samedi 8 juin - par SEPH

L’Union Européenne : avez-vous voté pour rien ? ***

JPEG

L'élection pour le parlement européen a rendu son verdict. Le devoir accompli, les citoyens européens croient avoir élu des représentants qui vont gouverner l'Union Européenne (U.E.).

Mais quel est le véritable pouvoir de ces hommes et de ces femmes que vous avez élus et qui dirige véritablement L'Union Européenne ?

JPEG

 

I - Rappel : l'UE une institution bien particulière

Depuis sa formation, l'Union Européenne connaît un problème prépondérant : il s'agit de celui du déficit démocratique à l'intérieur de ses institutions. Par « déficit démocratique », on entend un défaut de légitimité démocratique causé par la complexité du fonctionnement du système. Encore faut-il en comprendre les raisons.

Ainsi, le système institutionnel communautaire est dominé essentiellement par deux organes dépourvus de légitimité démocratique directe :

D'une part, un organe qui cumule les pouvoirs législatifs et exécutifs : le Conseil Européen est donc ici juge et partie . Ainsi, les ministres quand ils se rendent au conseil à Bruxelles, deviennent co-législateurs. De retour dans leur pays, ils exécutent les lois qu’ils ont écrites à Bruxelles. !!!!!
 
D'autre part, une institution technocratique sans aucune légitimité représentative réelle  : la Commission Européenne, non élue, composée de 27 membres, un par pays, désignés par les gouvernements. Or, elle est très fréquemment à l’initiative des lois.

Cette carence de légitimité laisse la porte ouverte à des groupes d'influence sans rapport avec l'intérêt général.

 

II - Mais qui dirige réellement l'UE ?

 

1 - Le Groupe des Trente (G30) : un club très influent

Le Groupe des Trente, siège à Washington, il est « un forum international qui regroupe des dirigeants du secteur financier public et privé […] cercle de réflexion qui porte notamment sur la régulation bancaire », dixit Le Monde.

C'est un lobby bancaire très important.

JPEG - 36.6 ko
Le Groupe des Trente (G30) - A Gauche J.C. Trichet ancien Président de la BCE

Il a été fondé en 1978 à l'initiative de la Fondation Rockefeller qui a également fourni les premiers fonds. Son premier président a été Johannes Witteveen, un ancien directeur du FMI.

 

Le groupe tient deux réunions chaque année et organise des séminaires, des symposiums et des groupes de travail qui sont strictement confidentiels.

 

Les principaux sujet d'intérêt du groupe sont :

  • Le marché des changes et la monnaie, etc. ;

  • Les marchés internationaux de capitaux ;

  • Les institutions financières internationales ;

  • Les banques centrales et la supervision des marchés et services financiers ;

  • La macroéconomie sur des sujets tels que la production, le marché du travail, l'investissement, le chômage, l'inflation,etc..

 

 

A ce jour, le Groupe des Trente compte 33 membres. Ils sont tous des banquiers mondialement connus  : chefs des plus grandes banques centrales - des grandes banques de commerciales ou d’investissement privées.

Son président actuel est Paul Volker qui a été l'ancien conseiller d'Obama en tant que directeur du Conseil pour la reconstruction économique et l'ancien directeur de la Réserve Fédérale des USA .

 

La liste des membres du premier sommet du G-30 (avec entre crochet leurs position et fonction dans le monde.) est très instructive :

  • Le Président du Conseil d’administration est Jacob A. Frenkel [Président de la Banque JPMorgan Chase international].

  • Le Président du Groupe est Tharman Shanmugaratnam [Vice-Premier Ministre et Ministre de la coordination des politiques économiques et sociales, Singapour].

  • Le trésorier du Groupe (trésorier) est Guillermo Oritz, [Président de la Banque d’investissement BTG Pactual Mexico] .

  • Le Président émérite est Paul A. Volcker [ancien Président du système de la Réserve fédérale des États-Unis].

  • Le Président honoraire est Jean-Claude Trichet [ancien président de la Banque centrale européenne].

  • Dans la liste des membres du Groupe, nous trouvons le Président actuel de la BCE, Mario Draghi

La présence de Mario Draghi dans le Groupe des Trente est particulièrement curieuse, du fait que le G30 est un lobby bancaire.

Or, selon les vertueux tenants de la “politique monétaire”, les banquiers centraux ne devraient pas avoir de lien avec les banquiers pour ne pas avoir de conflit d’intérêt.

D'ailleurs, le journal Le Monde, du 23 janvier 2017, s'interrogeait déjà :

« Les liens de Mario Draghi avec les banques …...le président de la Banque centrale européenne (BCE) est-il trop proche des banques [ndlr : sous-entendu banques privées] » ?

La question qu'il convient de se poser  : est-ce que Mario Draghi se contente de recevoir des instructions du G-30 et de les mettre en œuvre ?, sachant que la BCE n’est pas contrôlée par le Parlement européen, ni par la Commission européenne ou d’autres institutions de l’Union européenne. Ceci en raison de son statut spécial d'indépendance vis à vis des États de l'UE.

Or cette question a été posée au Parlement Européen :

- des députés européens ont déposé des amendements pour interdire à Mario Draghi et à d’autres fonctionnaires de la BCE de participer au Groupe des Trente. Le projet d’amendements a été soutenu par 181 députés, tandis que 439 députés ont voté contre. !!!!!

- mais, les partisans de Draghi et de sa politique ont proposé de laisser à la BCE la liberté de décider de participer ou non aux travaux du G-30 : à la mi-janvier 2019, a eu lieu le vote final, voici le résultat : Pour-500 votes - Contre-115 – Abstentions-19.


 

En conséquence, Mario Draghi, ainsi que les présidents ultérieurs de la BCE, ont reçu le plein droit de participer aux travaux d'une organisation « secrète ».

 

Cela est à considérer comme la destruction de la souveraineté de l’UE, en la transférant sous le contrôle total des maîtres de l’argent

JPEG - 33.8 ko
Tribune du Groupe des Trente (G30)

 

2 - L’observatoire Corporate Europe décrit comment le lobbying financier de ces dix dernières années nous a grugé.

 

L'UE est sous l'influence de lobbies très puissants qui à travers des conseillers et des consultants influents, construisent une Europe a leur façon loin des préoccupations des peuples européens.

Le journal journal Le Monde, du 07.05.2014, faisait le constat suivant : " dans le vaste quartier européen de Bruxelles, la puissance des lobbies saute aux yeux. Les grands noms du monde des affaires occupent chaque immeuble de bureau dans un rayon de 1Km autour des sièges de la Commission, du Conseil et du Parlement européens

Le secteur financier emploie une armée composée de pas moins de 1700 lobbyistes et dépense au moins120 millions d’euros par an pour influencer l’UE.

Ainsi, le pouvoir de lobbying est très important, car ceux-ci réussissent à faire plier les gouvernements. En effet, à Bruxelles , les lobbys passent à l’attaque face à toute tentative contraire à leurs intérêts .

Mais, les Lobbys ne sont pas pour autant sur la défensive – les récentes années les ont vus prendre nombre d’initiatives, soit pour annuler les faibles résultats des réformes financières, soit pour inventer de nouveaux projets de dérégulation ou de libéralisation.

En conséquence, aucune tentative de réforme du système financier ne peut passer outre leur pouvoir.
 

3 - Les lobbys ont grandement influencé les Grandes Orientations la Politique Européenne (GOPE) de l’U.E.

En effet, près de la moitié des textes votés au Parlement sont rédigés par les lobbys !!!

Des GOPE voici une triste liste des effets catastrophiques pour la France et les français :

1 - Les dépenses publiques  : concerne en priorité le nombre de fonctionnaires et la destruction programmée des structures de l’État, Administration, Sécurité sociale, Hôpitaux publics, cela est spécifié clairement.

2 - Dans le cadre de la suppression de milliers de communes en France, sur les 30 000 répertoriées, la Commission préconise une asphyxie des finances en direction de ces communes, collectivités territoriales.

3 - Les retraites  : Continuer à rogner sur les petites retraites, continuer à paupériser des millions de retraités après une vie de travail.

4 - La loi travail  : le gros chantier de « réformes » a pour corollaire le dumping social, la précarité et les cadeaux fiscaux en direction du patronat soit disant pour faire baisser le chômage Ce qui a permis aux entreprises de continuer à engranger des dividendes de plus en plus importants, sur le dos des salariés et des contribuables.

 5 - Les petites entreprises familiales ou autres  : celles qui maillent le territoires et grandes pourvoyeuses de main-d’œuvre. L’UE voudrait les voir disparaître en totalité au profit de grandes entreprises monopolistiques qu’elle ne s’y prendrait pas autrement.

6 - Les professions réglementées  : nous atteignons le Graal de l’ubérisation du pays. Les professions suivantes : chauffeurs de taxi, notaires, infirmiers et infirmières libérales, kinés, etc..., préparez vos mouchoirs.

7 - Impôts « mini » sur les société : Investissement dans le capital physique et humain. On aime beaucoup ces deux termes de marchandisation de l’homo sapiens. C’est très élégant

8 - ...............

Ainsi, l'UE est loin d'avoir profité à tout le monde, elle a créé des disparités entre pays et creusé des inégalités. Le dogme de la concurrence « libre et non faussée » a laminé juridiquement les services publics et les mécanismes de solidarité au sein des pays.

On est en droit de se poser la question :

comment les pays membres qui ont perdu une part essentielle de leur souveraineté : « battre monnaie » , liberté budgétaire et aliénation juridique à la Cour Européenne, peuvent-il être encore libre et choisir leur destin ?

JPEG - 32.2 ko

 

Voir la vidéo : les10 faits qui montrent comment les multinationales achètent la politique européenne - https://www.youtube.com/watch?v=3gv7jxCtnpk

Les Lobbys sont le cancer de l’UE, ils exercent un pouvoir occulte et exorbitant sur les peuples. Ils sont de fait partie intégrante du système décisionnel de l’UE et fonctionnent comme une maffia (voir Annexe I)

 

III - Les principaux dirigeants de l’UE : loin d'être au-dessus de tout soupçon !!!

Voici les deux principaux dirigeants actuels. Regardons à qui nous avons à faire.

 

1 - Le Président de l'UE : le sémillant Jean-Claude Juncker

Président du Parti Populaire Chrétien-social (CSV) de 1990 à 1995, il est Premier ministre du Luxembourg de 1995 à 2013 et Président de l'Eurogroupe de 2005 à 2013. Il est président de la Commission européenne depuis le 1ᵉʳ novembre 2014.
 

JPEG - 38.4 ko
Jean Claude Juncker

 

Dans le passé, Juncker a été contraint à la démission de ses fonctions de Premier ministre du Luxembourg, après que l’on eût établi son appartenance au réseau d’espionnage Gladio (voir Annexe 2) de l’Alliance atlantique.

En temps que Premier Ministre il a brillamment transformé son pays, le Luxembourg, en un paradis fiscal au sein de l’U.E.

Au moment où il devenait président de la Commission européenne éclatait l'affaire Luxleaks au Luxembourg qui allait l'éclabousser.
 

L'affaire LUXLEAKS  :

C'est un système d'optimisation fiscale redoutable. En novembre 2014, le consortium international des journalistes d'investigations (ICIJ) montrait, preuves à l'appui, que la société de conseil PricewaterhouseCoopers (PwC) avait organisé un système d'évasion fiscale de grande échelle.


 

Au sujet de ce scandale, Juncker a tergiversé : « J'ai attendu trop longtemps, ce fut une grave erreur, j'ai trop tardé à répondre  ».

Ceci est une erreur difficilement excusable pour celui qui a dirigé le Luxembourg de 1995 à 2013. D'autant que cette affaire avait éclaté en novembre 2014, grâce aux révélations de lanceurs d'alerte qui, par la suite, devaient en scandaleusement subir des poursuites judiciaires..

Bref, il est l’homme des banques et des fraudeurs. C'était l'homme idéal pour présider l'UE !!!!!!
 

Voici l'avis Thomas Coutrot, économiste et coprésident de l'association ATTAC au sujet des turpitudes de M. Juncker, il considère que :

Les raisons pour lesquelles M. Juncker aurait bloqué les initiatives contre l'évasion fiscale, peuvent s'expliquer par le fait que le Luxembourg était le recordman absolu des accords avec les multinationales. Ceci permettaient à ces dernières d'exercer leurs activités dans le Grand-Duché avec un taux d'imposition dérisoire.
 

«  L'opacité des débats à l'intérieur de l'UE est absolument totale et jusqu'à présent, Monsieur Juncker pouvait ouvertement nier le fait qu'il avait bloqué un certain nombre d'accords contre l'évasion fiscale  », a-t-il pointé.

« La première chose qu'on peut noter c'est qu'il faudrait vraiment cesser avec cette opacité, et que les citoyens européens puissent savoir qui dit quoi dans les débats internes à l'Union européenne. La deuxième chose, c'est évidemment que Monsieur Juncker a menti, puisqu'il a à plusieurs reprises affirmé qu'il n'avait en aucun cas entravé l'action de l'Union européenne en matière de transparence et de lutte contre l'évasion fiscale

On se demande comment il peut garder la moindre crédibilité comme président de la Commission. C'est vraiment le problème de la crédibilité de l'Union européenne, qui est de toute façon déjà très faible aux yeux des citoyens européens  », a-t-il résumé. 


 

Juncker est aussi capable de bons mots qui résume toutes les limites de la démocratie dans l’Union européenne :

« Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens.  »

 

JPEG - 23.5 ko
Jean Claude Juncker a trop fêté son succès contre l’évasion fiscale !!!!


 

Les liens des Présidents de l'UE avec les lobbys ne datent pas d'hier :

En effet, son prédécesseur José Manuel Barroso , président de la Commission européenne entre le 22 novembre 2004 et le 3 novembre 2014, est aujourd'hui le président non exécutif du conseil d'administration d'une des toutes premières banques d’affaires du monde : la célèbre banque Goldman Sach !!!!!

N'est-il pas curieux de voir Barroso qui a supervisé aux côtés du FMI l’austérité en Grèce, finir dans la banque qui avait aidé Athènes à maquiller ses comptes pour « respecter » les règles de l’Union monétaire.

Le comportement de Barroso ne serait-il pas la preuve ultime que les « élites » bruxelloises sont vendues aux lobbys ?

La réaction tardive et modérée de Jean-Claude Juncker, qui lui a succédé, n’arrange rien. Le Luxembourgeois hésitera deux mois avant de ­saisir le comité d’éthique maison, qui ­finira par blanchir M. Barroso à l’automne 2016. Étonnant non !!!!!

 

 2 – Le Président de la Banque Centrale Européenne : le loup Mario Draghi

Mario Draghi, né le 3 septembre 1947 à Rome, est un économiste, banquier et ancien haut fonctionnaire italien. Vice-président pour l'Europe de Goldman Sachs entre 2002 et 2005, puis gouverneur de la Banque d'Italie entre 2006 et 2011, il est président de la Banque centrale européenne (B.C.E.) depuis le 1ᵉʳ novembre 2011.

 

JPEG - 21.5 ko
Le Président de la BCE : Mario Draghi

 

C'est chez cette vénérable banque, qu'il a joué un rôle dans les fausses informations économiques et monétaires de la Grèce qui ont été présentées à l'U.E. pour l'adhésion de la Grèce à l'Euro. Cette malversation a été opérée par la banque Goldman-Sachs pour le compte du gouvernement grec. Bien entendu il a, plus tard, masqué tout ceci au Parlement européen pour accéder à ce poste.

Depuis plus d'un an, il arrose les banques avec des rachats de créances douteuses (comme ils disent !!) à hauteur de 60 milliards par mois !! Tout cet argent frais va en majorité dans les paradis fiscaux. Étonnant non !!

En effet, M. Mario Draghi se livre à des manœuvres dont le but est de faire baisser les taux d’intérêt. En ce moment même, il fait surgir du néant 60 milliards d’euros par mois qu’il donne à ses amis banquiers ou présidents de grands groupes internationaux dont il rachète les dettes encombrantes. !!!! Merveilleux

JPEG - 33.5 ko
Mario Draghi

 

Par ailleurs, selon The Wall Street Journal, Mario Draghi a secrètement acheté des obligations d’entreprises européennes soigneusement choisies (Repsol, Iberdrola…)

  1. Mario Draghi s'est-il livré à des délits d’initiés ?!

     

 

CONCLUSION

La proche coopération et la camaraderie qui caractérisent les relations entre décideurs et lobby financier, fait que l'UE est gouvernée par une maffia contre les peuples, mais pour le plus grand bonheur des puissances financières.

Un exemple de la dominance absolue des représentants de l’industrie financière dans les comités consultatifs de la Banque centrale européenne : la facilité avec laquelle l’ancien commissaire Jonathan Hill a pu passer d’un poste de direction de l’UE à une embauche comme conseiller dans l’industrie financière. Et pour couronner le tout, nous avons vu l’ancien président de la commission en personne, José Manuel Barroso, rejoindre les rangs de Goldman Sachs.
 

L'UE est une machine à fabriquer de l’inégalité et de l'appauvrissement du plus grand nombre, qui a été sciemment mise en place pour le 1% qui en profite :

L’ UE est aujourd'hui un ogre financier destiné à l'accumulation de richesses par les banques et les entreprises transnationales (entre autres les GAFA). Par conséquent, l'U.E. est un véritable banc d'essai pour la création d'une souveraineté mondiale aux mains d'intérêts privés.

Est-il raisonnable de rester au sein d'un système mafieux ?

Selon les estimations du Parlement européen, les États membres de l’UE perdent environ 1000 milliards d’euros par an à cause de l’évasion fiscale au profit d’une minorité de riches et des multinationales

Voici pourquoi il est nécessaire de sortir de l’euro si nous voulons regagner des marges de manœuvres économiques et sociales : voir article de Jacques Sapir du 17.avril.2019 :

https://www.les-crises.fr/russeurope-en-exil-pourquoi-est-il-necessaire-de-sortir-de-leuro-si-nous-voulons-regagner-des-marges-de-manoeuvres-economiques-et-sociales-par-jacques-sapir/

L'UE est aussi un carcan inamovible pour les peuples européens.

C'est une institution verrouillée qui ne peut être changée fondamentalement que par l'unanimité des pays membres. Autant dire que ceux qui veulent une « autre Europe » pourront attendre longtemps. !!!

JPEG - 35 ko

Il faut donc quitter l'U.E.

________________________________________________________________

Références :

 https://www.group30.org/

https://la-chronique-agora.com/mario-draghi-lobby-bancaire/

https://la-chronique-agora.com/delits-inities-mario-draghi/

https://lesakerfrancophone.fr/oligarchie-financiere-mondiale

https://lesakerfrancophone.fr/victoire-du-lobby-financier-a-bruxelles

 

https://lesakerfrancophone.fr/oligarchie-financiere-mondiale

https://www.les-crises.fr/juncker-il-ne-peut-y-avoir-de-choix-democratique-contre-les-traites-europeens/

L’euro, une fausse bonne idée :

JPEG - 41.7 ko
L’Euro et son avenir

 

https://la-chronique-agora.com/euro-fausse-bonne-idee/

https://la-chronique-agora.com/euro-fausse-bonne-idee-2/__  ____________________________________________________________________

 

ANNEXES


 

Annexe I - Une fraude fiscale organisée.

Selon ATTAC, l’évasion fiscale et le dumping fiscal sont des problèmes européens faits maison :

« En effet, Luxembourg, Pays-Bas, Irlande, Malte, Chypre - des États membres de l’UE figurent parmi les paradis fiscaux les plus actifs. L’Allemagne est également l’une des destinations les plus populaires pour les flux financiers non transparents, en particulier en provenance des pays du Sud, avec l’aide desquels le blanchiment d’argent et la fraude fiscale sont pratiqués à une échelle gigantesque . N'oublions pas non plus la City de Londres qui est la plus grande place financière mondiale largement ouverte à des transactions opaques échappant à la fiscalité.

En outre, on trouve parmi les paradis fiscaux une douzaine d’autres territoires d’outre-mer principalement britanniques et néerlandais, tels que Jersey, Curaçao et les îles Vierges britanniques.

Les paradis fiscaux sont au cœur de l’Union européenne. En effet, la politique de concurrence a fait de l’UE l’un des piliers de la concurrence fiscale mondiale. Le pionnier a été l’Irlande, qui applique un taux d’imposition de 12,5 % sur les bénéfices des sociétés depuis 2004. Chypre, l’Estonie et la Bulgarie offrent désormais des taux d’imposition aussi bas et les taux d’imposition des principaux pays industrialisés ont également été progressivement réduits.

La France n’est pas en reste : le taux de l’impôt sur les bénéfices des sociétés a baissé de moitié depuis les années 1980 passant de 50% à 28 % pour les bénéfices inférieurs à 500 000 € et 33,3 % (ou 1/3) au -delà en 2019 et atteindra 25% pour l'ensemble des bénéfices en 2022. » : https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F23575


Cf : https://france.attac.org/se-mobiliser/europeennes-2019/article/fiche-l-europe-et-l-evasion-fiscale


 

Annexe II : Le GLADIO

L’organisation secrète Gladio, le « glaive », a vu le jour en 1948 à l’initiative des États-Unis. Ses agents devaient être prêts à effectuer des missions d’espionnage et à commettre des actes de sabotage en cas d’offensive soviétique.

Ce sont les intérêts politiques des gouvernements de droite voire de groupes d’extrême droite que Gladio s’attache à défendre. Des contacts existent avec les différents services secrets nationaux, à l’abri de tout contrôle parlementaire. C’est le Shape (commandement militaire de l’Otan en Europe) qui assure la coordination.

Gladio est responsable de nombreux attentats en Europe, notamment en Italie et en Allemagne. Ces attentats ont fait des dizaines de morts (1980 , 85 morts à Bologne). Ils furent, dans un premier temps, attribué à l’extrême gauche !!!!

Voir reportage Arte : Le réseau Gladio
Armée secrète d
Europe ARTE 2016

http://www.voltairenet.org/article162546.html/

www.voltairenet.org/article188044.html



104 réactions


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 10 juin 09:20

      @BA

      Bonjour,

      « Nous avons ce que nous méritons »

      En quoi le peuple mériterait-il d’avoir des fers aux pieds ?

      Je pense que le scénario le plus probable est le suivant : le pouvoir oligarchique organise des élections avec l’argent du contribuable, à grands frais avec l’aide des medias, ET PLUS LE SPECTACLE EST FOURNI, PLUS, DERRIÈRE LE RIDEAU, CES ÉLECTIONS SONT BIDONS ! .
      Les électeurs vont voter. Les résultats ensuite sont « validés », en apparence seulement, car derrière le rideau, les résultats ont depuis longtemps été établis, par une découpe des partis, où l’Oligarchie a placé ses pions,
      pour noyeauter la société civile et institutionnelle.
      Le peuple n’a élu personne, et la preuve en est : les résultats aux dernières élections européennes étaient connus bien avant l’heure d’ouverture des bureaux de vote à 7 h 10 voir l’article du Parisien qui dévoila déjà avant même le début du scrutin le résultat final, dans l’ordre d’importance de % obtenus !
      Comment pouvaient-ils le savoir ?

      La démocratie est morte, avec l’arrivée de la LREM, et de leurs complices.
      L’UNION EUROPÉENNE est là, pour comme le suggère l’auteur dans son article livrer les peuples et les pays à la prédation bancaire.

      L’UE est dirigée par les banques, nous en avons toutes les preuves et il serait vain d’aller chercher ailleurs, un intérêt quelconque à l’UE, sinon d’enrichir ces 1 %.

      Mais cela fera des mécontents, très mécontents, et non pas parmi les couches populaires, mais surtout parmi la moyenne beourgeoisie « éclairée » qui met du temps à le comprendre, mais y viendra aussi, forcément, lorsque s’échappera pour elle, les larges portions de gâteau promis.

      Peut-être que pour la calmer, l’on mettra c’est Attali qui le disait, en bonne pythonisse de service une femme en 2022.
      Pour calmer les « libéraux », on mettra une ultra-libérale qui présente bien, jeune, plutôt avenante physiquement et certainement très obéissante à l’Oligarchie. Triée sur le volet !

      Mais c’est un faux calcul  !
      Car...Je pense que les premiers à venir grossir les rangs des anti-européistes, ce seront justement ces chefs d’entreprise qui ne sont pas tout à fait au courant de ce que l’Union Européenne leur réserve.
      C’est acté dans les textes de l’UE, les lois en préparation, contre les PME PMI.

      Historiquement, TOUTES LES REVOLUTIONS ABOUTIES L’ONT TOUJOURS ETE LORSQUE LA PETITE BOURGEOISIE ECLAIREE S’EST MÊLEE DE L’AFFAIRE ! PARCE QUE JUSTEMENT ELLE A ÉTÉ ÉCARTÉÉ DES AFFAIRES ! N’oublions pas qu’ils sont moins nombreux que les classes populaires déshéritées, ils sont certainement bien plus déterminés.

      C’est une vieille loi, et l’Oligarchie prétentieuse et aveugle qui nous manipule tous n’y échappera pas !




    • SEPH SEPH 10 juin 20:27

      @BA
      "Nous avons ce que nous méritons.

      « Non
      Les dés sont pipés. Macron n’est-il pas arrivé au pouvoir par un holdup. Après avoir fait un croche pied à Fillon, tout a été fait pour que la Lepen arrive en deuxième position. Le tour a pu être joué grâce aux médias des milliardaires et a leurs énormes dons. .
      Nous sommes gouvernés par une secte politique d’arrivistes qui représente 20 % des votants et environ 10% des inscrits.

      Les français ont »élu" un trader de la finance, sortie de nul part, qui applique la politique des banquiers et du Medef.

      Une autre République me semble indispensable. Celle que nous subissons a été faite pour De Gaulle, ses successeurs n’ont été que des pantins au service du capital financier.


  • Lambert 10 juin 15:51

    C’est parce que l’UE est ce que vous dites que personne ne veut en sortir et que ceux qui veulent en sortir passent pour des imbéciles.

    micron n’a fait que 20% dites vous. Cela fait déjà 1 électeur sur 5 qui veut la destruction de la France. Avec tous les ralliements de LR, la prochaine fois ce sera encore plus.

    Il faut croire que c’est ce que souhaitent les Français, mot qui d’ailleurs va bientôt disparaître du vocabulaire au train où vont les choses, remplacé par « sujet de l’Empire » ou « gentil toutou » ou..... ma foi, je ne sais trop. J’espère disparaître avant lui, parce que la vie selon micron n’est pas pour moi digne d’être vécue.


  • SEPH SEPH 18 juin 21:16

    LA CRISE DE L’EURO SE PRECISE ?!

    Avant la création de l’Euro, les pays de cette zone avaient globalement une masse monétaire M3 (soit la masse totale de monnaie en circulation) inférieure à 70% du PIB... ce qui est sain.
     

    Mais aujourd’hui la masse monétaire M3 de la Zone Euro est de 12 566 milliards d’euros (fin avril 2019) pour un PIB de 11 683 milliards, ce qui représente 107,6 % du PIB courant annuel. C’est malsain.

    Lorsque le volume d’argent en circulation est supérieur au PIB du pays, on est en présence d’une bulle monétaire. Il y a donc danger.

    Mais, d’où vient cet excès de monnaie ?

    Ces liquidités proviennent en grand partie des banques européennes.

    En effet, depuis la précédente crise financière, la BCE a créé de la monnaie ex nihilo pour alimenter les principales banques européennes : les fameux Quantitative easing (QE) qui désigne un type de politique monétaire dite « non conventionnelle » consistant pour une banque centrale à racheter massivement des titres de dettes aux acteurs financiers, notamment des bons du trésor ou des obligations  la BCE depuis plus d’un an fait marcher la planche à billets : 60 milliards d’euros par mois !!!!!!!!!!!!

     

    Avec ces liquidités, les banques ont pu contracter autant de crédits aux particuliers et aux entreprises qu’elles le souhaitaient... c’est-à-dire TROP.

    Ainsi, à la fin de l’année 2018, le total des capitaux propres des quatre plus grosses banques Françaises était de 115 milliards d’euros...
     

    Or normalement, selon les accords européens en matière de risques financiers, ces banques devraient respecter un effet de levier de 10 fois plus de dettes...

    ... c’est-à-dire 1 150 milliards d’euros, soit au total 115 + 1150 = 1 265 milliards d’actifs.

    Mais aujourd’hui le total de leurs actifs est de 6 975 milliards d’euros (3 fois le PIB de la France !).


    C’est le différentiel (5 825 milliards d’euros) qui alimente la bulle monétaire en Europe et qui ressemble de plus en plus à une bombe à retardement...
    Malheureusement les banques française n’ont pas respecté les règles prudentielles (Accords de Bâle III) en adoptant des leviers de 1 à 10.


      Ainsi en Europe, nous avons continué à créer de la monnaie sans arrêt, jusqu’au point de rupture... qui se profile maintenant à l’horizon.

    En conséquence :

     La prochaine crise sera certainement une crise de l’Euro

     L’Europe va donc payer les pots cassés de 2008, elle va payer 10 ans de politiques monétaires irresponsables de J-C Trichet et Mario Draghi.

    La France pourrait bien se retrouver à l’épicentre de la détonation... peut-être même que l’étincelle viendra d’une de ses propres banques.


Réagir