lundi 18 février 2013 - par beo111

La démocratie est-elle sacrée ?

Le 8 février - jour férié de la culture en Slovénie - ont eu lieu les plus grandes manifestations dans la capitale Ljubljana avec la participation d'au moins 20.000 personnes contre l'élite politique en place, contre tous les politiques professionnels, de droite comme de gauche, contre les chefs de syndicats, contre l'église. Avec comme slogan : c'est terminé ! Votre ère s'achève.

Les manifestations durent depuis plus de 3 mois en Slovénie.

Quelle signification peut-on donner à cette action populaire ? Ils ne reconnaissent plus les instances sociales en place. Est-une rébellion contre la démocratie ? Tous les politiciens ont bien été élus démocratiquement.

La situation économique de la Slovénie se dégrade depuis l'entrée dans l'Union Européenne. Les politiciens détruisent le pays, son efficacité économique, et sont de plus en plus corrompus. On peut élire qui on veut (toutes les coalitions possibles, de droite, de gauche, du centre ont eu le pouvoir à un moment ou à un autre), le résultat est le même : le pays sombre dans la dette, la misère augmente, espoir nulle part.

Si les gens protestent contre tous ceux qui ont été élus démocratiquement, car aucun d'entre eux n'est bon pour le peuple, est-ce qu'il protestent contre la démocratie ?

La notion de démocratie est-elle en soi sacrée et immuable ?

Je décidai de me faire ma propre opinion. J'ai vécu pendant 45 ans dans un système non démocratique qui était beaucoup plus efficiace, qui a construit et fait progresser l'économie du pays et qui donnait aux masses l'espoir d'un avenir meilleur. Cette non-démocratie donnait à presque tous les citoyens le droit de travailler et des conditions humaines de base : droit à une assurance maladie gratuite, l'éducation complète et gratuite, l'aide sociale pour tous, droits égaux pour les groupes discriminés, l'égalité des durées de congés, la semaine des 38 heures... croissance de la classe moyenne jusqu'à plus de 60% de la population... ceux qui avaient un logement ou une maison, voiture et un travail avec un salaire moyen... seulement nous n'avions pas la démocratie formelle (de nombreux partis et élections des gouvernants parmi ces partis). Nous avions des élections tous les 4 ans et nous choisissions parmi les personnes proposées, hors partis interdits, comme des mouvements extrémistes, notamment fascistes, antisémites, racistes, etc.

La seule chose que nous avons reçu après la chute de la non-démocratie fut une multitude de partis dans lesquels des personnes les plus immorales dont le seul but est le profit personnel ont fait leur nid. Cette démocratie formelle nous a empoisonnés pendant les 20 ans où la classe moyenne est passée de 60% à 10-20%, 2-3% sont des ultrariches et tous les autres sont devenus des misérables. La dette de l'État slovène s'élevait à 3 milliards de dollars à la fin de la non-democratie, et maintenant elle est à plus de 20 milliards d'euro, donc les politiciens élus démocratiquement ont endetté de manière irresponsable chaque citoyen slovène à hauteur de 10.000 euro et cette dette s'envole sans cesse. Ces dettes ne peuvent être payées par la génération actuelle et la suivante.

Les gens ont conscience de ce qui les attend : le théâtre grec et la misère absolue, bien qu'ils aient progressé et bien vécu sous l'antidémocratie. À qui la faute ? aux juifs ou aux tsiganes ? (c'est ce que semble suggérer la politique hongroise) au clergé et au capitalisme ? ou peut-être même aux crypto-communistes ?

Je prends le risque de dire que le coupable est la démocratie capitaliste néolibérale. Toute démocratie qui a la possibilité systémique de manipuler le peuple afin de faire élire des gouvernants qui agissent contre les intérêts du peuple est inacceptable. N'est pas démocratie une système multiparti dont l'économie est constuite de telle manière que toute politique agit en dans l'intérêt des plus riches (même pas ceux du pays - mais ceux qui manipulent le monde au moyen de leur richesse et du système bancaire) et certainement pas dans l'intérêt du peuple. L'intérêt du peuple se trouve dans un système d'égalité de droit et d'égalité des chances, de justice et d'humanité. Tout cela manque à la démocratie actuelle. Je n'ai pas peur d'affirmer que la démocratie actuelle est contre le peuple et contre l'humanité.

C'est pourquoi le peuple slovène doit exiger l'expulsion de cette sorte de démocratie.

Pourquoi justement les slovènes sont apparament les plus conscients de ce fait ? Simplement car les slovènes constituent un petit peuple (2 millions d'êtes humains) et presque tous se connaissent réciproquement, tous discutent des mêmes choses et se mettent d'accord rapidement. D'autre part, le peuple slovène est sans doute le seul peuple hautement éduqué sans être endoctriné par la réligion. (Les religions établies dans tous les États dépendent du pouvoir politique, aussi les religions soutiennent toujours le pouvoir en place). Les religions agissent dans ce sens qu'elles atténuent la rébellion du peuple. Les slovènes éduqués pendant l'ère communiste contre la religion n'ont pas accepté par la suite le catholicisme agressif et seuls 10% élisent des partis cléricaux. C'est pourquoi ils ne sont pas endoctrinés et obéïssants aux meneurs cléricaux qui condamnent la rébellion.

Je pense que des idées nouvelles vont naître en Slovénie, des idées essentielles sur le comment établir une démocratie nouvelle, une démocratie humaine, avec un ordre économique juste qui empêche la corruption des classes dirigeantes. Nous ne savons pas encore quelle forme elle aura. Les idées se formeront sur la base des conditions actuelles qui sont offertes par la révolution informatique. À moins d'une intervention de l'OTAN pour défendre l'oligarchie actuelle de Rothschild.

Zlatko Tishljar

Traduit par beo111

 

 



7 réactions


  • Deneb Deneb 18 février 2013 13:06

    Il paie bien, Kucan et les oncles des coulisses pour étaler cette ignoble propagande jusqu’en France ?
    Les cocos, maitres absouts avant ont échoué à gérer convenablement cette entité artificielle que fut la Yougoslavie, crée après la 1ère guerre mondiale. Ayant perdus le pouvoir suite au scrutin démocratique après la chute de l’URSS il y a 20 ans, ils en conservent quelque ficelles qu’ils tirent au mieux qu’ils peuvent. Profitant de la crise, ils font appel à des vieux reflèxes yougocommunistes, justement ceux qui ont fait que en Yougoslavie rien ne marchait parce que le pouvoir s’est enlisé dans ses tergiversations mediatiques, inefficaces sur le plan économiques . Sans parler de l’unipartisme et du déficit flagrant de la liberté d’opinion. Aujourd’hui ils ressortent ces vieux chimères pour rassembler les gens dans la rue dans des happenings avec musique, une vraie fête où par-ci par là on peut apercevoir quelques banderoles yougonostalgiques. Il y a du monde, les gens, comme il y a la crise et peu de travail, s’ennuient et c’est l’occasion de sortir, écouter des groupes de rock qui passent sur une éstrade centrale, la plupart des gens sont juste là pour la fête. La rave coco.

    Les slovènes n’ont pas réussi à élire une majorité franche aux dernieres législatives. Des trois forces politiques majeures aucune coalition ne s’est dégagé. On a donc mandaté le vieux loup independantiste Jansa, emprisonné sous les communistes et premier ministre il y a quelque années, pour former un gouvernement qui, hélas, risque de connaître prochainement une motion de censure par le parlement. Crise politique, c’est grave, mais pas mortel. En attendant, on aime bien faire la fête, c’est déjà ça.


  • Lucadeparis Lucadeparis 18 février 2013 17:00
    Le problème de cette analyse, c’est qu’elle se soumet à ce qu’elle veut dénoncer, en utilisant la novlangue du capitalisme libéral (par opposition au capitalisme d’Etat de l’URSS et consorts), où le sens du mot « démocratie » a été dévoyé il y a deux siècles avec les premiers partis politiques aux Etats-Unis comme je l’analyse dans mon texte « Pour une démocratie réelle » : http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/pour-une-democratie-reelle-i-qu-114711.
    C’est un peu comme on disait (encore) que la RDA est une démocratie parce qu’elle s’appelle ainsi.
    Ainsi que l’ont écrit les philosophes durant deux millénaires, d’Aristote à Montesquieu en passant par Spinoza, l’élection est aristocratique (choix d’un meilleur (=aristoï en grec)... à se faire élire), quel que soit le nombre de gens qui votent. C’est le tirage au sort et le référendum qui font la démocratie.
    D’ailleurs, m’a signalé le traducteur, Zlatko Tishljar avait signé un appel en 2009, où il était demandé de tirer au sort une constituante européenne : http://etienne.chouard.free.fr/forum/viewtopic.php?pid=6612#p6612. Il était donc proche de cette réinformation.

  • Dornach Dornach 18 février 2013 17:34

     c’est la faute aux banksters et aux politiques, leurs complices ;

    La crise des dettes en Europe et aux USA, un complot politico-financier : 

    http://wp.me/p1WnGr-3X


  • Dornach Dornach 18 février 2013 17:46

    En lisant cet article vous comprendrez tout sur la géopolitique menée depuis Nixon par les impérialistes étasuniens, qui sont derrière ce complot avec leurs banksters :

    L’impérialisme américain prédateur et criminel

    http://charlesdornach.wordpress.com/2012/10/21/limperialisme-americain-predateur-et-criminel


  •  C BARRATIER C BARRATIER 18 février 2013 17:56

    La démocratie est un progrès par rapport à la dictature, à la condition que les élus ne profitent pas de la situation à leur avantage. On ne réussit pas en France à légiférer clairement sur la prise personnelle d’intérêt. Et au fil du temps les élus se servent de plus en plus, et comme ils font les lois, ils ne sont pas prêts à lâcher.

    Au niveau des communes la réforme qui crée de nouvelles communautés de communes englobant plusieurs communautés existantes risque fort d’être l’occasion de remplir un peu plus quelques poches. Comme lorsqu’on a créé des communautés de communes en nous faisant croire que ce serait plus économique. La réforme a été bénéfique pour ceux qui se sont bien placés dans la course aux présidences…

    On lira un tableau non désespéré en page alphabétique des news ici

    « Elus aux contribuables : Votre argent nous intéresse personnellement »

     http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=223


  • Ruut Ruut 19 février 2013 09:17

    Dans une véritable Démocratie, toute loi impactant le peuple doit être soumise a une consultation directe populaire.

    ça permet a chacun de les connaître et ça en limite mécaniquement le nombre.
    ça force aussi le gouvernement a faire son travail correctement.

    Tout emprunts d’état devrais aussi soumis a consultation directe populaire, car au final c’est le citoyen qui le paye.

    La France est très loin de ces exigences démocratiques.


    • Lucadeparis Lucadeparis 23 février 2013 15:02

      Quelle loi n’« impacterait »-elle pas le peuple ? Ne l’« impactent »-t-elles pas toutes ? Pourquoi aurait-on fait des lois qui n’« impacteraient » personne ? Donc toutes les lois ne devraient-elles pas être soumises à une consultation directe populaire ?
      Pourquoi les Etats emprunteraient-ils alors que dans une démocratie, la monnaie serait un bien public, et que le peuple pourrait décider de sa création, plutôt que l’« emprunter » à des banques qui en fait créent la monnaie qu’elles prêtent ?


Réagir