samedi 7 avril 2012 - par Le citoyen engagé

La France sera attaquée en 2012

Nous sommes à l’heure de la fin d’un cycle comme vous le savez et il va nous falloir entrer dans une nouvelle ère que nos dirigeants appellent le nouvel ordre mondial. Le nouvel ordre mondial qu’est-ce que c’est ? C’est une intégration de plus en plus poussée des nations pour les fondre dans des ensembles supra-nationaux pour finir par le gouvernement mondial. Cette méga-structure sera complètement déconnectée du pouvoir des peuples bien entendu qui n’auront plus leur mot à dire dans la construction de leur destin. Celui-ci sera totalement sous le contrôle de la volonté de ceux qui financeront, et donc contrôleront, ces méga-structures en construction dont l’état fédéral européen en est l’exemple le plus frappant.

Hollande ne s'y est pas trompé en allant rassurer la city of london tout en disant le contraire dans ses meetings électoralistes en France.

Gardons présent à l’esprit qu’aux alentours de 2015 l’union européenne a vocation à s’intégrer de force, sans consultation des peuples, dans le grand marché transatlantique avec les USA. Ce qui aura pour conséquence directe de nous mettre sous la domination très claire de leur puissance économique et financière. Ainsi nous aurons l’alliance de Wall street et de la City qui auront libre accès dans ce grand marché pour faire ce que bon leur semble sans aucun contrepouvoir démocratique véritable. Ce ne sera pas l’agitation d’un Sarkozy, ou d’un Hollande, pour faire croire qu’ils défendront le peuple français, qui résoudra le problème fondamental du pouvoir démocratique de contrôle sur les décisions qui vont engager toute notre société.

L’avenir, si cela s’accomplit, sera celui que sont en train de vivre les grecs aujourd’hui où les plus faibles, ceux qui sont entièrement dépendants des autres pour leur travail et donc pour la création de leur richesse (c’est-à-dire 90% d’une population environ si l’on compte les ouvriers, les employés et même les fonctionnaires qui ne seront plus à l’abri), sont obligés de mendier pour survivre.

Lire : En Grèce la faim s’établit

Le chaos généralisé en Grèce soumis à la voracité financière.

Ne croyez pas que ce qui arrive au peuple grec n’arrivera pas en France. Nous sommes en train de dépenser des milliards d’euros pour tenter d’aider la Grèce à faire face à sa dette sans que cela n’ait aucun effet concret pour les peuples. Cela permet juste aux banques de rentrer dans leurs frais. Ce système ne tient que parce que la BCE a injecté des milliards d’euros pour le sauvegarder surtout avant les élections françaises qui constitueront un tournant pour les marchés financiers alors que l’Espagne sombre elle aussi dans la tourmente. Mais on arrive au point de rupture des banques centrales elles-mêmes qui ne peuvent plus engager de l’argent sur les marchés financiers parce qu’elles n’ont plus assez de garantie venant des états !

Il faut comprendre que si la BCE a pu prêter autant d’argent aux banques privées c’est parce que les gouvernements européens ont voté le MES qui est un mécanisme assurant la garantie financière aux banques sur la richesse des nations. Or l’Allemagne, principale créditrice, ne veut pas relever le plafond éternellement il y aura donc un point de rupture facile à comprendre où la concordance entre la garantie apportée par le MES à hauteur de 700 milliards d’euros à la BCE ne peut être dépassée sous peine de rupture du contrat. Or les marchés financiers ne fonctionnent que grâce à ces financements de la BCE ! Mais voilà Mario Draghi a déjà tout dilapidé et n’a plus rien en caisse alors qu’il faut toujours remettre au pot pour la Grèce, l’Italie, l’Espagne, le Portugal et bientôt la France ! Très bientôt.

Voici ce que nous promet cette Europe...

Nous sommes donc dans la situation où même les banques vont perdre leur triple AAA parce qu’elles n’auront plus les liquidités pour garantir le remboursement de leurs crédits ! Autrement dit les taux d’intérêts vont inévitablement augmenter et les conditions de prêts aux états vont se durcir. Et le risque est donc de voir la dette ne plus pouvoir être payée sauf !…sauf si les politiques se soumettent aux diktats des marchés financiers en matière de politique publique. C’est déjà ce qui a été acté avec la signature du MES par la France, grâce à l’action conjuguée de l’UMPS européiste, mais il faudra aller plus loin dans la rigueur il ne peut en être autrement !

C’est ce que nous dit d’ailleurs la voix des marchés financiers en Europe qu’est le journal The Economist :

Toute la richesse produite est sous contrôle des marchés financiers.

Les marchés financiers préconisent donc franchement une attaque spéculative contre la France pour la mettre à genoux et l’obliger à accepter les conditions imposées par les marchés financiers ! Voilà ce qui nous attend. Et la France est bien évidemment la pierre angulaire du projet d’effondrement total de l’économie européenne pour la mettre sous la coupe des marchés financiers qui ne tirent plus leurs richesses en Europe que de l’Allemagne encore assez puissante pour opposer une garantie crédible. L’effondrement économique de la France sera une aubaine pour exiger la soumission totale. C’est ce qu’a fait Hollande en ce début d’année en rencontrant les marchés financiers à la city of london : Lire ICI

C’est ce que fait Sarkozy au côté de Merkel pour contraindre par la loi européenne, au-dessus donc de la souveraineté des peuples, l’interdiction de faire une autre politique que celle exigée par les marchés.

La crise est donc inévitable pour notre pays ! Et Sarkozy l’a tellement bien compris qu’il surfe lui aussi sur les inquiétudes légitimes du peuple en leur parlant de France forte dans une Europe forte, de souveraineté, de frontières…dans sa lettre aux français. Tout comme Mélenchon, qui va finir par faire chanter la marseillaise à ses meetings si il continue, en prônant sa révolution citoyenne contre les banksters mais tout en voulant changer d’Europe. Il veut vous faire croire encore qu’il est possible de changer d’Europe alors que la soumission finale est à l’ordre du jour !

L'état providence ne peut se concevoir que dans un cadre national !

Notre seule chance de survie dans le chaos qui se prépare est donc de nous fermer aux injonctions venant de l’Europe et de retrouver notre souveraineté économique et financière. Il faut donc, et vite, sortir de l’euro puis de l’UE. Nous ne changerons pas la direction d’un paquebot qui cherche à s’écraser sur les rochers. C’est trop tard. Les politiques officiels du système ont beau jeu de vous dire que “la finance est leur seule ennemie” alors qu’ils savent très bien qu’ils sont entièrement soumis à leur bon vouloir. Si la finance veut nous mettre à genoux elle le pourra très simplement en augmentant ses taux d’intérêts que feront alors tous ces politiques ? Ils feront ce que leur disent les marchés financiers comme ils le font depuis au moins 30 ans !

Lire : Le 7 mai la France sera attaquée par les marchés financiers.

Suivez les infos engagées et actualisées sur le Portail de l’éveil citoyen contre le nouvel ordre mondial.



78 réactions


  • Massaliote 7 avril 2012 08:26

    La France est déjà attaquée. Sa langue, son Histoire, sa culture sont attaquées. L’ attaque de son économie n’est qu’une des conséquences logiques de cette offensive sournoise . Et le pire est que des vendus de tous bords y participent.


    • Albar Albar 7 avril 2012 10:10

      Le règne sioniste est a combattre pra tous les moyens, tout simplement !


    • appoline appoline 7 avril 2012 12:58

      Certes, les pays sont attaqués, si la masse est en partie abrutie par les médias, tous ne le sont pas, leur nouvel ordre mondial n’est pas encore mis en place, loin s’en faut. Il restera les justes, sur qui le pouvoir et l’argent n’auront pas de prise et ça, ça les inquiète là-haut.


    • Le citoyen engagé Le citoyen engagé 7 avril 2012 13:55

      Oui elle est attaquée par ceux qui sont au pouvoir et qui falsifient jusqu’à notre histoire pour nous modeler à leurs attentes. C’est ce que j’avais dit dans ce billet : la France cashérisée.


    • Susanoo ! Susanoo 7 avril 2012 16:08

      Il y a quand même une partie du raisonnement que vous occultez de manière volontaire pour je ne sais pas quelles raisons.

      Encore un déni de la réalité.

      C’est le fait que nous sommes sur le point d’atteindre le point de non retour sur la question climatique.

      Malgré l’urgence de la situation les pays émergents et de manière mécanique nous aussi ; sommes torché le cul avec le protocole de Kyoto.

      C’est justement parce tout le monde a voulu organisé son petit chaos(son économie)de son côté sans tenir compte de la survie à moyen terme de notre espèce que nous approchons plus vite que prévu du point de non-retour.

      A l’heure où un gouvernement mondiale salutaire est indispensable pour la gestion et la distribution de nos ressources énergétiques planétaire ; la putain d’idée à la con que vous avez tous c’est d’accentuer l’organisation du chaos individuel des états.

      De l’argent pour tout le monde, une consommation chaotique pour faire plaisir au simples d’esprits tant tenir compte de l’intérêt globale.

      C’est la question de la survie de l’espèce humaine et de toutes les espèces qu’il y a sur cette foutu planète qui est en jeu.

      Non mais putain de bordel de merde vous avez tous sombré dans la démence la plus totale. Vous êtes tous des égoïstes suicidaires. Et le pire c’est que vous vous en rendez même pas compte.

      Le peuple est relevé de son pouvoir décisionnel pour cause de crime programmé contre l’humanité ! Vous êtes relevé de votre commandement pour irresponsabilité.


    • Claude Simon Claude Simon 7 avril 2012 16:16

      Il n’y as pas nécessité de gouvernement global pour résoudre des problèmes climatiques. En tout les cas, c’est une déduction à éviter, non seulement pour des questions de respect des démocraties, mais également des différentes cultures.


    • lenormand 7 avril 2012 16:17

       D’accord.... Commençons par nous réunir et voter Dupont-Aignan !

      (pour info aux meeting de JLM on ... chante la marseillaise..)


    • Dupont Georges Dupont Georges 7 avril 2012 16:32

      SI nous arrivons à un point de non retour climatique, ce n’est certainement pas dans un gouvernement du Nouvel Ordre Mondial déconnecté de la souveraineté populaire que se trouve la solution, celui-ci n’étant intéressé que par ses propres profits financiers et ne comprendra jamais à temps qu’il nous mène droit dans le mur.


    • Dupont Georges Dupont Georges 7 avril 2012 16:36

      « pour info aux meeting de JLM on ... chante la marseillaise. »

      et alors ?

      et aussi l’internationale, et même le chiffon rouge.


    • Claude Simon Claude Simon 7 avril 2012 16:42

      " SI nous arrivons à un point de non retour climatique, ce n’est certainement pas dans un gouvernement du Nouvel Ordre Mondial déconnecté de la souveraineté populaire que se trouve la solution, celui-ci n’étant intéressé que par ses propres profits financiers et ne comprendra jamais à temps qu’il nous mène droit dans le mur."

      C’est clair, autant compter sur le FMI ou la BM pour combattre (eq aggraver) la misère.

    • mojique mojique 7 avril 2012 19:22

      « pour info aux meeting de JLM on ... chante la marseillaise. »

      C’est bien de donner sa voix à son gouru.


    • Susanoo ! Susanoo 7 avril 2012 19:38

      Vous racontez n’importe quoi.

      Quand je vois qu’on se tape 22°,1mois après un grand froid à -12°.

      Qu’on peut se balader en t-shirt avant 17h et que après il faut remettre son bonnet,son écharpe et sa veste d’hiver pour gérer la fin de journée.

      Moi j’ai pas souvenir que quand je suis arrivé en Europe ya 20ans ; on se tapait des délires pareilles.

      Les anomalies climatiques s’enchainent à vitesse grand V.

      Sans logique aucune.

      Il faut un gouvernement mondiale pour gérer de manière globale et efficace la situation afin de sauver ce qui peut encore être sauver.

      Votre retour en arrière, il n’en est pas question. JAMAIS.


    • Claude Simon Claude Simon 7 avril 2012 20:11

      Moi, ce que je sais, c’est qu’il y a plus de 50000 ans, les aborigènes ont cramé l’Australie en 2000 ans. Et ils sont toujours là.

      Rassurant, non ?

    • Zobi Aldo Rifort 7 avril 2012 22:09

      Susanoo, qu’est ce qu’un gouvernement peut faire pour arrêter une éruption volcanique ? Faire une taxe sur la lave ?


    • deovox 7 avril 2012 22:16

      @susanoo

      ce que vous dites est vrai. sauf que le climat et l’avenir de l’humanité sont les dernieres preoccupations des ordures qui mettent en place le NWO, persuadés qu’ils sont que leur poignon les mettra à l’abri de tout.


    • Claude Simon Claude Simon 7 avril 2012 22:28

      Susanoo, repeat after me : culpabiliser, prendre le pouvoir, taxer et profiter, allez


    • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 8 avril 2012 12:12

      Sur le climat : mefions-nous des solutions erronées a des problèmes réels.


      Par ailleurs, ce n’est pas la question de l’article. Il traitait d’un problème urgent qui nous concerne des aujourd’hui. 

      Le climat est un problème d’une importance capitale qui doit être traite de façon approfondie avec des données sérieuses et des gens compétents, pas avec des grands décideurs qui ne pensent qu’a leur carrière, leur pouvoir, leur argent, et leur peau. Et qui sont capables de créer un monde totalitaire pour pérenniser leurs privilèges.

  • Dominique TONIN Dominique TONIN 7 avril 2012 09:04

    Même si votre analyse, réaliste, fait froid dans le dos, elle est ce qui se profile à l’horizon et que bon nombre de nos concitoyens ne devinent pas et ignorent totalement. Au hasard des discussions que j’ai dans mon entourage, très peu de personnes savent ce que sont le NOM et le MES, et pourtant !

    Bcp vont se réveiller, mais trop tard, avec la gueule de bois !

    • appoline appoline 7 avril 2012 13:01

      Vous savez aussi bien que moi que quand le peuple est mis devant le fait accompli, il peut y avoir du rififi surtout quand il n’y a plus rien à bouffer. Et puis, les derniers gouvernements ont créé des têtes brûlées, notre belle jeunesse n’a pas froid aux yeux même si on dit beaucoup qu’elle n’a rien dans la tête ; 


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 7 avril 2012 09:52

    Bonjour,

     « Or les marchés financiers ne fonctionnent que grâce à ces financements de la BCE » Attends, on s’en tape des marchés financiers dans le fond de nos jardins, y zon ka planter eux mêmes leurs patates ces foutres de nazes... ! " 

    Les marchés financiers ne fonctionnent que grâce à la planche à billet au préalable dollar et désormais euro. Les marchés financiers sont du vent absolu, des grenouilles qui se prennent pour un bœuf, Adieu veau d’or, vache à lait, cochon de poulet, bulles de savon, et eau du bain, adieu monde cruel ! Vous chantier, hé bien dansez maintenant...et là dessus, je vous conseille : http://www.deezer.com/fr/search/pagny%20combien%20%C3%A7a%20va


    • appoline appoline 7 avril 2012 13:03

      Cela fait belles lurettes que la contrepartie en or n’existe plus donc, effectivement, le billet n’a que la valeur du papier et ça commence à brûler tout ça.


    • Le citoyen engagé Le citoyen engagé 7 avril 2012 13:41

      Je suis entièrement d’accord pour dire que les marchés financiers on s’en tape ! Le problème c’est qu’eux s’occupent de nous et veulent notre malheur c’est tout. Il faut en avoir conscience et s’armer contre ces fils de p....^^


  • Al West 7 avril 2012 11:14

    De façon tout à fait égoïste, je comptais sur un sursaut du peuple grec après l’adoption du Memorandum, pour initier une révolte populaire, les autres pays n’étant pas prêt à tout remettre en question.

    Mais voir que finalement il n’arrive pas à se séparer des banksters me désespère assez, parce que les Grecs sont à mon avis plus fiers et plus unis que les Français. Que se passera-t-il en France quand nous connaîtrons le même sort ? Surtout, que feront les forces de police ? Auront-elles le courage de se rebeller contre l’autorité du gouvernement comme ont essayé de les faire les grecques ? Je les vois mal dire « on en a marre de taper sur nos frères ! », car c’est exactement ce qu’ont dit les policiers grecs.

    Nous n’avons pas cet esprit en France...


  • Francis, agnotologue JL1 7 avril 2012 11:59

    Bof,

     la droite affolée par la perspective d’un score important de la gauche fait feu de tous bois.

    Cette attaque dont vous parlez, c’est pour faire peur à ceux qui tremblent pour leur fric.

    Dans votre joli schéma coloré il manque une chose : les dividendes et autres intérêts qui reviennent aux prêteurs, petits et gros. Si vous croyez qu’ils ont envie de tuer le veau d’or, vous êtes à coté des réalités.

    C’est vrai qu’un grand danger nous menace, et c’est pourquoi il faut que la population active reprenne la direction des affaires ; et pour cela, il y a la solution : un vote massif pour les forces vives du pays, la gauche de gauche ( et non pas à gauche de la gauche ) le Front de gauche.


    • Le citoyen engagé Le citoyen engagé 7 avril 2012 13:44

      Je ne suis pas d’accord avec vous personnellement. Je ne crois pas que ce soit la gauche qui doit gagner (celle qui va s’allier aux socio-libéraux ?) mais la France, le peuple français. C’est une logique différente, une vue différente qui demande que l’on passe au-dessus de ses intérêts particuliers et communautaires pour défendre l’intérêt général. Or on ne défendra pas l’intérêt général en restant soumis au diktat européen.

      A bon entendeur.


    • Francis, agnotologue JL1 7 avril 2012 15:04

      Qu’y a-t-il à « entendre » dans ce post ? Vous n’y exposez qu’une opinion personnelle !

      Si vous n’êtes pas de droite, alors laissez moi vous dire ceci : vous tenez le même discours que les curés et les libéraux : le bonheur c’est toujours pour demain : pour les uns c’est l’au delà, pour les autres, la main invisible y pourvoira et pour les révolutionnaires, ce sera le grand soir !

      Le peuple aujourd’hui est derrière Mélenchon et le FDG.


    • Al West 7 avril 2012 15:25

      Qu’est-ce que vous en savez de ce que pense le peuple ? Le peuple, ce n’est pas seulement l’ensemble de ceux qui se réunissent au meeting de votre héros. Et même à gauche, certains pensent que Mélenchon est un carambar : une envolée sucrée sur le moment, puis une blague à deux sous qui laisse un goût amer.


    • Dupont Georges Dupont Georges 7 avril 2012 16:45

      Si on doit sortir de l’Europe pour échapper aux NOM, il vaut mieux le faire par la gauche de la gauhce que par le droite extrême.

      Et si Mélenchon se dégonfle comme une baudruche, peu importe, c’est les idées de combats par la solidarité que sera imprimé dans la conscience collective, non celui par l’exclusion.


    • Le citoyen engagé Le citoyen engagé 7 avril 2012 17:28

      Je crois que vous prenez vos désirs pour des réalités. Malgré tout le populisme déployé par Mélenchon, et ses frères, je peux vous garantir que le peuple de France ne s’y laissera pas prendre. A quoi sert de voter pour cette gauche qui se rassemblera derrière le PS ensuite ? je crois que le peuple n’est pas dupe et ne veut pas de la gauche, il veut un projet patriote !


    • Dupont Georges Dupont Georges 7 avril 2012 18:13

      Manifestement on ne parle pas du même peuple. Je suis toulousain et je peux vous assurer que c’est bien le peuple qui était sur la place du capitole et autour vendredi, dans toute sa richesse et sa diversité. Et de mémoire de toulousain, on avait jamais vu ça, ou même quelque chose d’approchant.


    • lambda 7 avril 2012 19:20

      @ al west

      On peut se demander à qui va profiter l’envolée de Mélenchon - parfois il semble servir les intérets Sarkozistes et ce personnage est une énigme quand on décrypte sa carrière politique

       

       


    • deovox 7 avril 2012 22:22

      @ l’auteur

      quelle utopie vos belles idées sur le peuple de france. n’est-ce pas ce meme peuple qui a voté sarkosy il y a 5 ans ?


  • Acid World Acid World 7 avril 2012 12:08

    Exactement, la France est déjà attaquée dans une large mesure sur le plan de l’économie. La vie politique est aussi en bonne voie de soumission.


    Mais si je peux me permettre, avant de se faire peur sur cette horrible dictature qui nous arriverait sur le coin de la figure vers 2015, combattons déjà ce qui est déjà en place. Rien de tout cela n’est nouveau, ce n’est que la suite logique. On se fait coloniser par les Etats-Unis dans une sorte de complexe d’infériorité depuis 1945. La culture, le langage, la malbouffe... Vous espériez que la politique soit épargnée ?

    Une des choses les plus urgentes à faire : sortir de l’OTAN

    • Le citoyen engagé Le citoyen engagé 7 avril 2012 13:46

      La plus urgente est sortir de l’euro ! Ensuite tout le reste en découle. Mais on ne peut pas suivre un leader qui prétend sortir de l’Otan tout en approuvant la future guerre contre l’Iran ! Vous ne voyez pas la contradiction entre les discoirs et les actes ? Ne vous laissez pas manipuler par la lumière maçonnique qui vous détourne des vrais priorités qui vous concernent vous ! En tant qu’individu et en tant que peuple libre et souverain.


    • Claude Simon Claude Simon 7 avril 2012 16:01

      Changer de monnaie ne résoudra rien. Je vous rapelle que le franc fonctionnait avec les même règles monétaires que l’euro de la ratification du traité de Maastricht jusqu’à l’application de ce même traité.


      Or, la droite nationaliste de MLP est très peu disert sur les règles régulant le retour au franc, et c’est bel et bien là où son programme économique pèche.

      D’autant plus qu’un retour au franc amènerait à des attaques immédiates contre cette monnaie. Bref, la solution proposée par le FN prolonge le problème.

    • Le citoyen engagé Le citoyen engagé 7 avril 2012 17:30

      @ Daniel Simon

      Sortir de l’euro s’accompagne de revenir sur la loi de 1973 qui met l’argent public entre les mains des financiers privés. C’est là ce que ne veulent pas voir les bobos gauchos.


    • Claude Simon Claude Simon 7 avril 2012 18:11
      Inutile de déformer mon prénom, sauf à vous confirmer en sectaire du F. Haine.

      Merci pour ce rappel. Mais revenir sur la loi de 73 ne suffit pas. Il faut préalablement définir l’utilisation publique qu’il en sera fait, ainsi que les règles de déontologie. Les risques de ce pouvoir régalien sont supérieurs à celui de l’époque du Gold Exchange Standard.

      Mais sans doute avez-vous une idée plus précise de l’emploi de l’outil monétaire dans un gouvernement frontiste que l’information que j’ai à disposition ?



  • Tall 7 avril 2012 13:27

    Diagnostic exact.

    Et c’est justement ce que Melenchon veut combattre frontalement avec sa 6e république.
    Si Melenchon est élu, il organisera ( entre autre ) 2 referendums populaires :
    - un pour savoir si la France accepte encore l’autorité de l’UE sur son budget national
    - un pour savoir si la France accepte encore l’autorité de l’Otan sur sa défense nationale

    Le programme détaillé du Front de Gauche est téléchargeable ici


    • Le citoyen engagé Le citoyen engagé 7 avril 2012 13:53

      Bien sûr que le diagnostic est exact mais le remède du FdG n’est pas le bon ! Ce n’est pas en continuant encore plus la république que l’on créer une meilleure démocratie ! La république s’est érigée contre le pouvoir souverain du peuple il faut en prendre conscience. C’est la continuité d’un pouvoir autoritaire par d’autres moyens.

      Démocratie a été inventée par les grecs et veut dire pouvoir du peuple. Direct !
      La république est inventée par les romains et veut dire qu’un groupe est chargé de représenter les attentes du peuple. Or ce groupe intermédiaire fera plus facilement le vouloir des puissants qui le payent que celui du peuple qui n’a rien à offrir. la république est une corruption de la démocratie et la, VI ème république en sera le couvercle final puisqu’elle entend donner TOUT le pouvoir aux intermédiaires en supprimant le seul lien direct avec le peuple qui était la possibilité de voter pour UN Leader chargé de le représenter.

      Or donc améliorer la démocratie consisterait plutôt à fixer de nouvelles règles pour exiger que le programme débité par le leader élu soit celui qu’il applique et il devra rendre des comptes chaque année devant le peuple sinon il est démis. C’est plus facile de contrôler une personne et son équipe, qu’une multitude de parlementaire soumis à toutes pressions occultes.

      Non à la république ! Vive la Nation !

      PS : Ne vous laissez pas aveugler par la lumière de la franc-maçonnerie vous allez y perdre votre âme lorsque celui-ci rejoindra ses frères socio-libéraux pour faire une politique européiste...


    • Tall 7 avril 2012 14:08

      vous vous trompez complètement sur Melenchon et son programme

      il veut rendre la souveraineté de la France au peuple français dans tous les domaines vitaux : économie, défense, etc ...



  • paillekann 7 avril 2012 14:19

    Parlez le langage du pouvoir et le pouvoir a déjà gagné.
    Choisir des notions comme « la finance », « le nouvel ordre mondial », « le capitalisme », « la mondialisation », c’est choisir des adversaires sans visages.
    C’est le meilleur moyen de se placer devant l’impuissance et donc la souffrance. C’est le meilleur moyen pour devenir cynique et violent. C’est le meilleur moyen qu’ont trouvé ceux qui sont au pouvoir pour faire de vous des esclaves dociles.
    En jouant sur les peurs, les fantasmes, ils externalisent les causes et déresponsabilisent les citoyens. Voilà qu’ils peuvent s’adonner à leurs petites affaires.
    En réalité, l’État est intimement lié à la notion de marché et nous pouvons reprendre la main en commençant par s’engager chacun à notre niveau.


  • phil_lipp 7 avril 2012 15:09

    Lorsqu’elle a été dégradée par S&P en janvier 2012, l’Autriche a réagi en indiquant qu’elle allait à présent s’organiser pour ne plus être dépendante des marchés.


    Evidemment ça parait absurde. C’est tellement plus simple de critiquer les « marchés » pour ensuite leur demander une rallonge...



  • mortelune mortelune 7 avril 2012 15:28
    >« Mélenchon...veut vous faire croire encore qu’il est possible de changer d’Europe alors que la soumission finale est à l’ordre du jour ! »
    Vous en savez quoi des intentions de Melenchon ? 
    >« Il faut donc, et vite, sortir de l’euro puis de l’UE »
    Ca se n’est pas tiré du programme de la blonde avec une tête de poison heuu ! de poisson ?
    Ce texte sent mauvais le front national. Le FN ne vaut pas mieux que Sarko est sa bande d’esclaves. Ils ont les mêmes maitres ; Rockefeller, Rothschild et autres membres de la trilatérale et Bilderberg. Le FN est la voiture ballai de ces gens dont le but est de ramasser les trainards écervelés de la société, les fachos, les racistes pour les opposer à ceux qui réfléchissent.
    Le FN se nourrit de la peur des gens pleutres. Il ne se nourrit pas de la fleur de l’arbre il se nourrit de la termite qui ronge le tronc. Il se nourrit de ce qui est la bassesse de l’homme et non de sa grandeur. Bref ! stop parler du FN s’il vous plait ce n’est vraiment pas le moment.
    Le Fn n’a jamais rien fait pour les ouvriers et je suis surprise de voir quelques gens voter pour ce parti uniquement sur la base de la haine raciale et d’un nationaliste au raz des pâquerettes. Tout ça pour le seul profit de quelques milliardaires sans doute mis à l’écart de la mondialisation par des gens encore plus riches et encore plus dévoyés. 
    Que fait le FN quand les travailleurs descendent dans la rue pour défendre les droits acquis ?
    Perso je m’en fiche de savoir ce qu’il va se passer dans 2 ans, 10 ans, 1 siècle car la vie n’est certainement pas linéaire et je n’aime pas les prédicateurs. Pour moi seul compte le moment présent, et pour l’instant on nous enfume avec une politique anti-sociale et à grand coup de prédictions plus noires que l’encre. La peur ! la peur ! la peur ! Toujours la peur ! STOP ! Parlez-nous un autre langage s’il vous plait, nous ne sommes pas des veaux...


    • mortelune mortelune 7 avril 2012 15:36

      @ Citoyen engagé,

      Pardon pour on empressement à vous dire que votre article et trop sombre et sans altérnative et qu’il ressemble fort au discours du FN. Je suis moi aussi contre ce ’nouvel ordre mondial’ qui tend à se mettre en place. Les jeux n’étant pas fait pour le moment. Je suis moi aussi contre cette europe de voyous anti-démocratique. Je n’aime sans doute pas moins que vous le système bancaire actuel mais suis largement pour une europe sociale basée sur des valeurs humaines et une monnaie unique. 

    • Le citoyen engagé Le citoyen engagé 7 avril 2012 17:33

      Et bien voilà c’est là où on diverge. Moi je ne crois nullement en un état supranational comme l’est l’UE. Je ne crois donc pas que l’on pourra changer d’Europe puisque celle-ci est basée sur des fondations libérales.
      Moi je suis vraiment pour la souveraineté du peuple et donc pour la souveraineté nationale c’est une évidence. Ce que Mélenchon ne vous proposera pas parce que lui, et les communistes, roulent pour l’internationalisme et contre la souveraineté des peuples.


    • Francis, agnotologue JL1 7 avril 2012 17:41

      Pfff !

      l’auteur qui écrit ci-dessus : « Moi je suis vraiment pour la souveraineté du peuple et donc pour la souveraineté nationale c’est une évidence. »

      est le même que celui qui a écrit plus haut : « Non à la république ! Vive la Nation ! » et dans son CV : « je suis un socialiste français ».

      Disant n’importequoi, tout et son contraire, il ne mérite pas qu’on s’y attarde.


    • mortelune mortelune 8 avril 2012 04:18

      @ citoyen

      « Je ne crois donc pas que l’on pourra changer d’Europe puisque celle-ci est basée sur des fondations libérales. »
      >Il n’y a pourtant pas grand chose à changer dans cette europe qui nous est offerte pieds et points liés. Mettre par terre le système bancaire européen, bouter les financiers hors des frontières de l’europe. S’approprier un système réellement démocratique européen.

      « Moi je suis vraiment pour la souveraineté du peuple et donc pour la souveraineté nationale c’est une évidence »
      >La souveraineté du peuple n’a rien à souffrir d’un europe populaire bien au contraire. Pour ce qui concerne la nation, pardon je ne peux rien dire car je ne suis pas nationaliste et encore moins « national socialiste ». En élargissant le débat il est évident que la nation France a été construire sur la base de royaumes. ce que vous défendez donc aujourd’hui vous l’auriez combattu il y a quelques siècles non ?

    • Le citoyen engagé Le citoyen engagé 8 avril 2012 12:08

      @ JL1

      Oui excusez-moi d’être monter à un tel niveau de compréhension politique que vous ne puissiez plus suivre. Je vais donc essayer de m’expliquer avec des mots simples pour ne pas trop vous embrouiller.

      Le socialisme c’est la souveraineté du peuple. Oui ? Or le socialisme ne peut que s’exercer dans un cadre national entre des citoyens issus d’une même culture puisqu’au niveau mondial ce n’est pas l’humain et son bien-être la valeur absolue mais l’argent et son enrichissement. Oui ? Donc si je veux le socialisme (service publics pour tous, sécurité sociale, progressions salariale,défense de la retraite par répartition,etc...) je ne peux être aussi que nationaliste. Et oui je sais que ça me compare à Hitler mais c’est fait pour ça. L’histoire a été écrite pour que toute idée socialiste véritable, c’est-à-dire l’humanisme, soit interdite. On vous maintient dans un choix débile qui est entre le libéralisme mondialiste et le communisme internationaliste parce que tous les deux ont la même finalité : un gouvernement mondial. L’un de la finance l’autre des travailleurs. Qui de sensé peut encore y croire ? Personne alors c’est bien pour cela que ces deux idéologies se sont accaparées l’idéalisme humaniste d’un monde sans frontières pour vous faire accepter par la force ce nouvel ordre mondial.

      Ce projet est donc contre la souveraineté des peuples lorsqu’on l’analyse simplement. La république veut de moins en moins de démocratie. Sarkozy ne veut plus de référendum et Papandréou s’est fait éjecter pour l’avoir proposé. Cela ne vous choque pas ? moi oui. Donc pour lutter contre cette dérive anti-démocratique ( pouvoir du peuple) il faut lutter contre la république (res publica, la chose publique déléguée à des intermédiaires) et revenir à la nation (souveraineté du peuple). Cela me semble clair et évident. Mais bien entendu je vais à l’encontre de la propagande, je le sais, et Marine Le Pen le sait aussi.

      Marine Le Pen : « Mélenchon trahit le peuple »

      Maintenant que vous m’avez compris, du moins je le pense, alors je suis prêt à répondre à un débat de fond.


    • Francis, agnotologue JL1 9 avril 2012 08:56

      citoyen,

      de nous deux, je crois que le petit esprit c’est vous. Je note qu’à défaut de pouvoir nier vos contradictions que j’ai mises en évidence, vous me répondez par l’injure. Passons.

      Vous dites ici : « Le socialisme c’est la souveraineté du peuple ».

      Vous ne savez pas ce qu’est le socialisme que vous confondez avec la démocratie. Et contrairement à ce que vous en concluez, le pb ne vient pas de ce que le socialisme ne pourrait s’exercer que dans un cadre restreint national, mais vient de ce que c’est la démocratie qui ne peut être extra territoriale : plus le territoire est vaste et plus la démocratie est diluée.

      Vous confondez tous les concepts : république et conspiration planétaire, socialisme et démocratie, ...

      « C’est la forme la plus exquise du comportement politicien, qui consiste à utiliser un fait vrai pour en faire un mensonge. » (René Barjavel)

      Si Le Pen fait un constat juste, en revanche, elle en tire des conclusions erronées et fallacieuses. (mensongères, si vous préférez)

      Et vous, vous dites n’importe quoi dans votre charabia. Avant de répondre à ce post, je vous conseille de lire ma présentation dans ma page auteur, ça vous évitera peut-être la sottise de vouloir me donner des leçons. Quoique ...

      Si vous ne faites pas preuve de plus de bon sens et de réalisme dans votre prochain post, je ne vous répondrai pas : on perd toujours son temps à accorder trop d’importance à qui n’en mérite pas.


    • Francis, agnotologue JL1 9 avril 2012 18:50

      Au delà de l’intérêt médiocre de ce qu’écrit le personnage qui se désigne lui-même par « citoyen-engagé », je voudrais rebondir sur cette étrange confusion qu’il fait entre socialisme, démocratie et république, parce qu’elle évoque ce que Jean-Claude Michéa écrit dans son ouvrage « L’empire du moindre mal », je cite :

      « Alain-Gérard Slama a écrit (Figaro magazine, 6/1/07) que « les deux valeurs cardinales sur lesquelles repose la démocratie sont la liberté et la croissance ». C’est (poursuit (JC Michéa) une définition parfaite du libéralisme ! A ceci près bien sûr, qu’AGS prend soin d’appeler « démocratie « ce qui n’est en réalité que le système libéral afin de se plier aux exigences définies par les « ateliers sémantiques » modernes (c’est ainsi qu’on désigne aux US les officines chargées d’imposer au grand public, à travers le contrôle des médias , l’usage des mots le plus conforme aux besoins des classes dirigeantes). Ce tour de passe passe, devenu habituel, autorise naturellement toute une série de décalages très utiles. Si en effet, le mot ‘démocratie’ doit être affecté à présent à la seule définition du libéralisme, il faut nécessairement un terme nouveau pour désigner ce gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple où chacun voyait encore il y a peu, l’essence même de la démocratie. Ce nouveau terme choisi par les ateliers sémantiques, sera celui de ‘populisme’. Il suffit dès lors d’assimiler le populisme (au mépris de toute connaissance historique élémentaire) à une variante perverse du fascisme classique, pour que tous les effets désirables s’enchaînent avec une facilité déconcertante. » (pp85)

      De sorte que ce que les libéraux désignent par populisme (la démocratie, la vraie), est ce que citoyen-engagé désigne ici par socialisme ! Et par ce tour de magie qui n’aveugle que lui-même, il réussit à dire, un comble : je suis un socialiste français ennemi de la république !

      Comme toujours avec les obscurantistes et les ânes, il n’y a rien à comprendre.


    • Francis, agnotologue JL1 9 avril 2012 18:55

      Nous retiendrons de tout cela que citoyen engagé est un ennemi de la République, qu’il se fait passer pour ce qu’il n’est pas, à savoir, socialiste ; et qui ne dit pas ce qu’il est, à savoir un national-frontiste. On n’est pas loin de national-socialist, hein ?


    • Le citoyen engagé Le citoyen engagé 9 avril 2012 19:15

      @ JL1

      Exactement ! Je suis un socialiste donc un patriote, un nationaliste c’est une évidence. C’est construit ensemble comme je vouqs l’ai déjà dit. Si on veut une société socialiste elle ne peut se construire que dans un cadre national puisque le mondialisme, la démocratie, la république, comme vous le dites si bien est libéralisme !

      Moi, à la différence de vous, je vais jusqu’au bout de ma logique alors que vous vous arrêtez en chemin parce qu’au fond e vous ne voulez pas la souveraineté du peuple français que vous voyez comme étant dangereuse. Moi je suis un populiste un vrai, je défends la souveraineté du peuple français comme je l’encourage pour tous les autres peuples du monde. Je suis contre l’esclavage mondialiste faite au nom du libéralisme. Un esclavage mondial qui s’appuie sur l’ultracapitalisme mondialiste et l’internationalisme communiste pour arriver au résulta final : la destruction de la souveraineté des peuples.

      C’est cela que j’essaye de vous expliquer en tant qu’esprit libre et non prisonnier de dogmes idéologiques, philosophiques ou religieux.


    • Francis, agnotologue JL1 9 avril 2012 19:30

      citoyen,

      comme A-G Slama vous mélangez tout : mondialisme, démocratie, république, libéralisme !

      Lui, c’est sciemment. Vous je ne sais pas.


    • Le citoyen engagé Le citoyen engagé 9 avril 2012 21:23

      @ JL1

      Je ne mélange pas tout j’essaye de vous expliquer que tout est lié et que nous ne vivons ni dans une démocratie ni dans une république bien au contraire.


    • Francis, agnotologue JL1 10 avril 2012 08:47

      citoyen-engagé,

      notre république est en bout de course, et c’est pourquoi il en faut une neuve, c’est ce que fera JL Mélenchon. La démocratie est perfectible, et passe par la formation des citoyens : cela se fait prioritairement en nomment correctement les choses.

      Sur ce dernier point, le libéralisme, Sarkozy et Le Pen brouillent les cartes, les mots les concepts. Pour les deux premiers, je crois savoir que je n’ai pas besoin de vous l’apprendre. ’Pour ce qui concerne Le Pen, c’est ce que j’essaie de vous démontrer ici, vous qui portez son discours.

      Je ne crois pas me tromper si je dis que vous êtes jeune ; les jeunes ont reproché aux vieux d’avoir fait élire Sarkozy ? Savez vous que la première intention de vote chez les jeunes, c’est le FN ?

      Vous êtes tout le contraire d’un socialiste, c’est clair, puisque le socialisme est inséparable de la république. Question : si vous êtes anti-républicain, qu’est-ce que vous espérez comme gouvernement ? Un roi ? Un dictateur ? L’anarchie ? L’ultra-libéralisme ?


    • Le citoyen engagé Le citoyen engagé 10 avril 2012 13:45

      @ JL1

      Oui les jeunes se tournent vers celle qui défend les racines de la France et c’est une bonne chose. Ca montre que la propagande impériale américaine n’a pas réussi à pénétrer les esprits.

      Vous vous devez être assez âgé je pense, je me trompe ? En général c’est à cet âge que l’on tombe dans le réactionnaire.
      La république n’est pas une démocratie et vous avez du mal à le comprendre. Demos cratie pouvoir du peuple, res publica chose publique confiée à des intermédiaires. Ce que veut faire Mélenchon c’est renforcer le pouvoir des intermédiaires que sont les parlementaires donc affaiblir toujours plus la démocratie ! Car les parlementaires feront toujours la politique pour les puissants et non pour le peuple. C’est d’ailleurs pour cela que ceux qui sont au pouvoir n’entendent pas changer.

      Je suis pour un leader, un projet, une équipe. Tout cela lié ensemble sur un contrat devant la nation avec obligation de rendre des comptes chaque année sur l’avancée du projet. Avec un contrôle sur l’enrichissement, la corruption etc...des contre-pouvoirs renforcés. Je crois que les peuples ont encore envie de s’en remettre à une personnalité pour diriger leur vie MAIS avec un pouvoir de contrôle. Je suis pour une démocratie directe.

      Vous ne semblez pas savoir ce qu’est le socialisme véritable qui est un humanisme véritable. C’est mon ambition. Je ne parle pas du socialisme dévoyé par le communisme.


    • Francis, agnotologue JL1 10 avril 2012 14:54

      « Je suis pour un leader, un projet, une équipe » (citoyen engagé, hem)

      ça me rappelle : « Ein volk, ein Reich, ein führer » !

      Rideaux ! Je ne disute pas avec les forcenés.


  • Claude Simon Claude Simon 7 avril 2012 15:45

    " Le 7 mai la France sera attaquée par les marchés financiers.«  

    Vrai ? La finance n’accepte qu’un gouvernement de droite de type Pinochet ou une démocratie avec alternance droite-droite ?
    La réplique est prête : on ne paye plus les intérêts de la dette le 8.

     »Notre seule chance de survie dans le chaos qui se prépare est donc de nous fermer aux injonctions venant de l’Europe et de retrouver notre souveraineté économique et financière. Il faut donc, et vite, sortir de l’euro puis de l’UE"
    Mais non, on ressort la planche à billets en euros pour financer nos déficits sociaux à la barbe d’Angela, et tout va bien, inutile de s’embarasser d’un bras de fer avec Germaine.

    • Dupont Georges Dupont Georges 7 avril 2012 17:02

      N’est-il pas plutôt possible de garder l’euro et de retourner l’arme à notre profit. Cette monnaie étant européenne, sera bien plus difficile à attaquer qu’un nouveau franc car les conséquences seraient bien plus conséquentes.


    • Claude Simon Claude Simon 7 avril 2012 17:58

      C’est ce que je propose. Conserver l’humanisme français en préservant notre modèle social et en mettant en échec toute manipulation des places financières : plutôt la mort du rentier et du financier que la mort de notre système social. L’Allemagne, dont nous sommes le premier marché, peut bien y voir ses intérêts à nous regarder défendre les nôtres.

      D’ailleurs, il semble que l’Espagne de Rajoy va nous devancer dans les faits (à vérifier), et ils ont raison de ne pas sacrifier leur intérêt national à la doxha bruxelloise.

      Par ailleurs, j’aurais tendance à dire que tout projet de NOM ou toute rébellion contre celui-çi est vain car en dernier ressort, le citoyen et l’état-nation sera souverain (par exemple : la Chine et les émissions de CO2).

    • Dupont Georges Dupont Georges 7 avril 2012 18:16

      Pardon, j’avais du rater les guillemets dans votre commentaire, et prendre votre dernière phrase pour de la mauvaise ironie.


    • Claude Simon Claude Simon 7 avril 2012 19:31

      Si c’est pour conforter les conflits d’intérêts entre milieu médical et industrie pharmaceutique, l’outil monétaire est de l’ironie ou plutôt du cynisme, évidemment.


  • aliante 7 avril 2012 17:03

    rejoignez l’Upr de François Asselineau seul parti anti systeme
    sortir de l’Europe
    sortir de l’euro
    sortir de l’otan
    voir son programme sur Upr.fr
    parti anti nouvel ordre mondial anti système
    qui a été censuré par les médias pour l’empêcher d’obtenir ses 500 parrainages
    à cause des ambitions à courts termes des maires completement peureux de soutenir la France au lieu de soutenir des subventions que leur agitent l’umps à qui se couchent le mieux 


    • Dupont Georges Dupont Georges 7 avril 2012 18:29

      J’ ai voulu m’intéresser mais franchement faut avoir envie.

      Pour commencer ce serai sympa de donner la bonne adresse:ensuite un lien plus visible pour trouver le programme aiderait à ne pas se décourager. Et là, une synthèse écrite serai sympathique parce que se taper une vingtaine de vidéo d’une demi-heure, non merci.

      Ok, on trouve facillement le fameux triptyque pour sortir de l’euro, l’Europe et l’otan, mais désolé, c’est un peu juste pour que les gens s’intéressent.


  • aliante 7 avril 2012 17:12

    L’euro c’est une foutaise ,pourquoi les grecs qui ont de l’épargne en euro le délocalise en Allemagne devinez pourquoi ?parceque l’euro en Grece à la valeur de la Drak Grecs placé en banque c’est une créance grecque ,en Allemagne c’est une créance allemande du deutsh-Mark
    et en France derrière l’euro il y a le Franc ,la monnaie européenne n’existe pas
    c’est une monnaie commune avec un taux de change fixe ,il faut arrêter de vendre la soupe à l’euro cette monnaie virtuelle et sans âmes
    et elle a détruit toutes les économies en dehors de l’Allemagne il n’y a qu’à écouter les dernières déclarations du ministre tchèque


    • Dupont Georges Dupont Georges 7 avril 2012 18:38

      L’euro n’est qu’un outil. Il faut commencer par chercher l’utiliser de la bonne manière en tentant de convaincre les européens (la colère des peuples est énorme et le prestige de la France est toujours vivant. Si nous prenons la bonne direction, d’autres nous suivront ; il ne faut pas être pessimiste) et seulement si cette stratégie est mise en échec l’abandonner et sortir de l’Euro.
       
      Mais j’aimerai bien savoir alors comment on pourrait alors protéger le franc des attaques financières.
      S’empresser de sortir de l’Euro n’est aucunement une solution si on ne change pas préalablement les rapports de force dans le système.


    • Le citoyen engagé Le citoyen engagé 7 avril 2012 20:04

      @ Dupont Georges

      Il n’y a que 17 pays dans le monde qui ont une monnaie commune ! C’est une hérésie historique, économique, monétaire et financier, car cela veut dire que nous remettons la souveraineté de nos outils entre les mains de la BCE, donc des financiers européens, ou US comme Mario Draghi, qui ne géreront que par leur profit et non pour celui des peuples.

      Il faut arrêter d’être idiot quand même ! A croire que le peuple français est complétement chloroformé par la propagande libérale. Réveil ! Avant qu’on ne finisse comme les Grecs et les autres...


    • Dupont Georges Dupont Georges 7 avril 2012 20:41

      Vous ne m’avez pas compris, où bien faites semblant. Je ne propose pas mettre notre monnaie entre les mains d’une banque centrale soumis aux diktats des marchés financiers mais aux peuples européens, qui doivent prendre leur destin en main, ensemble en renversant l’oligarchie et reprenant le pouvoir.
      Je ne crois pas que l’intérêt de la France soit de se replier dans son coin. Seuls nous ne pourront jamais résister à la (ré)pression de l’oligarchie. Et e vous en déplaise, cela est possible, le mouvement n’est pas seulement français, mais déjà européens.

      « En Europe la vague Mélenchon intrigue et séduit » par Lizza Fabian sur Rue89 :

      http://www.rue89.com/rue89-presidentielle/2012/04/07/en-europe-la-vague-melenchon-intrigue-et-seduit-230929


    • Le citoyen engagé Le citoyen engagé 7 avril 2012 21:07

      Le mouvement est mondial puisque c’est une attaque mondiale que l’on nomme mondialisation. Mais c’est utopique de croire qu’une fois renversé l’oligarchie les peuples d’Europe vont s’entendre pour gérer une monnaie, une économie, la finance etc...La priorité est donc que les peuples reprennent leur souveraineté nationale, ensuite on reconstruit sur la COOPERATION et non plus sur la CONCURRENCE.

      Il faut inventer un nouveau modèle mais pour cela il faut déjà sortir de celui-là pour le casser véritablement.


  • Parrison Parrison 7 avril 2012 20:08


    Ecoutez les conférences de Christian Saint Etienne... économiste.

    Je pense qu’il serait temps d’écouter les « experts » en la matière. Très souvent invité dans l’émission de Yves Calvi « C dans l’air » sur les questions économiques, M. Saint Etienne tient des propos argumentés et convaincants dans un langage à la portée de tous - seule condition pour ne pas s’endormir c’est d’aimer décrypter les rouages de l’économie mondiale - mais on est vite captivé par cet homme qui propose des solutions dont nos candidats feraient bien de s’inspirer pour nous sortir de cet imbroglio politico-financier si complexe et si démesuré que l’on ne sait plus par quel bout le prendre tant chaque « propositon » faite par nos candidats ressemble à une fêtu de paille sur la mer déchainée, que l’on retrouve toujours balloté au gré des vents un peu plus tard...

    Vidéos à consommer sans modération et surtout pour y comprendre plus sur la crise que nous traversons...

    Ecoutez les conférences de Christian Saint Etienne... économiste.

    Je pense qu’il serait temps d’écouter les « experts » en la matière. Très souvent invité dans l’émission de Yves Calvi « C dans l’air » sur les questions économiques, M. Saint Etienne tient des propos argumentés et convaincants dans un langage à la portée de tous - seule condition pour ne pas s’endormir c’est d’aimer décrypter les rouages de l’économie mondiale - mais on est vite captivé par cet homme qui propose des solutions dont nos candidats feraient bien de s’inspirer pour nous sortir de cet imbroglio politico-financier si complexe et si démesuré que l’on ne sait plus par quel bout le prendre tant chaque « propositon » faite par nos candidats ressemble à une fêtu de paille sur la mer déchainée, que l’on retrouve toujours balloté au gré des vents un peu plus tard...

    Vidéos à consommer sans modération et surtout pour y comprendre plus sur la crise que nous traversons...





  • onvalefaire onvalefaire 7 avril 2012 20:18

    La France sera attaquée....

     et nous RESISTERONS !!!!


    • CARAMELOS CARAMELOS 7 avril 2012 22:01

      Je partage et c’est une donnée qui n’a pas été totalement intégrée par les « grands stratèges » du futur barnum mondial .Personnelemnt je n’y crois pas .
       Il y a trop d’inconnues, notamment sur le plan humain , sur l’environnement et les données écologiques lesquelles présentent véritablement de vraies menaces. A suive !


  • Dominique TONIN Dominique TONIN 7 avril 2012 21:13

    Le problème, les amis, c’est que comme en 1789, il va falloir ressortir les bâtons et les fourches et monter à Paris pour tous les déloger ! Car en face, ils tiennent à leur places et leurs privilèges, et dire qu’ils sont bien en place est un euphémisme !

    Au passage, il faudra « dézinguer » les médias aux ordres.
    Alors, après avoir repris les manettes, le peuple pourra réinventer la démocratie ! LA VRAIE !

  • aliante 7 avril 2012 22:16


    il ne faut pas attendre d’etre à genoux pour s’enfuir ,l’ex economiste du Fmi Stiglitz a dit que celui qui sortirait de l’euro le premier aurait le plus de chance de s’en sortir
    l’euro va de toutes façon exploser aucun monnaie plurinationale n’a tenu dans l’histoire
    une monnaie est rattachée à un peuple ,à une souveraineté et à une histoire c’est ainsi


  • Lorelei Lorelei 9 avril 2012 14:43

    L’ue et l’euro actuel sont le fait de rockfeller rotschild et compagnie ces types sont les grands criminels de la terre ils sont derrière tous les crimes, les guerres, la destruction de la santé, la nature, ils sont même derrière l’arnaque qu’est le changement climatique, et à partir de là tant que les citoyens ne demanderont pas que l’on enquete sur ses gens, on aura des problemes...

    De plus les financiers les banksters ont fait une déclaration de guerre et je me demande depuis quand face à une déclaration de guerre on se prosterne, et les politiques le font car ils sont les representants de ses criminels


Réagir