mercredi 31 juillet 2019 - par Elric Menescire

L’incroyable violence de la macronie

 

Ou le récit d'un naufrage en bande organisée...

 

Une violence économique

 

L’excellent et inclassable Emmanuel Todd eut un jour cette phrase qui résonne désormais comme un coup de marteau : « Permettez-moi de vous démontrer pourquoi Macron, à l’inverse de Mussolini, n’est pas un fasciste. C’est parce que Mussolini avait un programme économique, lui ! »

Et, force est de constater que le « programme » économique de macron n’est en fait pas de lui… car il suit les Grandes Orientations de Politique Economique émises par l’Union Européenne à la lettre. Nous allons le démontrer de façon très simple et factuelle.

Ces GOPE sont émises par le Conseil de l’UE. Ce qui est marrant, si on va fouiner sur le site de cette institution qui affirme n’avoir qu’un « pouvoir de recommandation », c’est que son vrai pouvoir réside dans le fait que ces recommandations sont de nature juridique. Dit plus clairement : suite à l’adoption du Traité de Maastricht en 1994, chaque état membre n’a d’autre choix que de se mettre au diapason de ces préconisations. Car, s’il ne le fait pas, un mécanisme bien rôdé se mettra en place : amendes en pourcentage de son PIB, mise au pli par « les marchés », voire prise de contrôle par une Troïka, comme en Grèce où à Chypre…les exemples sont nombreux, et parfaitement documentés.

Pour éviter cela, la plupart des marionnettes ayant été élues via le suffrage « démocratique », à la tête des états européens, n’ont d’autres choix que d’appliquer à la lettre ces recommandations issues d’une entité extra territoriale, travaillant exclusivement au bien-être des flux financiers, des oligarques et des multinationales. Il en va de leur survie politique, mais aussi de celles de leur pays.

Comme le disait si bien Jean-Claude Drunker, « il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens ».

Deux exemples :

-Dans les GOPE 2017, on constatait les « recommandations » suivantes 

« La commission recommande que la France s’attache, en 2017 et 2018 :

- à réaliser d’importantes économies à court terme en ralentissant les dépenses de Sécurité sociale » Fait – PLFSS 2017 : moins 2.7 Milliards en 2017. En 2018 : hausse de diverses taxes Tabacs, sodas, CSG +1.7%.Hausse du forfait journalier hospitalier de 18 à 20 euro. Sans parler des réductions sur les prestations : report de l’indexation des retraites et du minimum vieillesse, baisse des APL…

-Les systèmes de retraite étant déficitaires sur le court moyen terme, il faut un objectif ambitieux : limiter les dépenses de santé et obtenir des gains d’efficacité à moyen-long terme. En cours-Réformes des retraites de 2019 (voir plus bas)

-Prendre des mesures pour réduire le coût du travail et améliorer les marges bénéficiaires des entreprises (..). Fait (maintien et augmentation du CICE, Flat Tax)

-Les caractéristiques du système d’assurance-chômage (…) sont susceptibles de décourager le retour à l’emploi. Fait (réforme Pole Emploi, voir plus bas)

-« Un certain nombre de barrières à l’entrée et de règlementations, ainsi que des tarifs, brident l’activité économique des professions règlementées(…) » Fait (vote CETA, Exit Tax).

Nous remarquons ici même que ces recommandations ont été parfois suivies dans les temps, parfois pas immédiatement... Ceci s’expliquant par le fait que la France, second pays de la zone euro, peut quand même aller pleurer de temps en temps à Bruxelles et Berlin, et réclamer un peu plus de temps pour mettre en œuvre les mesures d’austérité voulues par l’UE des banques et de la finance, vu ses « spécificités budgétaires ». Et peut-être aussi un peu à cause de son passif révolutionnaire ? Jusqu’ici, Merkel, Schauble et les vrais maitres de l’UE ont constamment acquiescé, par la voix de leurs séides (au hasard, Pierre Moscovici, Pascal Lamy et autres Jacques Delors), et autorisé quelques déviations de calendrier, voire quelques écarts budgétaires, tant que ceux-ci n’étaient pas de nature à remettre en cause l’ensemble de l’édifice.

 

Avançons un peu dans le temps…

-GOPE 2019, nouvelles recommandations :

« La commission recommande que la France s’attache, en 2019 et 2020 :

-à réduire les dépenses et à réaliser des gains d’efficacité dans tous les sous-secteurs des administrations publiques, notamment en précisant pleinement les mesures concrètes nécessaires dans le contexte du programme « Action publique 2022 » et en surveillant étroitement la mise en œuvre de ces mesures. Fait – Plan « CAP 2022 » acté.

Prenons le temps de développer un exemple, car il est éloquent :

-« CAP 2022 »dans la branche Assurance maladie, c’est comme objectif à l’horizon 2022 : -3,5% de budget et 8000 suppressions d’emploi (soit 10% des effectifs), plus un passage au digital massif de tous les secteurs. C’est aussi la fusion et la régionalisation des CPAM, mais surtout la fermeture d’agences et d’accueils du public en masse, au profit du seul compte Améli et des bornes multi services, sur le même modèle que la Poste devenue Banque Postale.

Pour info, le « Comité Action Publique 2022 » a été créé sous l’autorité d’Edouard Philippe dès 2017. Ce Comité, composé uniquement d’économistes, de chefs d’entreprises et de hauts fonctionnaires, a commencé à dresser une feuille de route pour la « modernisation et une gestion moderne, en véritable rupture avec la gestion traditionnelle des Services Publics ». Oh le beau mot macroniste. Ce qu’il avait juste oublié de préciser dans son joli communiqué plein de beaux mots tous neufs, et que le syndicat Solidaires Finances Publiques a fait inopportunément fait fuiter sur son site internet, c’est que l’objectif principal de ce comité était « la réduction drastiques des dépenses publiques et des budgets des Services Publics ». Chiffres à l’appui, dans la partie du document qui devait rester cachée aux yeux du public. C’est beau, la démocratie.

Ainsi furent sacrifiés sur le sacro saint autel de l'austérité budgétaire l’Hôpital Public(fermeture de plus de dix maternités de proximité en deux ans, sans parler des Urgences..ce qui a conduit à des drames qui auraient pu, et auraient dû être évités, et qui ont été couverts avec les larmes de crocodile adéquates, par l'ex lobbyiste des labos pharmaceutiques devenue ministre de la Santé Agnès Buzyn), mais aussi l’Education nationale (400 fermetures d’écoles rurales à l’été 2019, contrairement aux promesses du menteur en chef installé à l'Elysée) ou encore les URSSAF, CAF, CPAM qui ont vu leurs effectifs fondre comme neige au soleil, et se sont vues fusionner et regroupées sur les grandes agglomérations, éloignant d’autant plus de très nombreux usagers de leurs services, usagers n’ayant d’autre choix que de tout faire par internet, et tant pis pour ceux qui n’y arrivent pas…à ce sujet, selon la dernière étude INSEE sur la question, environ 13 millions de Français ne sont pas à l’aise, voire complètement largués, avec le numérique. Ce chiffre dantesque représente les oubliés de la république, qui marche à pas forcés vers une numérisation et une digitalisation de ses Services Publics, vues comme une formidable source d’économies par des énarques en totale déconnexion avec la réalité de nombreux français : personnes âgées, n’ayant pas les moyens de s’acheter un ordinateur ou un smartphone, ne comprenant rien à l’informatique, résidant en zones blanches ou grises (sans haut débit), illettrés, en difficulté chronique…12 millions de personnes.

Soit pratiquement un cinquième de la population de ce pays ( !), sciemment abandonnée par les gouvernements « de droite et de gauche droite » successifs, politiques déconnectés et carriéristes n’ayant qu’une seule préoccupation en tête : se servir, plutôt que de servir.

La crise des gilets jaunes, passés et à venir, et sans doute à chercher de ce côté…

 

Reprenons le fil de nos GOPE 2019-2020 :

-également, à réformer le système de retraites pour uniformiser progressivement les règles des différents régimes (…) Fait – plan présenté en 2019. En cours de « négociation ».

Ce plan ne va bien sûr aucunement dans un sens favorable aux salariés et futurs retraités. Le fait de passer d’un système par répartition, équitable même si largement perfectible, à un système à points, la valeur desdits points étant soumise au bon vouloir annuel du gouvernement, est clairement une forfaiture. De plus, l’accentuation du système de décotes, ne donnera d’autre choix aux retraités que de devenir pauvres, ou de continuer à travailler jusqu’à un âge bien plus avancé que le fameux « âge légal ». Le but étant bien sûr, in fine, de se débarrasser massivement de ceux qui pourraient prétendre à une retraite bien méritée. De les obliger à travailler le plus longtemps possible. En effet l’espérance de vie en bonne santé, selon l’INSEE, se réduit drastiquement à partir de 67 ans. C’est pourquoi un système qui incite les gens à travailler jusqu’à cet âge (comme en Allemagne, et bientôt en France, si cette loi est votée), est de fait un système inique, qui dépossède une grande majorité d’un droit à retraite acquis de longue date, après une vie de labeur. Et l’argument qui consiste à marteler que les caisses sont vides est nul et non avenu : ne serait-ce que par l’évasion fiscale institutionnalisée et non punie, évaluée entre 80 et 120 milliards d’euros selon les économistes. Malgré ses beaux discours, la macronie n’a rien fait pour y remédier, et récupérer cet argent qui serait bien mieux investi dans les retraites, ou l’Hôpital Public, que dans les poches d‘un Bernard Arnault qui étouffe de pognon et ne sait plus qu’en faire. Au contraire : la prolongation du verrou de Bercy en 2018 –mesure consistant à écarter toute poursuite pénale en cas de fraude fiscale d’une grosse fortune, particulier comme entreprise, comme le prévoit normalement la loi- le prouve. Ce gouvernement ne prête qu’aux riches…

-à favoriser l’intégration de tous les demandeurs d’emploi sur le marché du travail (…) Fait – Et, comme d'habitude, on ne va taper uniquement que sur les plus faibles, les cinq millions de chômeurs accusés de ne pas vouloir travailler, dans un pays où seulement 300 000 offres d'emploi sont disponibles. Traduire : ils vont faire comme en GB ou en Allemagne, et tant pis si nous avons des légions de travailleurs pauvres et de précaires, du moment que les statistiques sont bonnes ! Le dernier lien étant particulièrement savoureux, venant d'un journal quasi bolchévique, j'ai nommé "Alternatives Economiques", qui avoue quand même franchement que ces réformes n'ont fait qu'aggraver la situation. Le pire donc, c'est qu'ils le savent, et le font sciemment !

-à poursuivre la simplification du système d’imposition notamment (...) en continuant de supprimer les impôts inefficaces et en réduisant les impôts sur la production(…) et à mettre pleinement en œuvre les mesures visant à stimuler la croissance des entreprises. » Fait – mise en place du Prélèvement à la source et suppression de l’ISF. Maintien de la Flat tax, exit tax, verrou de Bercy prolongé en 2019...

Conclusion ? Ces développements en appellent deux :

-Comment un gouvernement mettant si consciencieusement en œuvre de telles politiques, dont l’origine est à chercher du côté de Bruxelles et de Berlin, peut-il encore se targuer d’être souverain ?

-Comment une telle politique pourrait-elle récolter l’assentiment de la majorité des Français, quand cette politique tape précisément, unilatéralement et constamment, sur cette même majorité, et jamais sur la minorité ultra favorisée par ces politiques ?

 

Ce qui nous amène logiquement au prochain point :

 

La violence policière

 

On le sait, les chiffres sont connus. Mais permettons-nous, encore une fois, de les rappeler ici –et de les mettre en perspective. Comme nous allons le voir, la violence ne constitue, de fait, plus que le seul socle de la macronie. Sa seule politique envisageable, sa seule souveraineté. Dit autrement la macronie n’est plus qu’une coquille vide, condamnée à appliquer des mesures décidées unilatéralement hors de son contrôle, mais avec un pouvoir de nuisance assez élevé, car elle n’a plus d’autre pouvoir que le pouvoir de la « violence légitime ». Elle ne peut faire qu’une seule chose, et elle a démontré qu’elle le faisait bien : taper sur les gens, de façon de plus en plus visible et complètement disproportionnée. Quitte à dépasser le supportable.

L’ONU ne s’y est pas trompée, tout comme les ONG Amnesty International et autres ACAT, qui ont demandé officiellement à la France de se calmer, quelque part entre deux recommandations identiques sur le Vénézuela ou la Centrafrique !

En effet avec le mouvement des gilets jaunes, on a atteint un bilan que n’auraient pas renié un Pinochet ou un Xi Jinping : pas moins de 11 000 arrestations en 7 mois, pour la plupart arbitraires (sur simple assertion de la BAC ou des « forces de l’ordre » dans la majorité des cas, sans aucune autre preuve matérielle), et plus de 2000 condamnations de personnes sans aucun casier judiciaire, auparavant inconnues de la justice, en comparution immédiate avec mandat de dépôt à l’issue d’une audience expéditive. Le Syndicat des Avocats de France décrit la procédure de comparution immédiate comme « un déni de justice », ne donnant pas aux mis en cause la possibilité de se défendre, le plaçant devant une alternative impossible : soit la refuser pour préparer sa défense, et du coup accepter de passer plusieurs mois en détention préventive, sans aucune garantie. Soit l’accepter, et ne pas pouvoir se défendre efficacement, avec un avocat le plus souvent commis d’office, quelques heures voire quelques minutes avant le procès, sans aucune connaissance ni préparation du dossier ! Ajoutez à cela que ce « choix » doit être effectué après 24 heures de garde à vue dans des conditions sordides (cellules insalubres, entassés à plus de 15 dans 20m2, lumière allumée, sans possibilité de dormir ni d’aller aux toilettes…), dont la personne ressort fortement éprouvée, déboussolée et terrorisée…Le choix est vite fait !

Benalla, Cahuzac, Guéant & co doivent bien en rire, là où ils sont. C’est-à-dire, toujours pas en prison, contrairement aux milliers de gilets jaunes innocents à l’heure où j’écris ces lignes. Pas sûr que ces derniers en soient rendus à de meilleurs sentiments quand ils en ressortiront... Ils sont d’authentiques prisonniers politiques, emprisonnés sans réelle possibilité de se défendre face à une police et une justice en roue libre, et en mode tout-puissant.

Mais il y a pire : plus de 4000 blessés, dont 300 graves (blessures à la tête, fractures, défigurations, comas…), dont 26 éborgnés grâce au fameux « Lanceur de Balles de Défense (de la bourgeoisie) », classé comme arme de guerre en catégorie A2 par les instances internationales (CIP). A tel point que son fabricant, l’armurier Suisse Brüger&Thomet, a dû demander une dérogation pour pouvoir passer le marché avec l’Etat Français. Pour l’anecdote, voici ce que disait l’inventeur du Flashball, Jean Verney-Carron, à propos du LBD40 qui l’a depuis remplacé : « la balle est d’un calibre 40mm…C’est beaucoup plus dangereux que les FlashBall. C’est un calibre de guerre ». Notons que cette arme n’est utilisée en Europe, que par un seul gouvernement : celui du « pays des Droits de l’Homme » et de son souriant méprisant de la République, Emmanuel Macron.

Idem pour les lanceurs de grenades et leurs munitions, ainsi que les fameuses GLI-F4, OF F1 et autres grenades de « désencerclement » utilisées de façon offensive et complètement hors de contrôle sur les derniers mois. Plus de 19 000 tirs de LBD à ce jour, plus de 6000 tirs de grenades, soit plus que les quatre dernières années en 6 mois ! Ces dernières sont classées en catégorie A2, ce qui en fait des « armes de guerre de catégorie intermédiaire », par le ministère. Alors, quand le fabricant répond à une question du Conseil de Sécurité de l’ONU ( !) sur cette anomalie, qui veut que des armes classées comme matériel de guerre soient utilisées contre des manifestants, il répond de la sorte : « nous avons vendu 6000 de ces lanceurs pour la police et la gendarmerie française dans le but de la gestion démocratique des foules (sic) en accord avec le ministère de l’intérieur et de la défense, classant le lanceur comme un produit à létalité réduite (re-sic). Nous n’avons pu les exporter qu’en accord avec ledit ministère  », on ne peut que constater la chose : le gouvernement macronien a sciemment acquis des armes de guerre, qu’il comptait utiliser contre le peuple (je ne peux me résoudre à dire « son » peuple), dans le but de gérer démocratiquement la contestation que ne manquerait pas d’attiser sa politique proriches, antisociale, et complètement injuste vis-à-vis des classes moyennes et peu aisées.

Résultat ? 5 mains arrachées…ayant reçu pour la plupart des GLI F4 en tir en cloche, ce qui est « formellement interdit » mais parfaitement toléré et impuni par le ministère de castaner depuis plusieurs mois. Mais aussi deux morts, c’est avéré depuis quelque temps, quoi qu’en disent des journalistes complètement discrédités et des médias possédés à 95% par 9 oligarques : Zineb Redouane, dont la contre autopsie par les autorités algériennes a révélé qu’elle avait été victime d’au moins deux tirs (un au visage, et un sur la poitrine), et que ces deux tirs, complètement injustifiés vis-à-vis d’une dame de 70 ans qui fermait ses volets et n’avait rien fait, ont « directement provoqué la mort ». Et de Steve Maya Caniço, jeune fêtard de 24 ans dont le corps a été retrouvé 38 jours après sa disparition sur un quai de Nantes, suite à une charge de la police le soir de la fête de la musique. Charge dont les potentiels effets étaient fort bien connus par celui qui l’a décidée, vu qu’il était également aux commandes en 2017, et qu’un rapport lui était parvenu sur « la dangerosité » d’une telle tactique, ce qui l’avait conduit à renoncer à celle-ci à l’époque. Mais pas en 2019 : en 2019, on charge, gaze et lâche des chiens sur des ados éméchés(ou pas), à quelques mètres d’un quai non protégé, où coule un fleuve profond aux courants puissants. Résultat : 14 personnes à l’eau, suite à une chute de plus de 7 mètres à 4 heures du matin…et un dont le cadavre ne remontera que 38 jours plus tard, le temps que l’eau fasse son œuvre…. Saurons-nous jamais toute la vérité, même si beaucoup, à cette heure, la pressentent ? Un premier élément de réponse, avec la conférence de presse répugnante du 1er ministre et de son séide de l’intérieur, dédouanant totalement les responsables de cette charge meurtrière. Ainsi que, bien sûr et comme par hasard, le rapport de l’IGPN qui va dans le même sens.

Dans ce pays, les violences policières sont non seulement légion, mais « la doctrine » a totalement évolué, pour le pire du pire : désormais, les policiers, CRS et autres miliciens des BAC ont droit à la plus stricte impunité. Les « fautes professionnelles » n’existent plus pour cette catégorie de population. Sur près de 300 plaintes à l’IGPN, la « police des polices », dont les membres sont exclusivement de la maison, et nommés par le ministère…aucune enquête n’a abouti à quelque condamnation de policier que ce soit à ce jour, même dans les cas les plus flagrants (le commandant du groupe de CRS ayant tiré sur Zineb ayant refusé de collaborer, et n’ayant reçu aucune sanction, en est l’illustration la plus évidente). Pourquoi en serait-il autrement ? De Belloubet la ministre de la « justice », qui ordonne par écrit au Parquet( !), en flagrante violation des règles les plus élémentaires de séparation des pouvoirs, d’être « particulièrement sévère et rapide dans toute affaire impliquant des gilets jaunes », à Macron et Castaner, qui affirment « qu’on ne peut pas parler de violences policières dans un état de droit », en passant par un procureur zélé qui couvre des policiers ultraviolents ayant envoyé dans le coma une femme de 73 ans, et qui a quelque temps après un subit accès de conscience…c’est toute la macronie qui montre son vrai visage. Celui du sourire, des costards trois pièces-dents blanches, de la bienveillance de façade et du dialogue social par devant, mais de la plus grande férocité et de l’injustice caractérisée dans le réel. Benalla, comme Dettinger, chacun à leur manière en attestent : en France, en 2019, selon que vous soyez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront tout blanc ou tout noir. Depuis le XVIIe siècle, où Jean de la Fontaine prenait l’apparence d’animaux pour se permettre de critiquer le Roy sans risquer la lettre de cachet ou les galères, rien n’a vraiment changé. 

 Et puis, entre police et pouvoir, c’est toujours le même échange de bons procédés : ceux qui aident la macronie à survivre –et il s’agit uniquement des « forces de l’ordre », rien d’autre- sont récompensés en retour : pas de poursuites, jamais. Et parfois même une petite prime de Noël, à l’occasion. Le fait que le 44ème suicide de policier ait eu lieu la semaine dernière (soit huit de plus, dès juillet, que pour toute l’année 2018) ne fera aucunement sourciller Castaner, qui préfère aller se trémousser en boîte et refuser en bloc le paiement de leurs millions d’heures supplémentaires d’un revers de mains (« je ne leur dois rien »), alors que sans cette milice fidèle qui a flanché mais tenu bon, sont sort eut été scellé depuis bien longtemps…Où est le problème, au Pays des Droits de l’Homme ?

Dernière anecdote, qui fait plutôt froid dans le dos, celle-là : sur le site de Bastamag, est disponible le récent bon de commande en matériels et munitions du Ministère de l’Intérieur pour les quatre prochaines années. Ainsi qu’un article édifiant sur ce que cela veut dire.

On y apprend avec effarement que la commande s’élève à 10 000 grenades de désencerclement par an (soit 40 000 pour les 4 ans), pour une valeur de 1,84 millions d’euros. Mais également, sur la même durée de marché, 25 millions de cartouches pour fusils d’assaut, pour une valeur de 11 millions d’euros. Nous parlons bien ici de munitions non pas destinées à l’armée, mais aux « forces de l’ordre », qui sont dotées des fameux fusils d’assaut HKG36, et ce depuis les attentats de 2015.

Sur 9469 fusils de ce type en circulation, cela fait 22 chargeurs par fusil, chaque année, durant quatre ans. Nous parlons ici de calibre de guerre, chaque balle étant potentiellement létale jusqu’à deux kilomètres. Le Canard Enchaîné avait révélé qu’un télégramme du 10/01/2019 avait demandé aux CRS de déployer deux fusils de ce type lors des manifestations des gilets jaunes…au motif qu’il y avait « un risque de vol si on les laissait dans les camions ».

Alors, pourquoi une telle commande, surtout en période de disette, les caisses étant soi-disant vides pour les Services Publics, les Hôpitaux, l’éducation et j’en passe, d’après vous ? Le ministère de l’intérieur, questionné à ce sujet (comme sur bien d’autres choses), n’a toujours pas répondu. Osons une hypothèse : sans doute est-ce en prévision d’une future gestion moins « démocratique » des « foules en furie » ?

 

Violence sociale et symbolique

 

Ceci nous amène à un autre point : l’incroyable violence symbolique de la macronie.

On le sait, en politique le symbole est ce qui permet de gouverner avant même que les mots ne soient prononcés. Qui veut faire passer une politique, une action, des mesures, se doit d’être à tout le moins exemplaire, au risque, au mieux, de ne pas être pris au sérieux, ou au pire, de susciter l’opposition, puis la haine la plus farouche. Il faut savoir manier le symbole pour avoir une chance de faire passer ses messages.

Or dans ce domaine, il faut dire que la macronie a cumulé ce que certains appelleraient des « faux-pas », mais qu’ils ont en plus eu l’outrecuidance de l’assumer totalement. De ne pas voir où cela poserait problème. De fait, la macronie est une déconnexion : déconnexion du réel de la majorité des français, déconnexion des fins de mois qui surviennent le 10, déconnexion de la misère sociale, économique et culturelle dans laquelle sont plongés une très grande partie des Français.

La quasi-totalité du gouvernement actuel a des casseroles au derrière. Et la quasi-totalité d’entre eux se permet de faire la leçon aux Français en permanence. Sans y voir aucun problème, et braillant à qui mieux-mieux que « la démocratie est en danger » quand on ose leur mettre le museau dans leurs contradictions.

D’une Marlène Schiappa qui écrit un livre infantilisant, bourré de conseils à destination des futures mamans, où on apprend « comment frauder le congé maternité de sécurité sociale », et qui se permet ensuite de faire la leçon féministe constamment à tout le monde, en passant par Muriel Pénicaud, ancien DRH de Danone ayant effectué des licenciements boursiers lui ayant permis de gagner plus d'1,13 million d’euros sur ses stock-options, et nommée ministre du Travail et de l’Emploi dans la foulée, pour atterrir à François de Rugy, grand allergique aux crustacés et aux fruits de mer, ayant construit toute sa carrière de carriériste sur une image fantasmée de transparence, de probité, d’honnêteté dans la Fonction Publique…jusqu’à faire la leçon aux Députés sur leurs dépenses, du temps où il était au perchoir…scrutant à la loupe leurs dépenses…la macronie est un naufrage.

Non seulement elle est un naufrage moral, un exemple même du « faites ce que je dis mais surtout pas ce que je fais », mais surtout et avant tout un abîme symbolique, dont on se demande si elle n’est vraiment, authentiquement imbécile, inexpérimentée, imbue d’elle-même, voire si ce n’est tout cela à la fois ? A moins qu’elle ne le fasse exprès ?

Oh certes, nous avions déjà eu notre lot, avec un Hollande se faisant élire grâce à « mon ennemi c’est la finance » avant de courir ventre à terre à la City pour s’excuser, ou un Cahuzac affirmant « les yeux dans les yeux » que jamais de sa vie il n’avait possédé le moindre compte en Suisse, voire avec un Sarkozy renvoyant l’ascenseur en faisant bombarder et tuer son bienfaiteur Libyen, après l’avoir complaisamment invité à planter ses tentes sur les Champs-Elysées… Mais il faut bien reconnaître, qu’au bout de deux ans d’exercice du pouvoir seulement (put*in, deux ans, deux ans !), la violence sociale de sa politique trouve un écho particulièrement symbolique dans le comportement de chacune des composantes de la macronie : violence de l’appareil d’état, judiciaire, médiatique…toutes au service d’une politique toute tracée.

Violence sociale ? Inutile de répéter à l’envi toutes les mesures destinées à maintenir la tête sous l’eau des plus précaires, à taper vite et fort, sans leur laisser le temps de réagir. Diminution des prestations, disparition des Services Publics, taxes injustes, etc. Nous en avons déjà parlé. Mais ce qui gêne, fondamentalement, c’est le fameux en même temps qui, avec un aplomb fantastique, assène et assume que ça n’est jamais assez. Un gouffre sans fond, une voracité sans limites.

Diminuer les APL des plus précaires de 5 euros ? C’est bien, mais c’est encore mieux si en même temps on supprime l’ISF des plus riches. Protéger Benalla ? C’est bien, mais c’est encore mieux si en même temps on fait immédiatement lourdement condamner Dettinger. Blesser, mutiler et emprisonner des milliers de contestataires ? C’est bien, mais c’est encore mieux si en même temps on décore leurs bourreaux. Et si, en même temps on hurle sur tous les toits que saccager quelques permanences d’élus félons ayant voté sans sourciller le CETA, c’est « menacer la démocratie », et que « cela rappelle les heures les plus sombres de notre histoire », alors l’honneur est sauf. Pantomime.

Le en même temps trouve ici sa justification stratégique : la simultanéité de l’attaque, et l’aplomb ahurissant de ce qui arrive derrière, est destiné à sidérer l’opposition, à la court-circuiter, à l’empêcher de rassembler ses forces en ouvrant simultanément plusieurs fronts. Nous serions sensés passer en mode défensif, reptilien, tétanisés comme un lapin pris dans les phares.

Cela peut fonctionner, un temps.

Un temps seulement, car, de l’aveu même du petit prodige que la finance a donné à la France, « les causes de la colère ne sont pas derrière nous ». C’est méconnaître profondément l’âme de ce pays, que de penser que les gens sont rentrés dans le rang. Qu’ils sont prêts à subir sans combattre, à mourir sans se battre. La France n’est pas une favela, son esprit révolutionnaire est toujours intact… le seul pays à avoir décapité son roi, à avoir connu cinq révolutions et/ou épisodes majeurs qui ont fait trembler les plus puissants et arrogants qui se crurent tout permis, et ce de tous temps, c’est bien la France. 1789, 1848, 1871, 1936, 1968 : il y avait bien, bien trop longtemps que la fin de l’Histoire promise par le triomphe du néo libéralisme, suite à la chute du mur de Berlin en 89, n’avait connu de contrepoint. Oser croire l’inverse, l’asséner sur toutes les radios, l’ânonner en boucle sur toutes les chaines de télévision, c’est se planter lamentablement. Les pseudo-intellectuels, répétant à l’envi le même catéchisme sur tous les canaux possibles, ne pourront changer la réalité. Les faits sont têtus. Les Français n’étaient pas dépolitisés, ils étaient juste en sommeil. Et le réveil a sonné.

Les médias, journalistes et autres séides de La République En Miettes viennent de l’apprendre à leurs dépens. Gageons que ça ne sera pas la seule déculottée qu’ils connaitront sur les prochains mois.

C’est bien d’une décrépitude symbolique, morale et au final, intellectuelle que nous venons de parler. Celle de tout ce que ce pays appelle « élites ».

Ce qui nous amène à la dernière partie.

 

La violence intellectuelle

 

Fin du bal. Les masques tombent.

On nous avait vendu un prodige, un disruptif, un surhomme qui ne dormait que très peu, perpétuellement dans l’action, et dont la pensée complexe n’était pas faite pour les gens du commun que nous sommes. Un président d’une startup nation nommée France.

Celui-ci n’a cessé de nous asséner une violence totale : politique, économique, symbolique, morale.

Il a aussi et surtout fait preuve d’une incroyable imbécilité : croire qu’il pouvait cracher à longueur de temps son mépris à la figure de tous ceux qui ne pensent pas comme lui, ne vivent pas comme lui, ne respirent pas comme lui, n’aiment pas comme lui, ne s’habillent pas comme lui, ne sont pas comme lui. Et s’en tirer indemne.

A chaque nouvelle maladresse (qui finalement, n’en était pas une), il a rechuté, tel un Sarkozy qui jurait la main sur le cœur que « ça y est, j’ai compris, j’ai réfléchi, aujourd’hui j’ai changé ».

Ceux qui ont tout et ceux qui ne sont rien, le kwassa-kwassa qui amène surtout du Comorien, les illettrés, les fainéants, les cyniques, les alcooliques, les fouteurs de bordel, ceux qui ne peuvent pas se payer un costard et qui n’ont qu’à aller travailler, ceux qui ne travaillent pas et qui n’ont qu’à traverser la rue, les jojo gilets jaunes et autres plongés dans le coma parce qu’ils manquent de sagesse n’ont qu’à bien se tenir. Il « ne cèdera rien ». D’ailleurs, si les gens sont toujours en colère, c’est parce qu’il ne va pas assez vite, assez loin, assez fort : il le comprend, il faut accélérer, les gens sont impatients. Promis, il va leur en donner plus !

 

En fait la question est simple : comment un tel imposteur a-t-il pu finir président ?

Sans doute, et en premier lieu, grâce à l’extrême collusion médiatico-politique de la macronie. Comme nous l’avons précisé plus haut, macron a avant tout été élu grâce à un soutien sans faille d’une poignée d’oligarques, qui possèdent à 95% les grands médias TV, radio et journaux, de ce pays. Et le fait est que les journalistes ne sont même plus aux ordres : ils sont tous élevés dans le même moule, pensent, sous un artificiel clivage droite/gauche, les mêmes choses, sont attachés aux mêmes privilèges et au final, constituent un des deux piliers, avec la police, qui permet à l’édifice macronien branlant de continuer à tenir. Point d’inventaire à la Prévert ici, il suffit de lire ou relire les différents « papiers » et autres éditos dégoulinants de chiendegarderie, d’écouter les invectives soigneusement orchestrées des divers éditocrates et autres économistes ayant le même siège réservé depuis des années, pour s’apercevoir que les journalistes ne sont pas censurés par leurs patrons milliardaires… non, car ILS SONT la censure. Et gare à celui ou celle qui sortirait du rang : il connaitrait le sort peu enviable des tricards du journalisme, ceux qui se font dégager sans autre forme de procès, de Schneidermann à Lancelin, en passant par des figures moins connues, la sanction est souvent expéditive et sans appel.

D’un Castaner débitant soigneusement sa fake new de l’attaque de la Pitié Salpétrière, et repris en chœur par tous les chiens de garde sans aucune vérification (ni mea culpa, une fois la supercherie dévoilée), en passant par les multiples mensonges concernant les présumés « leaders » des gilets jaunes (ce qui démontre qu’ils n’ont vraiment, vraiment rien compris à ce mouvement), des invectives et autres appels au meurtre d’un philosophe de caniveau comme Luc Ferry, demandant à ce que les policiers « utilisent leurs armes, à la fin ! », repris partout, et condamnés nulle part, par aucun d’entre eux…les éditocrates et autres vendus à la macronie ont gagné leur ticket de bienvenue au bal des faux-culs et des vendus, Premier Prix avec les félicitations du jury !

Le fait même qu’on nous ait présenté macron comme un prodige, tout le long de la campagne de 2017, alors qu’il était un parfait inconnu deux ans plus tôt…et qu’on continue à le faire un peu partout…alors qu’il suffit de l’écouter, pour se rendre compte que ce n’est qu’un guignol né avec une cuillère en argent dans la bouche…ce fait même suffit à prouver de façon irréfutable qu’il y a décidément quelque chose d’au moins aussi pourri qu’un corps flottant dans la Loire depuis 38 jours , dans le royaume de France… Macron, un génie ? Alors qu’il suffit de regarder son cursus, pour se rendre compte qu’il est quelconque, voire médiocre -nous parlons de quelqu’un qui a raté deux fois le concours de l’Ecole Normale Supérieure, et a passé trois ans à buller en classe de prépa littéraire ! Alors qu’il suffit de regarder un de ses discours en manches de chemise, ou un de ses meetings électoraux ridicules, avec des figurants à l’arrière-plan, pour se rendre compte de la vacuité empreinte de fatuité du personnage. Parce que c’est son prooooojeeet !

Quitte à paraître pédant (et en même temps, je vais l’assumer totalement), nous avons ici un vrai exemple de violence intellectuelle. La violence faite à un pays tout entier, et aux vrais intellectuels, passés et présents, qui firent de ce pays un des précurseurs du monde. C’est-à-dire ceux qui sont, et furent aptes à penser le monde différemment. A le décrire, à le décrypter, à l’interpréter, pour proposer des solutions, des voies, des visions nouvelles.

C’est une insulte à la patrie d’Hugo, de Zola, de Montesquieu, de Rousseau, de Diderot et des Lumières. A ceux qui s’engagèrent, jusqu’à en risquer leur vie, contre l’injustice. C’est une insulte aux précurseurs furieusement novateurs et modernes que furent Derrida, Foucault, Sartre, Camus, Aron, Bourdieu et tant d’autres… Jusqu’à Paul Ricœur, dont l’imposteur à la tête du pays se réclame, et qui, bien que sa philosophie ne soit pas exempte de reproches, a quand même mis la question de l’Ethique au centre de ses préoccupations et de son œuvre. On aurait envie de crier, de hurler à la face du président des ultrariches : et toi, macron, l’as-tu fait ? L’AS-TU FAIT ?

Macron incarne cette violence de l’injustice, qui fait qu’un gamin bien né, avec l’esprit suffisamment retors pour trahir ses amis (voir l’affaire avec Adrien de Tricornot), et suffisamment manipulateur pour arriver à se faire les bonnes relations (Xavier Niel, Mimi Marchand, ainsi que quelques centaines de donateurs anonymes invités à Las Vegas grâce aux Fonds Publics du ministère de l’économie), arrivera à se déguiser en agneau et le jour venu, dupera l’ensemble du troupeau avec la complicité des bergers…et tentera de se faire passer pour ce qu’il n’est pas.

Jusqu’au jour où tomberont les masques.

Trois ans, c’est long.

Furieusement long.



176 réactions


    • Attila Attila 3 août 2019 10:44

      @Fifi Brind_acier
      Je viens de me déconnecter pour voir : seuls les premiers messages s’affichent, les réponses sont repliées. Il faut déplier les réponses à chaque premier message.
      C’est rébarbatif pour ceux qui découvrent Agoravox.

      .


    • glenco01 3 août 2019 17:26

      @Attila : pas du tout, on peut lire les 150 premiers commentaires inscrit ou pas inscrit, il faut dérouler pour la suite.
      C’est d’ailleurs par les commentaires que j’ai découvert Fifi (mais pas que).
      Je la remercie pour la qualité de ses commentaires et je suis ravi de la retrouver.


    • Attila Attila 3 août 2019 18:29

      @glenco01
      Moi c’est ce que j’ai comme comportement d’Agoravox, je viens de le vérifier.
      Je suis sous Linux mais je ne connais pas la cause de ce comportement différent du vôtre.
      « C’est d’ailleurs par les commentaires que j’ai découvert Fifi (mais pas que).
      Je la remercie pour la qualité de ses commentaires et je suis ravi de la retrouver.
       »
      Moi aussi.

      .


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 4 août 2019 18:53

      @glenco01
      Bonjour à vous, et merci, j’ai repris du service, je peux être encore utile contre la réforme des retraites qui est dans les tuyaux...


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 5 avril 18:15

      @Elric Menescire

      Une nouvelle societe commencera avec un redistribution significative de.la richesse. C’est d’’ailleurs à ça que sert la pandémie actuelle aux USA qui ne l’auraient jamais accepté autrement. Il faut ce qu’il faut...

      PJCA


  • troletbuse troletbuse 31 juillet 2019 10:59

    Micron s’est fait traiter de « stupide » par Trump, ce qui est exact. Alors, après avoir tapé sur Poutine, il l’invite mi-août à Brégançon (il s’en paie des vacances axu frais de la princesse même qu’il a choisi ses vacances pour ne pas être à Paris à la dernière étape du Tour de France, ne voulant pas recevoir les ovations des Français, comme au 14 juillet). Il va aller chialer un peu dans les robes de Poutine. Son emploi du temps est fonction des critiques qu’il reçoit et non pas l’emploi du temps d’un vrai président mais d’une chochotte.  smiley


  • microf 31 juillet 2019 11:56

    https://youtu.be/O7E8oJ_BUJ0

    Gilets Jaunes point de vue d’Afrique par Tatsinda Bertrand

  • zygzornifle zygzornifle 31 juillet 2019 13:51

    L’UE est comme un hyper marché , Macron n’est un chef de rayon , il reçoit des ordres qu’il applique .....


    • Attila Attila 31 juillet 2019 14:15

      @zygzornifle
      Ouais, ça se tient.
      Moi, j’ai l’image des poupées russes. Macron, c’est la grande poupée qu’on voit tout d’abord. A l’intérieur, il y a une autre poupée plus petite : l’Union Européenne. Et à l’intérieur, il y a encore une autre poupée plus petite : la caste des très riches cupides.

      .


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 1er août 2019 07:48

      @zygzornifle
      Je crois que c’est Philippe Seguin qui parlait : « des détaillants qui s’approvisionnent chez le même grossiste. »


  • ETTORE ETTORE 31 juillet 2019 14:06
    troletbuse 31 juillet 10:59

    Micron s’est fait traiter de « stupide » par Trump, ce qui est exact. Alors, après avoir tapé sur Poutine, il l’invite mi-août à Brégançon (il s’en paie des vacances axu frais de la princesse même qu’il a choisi ses vacances pour ne pas être à Paris à la dernière étape du Tour de France, ne voulant pas recevoir les ovations des Français, comme au 14 juillet). Il va aller chialer un peu dans les robes de Poutine.

    Quand même étonnant, vous ne trouvez pas ?
    En Italie, un simple député fait un déplacement à Moscou et aussitôt, un déluge d’accusations pour financement du parti de Salvini tombe comme vache qui pisse
    En France, El Macronito reçoit Poutine dans sa maison de vacance.....et.....niet !
    Surement pour lui montrer sa nouvelle piscine.
    Vous savez bien, celle dont l’eau lave toutes les saloperies exécutées par ce gouvernement.
    Poutine, n’y croyait pas, alors El Macronito, la convaincu de venir essayer.
    Poutine à bien compris que tout était dans la dose de (MACH)Javel.
    « peut on retrouver les couleurs...... » ( Alain Souchon)


  • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 31 juillet 2019 15:22

    @Elric Menescire

    Excellent article, très bien écrit. Je peux le republier sur mon site (sous votre nom de plume, va sans dire) ?


    • Elric Menescire Elric Menescire 31 juillet 2019 16:17

      @Philippe Huysmans

      Bonjour, merci pour vos compliments. Pas de problème, tant que vous rajoutez mon pseudo ;)

      Cordialement


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 31 juillet 2019 16:21

      @Elric Menescire

      Okay, merci, je posterai un lien.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 31 juillet 2019 18:33

      Rebonjour @Elric Menescire,

      C’est republié sur mon propre site.

      Vous avez une jolie plume, ce n’est pas de la pommade que je passe.

      L’article est trop long, sans doute, pour beaucoup qui se décourageront après 5 paragraphes... Génération « twittos » oblige.

      Mais disons qu’on sent la motivation, la rage, aussi, le tout bien emballé. Je republie rarement des articles d’Avox, peut être trois en quatre ans...

      Mais quand c’est bien, il faut le dire, aussi : pour être auteur moi-même je sais comme cette occupation est ingrate.

      Bonne continuation.

      Philippe


  • Le421 Le421 31 juillet 2019 19:03

    J’en parlais tout à l’heure, le peuple français a deux visages.

    Extrêmement gentil, comme en ce moment, et jusqu’à une certaine limite.

    Macron, Philippe, Castaner et toute la clique devraient prier Dieu que cela ne change pas.

    Il y a tellement de 308, 444 et autres calibres de carabines de chasses qui traînent. Les 7.62 de kalach, c’est pour les bandits... Et ceux-là sont copains avec nos dirigeants.

    Il reste aussi de bonnes vieilles Brenneke et autres chevrotines aussi.

    Une fourche, bien maniée, ça calme toutes les bombes lacrymogènes.

    Et un peuple qui décide de ne plus avoir rien à perdre, ça donne des scènes comme dans « La chute du faucon noir ». Rien ne l’arrête, pas même les balles...


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 31 juillet 2019 19:28

      @Le421

      Mmh, ces crapules n’attendent que ça pour faire un petit bain de sang destiné à calmer les ardeurs des survivants.

      Et en pareil cas, seriez-vous en tête de cortège ou tranquillou derrière votre clavier ?

      On n’a nul besoin de violence pour mettre un État à genoux, Gandhi l’a bien montré, lui qui n’était ni très costaud ni même agressif. Juste déterminé.


    • samy Levrai samy Levrai 31 juillet 2019 19:47

      @Philippe Huysmans
      Tu as absolument raison pour le coup.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 1er août 2019 07:44

      @Philippe Huysmans
      Les extrême Gauches frétillent en attendant la rentrée, sans le dire clairement, une guerre civile les enchanterait.
      Asselineau a rencontré des Gilets jaunes, il leur a expliqué que toutes leurs revendications s’opposaient aux Traités, y compris le RIC, et qu’ils devraient, en toute bonne logique, aller manifester de temps en temps à Bruxelles ...
      Manifester en France et à Paris renforce l’idée que c’est Macron qui décide.
      Pas étonnant ensuite qu’ils votent « utile ».


    • cettegrenouilleci 1er août 2019 09:52

      @Fifi Brind_acier

      Bonjour Fifi.

      Les prolétaires, ouvriers, techniciens, employés, agents des services publics... (une partie significative des gilets jaunes) se mobilisent sur leurs lieux de vie et de travail. Ils ne disposent pas des moyens de s’offrir une virée à Bruxelles. (ni à Londres)

      Si toutes les forces vives du pays sont concernées au premier chef par les ravages causés à notre pays, à notre économie, à notre niveau de vie, à nos libertés, à nos droits sociaux, à nos services publics par notre soumission à l’UE, à l’euro et à l’Otan, ce sont essentiellement les prolétaires qui détiennent les clés du Brexit .

      Ce sont eux qui y ont le plus grand intérêt, un intérêt vital. Ce sont eux qui assurent le fonctionnement des leviers de notre économie. Ce sont eux qui disposent des leviers aptes à damer le pion de l’oligarchie et à redonner à la France le contrôle de son destin (à condition, bien sûr, de construire l’alliance qui est nécessaire avec l’ensemble des forces vives du pays évoquées plus haut). L’UPR peut leur fournir des outils. Elle est là pour ça. Mais elle ne peut pas se substituer à eux.

      C’est avec eux qu’il faut construire le rassemblement populaire majoritaire qui est nécessaire pour rétablir l’indépendance de la France , arrêter le démantèlement de notre économie, de nos services publics, de notre système de protection sociale.

      Si certains « votent utile », beaucoup, lassés de se faire avoir par les partis de droite et de gauche, les verts, et les autres, ont choisi de ne plus voter. Il semble qu’ils soient les plus nombreux.

      Le « frexit » (ça serait tout de même mieux de dire chaque fois, même si c’est plus long, la sortie de l’UE, de l’euro et de l’Otan), c’est une condition nécessaire et incontournable d’un retour au progrès économique et social, de la reconquête de nos libertés, y compris des libertés syndicales. Mais le frexit ne garantit aucunement la mise en oeuvre d’une telle politique. Il ne fait que la rendre possible.

      Sans les prolétaires, sans les « abstentionistes », sans l’ingénierie des Gilets Jaunes et autres formes des actions qui seront déclenchées par le peuple de France pour faire entendre sa voix et ses revendications, rien n’est possible.

      La construction d’un rassemblement populaire majoritaire n’est pas , d’abord, un enjeu électoral. L’élection ne fait que sanctionner (traduire) l’apparition d’un nouveau rapport de forces, d’une modification profonde de la situation concrète du pays, pas seulement de l’opinion publique (exemple : la grève massive du service des urgences dans les hôpitaux qui se poursuit depuis plusieurs mois et qui s’étend sans se laisser endormir par mensonges du gvt et de Macron).

      La mobilisation du peuple pour changer radicalement la situation dépend aussi de la capacité des partis d’opposition (les vrais) à proposer un véritable programme de gouvernement qui prenne en compte les revendications légitimes des travailleurs et de la population, un programme de gouvernement qui sera d’autant plus le leur qu’ils auront été associés directement à son élaboration..

      L’UPR dispose déjà , il est vrai, d’un programme de gouvernement crédible présentant de solides garanties. Mais il y a encore beaucoup à faire pour permettre à la population d’en prendre connaissance et de se l’approprier, et pour en améliorer le contenu, ce qui est, j’en conviens, l’affaire de l’UPR, mais aussi celle du peuple dans la diversité de ses composantes.

      Dans le dernier entretien de François Asselineau avec les Gilets Jaunes de la Sarthe publié sur la chaîne youtube de l’UPR et sur upr.fr [https://www.youtube.com/user/UPRdiffusion?fbclid=IwAR084TOmfcSdeZlQak4GHSAQlWveDSId9c5vhjHhYJ9e27uJRhY7jR-n330], ces derniers proposent d’engager avec nous des discussions sur le contenu de la politique nouvelle qu’il convient de mettre au point, de populariser et d’appliquer pour débarrasser le pays de ses chaînes et permettre à chacun de nos concitoyens de mener une vie digne.

      Engager de telles discussions avec les Gilets Jaunes et avec d’autres me paraît non seulement pertinent, mais nécessaire et urgent. Tous les aspects de la politique nouvelle qui devra être appliquée sont à discuter. Il ne doit pas y avoir de domaine réservé, y compris et surtout sur les questions les plus pointues comme par exemple celle des nationalisations ou de la politique monétaire, ou encore celle de la politique étrangère, du rôle et du fonctionnement de nos armées.

      Il me paraît tout à fait erroné de considérer qu’une telle démarche ne fait pas partie des nécessités de l’heure au motif que sans sortie préalable de la France de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan, aucune amélioration sérieuse, solide, globale de la situation du pays et du sort de notre population, de celui notre économie et de nos libertés ne pourra intervenir véritablement et durablement.

      Bonne journée .


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 1er août 2019 11:08

      @cettegrenouilleci
      Merci pour votre commentaire que j’approuve. J’ai repris du service sur Agoravox (service bénévole, je tiens à le préciser pour ceux qui croient que les militants sont payés) parce ce qu’il faut expliquer aux lecteurs inlassablement les choses et le dessous des cartes.

      Ce que ne font ni les médias, ni les politiques. Les Britanniques ont un gros avantage sur nous, ils disposent d’une presse pluraliste.

      PS : Je ne nie pas qu’aller manifester à Bruxelles coûte cher, mais ils pourraient à tour de rôle pendant 1 mois manifester sur les ronds points à côté de chez eux, puis aller manifester à Bruxelles....


    • Attila Attila 1er août 2019 12:44

      @cettegrenouilleci
      Globalement d’accord avec vous.
      Manifester contre le gouvernement n’est qu’un pis-aller. Il aurait été beaucoup plus efficace et plus reposant de venir voter pour que des corrompus et des traîtres ne soient pas élus.
      Nous arrivons en 2020, il est temps de se mobiliser pour faire comprendre aux victimes de la politique européiste néolibérale que nous sommes responsables des élus que nous mettons au pouvoir ou que nous laissons élire par notre abstention.

      .


    • Le421 Le421 1er août 2019 14:05

      @Philippe Huysmans
      Je prêche plutôt, pour ma part, pour une forme de résistance passive.
      Le système Macron est basé sur l’économie y’a pas d’ailleurs qu’ici, au passage  et je pense que pour vraiment « enculer le chantier » à ces tristes sires, c’est de refuser d’acheter tout un tas de saloperies inutiles.
      Bien que le compte en banque se porte pas trop mal, celui qui me verrait dans la rue aurait plus tendance à me donner une pièce qu’à vouloir m’emprunter quoi que ce soit. Et je me satisfait parfaitement de vieilles godasses de qualité dans lesquels je suis à l’aise plutôt que dans des baskets flashy avec la virgule sur le côté... L’âge, peut-être ? Je suis tellement content de ne pas gaspiller du fric à acheter des conneries inutiles, sachant que si tout le monde faisait pareil, ça risquerait tousser dans les palais.
      Ceci dit, la première ligne ne me dérangerait pas, sachant que lors des manifs gilets jaunes, je m’y suis souvent retrouvé. Y compris à la gendarmerie ou à la BR locale... Et si un proche se voyait agressé, je ne mettrais pas des plombes à réagir.


    • Durand Durand 1er août 2019 15:43

      @Fifi Brind_acier

      Oui, l’UPR c’est ce qu’il y a de mieux en matière de déniaisement politique... Par contre, le regroupement des droites et des gauches au sein de l’upr est une stratégie qui mène à 1,5 % des voix au bout de 13 années de campagne...

      Le pragmatisme politique italien a permis la coalition des extrêmes au nom de la sécurité nationale. Cette coalition met en place un jeu de doubles-commandes pour piloter l’Italie le jour où Bruxelles devra abandonner ses manettes... En 2017, quand MLP a proposé à JLM de faire alliance, il a hurlé de plus belle avec les loups diabolisateurs de la bien-pensence moralinisante, propre sur elle !!... Autant dire que, sauf accident, un tel espoir est plutôt compromis...

      Donc on a le choix entre une alliance qui ne se fait pas au sein d’un parti dont c’est le but,... et une alliance qui ne se fait pas non-plus à l’extérieur de ce parti... Alors, qu’on se le dise, aucune sécurité nationale n’amortira la chute !

      Eh be siam pouli !

      Pour les manifs, c’est devant les casernes qu’il faut aller manifester... Tant que l’armée ne s’interposera pas entre les manifestants et les FDO, il ne se passera rien.

      .


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 1er août 2019 17:04

      @Durand
      Les Gouvernements de la zone euro doivent soumettre chaque année leur projet de budget à la Commission européenne. Le nouveau gouvernement italien a pris des mesures sociales, une sorte de RSA, un SMIC national qu’il n’existait pas, et baissé l’âge de la retraite. Mais cela ne s’est pas fait sans contrepartie avec Bruxelles : il s’est engagé à privatiser des biens publics à hauteur de 18 milliards.


    • Durand Durand 1er août 2019 17:37

      @Fifi Brind_acier

      Le gouvernement italien sait qu’il ne fait pas le poids, seul, contre Bruxelles... Il évite l’affrontement direct pendant qu’il anticipe l’explosion de l’UE et qu’il s’y prépare. Ceci dit, il n’est pas certain que la privatisation de 18 milliards de bien public plaise aux italiens... Il s’agit peut être de montrer aux italiens la toxicité de l’UE pour convaincre une majorité d’entre eux qu’il faut en sortir.

      C’est de cette sorte de stratégie ”pas dépit” (échec de MLP en 2017) dont parle Claudio Borghi dans cette vidéo :

      https://www.businessbourse.com/2019/07/22/le-plan-de-salvini-pour-sortir-de-leuro/

      .


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 1er août 2019 18:21

      @Durand
      L’explosion de l’ UE, j’ai des doutes..., ils vont nous faire crever à petit feu comme les Grecs. 


    • Anatine 1er août 2019 19:24

      @Philippe Huysmans

      Je ne suis pas convaincu que l’armee resterait passive mm si Macron a arrose les generaux (https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/11/12/des-primes-pour-les-generaux_5382452_3224.html)


    • Anatine 1er août 2019 19:33

      @Philippe Huysmans

      L’armée ne resterait probablement oas passice mele si Maceon a arrosé les généraux https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/11/12/des-primes-pour-les-generaux_5382452_3224.html


    • Anatine 1er août 2019 21:20

      @Philippe Huysmans

      Et l’armée ?


    • Anatine 1er août 2019 22:31

      @Philippe Huysmans

      Test


    • Durand Durand 1er août 2019 23:11

      @Fifi Brind_acier

      Alors que faites-vous à l’UPR, un baroud d’honneur ?


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 2 août 2019 07:48

      @Durand
      Non, nous faisons de la résistance et nous informons.
      Je vous rappelle que pendant 10 ans le FN a fait moins de 1%.


    • Durand Durand 3 août 2019 11:18

      @Fifi Brind_acier

      Oui, le FN/RN, grace à Mitterand, a pris la place de l’éternel second... Mais l’UPR ne prendra jamais sa place avec seulement 1,5% de l’électorat au bout des 13 ans de campagne présidentielle de François Asselineau...

      Le drame de l’UPR, c’est précisément d’être incapable de changer de stratégie PARCE QUE Asselineau est aveuglé par son ego et sa volonté maladive de diriger la France. Il est totalement ”hors sol” et c’est son ego maladif qui le maintient en lévitation.

      J’aimerais bien savoir combien il reste des 4 ou 5000 premiers militants de l’UPR dans vos effectifs... J’en connais personnellement plusieurs qui ont quitté votre parti pour ces mêmes raisons.

      Alors, un grand merci à l’UPR pour dispenser sa « formation » mais un grand ”fuck off” pour sa non-stratégie politique qui empêche vos militants d’ouvrir les yeux sur une grande partie de la réalité politique et sur d’autres stratégies possibles !

      .


    • Durand Durand 3 août 2019 11:46

      @Fifi Brind_acier

      Participer à la diabolisation des autres partis eurosceptique et continuer inlassablement à refuser toute alliance et tout compromis avec les autres formations politiques – dont le RN – quand on ne fait que 1,5% des voix en 13 ans d’existence est un pur DÉNI DE RÉALITÉ que seule une pathologie egotique aiguë peut engendrer... Ce faisant, l’UPR empêche toute dynamique de rassemblement des forces souverainistes et bloque toute réflexion sur une stratégie commune ”à l’italienne”.

      À ce stade d’autisme et malgré la formation que dispense votre parti, l’action concrète de l’UPR pour libérer la France est largement contre-productive. Dire que vous faites de la Résistance est totalement faux car le résultat de votre action contribue à ouvrir un boulevard à Macron, comme votre abstention ou vos votes blancs ou nuls au second tour des dernières présidentielles.

      Gardez l’UPR et virez Asselineau et vous verrez qu’un souffle d’air frais salutaire envahira le monde souverainiste français !


    • Attila Attila 3 août 2019 12:03

      @Durand
      Le déni de réalité, c’est refuser de voir que les partis « eurosceptiques » ne veulent pas sortir de l’Union Européenne.
      La réalité est qu’il n’y a pas d’alliance possible entre ceux qui veulent sortir de l’UE et ceux qui veulent y rester.

      .


    • Durand Durand 3 août 2019 12:44

      @Attila

      Vous êtes confiné dans vos croyances comme tous les adhérents qui n’ont pas encore quitté l’upr et votre avis – qui ne prends pas en compte TOUTE la réalité du contexte politique – ne m’intéresse pas.


    • Attila Attila 3 août 2019 12:47

      @Durand
      Comment fait-on une alliance entre ceux qui veulent sortir de L’UE et ceux qui veulent y rester ?
      On met un pied dehors et un pied dedans ?

      .


    • Durand Durand 3 août 2019 17:23

      @Attila

      Vous vous trompez ! Parmi les souverainistes, il y a ceux qui disent qu’ils veulent sortir et qui font 1,5 % et ceux qui ne le disent pas/plus, voire même qui jurent qu’ils ne veulent pas/plus sortir et qui arrivent second aux présidentielles françaises ou mieux encore, ceux qui ont réussi à prendre le pouvoir en Italie...

      Personne n’arrive au pouvoir en martelant des idées dont l’électorat a encore trop peur. En 13 ans d’existence, l’UPR en a largement fait la preuve !

      Il n’y a qu’à l’UPR qu’on ne change pas une équipe qui perd !

      .

      https://www.businessbourse.com/2019/07/22/le-plan-de-salvini-pour-sortir-de-leuro/


    • Attila Attila 3 août 2019 18:34

      @Durand
      Vous confirmez donc que les « souverainistes » ne veulent pas sortir de l’UE pour ne pas perdre de voix.
      Je ne suis pas membre de l’UPR, mais je salue ce refus de s’asseoir sur ses convictions pour faire des voix. C’est pour cela que l’UPR est totalement différent des autres partis politiques.

      .


    • Durand Durand 3 août 2019 23:16

      @Attila

      « Vous confirmez donc que les « souverainistes » ne veulent pas sortir de l’UE pour ne pas perdre de voix. »

      Pas du tout !... J’affirme que les souverainistes ne disent pas/plus qu’ils veulent sortir car c’est le seul moyen pour eux d’accéder aux commandes pour pouvoir démontrer aux Français toutes l’absurdité de l’UE au travers des multiples contraintes que l’UE ne manquera pas d’imposer aux Français et provoquer ainsi la prise de conscience qu’il faut en sortir.

      Je vous l’accorde, la méthode est absolument démagogique, mais on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre... Face à l’arsenal institutionnel européen, aucun politique responsable ne doit minimiser les moyens de pression dont disposent ces institutions. De même, aucun politique responsable ne peut ignorer qu’il n’existe pas de majorité de français déjà convaincue qu’il faut sortir.

      A l’UPR, vous confondez ce qu’est capable de comprendre une majorité d’adhérents avec ce que pense une majorité de Français et ce n’est pas nouveau ! Fatalement, vous êtes déçus à chaque élection mais comme Asselineau veut plus que tout être Président, il trouve à chaque fois les bonnes formules pour transformer vos échecs en victoire, ce qui a pour effet de conserver indéfiniment la même stratégie « gagnante » !

      Quand vous aurez compris ça, vous rendrez votre carte, comme l’ont fait tous ceux qui l’auront compris avant vous. Ce n’est qu’alors que vous découvrirez qu’il existe d’autres stratégies pour retrouver notre souveraineté. Perso, j’aime bien la stratégie italienne actuelle, c’est ce qui s’est fait de plus intelligent jusqu’à présent. Mais je ne serais pas surpris qu’il en existe d’autres, non encore exploitées ou non encore formulées publiquement.

      .

      .


    • Attila Attila 3 août 2019 23:40

      @Durand
      « Quand vous aurez compris ça, vous rendrez votre carte »
      .
      « Je ne suis pas membre de l’UPR » Lien
      Vous êtes pris en flagrant délit de dire n’importe quoi sans vérifier.
      Comme la plupart des français, vous êtes perdu dans vos rêves, vous ne tenez plus aucun compte des arguments de raison qu’on vous oppose, vous êtes en plein délire.

      .


    • Durand Durand 4 août 2019 00:29

      @Attila

      Eh bien vous rendrez vos certitudes, si vous n’avez pas votre carte !

      Votre remarque est puérile et dérisoire...

      .

      .


    • cettegrenouilleci 4 août 2019 02:11

      @Durand

      Bonsoir Durand

      Vous semblez être soucieux avant tout de dénigrer l’UPR et vous vous complaisez à dénigrer sa stratégie et à vous satisfaire du petit score électoral qu’elle a affiché lors des derniers scrutins.

      Si François Asselineau a initié la création de l’UPR et a présenté sa candidature aux présidentielles, ce n’est pas pour gonfler son ego ou pour satisfaire une ambition personnelle mais pour fournir à nos concitoyens les outils nécessaires pour comprendre ce qui nous arrive, pour les aider à comprendre pourquoi l’avenir de notre pays devient chaque jour de plus en plus sombre, pour leur expliquer comment nous avons été enfermés dans le piège de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan, et comment on peut faire pour en sortir parce que c’est une condition nécessaire, bien que non suffisante, pour s’en sortir.

      Quand F.A. s’est lancé dans le projet de création de l’UPR en 2007, tous les partis du paysage politique national étaient compromis d’une façon ou d’une autre dans la participation active, le soutien ou, dans le meilleur des cas, une opposition factice à l’enfermement de la France dans le piège de l’Union Européenne. Cette arnaque gigantesque, cette opération mystificatrice avait pour but principal de détruire la nation, de désarmer notre peuple, notre classe ouvrière, nos salariés, de les priver des outils forgés au cours des siècles par nos ainés pour protéger leurs vies, défendre leurs libertés et leur patrimoine, leurs protections sociales, leurs services publics, leurs institutions, leur façon de vivre ensemble , pour assurer la cohésion de la nation et les conditions d’une vie digne pour tous. Il fallait absolument casser tout cela pour permettre à l’oligarchie d’accroître les marges des profits, d’augmenter les dividendes versés aux actionnaires et les rentes versées aux détenteurs des grandes fortunes. Tout ça a été bien emballé dans des discours lénifiants sur la nécessité de s’unir pour relever les défis liés à la mondialisation de l’économie, et sur les prétendus vertus de la construction de l’Union Européenne prétendument censée apporter la paix, le progrès social, la prospérité, la coopération entre les nations, la défense de notre environnement, l’élargissement de nos libertés, une plus grande capacité de résistance à la concurrence étrangère pour nos entreprises....

      Comme chacun le sait même si tous ne veulent pas le reconnaître , c’est exactement le contraire de ce qui a été annoncé que les Français ont obtenu avec l’enfermement de la France dans l’Union Européenne, dans l’euro et dans l’Otan.

      Le fait que la trajectoire personnelle de François Asselineau, son histoire personnelle, sa formation, son environnement l’ait conduit à s’inscrire dans le champ politique en cherchant des pairs et des partenaires dans la famille des gaullistes historiques n’est en aucune façon une abomination. Cet espace était à l’époque l’un des rares où il était encore question de défendre notre indépendance nationale et nos intérêts nationaux. Tous les autres partis de droite et de gauche et d’ailleurs étaient compromis et englués dans le piège de la construction de l’UE et de l’euro.Ils en sont d’ailleurs toujours au même point à ce jour.

      Il est encore plus stupide de reprocher à François Asselineau d’avoir occupé de hautes fonctions dans les cabinets ministériels comme l’y obligeait son devoir de haut fonctionnaire formé par la nation pour exercer de telles fonctions. C’est justement l’exercice de ces fonctions là qui lui a permis de prendre la mesure de la trahison de nos élites gouvernementales , et de l’inanité des postures politiciennes affichées par les uns et par les autres prétendant servir la nation et défendre les intérêts du peuple alors que dans les coulisses, en sous-mains, il trahissaient la France et les Français et livraient le pays pieds et poings liés aux vicissitudes de l’enfermement dans l’Union Européenne, aux appétits des rapaces de l’oligarchie euro-atlantique auprès desquels ils prenaient désormais leurs ordres.

      Ces hautes fonctions ont constitué pour lui et pour notre peuple une expérience précieuse tant pour la compréhension des enjeux et des réponses qu’il convient d’y apporter que sur le fonctionnement du pouvoir et les chemins de la trahison empruntés par les gouvernants mandatés par le peuple pour les représenter, pour gouverner la France et défendre les intérêts de la France et des Français.

      C’est cette expérience là qui l’a convaincu de la nécessité de créer une nouvelle organisation politique capable de défendre les intérêts de la nation, de sortir la France se son enfermement mortifère dans l’Union Européenne, une nouvelle organisation politique déterminée à le faire, déterminée à redonner à notre peuple la maîtrise de son destin.

      C’est ce cheminement qui a présidé à la conception et à la mise sur pied de l’UPR : un très bel outil, pas parfait mais parfaitement opérationnel et prometteur dans le bon sens du terme.

      Contrairement à ce que vous déclarez, l’UPR n’empêche pas ses militants « d’ouvrir les yeux sur une grande partie de la réalité politique et sur d’autres stratégies possibles ». C’est tout le contraire ! L’UPR n’incite pas seulement ses militants et ses adhérents à ouvrir les yeux ; elle leur fournit régulièrement de bons outils pour le faire. Si vous visitiez de temps à autre le site upr-tv ou upr.fr, vous n’énonceriez pas de telles inepties.

      Ces outils, ce n’est pas seulement aux militants, aux adhérents et aux sympathisants de l’UPR qu’ils sont proposés, il sont mis à la disposition du peuple français tout entier . Libre à lui de s’en saisir résolument et fièrement, même si les médias aux ordres de l’oligarchie, la Macronie et la police de Castaner ne les y aident pas, ne les y encouragent pas.

      Car c’est le peuple français qui va chasser Macron. C’est le peuple français qui va rétablir l’indépendance de la France, sauver la nation, la libérer du joug de l’oppression de la machine infernale concoctée par l’oligarchie pour la détruire, c’est le peuple qui va sortir (ou pas) la France de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan.

      François Asselineau et l’UPR se trouvent être des vecteurs, des facilitateurs, des éclaireurs des chemins à défricher pour redonner vie et espoir à la France et aux Français. Les outils que l’UPR et François Asselineau mettent à la disposition de nos concitoyens pour comprendre, pour agir, pour résister, pour passer à la contre-offensive, c’est ça qui est important. Ce qui compte, c’est qu’ils puissent s’en saisir et c’est dans ce sens que raisonnent dirigeants et militants de l’UPR. 

      La façon dont le peuple va se servir de ces outils, c’est son affaire. Ce n’est pas seulement l’affaire de l’UPR. C’est le peuple qui va définir les contours du grand rassemblement populaire qui est nécessaire et les modalités de son fonctionnement.

      Et si le peuple français, se décide à prendre possession de ces outils et à les utiliser comme il convient, ce ne sera pas pour conforter l’ego d’Asselineau qui n’en a pas besoin, ni pour lui donner la place d’opposant factice dans laquelle se complait le Rassemblement National, ni pour regonfler le moral défaillant des militants de l’UPR. S’il le fait, ce sera d’abord parce que l’UPR et François Asselineau se seront appliqués à lui fournir les moyens de le faire en rendant ces outils accessibles au plus grand nombre, et parce qu’il aura compris que la préservation de sa vie en dépend.

      Si cela arrive, avec l’UPR et avec d’autres, et même sans nous (on ne peut jurer de rien vu la sauvagerie de la répression organisée par Macron et Castaner, vu l’application du pouvoir, des médias et de leurs complices à étouffer la voix de l’UPR et de toute opposition conséquente, vu la liquidation à la vitesse grand V de nos libertés les plus élémentaires), François Asselineau et l’UPR auront toutes raisons d’êtres satisfaits. L’UPR aura accompli sa mission historique. François Asselineau en aura été l’initiateur et le facilitateur.

      Vous le dites aveuglé par son ego et sa volonté maladive de gouverner la France. Vous le dites « en lévitation ». Je ne sais pas pourquoi ça me fait penser aux blagues du regretté Pierre Dax.

      La vérité sort quelquefois de la bouche des enfants. Après tout, je suis l’un des petits enfants de l’UPR. Je suis donc fondé à vous inviter à saisir un miroir et à vérifier s’il est bien vrai, en matière d’aveuglement, dans le cas présent, que c’est celui qui le dit qui y est . Vous nous en avez proposé, je crois, une belle démonstration à laquelle votre « fuck off » fournit un excellent point d’orgue.

      A une autre fois, peut-être.


    • Durand Durand 4 août 2019 08:50

      @cettegrenouilleci

      Vous pourriez développer ?

      .


    • Attila Attila 4 août 2019 09:52

      @Durand
      Vous répondez en vous trompant à un message de 5 lignes que vous n’avez même pas été capable de lire. C’est bien la preuve que vous ne tenez aucun compte des faits ni des arguments de raison.
      .
      « Votre remarque est puérile et dérisoire... »
      Je laisse les lecteurs conclure eux-même.

      .


    • Durand Durand 4 août 2019 12:11

      @cettegrenouilleci

      .

      « Vous semblez être soucieux avant tout de dénigrer l’UPR et vous vous complaisez à dénigrer sa stratégie et à vous satisfaire du petit score électoral qu’elle a affiché lors des derniers scrutins. »

      Je me suis arrêté là...

      Vous me prêtez des intentions et des joies que je n’ai pas... Croyez-moi ou pas, je serais absolument comblé si Asselineau avait été élu en 2017. Mais au second tour, j’ai voté MLP contrairement à l’immense majorité des UPR qui ne voient pas plus loin que le bout de la pensée asselinienne et qui se sont abstenus ou bien ont voté blanc ou nul, laissant gagner le gagnant prévu par le Système en succombant une fois de plus, une fois de trop, à la diabolisation d’usage à l’UPR envers d’autres souverainistes.

      Que ça vous plaise ou pas de l’entendre, l’UPR a majoritairement contribué à faire élire Macron car chez-vous, il est impensable, insupportable, qu’un autre leader souverainiste qu’Asselineau puisse gagner les présidentielles..., plutôt crever !

      Alors oui, devant tant d’irresponsabilité et au nom du Frexit, je vous le dit franchement : en tant que parti politique, vous pouvez crever !

      Si Asselineau s’était contenté de créer un blog, un think tank, un forum souverainiste ou que sais-je encore, l’info de la nécessité du frexit serait passée beaucoup mieux, délestée qu’elle aurait été de son ego détestable autant que contre-productif. Il aurait été invité partout : son savoir, sa culture, son expérience mais également son parlé vrai auraient fait fureur et la cause du Frexit ne s’en serait que mieux portée dans l’électorat.

      .


    • cettegrenouilleci 4 août 2019 15:44

      @Durand

      Bonjour

      Vous reconnaissez avoir voté pour MLP au second tour de la présidentielle pour ne pas avoir Macron qui nous enferme chaque jour un peu plus dans le piège destructeur de l’UE, de l’euro et de l’Otan.

      Vous n’êtes pas sans savoir que Marine Le Pen, après bien des contorsions, a fini par reconnaître qu’elle ne voulait pas sortir la France de l’UE, qu’elle ne voulait pas sortir la France de l’euro. Elle ne veut pas non plus sortir de l’Otan. Si je me rappelle bien , sa dernière position officielle sur ce dernier point, c’est la sortie envisagée du commandement militaire intégré de l’Otan, ce qui n’enlève rien aux obligations liées à l’appartenance à cette organisation guerrière à la solde de l’impérialisme US en quête d’une troisième guerre mondiale pour élargir son pré carré et faire tourner à pleins tubes la machine à broyer les peuples et à faire des super-profits.

      Je salue votre sincérité mais je ne salue pas la cohérence de vos choix successifs.

      Je comprends que vous puissiez nous reprocher (et reprocher à FA) -à tort, entendons-nous bien de vouloir conserver le privilège de conduire nous mêmes le Frexit , d’en défendre bec et ongles l’exclusivité, et de nous refuser à favoriser l’élection d’un opposant valable à la politique défendue et appliquée par Macron avec les résultats que l’on connaît.

      MLP était-elle alors, est-elle devenue depuis cet opposant valable ? Qu’en est-il de Dupont Aignan qui aurait été investi du poste de premier ministre si MLP avait été élue à la présidence ?

      La France va mal et les Français souffrent parce que Macron, à l’instar de ses prédécesseurs, accélère l’enfermement de la France dans l’Union Européenne, dans l’euro et dans l’Otan.

      MLP propose-telle, a-t-elle jamais proposé une alternative crédible à cette politique ?

      Elle ne veut pas sortir de l’Union Européenne.
      Elle ne veut pas sortie de l’euro.
      Elle ne veut pas sortir de l’Otan.

      De quelle marge de manoeuvre peut disposer un gouvernement qui accepte la mise sous tutelle des affaires du pays par ces machines de guerre destinées à asseoir le pouvoir de l’oligarchie euro-atlantique et à défendre les intérêts et les privilèges de cette secte criminelle dont les victimes se comptent par millions ?

      Poser la question, c’est y répondre.

      Appeler le peuple à s’engager dans une telle direction , c’est le conduire à sa perte et à l’écrasement (déjà en cours, il est vrai...) de toute forme de résistance à la dictature de l’UE et aux saloperies qui sont infligées quotidiennement à la nation et au peuple français par l’entremise des valets de l’oligarchie grassement rémunérés pour cette sale besogne, qu’ils siègent au gouvernement, à l’assemblée nationale, ou au parlement européen. C’est accepter et cautionner le démantèlement de la nation et tout ce qui va avec.

      François Asselineau et l’UPR ont estimé qu’il ne fallait pas encourager le peuple à s’engager dans cette impasse suicidaire. Ils ont dit la vérité aux Français. Il est vrai que cette vérité là était difficile à entendre par les électeurs , tant l’urgence du changement était et reste grande, tant la souffrance des couches populaires était et reste insupportable, tant l’impatience de se débarrasser de la caste politicienne qui saccage le pays est grande, paroxystique.

      Libre à vous d’estimer que c’était une erreur ou même une faute et d’en assumer toutes les implications : votre soutien sans équivoque à la poursuite d’une même politique, celle de l’oligarchie, emballée dans de nouvelles couleurs et de nouveaux slogans impuissants à détourner le pays de la catastrophe dans laquelle il est enfoncé chaque jour davantage par le pouvoir de cette caste malfaisante et mal intentionnée.

      Vous leur en faites grief en drapant avantageusement MLP et le FN-RN dans l’étoffe multifonctions du souverainisme de pacotille revendiqué par le Rassemblement National, et en rejetant sur l’UPR la continuation du calvaire imposé à notre peuple.

      Pour battre Macron et ce qu’il représente, le peuple à besoin d’une alternative crédible pour rassembler toutes ses forces et peser, pas seulement au travers et au moment des élections, dans le bon sens, pour chasser les vautours qui saccagent le pays et oppressent le peuple.

      C’est , contrairement à ce que vous affirmez -peut-être pas de bonne foi— ce à quoi travaillent opiniâtrement les dirigeants, les militants, les adhérents, les sympathisants et les amis de l’UPR.

      Ils continueront à le faire, avec détermination, avec patience, et avec courage, en dépit de votre exhortation à se détourner de cette incontournable et impérieuse nécessité.


    • Durand Durand 4 août 2019 17:24

      @cettegrenouilleci

      .

      Tout ce qui n’est pas dit et expliqué par FA est faux ou n’existe pas... FA est pour vous l’alpha et l’oméga de toute connaissance et de toute stratégie politique... Voilà dans quoi vous confine l’UPR : une pensée unique pour chasser l’autre...

      C’est facile, il n’y a plus besoin de réfléchir, de mettre en doute, plus besoin d’aller voir ailleurs, plus la peine de se fatiguer... L’UPR est pour ses adhérents la position politique antalgique idéale avec l’excuse la plus monstrueusement hypocrite à la clé : nous connaîssons la vérité..., donc nous avons raison et donc, nous campons sur nos position.

      Vu qu’il ne vous reste à convaincre que 48,23% des électeurs + 1 pour faire élire FA, la tâche devant vous sera un jeu d’enfant. Surtout qu’en vous étant mis à dos l’ensemble des souverainistes, il n’y a plus guère que les plus européistes des électeurs sur lesquels vous pourrez exercer vos talents...

      Un jeu d’enfant, vous dis-je !

      .


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 4 août 2019 19:14

      @Durand
      Merci de votre sollicitude pour l’ UPR !

      L’Italie a reçu de la Commission européenne sa feuille de route 2019/2020.
      Au menu, privatisations, baisse des dépenses publiques, baisse des retraites etc.

      5 juin 2019, « La dette de l’ Italie justifie une procédure disciplinaire  »selon la Commission européenne.

      La Coalition que vous prônez va se trouver confrontée aux mêmes problèmes que Syriza.


    • Durand Durand 5 août 2019 16:57

      @Fifi Brind_acier

      .

      « La Coalition que vous prônez va se trouver confrontée aux mêmes problèmes que Syriza. »

      Vous avez déjà oublié ce que dit Borghi dans la vidéo ?..., qu’ils préparent les instruments – monétaire entre autres – qui leur permettront, justement, de faire face à l’UE et de ne pas être pris au dépourvu comme les Grecs ?

      Votre mémoire sélective est vraiment un cas d’étude !

      .


    • Attila Attila 5 août 2019 20:26

      @Durand
      « Cette méthode, basée sur les compromis mais préservant l’impératif commun qui est la sortie de l’Euro et de l’UE »
      L’Italie ne pourra pas sortir de L’UE en douce, il faut un mandat des électeurs, c’est bien ce que le président de la république italienne a rappelé. Salvini sera confronté au même problème qu’Asselineau : convaincre les électeurs.
      .
      "Le fond de cette stratégie consiste à aiguillonner un minimum – mais pas trop – les institutions européennes et à provoquer quelques sanctions, de manière à pouvoir prendre à témoin les Italiens sur la responsabilité de l’UE et de l’Euro dans leurs malheurs, amenant peu à peu une majorité d’entre eux à l’évidence qu’il faut en sortir.
      "
      Les électeurs grecs sont très aiguillonés sur leurs malheurs, votent-ils pour sortir de l’UE ?
      Élections européennes 2019 en Grèce :
      Nouvelle Démocratie : 33%
      Syriza : 24%
      Mouvement pour le chgt : 7%
      .
      Total : 64% qui ne veulent pas sortir de l’UE, si on y ajoute toutes les petites listes, on est sans doute près des 75%.
      Lien

      .
      Votre stratégie ne repose que sur un rêve.

      .


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 5 avril 19:13

      @Durand

      Quand Asselineau a commencé a diffusé son message, il y a une quinzaine d’années, je dirigeais deux blogues au Canada et nous avions un certain auditoire en France. Je crois qu’un consensus s’est vite créé qu’il expliquait mieux que quiconque l’évolution politique de la France depuis 1945, que sa mission était pédagogique et didactique, mais ne visait absolument pas à une quelconque prise du pouvoir.

      il était le type même de ce qu’on appelé par la suite un ’influenceur", une espèce qui depuis à proliféré, mais dont aucun des avatars, a mon avis, n’a eu l’envergure ni l’impact de Asselineau. II aura sa place dans l’Hstoire, mais jamais dans une Assemblée, a moins que par gratitude  ou par calcul — un parti d’action ne lui en donne une. Il est un peu bebête de croire que Lamartine aurait pu jouer le rôle de Napoleon III....

      PJCA


  • ribouldingue ribouldingue 1er août 2019 00:08

    L’heure n’est plus aux longs discours. Nous sommes entrés dans la phase de non retour, jamais le petit roi ne pourra regagner la confiance du peuple. Il a menti, il ment, il mentira puisque c’est un menteur. Nous savons que la seule réponse que nous pouvons attendre de ce dictateur est la violence. Il ne connaît pas le dialogue et tel un Bachar el-Assad il n’hésite pas à retourner ses armes contre son peuple pour réserver son trône. La provocation est sa devise pour détourner toutes les formes de contestations afin d’enfumer le peuple à se soumettre à la réalité de sa politique nauséabonde. Il sait aussi qu’il est soutenu par la petite bourgeoisie, qu’il est arrivé à tétaniser en se posant en victime face à des mouvements de plus en plus tenace, (nuit debout, gilets jaunes) mais encore mal organisés parce qu’il a compris qu’en réformant tout azimuts les contestataires se perdraient et finiraient à la longue par se diviser (lui permettant de préserver son règne). Il envoie ses brigades de casseurs briser et piller des magasins dès qu’un mouvement se fait jour et en arrière plan il diffuse via ses médias collabos les fausses informations afin d’apeurer le petit bourgeois, qui assis confortablement sur son coussin rempli de biffetons gagnés à la sueur de ses actions en bourse continue et continuera de le soutenir jusqu’au bout puisqu’il lui fourni ce sentiment de sécurité d’un état policier. Ce jeu est très dangereux et peut se terminer par une guerre civile chacun voulant défendre son morceau de gras. Ça aussi il en prend le risque, car gagné par la folie des grandeurs par sa fulgurante intronisation il préférera le chaos plutôt que la renonciation. Par le passé des hommes se sont dressés contre des pouvoirs totalitaires et grâce à leur ténacité sont arrivés à faire plier les usurpateurs de ces pouvoirs criminels(Gandhi, Mandela, Arafat et d’autres encore...). Certes, les combats pour la liberté ont été longs et des millions d’êtres humains se sont fait massacrés et tués mais n’oublions jamais que ces hommes qui se sont dressés contre les pouvoirs en place ont prôné des mouvements non violent. Le chemin pour la liberté du peuple des peuples ne pourra se gagner qu’en suivant cette voie (l’union et la non violence). Le chef des armées françaises le sait et c’est ce qu’il craint le plus, qu’un mouvement uni et non violent avec une revendication unique « le retour à la démocratie » s’organise enfin. Ne pas pendre conscience que cette organisation est nécessaire et urgente c’est risquer de s’enfoncer davantage vers une autre forme de dictature celle du Rassemblement National.


  • ETTORE ETTORE 1er août 2019 11:36

    Il ne faut pas oublier la « perte de mémoire » de ce gouvernement ( comme des prédécesseurs d’ailleurs) concernant le creuset volcanique des cités !

    On voit bien comment cet « état » ménage cette force incontrôlable en la carressant

    de sa main gantée de velours, alors que le reste du peuple se fait assassiner et défigurer à tire larigot par ses séides armés.

    Voilà ce que c’est d’avoir conscience et surtout peur, du stock d’armes prêt à l’usage dans les caves des cités, avec de surcroît, un personnel motivé par la sauvegarde de ses intérêts

    ( Remarquez la similitude avec les motivations de cet état ).

    Rajoutez à cela, une haine farouche, économique, religieuse.....

    Et vous comprendrez pourquoi ce gouvernement marche sur les oeufs, AUTORISANT le pillage en marge des manifestations comme vulgaire prise de guerre, et leur laissant faire tous types de débordements, en toute impunité !

    Seulement voilà, quand on fait la pute avec des gens qui font semblant de s’accommoder de miettes, et qui ont bien compris qu’une fois que le pays qui les héberge aura fini de s’étriper allègrement entre autochtone, la guerre seras plus facilement gagnée.

    Surtout que des traitres à la patrie sont foison.

    Nous y sommes presque.

    Quand les petits « jeunes » de cette confrérie, montrent de plus en plus leur impatience... les grands frères devront lâcher du lest.

    C’est là que ce gouvernement va se prendre un torticolli mémorable, et nous avec !


    • paulau 2 août 2019 18:25

      @ETTORE

      Vous avez raison, sauf pour le pillage des magasins qui ne sont pas forcément le fait de banlieusard mais plutôt le fait des blacks blocs qui , par ailleurs, ne sont pas inquiétés par la police. 


  • ticotico ticotico 1er août 2019 12:15

    @Elric et les autres

    Le constat est irréfutable, le drame est que nous sommes pas plus de 500 000 en France à le partager, et probablement autant de presque convaincus...

    La plupart des 50 à 70% de ceux « qui comprennent les motivations des gilets jaunes » d’après les sondages ne sont pas passés à l’étape suivante : comprendre que ce système failli et moribond n’est qu’une mascarade absolue sans autre horizon qu’une dégradation continue.

    Quand j’aborde le sujet avec les résidents de ce pays, je constate que les médias toxiques ont gardé un fort pouvoir de manipulation... la conclusion la plus fréquente étant celle qui est au coeur de la stratégie marketing macroniste : « mais toi, tu penses qu’on aurait pu élire qui d’autre ? ».

    Pour se débarasser de ces dinosaures qui dominent sans partage notre écosystème, je compte sur une conjonction de pression populaire, de crise financière et de chaos géopolitique...


    Un autre élément, notre Juan Branco vient d’être directement attaqué par l’état, il l’expose dans une vidéo (à la forme un peu trop mélodramatique).


    • Le421 Le421 1er août 2019 14:09

      @ticotico
      Un petit bémol à vos remarques au demeurant exactes le fait que j’ai encore entendu récemment un convaincu (j’aurais pu l’écrire en deux mots !!) répéter qu’à Sarlat, il y avait plein de boulot partout mais que personne ne voulait bosser... Ben voyons !! Et que les gilets jaunes qui l’avaient empêché de passer (ça n’a pas du durer des semaines par ici !!) étaient pour certains bien mieux lotis que lui.
      Le larbinisme est fermement ancré dans les esprits...


    • Elric Menescire Elric Menescire 1er août 2019 17:50

      @ticotico
      bonjour,

      sans aucun doute, même si l’enchaînement des causes que vous citez reste purement sujet à conjectures, je pense moi aussi que le système est très près de craquer. Je retape à cet effet une petite baraque à la campagne, car je pense que quand ça craquera, le pire ce sera dans les villes... Ce qui ne veut pas dire que j’ai une quelconque garantie de mieux m’en sortir, j’en suis conscient (je ne suis pas survivaliste mais plutôt prévoyant). Alors, je pencherais pour un effondrement financier en risque majeur à court terme (d’ici 6 mois), suivi d’un effondrement social global en deuxième position...la crise écologique arrivant par dessus, et finissant le travail, mais bien plus tard. Pas de quoi se réjouir, mais bien de quoi se préparer, ne serait-ce que mentalement. 


  • Samson Samson 1er août 2019 16:08

    « ... il y avait bien, bien trop longtemps que la fin de l’Histoire promise par le triomphe du néo libéralisme, suite à la chute du mur de Berlin en 89, n’avait connu de contrepoint. »
    Si ! Il y avait bien eu la bataille de Seattle : 40.000 manifestants qui ont en moins de 6 jours réussi à faire capoter le « Millenium Round » organisé par l’OMC. Ce qui avait offert au Monde Diplomatique l’occasion symbolique d’un superbe éditorial - « L’aurore » - pour célébrer dignement le début du millénaire. Mais bon, çà remonte !

    « Il a aussi et surtout fait preuve d’une incroyable imbécilité : croire qu’il pouvait cracher à longueur de temps son mépris à la figure de tous ceux qui ... »
    C’est le propre des pervers narcissiques et manipulateurs : si, tout imbus de leur propre supériorités, ils miment à merveille une empathie qu’ils ne ressentent en aucun cas, ils ne peuvent ni s’empêcher de prendre leurs interlocuteurs pour des cons, ni - ce qui participe pleinement de leur jouissance perverse - d’une manière ou de l’autre leur faire savoir.
    Par contre, le défaut de leur cuirasse consiste - une fois démasqués - à persister dans le même registre manipulatoire dont ils ne peuvent en aucun cas changer : c’est pathologique !

    « Jusqu’au jour où tomberont les masques. »
    Ils sont déjà tombés, non !?

    « Trois ans, c’est long.
    Furieusement long. »

    Le giton de Rothschild ne tiendra plus trois ans ! Soit sa base va finir par se lasser, soit si çà se trouve même les oligarques qui le soutiennent finiront par se choisir un larbin avec moins de sang sur les mains.


    • Elric Menescire Elric Menescire 1er août 2019 17:46

      @Samson
      bonjour,

      d’accord sur le fait que la france n’attendra pas trois ans...et je pense, qu’hélas, ça ne se fera pas aussi pacifiquement qu’on peut l’espérer . Cette commande de munitions du ministère est quand même éloquente vous ne trouvez pas ?

      Par contre pour Seattle je reste plus mesuré : en quoi cet évènement a globalement dévié leur marche en avant, même si ce fut selon moi une bataille de gagnée (mais pas la guerre) ? Surtout quand on voit que George Bush Junior, et son 11/09/2001, sont arrivés juste après...ce qui leur a permis de reprendre la main, et de quelle manière ! Nous en subissons encore les conséquences aujourd’hui. 


  • Samson Samson 1er août 2019 18:52

    « Cette commande de munitions du ministère est quand même éloquente vous ne trouvez pas ? »

    Très ! Ce qui est le plus hallucinant, c’est que le Conseil d’État refuse d’interdire l’usage de ces armes et que les forces de l’ordre argumentent qu’elles sont devenues indispensables au maintien de l’ordre, alors même que seule en €urope la République des Droits de l’Homme et du citoyen y recourt, avec un bilan déjà particulièrement effroyable depuis l’arrivée du petit Monarc au pouvoir.

    Seattle était essentiellement symbolique : un caillou dans la chaussure de l’OMC, qui avait tout aussi symboliquement choisi d’amorcer le millénaire en fanfare.

    Pareil pour le « Non » à la constitution €uropéenne : l’enjeu était essentiellement symbolique et l’Union €uropéenne l’a sans surprise contourné par des traités. Mais si, alors qu’une constitution doit être lisible de toutes et tous et ne comporter que les grands principes fondateurs, le ridicule consistait à avoir voulu mettre sous forme de constitution un imbuvable salmigondis de plus d’un millier de pages.Mais , le refus de graver les « principes » de l’ordo-libéralisme dans le marbre (vu la taille de la constitution, il y eut fallu plus d’une carrière) lui reste encore et toujours en travers de la gorge.

    Pas pour rien que le giton de Rotschild appuie sur l’accélérateur et réprime à tout va : TINA et l’histoire est peut-être terminée, mais à en juger par le Brexit, l’Italie, les Gilets Jaunes, l’élection de Trump et autres anicroches dont les déboires de la Deutsche Bank et autres baisses du PIB teuton, pas autant qu’il n’y paraît !

    Le culte à la Sainte Croissance et les dogmes de la Pensée Unique sont de plus en plus mal barrés, et la médiacratie a beau y faire, de moins en moins de gens y ajoutent encore foi !

    On en revient à Étienne de la Boétie et son « Discours de la Servitude Volontaire », plus que jamais d’actualité !


    « ... Or ce tyran seul, il n’est pas besoin de le combattre, ni de l’abattre. Il est défait de lui-même,pourvu que le pays ne consente point à sa servitude. Il ne s’agit pas de lui ôter quelque chose,mais de ne rien lui donner. Pas besoin que le pays se mette en peine de faire rien pour soi, pourvuqu’il ne fasse rien contre soi. ... »


    Cordiales salutations à vous ! smiley


    • Elric Menescire Elric Menescire 2 août 2019 08:22

      @Samson

      Nous en sommes rendus au même constat : la victoire de ce système et des ses seides ne sera, au mieux, qu’une victoire à la pyrrhus. Ne serait-ce que par l’hallucinant cinéma fait autour de la pseudo compatibilité de leur capitalisme financiarisé avec une écologie purement de façade. Le système terre est en train de ne plus le supporter... Même s’ils gagnaient, et annihilaient ce qu’il reste d’opposition (et ça j’ai du mal à le concevoir, surtout en France), ce tas de vendus à l’oligarchie ne survivrait pas bien longtemps à l’effondrement des écosystèmes. Si nous mourrons, ce sera tous ensemble...

      Quelqu’un m’a affirmé l’autre jour qu’Elon Musk était dépressif : il aurait réalisé que son fantasme d’aller sur Mars était juste impossible... Désolé, pas de nouvelle planète à saloper après avoir bousillé l’ancienne ! Les technologies ne seront jamais prêtes à temps, ni viables... Bien fait !


  • ETTORE ETTORE 1er août 2019 20:27
    Elric Manescire@
    -La violence policière

     

     Mais également, sur la même durée de marché, 25 millions de cartouches pour fusils d’assaut, pour une valeur de 11 millions d’euros. Nous parlons bien ici de munitions non pas destinées à l’armée, mais aux « forces de l’ordre », qui sont dotées des fameux fusils d’assaut HKG36,

    Sur 9469 fusils de ce type en circulation, cela fait 22 chargeurs par fusil, chaque année, durant quatre ans. Nous parlons ici de calibre de guerre, chaque balle étant potentiellement létale jusqu’à deux kilomètres. Le Canard Enchaîné avait révélé qu’un télégramme du 10/01/2019 avait demandé aux CRS de déployer deux fusils de ce type lors des manifestations des gilets jaunes…au motif qu’il y avait « un risque de vol si on les laissait dans les camions ».

    ________________________________________________________

    Les armes sont fabriquées en Allemagne !

    Les munitions en Israël !

    les grenades et gaz en Suisse !

    Les mercenaires....SONT FRANCAIS  ! ouuuuf !


  • Samson Samson 2 août 2019 02:29

    Dernière saillie de Frédéric Lordon sur son blog du Monde Diplomatique : « Où est Steve  ? (et où va la police  ?) »

    Elle date déjà du 15 juillet, mais je viens seulement de m’en aviser !

    Bonne lecture !


  • Alain Alain Alain Alain 2 août 2019 15:06

    En ce qui concerne les retraites voici les Grandes Orientations de Politique Economique émises par Le Conseil européen.
    (Le Conseil européen est l’institution qui définit les orientations et les priorités politiques générales de l’Union européenne. Il réunit les chefs d’État ou de gouvernement des États membres, ainsi que le président du Conseil européen et le président de la Commission.)

    « RECOMMANDATION DU CONSEIL
    concernant le programme national de réforme de la France pour 2018
    et portant avis du Conseil sur le programme de stabilité de la France pour 2018.
    (...)
    Actuellement, 37 régimes de retraite coexistent en France. Ils concernent des catégories de travailleurs différentes et fonctionnent selon des règles qui leur sont propres. Une uniformisation progressive de ces règles améliorerait la transparence du système, renforcerait l’équité entre les générations et faciliterait la mobilité de la main-d’œuvre. Une harmonisation des règles de calcul contribuerait également à une meilleure maîtrise des dépenses publiques. Si les réformes des retraites déjà adoptées devraient réduire le ratio des dépenses publiques de retraite à long terme, un système des retraites plus simple et plus efficient générerait des économies plus importantes et contribuerait à atténuer les risques qui pèsent sur la soutenabilité des finances publiques à moyen terme. Selon une étude récente, l’alignement de différents régimes de retraite des secteurs public et privé réduirait de plus de 5 milliards d’EUR les dépenses publiques à l’horizon 2022.
    (...) »
    Le président, les ministres et la cohorte des élus LAREM voient les français assez naïfs et benêts pour croire que ces réformes sortent de leur intelligence et expertise. Ils appliquent les directives européennes ultralibérales données par les chefs d’état, dont Macron, au sein du conseil de l’Europe.
    Ils prétendent que c’est pour « renforcer l’équité du système ». Et ils rabâchent comme exemple : calcul sur les 6 derniers mois pour les uns et sur les 25 meilleures années pour les autres. C’est un leurre ! Il faut observer les taux de remplacement (ce que représente le montant de la retraite par rapport aux derniers salaires nets perçus en pourcentage). Dans le privé comme dans le public, pour des carrières complètes, il est à un peu moins de 75% et légèrement plus bas dans le public.
    Le véritable objectif est écrit en toutes lettres dans la recommandation : « Selon une étude récente, l’alignement de différents régimes de retraite des secteurs public et privé réduirait de plus de 5 milliards d’EUR les dépenses publiques à l’horizon 2022. »
    Et avec une pareille diminution qui peut croire que les pensions ne vont pas fortement baisser !
    Dans les pays où cette réforme d’une retraite par points a été réalisée, c’est ce qui est arrivé malgré des départs à la retraite plus tardifs.
    Evidemment il y a le problème de la démographie à prendre en compte. Des propositions ont été faites en ce sens mais toutes refusées. Ce que ne disent pas nos gouvernants c’est que le système de retraite par points n’apportera une solution à ce problème qu’au prix d’une très forte baisse des pensions ou d’un recul important de l’âge de départ à la retraite devenu volontaire selon les moyens ou la santé de chacun.
    Renseignez-vous pour vérifier ce qu’on vous raconte, bon sang ! C’est facile avec internet.
    Et comme toujours la CFDT se fait complice de ces changements rétrogrades. Sans ce syndicat « dites-moi où je dois signer », peut-être les salariés français mieux éclairés auraient été plus combatifs et auraient moins perdu.
    Jamais rien n’a été octroyé par la munificence des gouvernants, rois ou capitalistes, au peuple. C’est toujours par la lutte que celui-ci a acquis des droits.
    Bien sûr, si c’est trop fatigant ou trop risqué on peut attendre tranquille devant sa télé.
    En espérant que les autres se bougent pour nous.


  • Kapimo Kapimo 2 août 2019 23:23

    "qui ont fait trembler les plus puissants et arrogants qui se crurent tout permis, et ce de tous temps, c’est bien la France. 1789, 1848, 1871, 1936, 1968 "

    1789 : révolution bourgeoise et franc-maçonne qui alla très loin dans le délire et l’abomination

    1848 : mouvement international des peuples européens sous la férule franc-maçonne

    1871 : la commune, la seule révolte véritablement populaire (et patriote), qui se termina dans un bain de sang par la défaite des insurgés.

    1936 : un peu

    1968 : révolution colorée en France menée par les trotsko-atlantistes pour tenter de faire tomber De Gaulle.


  • fcpgismo fcpgismo 3 août 2019 07:32

    1,2% pour l’UPR le chemin sera long...


    • Attila Attila 3 août 2019 08:20

      @fcpgismo
      P’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non.
      Le premier tour de l’élection présidentielle de 2017 nous a montré que Mélenchon et Asselineau faisaient des scores importants dans les sondages sur Internet mais moins dans le reste des électeurs.
      Si on trouve le moyen d’intéresser un plus grand nombre d’électeurs à la façon dont est gouverné leur pays, les résultats peuvent basculer.

      .


  • zygzornifle zygzornifle 3 août 2019 08:44
    la macro nie tout en bloc .....

Réagir