lundi 8 juin - par Dover63

La France avait-elle les moyens d’opter pour un traitement curatif précoce du Covid-19 en médecine de ville ?

La France n’a pas opté officiellement pour une prise en charge précoce du SARS-CoV-2 en médecine ambulatoire. Pourtant depuis le mois de mars des médecins généralistes ont proposé des thérapies contre le Covid-19 à base d’azithromycine, de macrolides ou de tétracyclines (doxycycline par exemple). Ces antibiotiques sont bien connus et la littérature médicale donne matière pour étayer ces propositions empiriques et raisonnées. La question de la possibilité pour la France de prendre la voie de l’approche thérapeutique précoce en médecine de ville est abordée. Différentes tensions, en terme de disponibilité et de dispensation, dans le circuit du médicament semblent avoir été constatées. Des modes de communication par lesquels les médecins peuvent tenter de faire passer l’information sont rappelés. Des déclarations et des prises de positions d’avocats sont mentionnées. Enfin, l’action collective récente et novatrice « Le droit de soigner et d’être soigné » est présentée.

Officiellement l’épidémie du coronavirus SARS-CoV-2 est encore là.

Depuis le début de cette épidémie, il semble que les « medical guidelines » françaises aient peu évolué. Concernant la prise en charge du Covid-19[*] en médecine ambulatoire, les recommandations se limiteraient toujours à une prise en charge symptomatique [1][2][3][4][5]. Ce que certains médecins résument en : « prenez du Doliprane et faites le 15 si ça va très mal » [5b].

 

La piste de l’azithromycine et des macrolides.

L’azithromycine est un antibiotique macrolide[6]. C’est un antibiotique découvert en 1980, il y a donc 40 ans. C’est un médicament de référence utilisé entre autres contre les infections respiratoires[7][8]. Dans le tableau clinique du Covid-19, lorsque les symptômes deviennent plus avancés, on semble souvent constater une pneumopathie atypique[9][10][11][12].

C’est ainsi que des médecins généralistes auraient choisi et proposé un traitement curatif précoce du Covid-19 en médecine de ville, à base de macrolides (azithromycine par exemple) dès le mois de mars 2020[1][12][13][14][15][16]. L’usage d’un macrolide pourrait même être complété par un second antibiotique de la famille des céphalosporines de troisième génération (C3G).

L’azithromycine est également l’antibiotique proposé, depuis la mi-mars, par Didier Raoult dans sa bithérapie[17][18][19][20], associé à l’hydroxychloroquine controversée[21][22]. La piste macrolide (ou macrolide/C3G) qui semble être explorée par des médecins de ville n’implique pas l’hydroxychloroquine et met en œuvre des médicaments de référence.

Au-delà de ses propriétés antibiotiques, l’azithromycine aurait également une efficacité dans les infections pulmonaires virales[17][19][20][23][24] (la publication du JAMA citée date de 2015). De plus, elle semble posséder in vitro une action contre certains virus[9][17][19][20][23][24][25][26][27][28][29][29b][29c][29d][29e] (par exemple la publication de l’European Respiratory journal citée date de 2010).

Une complication fréquente du Covid-19 est une sur-réaction inflammatoire[30]. L’azithromycine et les macrolides auraient également des propriétés immunomodulatrices et anti-inflammatoires[23][24][30][31][32][33][34][35][36][37][38] (nombreuses publications antérieures à 2011).

On se souvient avoir lu : « De plus, pour l'azithromycine, l'équipe du Pr Pierre-Régis Burgel à Cochin a remarqué que le taux d'infection Covid-19 était faible au sein d'une grande cohorte de patients atteints de mucoviscidose, alors que beaucoup sont sous azithromycine. Il s'agit d'un constat observationnel, mais cela nous a semblé intéressant. » [12][39].

Pour les médecins de ville ayant fait le choix d’une approche curative des tableaux diagnostics covid basée sur l’azithromycine (ou les macrolides), les indicateurs médicaux seraient là : des délais d’amélioration des symptômes en 3 jours voire moins, peu ou très peu d’hospitalisation et très peu de décès sur plusieurs dizaines voire centaines de patients traités[1][14][16]. Au-delà de l’action antibiotique, ils évoquent aussi l’action antivirale et anti-inflammatoire de ces médicaments[40].

La majeure partie de ces informations était disponible fin mars-début avril 2020.

 

La piste de la doxycycline et des tétracyclines.

La doxycycline est un antibiotique[41] de la famille des tétracyclines[42]. Elle est connue depuis les années 60.

Dès le mois de mars 2020 on trouve trace de médecins généralistes qui proposeraient cet antibiotique (ou les tétracyclines en général) dans une approche curative ambulatoire du Covid-19[9][14][43].

Ici encore, au-delà de l’activité antibiotique, cette classe de molécules (et en particulier la doxycycline) posséderait un potentiel antiviral[44][45][46][47][48][49][50], anti-inflammatoire[48][49][50] et serait pressentie dans le traitement du Covid-19[49][50][51][52].

Il semblerait que le médecin généraliste Sabine Paliard-Franco ait utilisé cette classe de médicaments, sur des tableaux cliniques covid présentant des contre-indications aux macrolides, avec succès également[9].

Une bithérapie doxycycline-hydroxychloroquine présenterait des résultats intéressants, selon une pré-publication récente[53][54][55].

Une bonne partie de ces informations était disponible mi-avril 2020.

 

Traitement précoce curatif en médecine de ville.

La majorité des cas de Covid-19 semble juste nécessiter un traitement symptomatique (paracétamol contre la fièvre par exemple). Toutefois, un généraliste ayant opté pour le traitement à base d’azithromycine aurait déclaré : « dans 80% des cas, les gens sont guéris. Oui, mais il faut voir dans quel état. Nous, on constate qu’il faut administrer notre protocole le plus tôt possible. Trois jours après, ils vont mieux, c’est spectaculaire. »[56].

D’autres informations sont disponibles depuis fin avril. Le collectif « Laissons les médecins prescrire » réalise sa propre étude[15][57][58][59][60][61][62]. Concernant cette étude le « critère principal d'évaluation était la durée de résolution des symptômes : […] 25,8 [jours] dans le groupe bénéficiant d'une prise en charge exclusivement symptomatique, 12,9 dans le groupe azithromycine […]. » [59]. D’une contribution proposée début mai[16][63][64], il ressortirait que l’azithromycine […] serait à prescrire dans la première phase de la maladie. Elle éviterait à ce stade « la majorité des hospitalisations et 90 % des décès ». Le traitement par l’azithromycine, sur une période de 10 à 14 jours, dès le début des premiers symptômes, diviserait « par 4 le nombre de patients nécessitant une hospitalisation ». Sur une chaîne vidéo[65][66], on entend parler de « récidive », de « réactivation du virus » pour des « patients […] laissés sous doliprane » et de contagiosité sur plusieurs semaines. Sur le moyen-long terme Didier Raoult évoque fin avril [67][68] la question des séquelles potentielles liées aux fibroses pulmonaires. Début mai, il indique que 65% des personnes asymptomatiques présenteraient des lésions visibles au scanner[69][70]. Aujourd’hui on entend parler de convalescences qui n’en finissent plus[71][72]. Il faut remarquer que l’épidémie semble aujourd’hui en perte de vitesse[72b] et les entrées à l’hôpital pour covid décroissent. On peut toujours se demander si une action curative officieuse, en médecine de ville, ne serait pas responsable, d’une partie, de l’apaisement de l’épidémie constaté…

Dès la mi-mars[17], en terme de santé publique, on semble comprendre que la diminution de la charge virale est à mettre en perspective avec la contagiosité et donc la propagation de l’épidémie. On aurait pu alors envisager pour freiner la dynamique de l’épidémie du SARS-CoV-2, d’impliquer la médecine de ville en curatif.

Rappelons que, dès fin mars-début avril, les indicateurs médicaux concernant la résolution des symptômes, les hospitalisations et les décès étaient communiqués par les généralistes proposant les thérapies à base d’azithromycine[1][14]. Il était déjà précisé qu’une « durée de traitement minimale de 10 à 14 jours semble indiquée pour éviter les rechutes de ces pneumopathies atypiques » [9].

 

Le circuit du médicament : des tensions de toutes sortes.

Et si on avait envisagé officiellement, et recommandé, aux médecins de ville une prise en charge curative du Covid-19 en ambulatoire ? Par exemple en proposant l’usage de l’azithromycine (ou des macrolides) en première intention ? Un regard sur le circuit du médicament semble s’imposer.

Début mai est publié sur le site de l’ANSM un rapport intitulé : « Usage des médicaments en ville durant l’épidémie de Covid-19 : point de situation après cinq semaines de confinement » [1][73][74][75]. Au sujet de la délivrance d’azithromycine, on peut lire [74] : « L’azithromycine, antibiotique de la famille des macrolides et proposé dans les pneumopathies Covid-19 avait augmenté par rapport à l’attendu de 70% en semaines 13 et 14 et concernaient environ 100 000 personnes supplémentaires. ». On peut toujours trouver étrange d’affirmer, dans un rapport paru sur le site de l’ANSM, que l’azithromycine est « proposé dans les pneumopathies Covid-19 », alors que les medical guidelines ne semblent aborder que le traitement symptomatique en médecine de ville…

Parallèlement à cette augmentation de la consommation d’azithromycine de 70% fin mars-début avril, on pouvait lire le 1er avril 2020 : « Azithromycine sous tension : des pharmacies contingentées »[76]. Certaines pharmacies de l’Oise auraient été limitées à « cinq boîtes par jour » [76]. « "D'après une étude de Pharmed Insight, réalisée entre le 6 et le 10 avril » 2020[77], on parle de rupture de stock en azithromycine pour 34 % des pharmaciens interrogés[78]. Au passage on pourra remarquer l’anticipation (de bons sens ?) de la journaliste santé, qui écrivait le 24 avril 2020 : « L'Azithromycine, un traitement antibiotique utilisé pour soigner les personnes atteintes du coronavirus (même si cette indication n'est pas encore validée par les autorités sanitaires), commence à manquer dans les pharmacies. » [78].

Ces tensions (ou rupture de stock selon la sémantique retenue) correspondaient à une « simple » augmentation de 70 % de la demande et semblaient concerner environ 100000 personnes. Or, dans l’épidémie de coronavirus que la France connaît, il semblerait que 95 % des patients covid aient été gérés en médecine de ville[79][80][81][82]. À la mi-avril on parlait d’environ 1 million de tableaux cliniques Covid-19 vus en médecine générale[79][80]. Afin de limiter la contagiosité et donc la dynamique de l’épidémie, réduire le temps de convalescence, limiter les séquelles, les hospitalisations et les décès, la France avait-elle les moyens d’opter officiellement pour l’utilisation précoce, en médecine de ville, sur des durées conseillées de 10 à 14 jours, d’azithromycine dans la « guerre »[83] contre le SARS-CoV-2 ?

Sur le sort de l’hôpital on pouvait lire également le 28 mars 2020, une déclaration du « Pr Bruno Riou, directeur médical de crise de l’AP-HP, lors d’un point presse téléphonique : "Il y a potentiellement une pénurie de médicaments de réanimation à venir". Il s'agirait principalement des curares, des hypnotiques, des corticoïdes et des antibiotiques. » [77][84]. La possibilité de placer les patients en réanimation semble avoir été un point crucial dans le confinement de l’indigent que la France a vécu. Or selon « un point de situation du ministère de l’intérieur du 25 mars que s’est procuré Mediapart, « les hôpitaux civils n’ont qu’une semaine d’approvisionnement, tandis que les hôpitaux militaires n’ont plus que 2,5 jours de stock, contre quinze jours en temps normal ». » [84][85]. La France était-elle en mesure de pouvoir associer à l’hôpital, une prise en charge précoce curative de ce coronavirus en médecine ambulatoire ? Il fallait pouvoir soigner à l’hôpital. D’un autre côté, la médecine de ville aurait peut-être pu éviter des hospitalisations. Ce n’est pas la charrue avant les bœufs, mais plutôt le serpent qui se mord la queue. La France pouvait-elle être à la fois au four et au moulin ? Une guerre sans munitions ?[86]

Sur ces sujets, on pouvait lire concernant l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) : « […] la consultation de sa base de données liée à des ruptures de stock[86b] ne semble pas montrer d’augmentation du phénomène. Pourtant, plusieurs experts, interrogés par France info[87], doutent de l’actualisation des données de l’organisme. "On sait par exemple qu’il y a des ruptures sur le Plaquenil, explique Yann Mazens, chez France Assos Santé, qui représente les usagers. Nous l’avons constaté sur le terrain. Or, quand vous le cherchez dans la base de l’ANSM, vous ne le trouvez pas". Bruno Bonnemain, de l'Académie nationale de pharmacie, déplore que les sédatifs dont le personnel soignant commence à manquer dans les hôpitaux, ne figurent pas dans la liste des ruptures de stock. » [77]. France info écrit fin mars : « Si les bases de données de l’ANSM manquent parfois de transparence et d’actualisation, c’est moins le cas de certaines de ses homologues européennes. Celles que nous avons consultées montrent toutes une augmentation assez nette des déclarations de pénuries depuis le début du mois de février. » [87].

Finalement la situation ne serait pas inhabituelle : « Officiellement tout va bien, comme l’expliquait le ministre de la Santé, Olivier Véran, devant le Sénat le 26 février 2020 : "Il n’y a aucun problème de pénurie de médicaments". Le ministre aurait pu préciser : la situation n’est pas pire que d’habitude. Le marché des médicaments a connu une forte augmentation des pénuries ces dernières années. En France, le nombre de ruptures d’approvisionnement a été multiplié par 20 entre 2008 et 2018. » [87][88].

En terme de communication gouvernementale, samedi 28 mars 2020, « lors de leur conférence de presse, le Premier ministre Édouard Philippe et le ministre de la Santé, Olivier Véran, ont été interrogés sur la possibilité de pénurie sur certains médicaments. Ce à quoi ils ont répondu qu’il y avait effectivement des "risques", mais ils ont souligné que le problème était "mondial". » [77] Le problème étant mondial, devait-on en déduire qu’il ne concernait plus (ou pas) la France ? Doit-on y voir une forme d’auto-déresponsabilisation ? Au passage, le 28 mars on se souvient d’un titre : « Édouard Philippe défend l'action du gouvernement face au coronavirus : "il n'y a pas eu de retard" »[89].

Un autre sujet de tension : les prescriptions hors AMM dans le cadre du Covid-19. Mi-avril on pouvait lire : « […] le Réseau français des centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV) interpelle les officinaux pour qu’ils fassent remonter toute information sur les prescriptions hors AMM non autorisées dans le Covid-19. Pour cela, il recommande non seulement de renseigner ces prescriptions auprès du CRPV dont le pharmacien dépend, mais aussi de se rendre sur le site du projet mésange, dédié à « l’identification et la remontée des situations de mésusage liées à la prescription et à l’utilisation des médicaments en ambulatoire ». Mise en avant par les CRPV lors des premières prescriptions d’azithromycine et d’hydroxychloroquine, la plateforme est ouverte à toutes les prescriptions hors AMM dans le Covid-19 en ambulatoire. Un message relayé notamment par la Société française des sciences pharmaceutiques officinales (SFSPO). »[90][91].

On peut mettre en perspective ces informations avec la prescription d’azithromycine pour un patient au tableau clinique covid. À ce sujet on pouvait lire dans les commentaires d’une récente contribution[1][16][22][63][64] : « « […] On attend la suite. Interdiction de prescrire de l'azithromycine et aux pharmaciens d'en délivrer ? » […] « Malheureusement c’est ce qui risque d’arriver. » […] « J'ai rencontré le problème suivant : les pharmacies me rappellent pour me dire qu'elles n'ont pas le droit de délivrer l'azithromycine au-delà des durées définies dans l'AMM, donc 5 jours » ». Des tensions entre pharmaciens et médecins ? Liberté de prescrire contre refus de dispensation ? Union nationale[92] dites-vous ?

Pourtant l’azithromycine est connue pour être prescrite au long cours, hors AMM, dans certaines pathologies : la dilatation des bronches (DDB) et la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) [93][94]. Cela ne semble pas poser problème. Le 23 avril 2020, la Société Française de Pharmacologie et de Thérapeutique (SFPT) indiquait : « Si vous êtes traité pour ces pathologies par azithromycine (ZITHROMAX® ou génériques), dans l’éventualité d’une rupture en pharmacie de ville, il est impératif de prendre un avis médical auprès de votre médecin afin d’envisager un traitement alternatif. L’azithromycine est un antibiotique appartenant à la famille des macrolides. D’autres molécules appartenant à cette même famille, ne faisant pas l’objet de tension d’approvisionnement actuellement, ont démontré des propriétés similaires à l’azithromycine au niveau pulmonaire ou digestif et pourraient être proposées en alternatives […]. Actuellement, les pharmacies hospitalières n’ont pas l’autorisation de dispenser en rétrocession ces médicaments. »[94]. Les généralistes seraient donc à même de réorienter un usage hors AMM de l’azithromycine dans la BPCO, mais pas d’adapter son usage, à partir du cadre de son AMM, des pneumopathies atypiques usuelles vers les pneumopathies atypiques de type covid ? Par ailleurs, la SFPT écrit : « L'Azithromycine est-elle efficace pour prévenir ou traiter l'infection par COVID-19 ? La réponse à cette question est issue d'un consensus d'experts. A l’heure actuelle, il n’est pas possible de répondre de façon affirmative à cette question. L’azithromycine est un antibiotique utilisé depuis de nombreuses années, notamment dans certaines infections respiratoires bactériennes. Parfois, ces infections bactériennes surviennent comme une complication d’une infection virale préexistante. Mais l’azithromycine n’est pas efficace dans le traitement des infections virales. Par ailleurs, si elle a montré une activité sur certains virus in vitro (donc en laboratoire), son activité sur le SARS-CoV-2 n’est pas prouvée. Il existe aujourd’hui très peu d’arguments scientifiques en faveur d'un bénéfice spécifique de l’azithromycine dans la prise en charge des patients atteints de COVID-19. »[95]. Les médecins proposant l’azithromycine ne semblent pas être convaincants dans leurs communications…

 

Échec de la communication par voie institutionnelle ?

Sabine Paliard-Franco semble avoir essayer de transmettre son expérience de terrain sous forme de communications dirigées vers une association et une société savante fin mars. Les adresses web des pages consultées semblent correspondre à l’AGREE (Association Gérontologique de Recherche et d'Enseignement en Ehpad)[96] et à la SFGG (Société Française de Gériatrie et Gérontologie, sfgg.org)[9]. Mais la disponibilité des rapports en ligne cesse[1][96][97][98][99][100]. Échec ?

Sur le plan prophylactique (au moins), le dermatologue Pierre Gandon aurait soumis son avis à l‘ARS Nouvelle Aquitaine en mars, au sujet de la doxycycline[14][101]. Il s’appuie sur son expérience clinique d’une quarantaine d’années. Échec ?

D’autres médecins tels le docteur Jean-Jacques Erbstein parle à la presse d’une proposition de thérapie impliquant l’azithromycine[40]. Très rapidement l’Ordre des médecins réagit et met en garde « « une vingtaine » de médecins libéraux qui testent sur leurs patients un cocktail de traitements contre le Covid-19 dont l'efficacité n'est pas prouvée, les invitant à ne pas « susciter de faux espoirs de guérison » » [102]. Que penser dans ce cas de la communication par voie de presse de l’AP-HP au sujet d’une étude clinique en cours portant sur le tocilizumab ?[103] Aujourd’hui, au sujet du docteur Erbstein on parle de convocation de la part du conseil département de l’ordre des médecins « pour s’expliquer »[104][105]. Depuis quelques jours, on peut lire son témoignage, il commence par « Je me suis fait assassiner »[106][107]. Le 4 juin on peut lire sur ce sujet : « Grave atteinte au principe de l’EBM pour les uns, manifestation de l’art médical pour les autres, cet impair déontologique met en évidence deux conceptions radicalement opposées de la médecine. »[108]. Evidence Based Medecine[103][109] ou empirisme[14] ? Fracture générationnelle ?[110][111] On peut lire le 4 juin un article de France Soir sur le traitement des résultats d’une étude clinique[111b]. Exemple de traitement de données possible en EBM en période d’épidémie ?

Il semble que depuis l’intervention du conseil de l’ordre, les médecins n’osent plus communiquer ouvertement sur leurs approches thérapeutiques[16]. Pourtant un groupe de 4 médecins aurait compilé des résultats portant sur 700 patients de type covid traités par azithromycine[16][63][64].

L’État a-t-il cherché à mettre des moyens pour aider la médecine de ville à procéder rapidement à des suivis de cohortes ? Le 29 avril 2020, Olivier Véran aurait déclaré qu’il y avait « "plus de 2 000 Français dans des essais cliniques conduits dans les hôpitaux et en médecine de ville sur plein de traitements différents et jusqu'ici, nous n'avons pas eu le moindre résultat porteur d'espoir sur des traitements efficaces." » [103][112]. La Fédération des Médecins de France déclarait quelques jours plus tard : « On était en droit d’attendre un relais des sociétés savantes de médecine générale à la mise en place de recherche thérapeutique en ambulatoire. Il n’en sera rien, à part rappeler aux généralistes de ne jamais prescrire d’hydroxychloroquine, on ne verra rien ! Même pas un petit essai sur l’intérêt de la prescription précoce de tel ou tel antibiotique ou de telle ou telle molécule ou de la mise en place de l’oxygénothérapie précoce à domicile. »[1][113]. Pour les suivis de cohortes, les médecins généralistes semblent s’être débrouillés avec les moyens du bord. On se souvient de l’essai Discovery. Il semblerait que 740 patients aient été recrutés en France pour un coût d’environ 5000 euros par patient[15][114]. En terme de moyens « la France a su dégager les quatre millions nécessaires à l'inclusion de ses 800 malades » [114]. On pourrait penser qu’avec 4 millions on aurait pu aider des milliers de généralistes à procéder à des suivis de cohortes rapides, pragmatiques, et porteurs de résultats…

Ira-t-on jusqu’à leur reprocher de parler d’indicateurs médicaux sur des patients présentant un tableau clinique de type covid, sans avoir de résultats de tests PCR pour tous ? La France a-t-elle donné les moyens aux médecins de ville de procéder à tous les tests nécessaires, surtout courant mars et avril ? [1]

Ira-t-on jusqu’à leur rétorquer qu’ils pouvaient publier ? En pleine période d’épidémie ? Pour un médecin généraliste parfois seul dans son cabinet ? Le collectif « Laissons les médecins prescrire » rappelle que « les revues ont perdu au fil des années leur indépendance et sont liées pour la majorité à l’industrie pharmaceutique. » et que les « rejets de manuscrits [ne sont] pas toujours légitimes. » [58]. En revanche les médecins de ville peuvent toujours rédiger une communication à destination d’une association, d’une société savante ou d’une ARS… Les moyens institutionnels existent.

 

Article L3131-15 du code de la santé publique.

Aurait-il été pertinent d’inclure dans les recommandations sanitaires (« medical guidelines »), à destination des médecins de ville, des propositions de traitements curatifs ?

L’article L3131-15 du code de la santé publique indique[115][116][117] : « Dans les circonscriptions territoriales où l'état d'urgence sanitaire est déclaré, le Premier ministre peut, par décret réglementaire pris sur le rapport du ministre chargé de la santé, aux seules fins de garantir la santé publique : […] 9°En tant que de besoin, prendre toute mesure permettant la mise à la disposition des patients de médicaments appropriés pour l'éradication de la catastrophe sanitaire […] »

Suite à la décision du Conseil d’état du 22 avril 2020, concernant l’interdiction de prescription de l’hydroxychloroquine en médecine de ville (hors AMM) [22][116][118][119], Maître Krikorian présente cet article. On comprend que, si un médicament venait à être ouvertement reconnu par les autorités de santé, comme utile dans l’épidémie de SARS-CoV-2, alors il appartiendrait « désormais, au Gouvernement, […] « En tant que de besoin », de prendre les mesures permettant sa mise à disposition effective » [116].

Rappelons-nous des tensions d’approvisionnement en azithromycine rencontrées par les pharmacies. Dès lors, on peut se dire qu’il aurait peut-être été délicat de recommander officiellement ce médicament, dans une approche curative précoce en médecine de ville, lors de l’épidémie…

 

Le droit de soigner et d’être soigné.

Depuis quelques jours, on se documente sur l’action collective en justice : « Le droit de soigner & d'être soigné »[120][121][121b]. On écoute Silvano Trotta en parler avec les avocats Christophe Lèguevaques, Arnaud Durand et Séverine Manna[122]. On l’avait déjà écouté parler de Sabine Paliard-Franco[13], à tort selon certains[123].

Sur la page web de l’action collective, on lit : « Agir pour la liberté de prescription de tous les médecins » ou « Ne laissons pas les malades sans traitement. » [120]. Dans les actions proposées il y a une « procédure d'investigation publique » afin d’obtenir des « pièces utiles à la manifestation de la vérité ». Le contexte de l’action collective est clair : « L'hydroxychloroquine et l'azithromycine, ainsi que d'autres bithérapies prometteuses contre le COVID-19 (comme les antibiotiques macrolides et les C3G) subissent un blocage en dépit de l'absence de tout traitement qui ferait l'objet d'un consensus scientifique. »

L’information commence à diffuser[124][125][126][127].

Le 28 avril 2020, la députée LREM Martine Wonner vote contre le plan national de déconfinement[128]. « Elle demande que ce plan soit « complété » par une stratégie thérapeutique ». Elle est membre du collectif « Laissons les médecins prescrire » qui travaille sur l’azithromycine et la bithérapie azithromycine/hydroxychloroquine. Quelques jours plus tard elle est exclue du groupe parlementaire LREM[100][129]. La question de la prise en charge précoce du Covid-19 a donc été abordée au niveau de l’assemblée nationale.

Aujourd’hui, après la 4G, on entend parler des 4D : Doliprane, domicile, dodo, décès[105].

Aujourd’hui on lit : « Depuis le début le gouvernement français répète qu'il n'y a pas de traitement contre la covid19. Mais il ne s'est pas contenté de le dire, il a tout fait pour rendre impossible tout autre traitement que le Doliprane dans la première phase de la maladie en prenant plusieurs mesures règlementaires contre les traitements à l'hydroxychloroquine et aux antibiotiques de la famille des macrolides. »[130].

Aujourd’hui, sur la plateforme Sermo[131], une enquête sur plusieurs milliers de médecins (plus de 20000 semble-t-il) du monde entier place toujours l’azithromycine, et les antibiotiques similaires, en tête des médicaments utilisés pour traiter les patients Covid-19 hors hôpital.

Aujourd’hui, face à la pénurie de produits anesthésiants, les opérations sont repoussées[132][133][134]. Olivier Véran aurait déclaré : « « La chirurgie programmable devra attendre cet été » » [133]. Pourtant c’est le « retour des jours heureux »[134].

Il y a bientôt deux mois, c’était hier. On croyait que la démarche des médecins généralistes présentée ici, c’était « juste de la médecine » [13][135]. C’était le temps de l’innocence.

 

 

[*] Prescription du genre masculin au covid [0]. En attente d’un décret d’interdiction par l’Académie française ?

 

 

Précédentes tribunes :

Covid-19 : et si la France faisait confiance à ses généralistes ?

Covid-19 : Azithromycine testé en préventif. Et si en pleine période de pandémie la France faisait du curatif ?

Covid-19 : que penser des essais cliniques avec groupe placebo en période d’épidémie ?

Covid-19 : masques, azithromycine, généralistes, essais cliniques, vaccin, confinement, chloroquine… Éléments de langage pour un 20 h 02

Antibiotiques : azithromycine, macrolides, C3G, doxycycline… Un traitement du Covid-19 par les médecins de ville serait possible ?

Enquête d’un syndicat de médecins généralistes : 9000 décès à domicile en rapport avec le Covid-19 … vraiment ?

Didier Raoult, collectif « Laissons les médecins prescrire », prise en charge précoce du Covid-19 : vers un scandale de santé publique ?

Désinfox coronavirus, fake news, libération du marché de l’info… et pendant ce temps-là les articles sembleraient disparaître du web ?

Chèque-Niouze : le docteur Robinson Crusoé prescrit (hors AMM) du jambon et du fromage aux intermittents du spectacle en cas de Covid-19 ?

L’azithromycine aurait un rôle capital dans le traitement précoce du Covid-19 : les médecins n’oseraient plus divulguer leurs résultats ?

Estimations des décès liés au Covid-19 à domicile par le certificat de décès : naïveté ? Poisson d’avril ? Arnaque délibérée ?

Le traitement précoce du Covid-19 révèlerait des inégalités territoriales et sociales : union nationale ? Urgence sanitaire ? Vraiment ?

Covid-19 et soignants : des ovations, des primes, des jours de congés, des médailles, le 14 juillet… N’en jetez plus !

Marre d’avoir peur du Covid-19

Taux d’hospitalisation, de mortalité, d’asymptomatiques, chiffres sur le Covid-19 : il y a des médecins généralistes en France

Hydroxychloroquine : une étude controversée et Véran saisit le HCSP. L’azithromycine serait efficace contre le Covid-19 : on saisit quoi ?

Le covid ou la covid ? Trois mois après son baptême, l’Académie française aurait trouvé le sexe DU Covid-19. Un peu tard non ?

Covid-19 : puisqu’il n’y a jamais eu de pénurie de masques pour les soignants, on pourrait arrêter de faire des réserves de PQ au congélo ?

Covid-19, The Lancet, Véran, HCSP, ANSM, décrets, Conseil d’État, loi… Alors, dans les faits, l’hydroxychloroquine interdite ou pas ?

Le tocilizumab serait prometteur contre le Covid-19. Vite, des patients pour faire une étude et publier en grillant les autres ?

 

 

[0] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-covid-ou-la-covid-trois-mois-224674

[1] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-traitement-precoce-du-covid-19-224377

[2] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/hydroxychloroquine-une-etude-224659

[3] https://blogs.mediapart.fr/laurent-mucchielli/blog/160420/mais-ou-est-donc-passee-la-haute-autorite-de-sante

[4] https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/covid-19_fiche_medecin_v16032020finalise.pdf

[5] https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2020-05/prise_en_charge_des_patients_covid-19_sans_indication_dhospitalisation_isoles_et_surveilles_a_domicile.pdf

[5b] https://www.liberation.fr/checknews/2020/04/15/l-antibiotique-azithromycine-est-il-vraiment-efficace-contre-le-covid-comme-l-affirme-cette-publicat_1785212

[6] https://fr.wikipedia.org/wiki/Azithromycine

[7] https://www.charentelibre.fr/2020/04/26/le-professeur-raoult-menace-de-suspension-par-le-conseil-de-l-ordre-des-medecins-je-ne-suis-evidemment-pas-concerne-repond-l-interesse,3591420.php

[8] https://www.mediterranee-infection.com/wp-content/uploads/2019/03/Guide-Antibio-IHU-hors-HIV-21-02-2019.pdf

[9] https://blogs.mediapart.fr/cathy-lg/blog/140420/covid-19-lespoir-par-des-traitements-antibiotiques

[10] https://www.liberation.fr/checknews/2020/04/15/l-antibiotique-azithromycine-est-il-vraiment-efficace-contre-le-covid-comme-l-affirme-cette-publicat_1785212

[11] https://blogs.mediapart.fr/basicblog/blog/160420/covid-19-traitement-au-macrolides-du-dr-sabine-paliard-franco-le-rapport-disparu

[12] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/covid-19-azithromicyne-teste-en-223380

[13] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/covid-19-et-si-la-france-faisait-223334

[14] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/antibiotiques-azithromycine-223696

[15] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/didier-raoult-collectif-laissons-223946

[16] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-azithromycine-aurait-un-role-224216

[17] https://www.mediterranee-infection.com/coronavirus-diagnostiquons-et-traitons-premiers-resultats-pour-la-chloroquine/

[18] https://www.mediterranee-infection.com/hydroxychloroquine-and-azithromycin-as-a-treatment-of-covid-19/

[19] https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0924857920300996

[20] https://reader.elsevier.com/reader/sd/pii/S0924857920300996?token=D707A133FA4DEB532F6FB0B2C07F58631928B339CBBBD1B6E4A70135C6325951E73740398E8FCC602FE99AD52E80974B

[21] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/hydroxychloroquine-une-etude-224659

[22] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/covid-19-the-lancet-veran-hcsp-224791

[23] https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2470445

[24] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4757487/pdf/nihms-758590.pdf

[25] https://www.pnas.org/content/113/50/14408.short

[26] https://www.pnas.org/content/pnas/113/50/14408.full.pdf

[27] https://www.longdom.org/open-access/azithromycin-inhibits-the-replication-of-zika-virus-1948-5964-1000173.pdf

[28] https://erj.ersjournals.com/content/36/3/646

[29] https://erj.ersjournals.com/content/erj/36/3/646.full.pdf

[29b] https://www.nature.com/articles/s41429-019-0204-x

[29c] https://www.nature.com/articles/s41429-019-0204-x.pdf

[29d] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4923851/?fbclid=IwAR3FuqYAG6JOX8qxlxT6gwqMBfaeHtt_odBGWkp1TuxeTVpLEZkIReNIfhc

[29e] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4923851/pdf/srep28698.pdf

[30] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-tocilizumab-serait-prometteur-224876

[31] https://www.revmed.ch/RMS/2011/RMS-280/Quelle-est-la-place-de-l-antibiotherapie-prophylactique-par-macrolides-dans-les-bronchiectasies

[32] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/17935949/

[33] https://erj.ersjournals.com/content/33/1/171.long

[34] https://erj.ersjournals.com/content/erj/33/1/171.full.pdf

[35] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18289694/

[36] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/16476120/

[37] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4426225/

[38] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4426225/pdf/nihms642672.pdf

[39] https://www.lequotidiendumedecin.fr/actus-medicales/recherche-science/hydroxychloroquine-et-azithromycine-un-effet-protecteur-contre-covid-19-pourrait-reduire-le-flux-de

[40] https://www.republicain-lorrain.fr/sante/2020/04/11/un-medecin-mosellan-constate-l-efficacite-d-un-protocole-a-base-d-azithromycine

[41] https://fr.wikipedia.org/wiki/Doxycycline

[42] https://fr.wikipedia.org/wiki/Cyclines_(antibiotiques)

[43] https://blogs.mediapart.fr/pierre-jacques-raybaud/blog/310320/covid-19-proposition-d-un-nouveau-traitement-et-protocole-par-tritherapie

[44] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24142271/

[45] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4430285/

[46] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4430285/pdf/pone.0126360.pdf

[47] https://www.mediterranee-infection.com/pre-prints-ihu/

[48] https://www.mediterranee-infection.com/wp-content/uploads/2020/04/Dox_Covid_pre-print.pdf

[49] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7202514/

[50] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7202514/pdf/aging-12-103001.pdf

[51] https://accpjournals.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/phar.2395

[52] https://accpjournals.onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.1002/phar.2395

[53] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/hydroxychloroquine-la-serie-224636

[54] https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.05.18.20066902v1?fbclid=IwAR3eonk5laCofL9XRfE2vnNecUHWHL0ouj3-97_4nQD60rUOuXYJjHwGg4o

[55] https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.05.18.20066902v1.full.pdf

[56] https://infodujour.fr/sante/33596-covid-19-et-si-tout-le-monde-setait-trompe

[57] https://stopcovid19.today/

[58] https://stopcovid19.today/wp-content/uploads/2020/04/COVID_19_RAPPORT_ETUDE_RETROSPECTIVE_CLINIQUE_ET_THERAPEUTIQUE_200430.pdf

[59] https://www.lequotidiendumedecin.fr/specialites/infectiologie/etude-lappui-un-collectif-de-medecins-plaide-pour-la-liberte-de-prescrire-en-ville

[60] https://www.agoravox.fr/commentaire5770757

[61] https://www.preprints.org/manuscript/202005.0486/v1

[62] https://www.preprints.org/manuscript/202005.0486/v1/download

[63] https://www.lequotidiendumedecin.fr/specialites/infectiologie/un-traitement-efficace-contre-covid-19-existe-deux-etudes-vont-clore-la-polemique-raoult-estime-un

[64] https://blogs.mediapart.fr/gabas/blog/080520/le-quotidien-du-medecin-un-traitement-efficace-contre-covid-19-existe

[65] https://dr-besnainou-orl-paris.fr/content/covid-19-infos-et-vid%C3%A9os

[66] https://www.youtube.com/watch?v=yj7fgrmlIfE

[67] https://www.agoravox.tv/actualites/sante/article/covid19-un-excellent-didier-raoult-85674

[68] https://www.youtube.com/watch?v=cj4bGVszZP8&feature=emb_err_watch_on_yt

[69] https://www.mediterranee-infection.com/ou-en-est-le-debat-sur-lhydroxychloroquine/

[70] https://www.youtube.com/watch?v=eqb1VXHKAAs

[71] https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/32431-Coronavirus-personnes-infectees-symptomes-persistants?fbclid=IwAR3XxBW2foUK-Fi6J3aPdqHvW8CMCuCxWLbq9GVbEA152X35ooO6l-3T0R4

[72] https://www.france24.com/fr/20200530-covid-19-les-malades-encore-loin-de-la-gu%C3%A9rison-un-myst%C3%A8re-pour-la-m%C3%A9decine

[72b] https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-l-epidemie-est-controlee-affirme-le-president-du-conseil-scientifique_3996305.html

[73] https://www.ansm.sante.fr/S-informer/Points-d-information-Points-d-information/Usage-des-medicaments-en-ville-durant-l-epidemie-de-Covid-19-point-de-situation-apres-cinq-semaines-de-confinement-Point-d-information

[74] https://www.ansm.sante.fr/content/download/176899/2313025/version/3/file/20200430-Covid_Usage-Medicaments_Rapport-Ansm-Epiphare-2.pdf

[75] https://www.contrepoints.org/2020/05/07/370929-traitement-du-covid-19-le-bal-des-hypocrites

[76] https://www.lemoniteurdespharmacies.fr/actu/actualites/actus-medicaments/azithromycine-sous-tension-des-pharmacies-contingentees.html?fbclid=IwAR0kdaaHI7x0u_LXqjjL4k2BZV5z-nSh8S7JuyArhAMMF_nPupQyM2LtQAo

[77] https://www.medisite.fr/coronavirus-plaquenil-paracetamol-quels-sont-les-medicaments-en-rupture-de-stock-en-france.5564086.806703.html

[78] https://www.medisite.fr/coronavirus-plaquenil-paracetamol-quels-sont-les-medicaments-en-rupture-de-stock-en-france.5564086.806703.html?page=4#breadcrumb

[79] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/enquete-d-un-syndicat-de-medecins-223852

[80] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/taux-d-hospitalisation-de-224557

[81] https://www.lepoint.fr/debats/coronavirus-monsieur-le-president-n-oubliez-pas-les-medecins-de-ville-14-04-2020-2371297_2.php

[82] https://www.sciencesetavenir.fr/sante/monsieur-le-president-n-oubliez-pas-les-medecins_143589

[83] https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/03/17/nous-sommes-en-guerre-face-au-coronavirus-emmanuel-macron-sonne-la-mobilisation-generale_6033338_823448.html

[84] https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20200328.OBS26724/des-hopitaux-au-bord-de-la-penurie-de-medicaments-indispensable-en-reanimation.html

[85] https://www.mediapart.fr/journal/france/270320/medicaments-pour-soigner-le-covid-19-des-hopitaux-au-bord-de-la-penurie?onglet=full

[86] https://www.huffingtonpost.fr/entry/philippe-juvin-masques-coronavirus-deconfinement_fr_5e9c46c6c5b6ea335d5d27bc

[87] https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-le-marche-des-medicaments-face-au-risque-de-penurie_3892165.html?fbclid=IwAR1JYexIlXy9cNMXdGAkc0_OMgmeirL3WiIlyM9Qgf55FEdvozVJTXWgZd0

[88] https://www.francetvinfo.fr/sante/medicament/l-article-a-lire-pour-comprendre-la-penurie-de-medicaments-qui-inquiete-patients-medecins-et-pharmaciens_3583417.html?fbclid=IwAR02J0eUhIsuZMklVxwlLErv59QEMa8bCE-ghSYGDQJ-pVAw-mha9GThVhY

[89] https://www.france24.com/fr/20200328-coronavirus-suivez-en-direct-le-point-presse-d-%C3%A9douard-philippe-sur-la-situation-en-france

[90] https://www.lequotidiendupharmacien.fr/medicament-parapharmacie/medicament/de-nouvelles-prescriptions-inquietantes-dans-le-covid-19?fbclid=IwAR1JYexIlXy9cNMXdGAkc0_OMgmeirL3WiIlyM9Qgf55FEdvozVJTXWgZd0

[91] https://twitter.com/sfspo_fr/status/1250665748458070016?s=20

[92] https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-a-mulhouse-macron-en-appelle-a-lunite-et-recompense-les-soignants_3885517.html

[93] https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0755498214000992?fbclid=IwAR1S2EN3NSAv4lAeXNJAt64loiIzBkWQYxs56WiQ4EcSZJT_8yq_8BFYd4w

[94] https://sfpt-fr.org/covid19-foire-aux-questions/1215-123-je-suis-trait%C3%A9-e-au-long-cours-par-azithromycine-zithromax%C2%AE-pour-une-pathologie-chronique-que-faire-en-cas-de-rupture-en-pharmacie-de-ville?fbclid=IwAR02J0eUhIsuZMklVxwlLErv59QEMa8bCE-ghSYGDQJ-pVAw-mha9GThVhY

[95] https://sfpt-fr.org/covid19-foire-aux-questions/1107-l-azithromycine-est-elle-efficace-pour-prevenir-ou-traiter-l-infection-par-coronavirus

[96] http://www.agree-asso.fr/index.php/actualite/123-experiences-territoriales?fbclid=IwAR1mgHlDb97plpo6RCg6kJwhd9uZFrmXPoCc5us6Tl250LIKEaxwFSnuInE

[97] https://blogs.mediapart.fr/basicblog/blog/160420/covid-19-traitement-au-macrolides-du-dr-sabine-paliard-franco-le-rapport-disparu

[98] https://resistancerepublicaine.com/2020/04/13/le-docteur-sabine-paliard-franco-un-medecin-qui-soigne-le-coronavirus/

[99] https://www.lejournaldumedecin.com/actualite/azithromycine-etc-la-controverse-gronde-autour-du-cocktail-anti-covid-19-de-medecins-generalistes/article-normal-47443.html?fbclid=IwAR0WdOBIOohBkMtgt2JSoyqIy9MmiqQCAPF4mbs__7PgkWSiJgt2eS48BNA

[100] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/cheque-niouze-le-docteur-robinson-224170

[101] https://www.lanouvellerepublique.fr/poitiers/covid-19-des-dermatologues-poitevins-se-mobilisent

[102] https://www.lefigaro.fr/flash-eco/l-ordre-des-medecins-met-en-garde-contre-l-experimentation-de-traitements-contre-le-covid-20200423

[103] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-tocilizumab-serait-prometteur-224876

[104] https://www.egora.fr/actus-pro/deontologie/59511-protocoles-illegaux-contre-le-covid-des-medecins-convoques-par-l-ordre

[105] https://pgibertie.com/

[106] https://www.egora.fr/actus-pro/temoignage/59395-je-me-suis-fait-assassiner-l-ecoeurement-d-un-mg-menace-de-poursuites?nopaging=1

[107] https://fniaaihrs.fr/je-me-suis-fait-assassiner-lecoeurement-dun-mg-menace-de-poursuites-pour-avoir-loue-son-traitement-contre-le-coronavirus/

[108] https://www.egora.fr/actus-pro/ca-vous-a-fait-reagir/59502-conspue-pour-avoir-vante-son-traitement-du-covid-l-histoire-de

[109] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/covid-19-que-penser-des-essais-223447

[110] https://www.agoravox.tv/actualites/sante/article/coronavirus-science-laboratoires-86054

[111] https://www.youtube.com/watch?v=z6eiJ0__AVU

[111b] http://www.francesoir.fr/societe-sante/le-diable-est-vraiment-dans-le-detail-apres-lancet-nous-remettons-en-cause-le-new

[112] https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-le-tocilizumab-est-une-piste-serieuse-mais-pas-suffisamment-etayee-encore-affirme-olivier-veran_3939951.html

[113] https://www.fmfpro.org/le-flop-des-essais-cliniques.html

[114] https://www.franceinter.fr/sciences/covid-19-la-france-peine-a-convaincre-ses-voisins-de-participer-a-l-essai-clinique-discovery

[115] https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do ;jsessionid=60E9E72227BF7CA980A6FB1B29011760.tplgfr28s_1?idArticle=LEGIARTI000041867960&cidTexte=LEGITEXT000006072665&categorieLien=id&dateTexte=20200511

[116] https://www.alta-frequenza.corsica/actu/les_medecins_de_ville_peuvent_prescrire_de_l_hydroxychloroquine_selon_maitre_krikorian_qui_explique_une_decision_du_conseil_d_etat_103810

[117] https://www.dictionnaire-academie.fr/article/QDL031

[118] https://www.zinfos974.com/Hydroxychloroquine-Une-victoire-paradoxale—malgre-le-rejet-de-la-requete-pour-exces-de-pouvoir_a153466.html

[119] https://www.agoravox.fr/commentaire5750050

[120] https://noublionsrien.fr/

[121] https://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/instances-responsables-pour-sauver-224810

[121b] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/covid-19-puisqu-il-n-y-a-jamais-eu-224707

[122] https://www.youtube.com/watch?v=xxLVFrURWEs

[123] https://blogs.mediapart.fr/jean-paul-richier/blog/250420/lepidemie-de-conarovirus-sur-youtube-et-les-reseaux-sociaux-propos-dun-cas

[124] https://www.ladepeche.fr/2020/05/23/polemique-sur-lhydroxychloroquine-un-collectif-davocats-attaque-afin-delucider-une-part-de-mystere,8900097.php

[125] https://actu.fr/occitanie/toulouse_31555/toulouse-un-avocat-intente-une-action-en-justice-suite-au-blocage-de-l-hydroxychloroquine-par-l-etat_33829188.html

[126] https://www.capital.fr/economie-politique/hydroxychloroquine-un-avocat-toulousain-lance-une-action-collective-1370906

[127] https://www.ouest-france.fr/sante/hydroxychloroquine-des-avocats-lancent-une-action-collective-pour-annuler-le-decret-de-son-6846712

[128] https://www.dna.fr/amp/politique/2020/04/30/martine-wonner-(larem)-le-gouvernement-a-fait-fausse-route ?__twitter_impression=true&fbclid=IwAR2vLCWdN29I2wo8qY8HAiuMpSCG_Yc1aTykuK6T8cfhqwy_5-NEoQk4J8M

[129] https://www.huffingtonpost.fr/entry/deconfinement-martine-wonner-exclue-du-groupe-lrem_fr_5eb2a4e1c5b6f8deb4ea1b7b

[130] https://blogs.mediapart.fr/arjuna/blog/030620/loms-mange-son-chapeau-et-veran-et-mediapart

[131] https://app.sermo.com/covid19-barometer

[132] https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/alpes-maritimes/antibes/alpes-maritimes-medecins-denoncent-penurie-produits-anesthesiants-operations-sont-repoussees-1835440.html?fbclid=IwAR0e2Wezua_kstCG2gxZAHLj_6LL8Fsb940eXWzPGDav3zgAocU9dNGe59c

[133] https://www.lejdc.fr/nevers-58000/actualites/penurie-d-anesthesiants-la-chirurgie-programmable-devra-attendre-cet-ete-repond-le-ministre-a-une-question-de-la-nievre_13796493/?fbclid=IwAR1HVSiuekhiIVQOx-A5uB3eUUDrLU_VNkO2PMlDmxVQD_wmYLkOV8l6W8s

[134] https://www.lejdc.fr/nevers-58000/actualites/un-chirurgien-nivernais-evoque-un-manque-d-anesthesiques-les-operations-prennent-du-retard_13794002/?fbclid=IwAR0CU4NTOa7U26FM6_kxGvQZPyOO_GWkPPTIOIpc1zJsPoToLLPED9NYhpk

[135] https://www.lavoixdunord.fr/740735/article/2020-04-14/medecin-wormhout-elle-se-defend-d-avoir-trouve-une-solution-miracle-contre-le?fbclid=IwAR0pKE4-o_LTFCfFVsh2113nA8NQ-joS0FVS_ns-mMltkl1sp8szJeHRvfI



42 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 8 juin 08:02

    quel qu’eût été l’équipement sanitaire, la mise en coupe réglée de la société aurait été décidée avec le confinement : il fallait détruire des pans entiers des économies de l’empire et de ses colonies pour réinjecter de la phynance et permettre aux requins de se refaire une santé


    • Eric F Eric F 8 juin 11:51

      @Séraphin Lampion
      "il fallait détruire des pans entiers des économies de l’empire et de ses colonies pour réinjecter de la phynance et permettre aux requins de se refaire une santé"
      Cette hypothèse ressassée dans la complotosphère occidentophobe est une totale incongruité, la mise à plat de l’économie est désastreuse également pour la finance, et ce ne sont pas les prêts à taux infimes qui vont enrichir quiconque.


    • Slipenfer 1er Slipenfer 1er 8 juin 11:59

      @Séraphin Lampion
      trop tard pour toi ,le prix du baril est remonté,c’était un très très bon plan pour investir. smiley


    • Cadoudal Cadoudal 8 juin 12:05

      @Slipenfer 1er
      https://prixdubaril.com/

      42$70 le brent...

      C’est le cour du Trump qui est indexé sur le Brent...

      Encore une fois Séraphin, à choisi le mauvais cheval...lol...


    • Eric F Eric F 8 juin 12:06

      @Slipenfer 1er
      pour investir sur le pétrole brut encore fallait-il disposer de réservoirs, or toutes les capacités de stockage sont saturées au niveau mondial. La spéculation pouvait se faire sur les titres des compagnies pétrolières, mais les cours boursiers ont été maintenus artificiellement par les banques centrales (vu l’état réel de l’économie, le CAC devrait être bien en dessous de 3000)


    • Sylv1 8 juin 12:14

      @Séraphin Lampion
      Effectivement, des pays (riches) qui n’avaient aucun problème d’équipements, ont quand même opté pour le confinement : ce qui était la raison du confinement en France ne l’était pas ailleurs... Bon après ça dépend aussi des accords cadre passés avec l’OMS.
      En gros il fallait une raison adaptée à chaque pays pour convaincre de confiner les gens. Par exemple, en GB, on a feint de tester l’immunité collective pour dire que ça ne marche pas et confiner les gens.

      Or maintenant on se rend compte que quelque soit le mode, confinement ou non, rien ne fait changer la gaussienne.
      On l’a vu également : mesures drastiques pour les petits commerces, les marchés, mesures souples pour les grandes enseignes.


    • astus astus 8 juin 15:50

      @Eric F

      La complotosphère est la principale ressource d’Agoravox que les trolls habituels alimentent avec une consternante bêtise. Mais pour ce qui est du Covid-19 j’ai trouvé un excellent « mes deux seins » qui me maintient en pleine forme...


    • Le421 Le421 9 juin 08:11

      @Sylv1

      On l’a vu également : mesures drastiques pour les petits commerces, les marchés, mesures souples pour les grandes enseignes.


      Entre autres incohérences...
      Il est tout à fait normal que même l’andouille du fond de la classe se pose des questions.
      Ceux qui sont restés dans la cour de récré, c’est normal qu’ils suivent.
      Leur école de rattrapage, c’est BFMTV...


    • Eric F Eric F 9 juin 18:48

      @Sylv1
      « Par exemple, en GB, on a feint de tester l’immunité collective pour dire que ça ne marche pas et confiner les gens »
      C’est vraiment n’importe quoi, comme si un pays allait se tirer volontairement une balle dans le pied au niveau économique. Au début ils voulaient faire comme les Pays Bas et la Suède, Boris Johnson a même pris des risques qu’il a payé de sa propre santé, mais il y a eu dépassement du seuil d’embrasement épidémique notamment à Londres, conduisant à prendre une décision de confinement dans la précipitation. En plus chez eux il manquait vraiment des lits de soins comme en Espagne, et ils ont du en installer dans des halls.


    • Alcyon 9 juin 19:03

      @Eric F
      le problème avec les timbrés, c’est que tout sert à corroborer leurs délires, même quand ça n’a aucun sens. Si demain ragou déclarait que c’était un délire de sa part, ils expliqueraient que c’est un coup monté de Big Pharma.


    • Djam Djam 14 juin 11:55

      @Eric F

      Et bien non, cher Eric... vous n’êtes pas assez bien au fait de la réalité économique... la finance mondiale s’est très bien maintenue et elle se refait très bien depuis le con-finement. Allez juste jeter un œil (avec le net c’est facile) sur les manœuvres de la FED dès le premier mois de confinement... et voyez comment les banques privées ont pu allègrement racheter les « valeurs » qui ont dégringolé. C’est une habile stratégie qui permet ensuite de les faire remonter grassement par le jeux des marchés...
      Pas besoin non plus de traiter autrui de « complotiste » quand on ne saisit soi-même que l’écume des événements...
      Etudiez davantage l’économie boursière et vous pourrez proposer des arguments recevables en lieu et place de ce qualificatif tarte à la crème...


  • leypanou 8 juin 08:36

    1’30 de vidéo à partir de 4’30 (sur 6’20) du Dr Thierry Lardenois pour savoir :

    https://www.youtube.com/watch?v=WVfH-8T1WAc


  • Eric F Eric F 8 juin 12:01

    Cet article présente l’intérêt d’aborder un aspect qui a été passé au second plan pendant l’épisode épidémique, à savoir la thérapie précoce en médecine de ville, car il y a eu focalisation sur les cas graves en médecine hospitalière.

    Toutefois, ce problème de traitement n’est pas spécifiquement franco-français, et il faudrait une mise en commun au niveau international des études et recherches sur ce sujet. On sait que d’autres pays utilisent de la chloroquine et dérivées ou des macrolides, mais tout parait se faire en ordre dispersé chacun pour soi. Ne faudrait-il pas une grande conférence médicale internationale, et des études conjointes ? Les campagnes d’essais telles que Discovery ne portent pas spécifiquement sur cette question du traitement le plus en amont de la maladie, or cela mériterait une approche dédiée, et une autre séparément pour l’emballement immunitaire et les impacts circulatoires.


    • Et hop ! Et hop ! 10 juin 16:11

      @Eric F : «  et il faudrait une mise en commun au niveau international des études et recherches sur ce sujet »

      Pourquoi pas au niveau intergalactique pendant que vous y êtes.

      Plus c’est grand, plus c’est lent, plus c’est lourd, plus c’est faux.

      Avec 70 millions d’habitants, des milliers d’établissements hospitaliers, centres de recherches, laboratoires, il avait tout ce qu’il fallait en France pour savoir quels étaient les antibiotiques déjà indiqués pour les infections respiratoires qui étaient les meilleurs selon les cas. 

      Heureusement les différents pays ont adopté différentes politiques sanitaires, et ça a donné des résultats très variables, de très bon à très mauvais pour la France.


  • Carburapeur 8 juin 12:13

    Ce genre de post me gave !

    Quand un spécialiste qui est reconnu chez les grands de la planète donne une solution à une pandémie ; je l’écoute et ne le compare pas avec des carabins procéduriers devenus plus fonctionnaires que praticiens.

    Stop !



  • rita rita 8 juin 12:32

    Le confinement de la France par le gouvernement laisse le pays ruiné !

    Un beau travail de l’incompétence appliquée avec méthode !

    Les milliards injectés pour tenter d’arrêter la chute, ne serons pas suffisant sur le long terme, la rentrée sera un plongeon d’ou nous aurons du mal à sortir !

    Les responsables sont toujours en gouvernance, alors plutôt que d’aller aux terrasses des cafés, songer à une révolution ça URGE !


    • Le421 Le421 9 juin 08:13

      @rita
      Être complotiste, c’est dire que c’est voulu...
      Alors, je suis donc complotiste !!  smiley


  • Aimable 8 juin 14:02

    Je suis satisfait d’apprendre qu’il y a d’autres protocoles pratiqués dans l’ombre du médiatique professeur Raoult qui lui a pris toutes les attaques de ceux qui n’avaient rien a proposer , mais cela a permis de protéger ces autres protocoles qui eux aussi luttent de manière empirique en attendant d’autres molécules pour lutter contre le covid 19 et a priori jusqu’ici cela n’a pas trop mal fonctionné .


  • phan 8 juin 14:19
    En 1996, une épidémie de coxiellose inquiétait le nord des Hautes-Alpes. Sa propagation fut endiguée par un certain… Didier Raoult. 

    L’unité de rickettsies fondée en 1983 (Le neuneurologue Véran portait encore des couches culotte) par Didier Raoult lui même travaille sur les nouvelles maladies bactériennes émergentes dans le monde. Médecin infectiologue, D. Raoult s’est lancé dans la recherche et a monté l’unité des rickettsies dans le but premier de développer des outils diagnostics, les infections causées par les rickettsiales étant pour la plupart difficiles à diagnostiquer.

    L’aspect clinique est très important pour D. Raoult qui a gardé son activité de médecin infectiologue à l’hôpital de La Conception où il examine une demi-journée par semaine des patients venus du monde entier. Pour soigner les malades atteints de la fièvreQ, D. Raoult est notamment à l’origine d’un protocole thérapeutique rigoureux (Doxycycline + Hydroxychloroquine) qui a fait chuter la mortalité de 70% à 5% en quelques années.

    En cas de diagnostic confirmé de fièvre Q aiguë, une échographie cardiaque doit être réalisée dans tous les cas à la recherche d’anomalies valvulaires, même minimes. Le traitement de référence de la fièvre Q aiguë symptomatique, chez un patient sans facteur de risque, est la doxycycline, à la posologie de 200 mg/jour. Il n’existe pas d’essai clinique randomisé pour déterminer la durée du traitement. Une durée de 14 à 21 jours, ou jusqu’à 7 jours après l’apyréxie, est actuellement proposée. Le cotrimoxazole doit être utilisé en cas d’allergie ou de contre-indications. Les fluoroquinolones sont une alternative fiable. Par ailleurs, les nouveaux macrolides (télithromycine) ont démontré une activité in vitro et sont une option intéressante. Chez l’enfant, la doxycycline est le traitement de choix, étant admis que l’âge n’est plus une contre-indication à ce traitement lors de fièvre Q aiguë. Chez la femme enceinte, un traitement par cotrimoxazole doit être administré, ceci jusqu’à l’accouchement. Suite au traitement antibiotique de la fièvre Q aiguë, un suivi sérologique doit être effectué à trois et six mois, afin de documenter un éventuel passage à la chronicité. Le traitement de la fièvre Q aiguë chez les patients avec une valvulopathie, mise en évidence lors du bilan, consiste en l’administration de doxycycline 200 mg/jour et d’hydroxychloroquine 600 mg/jour pour douze mois, afin de prévenir le développement d’une infection chronique (endocardite). L’utilisation conjointe d’hydroxychloroquine permet une alcalinisation du lysosome et favorise ainsi l’activité bactéricide de la doxycycline inactive à pH acide.

  • hocagi@1shivom.com 8 juin 15:05

    un gouvernement assassin et nazi rien de nouveau, comme a l’habitude, ds la ligné de notre seule et unique histoire la collabo


  • jib_jib 8 juin 16:02

    Selon les statistiques de mortalité de l’INSEE, France de mars à mai 2020 comparées à 2018 et 2019, on peut observer que la courbe décolle de la normale vers le 15 mars et atterrit vers le 30 avril.

    Le supplément de décès de cette vague est de 20 à 30.000 selon la référence, soit en surplus l’équivalent de 3 semaines « normales ».

    La courbe des contaminations se situe 10-20 jours avant.

    En conclusion, l’épidémie est achevée, même s’il reste des poches résiduelles n’entraînant aucun excès significatif de décès

    Trop peu ou trop mal et surtout trop tard, Pour tout : masques, hygiene, tests, traitements, résolution finale. et surtout ruineux pour un résultat déplorable.
    .
    Ceci dit et observé, les mesures sanitaires prolongées n’ont, au mieux, plus que le rôle de sevrer la population du climat de terreur et de non-droit que nous pouvons encore constater.


    • izarn izarn 8 juin 17:46

      @jib_jib
      Ben oui, le défaut de traitement criminel a aboutit a des décés facilement évitables, ce qui aurait produit une surcroit de mortalité égale à zéro.
      Ou du moins sans aucune signification statistique.


  • jib_jib 8 juin 16:10

    juste une question au sujet des pays où ça s’est mieux passé :

    est-ce que la médecine de ville a eu un plus grand rôle et une plus grande liberté d’action ?

    Portugal, Autriche, Allemagne, etc


    • izarn izarn 8 juin 17:42

      @jib_jib
      Trés certainement....Oui !
      L’Orde des Médecins est un truc inventé par Pétain...


    • Cyril22 8 juin 17:46

      @jib_jib
      Bonne question, mais la réponse est complexe :
      -certains ont fermé leurs frontières dès janvier pour éviter l’arrivée de la contamination (notamment pays de l’Est),
      -et/ou appliqué un dépistage plus complet qu’en France impliquant éventuellement la médecine de ville, avec mise à l’isolement des personnes infectées,
      -et/ou mis en place des mesures barrière efficaces avec port du masque quasi généralisé dans l’espace public et décontamination fréquente (transports en communs, commerce...), par exemple la Corée.
      ...Voilà la triplette des mesures efficaces

      S’ajoute le fait qu’une épidémie n’est jamais équirépartie, il y a des zones plus atteintes sans forcément de cause rationnelle, de la même manière qu’un cyclone peut dévaster un village et épargner le village voisin (cet aspect est très peu évoqué dans les diverses analyses, comme si la gravité d’une épidémie était uniquement liée à des vertus ou turpitudes)


    • Cyril22 8 juin 18:39

      @izarn
      « L’Orde des Médecins est un truc inventé par Pétain.. »

      l’« ordre » établi par Vichy n’était absolument pas de même nature que celui qui existe depuis la Libération, c’était une instance corporatiste nommée par le pouvoir, alors qu’il est ensuite devenu électif (ordonnance n°45-2184 du 24 septembre 1945

      )


  • izarn izarn 8 juin 17:40

    Le covid est éliminé en France...Ca n’existe plus.

    Donc son traitement, je laisse ça aux enculeurs de mouche...


    • Cyril22 8 juin 17:47

      @izarn
      ouaih, mais ça peut revenir, il faut toujours tirer des leçons de l’expérience....


    • Le421 Le421 9 juin 08:16

      @Cyril22
      Vivre est dangereux...
      On est sûr d’en mourir.

      Mais passer sa vie à crever de trouille, je laisse ça aux gogos BFMisés...


  • Désintox Désintox 8 juin 18:24

    " Pourtant depuis le mois de mars des médecins généralistes ont proposé des thérapies contre le Covid-19 à base d’azithromycine, de macrolides ou de tétracyclines (doxycycline par exemple). Ces antibiotiques sont bien connus et la littérature médicale donne matière pour étayer ces propositions empiriques et raisonnées"

    Au terme de 10 ans d’études, les médecins doivent quand même savoir que les virus se moquent des antibiotiques.


    • Cyril22 8 juin 18:29

      @Désintox
      « les médecins doivent quand même savoir que les virus se moquent des antibiotiques »
      Ce n’est pas si binaire que ça, certains antibiotiques ont montré des propriétés antivirales (article datant de 2016)


    • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 8 juin 20:27

      @Désintox Justement, il s’agit d’une erreur répétée de multiples fois, ce qui n’en fait pas une vérité, selon l’intervention de D. Raoult au Sénat en 2012.


    • vesjem vesjem 10 juin 18:20

      @Désintox
      sauf ce virus là, lorsqu’on a donné du paracétamol en début de maladie et que celle-ci a dégénéré en pneumonie bactèrienne
      protocole gouvernemental


  • Krokodilo Krokodilo 8 juin 19:09

    A en croire le titre et le chapeau, la France ne prendrait pas en charge les gastro-entérites, car les médecins ne prescrivent que des traitements légers et symptomatiques, voire que du riz ! Et d’autres traitements pour les formes compliquées, notamment chez les bébés. Un peu comme pour... le Covid !

    L’article se veut solide, pourtant il ne mentionne pas les progrès apportés par l’EBV (médecine par les preuves), qui évite l’argument d’autorité et le « n’importe quoi » si chacun y va de son traitement sans tenir aucun compte des consensus et des recommandations en l’état des connaissances. En gros, comme l’homéopathie...


    • Le421 Le421 9 juin 08:22

      @Krokodilo
      Gastro entérite ?
      Le médecin qui me parlera de prendre de l’arrow root, je commencerais à le prendre au sérieux...


    • Alcyon 9 juin 18:57

      @Krokodilo
      on est entré dans l’ère de l’ultracrépidarisme. On a des guignols qui expliquent que comme la dose maximale en AMM de l’HCQ c’est 600mg, donner plus en hôpital est criminel. Bah ouais, entre quelqu’un chez lui qui prend sans surveillance et un patient surveillé, c’est du pareil au même.

      Dés avril je disais :
      -Comment appelle-t-on quelqu’un qui refuse de tester son traitement ? Un homéopathe.
      -Qu’est-ce qu’un homéopathe ? Un charlatan.


  • caza 9 juin 21:05

    Bonsoir

    Le délirium Philippe Véran Salomon entre dans une phase de complications inexpliquées ( pour l’instant en tout cas mais on verra avec les enquêtes ) car ils viennent d’écrire aux membres du corps médical de ne plus prescrire ou délivrer de l’azithromycine aux malades du covid .

    Etrangement il y a des médicaments qui soignent dans certains pays et tuent par effets II aires foudroyants chez nous

    C’est pourtant simple ( enfin pas si simple quand même ) :

    Deux thérapies s’affrontent

    L’officielle : Philippe Véran Salomon avec paracétamol et tégrétol pour euthanasie dans les vertes prairies de votre enfance

    L’autre : avec plaquenil et azithro ,mais qui est extrêmement dangereuse depuis le mois de Mars 2020 . Vous voila prévenu .

    Si vous préférez être soigné plutôt que d’être suicidé c’est là que ça se complexifie

    L’ordonnance de votre médecin devra être envoyée aux ARS par votre pharmacien

    et le plaquenil commandé directement à Sanofi avec copie de l’ordo

    Du jamais vu en quarante années d’exercice

    Le stock en officine est interdit

    Pour l’instant , chance quand même , les médecins et pharmaciens qui soignent avec la thérapie «  » l’autre «  » ne sont pas radiés de l’ordre ou mis en examen


    • leypanou 9 juin 23:25

      @caza
      ils ont vraiment peur que çà se sache que hcq+az soigne.
      Il est grand temps que les Français demandent des comptes au vu des résultats catastrophiques de la France.
      L’empressement à arrêter la prescription du hcq après l’étude foireuse du Lancet suffit largement à mon avis pour initier l’attaque contre le ministre de la Santé et l’ANSM.


  • yvesduc 12 juin 07:03

    Excellent article, merci. Nous avions en France donc une quintuple pénurie : de masques, de tests, de médicaments, de lits en réanimation et de matériel médical (surblouses, etc.). Bienvenue dans un pays sous-développé…


  • CN46400 CN46400 12 juin 12:00

    Covid-19-Dé partements de plus de1 Million d’habs 06/06/20


    Département Pop.Mil.habs Total DC-Hop Mil-.Hab/DC 6 1081 183 5,9 31 1362 71 19 33 1620 147 11 44 1426 151 9,4 34 1165 119 9,8 76 1249 177 7,1 60 825 394 2,1 95 1244 684 1,8 93 1654 961 1,7 92 1606 1047 1,5 94 1395 1157 1,2 91 1315 505 2,6 77 1422 652 2,2 75 2181 1701 1,3 78 1437 498 2,9 Ile France 12254 7205 1,7 69 1882 634 3,0 13 2026 640 3,2 68 761 791 1,0 59 2592 599 4,3 62 1463 300 4,9 Total 29706 11411 2,6

  • zygzornifle zygzornifle 14 juin 10:25

    Il y a du stock….. De cercueils chez les pompes funèbres , ils ont prévus eux …..


Réagir