lundi 14 septembre - par Dr. salem alketbi

La politique iranienne se militarise

JPEG

Les mollahs d’Iran sont des seigneurs de guerre sectaires en tenue de clerc. Depuis la révolution de Khomeini en 1979, la scène politique iranienne vit sous le signe de cette réalité. Ces dirigeants ont passé les années d’après-révolution à menacer les pays voisins sous la bannière de l’exportation de la révolution, expression de leurs penchants suicidaires et de leur besoin à allumer des crises.

Les observateurs ne peuvent plus faire la distinction entre le politique et le militaire chez ces responsables. Ils adhèrent tous à un discours militaire incendiaire. Ils brandissent la menace loin de la politique et de sa terminologie habituelle. Rarement cette dernière apparaît dans le paysage iranien.

Parfois, ils s’adressent à l’Occident et jouent aux pacifistes. Parfois aussi, lorsque leurs ennuis s’aggravent et se traduisent par un sentiment de crise, les mollahs se tournent vers le voisinage régional et tâtent le terrain avec des mots doux mais malintentionnés.

À peine l’accord d’établissement de liens entre les EAU et Israël annoncé, les mollahs ont affiché leur courroux face à cette décision souveraine. Pour la plupart, ils la décrivent, pour le moins diplomatiquement, comme une «  erreur stratégique  » commise par les EAU.

Publicité

Certains ont même accusé les EAU de trahison, de collabo et d’autre vocabulaire incendiaire et cynique auquel nous sommes habitués de la part des faux dévots de la «  résistance  » qui se croient les champions de la cause palestinienne.

Hier encore, le vice-président du Parlement iranien pour les affaires internationales, Hossein Amir-Abdollahian, a proféré des propos alarmistes. Il a déclaré qu’après la normalisation des Emirats avec Israël, toute agression israélienne contre l’Iran mettrait les EAU dans le collimateur.

Abdollahian a déclaré dans une interview avec Al Alam TV : «  Indépendamment des considérations que les EAU ont pu avoir, tout d’abord, les EAU pourraient bouleverser la sécurité et la stabilité, parce que partout où les Israéliens sont présents, ils bouleversent la sécurité et la stabilité. Deuxièmement, les EAU perturbent la sécurité et la stabilité du Golfe Persique avec cette mesure. Troisièmement, ils déstabilisent les routes par lesquelles l’énergie est transportée depuis cette région. Quatrièmement, ils perturbent leurs relations avec les EAU.  »

«  A partir du moment où les EAU ont annoncé qu’ils normalisaient leurs liens avec l’entité sioniste, tout incident, caché ou non, qui a lieu en Iran ou dans la région, dans lequel les sionistes sont impliqués, la réponse sera également dirigée vers les EAU.  »

Une telle attitude hautaine suscite plusieurs questions. Tout d’abord, comment se fait-il qu’un parlementaire censé parler un langage politique profère des menaces militaires contre des États voisins exerçant leur droit souverain d’établir des liens avec un autre État ?

Comment les EAU peuvent-ils mettre en danger leur sécurité en établissant des liens avec un autre pays, à moins que les mollahs aient prévu quelque chose pour dissuader les EAU d’exercer son droit souverain ?

Publicité

Puis, comment Abdullahian et d’autres savent-ils que les services de renseignement israéliens sont derrière tout événement en Iran ? De quelle logique menacent-t-ils de réagir aux Émirats arabes unis sans adresser le moindre mot au parti censé comploter contre leur régime ?

Comment un parlementaire censé gérer des relations internationales et parler le langage de la diplomatie peut-il menacer un État voisin simplement parce qu’il exerce son droit légitime de nouer des liens avec un autre État pour le bien, la sécurité et la stabilité des peuples de la région ?

C’est avec une telle pensée que les mollahs dirigent un des pays les plus grands et les plus peuplés du Moyen-Orient. Ils cultivent un orgueil mesquin à l’égard de leur voisins et redoutent toute menace envers Israël. Ils savent simplement que leurs systèmes sécuritaires sont infiltrés ou gravement affectés par les frappes et les attaques d’Israël et d’autres pays.

À mon sens, ces déclarations sont une réponse directe aux observateurs et aux experts qui postulent que le régime des mollahs est passé de la révolution à l’État. Elles confirment sans l’ombre d’un doute que l’immaturité idéologique se terre dans l’esprit des mollahs, leur rend difficile d’agir en tant qu’État normal qui adhère aux conventions internationales.

Ils glissent à la vitesse de l’éclair dans un tas de menaces à l’encontre de quiconque n’est pas d’accord avec leur point de vue. Ce n’est pas tant un reflet d’une idéologie révolutionnaire qu’un résultat du culte des milices et des organismes qui domine parmi les mollahs, du haut en bas de l’échelle.

Ils pensent qu’ils vivent seuls dans ce monde. Les principes de bon voisinage et les droits souverains des États ne leur sont pas reconnus. Ils font circuler leurs armes et milices sectaires sur plusieurs capitales arabes, sans que le collectif mondial ne leur fasse obstacle. Et puis ils parlent d’erreurs stratégiques des autres.



3 réactions


  • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 14 septembre 18:17

    Ils pensent qu’ils vivent seuls dans ce monde. Les principes de bon voisinage et les droits souverains des États ne leur sont pas reconnus.

    Tandis que nous et nos amis « israéliens »,...


  • Amanite phalloïde 15 septembre 08:51

    Ce lundi, des appareils de l’Aviation israélienne, ont attaqué une position de l’Armée iranienne dans les environs de Boukamal à proximité de la frontière irakienne.
     

    D’autre part, vendredi matin, à 1h34 précisément, deux autres F-35 ont pris pour cibles les deux édifices d’une fabrique d’assemblage de missiles iraniens dans la zone industrielle d’al Safir, à une vingtaine de kilomètres au sud-est d’Alep.
     

    L’Iran continue son rêve insensé de vouloir armer le Hezbollah dans l’espoir d’attaquer Israël.
    Ainsi les Mollahs dilapident l’argent des Iraniens, appauvrissant le pays au détriment de sa population qui elle, aspire à la paix avec Israël
     

    ps : SANA, l’agence d’information du gouvernement syrien avaient annoncé le raid de vendredi. Ils avaient déclaré que certains des missiles air-sol israéliens Dalila avaient été abattus en vol, ce que l’étude détaillée des ruines exclut catégoriquement.


    Aucun des moyens antiaériens présents sur le sol syrien n’est technologiquement capable d’intercepter des missiles de ce type ainsi que les appareils furtifs qui les lancent.

  • ilias 15 septembre 23:22

    Vous avez l’âge mental d’un adolescent en plein trouble de conscience. Ne sachant que faire, il divague et s’il est un peu lettré, il s’essaie aux logorrhées. Je ne suis pas ici pour défendre quiconque. J’ai de mon point de vue, devoir rétablir certaines vérités historiques.

    L Etat aîné et parrain du CCG l’AS est depuis longtemps partenaire secret d’Israel, surtout sur le volet sécuritaire. Il ne faut pas oublier que le Roi Abdelaziz Al Saoud avait été un fervent supporter de la déclaration de Balfour et ensuite de la naissance d’un foyer national des juifs en Palestine historique. Et aussi il ne faut pas oublier que la jonction Wahabbites saoudites, mouvement Sioniste et franc-maçons britanniques ont été le fer de lance sous la houlette des services de renseignements du RU, dans la création de la secte des frères musulmans en 1928 ; et ce pour contrecarrer le mouvement réformiste musulman incarné par Djamel eddine el afghani et poursuivi par Mohamed abdou et ses compagnons. Les Pays occidentaux et à leur tête le RU ayant constaté la réussite de l’ère Meiji au Japon, ont tout fait pour ringardiser les fausses élites arabo-musulmanes pour qu’ils usent et re-usent de manière uni-dimensionnelle du rétroviseur de la nostalgie du retour au mensonger Age d’or du califat des 4 premiers califes, tant mentalement que contextuellement de son déploiement supposé de l’époque. En fait,tout ça rentrait dans une posture comportementale du aârabi fièrement affichée par ses élites de l’à-plat- ventrisme au plus puissant de l’heure, tel que théorisé par Ibn Khaldoun. Et c’est ça que voulaient les colonialistes de l’époque pour pouvoir dominer et exploiter aisément à leur guise tant la position gèostratégique de la région que de ses richesses minières et énergétiques.

    L’ AS est née en 1932, Israel en 1947-48 et les divers petits émirats à leur suite sous la bienveillance du frère aîné, le tout parrainé par le RU et l’assentiment des autres puissances occidentales. C’est dire que tout ces Etats nouvellement créés se tiennent l’un par l’autre, et leurs destinées sont conjointes en un écosystème géopolitique et géostratégique qui rentre maintenant dans sa phase de maturité. Dès le départ ces nouveaux pays du golfe n’ont jamais été sincèrement pour la cause palestinienne. Le contexte historique des années 1940 à 1970 a vu le vent en poupe du nationalisme arabiste versant nassériste et celui baâthiste, et joint à celà les mouvements de décolonisation de certains autres pays arabophones ; le populisme socialisant et le soutien international à la cause palestinienne en sont les marques de cette époque.Pour ne pas se mettre sur le dos et leurs sujets et leurs environnement politique des autres Etats arabophones, ces pays ont joué timidement la carte de la défense des causes arabes, palestinienne en tête. Une fois débarrassés tant du nationalisme socialisant arabe que de l’islamisme politique des talafistes et des FM, ces récents Etats du golfe sont retournés à leurs nature fondamentale qui est d’être les suppôts de l’occident, Israel bien compris dans la région. Et en retour, ces pays « amis » puissants exploitant leurs richesses, assurent la pérennité de ces monarchies aârabies contre leurs sujets, leurs peuples et les peuples voisins si jamais ils voudraient prendre en mains leurs destinées.

     


Réagir