lundi 4 mars - par CHALOT

La désespérance de nombreux locataires !

JPEG

Des bailleurs n'arrêtent pas de nous parler des mauvais payeurs... il y en a et nous ne le nions pas mais ils sont très peu nombreux.

La plupart des locataires qui sont menacés d'expulsion font tout ce qu'il faut pour faire face aux charges qui s'accumulent : augmentation des charges locatives, hausse des produits alimentaires, « explosion » du tarif des fluides....

Mais ils n'en peuvent plus.

Ils devraient, effectivement privilégier le paiement des loyers, nous leur disons quand ils viennent vers nous mais certains laissent filer leurs dettes de loyers parce qu'ils désespèrent.

 

QUE FAIRE ?

 

Les associations de solidarité comme les Colibris solidaires et SOS hébergement mènent une campagne d'éducation populaire auprès des locataires.

Nous arrivons à en convaincre quelques uns de laisser tomber s'il le faut leurs autres dettes, de régler les loyers et de déposer un dossier de surendettement à la Banque de France.

 

Parfois il est trop tard car les bailleurs ne tergiversent pas et comme l'a expliqué la représentante d'Habitat 77 récemment lors d'une réunion : comment faire : nous avons deux travailleurs sociaux pour 17 000 locataires !?

Les bailleurs font marcher le couperet infernal de l'expulsion.

C'est leur réponse !

 

Nous ne somme ne des démagogues, ni des « y a qu'à.... »

Il ya deux ans à Nemours, une locataire a été expulsée avec ses six enfants pour un retard de paiement de loyers important, nous l'avons convaincue de payer, elle l'a fait... car elle le pouvait

Le bailleur n'a pas voulu lui redonner un logement !?

 

Lors de cette même réunion, nous avons expliqué que l'envoi de courriers, de mises en demeure ne servaient à rien si ce n'est faire peur à des familles qui s'enfoncent,

Il faut rencontrer les familles et informer les locataires et les convaincre d'aller au CCAS ou à la maison de la solidarité pour obtenir des conseils : l'obtention d'un FSL fonds de solidarité logement par exemple.

 

Les chargés du contentieux pourraient faire ce travail en relation avec les assistantes sociales... Il est certain que le recrutement de nouveaux AS permettrait assez vite à réduire le nombre de foyers sans solution.

 

Des locataires rencontrent des difficultés liées à l'état dégradé des logements et des communs. Des courriers restent sans réponse.

Les gardiens pourraient régler beaucoup de petits travaux et alerter leur hiérarchie quand il est nécessaire de convoquer un professionnel.

Cela permettrait de recréer de la confiance et combattre le laisser aller qui décourage des locataires

« Mais monsieur, nous avons 200 gardiens mais peu sont formés et le turn over est important » !?

Cette réponse qui m'a été faite, montre les carences de l'organisation mise en place par des bailleurs.

 

LES EXPULSIONS LOCATIVES CONSTITUENT DES GACHIS HUMAINS ET FINANCIERS

 

Une expulsion locative, c'est un drame social, économique et humain pour les familles... tout le monde en convient mais on continue à expulser des familles qui ont deux milles euros de retard de loyer alors qu'il serait possible de leur proposer un PCS (Protocole de cohésion sociale).

 

Il faut savoir que souvent les dettes de loyers ne s'élèvent qu'à quelques centaines d'euros.

En effet beaucoup de familles en non paiement de loyers voient leur APL suspendu.

Ces APL couvrent parfois les 2/3 voire des ¾ de la somme dûe.

 

Allez assister à un jugement pour impayés de loyers, c'est édifiant et démoralisant :

très peu de locataires ont recours à un défenseur et le verdict est sévère... L'expulsion est prononcée.

 

Nous demandons en cette période particulièement difficile pour les familles, un moratoire des expulsions et la réunion de commission de médiations avec la présence - s'il y a l'accord des locataires concernés - des associations de locataires et de solidarité pour essayer de trouver une autre issue que l'expulsion.

 

Smina KERNOUA et Jean-François CHALOT



19 réactions


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 4 mars 09:42

    Le système a décidé de « broyer » les gens, c’est une évidence. Tout est trop cher pour des ressources de subsistances insuffisantes, et le mal grignote petit à petit les classes sociales.


  • amiaplacidus amiaplacidus 4 mars 11:31

    M’enfin, Chalot, vous devriez savoir que les logements salubres, bas loyers et suffisamment grands pour une famille, c’est comme pour le travail, il suffit de traverser la route pour en trouver.


  • jymb 4 mars 12:35

    Le système est vicié de A à Z 

    Loyers trop chers, prix de l’immobilier trop élevé, endettement sur des périodes délirantes pour devenir propriétaire, revenus déconnectés du coût de la vie et de ses tentations, normes irréalisables....

    Et de l’autre côté, enfermement dans l’assistanat à vie, absence de turn over du logement social pour repartir dans le marché locatif classique, squatters ou mauvais payeurs trop souvent protégés pendant des mois ou des années...et inattaquables pécuniairement lorsque les locaux sont dégradés ou quasi détruits ! 


    • Tolzan Tolzan 4 mars 14:46

      @jymb
      Vous avez fait un excellent diagnostic.
      Alors, que proposez vous pour sortir de cette crise ?
      Et à court terme, car toute solution doit reposer sur une analyse politique, pour qui dois-je voter par exemple en juin ?


  • karibo karibo 4 mars 13:54

    Toujours à défendre la veuve et l’ orphelin !!!

    Non chalot il y a plus de mauvais payeurs que de bons payeurs !!!

    Et vous le savez parfaitement , de plus ce que vous savez aussi ( qui agave votre cas ) c ‘est que les lois sont faites pour eux et la racaille, pour les parasites sociaux au détriment de ceux qui tirent la charrue et font tourner l’ économie !

    UNE HONTE ! 

    de toutes façons votre bobo , apres vous avoir plumé et bai-é et bien ! vous envoie à l’ abattoir !

    Vous etes sur le point d’ etre arrivé à votre souhait le plus épidermique et génétique , vivre dans la me-de .

    Le nouveau slogan apres la quenelle pour tous, à présent les migrants pour tous et la me-de pour tous ! 

    Et comme ça « marche bien » dans les villes on va reproduire la même punition dans les campagnes, vous allez bientôt etre au chômage chalot ...

    A moins de vous reconvertir à chercher des Français de souche race en voie d’ extermination , ce sera ceux qui n’ auront pas pu se barrer vos petits protégés !


  • Antoine 4 mars 14:18

    Mon locataire ne m’a rien versé depuis un an et demi et il faut encore que j’attende des mois pour qu’un tribunal daigne se prononcer, au profit de qui on se le demande. Je suis un petit retraité qui a besoin de ce loyer pour vivre à peu près correctement et jusqu’à une décision (peut-être) favorable du tribunal, je dois payer de mon côté les charges, les impôts, bref entretenir à grands frais un escroc comme si, vivant au dessus de mes moyens, j’avais une maitresse de luxe ou recours aux services d’une pute


    • Tolzan Tolzan 4 mars 15:08

      @Antoine
      Une expérience personnelle :
      Il y a quelques années j’ai décidé d’arrêter de louer un studio meublé hérité de ma mère. Je m’étais trouvé plusieurs fois face au non-paiement du loyer... toujours avec des locataires aux prénoms d’outre méditerranée, pas des FDS. En plus, j’étais le salaud traité de raciste devant huissier, le fumier ... obligé d’aller en justice.
      J’ai donc vendu le studio.
      J’ai donné la moitié de l’argent à mes enfants. Autant leur donner l’argent de mon vivant pour les aider tout de suite. J’ai acheté quelques parts dans une société ave le reste. 
      Résultat : HEUREUX. Fini les emmerdes à répétition avec le Sud.

       


    • Eric F Eric F 4 mars 15:32

      @Tolzan
      Quoique n’ayant pas eu de problème de ’’mauvais payeur’’ ; j’ai quand même renoncé également au locatif -acheté en tant que placement-, du fait de turn over de relocation, entretien, charges et taxes (faible rendement, fort souci), et j’ai vendu à un jeune accédant à la propriété, au profit de mes enfants et quelques parts de ’’pierre papier’’.
      Les bailleurs étant, comme chacun sait, des salauds (voir le présent article), y renoncer c’est être un salaud de moins ...mais un logement de moins à disposition des locataires. D’autres optent pour le RB&B à fort rendement.


    • karibo karibo 4 mars 18:51

      @Antoine
      Je ne peux que souhaiter que vous n’ ayez pas un maire ni un préfet de gôche , si non ? 
      Encore un peu Mr le bourreau , envoyez le chez chalot il ne demande et mérite que ça entre embrayages on se comprend , ya K voir le gouvernement , la quenelle pour tous c ’est maintenant & très INN ...


    • titi titi 4 mars 21:12

      @Eric F

      « faible rendement, fort souci »

      Tout simplement.

      Je ne fais plus que de la location professionnelle : bail commercial, tous les travaux et aménagements à la charge du preneur.

      Pas de mauvaise surprise.

       


  • SIMO 4 mars 15:43

    Je peux comprendre que des locataires de bonnes fois puissent être dans une situation désespérée.

    Mais lorsque le locataire ne paie plus son loyer c’est le propriétaire qui sera dans l’obligation de payer les charges du locataire.

    C’est une aberration.

    En conclusion lorsque le locataire coule même s’il est de bonne fois, il fait couler en même temps son bailleur.

    C’est totalement injuste.

    Plutôt que de faire des critiques ne pourriez vous pas proposer des solutions aux problèmes posés ?


    • Antoine 4 mars 15:59

      @SIMO
      Il existe des pays où l’expulsion a lieu peu de semaines après le défaut de paiement et on peut supposer qu’il y a beaucoup moins d’impayés que dans notre pays pourri par la niaiserie de gauche.


    • karibo karibo 4 mars 18:48

      @Antoine
      Tout à fait ! 
      L’ ile Maurice en est un parfait exemple tu ne payes pas tu dégages, on t’ envoie les flics et c’est immédiat !
      Mais en France ils ont tout compris ! une richesse que la planète nous envie et que personne ne veut à part des chalot sa raison de vivre !
      En plus quand vous avez épuisé les démarches judiciaires et que vous avez « gagné » le jugement ( 2 ans minimum) il faut encore attendre le bon vouloir de l’ étron de préfet ,il a 2 mois pour signer l’ intervention des forces du désordre et si par malheur ou bonheur sa signature arrive en septembre ou au début de la trêve hivernale, vous êtes reparti pour 6 MOIS !!! tout en ayant gagné votre procès !!!
      Alors oui c ’est avec des chalot (S) que nous sommes dans cette me-de ! 
      des embrayages comme on en est saturés à cause de qui la France est en ruine ,, un coupe gorge et un dépotoir ! oui chalot c ’est à cause de gens comme vous !!!
      Votre raison de vivre c ’est foutre le WHY comme l’ étron mélenchon !


    • karibo karibo 4 mars 18:54

      @karibo
      Ils sont virés dans la journée ! et s’ ils insistent c ’est le violon directe !
      les Impayés : KEZAKO ???
      Ya que les français comme chalot pour kiffer ça , mieux les défendre !!!


  • christophe nicolas christophe nicolas 5 mars 00:40

    Attendez, ils peuvent toujours avorter, non ?

    Vous allez me dire que ça pue l’arnaque eugéniste et vous auriez raison car c’est ça le drame qui se cache derrière le « vous ne posséderez plus rien et vous serez heureux » du Schwabisme.

    Do you understand ?


    • Panoramix Panoramix 5 mars 10:20

      @christophe nicolas
      Un appartement en location, une bagnole en LOA, une tondeuse en associatif, une imprimante en écopartage, finalement c’est avoir le service sans avoir les emmerdements de réparation, entretien, etc. (le proprio ou l’agence s’en chargent).


  • Inquiet 5 mars 11:10

    C’est marrant ces propriétaires (soi-disant « petits ») qui veulent spéculer sur la pierre, et qui se plantent.

    C’est ça le vrai libéralisme, la fameuse « main invisible » qui régule.

    On fustige les conséquences dont on chérit les causes, c’est toujours la même histoire.

    Les propriétaires veulent être rentier point barre, il n’y a rien d’honorable dans le fait d’être propriétaire.

    Trouver la perle rare, du pauvre gars, ne représente en rien la grande majorité des propriétaires à l’appétit vorace, et à la morale plus que douteuse.

    De toute façon, la seule mesure efficace, serait que l’état construise des logements MASSIVEMENT. Là, le prix s’effondrerait vraiment.

    Je ne suis pas pour que les « petits propriétaires » souffrent, entendons-nous bien.

    Cependant, entre deux maux et lorsqu’on décide d’arbitrer, je choisirai toujours celui qui impacte le nombre d’individus le plus élevés.

    Ne me dites pas que la masse énorme de locataires en souffrance contient massivement de mauvaises personnes indélicates ?


  • Doume65 5 mars 11:12

    « Il ya deux ans à Nemours, une locataire a été expulsée avec ses six enfants pour un retard de paiement de loyers important, nous l’avons convaincue de payer, elle l’a fait... car elle le pouvait
    Le bailleur n’a pas voulu lui redonner un logement !?
     »

    Cette personne, si j’ai bien compris, avait les fonds pour payer ses loyers mais ne le faisait pas. Comment s’étonner alors que le bailleur refuse de lui signer un nouveau bail ?


    • Inquiet 5 mars 13:35

      @Doume65
      Connaissons toute l’histoire ?

      La locataire a-t-elle fini pour obtenir un crédit pour pouvoir payer ?
      Ne l’avoir demandé que dès l’instant où elle ne pouvait plus reculer, peut se comprendre. Faire un crédit pour payer des dettes n’est pas forcément une bonne solution.

      La somme donnée ne peut plus être dépensée pour de la nourriture, des soins (beaucoup de gens n’ont pas de mutuelle). Là aussi, on peut comprendre l’instinct de conserver quelques réserves, non ?

      Le bailleur devait peut-être réaliser des travaux non honorés, ou mettre des choses (électricité) aux normes, et la locataire conservait l’argent pour lui remettre lorsque cela serait réalisé ?

      Vous pouvez dire que je ne fais que des hypothèses, mais avoir un raisonnement aussi tranché qui ferait des propriétaires des personnes assermentées, c’est franchement osé, vu la pléthore de personnes habituées à la fraude et à la malfaçon dans ces milieux.


Réagir