mercredi 27 mai - par Le Cri des Peuples

La fin de l’Arabie Saoudite ? Le Covid-19 ravage la famille royale et l’économie

Le coronavirus a envahi le sanctuaire intérieur saoudien

Seulement six semaines après que l'Arabie Saoudite a signalé son premier cas, le coronavirus frappait déjà au cœur de la famille royale tentaculaire du royaume.

Source : New York Times, 8 avril 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

Le prince saoudien de premier plan qui est gouverneur de Riyad est en soins intensifs, atteint du coronavirus. Plusieurs dizaines d'autres membres de la famille royale sont également tombés malades. Et les médecins de l'hôpital d'élite qui traite les membres du clan Al-Saud préparent jusqu'à 500 lits pour un afflux attendu d'autres membres de la famille royale et de leurs proches, selon une « alerte élevée » interne envoyée par les responsables de l'hôpital.

« Les directives doivent être prêtes pour les V.I.P.s de tout le pays », ont écrit les opérateurs de l'établissement d'élite, le King Faisal Specialist Hospital, dans une alerte adressée mardi soir par e-mail aux médecins seniors. Une copie a été obtenue par le New York Times.

« Nous ne savons pas combien de cas nous recevrons mais le niveau d'alerte doit être élevé », a indiqué le message, ajoutant que « tous les patients chroniques devraient libérer leur place dès que possible » et que seuls les « cas les plus urgents » seront acceptés ou maintenus en soins dans l'hôpital. Il a déclaré que tous les membres du personnel malades seraient désormais traités dans un hôpital moins élitiste pour faire de la place pour la famille royale.

08virus-saudi-jumbo-v3 Mardi, les rues étaient presque vides à Riyad, en Arabie saoudite. Les plus grandes villes du royaume sont toutes bouclées 24h / 24.

A peine six semaines après que l’Arabie Saoudite a signalé son premier cas, le coronavirus a répandu la terreur au cœur de la famille royale du royaume.

Selon une personne proche de la famille régnante, pas moins de 150 membres de la famille royale auraient contracté le virus, y compris des membres de ses branches secondaires.

Le roi Salman, 84 ans, s'est isolé pour sa sécurité dans un palais insulaire près de la ville de Jeddah sur la mer Rouge, tandis que le prince héritier Mohammed bin Salman, son fils et le dirigeant de fait de 34 ans, s'est retiré avec nombre de ses ministres sur le site reculé sur la même côte où il a promis de construire une ville futuriste connue sous le nom de Neom.

Le roi Salman, ici le mois dernier lors d'une vidéoconférence d'urgence sur la réponse au coronavirus, s'est enfermé dans un palais près de la ville de Djeddah.

Comme l'hospitalisation du Premier ministre britannique ou la mort de plusieurs hauts responsables iraniens, l'affliction du clan royal al-Saoud est la dernière preuve de l'égalitarisme de la pandémie. Le virus afflige les princes les plus riches et les travailleurs migrants les plus pauvres sans aucune discrimination, du moins jusqu'au moment où ils commencent à demander des tests ou des traitements.

La maladie au sein de la famille royale, cependant, peut également jeter un nouvel éclairage sur la cause de la rapidité et l’ampleur de la réponse du royaume à la pandémie.

Ses dirigeants ont commencé à restreindre les voyages en Arabie Saoudite et à suspendre les pèlerinages vers les lieux saints musulmans de La Mecque et de Médine avant même que le royaume n'ait signalé son premier cas, le 2 mars. Les autorités ont maintenant interrompu tous les voyages aériens et terrestres à destination ou en provenance de ses frontières et entre les provinces intérieures. Elles ont placé toutes les plus grandes villes sous un verrouillage strict 24 heures sur 24, ne permettant que de courts trajets vers l'épicerie ou les pharmacies les plus proches, et envisagent d'annuler le pèlerinage annuel du Hajj prévu cet été. Pilier de la foi islamique qui attire 2,5 millions de musulmans à la Mecque, le Hajj a eu lieu chaque année sans interruption au moins depuis 1798, lorsque Napoléon a envahi l'Égypte.

« Si cela touche la famille, cela devient un problème urgent », a déclaré Kristian Coates Ulrichsen, professeur à l'Université Rice qui étudie le royaume.

L'Arabie Saoudite, premier exportateur mondial de pétrole, a jusqu'à présent signalé 41 décès dus au coronavirus et 2 795 cas confirmés [au 26 mai, les chiffres officiels sont de 76 726 cas et 411 décès]. Mais tout en implorant les résidents de rester chez eux, les responsables de la santé saoudiens ont averti que l'épidémie ne faisait que commencer. Le nombre d'infections au cours des prochaines semaines « ira d'un minimum de 10 000 à un maximum de 200 000 », a déclaré le ministre de la Santé, Tawfiq al-Rabiah, selon l'agence de presse officielle saoudienne.

Il est cependant impossible de déterminer dans quelle mesure le virus s'est déjà propagé à l'intérieur du royaume. Comme dans de nombreuses juridictions, l'Arabie Saoudite n'a pu effectuer que des tests limités, son principal laboratoire médical travaillant 24 heures sur 24 pour essayer de répondre à la demande. « La pandémie a été un défi pour tout le monde, et l'Arabie Saoudite ne fait pas exception », a déclaré depuis Riyad Joanna Gaines, épidémiologiste senior au Centre pour le Contrôle et la Prévention des Maladies (CDC) des États-Unis, qui travaille avec le gouvernement saoudien dans le cadre d'un programme de formation de longue date.

Un porte-parole de l'ambassade d'Arabie Saoudite à Washington n'a pas répondu à une demande de commentaires.

L'infection et le traitement du gouverneur de Riyad, le prince Faisal bin Bandar bin Abdulaziz Al Saud, ont été confirmés par deux médecins liés à l'hôpital d'élite et deux autres proches de la famille royale. Ancien officier militaire âgé de près de 80 ans, il est le neveu du roi Salman et le petit-fils du fondateur du royaume moderne. En tant que gouverneur de Riyad, la capitale, le prince Faisal occupe un poste précédemment occupé par un fils préféré de l'ancien roi Abdallah, et avant cela par le roi Salman lui-même.

La famille royale comprend des milliers de princes, dont beaucoup voyagent régulièrement en Europe [et aux Etats-Unis]. Certains auraient ramené le virus, selon des médecins et des proches.

Le premier cas reconnu par le royaume était un Saoudien qui était rentré chez lui après avoir visité l'Iran, un épicentre régional du virus. Après qu'une poignée de cas similaires ont été détectés, les autorités saoudiennes ont réagi en verrouillant des zones de la province orientale du royaume qui abritent de nombreux membres de la minorité musulmane chiite, jugés plus susceptibles d'avoir visité des lieux saints ou participé à des séminaires chiites en Iran.

Trois médecins liés aux hôpitaux du royaume ont déclaré que les plus grandes épidémies de virus avaient lieu parmi les non-Saoudiens. Les travailleurs migrants en provenance d’Asie du Sud-Est ou des pays arabes pauvres représentent environ un tiers de la population du royaume, soit environ 33 millions d’habitants. La plupart vivent entassés dans de grands camps à l'extérieur des grandes villes, dormant à plusieurs dans une pièce et se rendant au travail entassés dans des bus, des conditions idéales pour la transmission d'un virus. [Par ailleurs, le nombre considérable de serviteurs —voire de concubines— des très nombreux dynastes de la famille royale a été avancé comme un facteur favorisant la propagation du virus chez les dirigeants Saoud].

Ces travailleurs ne peuvent pas non plus rentrer chez eux maintenant que les voyages en avion ont été interrompus, et beaucoup ont un accès très limité aux soins de santé. Les employeurs sont en apparence tenus de fournir une couverture de santé privée à leurs travailleurs étrangers, mais les règles sont rarement appliquées, et la couverture « est rachitique lorsqu'elle existe », a déclaré Steffen Hertog, professeur à la London School of Economics spécialiste de l'Arabie Saoudite.

Plusieurs médecins en Arabie Saoudite ou liés à ses hôpitaux ont déclaré que les plus grandes épidémies actuelles du royaume se situaient dans de vastes bidonvilles autour de La Mecque et de Médine. Ils abritent des centaines de milliers de musulmans ethniquement africains ou d'Asie du Sud-Est dont les parents ou les grands-parents ont prolongé leur visa de pèlerinage il y a des décennies.

Voir Nimr al-Nimr, symbole de la résistance à l’oppression et de la liberté d’expression

De plus, tout résident permanent ou travailleur migrant sans visa en cours risque d'être expulsé, ce qui pourrait les décourager de se présenter pour demander des soins.

Dans une reconnaissance apparente du problème, le roi Salman a décrété la semaine dernière que le gouvernement allait désormais fournir un traitement à tout étranger atteint du coronavirus, indépendamment du visa ou du statut de résident. [Réalité ou propagande docilement reprise par ce journal notoirement servile à l'égard des Saoud ?]

« C'était une décision très intelligente de dire essentiellement : 'Si vous êtes malade ou si vous pensez que vous avez pu être malade, veuillez vous présenter' », a déclaré le Dr Gaines du CDC. « Cela va faire baisser certains comportements où les gens peuvent être tentés de cacher des cas ou de ne pas être diagnostiqués, ce qui créerait alors un problème rampant. »

***

Riyad réduit drastiquement ses aides sociales alors que les effets conjoints de la chute des revenus du pétrole et du coronavirus se font ressentir

L'Arabie Saoudite a dévoilé son intention de tripler la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et d'arrêter les paiements mensuels aux citoyens. Les prix bas record du pétrole et les effets de la pandémie de coronavirus font des ravages.

Source : Deutsche Welle, 11 mai 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

L'Arabie Saoudite a décidé de supprimer son allocation de vie chère à partir de juin et de faire passer la TVA de 5% à 15% à partir du 1er juillet.

Alors que les prix bas record du pétrole et les effets de la crise du coronavirus font des ravages, le ministre des Finances Mohammed al-Jadaan a déclaré lundi que les mesures étaient nécessaires « pour consolider les finances publiques » dans un contexte de forte baisse des recettes pétrolières, alors que la peur du coronavirus réduit la demande mondiale de brut et réduit les prévisions de croissance. Le FMI a prévu que l'économie saoudienne chuterait de 2,3% cette année.

« Jusqu'à présent, le ministre des Finances a annoncé que le 'compte citoyen' dont bénéficient les Saoudiens à faible revenu ne serait pas affecté », a déclaré Yasmine Farouk, chercheuse invitée au Carnegie Endowment for International Peace. « L'augmentation de la TVA affectera cependant le niveau de vie de tous les Saoudiens, mais ceux qui la ressentiront le plus seraient bien sûr les plus pauvres. »

« Le développement et l'aide humanitaire continueront d'être un outil central de la politique étrangère saoudienne, en particulier en l'absence d'outils alternatifs qui donnent à l'Arabie Saoudite une influence et un avantage sur les autres puissances concurrentes. Le Yémen est un endroit où l'aide humanitaire et le développement saoudiens vont certainement continuer », a ajouté Farouk. [Cette « aide humanitaire » consistant en une guerre et un blocus génocidaires ne bénéficient ni au peuple du Yémen, ni à celui d'Arabie Saoudite].

Voir Nasrallah : l’Arabie Saoudite et les Émirats seront annihilés par le Yémen

Le royaume a introduit la TVA il y a deux ans pour aider à réduire sa dépendance à l'égard des marchés mondiaux du pétrole brut. L'allocation supprimée de 1000 riyals (267 $, 240 €) par mois aux employés de l'État, qui représentent les deux tiers de l'emploi total dans le royaume pétrolier, avait également été introduite en 2018 pour compenser l'augmentation des charges financières pesant sur les Saoudiens plus pauvres.

Le gouvernement a également « annulé, prolongé ou reporté » les dépenses de certaines agences gouvernementales et réduit les dépenses pour les projets introduits dans le cadre du programme de réforme « Vision 2030 » visant à diversifier l'économie tributaire du pétrole, a déclaré le ministre.

Déficits sévères

Les médias d'État ont déclaré que les mesures fiscales augmenteraient les revenus de l'État de 100 milliards de riyals. Le royaume a enregistré un déficit budgétaire de 9 milliards de dollars au cours des trois premiers mois de l'année, les revenus pétroliers de la période ayant chuté de près d'un quart par rapport à l'année précédente pour atteindre 34 milliards de dollars, ce qui a fait chuter les revenus totaux de 22%. Le Saudi Jadwa Investment Group prévoit que le déficit budgétaire atteindra un record de 112 milliards de dollars cette année. Le ministre des Finances Jadaan a déclaré que le pays devrait emprunter 60 milliards de dollars cette année pour combler le déficit budgétaire.

Jadaan a déclaré qu'il s'attendait à ce que Riyad perde la moitié de ses revenus pétroliers, qui représentent environ 70% des recettes publiques, les prix du pétrole ayant chuté des deux tiers depuis le début de l'année. En comparaison, la Russie, deuxième exportateur mondial de pétrole, attribue 40% de ses revenus au pétrole.

53354549_401 Les analystes continuent de se demander dans quelle mesure la crise des coronavirus et la chute des prix du pétrole pourraient avoir un impact sur le programme de renouveau économique 'Vision 2030' de l'Arabie Saoudite.

Contrecoup ?

La politique d'austérité de Riyad exacerbe la colère populaire au milieu d'un coût de la vie déjà élevé et de l'examen minutieux des projets faramineux d'État s'élevant à plusieurs milliards de dollars. Sous le feu des projecteurs est également proposé un rachat, soutenu par l'Arabie Saoudite, de 300 millions de livres sterling (372 millions de dollars) du club de football de Newcastle United en Angleterre. Il n'est pas clair si le projet NEOM, une mégapole de 500 milliards de dollars qui sera construite le long de la côte ouest du royaume, sera affecté.

« Les citoyens saoudiens commencent à ressentir concrètement l'impact économique du virus », a expliqué à l'agence de presse française AFP Yasmine Farouk, experte au Moyen-Orient du Carnegie Endowment for International Peace. « Avec des difficultés viendra un examen plus approfondi des dépenses de l'État ailleurs, y compris l'achat d'une équipe de football et des millions dépensés pour des événements de divertissement. »

Selon Garbis Iradian, économiste en chef pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à l'Institute of International Finance (IIF), la transition vers une économie davantage orientée vers le secteur privé n'aurait pas pu arriver à un pire moment pour la classe inférieure et moyenne saoudienne. Vision 2030 visait à réduire le chômage à 7%, mais il devrait atteindre 13% en 2020.

Bien que le gouvernement publie rarement des statistiques, on estime qu'environ 20% des 34 millions d'habitants saoudiens vivent dans la pauvreté. Selon un rapport de l'ONU de 2017, les mesures anti-pauvreté prises par le gouvernement étaient « inefficaces, insoutenables, mal coordonnées et, surtout, incapables de fournir une protection sociale à ceux qui en ont le plus besoin ».

Pas de retour en arrière ?

« La combinaison de prix bas du pétrole record et de pressions démographiques croissantes pose des défis importants aux futurs plans du prince Mohammed (MBS) en Arabie Saoudite », selon le groupe de réflexion du Soufan Center.

« La ville de haute technologie de NEOM est le joyau de la vision future de MBS pour l'Arabie Saoudite, mais on ne sait pas encore comment le projet phare d'un prince aidera le royaume à faire face à la poussée démographique de sa jeunesse. Le gouvernement aura moins d'argent à distribuer pour acheter la paix sociale. L'érosion du contrat social entre les dirigeants et les gouvernés entraînera de graves problèmes, en particulier dans une société tribale.

« Les fondamentaux économiques se sont davantage retournés contre ce projet fantastique, mais je ne m'attends pas à ce que MBS y renonce », a déclaré Kristin Diwan de l'Arab Gulf States Institute à Washington. « C'est la pierre de touche pour tout ce qu'il veut réaliser. »

« S'ils ne sont pas traités avec soin, les nouveaux développements pourraient vraiment amplifier les inégalités déjà perceptibles entre les jeunes citadins riches et à peu près tout le monde », a déclaré Diwan.

Voir Arabie Saoudite et Iran : conflits religieux ou politiques ?

« Mais alors que beaucoup sont mécontents de la nouvelle orientation dans le pays, l'Arabie Saoudite n'a pas de mouvement d'opposition organisé à l'intérieur du pays. Les dirigeants saoudiens savent qu'ils doivent se concentrer davantage sur les affaires intérieures », poursuit Diwan. Ils se sont déjà aliéné le Liban et cherchent une issue au conflit au Yémen. « Pourtant, je ne m'attends pas à ce que le Royaume se retire complètement de la course à l'influence régionale. La nouvelle direction nationaliste cherche toujours à exercer des intérêts saoudiens et à élever son prestige », a ajouté Diwan.

Voir également : Après Youtube & Facebook, Vimeo bannit les vidéos de Nasrallah et ‘Le Cri des Peuples’

Pour ne manquer aucune publication et soutenir ce travail censuré en permanence, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook et Twitter.



16 réactions


Réagir