samedi 1er août - par Massoumeh RAOUF

L’Iran se lève pour la liberté

 

Mi-juillet, le Conseil National de la Résistance Iranienne (CNRI) a rassemblé plus de 1 000 personnalités et dignitaires internationales de tous horizons politiques, géographiques et cultuels dans une conférence internationale en ligne, dans le but de soutenir la cause du peuple d’Iran, épris de liberté et de démocratie. Maryam Radjavi, présidente élue du CNRI a profité de cette audience virtuelle inédite, reliant 30 000 lieux à travers le monde, pour rappeler la détermination et la capacité d’organisation dont font preuve les résistants iraniens. Si d’aucuns pensent encore que le CNRI n’est que très peu suivi sur le terrain, nous ne pouvons que leur conseiller de lire ce qui va suivre.

 

JPEG

 

Le poids des unités de résistance

Des années durant, la propagande des mollahs, audible jusque dans nos territoires occidentaux, martelait avec force que le mouvement de résistance au pouvoir Iranien n’était, au mieux qu’une lubie de quelques anciens Moudjahidine du peuple exilés à peine plus nombreux qu’une poignée de supporteurs de la théorie platiste, au pire, un complot américain fabriqué de toute pièce dans le seul but d’envahir l’Iran pour retirer les matières premières de son riche territoire à moindre coût. Et s’il est vrai qu’il reste encore aujourd’hui quelques propagandistes vantant les bienfaits de la théocratie iranienne, on peut aisément affirmer que leurs arguments découlent bien plus des émoluments qu’ils perçoivent de la part des mollahs que de leurs convictions profondes… Bien que les deux ne soient pas incompatibles.

Le fait est que la résistance au pouvoir en Iran ne date pas de la mise en place du régime du Guide suprême islamiste. Déjà, dans les années 60, les jeunesses Mossadeghiennes se révoltaient contre le pouvoir du Shah. Celui-ci, démis de sa tyrannie par le peuple lors de la révolution de 1979, a simplement transmis le flambeau à une forme de tyrannie religieuse, celle des mollahs. Les actions visant à obtenir une liberté réelle pour le peuple ont donc repris de plus belle dès 1981, date de la création du CNRI, coalition regroupant les oppositions démocratiques au pouvoir des mollahs. Depuis, et malgré les attentats à la vie des résistants et de leur sympathisants (faisant plus de 120 000 morts au bas mot) perpétrés par le pouvoir – on se rappelle de la fatwa lancée par Rouhollah Khomeiny en 1988 demandant l’exécution de tous les membres détenus du mouvement d’opposition des Moudjahidines du Peuple – la résistance ne cesse de s’organiser, en dehors du pays comme sur le terrain. Une organisation qui trouve son apogée depuis la fin de l’année 2017, avec les interventions efficaces des unités de résistance.

 

L’hommage de Maryam Radjavi aux militants de l’intérieur

Lors de la conférence internationale de mi-juillet, la présidente du CNRI a rendu un vibrant hommage à ces unités, présentes sur tout le territoire. Et chacune d’entre elle a tenu a préparé un témoignage vidéo de leur soutien sans faille au CNRI et à l’OMPI. L’union de deux forces complémentaires et indissociables qui permettra sans nul doute de renverser un régime tyrannique et corrompu dans un délai court. D’ailleurs, si l’on en croit la multiplication des dissensions internes et la hausse des tensions au sein même des cercles du pouvoir, il apparaît clairement que les jours sont désormais comptés pour les tenants d’un pouvoir qui n’en finit plus de vaciller.

Les voix des unités de résistance, diffusées lors de ce grand rassemblement en ligne, sont celles « des villes insurgées qui tournent la page du désespoir, de l’incrédulité et de l’impuissance et qui apportent le message que tout est possible et qu’il faut le faire. » Pour Maryam Radjavi comme pour toute la résistance, « les Unités de Résistance de l’OMPI sont la clé du changement de régime en Iran. »

Il est aujourd’hui impossible de dire que la résistance iranienne n’est qu’une façade ou un complot. Elle est l’expression même d’un peuple qui, lassé de la corruption et de la terreur infligées depuis plus de 40 ans, est déterminé à reconquérir sa liberté, sa souveraineté et sa destiné. N’en déplaise aux propagandistes stipendiés s’auto-érigeant spécialistes d’un pays dont ils fréquentent les cercles du pouvoir mais sont si en rupture avec son peuple, ses transformations et ses aspirations pour un Iran Libre et débarrassé des mollahs.



8 réactions


  • Jeekes Jeekes 1er août 17:17

    MOUARFFF !!!

     


  • V_Parlier V_Parlier 1er août 22:10

    Je lis : "Celui-ci (le Shah), démis de sa tyrannie par le peuple lors de la révolution de 1979, a simplement transmis le flambeau à une forme de tyrannie religieuse, celle des mollahs"

    Quand on est démis on ne transmet rien. Le flambeau a été remis à Khomeini (terminant son confortable séjour à Neauphle le Chateau) par la France et les USA. Le fait que les USA aient arrêté leur soutien au Shah aurait du éclairer les idiots utiles, mais 40 ans après ils n’ont toujours pas compris.

    Enfin, organiser une réunion virtuelle avec quelques dizaines de milliers de personnes dans le monde entier, ça ne prouve rien. Quoiqu’on pense du gouvernement iranien actuel et de sa légitimité, la situation géopolitique fera que vous trouverez de toutes façons tout un tas de régimes inféodés aux USA qui suivront strictement sa ligne. Que ce soit justifié ou pas (et en ce moment c’est souvent : pas du tout).


  • Amanite phalloïde 2 août 08:23

    Explosions et incendies mystérieux se multiplie en Iran.
    Il semble est qu’Israël est le maître d’œuvre de ces opérations, il est aidé par d’autres Services occidentaux, suivez mon regard smiley
     
    Israel et ses alliés peuvent compter sur des centaines de bonnes volontés à tous les échelons de la société iranienne. Cela comprend les forces armées, les scientifiques, des responsables politiques, les Basij, l’équivalent de la S.A hitlérienne dans la théocratie, des policiers, des civils, des opposants, et même des officiers dans les Pasdaran, les Gardiens de la Révolution khomeyniste.
     
    La plupart de ces « agents » coopèrent de leur plein gré. Ils le font par détestation du régime et à cause de l’impression qu’avec Israel, ils précipitent sa chute. Il faut bien comprendre que les Iraniens, dans leur écrasante majorité, se sentent naturellement très proches d’Israël, les plus anciens se souvenant de la coopération fraternelle à l’époque du Shah, qui embrassait tous les domaines.
     




  • rita rita 2 août 08:57

    bof..vous pouvez toujours rêver ?


  • xana 2 août 09:11

    Vous devriez aller en Iran pour les aider, Massoumeh Raouf !

    Si vous existez, évidemment.

    Ce dont on peut douter, tout aussi évidemment.


  • Faedriva 3 août 14:03

    Et à l’intérieur de L’Iran ça change ou.. ?

    Les virtualités c’est l’autre nom des vélléités.


  • Jonas 3 août 15:56

     Mon soutiens est indéfectible au peuple iranien et a ses  merveilleuses et vaillantes femmes qui se battent pour vivre librement et sans contrainte leur vie amoureuse sans la contrainte de l’hypocrite régime criminel des mollahs. 

    Le régime des mollahs en dehors da la répression sauvage à l’encontre de toute opposition et des exécutions , sous des prétextes fallacieux. Est un régime corrompu jusqu’à la moelle. 

     Ce pays figure parmi les pays les plus corrompus. Sur 176, pays , il est au 138ème rang. Pourtant , si on se réfère , a l’article 3 de la Constitution de la République islamique , celui-ci stipule « que le gouvernement a le devoir de contribuer à la création d’un environnement favorable au développement des vertus morales fondées sur la foi , la piété et la lutte contre toutes les manifestations de -corruption et de dégénérescence

    Le régime criminel des mollahs, derrière le paravent de la religion a gangrené depuis son arrivée au pouvoir »( grâce à l’aide de la France , recevant Khomeyni, en exil par Giscard) toute la société et dans tous les domaines. Une économie informelle , par une classe de nouveaux riches dans le sillage du pouvoir islamique ,avec des fondations bidons , qui détournent a leur profit des millards de dollars au détriment du peuple. 

    La répression et la corruption , sont les mamelles de ce régime criminel , qui au lieu de s’atteler a résoudre , les problèmes économiques , sanitaires , d’eau, de drogue, se lance dans des guerres( Syrie-Irak, Yemen , sans parler des supplétifs du Hezbollah) alors que le peuple iranien est encore meurtri , par les années 1980/1988 .  Je rappelle que ce grand peuple , n’a pas encore cicatrisé les plaies de la guerre provoquée , par le dictateur Saddam Hussein , qui avait fait 1 million de morts entre les deux pays . 




Réagir