mardi 12 janvier - par rosemar

La neige, symbole de l’hiver, fait surgir des images irréelles...

JPEG

"Un nom d'une blancheur éclatante !"

Le mot "neige" associé à l'hiver, nous fait entendre des sonorités feutrées et ouatées, peu marquées : voyelles assez neutres, chuintante "g" qui ferme le nom...

Issu d'un nom latin, "nix, nivis", "la neige", et du latin populaire "nivicare", ce mot ancien a subi des évolutions phonétiques notables.

 

Ce terme nous fait voir des tons de blancs, des teintes atténuées, des paysages perdus sous un manteau de frimas.

Ce mot nous éblouit de ses éclats de blancs, de ses scintillements d'étoiles légères.

 

La neige, symbole de l'hiver fait surgir des images irréelles : des arbres dont les teintes s'effacent, des pierres qui s'évanouissent sur un chemin, des ondoiements de blancs à perte de vue...

Des toits qui prennent des couleurs pâles et nouvelles, aux teintes irisés, des pas dans la neige qui laissent des traces surprenantes, inhabituelles.

Publicité

Des montagnes aux pentes abruptes, des flocons qui virevoltent dans un ballet somptueux, étourdissant de lumières de candeur.

Des entrelacs de neige dans l'air vif de l'hiver, la bise froide et glacée, les morsures de l'hiver...

 

La neige qui paralyse, assomme de froid et de misères, qui fait blêmir certains, ceux qui n'ont pas de toit et qui souffrent.

La neige terrible qui tue, qui engourdit les corps et les âmes.

La neige lourde, pesante qui s'empare des routes, des paysages, qui envahit tout.

La neige, insidieuse, silencieuse, dont on n'entend même pas le bruit des flocons.

 

Beauté et cruauté semblent réunies dans ce mot, cruauté qui se cache sous des apparences pleines d'élégance et de douceur...

 

La neige fascine, attire tous les regards, mais elle peut être dure et âpre, comme le sont l'hiver et ses froids glacés.

Publicité

 

Apreté, magnificence, gel, tapis de blancheurs, la neige oscille entre bonheur et détresse, elle nous fait ressentir toute la rudesse du monde et nous permet aussi d'admirer des paysages nouveaux, des splendeurs tourbillonnantes, des éclats !

La neige enveloppe tout de sa blancheur ouatée, elle efface les bruits, elle est pleine de mystères, de dureté et de beauté...

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2016/02/la-neige-symbole-de-l-hiver-fait-surgir-des-images-irreelles.html

 

Vidéos :

 



21 réactions


  • Rantanplan Rantanplan 12 janvier 17:05

    « Le poncif tire son nom de poncer, parce qu’il est d’abord un dessin dont le tracé, percé de nombreux trous, peut être reproduit sur tout type de surface si l’on promène sur les contours un petit sac rempli d’une poudre extraite de la ponce.

    À partir de cette idée de dessin reproductible à l’envi, poncif a signifié « dessin sans originalité » et, enfin, « lieu commun, cliché ». »

    Académie Française.


  • JC_Lavau JC_Lavau 12 janvier 18:40

    Le bonhomme de neige, par Paulau.

    Il a neigé toute la nuit et je me réveille en découvrant un manteau blanc qui recouvre toute la ville. Je me dis que quand j’étais enfant, je faisais des bonhommes de neige, et qu’il y a longtemps que je n’ai plus joué à cela. Aussitôt dit, aussitôt fait !

    08:00 : je commence à faire mon bonhomme de neige.
    08:10  : il fait 1 m de haut, je suis très fier de moi. Carotte et manche à balai, j’ai retrouvé tout de suite mes réflexes d’enfance.
    08:15 : une féministe passe et me demande pourquoi je n’ai pas fait une bonne femme de neige.
    08:25 : alors je fais aussi une bonne femme de neige, juste à côté.
    08:27 : la nounou des voisins râle parce qu’elle trouve la poitrine de la bonne femme de neige trop voluptueuse.
    08:30 : le couple d’homo du quartier grommelle que ça aurait pu être deux bonshommes de neige.
    08:33  : altercation d’un couple de lesbiennes qui s’engueule avec le couple homo, et réclame au contraire deux bonnes femmes de neige.
    08:35 : les végétariens du n°12 rouspètent à cause de la carotte qui sert de nez au bonhomme. Les légumes sont de la nourriture et ne doivent pas servir à ça.
    08:38 : ma voisine me fait prendre conscience que le balai de la bonne femme de neige est le symbole de l’aliénation de la gente féminine. Je retire le dit balai.
    08:40 : on me traite de raciste car le couple est blanc.
    08:41 : les musulmans de l’autre côté de la rue veulent que je mette un foulard à ma bonne femme de neige.
    08:45  : une cohorte désordonnée et bruyante de lycéens tente de mettre le feu à mes homme et femme de neige. Trop de culture accumulée, ils ignorent que la neige ne brûle pas.
    08:55 : l’équipe de TV locale s’amène. Ils me demandent si je connais la différence entre un bonhomme de neige et une bonne femme de neige. Je réponds : « oui ; les boules ». Une jeune journaliste me traite de sexiste .
    09:20 : la Licra dépose plainte contre moi, et prend de vitesse le Mrap, la LDH, Sos Racisme qui le feront dans la matinée.
    09:30  : Caroline de Haas demande qu’on interdise d’utiliser des carottes, symboles phalliques qui incitent au viol, pour décorer les bonhommes de neige.
    09:40 : Marlène Schiappa annonce qu’elle dépose un projet de loi pour exiger la parité dans l’élaboration des « œuvres de neige », et interdire l’utilisation du mot « bonhomme de neige ».
    09:45 : quelqu’un appelle la police qui vient voir ce qui se passe.
    09:50  : La police me dit qu’il faut que j’enlève le manche à balai que tient le bonhomme de neige car il s’agit d’une arme par destination.
    09:52 : mon téléphone portable est saisi, contrôlé et je suis embarqué au commissariat car je trouble l’ordre public.
    10:00 : je parais au journal TV ; on me suspecte d’être un terroriste profitant du mauvais temps pour commettre mes méfaits
    10:10 : La police me demande si j’ai des complices.
    10:29 : un groupe djihadiste inconnu revendique l’action


  • troletbuse troletbuse 12 janvier 23:33

    Le pense que Micron aime beaucoup la neige. Il sniffe souvent.


  • JC_Lavau JC_Lavau 13 janvier 01:04

    Un autre problème posé par la neige est qu’elle alourdit le sac à dos. Si la neige est mouillée, et que la toile est en dessous de la qualité nécessaire, l’eau pénètre la toile et mouille le contenu du sac. Le sac Des Caquelons modèle Ultra-léger ou à présent renommé « Simonds » a une capacité honnête (55 litres), qui incite à l’utiliser en hivernal, mais... mais ses bretelles sont très aérées pour évacuer la sueur d’été, aussi elles accueillent un maximum de neige, qui mettra des jours et des jours de sec pour sécher.

    C’est sans solutions si on n’a pas une pélerine à manches qui recouvre le sac et ses bretelles, sous son ample bosse.

    Si on arrive dans un refuge chauffable, bon, on pourra sans doute faire sécher tout cela grâce au poêle. Si en revanche il faut bivouaquer, on aura quelle conduite au juste envers son sac gorgé de neige ? Il serait souhaitable qu’on puisse le poser dans un sas où il ne mouillera pas le duvet qu’il a servi à transporter.

    Hugh ! Beaucoup à transporter ! La pulka permet d’emporter nettement plus lourd, mais elle est dure à remorquer en côtes, et ne passe pas partout. En côte, les demi-peaux ne suffisent pas à remorquer la pulka, il faut les peaux entières, ou des raquettes.

    La neige qui tombe a aussi l’inconvénient de réduire la visibilité. On dépend alors lourdement de sa boussole. Et quand celle-ci se met à déconner grave, hem ! Bon, cette fois j’ai décidé que c’était moi qui avais raison, et la boussole faux.

    Quand elle est croûtée, la neige ne sert pas seulement à blesser les pattes de l’élan que l’on braconne, mais aussi à retenir prisonnière la rondelle de ta canne. Là je m’en suis sorti avec la pelle à cacas, pour dégager et récupérer ma canne prisonnière. Une sardine en alu ou une pelle d’horticulteur en polyamide auraient été moins lourdes.

    Ne vous y trompez pas, j’adore toujours la neige. C’est juste que j’ai cinquante ans de plus.


    • Fergus Fergus 13 janvier 09:46

      Bonjour, JC_Lavau

      En rando sous la pluie ou la neige, je reste fidèle à ma cape Millet achetée il y a 20 ans à Paris, au Vieux campeur. Malgré son âge, elle a conservé son imperméabilité. L’un de mes meilleurs achats de crapahut !

      La neige, c’est très beau dans les premières heures et j’apprécie tout particulièrement la manière dont elle habille les paysages, mais il faut reconnaître que cela tourne à la galère au redoux lorsque la voirie et les trottoirs deviennent gadouilleux.


    • JC_Lavau JC_Lavau 13 janvier 12:36

      @Fergus. Mieux comme ancienneté : ce fut il y a 44 ans qu’on s’est acheté au même Vieux Camp des pélerines dans le tout nouveau nylon siliconé, et que cela nous a servi dans un tour d’Oisans raccourci, été 77. 379 F, la grande avec haute bosse.
      Depuis, j’ai dû tout racheter depuis la petite cuillère : tout ou presque a été raflé par la cleptomane. Je n’ai sauvé que ma vie, d’extrême justesse, et presque rien d’autre, ni personne d’autre.


  • JC_Lavau JC_Lavau 13 janvier 01:29

    Hvor er snøen fra ifjor ?

    Ah ouais, ça ne vient pas du latin... C’est donc illégal !


  • Fergus Fergus 13 janvier 09:48

    Bonjour, rosemar

    Pourquoi des « images irréelles » ?

    Les réalités de l’hiver sont-elles moins réelles que celles de l’été ???


    • rosemar rosemar 13 janvier 11:10

      @Fergus

      Les paysages sont totalement transformés sous la neige : on a l’impression d’un « autre monde »...


    • Fergus Fergus 13 janvier 11:51

      @ rosemar

      « on a l’impression d’un « autre monde » »

      Une impression de citadins des plaines, pas des habitants d’altitude habitués à retrouver ces paysages enneigés chaque hiver, à l’image des membres de ma famille qui vivent en Auvergne et en Lozère.


  • Cartman Cartman 13 janvier 10:54

    Les tentatives de bashing contre Rosemar ne font que contribuer à son succès sur ce site. Il n’y aurait jamais autant de commentaires ici sans ses traditionnels trolls attitrés qui augmentent fortement le taux d’engagement à ses articles. 
    Merci donc aux hargneux et aux teignes !


    • JC_Lavau JC_Lavau 13 janvier 12:26

      @Cartman. Voyons ! Avec ses longs cheveux dans le dos
      Elle joue comme Rubinsteigne !
      Do do sol fa mi ré do, do do sol fa mi ré do !


Réagir