samedi 7 mai 2011 - par Taverne

La jeunesse, un atout gâché

« Neuf Français sur dix » approuvent l’affirmation que « les jeunes sont un atout pour la société ». Mais les clichés négatifs sur la jeunesse ont la vie dure. La France compte 6,5 millions d’électeurs de moins de 26 ans. Beaucoup sont dégoûtés de la politique et ne votent pas. Les inégalités sociales intragénérationnelles criantes dans le domaine de l’insertion professionnelle ne font que se creuser davantage et cela n’est pas un facteur de retour sur le chemin des urnes.

C’est une enquête de l’Observatoire de la jeunesse solidaire, publiée par l’association de la fondation étudiante pour la ville (AFEV), qui le dit : la jeunesse est un atout pour la société. Pourtant, on a l’impression que cet atout national est gâché.

« Neuf Français sur dix » approuvent l’affirmation que « les jeunes sont un atout pour la société »

Les moyens de la Protection Judiciaire de la Jeunesse sont supprimés par l’Etat, délégués sans le dire aux département qui, hélas croulant sous les dettes, ne peuvent y faire face. C’est grave parce que souvent les jeunes qui dépendaient de la PJJ étaient des jeunes en grandes difficultés familiales et sociale (certains anciens du service de l’aide à l’enfance, des primo-délinquants que l’on remettait dans le droit chemin, des paumés que l’on soustrayait au destin de SDF…).

Une lueur d’espoir est apparue avec le RSA jeunes. Malheureusement, le gouvernement y a mis des conditions tellement draconniennes que peu de jeunes sont éligibles à ce minima vital. Il est difficile d’apporter la preuve demandée de deux années de travail sur les trois années écoulées.

De plus en plus de jeunes à la rue

La FNARS (Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale) tire un « constat alarmant ». Dans son enquête sur les jeunes de 18 à 24 ans sans-abri, enquête portant sur 15 départements, elle montre « l’insuffisance de protection des jeunes sans-abri est loin d’être une exception francilienne. Le problème s’observe aussi bien en zone rurale qu’en zone urbaine« . En 2010, 20% des demandeurs d’hébergement sont des jeunes de cette classe d’âge. Soit 4.550 jeunes qui ont demandé un hébergement au 115 en 2010. Souvent des hommes (71%), célibataires (72%). 17% ont même la charge d’enfants. La rupture est le premier facteur de ces situations de détresse : rupture familiale, départ du département ou pays d’origine. Si dans 85% des cas, la demande d’hébergement aboutit, des refus d’attribution d’hébergement sont signifiés essentiellement pour cause d’absence de places disponibles au moment de l’appel. Un tiers des demandeurs renonce à aller jusqu’au bout de la démarche. C’est beaucoup, c’est trop !

Des jeunes pénalisés plutôt qu’aidés

Le législateur ne souhaite pas étendre le dispositif du RSA jeunes qui pourtant serait une réponse possible au risque de marginalisation en intervenant sitôt qu’un jeune se retrouve à la rue. Parce que malheureusement la suite on la connaît : une fois à la rue, il est difficile de se resocialiser et cela produit des SDF à vie (courte !).

Pas de RSA, plus de crédits pour la PJJ. Mais ce n’est pas tout, on pénalise en plus les jeunes. Le service civique remporte un certain succès mais globalement les mesures d’insertion et de lutte contre la précarité sont un marqueur négatif pour leurs « clients ». Cela fait moins bien sur un CV qu’un diplôme, une formation ou une expérience professionnelle. Alors, bien sûr, il y a aussi les internats d’excellence mais c’est réservé à une petite élite seulement. La plupart de jeunes commencent leur vie d’adultes sous un fardeau de handicaps : chômage important, vie chère, coût exorbitant des loyers, marqueurs négatifs, aides parcellaires et insuffisantes.

A tout cela s’ajoute l’effet démobilisateur du travail actuellement. Comme le fait remarquer Robert Rochefort, député européen et vice-président du MoDem, « en ayant favorisé l’envol des très hautes rémunérations, Nicolas Sarkozy a contribué à la désespérance des Français vis-à-vis de l’effort« . Face à tous les handicaps précités et, au vu des revenus formidables des plus riches constamment encouragés par le gouvernement de manière sonnante et trébuchante, comment voulez-vous inculquer le sens de l’effort ? Comment ne pas avoir envie parfois de baisser les bras ?

Dans son bilan dont il vante actuellement le succès, le gouvernement parlera sans doute de ses fameux Grenelles. Mais la réforme du financement de l’IAE (insertion par l’activité économique), prévue par la loi de 2008 généralisant le RSA, piétine. C’est même le dernier chantier de ce Grenelle resté en suspens ! Il y a eu 40 pactes conclus, nous serine-t-on comme une victoire. Mais les crédits manquent. C’est dire si le président de riches s’en fiche totalement ! Le 26 mai se tiendra une journée sur l’IAE à l’Assemblée nationale pour mieux faire connaître ce secteur qui souffre d’un déficit d’image. Il ne faut rien en attendre…

Les contrats aidés ont été drastiquement réduits au budget primitif avant d’être remis à leur niveau antérieur lors d’une annonce du président faisant passer ce rétablissement de crédits supprimés pour une mesure nouvelle, supplémentaire, avec beaucoup d’effet lors de son intervention télévisée. Une sorte de « parce que je le veux bien ! » Les missions locales, si nécessaires, sont dans le collimateur de Xavier Bertrand, l’éducation nationale perd ses effectifs sous l’effet de couperet d’une stupide logique de quotas. La politique d’emploi des jeunes est quasi inexistante (le taux de chômage des jeunes de 18 – 24 ans a augmenté de 2,5 points entre 2002 et 2008).

La jeunesse de France est décidément un atout reconnu par tous mais gâché.



20 réactions


  • L'enfoiré L’enfoiré 7 mai 2011 09:03

    « Neuf Français sur dix » approuvent l’affirmation que « les jeunes sont un atout pour la société »."
    Voilà un Belge de plus. 
     smiley


    • Taverne Taverne 7 mai 2011 19:26

      Il est vrai que la question du sondage est un peu stupide : « Pensez-vous que les jeunes sont un atout pour la société ? ». 1 sur 10 : »non, moi je trouve que c’est un fardeau. Les jeunes puent du cul !" smiley


    • noop noop 8 mai 2011 10:53

      Avant d’être un atout, ils sont surtout l’avenir.
       Il sont ceux qui vont se coltiner le futur que leurs parents et grands parents leur ont préparé.


    • jpm jpm 9 mai 2011 08:42

      Bravo Taverne, tres bel article. Votre exemple des jeunes montre bien qu’il ne faut laisser personne sur le bord du chemin car une societe juste et equitable a besoin de tout le monde. Apres on peut discutter des montants et des modalites, mais je pense que le revenu universel est justement un moyen interessant d’atteindre cet objectif. Encore une fois il ne s’agit nullement de developper l’oisivete... mais au contraire de donner une chance a tout le monde de reussir. Il est plus facile de prendre des risques pour creer une petite affaire quand on est assure d’un revenu regulier, de la meme facon qu’il est plus facile pour un jeune sans soutien familial de mener des etudes longues. Ces exemples peuvent s’appliquer a un ou une quadra qui voudrait reprendre des etudes ou une formation, ou tout simplement monter une petite entreprise. Donc encore une fois, un revenu universel distribue a chaque citoyen (resident fiscal d’un pays) permettrait a beaucoup de monde de reprendre confiance dans leur pays et dans l’avenir. Ce n’est donc pas qu’une simple mesure d’assistanat mais au contraire un investissement sur le capital humain du pays.


    • Taverne Taverne 9 mai 2011 08:56

      Le revenu universel version Villepin est, à mon avis, une application des idées ultra libérales de Milton Friedman. Réduction de l’Etat et des services publics à leur plus simple expression.


    • jpm jpm 9 mai 2011 09:34

      Bonjour Taverne... ce que vous dites est probable et je reste moi meme sceptique sur la sincerite de Villepin qui se decouvre une grande ame sociale sur le tard. Malgre tout l’idee d’un revenu universel ne doit pas etre uniquement jugee sur la proposition du revenu citoyen de Villepin. Nous sommes par ailleurs bien daccord qu’il n’a jamais ete question de supprimer les services publics... simplement de regrouper toutes les aides existantes en un aide unique distribuee a tout le monde sans conditions. Cette allocation unique etant cumulable avec les revenus d’activite... elle encourage donc la reprise d’un emploi. Mais cela ne remet pas en cause les assistants sociaux et les formateurs qui peuvent aider les gens a rebondir ou tout simplement a sortir d’une situation difficile... avec des aides tres specifiques et tres ponctuelles. L’aide a long terme etant distribuee a tout le monde sera simplifierait les procedures de controle... car plus de besoin de monter des dossiers pour la toucher. Je sais ca parait un peu utopique... mais pourtant ca simplierait vraiment la vie des interesses.


    • jpm jpm 9 mai 2011 20:48

      Pour ceux qui s´interessent au Revenu Universel, je relaie ci-dessous l´information sur un colloque organise par le MLG (les liberaux de gauche) consacré à l’allocation universelle, réforme au cœur de leurs propositions. Il se tiendra le dimanche 26 juin à partir de 14h à La Bellevilloise 19-21 rue Boyer Paris 20.

      Principaux intervenants de ce colloque :

      Philippe Van Parijs est philosophe et économiste, Docteur en philosophie de l’Université d’Oxford et en sociologie de l’Université Catholique de Louvain. Promoteur de l’allocation universelle, il a fondé en 1986 le Basic Income Earth Network (BIEN).

      Jean-Marc Ferry est philosophe. Il enseigne les sciences politiques et la philosophie à l’Université Libre de Bruxelles et est actuellement professeur invité à Paris IV. Il est l’auteur d’un essai consacré à notre sujet : « L’allocation universelle, pour un revenu de citoyenneté ».

      Roland Duchâtelet est un chef d’entreprise et ancien sénateur belge. S’appuyant sur sa fortune personnelle, il a fondé en 1997 le parti politique Vivant, promoteur de l’allocation universelle et de la TVA sociale, aujourd’hui allié dans le nord du pays à l’Open VLD, le parti libéral flamand.

      Yoland Bresson est économiste, diplômé de l’Ecole Nationale de la Statistique et des Sciences Economiques et Agrégé de Droit. Il a fondé l’Association pour l’Instauration d’un Revenu d’Existence (AIRE). Son dernier essai s’intitule « Une clémente économie, au-dela du Revenu d’existence »

      Sébastien Groyer est philosophe et investisseur en capital risque. Il a publié en 2010 un essai intitulé « Le krash de la dette publique » et plus récemment une tribune dans Les Echos au titre pour le moins provocateur : « Le capitalisme est un marxisme ».

      Page Facebook mise en place pour l’occasion :
      http://facebook.com/event.php?eid=184682641583773


  • Francis, agnotologue JL 9 mai 2011 09:38

    Revenu universel, tu parles !
    jpm, lisez donc ça :

    Laurent Wauquiez veut imposer des heures de travail aux bénéficiaires du RSA
    Le Point.fr - Publié le 09/05/2011 à 07:23 - Modifié le 09/05/2011 à 08:19
    Le ministre souhaite que les personnes touchant le RSA soient soumises à 5 heures hebdomadaires de travail d’intérêt général.


    Une question se pose, évidemment : c’est quoi, selon Wauquez, un travail d’intérêt général ?

    S’il se fait du service public la même idée que Michelle Obama, il faut craindre le pire ! Obama :

    « First lady Michelle Obama said Saturday that the U.S. military specialists who killed terrorist leader Osama bin Laden showed “the very essence” of public service. »

    Pour Michelle Obama, c’est ça le service public : aller à l’autre bout du monde jouer les ralbos afin de rapporter des images qui soutiendront le discours officiel : le poids des mots, le choc des photos.


    • jpm jpm 9 mai 2011 09:52

      Bonjour JL, les propos de Laurent Wauquiez m’effrayent. En effet c’est la porte ouverte a beaucoup d’abus... et surtout la remise en cause de la solidarite. En gros c’est Ok, tu es dans la merde et je veux bien t’aider mais tu feras tout ce que je te dirais. On n’est pas tres loin de l’esclavagisme smiley.

      Par ailleurs s’il y a vraiment du travail d’interet general a faire (ce dont je suis convaincu) ne serait-il pas plus simple et plus rationnel de creer de vrais postes. En effet je crains vraiment que des gens qui seraient forces de faire cela pour conserver leur maigre allocation... ne soit pas tres motives. Je leur confierais donc difficilement certaines taches d’aide a la personne... que ce soit pour des personnes agees ou de jeunes enfants.

      Encore une fois c’est un exemple de plus qu’il est dangereux d’associer des devoirs en face d’une allocation soi disant de solidarite. Tout travail merite salaire selon moi. C’est pour cela que je suis pour un revenu de base universel et inconditionel cumulable avec les revenus d’activite quelqu’ils soient.


    • Francis, agnotologue JL 9 mai 2011 12:07

      Mais oui, c’est ça ! Le RU c’est le principe de plaisir, mais le principe de réalité est le monde de Wauquiez !

      Je vous le redirai à chaque fois que je le pourrai : le RU est un poison que la droite essaie d’instiller dans l’esprit du peuple : une surenchère populiste glissée comme une peau de banane sous les pieds du FDG.


    • jpm jpm 9 mai 2011 16:46

      Vous me faites peur parfois JL et je me demande de quel cote vous etes... avec votre principe de realite. A croire que pour vous rien ne peut changer... et qu´il n´est pas possible d´imaginer un autre monde... ou le bien etre des gens est plus important que la politique.

      Bon apres pour votre histoire de RU qui serait une peau de banane glissee par la droite... histoire de decredibliser la gauche.. j´ai du mal a vous suivre. Vous devriez aller expliquer cela a Corinne Morel Darleux Secrétaire Nationale du Parti de Gauche (parti membre du Front de Gauche dont le Président est Jean-Luc Mélenchon).

      http://www.creationmonetaire.info/2011/01/front-de-gauche-le-revenu-universel-en.html

      Elle sera surement tres impressionnee par votre cote visionnaire smiley


    • Francis, agnotologue JL 9 mai 2011 19:18

      jpm, le FDG fait ce qu’il veut, mais s’il propose le RU comme Villepin, je ne voterai pas pour lui, c’est clair.


    • jpm jpm 9 mai 2011 19:24

      Bon et bien les voila prevenus...


    • Francis, agnotologue JL 9 mai 2011 19:53

       smiley  smiley  smiley

      jpm, je ne suis pas un suiveur, pas de ceux dont on fait des armées de conquêtes, mais je suis prêt à prendre les armes pour défendre mes droits et mon territoire, vous l’avez peut-être compris ?


    • Francis, agnotologue JL 9 mai 2011 20:30

      pauvre orion,

      vous ne comprenez vraiment rien à rien.

      A moins que vous ne soyez un provocateur ?


  • Annie 9 mai 2011 19:28

    Je m’interroge seulement : ces jeunes de 18 à 24 ans ont bien des parents. Comment se fait-il qu’ils préfèrent devenir SDF plutôt que de revenir vivre chez leurs parents. Les parents ont-ils perdu contact avec leurs enfants ? Les ont-ils mis à la porte ? Même si ce n’est pas la solution idéale, où sont les réseaux sociaux de ces jeunes, qui les aideraient à passer un mauvais cap ?


    • jpm jpm 9 mai 2011 19:48

      Peut etre leurs parents sont de droite... et refusent toute forme d´assistanat smiley


    • Annie 9 mai 2011 20:52

      C’est malheureusement une dérive constatée en GB depuis plusieurs années. Les parents qui mettent leurs enfants à la porte lorsqu’ils deviennent majeurs.
      Je posais simplement la question de la désintégration des familles, qui me paraît très réelle.


    • jpm jpm 9 mai 2011 21:01

      J´approuve votre commentaire... la desintegration des familles existe et c´est dur quand on ne peut meme pas compter sur la solidarite familiale... surtout quand la solidarite nationale est egalement en voie de desintegration smiley



    • jpm jpm 9 mai 2011 23:14

      Merci Orion pour vos encouragements et votre optimiste. Merci egalement pour votre prise de position vis a vis de Pat du 49. C´est tellement facile de s´en prendre aux plus demunis... qui pourtant sont vraiment tres tres loin d´etre ceux qui abusent vraiment du systeme... et je sais de quoi je parle car je connais tres bien le monde de la fiscalite et des aides aux entreprises.

      Je suis parfois un peu degoute de la mauvaise foi de ceux qui ont deja tout... et qui ne veulent meme pas laisser quelques miettes aux autres. Le pire c´est qu´ils se tirent carrement une balle dans le pied car ce n´est pas en appauvrissant tout le monde qu´ils pourront continuer longtemps a faire des affaires. En fait ils sont dans le tres court terme... n´arrivent meme a imaginer comme il est plus enrichissant de traiter avec des hommes libres et creatifs... qu´avec des esclaves.


Réagir