...

 

Et ainsi, j'finis ma carrière

Sur un socle, en trophée

Sur le bureau du sinistre Castaner

En mémoire...

D’un premier mai, animé.

 

Georges Zeter/mai 2019



5 réactions


Réagir